Le brun, la belle & le truand •• Nick & Ed & Leif
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS

- Mariage du Roi, juste ici.
- Deuxième partie du Mariage, juste ici.
- Fête nationale norvégienne, juste ici.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Chasseur, rival, ex-ami ◊ ici.
- Meilleur ami, beau-frère ◊ ici.
- Augure de la meute argent ◊ ici.
- Fils du roi ◊ ici.
- Alpha de clan brun ◊ ici.
- Chercheuse sur un projet secret ◊ ici.
- Soeur jumelle ◊ ici.
- Bêta noir ◊ ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Le brun, la belle & le truand •• Nick & Ed & Leif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Dim 30 Oct - 13:51


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 1951 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Lieu et date du rp : Il y a 11 ans, lorsqu'ils avaient 16-17 ans et qu'ils étaient au lycée
Protagonistes: Le trio de l'enfer/des rigolos/des bizarres
Résumé du rp: La vie d'ado c'est compliqué et toujours plein d'imprévus !
Actions réalisées au cours de ce rp: //
Edwina j’ai faim. Edwina j’ai faim. J’ai super faim Ed… et ce cours est ennuyant à mourir. souffla-t-il le brun à sa meilleure amie tandis que le professeur parlait d’histoire ou de géographie, à vrai dire, il n’arrivait absolument pas à se concentrer sur ce que l’homme disait. Et en plus vu l’odeur qui émane de la cuisine, je ne suis pas certain qu’on puisse survivre à ce repas. Tu ne trouves pas ça immonde comme odeur ? Même les chaussettes sale de Graham sentent meilleur. Il soupira doucement avant d’essayer de se concentrer de nouveau sur l’homme et de laisser un peu la blonde tranquille pour qu’elle puisse le cours. Se mettre à côté d’elle était une mauvaise idée, il le savait pertinemment, il ne fallait jamais les mettre ensemble en cours. Et pour le bal de fin d’année t’as trouvé quelqu’un avec qui y allait ? Je sais qu’on est pas encore en dernière année, mais voilà quoi. non, il n’allait pas lui demander d’y aller avec lui, ça serait vraiment trop bizarre et il se doutait qu’une des copines de Graham refuseraient : coucher avec lui pendant que son aîné était pas là oui – il savait si bien les attendrir pour les faire craquer- , que l’une d’elle accepte de revenir au lycée alors qu’elles l’avaient quitté depuis quelques années c’était autre chose et bizarre. Et soudain, il eut une magnifique idée, il commença à se dandiner/tortiller sur sa chaise avant de lever la main et dès qu’il eut l’attention du prof sur lui J’peux aller aux toilettes m’sieur s’il vous plait, c’est hyper urgent… Je tiens pas spécialement à me faire dessus. le tout dit avec sa bouille innocente et adorable, celle qu’il utilisait parfois pour arriver à ses fins, celle qui faisait de lui un petit être mignon et inoffensif. Dès que le professeur accepté, même s’il ne restait que dix minutes de cours, il fonça non pas aux toilettes mais vers le distributeur où il acheta plusieurs gâteaux –pour lui, Ed & Leif-… enfin c’est ce qu’il aurait fait si cette foutue machine n’avait pas bouffé sa pièce… sans lui donner la moindre gâteau. Un petit gémissement de frustration naquit alors dans sa bouche. Mais ! Espèce de voleuse, rend moi mes gâteaux, allez s’te plait fais pas ta radine. C’est bien connu, parler gentiment à une machine ça aidait franchement à résoudre la situation, bravo Nicholas. Il se passa une main dans ses cheveux avant de commencer à la secouer, un peu, histoire de ne pas la casser j’ai faaimmm je veux mes gaatteeauuuxxxxxx. il grogna s’accroupit et tenta une autre méthode en passant le bras par l’ouverture… mais là non ce fut l’échec le plus complet. Il donna un petit coup de pied rageur en insultant copieusement la machine, l’énervement lui avait mis du rosé inhabituel sur ses joues. Toi et moi on est plus amis. Et c’est à ce moment-là qu’il se rendit compte que ça sentait le roux et pas n’importe lequel. depuis quand tu es là Leif ? Et pourquoi t’es pas en cours ? T’as pas math là ?... Non en fait la vrai question c’est, qu’est-ce que tu fouts ici tu devrais pas être en train de fouiller les sacs de tes petits camarades ? La sonnerie annonçant la discussion ne tarda pas à sonner. Merde, Ed’ ! Oups la blonde allait être obligée de récupérer ses affaires et de se trimballer les deux sacs tout ça pour…. Pour rien en fait.  Elle allait sûrement lui tirer un peu l’oreille.




Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Nov - 11:38


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten et Vyranui Wahlberg ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2920 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



« Arrête de me dire que t’as faim, ça me donne encore plus faim ! » Edwina était très simple : elle avait souvent faim, avait souvent envie de changer de partenaire sexuel, passait son temps à traîner avec les mecs du lycée et souvent – bien trop souvent, n’écoutait rien aux cours. Certes, ça ne l’empêchait pas de s’en sortir et d’avoir des notes – dans l’ensemble, plutôt bonnes, mais tout de même. Evidemment, elle avait la chance inespérée d’avoir une famille très ouverte d’esprit, très tolérante et absolument pas contre sa façon de vivre. Du coup, elle en profitait et en abusait sans vergogne. « Non mais oui, ça pue c’est infect ! » Répondit sur le ton de la confidence son amie. « Je te promets que si c’est aussi dégueu que d’habitude, je défonce le cuisiner. » Et pas d’une façon qu’il allait apprécier. C’était quand même un comble ! Comment les humains pouvaient manger ces conneries ? C’était évident que c’était soit mort, pourri ou infecté d’un poison infecte : l’incapacité à savoir cuisiner. Bref, Edwina détestait louper son repas et pire que ça, détestait manger des trucs pas bons. Mais vraiment pas bons ! Elle gloussa dans sa barbe à la mention du frère de Nicholas. « Arrête, il va t’entendre et devenir encore plus emmerdant ! » Disons simplement que les deux frères n’avaient en commun que le sang qu’il partageait, sinon c’était pas du tout la même mentalité. Là où Nicholas était ouvert d’esprit et tolérant, Graham ne l’était plus. Là où Nicholas était amusant et fun, Graham n’était que grognon et incapable de comprendre son frère. Bref, Edwina le tolérait mais ne l’appréciait pas au temps qu’elle appréciait Nicholas.

« Le bal ? » Elle haussa les épaules, gratta quelques phrases du cours qu’elle écoutait que d’une oreille. « T’es sérieux ? Je sais déjà pas avec qui je serais la semaine prochaine, comment veux-tu que je me projette sur l’année à venir ? » Ricana la jeune femme, très fière du nombre de ses conquêtes. C’était d’ailleurs assez compliqué au lycée à cause de ça, les autres filles de son âge ne comprenaient pas et passait son temps à l’insulter, quand les garçons la respectaient pour ce qu’elle était – et leur donnait quand tout se passait bien. Et puis, en plus de ça, sa meute ne trouvait pas du tout son comportement désagréable, inutile ou complètement dépassé. Loin de là même. C’était à se demander où était la logique dans tout ça !
Edwina vit son ami s’éclipser dans le couloir, sans aucun doute pour aller dévaliser la machine à bouffe, comme dans 90% de ses sorties direction le pipiroom. Enfin, elle ne pipa mot, n’allant certainement pas dénoncer son meilleur ami. Quand la sonnerie retentit, forcément il n’était pas revenu et ce foutu loup devait être en train de s’empiffrer comme un gros tas, pendant qu’elle subissait les grondements intempestifs de son estomac. C’était à devenir complètement folle ! Enfin, elle prit son mal en patience, rassembla leurs affaires et se trimballa les deux sacs. Elle faillit oublier de faire semblant que le poids des deux sacs était trop lourd pour elle, avant qu’un gentil blond – à croquer, vienne lui proposer son aide. Sourire charmeur et déhanché, elle accepta volontiers. C’est devant Nicholas, grognon qu’elle atterrit, Leif pas loin. « Eh salut cousin ! Alors t’as déjà shippé le dessert de Kiki ? » Elle éclata d’un rire léger en voyant son ami dépité. « Que veux-tu, c’est une machine, elle a un peu de mal avec tes avances mon cher ! » Oui, elle assumait ses remarques et vannes pourries, même quand elles étaient remplies de sous-entendus. Elle embrassa sur la joue le jeune homme qui l’avait accompagné et le congédia, lui promettant de lui accorder – une seconde fois, son attention. Les hommes !


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Nov - 19:17


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 394 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Durant les cours, il dessinait souvent dans ses marges de cahier. Il dessinait des personnages, des gens, et surtout des loups. Les humains avaient cru qu’il s’agissait simplement de son animal préféré, ce qu’il ne niait pas, car les loups, il les adorait. Parce qu’il aimait les siens tout simplement. Des fois, il dessinait des caricatures de ses profs qui faisaient bien rire ses camarades, bien moins ces derniers. Lui était un élève classique, qui avait des notes plus que moyennes, qui ne se faisait pas beaucoup remarquer - sinon sa mère allait lui en mettre une - et qui était là juste par obligation. C’était la première fois qu’il allait dans un système scolaire «normal», sa mère l’ayant surprotégé durant des années, et donc préférant faire les cours à la maison. En même temps, il n’était pas prêt à côtoyer des humains à ce moment là. Il n’était pas comme ses ainés, qui avait très vite maîtrisé leur nature d’humains, et qui avaient pu rejoindre très vite le système scolaire classique. De même pour ses cadets, malgré leurs nombreuses bêtises. C’était comme ça, il n’aurait le droit qu’au lycée. Au début, il était curieux. Amanda lui disait que l’école était bien, on découvrait pleins de choses différentes et on se faisait plein d’amis, et que les humains étaient gentils. Puis il se rendit compte de la vérité : c’était chiant, et les humains avaient aussi leurs Omégas à qui ils imposaient des surnoms débiles. Sauf qu’il n’y avait pas vraiment de hiérarchie, lui-même en a été victime. L’an passé ça avait été Tête de Pustules à cause de son reste d’acné, voire Gueule de Pizza à cause du mélange avec ses tâches de rousseurs. Sauf qu'insulter un roux était une mauvaise idée puisque beaucoup de leurs affaires disparaissaient mystérieusement, ou alors ils se retrouvaient avec des punaises sur leurs sièges, ou d’autres blagues débiles qui au final faisaient marrer les Cools Kids de la classe. Lors qu’ils avaient arrêtés leurs surnoms débiles, ils constatèrent un retour à la normale. Lui avait commencé à avoir une petite bande d’amis lors de sa seconde année de lycée, hors de sa cousine Edwina et de son ami Nick le Chouineur. Dedans y’avait Anders, le mec que toutes les nanas voulaient se taper : le beau gosse, sympa, drôle et incarnant par excellence la définition du lycéen cool. Genre le numéro un sur la liste d’Edwina dans les types qu’elle n’avait pas pu encore mettre dans son lit. Sauf qu’elle n’avait pas encore réussi. Anders était difficile dans ses choix de conquêtes, il le disait lui-même. Leif des fois se demandait ce qu’il faisait avec un type pareil. Il était maigre comme un coucou, plutôt petit - sa mère lui disait juste qu’il ferait juste comme Viktor, il grandirait d’un coup, mais il avait l’impression qu’elle essayait de le rassurer - il avait la tronche qui avait à peine fini ses crises d’acnés, déformée par les tâches de rousseurs, et mal équilibrée avec ses lèvres trop épaisses et ses oreilles qu’il trouvait un peu décollées. Il s’était laissé un peu pousser les cheveux dans l’espoir de cacher ces dernières, et donc il avait des mèches qu’il lui tombait sur les yeux. Pourtant Anders disait qu’il avait de beaux yeux, les filles aimaient ça. Lui, il avait envie de lui répondre qu’il trouvait les siens encore plus beaux. Mais c’était bizarre de dire ça à un garçon... Enfin, encore plus de dire ça devant tout le monde.

