Allons visiter le trou •• Leif
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS

- Mariage du Roi, juste ici.
- Deuxième partie du Mariage, juste ici.
- Fête nationale norvégienne, juste ici.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Chasseur, rival, ex-ami ◊ ici.
- Meilleur ami, beau-frère ◊ ici.
- Augure de la meute argent ◊ ici.
- Alpha de clan brun ◊ ici.
- Chercheuse sur un projet secret ◊ ici.
- Soeur jumelle ◊ ici.
- Bêta noir ◊ ici.
- Apprenti chasseur ◊ ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Allons visiter le trou •• Leif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sam 29 Oct - 23:00


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2203 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Lieu et date du rp : 28 octobre 2017
Protagonistes: Nicholas & Leif
Résumé du rp: Surrpprriisseeee
Actions réalisées au cours de ce rp: None.


La nuit n’allait pas tarder à tomber, la lune, même si elle ne serait pas pleine éclairerait assez la route et la forêt pour qu’il puisse s’y promener tranquillement sous forme humaine s’il le souhaitait. Il regarda dehors, le soleil couchant, le teint de l’air qui serait bientôt « entre chien et loup », il hésitait à sortir. Il n’était pas certain qu’aller s’aérer soit réellement une bonne idée. Il était bien, là, dans sa chambre, sous ses couettes – il s’était fait une sorte de château de draps et couette dans lequel il faisait une chaleur presque étouffante mais qu’il trouvait agréable réconfortante. Et dans ce petit nid, il lisait, regardait des vidéos sur internet ou faisait ses traductions. Il essayait de reprendre peu à peu le boulot, difficile de dire à ses employeurs que parce qu’il avait perdu une âme sœur, il avait ses hauts et ses bas, alors il faisait au mieux. Se donnant à fond dès qu’il avait assez de courage pour traduire le maximum, pour tenter de rattraper le retard qu’il avait eu/qu’il aurait quand il irait mal et qu’il resterait pendant des heures ou des jours prostré dans son lit à regard le plafond/les couvertures sans bouger, sans rien faire, à juste attende que le temps, à attendre que son âme tente de se réparer, mais c’était impossible. Il le savait, personne n’était magicien, il n’y avait pas de solutions miracles.

Il devait aller se transformer, courir un peu lui ferait du bien, se défouler. Même s’il faisait son possible pour au moins se transformer une fois par semaine, ce n’était pas toujours simple pour lui. Il se leva donc, s’étirant de tout son long, avant de prendre une veste chaude et sortir après avoir laissé un message à Raphaël pour lui expliquer qu’il allait se balader en forêt. Il prit sa moto et conduit jusqu’à l’endroit où il garait habituellement son engin avant de descendre et de finir à pied. Il s’enfonçait sans trop hésiter dans la forêt, aux aguets quand même pour vérifier qu’il n’y avait pas d’argentés. Il ne sentait pas leur odeur, mais plusieurs Loups – visiblement plus de la meute rousse- étaient passés par là un petit peu avant. Il avança encore un peu, avant de se plonger sans vraiment le vouloir un peu trop sans ses pensées, oubliant totalement d’être vigilant, ou du moins un minimum vigilant. Et soudain, il tomba nez à nez face à quelqu’un, il sursauta légèrement, sentant son cœur battre la chamade, mais il ne lui fallut que quelques instants pour reconnaitre l’odeur de Leif, avant même qu’il puisse discerner exactement ses traits. T’es vraiment trop con tu m’as fait peur ! ça t’amuse je suppose ? demanda-t-il un peu irrité, ayant toujours du mal à digérer le comportement que le roux avait avec lui en ce moment. Il ne savait jamais à quoi s’attendre, alors forcément que le brun était tout le temps sur la défensive. Qu’est-ce que tu fouts là ? la réponse était évidente. Il voulait être seul, avoir la paix… après la mort de Fred, c’était certainement compréhensible. En pensant à son ex roux favori il sentit son cœur se serrer. C’était à croire qu’il portait malheur. Ce con de Jegger allait lui manquait, plus que de raison, malgré tout. Il tenta de se radoucir un peu, se doutant que pour Leif ça n’était pas simple non plus, même si ce dernier n’avait jamais adulé Fred comme lui avait pu le faire. Comment tu te sens Leif ? Pour l’instant, ça serait franchement difficile de faire mieux… et il se doutait que les choses allaient prendre un tournant soit très positif soit très négatif, entre eux deux, il ne semblait pas pouvoir il y avoir de juste milieu, et étrangement, cela finissait toujours par une dispute ou une bagarre, alors pourquoi cette fois la situation serait différente, n’est-ce pas ?




Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Nov - 21:23


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 441 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Et merde. La tronche de zombie qu’il se payait. Impossible d’aller draguer comme ça. Enfin, il n’avait aucune envie de draguer. Il était fatigué, encore bousillé par avoir presque atteint les limites de sa forme humaine. D’où ses cernes qui au moins avait le mérite de le faire ressembler à encore plus sa soeur quand elle ôtait son maquillage. Quoique Amanda allait mieux ces derniers temps, donc il fallait bien un imbécile pour prendre la relève dans le rang des pleureuses. Enfin, ses yeux étaient désormais secs, sauf qu’ils avaient une lueur bien morne. Il jeta un coup d’oeil à la toile qu’il avait peint lors de la mort de Fredrick. Il n’avait pas osé la déplacer, puis en plus l’huile était quelque chose d’horriblement long à sécher. Il ne l’aimait pas, ce tableau. Car il était un concentré trop pur d’émotions. Le véritable art, à son sens, se faisait à moitié avec le coeur, à moitié avec l’esprit. L’un sans l’autre donnait quelque chose soit proche du chaos, soit sans âme. Il soupira devant le soleil couchant. Sa soeur lui avait déconseillé de le faire, mais tant pis. Il devait sortir et muter, ça lui ferait du bien. Il prit le bus pour se rapprocher de la forêt, à vrai dire il n’avait jamais pris la peine de passer le permis vu qu’il avait toujours sa forme de loup. Sauf qu’il valait mieux qu’il économise ses forces, sait-on jamais.
À l’orée du bois, il entrepris de se déshabiller puis cacha ses vêtements dans un sac plastique qu’il retrouvera avec son odorat. Il pris une dernière cigarette dans son étui qu’il alluma avant de le ranger lui aussi. Il se balada sans faire attention pour trouver un endroit tranquille où muter, ses pieds esquivant les caillasses en sautant sur les plaques de mousse gorgées d’eau, qui faisaient un bruit assez amusant quand on marchait dessus. Comme un «splouitch». Il était tellement absorbé par son petit jeu qu’il ne remarqua pas la présence devant lui.

- T’es vraiment trop con tu m’as fait peur ! Ça t’amuse je suppose ?

Il grimaça. Nicholas. Quitte à choisir, il aurait presque préféré tomber sur Forsløve. Il ne répondit pas à sa première question. Ça se voyait très bien qu’il n’était pas du tout amusé.

- Qu’est-ce que tu fous là ?
- J’suis parti à la recherche de ton cerveau et de tes couilles mentales, mais je crois que c’est sans espoir, rétorqua-t-il en lâchant une bouffée de fumée. Il tourna les talons pour continuer son chemin. Il souhaitait retrouver ses pattes de loup au plus vite. Il abandonna le mégot au sol.

- Comment tu te sens Leif ?
- D’une certaine manière, sûrement mieux que toi. Sur ce, tchao.  

Il ne se rendit pas compte que sa phrase était très maladroite. Il voulait juste dire à Nicholas de plus s’enquérir de lui-même, mais ça sonnait plutôt méchant. Mais déjà qu’il évitait d’être versatile de base, déprimé il avait autre chose à faire que dépenser son énergie en mots. Il tomba à quatre pattes pour enclencher la mutation. Le loup au poil auburn s’ébroua sous le coucher du soleil, puis fixa Nicholas. il courut vers lui pour commencer à mordiller ses doigts et jouer en attrapant ses vêtements, dans un jappement joyeux pour l’inviter à venir avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Nov - 20:22


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2203 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Peut-être qu’il aurait dû l’ignorer, certainement, même ! Vu tout ce qui se passait entre eux depuis quelques temps. Nicholas était un peu perdu et n’arrivait pas savoir si Leif s’amusait à vouloir le rendre chèvre ou si c’était quelque chose d’autre. Comment expliquer sinon, qu’il se montrait gentil, puis odieux, avant de faire une action visant à se faire pardonner tout en restant quand même sarcastique. Il y a quelque chose, là, qu’il avait bien du mal à saisir mais il se doutait qu’il n’obtiendrait aucune réponse, juste qu’il se ferait rire au nez. Il avait parfois l’impression d’être la petite poupée/joue du roux qui tantôt le blâmait, tantôt le chérissait, une relation difficile pour le brun qui n’avait déjà aucun repère. Une relation presque malsaine, Nicholas en avait conscience, et pourtant il était toujours le premier à revenir vers Leif… Comme il était revenu vers Fredrick à chaque fois, comme il s’était attaché en quelque sorte à Dante. paix à leurs âmes. La première réplique le laissa totalement désabusé, mais il préféra faire comme s’il n’avait rien entendu, après s’il avait envie de le dévaloriser c’était son droit non. Nicholas avait donc tenté une approche un peu plus sympathique dans l’espoir de soupirer un peu de bon chez les Roux, mais c’était visiblement vain : la seconde réplique partit du tac au tac et il se la prit en pleine face comme un boulet de canon. Encore une fois il ne comprenait pas cet acharnement méchant, presque mesquin sur lu il avait juste voulu prendre de ses nouvelles, comme un ami le ferait mais il n’avait reçu que dédain et sarcasme en retour… même si dans le fond c’était la réalité. Le temps qu’il reprenne ses esprits et qu’il se décide à réplique quelque chose - à savoir quelque chose du genre « Toi qui disait ne pas aimer Fredrick et compagnie tu en fais tout un sketch pour sa mort ». Autrement dit, il n’était pas stupide. Mais Jegger était SON Jegger, SON ex petit-ami, ce que Leif ne pourrait jamais dire vu qu’il était le seul à avoir eu cet honneur. Tout comme Fredrick était l’homme qu’il avait probablement le plus aimé… et sa mort l’affectait mais pas autant qu’il l’aurait voulu, la perte de Dante étant bien plus insupportable au comble du désespoir de l’humain qui n’en pouvait plus de cette situation. Alors, s’il n’avait pas pu se montrer aussi tranchant qu’il l’aurait voulu c’était parce qu’il venait de remarquer sur Leif était en train de muter. Il glissa un petit lâche…. Et bientôt le loup roux vint le taquiner. Tveit s’accroupit tandis que l’anima mordillait ses doigts, il caressa tendrement la fourrure du roux avant de lui déposer furtivement et sans aucune peur un petit baiser sur la truffe, ricanement bêtement en voyant la tête que faisant l’animal. t’es qu’un pauvre abruti et une tête de nœud Helström ! Il aurait pu continuer d’insulter le loup qui de toute manière n’aurait rien compris, mais après vérifier qu’il n’y avant personne autour d’eux, il se déshabilla à son tour et trouva un endroit à peu près discret pour muter.



Après sa transformation il s’ébroua un peu avant de sauter sur le roux pour lui mordiller l’oreille, avant de sautiller autour de lui pour lui montrer qu’il était prêt à jouer…. Ou à chasser. Si les humains avaient du mal à se comprendre, les deux loups semblaient déjà beaucoup plus en accord, et ça Tveit l’avait compris, il n’y avait qu’à voir comment le Loup de son ami se comportait toujours avec lui pour voir la différence.




Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Nov - 18:00


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 441 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Lorsque l’humain vient embrasser sa truffe, le loup couina en reculant ses oreilles, puis éternua bruyamment. L’humain lui dit un truc qui lui parut être une sorte de bouillie incompréhensible, cela avait juste l’air de le rendre joyeux, à juger son aura. Le roux plaqua ses pattes doucement contre le torse de l’humain pour essayer le renverser, mais celui-ci tint encore debout et partit enlever les choses étranges qui enveloppaient son corps. Puis l’homme devint au autre loup, une créature qui le comprenait au moins et qui courrait plus vite. Le roux et le brun commencèrent à jouer ensembles, deux créatures innocentes qui jouissaient de la beauté de l’automne norvégien. Le premier renversa le second pour riposter, lui mordilla l’épaule en remuant la queue. Le roux commença à humer l’air, une petite proie se tenait pas loin. Bientôt les lièvres seraient plus rares, et lui adoraient les attraper car ils courraient très vite. Il envoya une image d’aura au brun pour qu’il le suive. Déjà, les premiers flocons norvégien tombaient, même s’ils ne restaient pas sur le sol. Le roux, amusé, essaya d’en attraper un d’un coup de dent en pleine course, qui fondit instantanément sur sa langue. Il revint vers le brun, plus lent, pour l’encourager à aller plus vite. Il s’arrêta un instant puis commencer à fouiller l’humus de sa truffe. Il continua ainsi tête baissée jusqu’à reprendre sa course pour suivre la piste. Elle le mena dans des herbes hautes, où il débusqua le lièvre qu’il commença à courser, le brun à ses côtés. Il aimait sentir l’humus sous ses coussinets, l’air qui lui plaquait son poil sous la courses, ses griffes qui s’agrippait à la terre pour garder l’équilibre. Mais ce plaisir fut stoppé net. Soudain, il sentit le sol se dérober sous ses pieds, dans un grand craquement de branchages et de feuilles. Il eut un couinement de surprise, puis chuta quelques mètres plus bas dans un cri de douleur. Il se releva de justesse pour se plaquer devant la paroi pour ne pas servir de coussin d’atterrissage au brun. Le roux lécha le museau de son camarade, inquiet, puis regarda vers le haut comme pour évaluer la distance. Il gratta la paroi, couina, essaya de sauter pour pouvoir se sortir de là. Voyant qu’aucun de ses bonds était utile, il se mis à hurler pour appeler ses camarades. Mais aucune réponse. Il tenta quand même une nouvelle fois, même si cela n’avait pas l’air très efficace. Peut-être que l’humain aurait une solution. Il fit donc la mutation inverse. Leif constata la même chose qu’avec ses yeux de loups : ils étaient dans la merde. Coincés dans un trou étroit et profond d’environ quatre mètres creusé par un chasseur, avec aucun appui pour grimper que soit en loup ou en homme. Bien sûr, lui était nul en aura, donc il ne pouvait pas vraiment prévenir sa soeur. Par contre Nicholas... il envoya une maigre poussée au brun pour lui dire d’appeler quelqu’un. Il pourra peut-être trouver un camarade assez proche qui pourra venir les aider.