La fin du cours sonna. Il sortit en vitesse - l’avantage de courir vite - et senti avec dégout l’odeur de choux de Bruxelles qui émanait de la cantine et qui attaquait ses narines. Il avait toujours eu l’odorat plus sensible que la moyenne. Amanda lui disait qu’il pourrait être traqueur, et même que quand elle serait beaucoup plus vieille et devenue Alpha, elle serait contente de savoir qu’il y aurait un bon traqueur dans la meute. En tout cas en ce qui concernait le repas, il s’en fichait, son père lui avait concocté un délicieux plat à réchauffer. Ça allait mettre la rage au Chouineur, ça. À ce propos, il le vit avec Edwina à la machine, en train de chouiner - c’est sa fonction principale apparemment - parce que la machine n’avait pas voulu lui donner ses gâteaux. Et il commença à chouiner dans sa direction. Leif répondit juste avec un sourire évocateur. Il avait déjà volé les gâteaux de ses camarades ce matin même.

- Eh salut cousin ! Alors t’as déjà chipé le dessert de Kiki ?
- Pas encore, répondit-il calmement, tournant autour de la machine et constatant les gâteaux coincés. Il s’arrêta devant un certain point qu’il sentait sensible et donna un violent coup de pied dedans. Les gâteaux tombèrent aussi secs, et avant même que Nicholas puisse les attraper, la main de Leif le prit de court. Il les ouvrit devant le Brun, sourire victorieux aux lèvres, et en dégusta un.

- Maintenant, c’est fait.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Nov - 20:16


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 1951 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Le souci, c’est que même si elle défonçait les cuisiniers, cela ne changerait rien au souci, il serait remplacé et la bouffe de basse qualité serait probablement tout aussi immangeable ! Il faudrait vraiment qu’il cherche une solution à ce problème comme par exemple apporter sa propre bouffe, s’il le faisait et qu’Ed et Leif aussi, ils auraient assez de quoi manger. Le souci, c’est qu’ils allaient beaucoup trop manger par rapport aux autres et ça ne serait pas forcément très discret vu leurs gabarits à chacun. Prétexter qu’ils avaient un bon métabolisme ne suffirait certainement pas à convaincre qui que ce soit. On trouvera une meilleure solution, mais là ce n’est franchement plus possible. Mon odorat en souffre trop, c’est immonde de nous faire subir ça. J’en ai des hauts le cœur. Et pourtant il n’était pas franchement difficile concernant la bouffe, mais là c’était vraiment trop lui/leur demander de bouffer des trucs aussi infâmes pour leur palais trop développé de Loups. Il secoua la tête, l’air traumatisé Par Fenrir Ed’ ! C’est impossible qu’il soit encore plus serré du cul. Même un cure dent ne passerait pas, sérieusement. mais oui, il appréciait et adorait son frère quand même, mais il aurait préféré se trouver devant quelqu’un de plus jovial, drôle, ouvert…. Disons moins dans les principes actuels. Il haussa les épaules avant de soupirer doucement Et ouais, j’suis sérieux, même si c’est vrai que je ne sais pas qui je pourrais choisir non plus, ce n’est pas comme si c’est le choix qui manquait. Il se gratta un peu la joue. Tout comme Ed’, il savait qu’on le trouvait mignon, gentil et il avait une certaine cote auprès de la gente féminine, alors il ne comptait pas s’en priver.


Son ventre gargouilla, une fois de trop à son goût et il s’en alla en prétextant vouloir aller au petit coin ! Seulement son idée ne se passa pas du tout comme il l’aurait voulu, car la machine à bouffe – c’est comme ça qu’il la nommait- ne lui donna jamais ses petites gâteaux au grand dam, du brun qui s’énerva un peu sur ladite machine. Je sais que c’est qu’une machine… mais elle m’a piquée mon fric ET ma bouffe, la grognasse. grogna-t-il. Il jeta un regard noir au pauvre objet comme si cela allait aider à résoudre la situation, et il n’eut pas le temps de réagir que déjà Leif avait réussi à chopper ce qu’il voulait son « bien » en quelque sorte mais il sembla vouloir le manger. Kiki gentil et mignon, ne rigolait pas avec la nourriture. Leif c’est à moi, rend le moi de suite. Il s’était approché du roux en lui tendant la main pour qu’il lui mette le gâteau dans la main, mais Leif en mangea un. Nick lui sauta dessus,  tenta de rattraper le morceau qui lui restait. rend le moi !!! Rend le moi !! Rend le moi !!! Leif devait certainement s’estimer heureux qu’il ne lui ait pas mit les doigts dans la bouche pour récupérer la nourriture. Et voilà donc le brun qui était agrippé au roux comme une moule à son rocher. Edwina, aide-moi !! Le ridicule ne tue pas, heureusement. Allez Leif, c’est à moi, sérieux, je t’en aurais filé la moitié si tu m’avais demandé ! mais encore ? Espèce de roux infâme et diabolique rend les moi ! Leif, serviteur du mal, pour vous servir, ça ferait un bon titre de film, n’est-ce pas ?




Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Nov - 20:39


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten et Vyranui Wahlberg ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2920 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Elle éclata d'un rire léger. Des fois, elle se sentait chanceuse de n'être qu'une née-humaine, rien que pour son odorat moins développé que celui de son ami. "Je confirme, on va crever intoxiqués !" Au moins, si seulement la bouffe avait un quelconque effet sur leur métabolisme, bien trop rapide. Elle savait déjà que le repas de midi, si tant est qu'elle arrivait à le manger, ne serait qu'un casse-croûte et qu'elle dévorerait le frigo familial en rentrant. L'avantage ? Elle gardait une silhouette d'enfer en toute circonstance, mais tout de même, avoir toujours faim était réellement emmerdant.

Elle haussa les épaules, indifférente (ou presque) quand à la connerie du frère de Nicholas. "T'en fais pas, un jour il baisera et comprendra le bien que ça fait." Elle haussa à nouveaux les épaules. "Un jour mais pas demain." Et gloussa dans sa barbe. Il était vraiment chiant quand il le voulait son frangin. Concernant le bal, ils avaient tout le temps pour y songer, elle décida donc de ne pas y réfléchir plus que ça, avant de suivre son ami - quelques minutes plus tard, dans le couloir.

Face à la situation grotesque, qui se déroulait sous ses yeux, elle ne pu s'empêcher d'éclater de rire. Décidément, c'était très drôle ! "Eh bien qu'elle rapidité d'acte cousin !" Elle éclata d'un rire léger. "Si t'était pas puceau on pourrait croire que t'es précoce !" Elle savait qu'énerver un roux n'était pas la meilleure des idées, mais dans la famille on pouvait tout se permettre (ou presque). Elle appuya ses propos par un baiser envoyé dans l'air et d'un clin d'oeil marqué, avant que Nicholas ne se jette sur Leif. "Ecoute cousin, je serais toi j'éviterai de prendre la bouffe à notre ami Nicholas." Elle gloussa dans sa barbe. "S'il y a bien une chose à laquelle il ne faut pas toucher c'est sa bouffe !" Elle réussit, de justesse, à ne pas prononcer le mot "saucisse". Elle ne voulait pas vraiment que son ami pâtisse des conneries humaines. "Après tu peux toujours ouvrir la bouche, il viendra te nettoyer le pharynx avec plaisir pour quelques miettes !" La situation était dégoûtante, mais ça la faisait mourir de rire. La bouffe de Nicholas c'était sacré, plus que sacré. "Au nom de Fenrir Leif, rends le lui, où il risque vraiment de montrer les crocs !" Elle était ravie du jeu de mot, mais bon, ce n'était peut être pas la phrase la plus appropriée à la situation. Il fallait par contre, qu'elle arrive de rire autant, sinon elle allait s'éttouffer.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Nov - 13:25


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 394 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Il soupira, parce que les blagues d’Edwina n’étaient pas drôles. Cela servait à rien de répondre qu’il n’était pas précoce, car elle renchérirait sur le fait qu’il était le seul dans leur trio à ne pas à avoir gouté aux jeux d’adultes. D’ailleurs, des fois elle le saluait du genre «Salut cousin ! Toujours puceau ?» ou «T’as enfin chopé oui ou non ?». Ça lui mettait la honte, et à force il avait peur que ses cadets trouvent ça drôle et commence à le faire. Ils étaient dans l’âge bête, ce qui n’arrangeait rien. En plus... Un jour il était chez Anders. Ils devaient jouer à Mario Kart sur la Gamecube avec un autre de la bande. Sauf qu’il était malade, et il est quand même venu. Anders avait trouvé une bouteille d’alcool chez ses parents, et il avait décidé de la boire. Il avait dû finir un peu soûl, lui non car il était un loup. Puis Anders s’était penché vers lui et l‘avait embrassé. Il y avait même mis la langue. Lui, il avait complètement décollé. Mais genre, de l’entrejambe. La grosse honte. Il avait du courir aux toilettes en espérant qu’il avait rien vu. Puis il avait prétexté que sa mère voulait qu’il rentre, il était trop gêné. C’était super bizarre, bien trop bizarre. Peut-être que c’était juste parce qu’il n’avait jamais embrassé et il ne pouvait pas contrôler la sensation. C’était sûrement pour ça. Au moins c’était pas avec une fille, ça aurait été encore plus la honte. Il en avait jamais reparlé avec Anders, lui-même avait peut-être oublié à cause de l’alcool, du moins il espérait qu’il avait oublié.
Il savait très bien que Nicholas montrait les crocs quand on piquait sa bouffe. Sauf que lui trouvait ça très drôle. Au moins il chouinait pour quelque chose, le Chouineur. Sourire aux lèvres, il s’amusait à éloigner le paquet de gâteau le plus loin de Nicholas en le mettant hors de sa portée. Ce qui n’était pas si facile vu que le brun était plus grand que lui d’au moins huit centimètres. Du coup,quand il s’agrippa à lui, il tomba à la renverse sur le carrelage. En tout cas il riait à gorge déployée, surtout quand il l’insulta de tous les noms avec son infâme répartie.

- Hahaha ! T’es tellement nul pour vanner quelqu’un que tu ferais pleurer un clown mort ! Aller puisque tu veux tant tes gâteaux...

Il lui ficha un biscuit dans la bouche. Ça avait le mérite de le faire taire. Il s’écarta de lui, et lui montra le reste du paquet.

- Hey le Chouineur, si tu veux le reste, faudra m’attraper !


Il commença à courir, tout en regardant si le brun le suivait. Ce qui était presque inutile, Nicholas ferait tout pour sa nourriture.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Nov - 17:49


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 1951 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Oui c’était sûr qu’avant que Graham ne devienne décoincé, il en faudrait du temps, beaucoup de temps –bien que des années, il se rendrait compte que ça ne serait jamais arrivé-, mais à ce moment-là, il avait encore espoir que son frère devienne un peu moins étroit d’esprit, qu’il accepte un mieux la société comme elle évoluait ! Bientôt il s’était retrouvé devant le distributeur avec ses deux meilleurs amis, même si au final Leif s’avérait être également son pire cauchemar ! Comme par exemple aujourd’hui où le roux s’amusait à lui mettre les nerfs à vif en lui piquant sa bouffe. Nick lui avait sauté dessus espérant ainsi récupérer son dû mais il avait du mal à attraper sa main, et forcément il ne pouvait pas le mordre comme il l’aurait fait s’ils étaient en forêt. Et le roux était un peu comme une anguille !

Ed, aide-moi au lieu de raconter des bêtises, il va tout manger !!!

Mais la blonde semblait plutôt préférer regarder la scène et rigoler de la situation en faisant des vannes que Nick aurait trop très drôle s’il n’avait pas été si concentré à vouloir récupérer sa nourriture. Quelques instants après, alors que l’autre roux continuait de se moquer de lui, il lui mit un biscuit dans la bouche, surprit Nick manqua de l’avaler en entier tout cru en manqua de s’étouffer avec. Il toussa un peu tandis que Leif était parti en courant en l’appelant par ce surnom qu’il détestait tant ! Au départ Nick l’avait suivi en courant, certainement suivi par Ed qui ne voudrait pas manquer une miette de la scène, mais Leif était trop rapide, et s’ils arrivaient tous à éviter les autres élèves forcément que la situation allait finir par déraper, mais pour l’instant il ne s’en souciait guère. Il avait eu envie d’utiliser son don de meute, son aura bien plus développé pour l’arrêter mais au lycée, il savait que c’était proscrit, trop dangereux. Il s’arrêta net, Leif à quelques mètres devant lui.

Ce soir, j’en parle à Hélène si tu me les rends pas de suite !

Oui, rapporter ça à sa mère était une technique pathétique, mais c’était la seule idée qu’il ait eu pour pouvoir manger... et au moins, il avait réussi à attirer assez son attention. Leif ne pouvait pas dire s’il le ferait ou pas. Bientôt il sentit Ed’ à ses côtés et fit un faible sourire à cette dernière. Le moindre rire, la moindre réaction d’un des trois et une nouvelle course poursuite pourrait recommencer, ils le savaient… malgré tout, la situation l’amusait follement… mais soudain, la voix d’un pion retentit dans les couloirs. Nicholas prit Ed’ par la main et fit signe à Leif de les rejoindre pour échapper à la punition… qui tomberait de toute façon. Il ouvrit la fenêtre qui se trouvait au rez-de-chaussée, pour qu’ils puissent tous passer… et une fois à l’extérieur – dans la cours donc-

Tu vois on va se faire engueuler par ta faute, t’es vraiment trop con, Leif.

Devinez qui venait de parler pile au moment où le pion passait et oui c’est Bibi. Et oui il venait de les faire repérer lamentablement, avant que le pion ne puisse ouvrir la bouche, il lui fit ses yeux de cocker – qui généralement marchaient sur à peu près n’importe qui- et débita très vite.

On a rien fait M’sieur. On a blessé personne. Et ce n’est pas écrit dans le règlement qu’il est interdit de courir dans les couloirs. Vous pouvez pas nous coller pour ça, ou appeler nos familles. Il se tut quelques instants avant de reprendre On s’amusait, juste un peu. Vous devriez être content, plutôt que d’être sur nos portables on fait de l’exercice physique, mais promis, la prochaine fois on attendra d’être dans la cours, alors on peut y aller ? On veut vous donner un peu de gâteau si vous voulez. Hein Leif ?!

En espérant que l’autre n’est pas tout bouffé… en espérant également que l’on puisse acheter un pion avec un gâteau, mais comme il l’avait dit en soit… ils n’avaient trop rien fait de mal, il n’y avait pas eu de réelles bagarre, pas de blessé, ni rien. Il croyait en leur innocence la plus totale.




Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Nov - 22:43


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten et Vyranui Wahlberg ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2920 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Edwina était morte de rire. Enfin morte non, mais bidonnée pour rien, oui très clairement. Cette situation était magique. Leif qui courrait, Nick qui s’énervait et qui vociférait – tout ça pour de la nourriture et surtout, surtout, elle pouvait courir dans les couloirs et bousculer tout le monde avec panache. C’était réellement une bonne idée ce petit jeu, ça la divertissait dans une journée bien trop longue. « Qu’il mange tout, ça le remplumera ce petit ! » S’écria Edwina, en se lançant à la poursuite de son meilleur ami.

Hélène, la clé de la situation, même si elle doutait que ça intimiderait son cousin, chenapan de père en fils. Roux autrement dit. Ils courraient dans les couloirs, évitant de percuter les humains fragiles qui les croisaient et tentant – tentant seulement – de passer presque inaperçu. Forcément, ça échoua complètement. Non seulement ils avaient été repérés par le surveillant, mais en plus, quand ils avaient tenté de lui échapper, ils s’étaient faits avoir en pleine beauté. C’est finalement super-kiki, capable d’attendrir tout le monde, qui tenta de désamorcer la situation. « Je suis totalement d’accord ! » Renchérit la jeune femme. « Nous ne faisions que passer ! » Elle connaissait le surveillant, un jeune homme assez sympathique. « N’est-ce pas Klaus, on ne va pas se disputer pour si peu ? » Se permit-elle d’ajouter, un petit sourire sur le coin des lèvres. « Et puis, on a le choix entre régler ça à l’amiable, ou laisser Nicholas vous attendrir jusqu’à ce que mort s’en suive. » S’exclama la jeune femme, un petit sourire sur les lèvres. Oui, elle était très ravie de cette blague. C’était peur dire. Enfin, elle s’attendait surtout à voir Leif avaler sa bouchée d’un moment à l’autre, pire enfourner un autre gâteau et se casser comme un voleur. Peut-être qu’elle se ferait punir, mais déjà à son âge, ça ne la dérangeait pas plus que ça. Elle était une vilaine fille, c’était des choses qui arrive.

Pour finir, elle décida d’avancer, d’aller s’installer contre un mur en attendant que la situation s’arrange. Stressée ? Pas vraiment. Tous les soucis humains lui passaient au-dessus. Pourtant, elle savait que l’un de ses parents était très certainement humain et qu’elle aurait peut-être du avoir cette vie-là, mais ça lui passait au-dessus. En rien elle ne se sentait proche des humains et pire même, elle faisait tout pour se sentir plus louve, plus dominante, plus libre que les femmes humaines. Elle avait eu une opportunité à saisir, bébé et sans le savoir, la vie qu’on lui avait imposé lui plaisait bien plus que tout le reste.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Déc - 22:38


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 394 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Il tira la langue à Edwina pour lui répondre piteusement à l’insinuation sur son gabarit de petit gringalet. Il rit de plus belle quand le Brun usa de l’argument «autorité maternelle». Sa mère serait presque heureuse de voir qu’il réussi si bien ses petits larcins, car c’était la preuve qu’il était un vrai roux, un débrouillard qui savait saisir l’occasion quand elle se présentait et qui n’hésiterait pas à dépouiller les autres pour assurer sa survie. Amanda était plus sage, certes, mais elle devait avoir une image plus responsable. L’Alpha ce serait elle, et si on voulait que les autres meutes aie un peu plus confiance en les roux, il fallait une dirigeante plus mesurée. De toutes façons, Amanda était une louve géniale, elle était belle, elle était intelligente, elle était forte, elle était pétillante, tout le monde l’aimera, il n’y a pas de raisons.
Soudain, une voix les averti qu’ils commençaient à dépasser les bornes en courant dans les couloirs, car oui, c’était dangereux. Des fois il était chiant de ne pas pouvoir faire comprendre aux humains qu’il était plus rapide et agile que la moyenne, et donc impossible qu’il se mange un élève ou se rétame méchamment. Mais cela l’amusait encore plus, surtout de devoir passer par la fenêtre pour tromper la vigilance du pion. Il s’arrêta net quand ils se retrouvèrent nez à nez avec le surveillant dans la cour. Il n’avait pas franchement peur de se faire coller ou que sa mère se fasse appeler, c’était juste que les colles le faisaient rester encore plus longtemps à l’école, un temps qu’il se verrait bien occuper en gambadant avec sa forme lupine. Heureusement que les cours lui laissait au moins la moitié de l’après-midi comme ça, il pouvait aller soit trainer avec Anders et sa bande, soit muter tranquillement et en profiter pour jouer avec les jeunes de sa meute. Nicholas attaqua le premier en utilisant son visage à l’air constamment bienveillant. Edwina se permis d’être assez familière avec le surveillant, encore plus que les autres élèves du moins. Leif lui lança un regard soupçonneux et inquisiteur, se demandant si elle n’avait quand même pas osé se taper un personnel de l’école. Malgré son âge, cette fille avait un palmarès impressionnant et aucune limite à ce dernier. C’était comme ça, les louves, toujours aussi désespérantes. Elles n’avaient aucune retenue quand ils s’agissait de mettre des mâles dans leurs draps.
Le surveillant fini par passer de regard en regard, Leif ayant senti qu’il fallait qu’il prenne un air penaud, même s’il n’avait absolument aucun regret. Ils s’en tirèrent avec un avertissement oral, leur priant de faire attention, car la prochaine fois, ce sera un mot à leurs parents. Autant dire que le Roux s’en fichait comme de son premier slip, sa mère ne tenait cas que des faits qui concernaient les roux. Enfin, plus exactement, elle jouait la mère mécontente au téléphone ou devant les professeurs, puis lui frottait tendrement les cheveux en lui disant que les humains étaient parfois fermés d’esprit et qu’il ne devait pas en tenir compte. Tout ce qu’il lui importait c’est qu’il travaille en cours afin d’obtenir une place dans la société des humains. Elle ne le grondait que s’il lui ramenait des mauvaises notes. Donc il se débrouillait pour ne pas en avoir, et le reste n’avait pas d’importance.