- Je vais finir par croire que non seulement tu as la poisse, mais qu’en plus tu portes poisse...  Soupira-t-il, toujours en observant la configuration du trou. Quatre mètres, c’était plus de leurs deux tailles réunies. Peut-être que comme il était agile, il pourrait sauter assez haut pour sortir, si Nicholas acceptait de lui faire la courte échelle.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Nov - 12:57


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2203 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Il rigola, un peu lorsqu’il entendit Leif éternuer trouvant ça vraiment trop mignon, s’il s’était écouté, il l’aurait pris dans les bras pour lui faire un énorme câlin… mais à la place le roux posa ses pattes sur son torse faisant de nouveau rigoler doucement le brun qui le trouvait vraiment trop adorable et gentil sous sa forme lupine. Il secoua un peu la tête J’ai compris, j’ai compris ! Je me transforme aussi. Nicholas n’avait pas tardé à s’exécuter en enlever ses habits avant de commencer sa transformation, et dès qu’il fut entièrement Loup remis de sa transformation, il ne tarda pas à se mettre à jouer avec son ami d’enfance, lui fonçant dessus, lui mordillant l’oreille ou un peu l’épaule sans jamais vouloir lui faire mal. Ce fut Leif qui arrêta leur petit jeu, préférant humer l’air signe qu’il y avait une proie qui ne devait pas se trouver, proie que lui ne pouvait sentir, il n’était pas traqueur après tout ! Nicholas commença par s’asseoir, inclinant un peu la tête sur le côté, attendant sagement le signe de départ du roux pour qu’ils puissent partir à la chasse.  Ils ne tardèrent pas à se mettre à courir, mais le souci… qu’il avait tendance à oublier c’est que …. Et bien…. Qu’il était largement moins rapide que son ami et le roux avait tendance à le distancer assez facilement, ça en était assez frustrant. Il grogne un peu, pour montrer à son camarade qu’il pourrait aussi vite qu’il le pouvait. Il commençait même à haleter tandis que Leif semblait aussi frais que la brise du matin, comme s’il n’avait fait aucun effort. Foutu traqueur rapide comme l’éclair….  Le roux semblait néanmoins avoir ralenti un peu l’allure et Nickj réussi plus ou moins à rester à sa hauteur –ou du moins derrière lui où il pouvait observer son joli petit derrière de loup-. Il aurait presque eu envie de croquer dedans.

Bientôt ils étaient arrivés dans les hautes herbes et Leif retrouva la trace de l’animal qu’il traquait. Malheureusement pour eux leur course folle ne tarda pas à se terminer car bientôt sans qu’il ne comprenne pourquoi le roux disparut brusquement de con champs de vision, lorsqu’il vit, comprit qu’il y avait un trou, il ne put freiner et tomba à son tour, tombant lourdement et franchement comme une merde, juste aux côtés de son ami. L’atterrissage fut douloureux et il poussa une plainte douloureuse lorsque sa patte avant amortie entièrement choc. Quelques instants plus tard, un peu sonné aussi bien par la chute que par la douleur lancinante, le petit coup de langue de son ami réussi à le sortir de sa sorte de torpeur et il se releva avec difficulté tenant pour l’instant sur trois pattes et regardant le roux essayer de sortir alors qu’il était clair qu’ils ne pourraient rien faire. Il s’assit finalement regardant autour de lui, cherchant une solution. Ils ne pouvaient pas sauter, ni rien. Ils étaient piégés. Ils avaient besoin d’aide et pour cela, il savait d’ores et déjà quoi faire. Il se concentra et envoya une poussée d’Aura à Raphaël, préférant que ce soit son cousin qui vienne le chercher plutôt d’Edwina par exemple. Il avait peur qu’elle se mette en danger et Raph serait certainement plus réfléchi et moins sentimental qu’elle en cas de souci, de décision à prendre. Il s’étira tranquillement tandis que l’autre se transforme et une fois le roux transformé il alla se frotter à lui. Maintenant, il fallait être patient. Pour l’instant il n’était pas spécialement inquiet, ils étaient en vie, pas franchement blessé, cela ne sentait pas le chasseur et Raph ne tarderait pas à arriver. Lorsque le roux se mit à parler il dut se concentrer pour tenter de comprendre ce qu’il disait et le ton de sa voix ne lui plaisait… mais alors pas du tout. Il grogna puis jappa un coup fort pour lui montrer son mécontentement.  Pour un peu, il lui aurait pissé dessus pour lui montrer son mécontentement, mais il n’était pas certain que cela plaise à l’humain…. Alors à son tour il se changea. Bordel de chute, de merde à la con. grogna-t-il en se tenant l’épaule. Ca n’avait pas l’air ni déboiter mais il aurait certainement un énorme bleu, une contusion ou peu importe comment ça s’appelait. T’es toujours en vie à ce que je sache, alors arrête de dire que j’ai la poisse je te prie. Parce qu’il culpabilisait déjà énormément à ce propos et avait peur de encore une fois à quelqu’un à qui il tenait. C’est toi qui est censé être le super traqueur et t’es tombé au fond du trou. Il ricana un peu. Tu sers à quoi si tu peux même pas repérer un foutu trou de merde ? il regarda en l’air. Bon, en plus j’ai l’impression qu’il va bientôt pleuvoir, j’espère que Raphaël ne va pas tarder sinon on va puer le chien mouillé… enfin ça c’est dans le cas où un chasseur ne se radine pas le fion pour nous foutre une balle. Ca serait un comble n’est-ce pas, se de prendre une balle dans l’trou ? Amoureux du glamour et de la poésie, bonsoir.




Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Nov - 15:50


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 441 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Tandis qu’il observait la configuration du trou, il sentit la fourrure de Nicholas se plaquer contre lui. Il passa pensivement les doigts dans son poil épais au toucher soyeux, tandis qu’il vannait un peu l’humain. Le loup brun grogna, Leif se retourna vers lui en se demandant s’il avait vraiment compris ce qu’il avait dit. Pour sa part il ne faisait jamais l’effort de se concentrer pour percevoir le sens des conversations sous forme lupine, c’était épuisant et ça lui donnait mal au crâne. L’autre loup muta à son tour pour laisser apparaître un Tveit fort fâché et endolori. Tandis qu’il protestait, Leif regarda les égratignures sur son corps commencer déjà à cicatriser. En revanche, il devrait attendre pour les gros bleus sur le côté gauche de son corps qui avait tout pris, dont un énorme sur la fesse qui rendra n’importe quelle assise désagréable.

- T’es toujours en vie à ce que je sache, alors arrête de dire que j’ai la poisse je te prie. C’est toi qui est censé être le super traqueur et t’es tombé au fond du trou. Tu sers à quoi si tu peux même pas repérer un foutu trou de merde ?
- Ok, Monsieur Sans-Humour, c’est juste que la seule fois dans ma vie où je tombe dans un trou de chasseurs, c’est avec le gars qui au lycée tombait toujours sur les distributeurs défectueux, sur qui les cafés renversés atterrissait étrangement et qui tombait sur des choux de Bruxelles à la cantine quand il n’avait pas de boite repas. Et puis mon boulot c’est de chasser, pas de repérer les trous, rétorqua-t-il avec un peu de mauvaise foi. Enfin, les trous que je cherche habituellement sont d’une toute autre sorte, conclut-il avec un sourire évocateur, qui s’évanouit rapidement lorsque le brun annonça qu’il allait bientôt pleuvoir. Il renifla l’air, et effectivement celui-ci semblait plutôt humide. Il fit un peu de tour du trou pour l’observer une seconde fois. Il se retrouva dans le dos de à Nicholas, et ses yeux ne purent s’empêcher de descendre pour tomber sur une vue fort agréable. Certes, ce n’était pas le meilleur moment pour se rincer l’oeil mais il faut bien trouver une compensation à son malheur, surtout que le temps semblait avoir agit comme sur du bon vin sur le brun : il était plus délicieux qu’avant. Il comprenait mieux ce crétin de Fredrick - que son âme rôtisse paisiblement en Enfer aux côtés de Satan, sa bêta tant aimée qui doit bien revenir chez elle de temps en temps. Un prénom qu’il détestait résonna à ses oreilles. Sa face se décomposa. S’il y avait bien une personne qu’il ne voulait pas revoir, c’était bien Raphaël Tveit. Mais il pouvait aussi espérer qu’il s’agisse d’un autre Raphaël, bien qu’appeler son bêta de meute serait une logique assez probable. Puis il évoqua les chasseurs, qui était un problème plus important.

- J’suis sûr qu’avec deux trous de balles ça peut être utile pour faire  des trucs très créatifs...  Son sourire évocateur revint. Si un chasseur se ramène on peut essayer de le baratiner non ? Il réfléchit.Evidemment le seul truc qui lui vint était débile. Pas si bête, mais débile. On a qu’à dire qu’on est deux tarlouzes qui ont voulu pimenter leur soirée et essayer la communion avec la Nature. Ce qui explique ce qu’on fiche à poil. Et on est tombés dans un trou, parce qu’on pouvait pas savoir et qu’on était concentrés sur autre chose. Genre, une sorte de quiproquo ? Et on fait ,je ne sais pas, genre qu’on s’est déboité un membre ou un truc du genre et qu’on va lui attenter un procès. Et si jamais il parle de loup, on fait genre qu’on le prend pour un cinglé. Il nous remonte et paf, on se casse en protestant. Ou mieux, on le pousse dans le trou.

Avec son Don il pourrait peut-être convaincre le chasseur qu’il avait fait une erreur, en espérant qu’il ne soit pas homophobe au point de les achever quand même.

- J’espère que le Raphaël que tu as appelé n’est pas ton Bêta. À vrai dire, dans ce cas, j’aurais préféré cent fois voir une de mes soeurs en syndrome pré-menstruel, en manque de chocolat et qui m’en veut pour avoir mangé la dernière tablette.


Il grimaça. Il détestait ce type pour l’avoir humilié publiquement, et pour le traitement qu’il a réservé à Edwina. Enfin, dans le fond, ce n’était pas de la détestation. C’était plutôt du mépris total envers tout ce qui constituait son être. Mais jamais il ne voudrait devoir lui être  redevable. Sa fierté en prendrait un sacré coup.

- J’ai faim. J’aurais bien mangé ce connard lièvre qui doit bien aimer ce trou de merde, se plaignit-il. Surtout que Katelina s’était vengée de son escapade en le condamnant à manger des brocolis pendant un mois, donc sa seule source de viande était la chasse.

- J’espère qu’il va se grouiller le fion, sinon on va devoir finir trempé de notre propre pisse en plus de la pluie vu l’espace qu’on a.

Ils semblaient à peine pouvoir tenir assis à deux les jambes recroquevillés. Le roux ne se fit pas prier pour reposer ses jambes en se lancer choir doucement sur le sol. Son bleu sur la fesse droite lui fit serrer les dents.

- Et j’ai envie de fumer, donc j’aimerais retrouver mes clopes.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Nov - 22:22


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2203 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Oui, il était à présent sérieusement de mauvais poil, pour pas grand-chose en plus, mais c’était plus fort que lui, il ne pouvait pas s’empêcher de pester contre Leif… et ses vilaines paroles. Il faut dire que la douleur dans son bras ne l’aidait pas non plus à se calmer. Il eut un rire sarcastique dès que l’autre se mit à parler avant de secouer la tête franchement toujours assez énervé. Donc toi quand tu chasses…. Tu te prends tous les trous ? Sérieusement comment ça a pu se passer ? Et oui, je me doute que les trous sont d’une autre sorte d’habitude, mais ce n’est pas le sujet ! Il rageait, il avait l’impression qu’il allait le rendre fou… et soudain Nick explosa de rire en se rendant compte de ce qui était en train de se passer. Tu vois comme c’est chiant d’avoir quelqu’un qui ronchonne tout le temps à ses côtés et qui met de la mauvaise volonté dans ce qu’il fait ? C’est ce que tu me fais à longueur de temps ! Pendant quelques minutes les rôles s’étaient étrangement inversés sans que le brun n’arrive à comprendre réellement comment cela avait pu se produire.