- Tu n’as toujours pas attrapé tes gâteaux le Chouineur, annonça-t-il, moqueur, dès le départ du surveillant. Il le provoqua avec le paquet, qu’il balança soudainement dans les mains d’Edwina.

- J’espère que tu sais bien faire les passes, cousine !

Il en rit encore, se tenant prêt si Edwina souhaitait jouer à ce sport si amusant qu’était de narguer le pauvre brun.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Déc - 16:37


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 1951 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Courir à travers les couloirs c’était bien, se faire choper par le pion et risquer de se faire punir ça l’était moins. Il n’avait beau pas avoir peur de son frère il n’avait aucune envie de l’entendre râler et se faire sermonner par lui pour quelque chose d’aussi ridicule ! Il voulait juste ses gâteaux, il avait faim ! Ce n’était quand même pas trop demandé que Diable ? Pourquoi est-ce que tout le monde semblait vouloir lui compliquer la situation ? Hein Pourquoi ? Bon tout le monde c’était certainement exagéré, il n’y avait que Leif à vrai dire mais c’était d’ores et déjà largement suffisant. Histoire d’éviter une punition collective, Nick réussit à attendrir le pion –Edwina à l’aguicher- de façon à ce qu’il n’est qu’un avertissement oral ce qui n’était pas rien. Le brun bouda un peu en ronchonnant à sa meilleure amie On dirait un supplice que je fais subir aux autres quand j’essaye d’vous attendrir. ce n’était pas de sa faute s’il y arrivait si bien, et si, au final, il ne se débrouillait pas trop mal pour manipuler un peu les gens une fois l’homme parti, il regarda la jeune femme en haussant un sourcil T’as couché avec lui aussi ou quoi ? Bon, ceci dit j’te comprends, c’est mieux quand c’est plus vieux. Il ne pouvait pas dire le contraire de toute manière, ça serait un grand mensonge ! Les femmes plus mûres l’attiraient franchement beaucoup plus que des lycéennes et c’est pour cela qu’il aimait bien fricoter avec les amies de son grand frère. C’était aussi un genre de défi pour lui ; combien voudraient bien de lui alors qu’il n’était même pas majeur ? Et finalement, on pouvait dire qu’il ne se débrouillait pas trop mal.

Malheureusement cette trêve ne fut que de très courte durée car bientôt, Leif reprit la parole faisant de nouveau grogner le brun. Ce foutu roux avait toujours SES gâteaux et continuait de vouloir le faire tourner en bourrique avec ça et ça marchait d’ailleurs parfaitement, Nicholas ne marchait pas mais courrait dans les « feintes » de son ami. Mais l’autre commis peut-être son erreur en passant les gâteaux à Ed. Nick fit volte-face et regarda la blonde S’il te plait Edwina, j’aimerais bien manger ! Il commençait à être las de ce petit jeu qui était vexant et frisait la limite de l’humiliation vu l’allure que ça prenait. Il ne trouvait plus ça drôle depuis un petit bout de temps même s’il continuait à ne pas en vouloir trop au Voleur. Il jeta d’ailleurs un regard à ce dernier avant de lui souffler. Toi tu as plutôt intérêt à faire attention à tes arrières en forêt ! Ce n’était pas une menace, Leif savait très bien que Nick ne lui ferait pas de mal, par contre « l’attaquer » pour jouer, le faire tomber devant ses sœurs en prouvant qu’il était meilleur à ce jeu-là était quelque chose de tout à fait possible. Il reporta de nouveau son attention sur sa meilleure amie avant de tendre sa main, paume vers le ciel pour qu’elle lui rendre son Précieux. Et sa « vengeance » serait probablement terrible, à moins qu’une fois l’estomac plein il oublie cette histoire, comme d’habitude en somme. On ne pouvait pas dire que le brun était franchement quelqu’un de rancunier !




Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Déc - 19:31


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten et Vyranui Wahlberg ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2920 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Elle haussa les épaules, faisant voler derrière ses dernières une mèche de cheveux. Elle était des plus ravie de voir que oui, ils avaient compris qu’elle avait un palmarès important. « Disons juste qu’il était sur mon chemin et qu’il a accepté de finir dans mon lit. » Edwina était sans gêne, c’était même pire : elle ne voyait pas où était le mal à avoir autant de relation à son âge. Enfin il fallait quand même l’avouer, elle n’était pas dans ses torts : préservatif ou pas, elle ne risquait pas d’attraper une MST, elle n’avait que très peu de chance de tomber enceinte (vu qu’elle prenait la pilule), elle passait presque tout son temps libre toute nue et toute une meute (voir peut-être même trois) l’avaient déjà vues nue, alors pourquoi devrait-elle faire semblant d’être chaste auprès des humains ? Elle faisait ce qu’elle voulait de son corps et pour le moment, elle voulait ressentir beaucoup de plaisir. Elle ne voyait clairement pas où était le problème.

Rapidement, la situation dégénéra – enfin pour elle, quand Leif lui lança dans les mains la nourriture de son meilleur ami. Qui choisir, le meilleur ami ou le cousin ? Les deux étaient des membres de sa famille, elle les appréciait autant l’un que l’autre. Et quel que soit le choix qu’elle ferait, elle serait perdante : ou Nicholas râlerait, ou Leif râlerait. Alors, finalement, elle décida de tendre le gâteau à son meilleur ami. Déjà parce qu’il avait tendance à être très grognon dès qu’il n’avait pas l’estomac vide et ensuite, parce qu’elle savait qu’il n’était pas assez rapide pour s’en prendre seul à Leif, autant qu’ils soient deux donc !

Elle tira à nouveau la langue à son cousin. « Je veux bien charrier Nicholas, mais pas sur la nourriture ! » Etant elle aussi un estomac sur pattes, ce n’était pas très surprenant de l’entendre parler de la sorte. « Décidément Leif, tu n’as encore rien compris à la vie, après le sexe, la bouffe c’est la chose la plus importante ! » Elle prit une mine de conspiratrice. « Pire c’est même sacré ! » Elle gloussa, ravie de son effet. « C’est juste que vu que t’as pas goûté à l’un de deux, voire même au mélange de deux, tu te rends pas compte de combien c’est cool ! » Puis finalement, elle planta son regard dans celui de son cousin. « Puis bon, il faut se l’avouer, il a tendance à être salement grognon quand même quand il s’agit de la bouffe ! Tu ne pouvais pas trouver quelque chose de plus drôle et de moins grognon ? » Comme par exemple s’en prendre au beau gosse du lycée qui refusait toutes les avances de la blonde ? Elle passa sa main dans les cheveux roux de son cousin, avant de lui faire des chatouilles. Elle s’était avancée prêt de lui et comme toujours, ne laissait jamais l’effort réalisé vain. Elle en profitait toujours pour allier l’utile à l’agréable. Et faire des chatouilles à un membre de sa famille, c’était toujours agréable. Pour elle en tout cas, surtout qu’elle n’était pas du tout chatouilleuse, donc ne craignait en rien les représailles. Elle fit un clin d’œil à Nicholas, avant de sauvagement sauter sur le rouquin. Elle avait bien envie qu’ils se lancent quelques patates dans le visage. Comment ça ce n’était pas un comportement tolérable dans un établissement scolaire ? Décidément, elle ne comprenait rien au fonctionnement des humains.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Jan - 15:19


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 394 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Edwina était incorrigible. À peine à cet âge tout passait dans son lit. Son cousin la regarda, blasé, et d’autant plus quand Nicholas rappela de façons subtile qu’il se tapait les amies de son frère. En gros, tout de quoi lui coller l’étiquette «puceau» sur la tronche. À vrai dire, il était un peu jaloux de ses deux amis. Lui aussi aimerait goûter aux jeux adultes, le problème c’est qu’il ne trouvait pas de fille qui lui plaisait. On lui disait qu’il devrait être moins exigeant, mais s’il n’avait pas envie, il n’y trouverait pas de plaisir, non ? Aussi, les louves lui faisait un peu peur. Elles étaient parfois trop directes, elles aimaient se moquer des garçons pour montrer quelles étaient leurs places respectives; en bref il avait tendance à les trouver trop agressives et il sentait qu’il avait besoin de douceur. Il tira la tronche avant de se remettre à jouer avec les gâteaux de Nicholas. Il prit à parti Edwina, qui sembla hésiter, puis rendit les gâteaux à Nick le Chouineur, ce qui aura le mérite de le faire arrêter de chouiner. Même si c’était drôle de le faire chouiner. Il sourit quand le brun lui promis de se venger.

- Haha ! Faudra déjà que tu réussisses à m’attraper, tu te traines comme une tortue malade !

Sauf que c’était moins drôle de se prendre encore la remarque qu’il ne pouvait pas les comprendre car lui était encore puceau. C’était d’ailleurs un des grands gags d’Edwina, ça, de hurler «Salut cousin, encore puceau ?» Car cela le faisait rougir de honte ce qui se voyait beaucoup sur sa peau très claire. Par contre il trouvait ça un peu bizarre de mélanger la nourriture et la sexualité. Enfin, lui ne serait pas très pour qu’on lui étale du chocolat sur la tronche ou même de manger des morceaux de steak sur le corps de quelqu’un. Car s’il y avait bien deux choses qu’il aimait manger, c’était le chocolat et la viande rouge bien saignante. Ne sachant pas trop quoi répliquer à sa cousine, il se contenta d’avoir la réaction la plus mature du monde : lui tirer la langue en signe de mécontentement. Celle-ci l’attrapa tendrement en lui passant d’abord la main dans les cheveux - ce qu’il aimait beaucoup - pour ensuite l’attaquer traitement avec des chatouilles. Il s’écroula, vaincu, incapable de répliquer entre deux spasmes de rire.