Nick repartit cependant sur un sujet beaucoup plus sérieux à savoir qu’il allait bientôt pleuvoir vu le temps qui faisait… et qu’il espérait également que le chasseur ne serait pas bientôt là sinon ils étaient mal vu leur tenue. Il serait logique qu’ils étaient des loups. Il haussa d’abord un sourcil à ce que dit Leif, puis lui fit un franc sourire avant de se rapprocher de lui, doucement, lui caressant doucement le bras avec son bras qui arrivait encore à bouger à peu près potablement. un peu comme ça par exemple ? dit-il, doucement, lui soufflant un peu à l’oreille avant de finalement se reculer et de reprendre une voix normale. Effectivement, je pense que je pourrais être crédible en expliquant ça, mais il faudra que tu opines sagement par contre et que tu ne me contredises pas trop, sinon ça fera bizarre. continua-t-il joyeusement. Il inclina la tête sur le côté avant de faire les yeux doux à Leif Bonsoir M’sieur, est-ce que vous pourriez nous sortir de là s’il vous plait, avec mon petit ami, on a voulu essayer de courir nu dans bois… ça expliquera l’absence de nos habits, et… donc on courrait nus dans les bois, je pourrais peut-être rajouter s’il sait le bien que ça fait de sentir le vent dans ses parties ? Hum . pas de très glam. Puis voilà on est tombés… le soucis c’est qu’on cicatrisera devant lui, niveau crédibilité on frôlera à peu près le zéro. il secoua ensuite un peu la tête avant de se passer une main dans les cheveux lorsqu’il parla de Raph. Ben si c’est mon Bêta et mon cousin, je n’vais pas appeler n’importe qui. Lui au moins je sais que je peux avoir une totale confiance en lui, une confiance aveugle tu vois. Pourquoi c’est un problème ? Il va nous aider, pas nous baiser… et j’adore tes sœurs mais Raph’ est beaucoup plus rapide, et plus fort. Raph avait pas mal de défaut certes, mais il avait beaucoup changé ces derniers mois, et il était devenu quelqu’un de bien, de meilleur. Il espérait qu’un jour les autres aussi le verraient ! Il le regarda râler avant d’aller s’asseoir à côté de lui ou plus précisément contre lui avec comme seule explication Arrête de râler, il vaut mieux qu’on se tienne chaud, il commence à faire frisquet dehors… Il pose comme il put vu la place qu’il avait sa tête contre l’épaule de son ami. Roh atteindre de geindre. Tu fumeras quand on sortira d’ici, et j’sais pas comment tu peux aimer ces merdes… vu l’odeur que ça a. Il se tut quelques instants avant de reprendre Maintenant, tu vas me dire comment tu te sens, réellement Leif Il avait fermé les yeux et diffusé une aura censée être apaisante, réconfortante autour d’eux.




Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Nov - 17:43


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 441 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Ce débile de Nick commença à s’énerver, mais ça lui passait au-dessus. Il avait envie que oui, il se prenait tous les trous, mais ils étaient plus petits que celui-ci. Sauf que sa première blague n’avait pas l’air de fonctionner et l’humour enfoncé au marteau était moins drôle, donc il se tut et soupira. D’autant plus quand il lui dit qu’il ronchonnait tout le temps et qu’il était de mauvaise foi. Ce qui était vrai, mais il était bien trop fier pour en rire. Il se contenta donc d’encore plus faire la tronche avant de vraiment devenir méchant. Ce qui ne s’arrangea pas quand on lui fit remarquer qu’il allait pleuvoir et que les chasseurs pouvaient leur tomber sur le dos. Il proposa de manière plutôt sérieuse un plan complètement foireux pour essayer de s’en sortir. Lors de la première seconde, le brun ne sembla pas convaincu. Lors de la deuxième, son beau sortit son beau sourire, et se rapprocha de lui d’une manière un peu trop sensuelle à son goût. Il frissonna lors qu’il sentit ses doigts glacés sur son bras nu, d’autant plus quand il sentit son souffle sur son oreille, puis il se recula rapidement, assez gêné.

- Putain mais t’es vraiment trop con ! Râla-t-il. Il n’aimait pas ce genre de jeu, surtout que ça avait bien l’air de le faire marrer, l’autre crétin. En plus il se permettais de donner des directives sur sa propre idée, ce qui lui plut moyennement.

- Et pourquoi ce serait toi ? C’est moi le roux, donc je suis le mieux placé pour ce genre de choses. Toi tu serais capable de te contredire tout seul...

Le brun lui fit la démonstration, il ne put s’empêcher de sourire car c’était ridicule. Sourire qui disparut vite car il se rendit compte que leur problème était toujours intacte, comme le soulignait le brun.

- Vaut mieux tenter de raconter une histoire abracadabrante que se laisser trouer la tête tout de suite. Au pire on pourrait peut-être faire la courte échelle pour le faire tomber et le maitriser après l’avoir rendu confus. Je sentirais forcément quel est le meilleur moment.

Le tout serait de gagner du temps pour pouvoir attaquer. Au mieux, ils récupèreraient de quoi remonter, comme une corde, ou même un téléphone. Au pire, ce serait un danger d’écarté. Mais ce n’était qu’un problème, car Leif en avait un deuxième : Raphaël Tveit. Qui en plus était le cousin de Nicholas.

- Ton Bêta est rien contre Katelina à qui tu annonces que tu ne veux pas finir ton plat, je te l’assure. Et depuis quand c’est ton cousin ?! Tu en avais jamais parlé avant !

Avant, c’était certes il y a longtemps, un paquet d’années même. Mais un cousin, ça apparait rarement du jour au lendemain. Il ruminait quand à cette nouvelle, puis s’assis par terre sur le sol un peu humide, puis commença à se plaindre. Le problème, c’est qu’il était comme tous les fumeurs : plus le temps passerait plus il serait irritable s’il ne pouvait pas tirer une latte. Il ne jeta pas Nicholas de son épaule : il faisait froid et le temps que quelqu’un se ramène, il aurait peut-être le temps de finir en surgelés. Ou noyés par la pluie.

- Roh atteindre de geindre. Tu fumeras quand on sortira d’ici, et j’sais pas comment tu peux aimer ces merdes… vu l’odeur que ça a.
- Oui mais je ne peux plus m’en passer. Tu te plaindras à Anders Solberg car y’a pas que son cigare qu’il m’a proposé de gouter.

C’est ça de ne pas fréquenter les enfants sages quand on est un jeune ado influençable. Surtout qu’on est d’autant plus idiot pour plaire à un homme qui nous a tapé dans l’oeil qu’à un ami. Il sourit en repensant au passé, et surtout à la mine dégoutée d’Edwina quand elle avait su qu’elle ne pourrait pas le mettre dans son lit. Il se sentait bien. Puis il compris que c’était l’aura de Nicholas.

- Maintenant, tu vas me dire comment tu te sens réellement, Leif.

Son sourire tomba. Mais l’aura l’empêchait d’être agacé, ou même de l’envoyer faire la commère ailleurs. De toutes manières il était bloqué ici avec Nicholas et ne pourrait pas le fuir à son grand malheur.

- Je me sens comme un type dont l’amant et Alpha s’est fait embroché ridiculement par un sanglier et qui n’a absolument pas envie d’en parler.

La vérité est qu’il avait peur. Très peur de perdre quelqu’un d’autre. C’était idiot, mais la mort de Fredrick avait été comme une piqûre de rappel : il n’y avait pas que les argents ou les chasseurs qui tuaient. Il y avait la vie aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Nov - 11:02


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2203 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Nicholas haussa simplement les épaules lorsque le roux lui dit qu’il était con. Non, il ne trouvait pas spécialement. Il mettait juste en pratique les idées de son ami pour voir s’ils pourraient être crédibles ou pas mais visiblement cela ne semblait pas franchement plaire à Helstrom, pourquoi proposer ce genre de chose s’il ne voulait pas qu’il le touche ? C’était juste totalement débile mais Nick décida de ne pas prendre mal les changements d’humeurs du roux. Pourquoi ça serait moi qui parlerait ? parce que moi, je suis attendrir les gens et ils me trouvent inoffensif, alors forcément ça passera mieux que si Monsieur Ronchon Grognon parle avec toute la mauvaise foi dont il est capable. Tu me fais penser à un cochon grognon parfois. oui, c’était juste totalement débile cette phrase mais il n’en avait rien à faire. Il était certain qu’il conviendrait mieux que son ami à cette tâche ardue qu’était de convaincre qu’ils étaient juste deux amants en manque de sensation forte. Si le roux l’ouvrait, il était clair qu’ils étaient foutus mais l’orgueil de Leif était visiblement encore trop fort et il ne voulait pas entendre raison. Il rappela rapidement que ce n’était pas le moment de blagasser sur ce genre de choses. Tu crois vraiment qu’il va nous laisser remonter gentiment… et après tomber dans le trou ? demanda-t-il franchement dubitatif, certainement qu’il avait voulu dire autre chose mais il ne voyait pas bien quoi… c’était juste étrange comme idée, le manipuler lui semblait plus simple et plus sûr mais après tout chacun son avis et si le roux lui expliquait mieux peut-être qu’il se rangerait de son côté…. Ou pas. Tveit grogna légèrement qu’il parla de Raph de la sorte, il le fusilla du regard avant de souffler. Ta sœur est adorable, mais elle ne vaut pas mon cousin qui est plus rapide, plus fort et agile ! C’est parce que tu ne l’aimes pas que tu le sous-estimes et un jour ça te perdra de réagir de la sorte ! Non mais il se croyait où l’autre ? Son Bêta était meilleure qu’une gamine, même si c’était une Helström et même si Kate était douée, il ne pouvait pas le nier ! Et… on l’a découvert il y a quelques temps. C’est tout. De toute manière, Cousin ou pas, ça ne change rien au fait que Raphaël sera la MEILLEURE personne pour nous aider, point barre ! réponse qui ne sembla absolument pas satisfaire le roux, mais tant pis.

Ils avaient finalement fini par terre l’un contre l’autre ou plutôt le Brun s’installant contre le Roux, sur son épaule même si c’était loin d’être confortable, tandis que Leif geignait pour rien encore et encore. Il leva les yeux un peu au ciel avant de soupirer. Bah si t’es en manque tu te tais c’est que de la clope c’pas vital. T’es un grand garçon, non ? ne put-il s’empêcher de lancer sarcastiquement. Et après c’était lui qu’on appelait le Chouineur, il n’était pas franchement mieux… Il tenta de l’apaiser un peu en utilisant son aura avant de poser LA question. Je me sens comme un type dont l’amant et Alpha s’est fait embroché ridiculement par un sanglier et qui n’a absolument pas envie d’en parler. Qu’est-ce qu’il pouvait bien répondre à ça ? pas grand-chose, il se tourna un peu plus vers lui, lui caressant doucement la joue. Mais tu sais que ta famille et tes amis sont là pour toi Leif ? Tu n’es pas seul. Il se tut quelques instants avant de finalement reprendre De toute manière, ce n’est pas comme… comme s’il nous avait réellement aimé ‘un ou l’autre, il faut se rendre l’évidence, il n’aimait que lui c’est ce qui comptait le plus pour lui sa petite personne. il savait en lui-même qu’il était certainement trop dur avec Jegger, il espérait toujours que l’ex alpha l’avait aimé, au moins un peu et que tout ça n’était pas illusion. Toi, au moins, tu pourras te retrouver un autre amant sans aucun souci, ce n’est pas comme si ça ne courrait pas les rues Leif, même si t’as un vrai caractère de cochon grincheux, tu as plutôt mignon, sexy …. Alors voilà. Il inspira. Et ton Alpha…. Vu qu’on ne sait pas où est Heiko… je pense que là aussi je peux comprendre, alors je me doute bien que cette phrase que tu m’as dis ne représente pas tout ce que tu ressens, et tu as besoin d’en parler…. Par ce que sinon ça va finir par te bouffer, et ça serait con, parce que beaucoup te personnes peuvent te comprendre, te conseiller.




Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Nov - 0:39


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 441 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Il ouvrit la bouche dans un air presque choqué quand il l’appela cochon grognon. Sérieusement ? ... SÉRIEUSEMENT ?! Il ne savait pas s’il devait rire ou pleurer. Il n’»arrivait même pas à trouver cela mignon. Juste désespérant.

- Je vois que tu as toujours un talent aussi merveilleux en répartie, Nicholas. Du moins pour la catégorie enfants en bas-âge, lâcha-t-il dans un ton neutre.

D’accord, il fallait reconnaître que sa fierté l’empêchait souvent d’être sympathique car il campait sur ses positions rien que pour ne pas avoir tort. Mais il semblerait que le Brun n’aie pas vraiment compris ce dont il avait prévu. Il se contenta de lever les yeux au ciel avant de reprendre :

- Justement, si qu’il nous remonte ne marche pas, on a qu’a le faire tomber. On fait la courte échelle, on l’attaque et on lui vole tout objet susceptible de nous aider. Au pire, ça nous permettra de le maîtriser et de ne plus se faire trouer la tête. Et personnellement, si j’étais un chasseur, mignon ou pas un loup j’en fais un dessous de lit.

Il avait toujours été quelqu’un avec les pieds sur terre. Nicholas avait beau savoir très bien faire les yeux du Chat Potté, il restait un ennemi pour un humain ayant envie de sang. Il appris ensuite avec amertume que la personne que son camarade avait appelé serait Raphaël Tveit et non Edwina. Le sujet dériva sur ses soeurs, et à vrai dire, c’était un sujet sensible. Qu’on osât comparer un homme détestable et imbus de lui-même à son adorable et si forte petite soeur était un affront qu’il ne tolérait pas. Ce fut même pas l’humain qui répliqua, mais le loup qui grogna sourdement afin de faire taire l’autre et mettre fin à cette conversation. Il se calma avant d’annoncer qu’il avait faim, et surtout envie de fumer. Nicholas commença à le chambrer sur ce fait, ce qui l’agaça encore plus qu’il ne l’était avant.

- Bah si t’es en manque tu te tais c’est que de la clope c’pas vital. T’es un grand garçon, non ?
- Tu devrais pouvoir comprendre vu à quel point tu transpires le manque de bite.

D’accord, celle là était méchante et faite exprès, mais il avait franchement envie qu’il se taise. Il fallait avouer qu’il avait déjà essayé trois fois d’arrêter de fumer, à chaque fois soldée par un échec. Il était trop faible pour se passer de ses cigarettes, qu’il fumait surtout quand il passait des période de stress. Autant dire qu’en ce moment ses paquets descendaient à grande vitesse. Nicholas s’enquit de son état d’esprit après la mort de son Alpha, une attention dont il se serait bien passé et à laquelle il répondit par le sarcasme.

- Mais tu sais que ta famille et tes amis sont là pour toi Leif ? Tu n’es pas seul.