- Mais ! ... Arrête ! Supplia-t-il tout en se maudissant d’être chatouilleux. La blo,de l’attaqua pour le plaquer à terre. Se sauter dessus était un de leurs jeux favoris quand il était sous forme lupine. Tout cela lui donnait envie d’abandonner sa vie humaine pour aller courir dans les bois avec ses deux amis. Son sourire se fâna quand son instinct de roux le titilla, celui là qui lui disait de fuir.

- J’sens qu’il y le pion pas trop loin... Fait chier, s’ils nous voit nous battre on va se faire coller cette fois. J'ai pas envie, je veux aller me balader en forêt. Et promis c’est pas parce que t’es plus forte...

Son visage se fit boudeur, car c’était vrai : elle était plus forte que lui. En même temps il était petit et sec, un peu comme un raisin. Il n’avait aucune chance. Il dégagea Edwina puis se releva en vitesse.

- J’vais aller manger avec mes potes dehors comme il fait beau, vaut mieux en profiter vu comment ce putain de pays aime nous arroser de soupe... Et vous pouvez venir, ça les dérange pas. Fait juste gaffe à ne pas mourir à cause d’une rivale jalouse, Ed.

Oui car dans ses potes il y avait Anders, et des fois certaines perdaient la boule dès qu’une approchait leur cible. Enfin, quand il s’agissait d’Edwina Svanhildesen, leurs peurs étaient en général justifiées. Leif pensait que c’était surtout de la jalousie, parce que sa cousine au moins osait approcher ses cibles et conclure pendant que les autres continuaient simplement à baver dessus. Aussi Anders était beau, gentil, drôle, cool et il n’avait même pas le mérite d’avoir des mauvaises notes pour compenser. Normal qu’elles le voulaient toutes. Mais Anders se semblait pas vraiment s’intéresser à elles. Tant mieux, après tout. Comme ça ils pouvaient passer plus de temps ensembles.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Jan - 10:34


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 1951 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Il reprit son gâteau avec joie remerciant des yeux sa meilleure amie et le mangea avec appétit. La bouffe c’est plus important que le sexe. On peut pas se passer de manger. crut-il bon de rajouter. Mais j’suis d’accord pour ça en deuxième position, faut juste inverser quoi !.

Il se secoua un peu la tête, amusé par la réplique son amie… mais en même temps pauvre Leif. Ca devait être long à la longue de se faire charrier par la blonde toujours pour la même chose ! Bon en même temps le roux y était également pour quelque chose vu qu’il sortait toujours les mêmes blagues pourries. Nicholas soupira doucement avant d’hausser un peu les épaules

T’inquiètes pas, c’est pas pressé non plus ! Vaut mieux être sûr de son coup et se faire plaisir plutôt que de se planter.

Oui… bien sûr … c’était magnifique comme paroles. Mais il voulait lui faire comprendre par là qu’il ne fallait pas avoir honte, chacun avait son propre rythme. Attendre quelques mois/années était mieux que de faire une connerie que l’on pourrait regretter par la suite.

Ouais, j’suis grognon quand j’ai pas mangé, mais tu l’es aussi Ed’… Et toi, le roux, tu l’es tout le temps alors pouet pouet, hein.

On remerciera chaleureusement cette débilité hors norme. Il les regarda ensuite se battre/ se chatouiller tout en finissant tranquillement son gâteau. Il ne comptait pas les séparer sauf si la situation dégénérait un peu trop. Il prit un pari mental sur qui gagnerait, et misa sur Edwina, et, effectivement quelques instants plus tard, Leif s’avoua vaincu. Nicholas frappa joyeusement dans ses mains pour féliciter sa meilleure amie. Il se serait bien joint à eux, mais il avait plus l’habitude d’utiliser son don de meute, et il ne pouvait guère le faire en plein milieu de lycée. J’sens qu’il y le pion pas trop loin... Fait chier, s’ils nous voit nous battre on va se faire coller cette fois. J'ai pas envie, je veux aller me balader en forêt. Et promis c’est pas parce que t’es plus forte... Il fronça les sourcils avant d’hausser les épaules et répliqua simplement

bah, il suffit de vous séparer… il n’y verra que du feu, non ? Mais ouiii !! On peut aller dans la forêt !!! ajouta-t-il joyeusement. Il bailla ensuite tandis que son ami leur proposa d’aller diner entre potes avec ses potes à lui. Tes potes sont chelous, Leif… Et je croyais que tu voulais aller te balader en forêt, à ce que je sache, on ne peut pas encore se couper en deux. Il haussa un peu les épaules avant d’ajouter, doucement Puis comment tu sais que ça ne les dérange pas, si tu leur as pas demandé ? Ça ne se fait pas, c’est la moindre des politesses de ne pas s’imposer comme ça…

Et courir dans la foret tout l’après-midi et une partie de la nuit lui paraissait quand même une meilleure idée. Il ne se sentait pas forcément très à l’aise parmi la bande à Leif qui étaient.. des gens… en fait il n’y avait pas vraiment de qualification juste, mais il n’était pas du tout sur la même longueur d’onde qu’eux.




Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Jan - 19:54


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten et Vyranui Wahlberg ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2920 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Edwina ricana gentiment, comprenant que son cousin abandonnait. De toute façon, il avait raison, il était tout frêle. Il ne devait pas manger assez, pourtant sa mère, soit la tante de Ed, était pas du genre à les laisser mourir de faim. Elle haussa les épaules, ne vannant pas au passage son cousin, ce qu’elle faisait déjà suffisamment à vrai dire. Elle se dégagea du jeune homme, ne voulant pas se prendre le pion sur les épaules. Ils s’étaient assez fait remarquer pour aujourd’hui à son avis. Elle était ultra partante pour aller courir en forêt ou pour s’inviter chez les potes de Leif. Elle fit un clin d’œil à Nicholas, qui faisait son gentil garçon bien élevé. « Ça se trouve il y aura de la minette, alors fais pas ton garçon poli, on s’invite ça va être cool ! » Surtout qu’il y aurait sans doute des petits gars à chopper et ça, ça lui plaisait beaucoup à Edwina.
Elle roula des yeux au ciel. « Au moins, moi j’ai des rivales ! » S’exclama la blonde, en tirant la langue à son cousin. C’est vrai que lui ne se bougeait pas le cul pour s’amuser. Après, c’était son problème, celui de Edwina était de la charrier à ce sujet, qu’il le veuille ou non, de toute façon. « On a qu’à aller bouffer avec eux. » La bouffe passait toujours en premier avec Edwina, c’était incontestable. « Et après on va se promener en forêt ? » De toute façon ils avaient toute la journée devant eux, les cours n’étant clairement pas intéressants pour le reste de la journée. « J’avais pas prévu d’aller en cours de toute façon. » Elle n’avait rien prévu du tout, si ce n’est sécher, mais ça c’était plutôt habituel. « Maintenant, le souci c’est de savoir si on veut traîner avec Leif ou pas. » elle vient se poser vers son meilleur ami, un coude sur une de ses épaules. « Non parce qu’il faut se le dire, ça reste un roux un peu bizarre. » elle le taquinait légèrement, c’était un membre de sa famille après tout, elle en avait parfaitement le droit ! « Ses potes sont chelous, mais ils ont au moins une utilité. Surtout Anders ! » Elle avait d’ailleurs toujours pas réussi à se le faire et ça l’emmerdait profondément. Elle ne louperait pas une occasion d’essayer – à nouveau – de le mettre dans son lit. « Mais Leif ? » Elle gloussa, fière de sa boutade. Elle vint lui ébouriffer les cheveux, tentant de l’embêter encore un peu, sans pour autant se faire chopper par le pion. Ils n’avaient pas besoin d’une énième réprimande. « Alors on fait quoi ? »


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 12 Fév - 0:24


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 394 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Nicholas marquait un point : le corps ne pouvait se passer de manger, surtout eux, car ils consommaient d’autant plus d’énergie à cause de la mutation. Quoiqu’il avait l’impression que si Edwina passait six mois sans sexe, elle mourrait. Comme les femelles furets. Il finit par lâcher un sourire, surtout parce que Nicholas se montrait plus compréhensif envers lui qu’Edwina. Enfin, sa cousine aimait surtout se moquer de lui, il savait très bien qu’elle ne le pousserait jamais à faire quelque chose qu’il ne souhaite pas. Il se retint de montrer son majeur au brun quand il lui dit qu’il était grognon, car ce n’était pas vrai. C’est vrai, il râlait beaucoup. Parce que c’était ça ou il pleurait, et il ne voulait pas se trainer une réputation de chouineur comme le brun. Il n’était plus un enfant, et sa mère lui rappelait chaque instant. Il devait s’endurcir, c’était comme ça qu’on devenait un adulte, non ? Il n’était pas pressé d’être adulte dans le fond. Les adultes ont trop de responsabilités et ne peuvent pas se faire protéger par leurs mères.

- Moi au moins, je ne suis pas un chouineur, répliqua-t-il dans une expression moqueuse, mais dont on sentait qu’il n’y avait aucune intention de faire mal.

Edwina l’attaqua à coup de chatouilles, jusqu’à ce que Leif pressente que le surveillant allait revenir. Il proposa de s’éclipser, vu qu’il n’avait pas envie de perdre son temps en heure de colle, une heure qui serait bien plus utile à s’amuser sous sa forme lupine. Il en profita pour leur annoncer qu’il allait manger avec ses amis.

- Je ne vois pas en quoi ils sont bizarres, c’est juste des humains, contesta-t’-il. D’accord, je t’accorde que les humains sont bizarres, mais ils sont plus drôles que les autres humains.

Leur petit groupe faisait beaucoup de bêtises. Rien de grave, juste des blagues d’adolescents, comme jouer au foot dans les magasins de sports, chahuter au mauvais moment, fumer alors que leurs parents le leur interdisaient, faire le mur ou truander en inversant les étiquettes de deux produits pour les payer moins cher au supermarché. Leif en profitait pour voler des trucs, surtout du chocolat et du matériel de dessin. Si sa bande le savait, ils n’osaient pas faire comme lui. Trop peur de se faire pincer.

- Si je ne vais pas en cours ma mère me défonce. Vous pouvez tenir deux heures quand même ?

Heureusement que dans leur pays les cours se terminaient tôt. Si sa génitrice était très tolérante envers ses bêtises, elle l’était moins quant au manque de sérieux pour l’école. Parcontre son majeur sorti tout seul quand Edwina lui fit remarquer qu’il était un roux un peu bizarre. Il se considérait comme un vrai roux, un qui ne ferait jamais honte à sa meute. Il a mis des années à développer son don pour ne jamais payer sa nourriture en magasin. Il grommela mais accepta tout de même la main qui vint lui caresser les cheveux. Il ne voulait pas qu’elle touche à Anders. Il ne savait pas vraiment pourquoi, peut-être simplement une sorte d’instinct de protection car les louves avaient tendance à être trop manipulatrices avec les hommes. Surtout, il ne voulait pas qu’Anders passe plus de temps avec une autre personne. Si jamais une femme entrait dans sa vie, il seraient sûrement tous ses week-ends avec elle, et lui s’ennuierait beaucoup.

- Alors on fait quoi ?
- Bah, écoute, vous me suivez et on va grailler. Si vous voulez séchez après, je vous rejoindrais plus tard en forêt.

Il partit dans la direction de la cour, vers le carré d’herbe. Il salua Anders et la bande, constituée de trois autres personnes. Iakob était collé à sa copine, tout le monde pariait qu’ils allaient casser dans un mois. Poli, Anders se leva pour aller saluer Edwina et Nicholas. Il faisait un peu plus vieux que son âge, car il était grand et avait déjà assez de barbe pour commencer à faire plus adulte. C’était peut-être pour ça que les filles bavaient sur lui, et pas sur un gars minus et gringalet comme lui. Ajoutons à cela que son côté sportif lui donnait un peu de carrure, et il sentait bon. Leif avait presque gravé son odeur dans son cerveau, quand il la sentait dans les couloirs il se demandait si jamais les filles aimaient ce genre de parfum. Du moins lui aimait bien, il la trouvait très agréable. Comme son sourire, il aurait presque pu faire des pubs de dentifrice à la télé. Il surveillait Edwina du regard. Elle allait sûrement faire une approche sans aucune finesse et lui mettre la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 12 Fév - 19:19


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 1951 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



M’en fouts des minettes, j’ai déjà les copines de mon frère et ça vaut largement mieux que des lycéenne tu sais ? dit-il en haussant les épaules avec un léger sourire sur les lèvres. Il ne s’en cachait pas, mais il trouvait les filles de son âge un peu fades. Personne ne te vaut dans ce lycée ma chère Edwina. ajouta—il toujours simplement comme s’il disait la plus simple des banalités plutôt qu’un énorme compliment. Enfin, je vous suis ! Si vous voulez y aller tous les deux. au final il s’en fichait un peu du moment qu’il pouvait manger en paix. Il fronça un peu les sourcils lorsqu’elle parla de sécher les cours, cette fois-ci, il était plutôt d’accord avec Leif. Graham va me tuer ; si je rate les cours, je ne préfère pas. Je ne tiens pas à le mettre en colère, il est déjà assez ronchon comme ça ! Il avait préféré ne pas du tout répliqué sur la réplique du chouineur mais il n’en pensait pas moins, cela l’attristait un peu que son ami continue dans cette voix-là, mais est-ce qu’il y pouvait réellement ? Les deux cousins avaient commencé à se battre à coup de chatouilles quand Leif annonça que le surveillant allait bientôt revenir. Nicholas fronça un peu les sourcils. Et tous les humains ne sont pas bizarres, mais tes amis le sont, Leif. Bon certes comme des ados en général, mais au final, hors de l’école il avait plus l’habitude de voir des Loups, ou des humains lorsque les amis de son frère venaient à la maison pour réviser, ou alors quand certains venaient pour adopter au chenil. Cela restait au final peu, mais il avait vraiment l’impression qu’au lycée ils étaient tous vraiment plus étrange…. Surtout les gens « louches » que fréquentaient Leif. Il s’étira un peu tandis qu’Edwina demandait de nouveau ce qu’ils faisaient, Nicholas haussa les épaules, les laissant choisir. Du moment qu’il pouvait bouffer le reste lui importait toujours franchement peu. Le roux choisit finalement pour eux en leur disant de le suivre ! Et je ne sécherai pas, on a juste à se rejoindre après les cours en forêt ? A l’endroit habituel vous en dite quoi ? glissa-t-il doucement en chemin.

Bientôt ils s’étaient retrouvés face à la bande d’amis du roux. Il salua tout le monde avec un petit sourire aux lèvres. Il ne pouvait s’empêcher de regarder Edwina avec la hâte de savoir comment est-ce qu’elle allait agir. Il se dandina soudain d’un pied sur l’autre. Bon vous venez, on va manger, si on tarde trop les plus grandes tables seront prises ! Et puis s’il y avait des frites… il risquait d’en manquer s’ils arrivaient en dernier. Et un jour de frites sans frites, c’était une histoire à le mettre de très mauvaise humeur. Il commença à partir vers la cuisine suivi de la fine équipe, il se passa une main dans les cheveux avant de se tourner vers Anders. Alors tu racontes quoi ? Leif nous parles beaucoup de toi tu sais ? ne put-il s’empêcher de glousser, un peu se doutant bien que son ami allait le foudroyer du regard, au minimum.





Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Fév - 15:42


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten et Vyranui Wahlberg ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2920 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Elle ricana. « C’est pas logique quand même, tu peux foutre la merde sans souci, mais louper les cours non ? » Elle haussa un sourcil mitigé, bien qu’elle connaissait sa tante, ça la surprenait toujours. « Ecoute on t’attendra, je sais pas juste ce qu’on va faire en attendant tes deux longues heures de cours. » Que pouvait-elle bien faire d’ailleurs ? Se prélasser ? Se taper un mec ? Bon tout dépendant du mec, elle pouvait tenir une à deux heures facile. Evidemment elle ne toucherait pas à ses devoirs ou autres choses du genre, ayant bien mieux à faire. « En tout cas, pour manger je te suis ! Assurément ! » C’était bien connu que Ed avait deux passions dans la vie : la nourriture et le sexe. A ce niveau-là, elle ne le cachait absolument pas, alors quand on lui proposait l’un des deux, ça lui convenait toujours.
« Vous êtes vraiment relous tous les deux en fait ! » Laissa glisser la jeune femme. « Bon ben je viendrais avec vous en cours, tant pis. » Elle avait vraiment l’air au bout de sa vie. « Et merci Nicky, tu n’es pas loin derrière moi tu le sais ça ! » Lui répondit-elle taquine. il restait son meilleur ami, après tout.

Ils se retrouvèrent face à la bande d’amis de Leif et rapidement Edwina remarqua Anders, à qui elle fit un regard et un sourire des plus charmants, snobant tous les autres mecs qui la regardaient. Elle fut juste néanmoins très surprise face aux émotions, chaotiques, qui sortirent de son cousin, à tel point qu’elle en oublia de le chambrer. Lui, ou son merveilleux ami. Elle lui fit la bise, embrassant tour à tour la bande de potes et garda son regard sur son cousin, suffisamment longtemps pour qu’il le remarque. Elle haussa des épaules à sa question muette, puis se tourna vers Anders. « Alors dis-moi, toi et moi dans un même lit on fait ça quand ? » Evidemment, elle rit suite à sa remarque et se mit à discuter avec deux des amis de Leif, les présentant – ou tentant du moins – de les présenter à Nicholas. En vérité elle ne se souvenait pas de leurs prénoms, de leurs noms ou de l’identité quelconque qu’ils pouvaient avoir. Elle n’était là que pour Leif et la bouffe.
Elle suivit rapidement Nicholas. « Tu me parles là ! » Et décida d’aller manger avec eux. Elle écouta bien sagement la question de son meilleur ami, les oreilles grandes ouvertes en attente d’une réponse.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 19 Mar - 18:55


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 394 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



S'ils avaient tous un point commun à leur âge c'était que les adultes leur rappelait constamment qu'ils avaient de l'autorité sur eux. Si Edwina était étonnée du manque de logique de sa tante, Helene et en particulier Petter insistaient sur l'importance des études. Elles permettraient d'obtenir un métier et donc une place dans la société humaine. Surtout que leur famille n'était pas si riche, c'était seulement l'héritage de son père qui leur avait permis de vivre confortablement. C'est pourquoi sécher des cours serait passible d'une énorme beuglante que le jeune Leif ne souhaitait vivre. La soeur de sa mère semblait beaucoup plus laxiste à ce sujet, preuve en est qu'Edwina ne semblait pas trop s'inquiéter des conséquences de son manque de sérieux. Oui ils étaient relous, mais au moins ils auraient leurs diplômes. 
Donc Leif leur proposa de rejoindre ses amis, jugés bizarres par Nick le Chouineur. Le rouquin ne voyait pas pourquoi ils étaient étranges, ils n'agissaient pas si différemment des autres adolescents. Anders était même du genre populaire. Finalement il réussit à convaincre ses deux comparses lupins de venir avec lui. Ses craintes furent rapidement confirmées : Edwina lui mit la honte devant Anders. Il lui balança un regard contrarié, ne remarquant même pas l'expression étrange qu'affichait la blonde, ni même le sourire amusé du concerné.

- Quand tu veux pour une bonne sieste. Mais je ronfle comme un ours et je prend toute la couette, rit-il de bon cœur. Il ne ronflait pas, songea Leif en se souvenant de la fois où ils avaient dormi ensemble lors d'une soirée.
Nicholas le sorti de sa rêverie en posant une question qui lui mit le rouge aux joues. Parlait-il autant d'Anders que ça ? Il ne voulait pas que son ami le prenne pour quelqu'un d'envahissant ou qui trahisse ses secrets. Il lança en effet un regard noir au Chouineur qui n'avait décemment pas le droit de se venger de son vol de goûter comme ça. À sa grande surprise, quelque chose chez l'humain lui parut touché. Il regarda le roux et lui sourit : 

- C'est vrai ? Questionna-t-il pour enchérir sur la taquinerie.
- Mais non ! Protesta Leif vainement. Il se renfrogna et s'occupa plutôt de sa boîte repas. C'était Katelina qui l'avait fait. Sa petite soeur commençait à être vraiment douée en cuisine. Il y avait de la viande chassée par le clan Goy, fraîche et excellente. 

- Je parle de toi parce que je passe du temps avec toi c'est normal non ?

Et il aimait passer du temps avec lui. Il ne pouvait pas laisser un simple baiser tout gâcher, même si cette histoire le perturbait. Il ne savait si c'était parce que il n'avait jamais embrassé quelqu'un qu’il avait trouvé ça très agréable. Le problème c'était qu'Anders était un garçon. Un jeune homme formidable mais un un graçon. Il préférait lettre ça sur son inexpérience et se dire qu'avec une fille ça devait être encore mieux. 