- Je sais, répliqua-t-il d’un ton sec tout en priant Fenrir qu’il se taise. Mais il continua, à son plus grand désespoir. Il parla de Jegger, mais c’était pas ça qui le préoccupait. Il avait honte d’avouer ses véritables pensées, car s’ouvrir, c’était exposer les endroits où on était le plus vulnérable. Pourquoi il ne s’en souvenait pas ? Pourquoi continuait-il à parler alors qu’il savait très bien que s’il avait des choses à dire, il le lui dirait ? Il n’avait jamais été du genre à s’ouvrir. Il mettait des jours à parler de ses soucis avec Amanda, et pourtant elle était la personne la plus précieuse à ses yeux, celle qui l’avait toujours aidé sans le juger.

- [...] Par ce que sinon ça va finir par te bouffer, et ça serait con, parce que beaucoup te personnes peuvent te comprendre, te conseiller.

- Que ne comprends-tu pas dans la phrase «je ne veux pas en parler», Nicholas Eirik Tveit ? Et qu’as-tu à me conseiller ? «Comment vivre son deuil et rester quand même optimiste en quatre leçons » ? Qu’est-ce tu veux que je te dise ? Les gens autour de nous crèvent comme des merdes depuis le meeting et on peut rien y faire, à part prier que ce ne soit pas notre entourage proche !

Il était vraiment en colère. La terrible peur se camouflait derrière son aigreur, cette éternelle peur d’ouvrir une porte sur une salle vide où il n’y aurait plus personne pour le serrer dans les bras et l’aimer. Une table où flottait des fantômes créés par sa mémoire, des visages qu’il ne verrait sourire ou sentir leur chaleur, leur odeur que dans ses souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Déc - 19:14


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2203 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Il eut bien du mal à se retenir de lui tirer en faisant un petit « nianiahniah », oui, il n’avait pas forcément une très bonne répartie, c’était vrai… sauf quand il voulait bien s’en donner la peine mais c’était quand même assez rare. Il préférait qu’on le pense stupide pour qu’on lui foute la paix et cela marchait assez bien en temps général. Au moins je ne suis pas un expert en râleries inutiles qui me font passer un connard, qui ne sait faire que râler tout le temps. Et qui préfère railler les autres plutôt que de se remettre en question. lui dit-il d’un ton presque chantonnant pour lui montrer que contrairement à lui il ne prenait pas TOUT au premier degré, parce que pétard qu’est-ce que ça pouvait être soulant ce manque d’autodérision. Il manqua de faire une blague sur les coincés du derrière mais se doutait que ce n’était pas franchement la meilleure chose à faire pour l’instant alors il se tut tout simplement sur le sujet. Le nouveau plan du roux lui fit hausser un sourcil dubitatif. Donc toi, tu crois, que le chasseur, certainement expérimenté, va nous regarder faire la courte échelle, tout en restant à ôté du trou, PILE là où on va monter….. il fit une petite moue qui vouait en dire long et ajouta Et après c’est moi l’optimiste… voyez-vous ça ! Il secoua la tête Ils ont quoi comme preuve qu’on est des loups ? De réelle preuve ? Tu crois vraiment qu’ils prendraient un risque inconsidéré…. Mais c’est vrai que toi tu vas lui grogner dessus à la première vanne. ce n’était pas des plus gentils de la part de Tveit de lui rappeler qu’il avait du mal à contrôler son Loup, mais en même temps, il n’y avait pas plus véridique ! Il n’y avait qu’à voir comment s’était déroulée une de leur dernière rencontre. Et ils avaient continué à tirer sur la corde sensible lun de l’autre, continuant de se chamailler comme deux gamins sur « qui est le meilleur » blablabla. Ils ne se rendaient même pas compte qu’ils étaient certainement ridicules… mais le fait que Nick ne voulait pas démordre que Raphaël était meilleure que Katelina, normal, il était Bêta et il était très fier de lui !

Ils finirent par arriver à la clope et au fait que leif ne pouvait pas s’en passer, choses que Nick ne comprenait franchement pas… et la réplique du roux ne tarda pas à suivre Tu devrais pouvoir comprendre vu à quel point tu transpires le manque de bite. Il le regarda totalement stupéfait, se retenant tout juste de vouloir lui sauter à la gorge. Son Loup vouait l’étriper pour cette insinuation sur Dante et sur les répercussions de sa mort. On voyait bien qu’il ne savait pas de quoi il parlait exactement. Il arriva de justesse à se canaliser et tenta de repartir sur un autre sujet pour lui montrer qu’l avait des amis, qu’il n’était pas « seul » dans cette épreuve. Il voulait l’aider, réellement mas ne se rendait pas compte qu’il ne s’y prenait pas du tout de la bonne manière. Que ne comprends-tu pas dans la phrase «je ne veux pas en parler», Nicholas Eirik Tveit ? Et qu’as-tu à me conseiller ? «Comment vivre son deuil et rester quand même optimiste en quatre leçons » ? Qu’est-ce tu veux que je te dise ? Les gens autour de nous crèvent comme des merdes depuis le meeting et on peut rien y faire, à part prier que ce ne soit pas notre entourage proche ! la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Il fut soudain prit d’un fou rire entre l’hystérie, le rire nerveux et le rire sarcastique. Est-ce qu’il plaisantait ? Est-ce qu’il était réellement en train de se foutre de sa gueule ? prier pour que PERSONNE de notre entourage proche ne meure ? Mais j’ai déjà quasi perdu tout le monde. Mon frère au meeting. Dante, qui compétait mon âme… Fredrick que j’aimais. adulait serait certainement un terme plus exact mais ils n’allaient quand même pas chipoter. Est-ce que tu t’entends parler ? Tu veux qu’on parle aussi d’Heiko peut-être ? pauvre petite chose geignarde qui a peur de perdre quelqu’un de proche, tu ferais mieux de remercier le ciel que ce ne soit pas déjà arrivé… encore et encore, et encore. il eut de nouveau un petit rire incontrôlé Et après c’est moi le Chouineur. Tu sais quoi Leif, démerde toi tout seul, mais ne vient pas pleurer le jour où tu auras besoin des autres, ne t’étonnes pas si tout le monde te tourne le dos vu ton comportement. Tu finiras seul, comme un con. utilisant son don de meute il lui sauta soudain dessus violemment pour le plaquer au sol avec son bras le plus valide, ses yeux changèrent de couleurs pendant quelques instants. Et ne reparle plus JAMAIS de ma vie sexuelle sans savoir ce que ça fait de perdre une âme sœur.Et cette fois ce n’était pas une demande mais bel et bien un ordre.






Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Déc - 13:29


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 441 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Depuis le temps, il faudrait que Nicholas comprenne qu’il ne se faisait pas passer pour un connard ; il était un connard. C’était le seul moyen que vous avez dans le vie de pouvoir vous défendre avec efficacité : attaquer avant l’autre. Il se contenta de soupirer, les marques de son agacement devenant de plus en plus tangibles au fur et à mesure du temps où il était coincé dans ce trou. Et quitte à passer du temps dans un trou, il préférait que ce soit d’une autre façon, comme il l’avait déjà fait remarqué. Il comprit vite qu’ils ne seraient jamais d’accord sur le plan, et que Nicholas s’amuserait à contredire chacune de ses idées même s’il lui annonçait qu’il avait tout le matériel pour fabriquer une échelle. Il se contenta de ne plus répondre, mais étant persuadé qu’il était bien plus capable que Nicholas sur ce plan. Il était un roux, c’était dans sa nature les plans vicieux pour survivre. Quant au brun, des fois il se demandait comment il avait réussi à rester vivant jusque là. Il ne releva pas l’insinuation qu’il ne saurait pas contrôler son loup. À quoi bon ? Il n’avait pas tort. Mais depuis le temps, il aurait dû comprendre que ce n’était pas l’humain qui domptait le loup, mais le loup qui domptait l’humain. De manière générale, seul un autre né-louveteau pourrait comprendre son sentiment. Le loup était sa première nature, son corps de naissance. Il n’avait ni à le contrôler ni à le frustrer d’une quelconque façon, du moins il s’en sortait très bien sans forcer plus. Mais expliquez ça à des loups à qui on a appris la nécessité du contrôle. Plus la conversation avançait, plus il se sentait irrité par la présence de Nicholas. Il sentait qu’il tirait vraiment sur la corde, mais il s’en fichait. Il espérait arriver à clouer ses mâchoires, mais cela semblait être le treizième travail d’Hercule. Enfin, il avait réussi à le faire taire quelques secondes, mais il lui a fallut être gratuitement méchant pour ça. Et même cela avait échoué, car il l’ouvrit encore pour parler des sentiments de Leif sur la mort de Fredrick. Pourquoi ne pouvait-il pas juste attendre en silence ? Surtout pour aborder un sujet pareil ! Peu enclin à répondre, il devint de plus en plus agressif jusqu’à finir par vraiment blesser Nicholas. Ce fut d’abord un rire malade, puis encore des mots. Leif aurait peut-être dû sentir de la compassion, mais pourtant il n’y avait de la place que pour de la déception et de la colère. Son intuition lui souffla de s’écarter, mais ce n’était pas possible vu la place qu’il y avait. Il se sentit plaqué violemment contre le mur, le choc répandant une douleur peu agréable le long de sa colonne vertébrale et qui lui coupa presque le souffle. Il en perdit l’équilibre, glissa le long de la paroi et se retrouva sur le dos, maitrisé par le brun, qui redevint soudainement visible et lui priant de ne plus insulter son âme-soeur et sa souffrance.

- Ton âme-soeur ? C’est une putain de blague, cracha-t-il. Je déteste ce type qui a même pas eu les couilles d’essayer de vivre à tes côtés. Je le conchie sérieusement. Je le déteste car il n’a eu aucun respect pour toi du début à la fin, et je suis sûre qu’il a jubilé en pensant que toi, tu serais condamné à errer seul et te sentir incomplet. Ou alors qu’en mourant il ôterait une autre vie. Et le pire, c’est qu’il n’a pas fait que ça, il a ôté une partie de toi-même, celle qui te faisait voir ce qu’il te restait et pas ce qu’il te manque.

C’était ce qu’il avait toujours aimé chez lui, ce qu’il admirait presque, cette capacité à voir du beau en tout et tout le monde, quand lui-même avait fini par trouver le monde cynique, froid, et les gens hautains et désagréables.

- Regarde un peu autour triple imbécile !  Ses mains se resserrèrent autour des avant-bras de Nicholas jusqu’à lui laisser une marque. J’ai une cousine qui vécu quatre mois de torture, une autre qui est à moitié fêlée, un cousin qui a perdu ses deux parents d’un coup et s’est retrouvé presque seul, une soeur qui au moindre faux pas sera réduite en charpie, une Alpha qui a perdu son meilleur ami d’une manière risible, et un crétin de brun au bord du nervous breakdown...  Et j’écourte la liste. Tu crois pas que j’ai le droit d’avoir peur ?  Pourquoi je me plaindrais de ceux qui sont morts ? On ne peut plus rien pour eux de toutes façons.

Il se tut. Puis se renfrogna car s’était un peu trop emporté à son goût. Il lâcha sa prise, laissant de nouveaux bleus sur le corps de Nicholas, mais son visage exprimait toujours la colère. Il profita de sa vitesse et de l’entrainement intensif d’Elisif pour retourner la situation à son avantage. Il dégagea ses bras d’un coup sec et prit le brun sous les aisselles pour que ce soit lui qui se retrouve dos à terre. Sa main glissa vers son cou pour l’enserrer telle une menace, tandis qu’il se penchait pour glisser à son oreille.

- Et la prochaine fois que je dis que je ne veux pas en parler et que tu essaies quand même, je t’en fous une directement. Ça fait deux fois, Nicholas. Si je peux faire l’effort de supporter le vomissement sans fin qui sort de ta bouche, tu peux respecter mon silence. Et si tu ne peux pas, reste loin de moi. Je ne comprend même pas pourquoi tu reviens me voir. À croire que même mes poils de couilles ont plus de QI que toi. En plus tu sais très bien que tu n’as aucune chances de me battre. Contrairement à toi, je fais des efforts pour ne pas être dépendant des autres. Je m’en fous d’être seul, moi au moins je me m’en sort comme ça.

Il jouissait de sa position dominante sur le brun, il aurait voulu mordre dans ce cou blanc  pour qu’il se rappelle à qui il avait affaire, par envie de lui laisser sa marque sur son corps et un peu par vengeance. Il sentit déjà une première goutte glacée lui parvenir sur la peau, le faisait frissonner. Il regarda le ciel, et lâcha un peu sa prise en songeant la situation était déjà assez envenimée comme ça. À vrai dire, il préfèrerait être assez en état pour sortir de ce trous à rats ou plus exactement à loups.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Déc - 22:50


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2203 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Se taire, être raisonnable, c’était quelque chose de bien trop difficile aujourd’hui, à l’heure actuelle. Il était bien trop sous-tension pour arriver à réguler son flot de paroles, ou même, il était dans l’incapacité de comprendre que Leif aurait juste voulu qu’il se la ferme alors qu’il voulait juste l’aider. Comme d’habitude le roux était odieux avec lui, mais ce n’était pas le moment de le chercher, surtout pas sur ce genre de sujets qui étaient plus que sensible chez lui. On respecter le lien d’âme-sœur, quel qu’il soit. N’était-ce pas une règle ? Ou tout le monde avait décidé de faire une foutue exception pour celui qui le lier à Eliassen ? Pourquoi est-ce qu’ils ne semblaient pas comprendre ? Qu’est-ce qu’il y avait de si difficile à capter ? Le brun ne comprenait pas, et cela le désemparer toujours plus. Il détestait avoir l’impression d’être fautif ou victime de quelque chose. Il détestait ça, qu’on LE dénigre, lui, l’argenté. Non personne ne pouvait dire du mal du Mort. Personne. Il ne pouvait pas accepter ça. Il était le SEUL à pouvoir le maudire comme il le fallait, parce qu’il était le seul à comprendre ce que Dante avait pu éprouver, à savoir ce que ce lien impliquait. Les autres n’avaient pas ce droit, du moins pas devant lui. Il en était même hors de question, à chaque fois il prenait rapidement la mouche, ayant du mal à contrôler son Loup qui voulait, malgré tout, défendre l’autre. Alors oui, il n’avait pas pu s’empêcher, une nouvelle fois de sauter que Leif pour l’attaquer, pour lui faire comprendre qu’il n’avait aucun droit d’évoquer ça…. Et qu’il avait déjà perdu bien des proches, alors que sa phrase était ridicule. Il s’était retrouvé rapidement que Leif, fou de rage. Il avait envie de le mordre, de le bouffer, de l’étriper mais son côté humain arrivait à contrôler cet instinct destructeur. TAIS-TOI. lui hurla-t-il, presque les larmes aux yeux. c’était MON AME SŒUR. Tu voulais quoi ? Que j’en ressente indemne ? On sait tous les deux que ce n’était pas possible, que ça ne l’est pas. Qu’est-ce que ça te coûte, non pas de le respecter mais de respecter le lien que j’avais avec lui ? On ne l’avait pas choisi ! mais le pire c’était certainement de savoir, qu’au fond Leif n’avait pas tort, certainement que Dante avait adoré cette idée de lui mettre bien profond une bonne fois pour toute et surtout définitivement. Et il le détestait pour ça, autant qu’il en souffrait et que cela le rendait fou.

Les mains de Leif ne tardèrent pas à serre ses avant-bras jusqu’à lui faire mal, il fit une petite grimace mais ne fit aucun commentaire, toujours bien trop énervé contre son ami. On ne joue pas au jus de « qui a vécu quoi Leif ! » Tu me dis qu’on a perdu de personnes proches alors te je te fais comprendre que tu as TORT. Et je te rappelle qu’Edwina est ma meilleure amie. Il le foudroya du regard. Tu ne peux pas t’empêcher de tout reporter à toi Leif ! Tu veux qu’on joue à ce jeu-là. Tu étais où quand je me suis fait enlever. Tu étais OU pendant ces mois où j’étais chez Dante. Tu as fait quoi, la seule fois où je suis venu de demander de l’aide ou des renseignements ? Il eut de nouveau un rire nerveux. Et je n’ai jamais dit que tu n’avais pas le droit d’avoir peur, juste que réfléchir un peu quand tu parles et d’avoir du respect pour nos pertes, pour mes pertes. Si c’était une de tes frangines qui étaient mortes et que je t’avais « ouais j’espère qu’on ne va pas perdre notre entourage proche » ? Il laissa passer quelques instants avant de lui hurler –presque rugir- COMMENT HEIN LEIF ? Oui, il était peut-être un au peu bord de la folie, et alors qu’est-ce que ça pouvait lui faire ? Vu comme il le traitait qu’est-ce bon Dieu –Fenrir- cela pouvait-il lui faire ? Certainement qu’ils n’étaient même plus amis… ou peut-être que si. Le comportement du roux laissait pourtant fortement à douter… surtout vu ce qu’il était en train de lui dire : c’était une véritable douche froide pour Tveit. Pour le coup, il ne savait plus quoi dire. Absolument plus quoi dire. De toute manière, il lui semblait avoir perdu le peu d’énergie qu’il avait emmagasiné pour se battre. Leif en avait profité pour retourner la situation à son avantage. Nick se retrouva dos à terre, la main du roux sur son cou, il avait donc dû l’écouter déblatérer sa dernière tirade sans pouvoir rien réellement faire. Et soudain il commença à pleuvoir. Ils étaient tous deux presque entièrement recouverts de boue et franchement certainement pas beau à voir… Je voulais t’aider Leif. Mais comme d’habitude tu agis juste comme un con. Il planta son regard dans le sien.





Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Déc - 11:50


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 441 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Son expression se ferma au premier hurlement, même si le blindage autour de ses émotions arrivait à peine à contenir colère et déception. Il avait juste envie de le prendre par le col, de le secouer, et de l’insulter de tous les synonymes du mot «imbécile». Mais il ne pouvait pas le faire car le brun le maitrisait de tout son poids. Il le laissa cracher son venin, non sans froncer les sourcils et serrant les lèvres dans une moue dédaigneuse. Nicholas n’avait pas tort, il n’avait pas choisi de devoir se coltiner Eliassen, et inversement. Ce n’était pas le problème, le souci était qu’il avait été trop lâche pour assumer le choix de Fenrir. Il était parti en condamnant son âme-soeur à sentir que quelque chose était définitivement absent. Plus exactement, que ce quelque chose en lui était mort, comme le prouvait cette odeur presque cadavérique qu’il portait maintenant, comme un injuste mauvais sort. Surtout, il l’avait condamné lui à voir Nicholas anéanti, peut-être pour toujours. Quant il était plus jeune, il lui avait envié son optimiste qui intervenait là où il tombait dans des états neurotiques. Maintenant il voyait cette insubmersibilité s’effondrer comme un château de cartes, à cause d’un type encore plus pleutre que le pire d’entre les roux. Dante Eliassen lui avait ravi Nicholas. Par deux fois.
Alors jamais il ne pourrait respecter un individu aussi piètre et il n’avait pas honte de le dire. Malgré tous ses défauts, l’hypocrisie n’en faisait pas partie, même si son ancien camarade semblait l’avoir oublié. C’est pourquoi il a encore tout pris de travers. Ou simplement parce qu’il n’avait jamais su comment utiliser correctement sa matière grise autrement que pour se focaliser sur son entrejambe et son estomac. Il essaya de tempérer, de s’expliquer, mais sa colère l’emporta et il empira la situation. Il voulait ouvrir la bouche, mais elle fut coincée dans une moue sidérée. Était-il tout bonnement sérieux ? Il l’accusait d’être égocentrique, mais c’est exactement comment il pourrait qualifier sa petite scène ! En effet, il avait peut-être le droit vu sa situation de l’être un peu, mais se rendait-il compte des conneries qu’il débitait ? Comment ne pouvait-il pas être énervé après ça ? De plus à force d’hurler comme ça, ils vont finir par attirer l’attention, et vu le karma du brun, ce sera un chasseur. Au moins il pourra venir l’achever avant qu’il en entende plus. ce sera plus doux que de se faire défoncer ses tympans sensibles. Sa grimace se fit un court instant méprisante, puis il profita de la fatigue de Tveit pour retourner la situation à son avantage. Il le menaça. Il en avait juste marre de cet impertinent qui semblait avoir tout oublié à son sujet. Il était censé le savoir, on n’obtenait rien de lui en jouant au psychologue. En agissant ainsi, il avait juste gagné son dédain. Il finit par relâcher légèrement sa prise, appréciant tout de même cette sensation de contrôle sur ce pauvre loup faible.

- Je voulais t’aider, Leif. Mais comme d’habitude tu agis juste comme un con.

Les pupilles brunes croisèrent les vertes, tremblantes sous l’explosion d’un cocktail Molotov interne que ses barricades contenaient tant bien que mal.

- M’aider ? En quoi ? Tu le sais pourtant que tu ne m’aideras jamais comme ça, tu le sais très bien, ou du moins tu es censé le savoir.  Son ton était retenu mais ses respirations plus saccadées le trahissait, ainsi que sa main qui reprit sa prise. Ça fait sept putain d’années, connard, que je ne t’ai pas vu. Sept ans, bordel ! Toi tu te pointes en croyant que le monde n’a pas tourné, et que tu peux me taper la causette comme ça, car tout va bien sous le pied de l’arc-en-ciel ! Tu croyais que j’allais t’accueillir à bras ouverts ? Et tout ça pour parler de choses qui ne te regardaient surtout pas, qu’est-ce t’en avais à foutre de ma relation avec Jegger ?! À part te rassurer que c’était bien un enculé même s’il refusait toujours d’offrir son cul ? Le même enculé qui m’a empêché de venir au combat car j’étais trop faible pour survivre, et pour qui j’ai été faire mon travail de traqueur pour essayer de retrouver une odeur inexistante car elle avait changé entretemps ! Et pourquoi j’irais te sortir de chez Dante quand personne d’autre ne l’a fait ?! Je ne suis pas un héros  Nicholas, je suis un gros trou du cul, aussi égoïste que tous les autres trous du cul. Et tu ne faisais plus parti de mon paysage depuis sept ans à ce moment-là. Nous ne sommes pas amis, nous étions amis. Voilà pourquoi je ne comprend pas ton obstination à venir toujours dans mes pattes !

Son visage semblait finalement plus dépité qu’enragé.

- Alors, répond-moi : pourquoi tu es venu me voir ? Pourquoi tu restes ?!

Sa main s'écarta de son cou, pour simplement se poser sur le sol à côté de son visage tandis que ses yeux se faisaient presque suppliants.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Déc - 22:26


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2203 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



C’était rare qu’il craque de la sorte. C’était rare qu’il hurle, frappe –ou manque de mordre-, mais il était réellement énervé. Leif avait réussi à outrepasser sa limite de patiente, surtout en parlant de Dante de la sorte, mais le roux n’avait pas franchement l’air de s’en soucier, bien au contraire, il n’en avait cure. E si Nicholas avait réussi à dominer l’autre pendant quelques instants, l’effet c’était vite inversé avant que Leif relâche également son étreinte et qu’ils se retrouvent l’un face à l’autre –pour ne pas dire quasiment l’un sur l’autre vu la grandeur du trou-. La colère était passée, pour l’instant ainsi que sa pseudo-hystérie pour laisser de nouveau place à la tristesse, l’incompréhension et le désarroi. Pourquoi est-ce que le roux ne voulait pas comprendre que c’était juste sa manière de l’aider ? Pourquoi est-ce qu’il se montrait si dur avec lui, si injuste à chaque fois qu’ils se croisaient ? Si bien que ce fut au tour de son « ami » de se lâcher. Est-ce que Nick aurait pu s’y attendre ? oui, forcément… mais le souci c’est que c’était Nicholas et qu’il était souvent surpris/apeuré face à ce genre de comportement. Au bout de deux phrases, Leif lui reprit finalement la gorge violemment. Nick déglutit avec difficulté, mais cette fois encore il ne fit aucun geste pour l’en empêcher se contentant de « boire » ses paroles, se prenant comme des gifles à chaque nouvelle phrase, et bientôt des larmes naquirent dans ses yeux laissant une nette trace sur son visage couvert de boue, de terre séchée. Il aurait voulu le repousser, il aurait voulu se recroqueviller dans un coin pour ne plus entendre ces insanités, mais il ne pouvait pas, il était bloqué, complètement bloqué. Il eut un petit hoquet de surprise lorsque l’autre lui dit qu’ils n’étaient plus amis. Le coup de grâce venait de tomber. Encore une fois il s’était trompé, encore une fois il avait trop cru en quelqu’un. Désillusionné avec cette envie folle d’hurler, de crever…. Et finalement enfin le roux se tut. Nicholas arriva enfin à relever son regard sur lui avant de lui souffler, doucement :

TU as couché avec MON petit-ami Leif, je le sais, et c’était une des raisons pour lesquelles ça m’importait de savoir comment allait ta relation. Je savais comment il était et je voulais de ces nouvelles après sa libération… qui d’autre aurait pu mieux y répondre qu’un amant, que quelqu’un à qui il tenait ? J’aimais Fredrick, Leif, réellement.et le mot était faible vu sa dévotion, et son adulation pour le roux. Et toi…. Tu me l’as pris, en partie, en sachant que ça me blesserait, que ça me ferait du mal. Tu es censé le savoir non ? la différence, c’est que j’ai voulu t’aider et toi me détruire. Il eut un faible sourire, peut-être même une lueur de folie dansant dans les yeux – comme Dante-. Et malgré tout, je pensais qu’on est toujours amis. Malgré le fait que ce soit qui te soit éloigné un jour sans explication, qui a commencé à m’éviter et j’ai respecté ton choix tout simplement. Je pensais que l’on était cependant toujours amis, c’est drôle non ? il secoua la tête séchant ses larmes avec son poignet. Une amitié ne se détruit pas comme ça, cela veut certainement dire que nous n’avons jamais été réellement amis. Voilà pourquoi j’étais soi-disant toujours dans tes pattes, mais ne t’inquiètes pas, je ne t’ennuierai plus, j’ai bien compris le message. continua-t-il beaucoup plus sèchement. Ne t’inquiètes pas, je trouverai de VRAIS amis grâce à qui je me sentirai moins seul, grâce à qui je pourrais avoir un peu de réconfort. Mais toi, tu finiras seul, c’est ce à quoi tu es voué avec ton comportement. Il déglutit doucement avant d’ajouter, plus faiblement, mais sous d’ordre maintenant lâche-moi ! la discussion était close. Il ne lui tardait qu’une chose que Raph arrive pour qu’il  puisse s’enfuir d’ici à grande vitesse pour panser ces nouvelles plaies.




Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Déc - 20:37


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 441 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Il vida son sac sur le pauvre brun, qui fatigué par ses émotions semblait ne plus avoir la force de se battre. Au fur et à mesure, les gouttes de pluie commençaient à se faire de plus en plus nombreuses. Il ne s’attendait pas à ce qu’il puisse lui en vouloir autant pour Fredrick, alors que cet imbécile l’avait traité comme de la merde, un peu comme un jouet amusant qu’on jette quand on en était lassé. S’il y avait bien une caractéristique qui l’agaçait tant chez Nicholas, c’était cette capacité à pardonner tout et n’importe quoi au pire des connards, ou plus exactement, ce qu’il considérait comme la capacité à se faire marcher dessus avec le sourire. Leif aurait voulut qu’il comprenne que les gens profitaient grassement de ceux qui étaient trop gentils avant de s’en débarrasser aussitôt. Et aussi que les roux n’avaient pas forcément la même définition de la fidélité que les autres. Les Helström étaient d’ailleurs historiquement connus pour leurs adultères à peine cachés et leurs bâtards qui ne n’avaient jamais manqué de faire jaser les loups. Leif avait un demi-oncle dont il n’avait jamais vu le visage, et il n’aurait pas été étonné d’apprendre que sa mère aurait eu des relations extérieures à son mari. C’est l’amour qui comptait et l’envie. C’est pourquoi il fut surpris quand Nicholas disait qu’il avait tout fait pour le détruire. Ce n’était pas ce qu’il avait voulu. Le seul qu’il aurait aimé détruire, c’était Jegger pour le bien de sa famille. Ce sale con qui l’avait mis dans une étrange situation où il jalousait Nicholas d’être dans une relation plus privilégiée que lui, mais où il jalousait son ancien Alpha pour avoir obtenu ce qu’il avait ardemment désiré d’avoir.