- Tu fais quoi après les cours ? On va se faire un ciné si tu veux.
- J'aurais bien aimé mais j'ai déjà prévu un truc avec ma cousine et Nicholas.

Il n'oserait pas prononcer le surnom que le loup brun avait hérité de la part de ses amis : la Pleureuse. Parfois c’était la tapette ou la chochotte. C'était encore pire que le Chouineur. Il n'aimait pas quand quelqu'un de sa bande l'appelait comme ça, et leur disait de la fermer. Nicholas était un peu nunuche mais pas assez méchant pour mériter ça.

- Pas grave, une autre fois. Anders paraissait un peu déçu quand même. S'il comprenait parfaitement que sa famille était importante le jeune homme sentait qu'il y avait entre ces trois là un lien beaucoup plus particulier, comme une sorte de vie qui n'appartenaient qu'à eux. 

[ Pour la suite on peut aller faire la sortie en forêt Smile]
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Mar - 17:50


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 1951 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Nicholas non plus ne comprenait pas bien la façon de passer de la mère de Leif, mais après tout chacun élevait ses enfants comme il le souhaitait, c’était probablement un truc de roux d’agir de la sorte. Il voyait bien qu’Ed’ elle-même semblait toujours aussi dubitative dès lors qu’il prononçait ce genre de paroles ! Il haussa les épaules avant de souffler Bah moi aussi je veux bien aller en cours ! je tiens pas à ce que Graham me tombe dessus par ce qu’il est de mauvaise humeur. Monsieur-parfait-j’ai-soi-disant-jamais-séché. Tu verras Ed’, on s’amusera quand même bien, même si on est en cours, on a histoire, on  a de quoi faire ! autrement dit ils pourraient siester ou faire un jeu sans que le prof ne les voient ! Bientôt ils s’étaient retrouvés face à la bande d’amis de Leif et la conversation  avait bientôt tourné presque au surnaturel, entre Edwina qui se lâchait en draguant –ou ne pas dire chauffer- de pauvre Andrewd.. non Anders.  Et la suite, venant de la part de Leif l’estomaqua presque. Il cligna plusieurs fois des yeux, en regardant tour à tour son ami, puis  Anders et pour finir Edwina. Comme quelques mètres les séparaient, il ne put s’empêcher de murmurer doucement à l’oreille de la blonde –et oui réellement discrètement- Profite bien de le traiter de puceau, parce que vu comme ils se parlent, il ne le sera sûrement bientôt. il gloussa un peu et dédia un sourire radieux à son ami roux. Tout ce petit monde ne tarda pas à partir manger.

Plusieurs heures après, Edwina & Nicholas étaient dans la forêt. Le cours avait fini un peu plus tôt que prévu si bien qu’ils étaient les premiers à arriver. Tu veux un gâteau ? demanda Nicholas en tendant son paquet de Ptit’Lu à sa meilleure amie. Il en avait déjà pris plusieurs qu’il savourait. Il avait beau manger comme deux, il avait toujours faim. C’était comme une foutue malédiction. Il entendit soudain un bruit, mettant son doigt sur sa bouche pour faire signe à Ed de se taire, il utilisa son don de meute et monta à l’arbre le plus proche. Pas bien haut, la première branche suffisait totalement ! Dès que le roux fut quasiment sous ladite branche, dans un bon angle, il lui sauta dessus en rigolant. Forcément ils roulèrent un peu par terre sous le petit « impact ». Bon alors, avec Anders ? C’est quand tu l’invites chez toi ? Oui, il n’y allait pas avec le dos de la cuillère, en même temps, pourquoi faire ? Il se doutait bien que, malheureusement, ça ne serait pas aussi simple. Les Loups n’aimaient pas spécialement l’homosexualité, mais il espérait que Leif ne passerait pas à côté de son bonheur à cause de ça ! Vous allez presque trop bien ensemble, n’est-ce pas Edwina ?! Il ne voulait pas mettre mal à l’aise son ami, au contraire, c’était sa manière de l’encourager. Nicholas finit par se relever pour récupérer son paquet de gâteaux. Il en enfourna deux nouveaux dans la bouche avant de tendre la boite au rouquin.
[/color][/b]




Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Mar - 18:28


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten et Vyranui Wahlberg ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2920 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Elle accepta à contrecœur d’aller en cours. Certes, elle n’était pas nulle, mais elle n’était pas non plus l’une des meilleures. Elle en savait suffisamment pour savoir que son métier ne serait pas difficile ou nécessiteux de grandes études. Elle voulait se consacrer à sa meute et profiter de sa passion pour les livres, pour ça, elle n’aurait jamais besoin de grandes études. De toute façon, elle n’était pas assez assidue pour ça et le savait parfaitement. Elle ne répondit donc pas, sachant que de toute façon, elle irait en cours pour leur faire plaisir. Peut être qu’elle ferait une pause « pipi » avec l’un des beaux-gosses d’une classe et profiterait de quelques minutes dans les toilettes avec l’un des charmants jeunes hommes qui lui courraient après. A voir, elle en avait bien envie. Et puis, comme ça, les cours passaient beaucoup plus vite.

Elle gloussa légèrement à la remarque de Nicholas. Lui au moins, avait vu la même chose qu’elle. Edwina ne pouvait s’en empêcher, d’une poussée d’aura elle regarda les interactions humaines entre Leif et le petit Anders. Elle regardait, sentait, observait et commençait à percevoir quelque chose. Evidemment, elle n’en parlait pas, ne voulant pas faire de conclusions hâtives, mais quelque chose lui soufflait également que Leif n’était pas prêt du tout à entendre ce genre de suppositions. « T’en fais pas Anders, je serais toujours disponible pour te voir après si tu veux. » Se permit-elle de lui lancer, un clin d’œil salace sur le visage. Après tout, qui pouvait lui résister ? Tous les autres humains bavaient sans conteste et lui était froid comme de la glace. Elle se doutait bien qu’il était, éventuellement, possible de lui résister, mais à condition de ne pas être hétérosexuel, elle en était persuadée. Oui, Edwina était très – trop – sûre d’elle, mais elle le vivait parfaitement bien.
Elle attrapa un gâteau à Nicholas et l’avala rapidement, toujours adepte de nourriture. Quand elle comprit que Nicholas allait faire une blague à son cousin, elle dû se retenir d’avance de rire. Elle éclata d’un rire léger en voyant la tête du roux et ne put s’empêcher de s’en emmêler. « Je suis sûre que tu pourras lui donner quelques cours Kiki ! Rien de bien méchant, juste les bases. » Elle fit le geste – élégant – de mimer une fellation, dans le dos de son cousin, avant d’éclater de rire. Ed adorait son cousin, pire même, elle l’aimait de tout son cœur, mais elle s’inquiétait un peu de voir qu’il n’acceptait pas sa condition sentimentale. Certes, dans leur communauté c’était assez délicat d’aimer le même sexe – moins pour les femmes, mais tout de même, pour autant, elle ne voulait pas qu’il se mente toute sa vie. Elle voulait qu’il soit heureux et fier de son patrimoine, même si ça signifiait aimer les hommes. A ses yeux, il n’y avait rien de mal à ça. Elle était d’ailleurs persuadée que la famille de sa mère n’en ferait pas un drame non plus. Des fois, elle ne comprenait juste pas les interactions humaines et les difficultés qu’avaient certains à comprendre l’amour. « T’en fais pas Leif, tout ira au mieux. » Se permit-elle de lui dire, lui faisant un baiser sur la joue, ébouriffant au passage ses cheveux, avant de partir se planquer dans un buisson. Oui, elle était louve, mais elle n’allait pas se mettre toute nue devant son cousin et son meilleur ami !


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Avr - 17:18


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 394 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Il ne regarda pas d’un bon oeil les messes basses entre Edwina et Nicholas. Il avait l’impression qu’ils se moquaient de lui, et il n’aimait pas ça. Il leur adressa un regard agacé, il ne voulait pas qu’ils pourrisse l’ambiance alors qu’il était avec ses amis. C’était quoi le problème ? Qu’ils étaient humains ? Était-ce vraiment un problème ? Sa mère l’avait mis là pour qu’il s’habitue à les côtoyer, parce que ce serait le cas toute sa vie. Pourtant il avait du mal à croire qu’Edwina et Nicholas avait un réel souci avec les humains. Peut-être qu’ils les trouvaient juste vraiment bizarres ? Pourtant Leif ne comprenait pas en quoi ils le seraient. Il soupira. Nick et Ed étaient chiants, et point.
Il termina le repas et supporta péniblement les cours qui suivirent. Il se posait encore des questions idiotes du genre : est-ce qu’il n’avait pas ennuyé Anders en invitant Edwina et Nicholas ? Ce qui dérivait en : pourquoi est-ce qu’il l’avait embrassé ? Et surtout : pourquoi est-ce ça lui avait plu ? Le cours le détourna de ses questions, car au fond de lui il savait qu’il préférait qu’il n’y ait pas réponses.

Il arriva en forêt, heureux d’en finir avec la vie de lycéen pour reprendre celle de jeune loup. Sa cousine et le meilleur ami de celle-ci étaient arrivés en avance. Nicholas lui proposa un gâteau, ce qu’il accepta avec plaisir. Il ouvrit un paquet de chips qu’il partagea avec tout le monde. Il aimait le sucré mais il avait des préférences pour le salé. sauf pour le chocolat. Il ne savait pas qui avait inventé le chocolat au lait mais il le remerciait chaque jour.

- Bon alors, avec Anders ? C’est quand tu l’invites chez toi ?
- Bah heu... C’est un peu délicat vu que c’est un humain, tu vois ? Je ne veux pas trop qu’il se demande pourquoi y’a des gens nus qui se balade chez moi, tu sais avec ceux qu’on héberge de temps en temps au troisième l’étage... Du coup c’est plutôt moi qui va chez lui.

Il ne comprenait pas trop la question, il savait très bien que c’était compliqué des non-loups chez lui. Assoiffé par son goûter et la course qui l’avait mené dans la forêt, il sorti une petite bouteille d’eau qu’il porta à ses lèvres.

- Vous allez presque trop bien ensemble, n’est-ce pas Edwina ?!

Leif cracha toute l’eau qu’il avait dans la bouche sous le choc, puis toussa puisqu’il en avait avalé de travers.