- Tu as faux, se défendit-il avec un ton moins rembruni, mais se retrouvant à gérer une situation très délicate dont il savait que c’était perdu d’avance. C’était aussi à toi de t’imposer si ça te dérangeais vraiment qu’il aille tremper sa quéquète ailleurs ! C’est comme quand tu ne veux pas qu’on vole ton goûter, tu n’as qu’à mieux le défendre, et ce n’est pas faute de t’avoir appris cette leçon 150 fois... Je suis roux, on m’a appris à prendre ce que je veux. Tu pleures sur Fredrick, mais vas-tu défendre  aussi ardemment les types mariés que je me suis fait alors qu’ils font la même chose que ton ex ? Pourquoi tu n’en veux qu’à moi, alors que la moitié de Bergen a dû lui passer dessus pendant que tu étais avec lui ? Alors que je suis sûr que la seule chose qu’il aimait en moi c’était d’être un cul disponible mais pas acquis !

Il n’était pas si sûr de ces dernières paroles. Mais son Alpha ne lui ayant jamais dit pourquoi il n’arrivait pas à se lasser de sa présence, il n’avait que ses impressions pour parler à sa place. Il eut la réponse à une de ses questions : pourquoi lui en vouloir spécifiquement à lui ? Parce que Nicholas se sentait trahi car il avait considéré que le temps n’était pas un motif de séparation. Il ouvrit la bouche, stupéfait. Il se sentait idiot. Même s’il avait envie d’insulter l’autre loup d’idiot. Personne n’est assez crétin pour penser ça après autant de temps. Il frissonna, mais ce n’était uniquement à cause des gouttes glacées qui tombait sur son dos.

- Maintenant lâche-moi ! Ordonna le brun. Leif ne bougea pas d’un poice, l’air neutre, et laissant un silence peser dans le trou.

- Non, lâcha-t’il fermement. Il se laissa tomber sur lui pour l’enrouler dans ses bras, sa tête se posant contre son torse.

- Je ne te lâcherais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Déc - 9:55


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2203 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Est-ce qu’il pensait tout ce qu’il venait de dire ? Oui. Il avait vraiment été blessée de la réaction de Leif, presque autant de celle de Fredrick… mais qu’est-ce qu’il aurait pu dire à l’alpha roux ? STOP, arrête tout ça ? Non, il l’aurait juste perdu un peu plus tôt, il en était certain. Le roux savait pertinemment à quel point cela le blessait ses tromperies… alors naïvement, il avait pensé qu’un ami aurait juste refusé, pour souvenir du passé, surtout en le connaissant comme Leif le connaissait. Quand Leif reprit la parole, il secoua doucement la tête avec son air triste.

Tu crois vraiment qu’il ne le savait pas, Leif ? il eut un petit rire. … ce que tu n’as pas l’air de comprendre, c’est que quand tu aimes quelqu’un, comme j’ai pu l’aimer, tu es près à beaucoup de sacrifices, ça me faisait mal, mais c’était peu par rapport à ce que ça aurait été s’il m’avait laissé. Est-ce que c’était débile, naïf, pathétique ? Peut-être bien, mais il s’en fichait totalement. Il voulait juste qu’il comprenne son point de vue, qu’il y avait du pour du contre et qu’il y avait longuement réfléchi. Et j’en ai rien à foutre des autres, bien sûr qu’il pouvait se taper qui il voulait, tout comme toi… mais Leif, tu es censé être mon ami… quel ami ferait ça ? Dans quel monde tu vis ? D’où l’amitié est si peu importante voire inexistante ? On t’a appris à prendre ce que tu voulais, mais visiblement tu as oublié tes enseignements sur le respect des amis et ce que ça peut apporter. J’aurais pensé que je pouvais te faire confiance, que malgré tout, même si on ne se parlait plus, tu m’appréciais quand même assez pour te trouver quelqu’un que MON petit-ami que j’aimais, pour qui j’avais des sentiments.

Certainement que c’était un peu injuste pour Leif, mais ça l’était pour autant pour lui d’avoir vécu cette « trahison » à un moment où il aurait eu besoin de soutien de ses amis sur cette relation justement que beaucoup trop de monde voyait d’un mauvais œil. Il espérait qu’un jour la mentalité changerait et que cette foutue idée de reproduction disparaît… pour laisser place à autre chose. Et forcément, énervé, il continua à enfoncer le couteau lorsqu’il comprit que Leif ne le considérait plus comme un ami. C’est une notion qu’il avait bien du mal à comprendre… mais il avait bien compris la leçon. Et, il voulait à présent être « seul », disons aussi éloigné qu’il le pouvait de l’autre loup vu les circonstances.

Non, je ne te lâcherais pas.

Tout en prononçant cette phrase, il s’était retrouvé enlacer parle roux, la tête de l’autre sur son torse... laissant le brun complètement stupéfait et comprenant encore moins la situation, qu’est-ce qui lui prenait à l’autre d’un coup de lui faire un pseudo câlin ? il aurait voulu avoir la force de le repousser, mais la seule chose qu’il réussit c’est à passer doucement sa main dans les cheveux du roux.

Qu’est-ce que tu fais là ?! Je ne te suis vraiment pas Leif.

Il eut un petit frisson, surtout à cause du froid, de la boue qui continuait de coller à son corps, du froid qui le submergeait malgré tout le reste. Il poussa un faible grognement avant de laisser les cheveux de l’autre en paix.

Viens contre moi, avant qu’on finisse glacé et en statue de boue.
Et quand il disait ça, il voulait lui qu’ils se blottissent réellement l’un contre l’autre, même s’il se doutait que Raphaël ne devrait pas tarder à arriver. Il voulait profiter du roux tant que ce dernier semblait apte à bien vouloir lui fournir un peu de douceur, avant d’être de nouveau seul, dans cette noirceur qu’était devenue son univers à la mort Dante.





Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Déc - 13:58


Raphaël Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Kateleyä L. Avellaneda, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Njüt ▹ EMPREINTES : 593 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/09/2015 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Occupé avec la gestion de mon business ▹ HUMEUR : Indéfinissable

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Allons visiter le trou
Leif Helström & Nicholas Tveit



Halloween, ou bien le pire moment de l'année après le jour de l'an et Noël. Tu lèves les yeux au ciel alors que ton manager vient t'annoncer que votre commande de citrouilles risque de se faire désirer. Les citrouilles, les fausses araignées, les fausses toiles, les balais poussiéreux, et tout ce bordel inutile que requiert l'organisation d'un week-end spécial Halloween réussi. Qui a eu la sainte idée d'inventer cette fête ? Ah oui, les Celtes. T'as beau apprécier leur culture et tous les mythes qui les entourent, ça n'empêche que tu exècres toutes ces fêtes commerciales qui, en plus d'être consuméristes, te contraignent à faire des heures supplémentaires pour t'assurer que ta boîte tourne correctement. Assis à ton bureau, tu vérifies les derniers détails afin de t'assurer que la formule choisie pour l'occasion attirera assez de monde pour que vous rentriez dans vos frais. Pour ce faire, tu compares avec les chiffres réalisés l'an passé, tout en y ajoutant un pourcentage de réussite en plus. Après tout, comme ç'a bien marché l'an passé, tu espères bien que le bouche à oreille aura fait son petit bonhomme de chemin.

- Patron, t'interrompt encore Kristian, lui-même ennuyé de devoir une fois de plus te gêner dans tes calculs, Lara voudrait savoir ce qu'on propose comme offre spéciale pour la soirée, de façon à peaufiner les cartes...
- Je ne l'ai pas encore assez répété ce mois-ci ? répliques-tu en passant une main lasse sur ton front. Pour l'occasion, nous invitons nos clients à venir déguisés pour faire honneur aux soirées spéciales Halloween. Pour chaque personne déguisée, nous offrirons deux consommations et, pour tout groupe où tous sans exception seront déguisés, les entrées seront gratuites pour les femmes.

Kristian paraît réfléchir un instant, puis de déclarer :

- Ne craignez-vous pas que certains groupes trichent ?
- À quoi servent les vigiles à ton avis, Kristian ?

Exaspéré, tu le chasses d'un geste ennuyé de la main pour pouvoir te recentrer sur tes calculs. Enfin, ça, c'était sans compter sur cette merveilleuse pression d'aura offerte par ton cher cousin. Tu inspires profondément, furieux, songeant que si ta colère était fumée et que tu pouvais la souffler par les oreilles, tu ressemblerais à une putain de locomotive à vapeur. Tu jettes un regard à tes calculs, contrarié à l'idée de devoir les remettre à plus tard. Pas ce soir, visiblement, puisque selon la merde dans laquelle s'est encore fourré ton cadet, il y a fort à parier que tu ne seras pas de retour avant deux bonnes heures. Rassemblant le peu de motivation que t'as à devoir le secourir, tu ranges la paperasse sous clé avant de quitter ton bureau. Kristian essaie bien de te retenir, prêchant le grand besoin qu'ils auront tous de leur boss cette nuit. Tu t'excuses, prétextes une affaire familiale de première importance – ce qui n'est pas vraiment un mensonge puisque tu pars à la recherche de Nicholas –, Kristian finit par laisser tomber bien qu'il ne te cache pas son dépit.

- Je ne me fais pas de soucis pour toi, Kristian. Si tu as pu gérer le “Dance on the Moonlight” quand je faisais mon deuil, nul doute que ce soir sera une partie de plaisir pour toi, déclares-tu d'une voix ferme – qui se veut malgré tout rassurante.

Sans un mot de plus, tu disparais de la boîte de nuit.


- […] onde te tourne le dos vu ton comportement – tu as beau ne rien comprendre de ce qui se dit, tu n'en reconnais pas moins la voix de ton cousin.

À peine arrivé à quelques mètres de Nicholas et... un roux (?), tu perçois quelques autres bribes de conversation que tu ne comprends toujours pas. Comme tu as couru – sous forme lupine – jusqu'ici en utilisant ton don de meute pour ne pas être vu par qui que ce soit – surtout pas des chasseurs, encore moins des Argents –, ces deux-là ne t'ont pas encore vu. Tu allais d'ailleurs te montrer à eux après avoir muté en sens inverse quand d'étranges sons te sont parvenus. Grognements. Coups ? Nicholas aurait-il bondi sur son interlocuteur ?! Ayant perdu les traces de son odeur et son aura un court moment, tu en conclues qu'il l'a bel et bien fait, sinon pourquoi avoir voulu disparaître ? Puis, la voix de cette petite vermine de Leif te parvient, achevant de te convaincre que le spectacle risque de valoir son pesant d'or. Tu t'approches donc du trou après avoir retrouvé ton apparence humaine mais, bien sûr, sans te défaire de ton invisibilité momentanée ; et, mine de rien, tu savoures le spectacle – t'en viens même à te dire que si t'avais su, tu aurais apporté du pop-corn pour le show.

Dante ceci Dante cela, ouin ouin ouin... songes-tu en toi-même, à deux doigts de t'arracher les cheveux en entendant toutes les bêtises débitées aussi bien par l'un que par l'autre – quoique pour le coup, tu as tendance à penser comme Leif. Dante, une âme-sœur ? Qu'on te laisse rire aussi, parce que cette union orchestrée par Fenrir n'a pas le moindre sens à tes yeux. Ceci dit, le reste n'en est pas moins triste de stupidité. À les voir se crêper le chignon comme ça, tu as véritablement l'impression de faire face à deux adolescents convaincus d'avoir un vécu plus dramatique que l'autre. C'est d'ailleurs en étant face à ce genre de duel ridicule que tu as presque envie de leur hurler de la fermer une bonne fois pour toute parce qu'ils trouveront toujours pire que leur propre histoire, même si tu n'en fais rien. En fait, tu es plutôt fasciné de voir que Nicholas s'avère – finalement – capable de sortir les crocs quand on le pousse hors de ses retranchements. Dante aurait-il – au fond – eu un effet des plus bénéfiques sur son Oméga refoulé ? C'est possible. Depuis sa mort, il va sans dire que ton cousin s'est révélé bien plus capable qu'avant de dire : « Merde ! » aux gens qui le font chier, ce qu'il était incapable de faire.

Avant.

- […] Viens contre moi, avant qu'on finisse glacés et en statues de boue.

Tu applaudis fortement, dévoilant enfin ta présence. Clap, clap, clap... Tu regardes de haut Leif, un rictus moqueur en coin.

- Eh bien, eh bien, c'est bon, vous avez fini de vous battre tous les deux ?

Tu marques une pause, puis de rajouter :

- Je ne vais pas vous faire la morale, du moins pas à toi, Leif. C'est pas mon rôle. Ceci dit, je voudrais juste vous rappeler à tous les deux qu'on a tous notre lot de casseroles cassées à traîner derrière nous et que se battre ne résoudra rien – tu te tais, ton regard plongeant à travers celui du traqueur. Plutôt que de te planquer lâchement, Leif, tu devrais retourner auprès des tiens et faire ton deuil avec eux. Si tu tiens à ce que les autres meutes cessent de vous taxer de loups fuyards, comporte-toi comme un homme et affronte ta peine une bonne fois pour toutes plutôt que de faire passer Nicholas pour un taré.

Sur ces mots, tu tournes autour du trou, cherchant le meilleur moyen d'aborder le problème. Tu ne tardes pas à comprendre qu'il n'y a pas trente-six mille solutions, si bien que tu t'allonges sur le ventre, la tête dépassant légèrement du trou, et tu tends ta main à Nicholas pour l'aider à remonter. Une fois cela fait, un sourire mielleux aux lèvres, tu dis :

- Leif, présente tes excuses auprès de Nicholas si tu tiens vraiment à sortir de là. Oh, et remercie-moi d'être venu aussi.

D'un regard sévère, tu contrains Nicholas à ne pas bouger d'un centimètre.

petite phrase


Resistance
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Déc - 16:57


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 441 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Fred ceci, Fred cela, Dante par-ci, Dante par là. Il rêvait de lui faire avaler sa langue et de réussir à lui faire rendre compte qu’aimer, ce n’était pas souffrir sans avoir quelque chose en retour. Nicholas n’avait eu que du vent. Que des promesses en l’air qui servait juste à mieux faire passer la pilule du mépris et de l’irrespect. Il avait le parfait profil du mec battu par son ou sa partenaire et qui en redemanderait parce qu’il avait tellement inutilement soif de passion qu’il tenterait de s’abreuver même aux sources déjà taries. Nicholas n’était qu’un sombre crétin qui adulait chaque monstre qui lui apportait un peu d’attention. Il aurait voulu l’envoyer chier au pied de l’arc-en-ciel. Pourtant, il avait fait le choix inverse. Car il avait compris quelque chose d’important : lui ne l’avait jamais oublié.
Il brisa l’étreinte plutôt rapidement, la pluie glaciale battant son dos. Puis son instinct lui souffla que quelquechose arrivait. Il leva les yeux vers le haut du trou, suspicieux, puis un applaudissement sarcastique se fit entendre. Il serra les dents, ses lèvres se fendant en une grimace méprisante. Raphaël Tveit. Qui se foutait encore royalement de sa gueule.

- Je ne vais pas vous faire la morale...

Blablabla. Quand quelqu’un commence une phrase ainsi, c’est qu’en général il vient servir un discours moralisateur emballé dans du joli papier. Et depuis quand il lui avait de le tutoyer ? Depuis quand s’octroyait-il le droit de le traiter comme un gamin ? Leif roula des yeux en soupirant, montrant qu’il n’accordait que peu de crédit au discours du Bêta. Ce dernier en profita pour sortir d’abord son cousin du haut du trou, ce que le roux sentait mal, malgré qu’il put profiter d’une vue très agréable sur le derrière de Nicholas. Cet enfoiré serait parfaitement capable de le laisser moisir ici. Enfin, il espérait que Nicholas ne le laisserait pas faire.

- Leif, présente tes excuses auprès de Nicholas si tu tiens vraiment à sortir de là. Oh, et remercie-moi d'être venu aussi.

Ce fut la goutte de trop. S’il n’était pas au fond du trou il lui aurait envoyé son poing casser son sourire.

- Et puis encore Monsieur Tveit ? Une petite pipe tranquille sous votre bureau tant que vous y êtes ?! Premièrement, non, je ne m’excuserais pas sous prétexte que cela me donne le droit de sortir de ce trou de merde. Je préfère rester ici que d’être hypocrite envers Nicholas, car si je m’excuse ce serait lui mentir car pensais ce que je disais. Et depuis quand vous vous permettez de faire la commère ? Vous ne savez rien à propos de notre lien et encore moi à propos de moi, et c’est bon, vous osez me dire comment je dois réagir ? Je n’ai pas toléré ce discours de la part de ma propre soeur ET Alpha, je n’ai aucune raison de vous écouter car ce serait être injuste. Quant à vous remercier, vous n’êtes pas là pour moi. Je ne vous remercierez que votre petit service effectué.

L’idée d’avoir une dette envers Raphaël Tveit ne lui plaisait que très moyennement, mais en même temps, était-ce vraiment une dette ? Il n’était qu’un «dégât collatéral» dont il s’en  fichait clairement. Si jamais il sortait d’ici c’était par égard envers la nunucherie la sensibilité de Nicholas.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Déc - 12:59


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2203 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Raphaël… ben sûr il avait fallu que son cousin arrive pile à ce moment-là. Ah non. Il fronça un peu le nez en entendant les paroles du plus âgé avant de se rendre compte que l’autre brun devait être là depuis un moment ! Heureusement il était bien trop frigorifié et sale pour que l’on puisse remarque si le rouge lui arrivait ou non aux joues. Raph, dans ce qu’il disait avait plutôt raison, se battre ne résolvait rien, mais c’était parfois plus fort que lui, surtout quand on l’évoquait Lui. Tout son âme –ou du moins ce qu’il en restait-, ainsi que son âme voulait détruire tous ceux qui disaient du mal d’Eliassen et il avait, dans ces moments, bien du mal à garder le contrôle il regarda son cousin tourner autour du trou jusqu’à ce qu’il s’allonge pour lui tendre la main. Nick regarda Leif puis son cousin avant de prendre son élan comme il le pouvait pour sauter et attraper la main de son cousin et il se fit enfin remonter, il était frigorifié, crotté de partout et ne ressemblait plus vraiment à grand-chose. Merci Raph ! souffla-t-il à son cousin tandis qu’il se relevait difficilement.

Il fronça les sourcils lorsqu’il entendit la demande du plus âgé, il ouvrit la bouche pour lui dire qu’il n’avait pas besoin d’excuses, que ce n’était pas grave qu’il voulait juste que le roux sorte de –là mais l’ordre du Bêta le contraint à se taire et à baisser la tête. Il espérait que Leif accepterait, même si c’était dur. Il se passa une main dans les cheveux tandis que son ami faisait son Leif tout craché. Il soupira doucement, sentant que ça en serait trop pour Raphaël et qu’ils risquaient de partir comme ça en le laissant dans le trou et c’était quelque chose de difficilement supportable pour le brun ; et il est vrai que Raph, ne savait pas ce qui les unissaient, ils avaient toujours passé leur vie à s’engueuler, Leif « maltraiter » le brun, et le brun à faire chier l’autre sur des détails… mais aujourd’hui l’un et l’autre n’avait peut-être plus cette force d’antan, détruits chacun par quelque chose. Il devait intervenir, dire quelque chose en espérant apaiser un peu les tensions… mais quoi il s’en savait rien, alors qu’il fit sa bouille la plus attendrissante à son cousin

S’il te plait Raph, laisse-moi le sortir de là. Il fait super froid dedans, il va finir gelé et on ne sait pas quand les chasseurs peuvent arriver. Il se racla la gorge, doucement avant de reprendre c’est pas grave ce qu’il a dit, je lui pardonne totalement, je ne veux juste pas qu’il lui arriver quelque chose.

Tout cela était vrai, il fit un même un petit sourire au plus âgé, espérant que ça marcherait…. Mais couvert de tout son potentiellement devait quand même fortement chuter. Qui ne tente rien n’a rien après tout et il ne pourrait pas faire grand-chose de plus que cela… Il regarda Leif avant d’ajouter :

Et je suis certain, en plus, que Leif t’es quand même reconnaissant d’être venu NOUS aider, même s’il a dû à l’avouer.

Si chacun faisait un petit effort, ils pourraient tous s’en sortir indemne assez rapidement.





Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Jan - 3:35


Raphaël Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Kateleyä L. Avellaneda, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Njüt ▹ EMPREINTES : 593 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/09/2015 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Occupé avec la gestion de mon business ▹ HUMEUR : Indéfinissable

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Allons visiter le trou
Leif Helström & Nicholas Tveit



- Et puis quoi encore Monsieur Tveit ?

Tu lèves les yeux au ciel. Le comportement de ce sale mioche t'a toujours blasé mais c'est devenu pire le jour où Edwina et toi vous êtes brouillés pour des raisons qui – pourtant – n'appartiennent qu'à vous. Ça t'a d'ailleurs toujours un peu amusé de constater que même les roux pouvaient se montrer extrêmement loyaux envers leur famille. Ceux qu'on disait aussi lâches et fuyards que des autruches, au point de paraître sans cœur, étaient en réalité simplement incapables de faire face à leurs émotions. Leif incarne parfaitement cette image du roux en tout point, et peut-être est-ce pour cette raison en particulier que vous n'arrivez – et n'arriverez ? – jamais à vous entendre. Fenrir sait à quel point tu as toujours préféré la Raison au Cœur, non seulement par principe mais aussi parce qu'on ne t'a jamais appris à décrypter tes propres émotions – quand elles sont positives, en tout cas. As-tu jamais aimé une autre femme que Ludovyka ? Tu n'en sais foutrement rien, puisqu'elle seule a su briser ta carapace jusque-là.

- […] Une petite pipe tranquille sous votre bureau tant que vous y êtes.

Tu inspires profondément, canalisant la rage qui pointe le bout de son nez.

- Premièrement, non, je ne m'excuserai pas sous prétexte que cela me donne le droit de sortir de ce trou de merde. Je préfère rester ici que d'être hypocrite envers Nicholas, car si je m'excuse ce serait lui mentir blablabla. […] vous n'êtes pas là pour moi. Je ne vous remercierai que pour votre petit service effectué.

Tu rehausses un sourcil perplexe.

Puis, bizarrement calme, tu finis par rétorquer :

- C'est tout de même l'hôpital qui se fout de la charité quand on y pense. – Un sourire cynique accroché à tes lèvres, tu poursuis : Tu me reproches de jouer les commères, mais n'est-ce pas parce que tu l'as également fait quand Edwina et moi nous sommes brouillés qu'aujourd'hui tu es incapable de te montrer courtois à mon égard ? J'avais beau être un sale type difficilement capable de se montrer aimable avec les autres, j'avais au moins le mérite de ne pas me fier aux racontars qui circulaient sur autrui et de me faire un avis sur les gens par moi-même. Ce que toi, tu n'as pas fait. Parce que tu aimais assez Edwina pour choisir de la défendre. Ce que je respecte, au fond, puisque je fais aujourd'hui de même avec Nicholas, que ça te plaise ou non.

Tu croises les bras, un sourire en coin, et de renchérir :

- Ce qui est d'autant plus amusant avec tout ça, c'est que t'es à côté de la plaque quand tu crois avoir raison. Je ne suis pas venu exclusivement pour Nicholas, je suis aussi venu pour toi. Si j'ai promis à Edwina qu'on travaillerait de concert, qu'on avancerait sur un tout nouveau chemin, pour le Bien de nos meutes à tous, ça n'est certainement pas pour ne pas choisir de faire la même chose avec ta sœur. Avec ta meute.

Tu te tais encore un moment, puis :

- Ça n'est pas faute d'avoir essayé de le faire comprendre à Jegger, lorsqu'il a fallu que nos meutes travaillent de concert pour sauver les otages, à l'époque. Ça n'est pas faute, non plus, de vous avoir avertis lors du meeting que les Argents avaient trahi. J'avoue en avoir ras-le-cul d'être jugé sur mon passé, et non sur mon présent. J'avoue en avoir ras-le-cul qu'on me crache constamment à la gueule quand je m'efforce d’œuvrer pour notre Bien à tous. La moindre des politesses, Leif, quand quelqu'un vient te prêter main-forte, c'est d'avoir la courtoisie de dire merci avec sincérité et de ne pas l'insulter comme tu viens de le faire.

Même si celui-ci se comporte comme un connard profiteur à ton égard, brûles-tu d'envie d'ajouter. Tu te tais néanmoins, cherchant les mots les plus justes pour conclure , et c'est finalement d'un ton froid que tu reprends :

- Je préférerais mille fois me faire sucer par un Argent poli et reconnaissant que par un type pas foutu de voir autre chose que le Mal chez quelqu'un qui s'est tout de même bougé le cul pour lui alors qu'il a d'autres choses bien plus importantes à faire.

Sur ces mots, tu envoies une lourde poussée d'aura à Amanda afin de lui signaler que son frère se trouve dans une mauvaise posture. Quant à Nicholas, même si ça ne t'enchante pas le moins du monde, tu lui ordonnes de te suivre et de laisser Leif se démerder tout seul avec sa sœur. Tu veux bien être gentil et faire des efforts titanesques pour qu'on te perçoive autrement que comme le Grand Méchant Loup, mais il y a tout de même des limites à ne pas franchir : il est hors de question que tu passes du connard égocentrique au type trop bon trop con.


@Amanda Helström : Disolée, Raphaël est très buté et bon... Aussi buté soit-il, il n'a pas franchement envie que Leif soit attaqué par des chasseurs et qu'il crève, donc il t'a prévenue en gros

petite phrase


Resistance
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Jan - 15:04


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2203 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



C’était en train de partir vraiment n’importe comment. Nicholas soupira, ne sachant pas bien comment réagir à tout cela. Il se sentait perdu, un peu désespéré qu’ils ne puissent pas s’entendre… ou du moins assez pour ne pas se montrer sarcastique à tout bout de champ l’un avec l’autre. Nicholas soupira, assez bruyamment il faut bien l’avouer tandis qu’ils continuaient à se chamailler. Blablabla. Nouveau soupir, retenant tout juste un faible couinement tandis que l’air prenait une odeur qu’il n’appréciait guère. Il avait envie de se faire tout petit, de disparaitre –ce qu’il aurait pu faire mais ce n’était pas vraiment le moment de jouer avec les nerfs de son cousin, bien trop agressés par le comportement de son ami-. Il se passa une main dans les cheveux quand enfin le silence ne tarda pas à tomber. L’air était toujours saturé de mauvaises ondes selon lui, mais au moins ses oreilles étaient à présent épargnées. Avec un peu de chance Raphaël allait pouvoir l’autoriser à sortir son ami de là, mais malheureusement cet espoir vu très rapidement brisé, réduit à néanmoins lorsque son Bêta lui ordonna de le suivre –et donc de laisser le roux dans sa merde-. Il regarda Leif, sincèrement désolé, mais il ne pouvait pas désobéir. C’était un ordre, d’un supérieur, de quelqu’un de sa famille, il était trop soumis, à cet instant précis pour aller à l’encontre. Il fit quelques pas aux côtés de son cousin, mais se retournait trop souvent pour vérifier qu’aucun ennemi ne pouvait arriver.