- Tu n’es franchement pas drôle, Nicholas, rétorqua-t-il, son ton montrant qu’il était sérieusement agacé. Il ignora ses gâteaux pour se détourner de lui, presque méprisant. Sauf qu’Edwina s’en mêla en le choquant avec un geste obscène, et cela le mit complètement en rogne. Son aura grondait en même temps que le loup, sauf qu’il ne savait pas sur lequel il voulait se jeter.
- Continuez à me traiter de tarlouze et je vous défonce... Menaça-t-il dans une voix qui tremblait sous les grognements du loup. Edwina s’approcha de lui dans une phrase qu’il ne comprit pas, l’embrassant et lui ébouriffant les cheveux. Étrangement, ce geste le calma. Il le prit comme une excuse pour leurs moqueries, et commença à se déshabiller. En revanche il ne comprenait pas la pudeur d’Edwina. Elle pouvait se trémousser nue devant ses amants, mais par contre pas pour muter. Il n’en cherchait pas la logique. Il plia proprement ses vêtements pour les cacher dans un amas de fougères environnant avec sa nourriture et sa bouteille d’eau. Il se laissa tomber à quatre pattes puis commença à muter, essayant de ne pas se focaliser sur l’immense douleur qui faisait craquer chacun de ses os. il avait appris à l’ignorer en partie, espérant qu’un jour cela ne lui faisait presque rien. Une fois loup, Anders disparaitrait. Il serait libéré pour un temps de ses oripeaux humains.

Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Avr - 18:12


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 1951 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Leif avait vraiment un sens de l’humour des plus restreints !  Nicholas voyait rien qu’il n’aimait pas ce que la blonde et lui étaient en train de dire et pourtant il n’y avait rien de bien méchant ! Le brun, dans toute sa délicatesse habituelle, n’y alla pas de main morte avec ses questions !

Bah heu... C’est un peu délicat vu que c’est un humain, tu vois ? Je ne veux pas trop qu’il se demande pourquoi y’a des gens nus qui se balade chez moi, tu sais avec ceux qu’on héberge de temps en temps au troisième l’étage... Du coup c’est plutôt moi qui va chez lui.
Hum, effectivement, c’est pas faux, mais bon, en même temps si les gens aiment marcher nus chez toi je ne vois pas trop le souci ! Peut-être même que cette idée lui plaira, pas mal d’humain pratiquent le nudisme, non ?

Bon au final peut-être pas tant que ça, mais au final ce n’était pas franchement la réponse la réponse qu’il attendait, alors il recommença à parler, ou du moins à poser une question en prenant clairement à partie Edwina, la réplique de cette dernière le fit un peu glousser, mais il tenta de se contenir histoire que son ami ne croit pas qu’il se moquait de lui, car très sincèrement qu’il aime les hommes ou les femmes, cela ne changeait rien pour lui. Et puis, certains hommes étaient très bien foutus, il fallait bien l’avouer.

Boh, je ne cherche pas à être drôle, juste à t’aider, sérieusement, arrête de prendre la mouche comme ça Leif. Ce n’est pas un crime d’être gay et franchement ça se voit que tu l’es autant que le fait que tu es roux. Il n’y a qu’à voir comment tu le regardes ! Il sourit avant d’ajouter Mais si tu as besoin de conseil, Ed a raison, on pourra t’aider elle ou moi. il pouffa un peu, un tout petit peu avant de lui sourire Roh Leif, pourquoi est-ce que tu prends ça comme ça ?!

Mais finalement, il préféra ne pas en rajouter plus, cela ne servirait à rien ! Il se contenta de soupirer doucement,  avant de faire comme ses amis et d’aller muter tranquillement. Une fois transformé le jeune homme –ou plutôt- loup s’amuser à sauter sur la blonde pour lui mordiller un peu l’oreille. Il se recula brusquement avant de se rouler joyeusement par terre ! Les soucis de la vie humaine étaient loin sous cette forme et c’était probablement largement mieux ainsi !  Ils allaient tous pouvoir s’amuser sans se fâcher pour des broutilles, des avis totalement différents et divergents ! Soudain, l’odeur d’un « gros » gibier probablement de la taille d’un cerf se fit sentir. Il se redressa et regarda ses amis, attendant de savoir s’ils étaient ou pas partant pour s’attaquer à cette grosse bête, à trois, même s’ils étaient jeunes ils avaient des chances de réussir, enfin du moins en théorie !







Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Avr - 22:14


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten et Vyranui Wahlberg ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2920 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Edwina, alors qu’elle entend son cousin répondre à son meilleur ami comprend. Il ne sait pas. Elle a toujours su qu’elle aimait les filles et les garçons, possédant une famille et une meute tolérante, elle n’a jamais vu le problème, mais Leif, en position de loup qui plus est, ne l’a peut être jamais compris. Il pouvait aimer qui il voulait, qu’importe. Cela n’avait aucune importance. Elle était surprise et choquée à la fois. Elle comprenait très bien ce qu’il ressentait, comme elle savait que Nicholas avait compris, mais pourquoi se voilait-il la face ? Elle ne l’aurait jamais rejeté, comme Nicholas ne l’aurait jamais fait non plus. Ni même ses sœurs, ses frères ou ses parents. Personne ne l’aurait rejeté dans son entourage. Après, elle savait qu’il lui serait difficile, voire improbable, de fonder dans ces conditions une famille. Ce qui la désespérait et la blessait. Elle désespérait de voir les mentalités lupines si étroites d’esprit et pourtant, que pouvait-elle y faire ? Elle n’avait jamais eu de soucis dans sa vie personnelle à ce sujet et, comme elle n’était pas pressentie pour être alpha un jour, elle se fichait totalement de ses fréquentations. Pire même, elle en jouait avec beaucoup de plaisir.
Elle soupira quand il mentionna le triste qualificatif de « tarlouze », mais ne commenta pas. Elle ne pourrait pas lui faire changer d’avis, elle le savait parfaitement. C’était triste, mais c’était la vérité. Elle ne pouvait rien y faire. La louve n’allait pas perdre son temps sur l’idée et le sens du mot, ni même sur la connotation blessante qu’il pouvait y avoir derrière, elle savait pertinemment que ça ne changerait pas les choses. Pire même, elle craignait que ça force le jeune homme à se fermer d’autant plus, à garder tout ça pour lui. Au contraire, elle voulait qu’il s’ouvre, qu’il assume sa personnalité, comme elle assumait la sienne. Elle voulait qu’il devienne quelqu’un sans complexe (ou presque), ce n’était pas en le brusquant qu’elle allait y arriver. Pas maintenant, en tout cas.

Elle muta, comme toujours, à l’abri des regards puis fonça sur ses deux comparses à toute folie. Elle voulait courir, profiter et faire la fête. Elle voulait profiter de chaque instant qui passait aux côtés de ses proches, pour ne jamais les oublier.
Sous forme lupine, elle sauta d’abord sur Nicholas, avant de lui mordiller l’oreille, puis tenta de courir avec Leif. Comme toujours, il était trop rapide pour elle, mais ça, elle le savait déjà. Elle courrait à en perdre haleine, ne souhaitant pas s’arrêter. Elle s’arrêterait quand elle ne pourrait plus et réclamerait – comme toujours, un gros câlin poilu. La vie était trop courte pour être gâchée, alors elle en profitait, à se péter les pattes et à s’écorcher les coussinets. Qu’importe, c’était beau d’être aussi libre qu’ils l’étaient.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Mai - 16:44


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 394 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



«Bande de débiles» fut sa dernière pensée avant de muter. Ils faisaient ça pour se moquer de lui, pour le titiller, pour le faire sortir de ses gonds, il en était sûr. Il finit par ne plus écouter Nicholas pour entamer sa mutation afin que leurs paroles ne deviennent plus que de la bouillie incompréhensible, et comme ça il leur ficherait la paix. Il faisait comme tous les roux : fuir quand cela devenait trop difficile, mais il n’en avait même pas conscience. pour lui, il ne pouvait pas aimer les hommes. Il se devait d’épouser une femme qui donnerait plus de poids à sa famille et qui lui permettrait d’agrandir la meute rousse, de la renforcer. C’était son rôle en tant qu’homme né Helström, être homosexuel ne serait-il pas lui enlever une des seules façons où il pourrait rendre fiers ses parents ?
Enfin devenu loup, il oublia sa colère envers ses camarades et les accueillit en bonds et gémissements heureux. Effectivement il y avait pas loin un cerf. Enfin, plusieurs cervidés même. Mais le loup roux couina, car il ne se sentait pas de taille à affronter avec seulement deux camarades une telle créature. Leurs bois les rendaient forts et leur offrait une défense à laquelle il ne voudrait pas tâter. C’était trop ambitieux selon son jugement. Encore, il serait avec des adultes entrainé, il n’aurait pas dit non. Mais à leur niveau, ils devraient trouver un jeune qui serait plus facile à attraper. La truffe dans l’humus, le roux se servait de son odorat fin pour trouver une proie plus facile, mais qui restait amusante. Il y avait un groupe de daims pas loin, ils étaient moins forts que les cerfs. Peut-être il y avait-il un faon qui leur ferait un bon repas... À condition d’être malins et de savoir anticiper les mouvements des adultes qui essayeront de protéger les petits. Ce serait une mission pour lui, peut-être. À condition que les deux autres ne jouent pas aux balourd en fonçant dans le tas sans aucune subtilité. Il envoya une poussée d’aura à ses camarades, puis s’élança de toute sa vitesse, creusant l’écart entre lui et la louve blonde. Il aimait sentir la boue fraiche sous ses coussinets, l’humidité de l’air du printemps sur ses poils épais. Ils feraient sûrement un festin aujourd’hui. Il reviendra auprès de son Alpha et mère le ventre plein et les pattes pleines de fatigue. Cette liberté était un trésor dont il aimait jouir chaque jour, et que rien ne pouvait perturber. Pas même l’autre, cet humain trop plein de doutes.


*
**

Il essayait de faire profil bas en ce lundi, ayant l’impression que chacun pouvait voir à travers lui, comme si ses pensées nageaient dans un aquarium en plein milieu du couloir. Des doutes, il n’en avait plus. Ils avaient été remplacés par des craintes qui faisait trembler chacun de ses nerfs. Il avait surtout peur de croiser Edwina et Nicholas. Allaient-ils le rejeter ? Ou pire encore, se moquer de lui puis le rejeter ? Il y avait deux semaines, dans la forêt, ils avaient chassé le daim, mais ils s’étaient surtout disputés. La blonde et lz brun avaient été plus perspicaces que lui. Il avait été plus facile de rester dans l’ignorance et de nier totalement la vérité que de reconnaître qu’ils avaient vu juste. Mais il était impossible de nier désormais.
Il se souvenait encore avec délice, un délice surplombé par la honte et la gêne, de la douceur des lèvres d’Anders sur les siennes, de leurs mains qui se baladaient avec envie sur leurs corps qui se mêlaient, de la douceur de l’effort qui les faisaient haleter de plaisir. Ce qui le terrifiait le plus n’