Raph… il est en danger, on ne peut pas le laisser seul. Je me doute que tu as appelé Amanda ou Edwina mais… mais le temps qu’une arrive… si un chasseur passe par là.

Il tenta son regard attendrissant à son cousin, mais ce dernier ne sembla pas le remarquer, certainement parce qu’il était trop furieux. A contrecœur, il avait donc continué de le suivre jusqu’au moment où le « trou » disparu totalement de sa vue. Il espérait que le roux ne lui en voudrait pas trop, mais il se promit d’appeler Amanda pour vérifier comment allait le roux.

Merci Raph’ d’être venu me chercher, je ne sais pas comment on aurait fait pour sortir si tu n’avais pas été là… enfin si, on aurait appelé quelqu’un d’autre, mais je préférais que ce soit toi. ajouta-t-il simplement.

Inutile de rajouter que c’était certainement parce qu’il le jugeait plus à même de le protéger que les autres, Raph était plus rapide également, et leur lien de Meute devait aider également à quelque chose. Non, il n’aurait pas voulu que ce soit Amanda ou Edwina –ou Elisif- ou autre qui vienne le chercher, seulement son cousin, et il état venu.




Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Jan - 22:40


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 441 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Ce type se foutait clairement de sa gueule. Il n’arrivait pas à déterminer si jamais ils n’arrivaient pas à se comprendre ou si Tveit était de mauvaise foi, mais il y avait définitivement quelque chose qui avait pas marché. D’abord, ce mec était un coincé du cul. Pas du niveau de Graham, mais du genre à s’offusquer pour des petits détails, comme une bourgeoise devant le nouveau gros mot qu’avait appris son fils à l’école. Ensuite, il se plantait sur toute la ligne. S’il ne l’aimait, c’était pas seulement parce qu’il avait été assez con pour provoquer Edwina devant tout le monde. C’était simplement parce qu’il n’aimait pas sa personnalité, il ne fallait pas chercher plus loin. Il avait du mal avec les loups Bruns en général, à cause de leur capacité inhérente à être des rabat-joies. Brun parmi les bruns, Raphaël Tveit était un rabat-joie d’élite. Peu importe les racontars ou même ses propres actions, ce mec était chiant, et de plus prenait un malin plaisir à vous humilier pour vous «donner une leçon». Vindicatif, Leif n’oublierait jamais le profondément sentiment de malaise qu’il avait ressenti devant l’échiquier. Il était persuadé que vu l’arrogance dont était parfois capable le bêta brun, il avait pris plaisir à lui montrer sa supériorité, le renvoyant encore une fois à son statut de chose faible et nulle. Il ne prit pas la peine de le couper dans son discours, même si l’envie de lui lancer quelques piques lui tambourinait la langue. Remarque, il était au fond du trou et ne risquait pas de tomber plus bas. Sa mains applaudirent de manière sarcastique.

- Monsieur Tveit, quel brave héros vous faites, dommage que je ne m’en sois pas rendu compte plus tôt... Triste de constater que l’absence de la quasi totalité des roux au meeting n’aie encore une fois alerté personne...

Peu pris au sérieux, le Don de la meute rousse était trop moqué pour pouvoir servir de mauvaise augure. Ceci avait expliqué notamment l’absence des Helström, alors qu’Amanda aurait été bien du genre à participer à ce genre d’évènement, surtout qu’elle fut autrefois très proche d’Avyn.

- Il est vrai que vous avez sauvé beaucoup de gens, mais vous ne méprenez pas. Je n’ai cure des casseroles que vous vous trainez. Vous êtes juste un mec chiant doublé d’un insupportable control-freak. Vous pourriez empaler notre cher Roi sur sa propre couronne, je ne vous aimerais pas pour autant. Une belle oeuvre n’est pas forcément créée par une belle âme.


Au moins, ça avait le mérite d’être clair. Sur ce, il s’assit dans la boue, un tremblement lui passant dans l’échine à cause de la pluie glaciale. Il trouverait bien un moyen de sortir d’ici, ou alors quelqu’un préviendra. Alors que les deux bruns s’éloignèrent après une dernière protestation de Nicholas (qui lui en voudrait sûrement pour sa franchise), il adressa une dernière parole :

- Je vous jure, Monsieur Tveit, que si je crève dans ce trou, je reviendrais vous hanter pour vous tirer les doigts de pieds toutes les nuits !


Il essayait de dédramatiser la situation, mais en attendant que quelqu’un vienne le chercher, il avait une chance d’y rester. De plus il avait toujours faim, froid, envie de fumer et d’aller aux toilettes. Peut-être avait-il fait un mauvais calcul. Il aurait écouté le roux en lui, il aurait léché le postérieur du bêta. Simplement que comme d’habitude, il choisit sa fierté.

[HRP :*assomme son perso qui a déclaré a guerre à Raph*
@Amanda Helström tu peux intervenir récupérer ton idiot de frère si tu le souhaites 8D]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Fév - 21:39


Amanda Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Tobias / Ailin ▹ PSEUDO : Jujube ▹ EMPREINTES : 477 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 05/09/2016 ▹ AGE DU PERSO : 29

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Nous débattons depuis près d'une heure de la une du journal de demain lorsque je reçois la brusque poussée d'aura de Raphael, le bêta de la meute brune, m'indiquant la mauvaise posture dans laquelle se trouve Leif. Le salop, fais chier. Je relève la tête et remarque tous les regards braqués sur moi, il semblerait que j'ai parlé à voix haute. J'esquisse un sourire embarrassé en me levant, prétextant une urgence en secouant mon téléphone. Continuez sans moi, je reviens tout de suite. Dès que j'ai mis le pieds en dehors de la salle, je me précipite à travers les bureaux, descends les quelques étages jusqu'à la rue et me précipite dans la Jeep avant de démarrer en trombe vers la direction que m'a indiqué le bêta. Je souhaite sincèrement pour lui qu'il ne soit plus là lorsque j'arriverai parce que sinon je ne vais pas seulement botter le cul de mon petit frère. Je grogne en me garant le plus près possible du lieu et je m'extirpe de la voiture. J'attrape un sac avec des affaires de rechange et je troque mes talons pour une paire de bottes en caoutchouc puis je m'enfonce dans la forêt en pestant sur les trois idiots que sont Leif, Nick et Raphael. L'un parce qu'il s'est aventuré si loin du manoir alors que je le lui avais interdit après sa fugue, l'autre parce qu'il est trop soumis pour contester les ordres de son bêta (même si ce n'est pas sa faute) et enfin le dernier parce qu'il est trop suffisant pour sortir cet imbécile du trou dans lequel il est tombé.

Je patauge à travers la boue, maudissant cette journée et m'inquiétant chaque minute passée du sort de mon frère lorsqu'enfin, j'aperçois le trou et j'hume son odeur. Je soupire de soulagement en reprenant ma respiration après le marathon pour me dépêcher de venir jusqu'ici puis je m'approche en faisant attention à ne pas le rejoindre. Là, nous ne serions pas avancés. Leif Helström, tu vas avoir des problèmes. Je me penche pour le regarder, les mains sur les hanches et évaluer la profondeur puis je soupire. Je peux savoir ce que tu as dis à Raphael pour qu'il s'en aille en te laissant pourrir ici ? Je grogne de mécontentement, mon aura parcourant ma peau et se frayant un chemin jusqu'au roux afin de lui faire comprendre que je suis à prendre avec des pincettes à cet instant puis je m'allonge dans la boue pour lui tendre ma main. Je le hisse jusqu'en haut et le dévisage en soupirant, me demandant vraiment ce que je vais finir par faire de lui. Je lui tend un jogging et un tee-shirt et je l'intime de me suivre sans protestations. Débrouille toi pour ne pas couvrir mes sièges de boue sinon je rallonge ta future punition. Je met le contact et je me dépêche de le raccompagner jusqu'au manoir. Il va falloir que je prenne une douche, que je me change puis que je retourne au bureau. Mon patron va me passer un savon dont je risque de me souvenir et je ne peux même pas le manger, ce serait trop suspect.

Je sors de la voiture et je lui fais signe de me suivre. Ecoute moi bien Leif, tu es privé de sortie jusqu'à la fin du mois. Katelina ou Kurtis t'accompagneront pour chacune de tes balades lupines et estime heureux que je n'ai pas le temps de m'en charger moi-même. Je ne veux rien entendre ou je rallonge la peine. Maintenant tu montes te doucher tout de suite et tu aideras Kat pour le dîner, ça t'occupera. Et si tu me désobéis, je donne carte blanche à Elisif pour s'occuper de ton cas. Je me suis bien fait comprendre ? Tu m'as déçu Leif, tu m'as fais peur. Je me suis inquiétée. Je le regarde acquiescer et s'éloigner puis je soupire, soulagée d'avoir fait passer le message. C'est la deuxième fois que cet idiot me fait une peur bleue en l'espace de de très peu de temps. Je vais finir par l'étriper moi-même s'il recommence une fois de plus. Maintenant que je me suis occupée de son cas, il me reste un autre derrière à botter.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Fév - 13:32


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 441 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Il faisait froid, humide, et son corps avaient décidé d’avoir envie de fumer (enfin ça c’était depuis une bonne heure et demi), de manger et de se soulager. Ce serait possible pour le dernier, mais il avait moyennement envie de souiller la maigre place qu’il avait dans ce trou. Deplus, il ne pouvait pas s’assoir. La pluie avait rendu le fond du trou tellement boueux que même un enclos à cochon faisait plus propre. Et il l’avait dit : il n’était pas un porc, mais un loup, et même dans cette situation il espérait garder un minimum de dignité. Donc une heure après avoir retenu sa vessie et traité Raphaël Tveit de ton les noms, il fut frappé par une odeur et une aura plus que familière. C’était une bonne nouvelle, sans être une bonne nouvelle vu les vibrations irritées de la fameuse aura. Il leva les yeux vers le visage énervé et la chevelure cuivre de sa soeur, pour les baisser aussitôt vers le sol.

- Je peux savoir ce que tu as dis à Raphael pour qu'il s'en aille en te laissant pourrir ici ?

Il devrait peut-être mentir pour sauver un peu sa peau. Il inspira pour ouvrir la bouche, croisa l’expression d’Amanda qui grognait, puis se dit finalement qu’il vaudrait mieux dire la vérité avant de réveiller le courroux de l’Alpha en même temps que celui de la soeur.

- Il voulait que je m’excuse envers Nicholas... Parce qu’on s’est battu, et comme Nicholas est soit-disant plus faible que moi, c’est de ma faute. Sauf que je voulais pas m’excuser pour avoir dit des trucs que je pensais. En plus c‘était limite s’il fallait pas que je le couvre de reconnaissance pour me sortir de là, et j’avais pas envie de lécher son cul de mec suffisant sous prétexte que Môssieur Tveit est Bêta !

Une pause. Il se rendait compte que sa soeur allait sûrement lui faire remarquer qu’il n’avait pas tout dit.

- En fait... Je lui ai dis que tant qu’il y était, s’il ne voulait pas une pipe tranquille sous son bureau en échange, mais je pense que ce coincé du fion ne l’a pas bien pris.

Il baissa les yeux, puis les releva pour attraper la main tendue. Mais qui allait sûrement lui en mettre une quand il serait sorti de là. Il attrape les vêtements que lui avait ramené son ainé pour les enfiler aussitôt. Il signala avec une grande hésitation qu’il devait soulager d’urgence sa vessie contre un arbre avant qu’elle n’explose dans la voiture. Car non, il ne tiendrait pas une minute de plus. C’était à ce genre de moment où il remerciait Fenrir de l’avoir fait naître mâle.
Par la suite, il n’osa pas faire part d’autres doléance, comme une cigarette et un briquet, ou même aller récupérer ses vêtements. Il demanderait aux jumeaux, en suppliant Viktor car il n’avait pas beaucoup de chaussures et qu’il tenait à cette paire. Il gratta la terre sur ses jambe pour ne pas salir la voiture de sa soeur, puis passa le trajet à subir son aura qui bouillait. Il encaissa de la même manière la punition, qui ôtait à sa vie pleine de brocolis le droit de sortir et donc, par conséquent, de voir ses amants. Ça allait être dur. Le dernier homme dont il avait partagé la couche était Fredrick. Lui comptait l’oublier à travers d’autres bras, son plan tombait à l’eau. Mais il préférait ça que d’entendre une nouvelle fois sa soeur lui dire qu’il l’avait déçue. C’était bien les pires mots qu’il pouvait entendre de la part d’Amanda. Cela lui donnait envie de se ratatiner jusqu’à disparaître. C’était aussi comme ça quand elle avait été le chercher en garde à vue plusieurs fois pour des bagarres. Depuis il s’était assagi, ou plutôt, il était devenu plus malin pour ne pas se faire attraper par les flics quand il en foutait une à un connard.

- Merci quand même Amanda... Dit-il pendant qu’elle s’éloignait pour prendre une douche er retourner travailler. Quant à lui, il pourrait au moins se servir du jaccuzzi de la baignoire et ne pas partager. Personne ne voudrait un bain plein de boue sèche. Il mangea une tartine de terrine de cerf puis s’alluma une cigarette en attendant que la salle de bain soit libre. C’était fou comme il avait l’impression de revivre.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
puisses-tu courir sous la Lune






Revenir en haut Aller en bas
 

Allons visiter le trou •• Leif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joli-Trou, une localité succulente
» Sans FAD'H, nous allons perdre cette guerre contre RD en moins de 24 h
» DES JARDINS A VISITER
» Allons au cinéma ce soir...
» Allons au marché ♪ [PV: S'hira et Anna]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Haukàss-
Sauter vers: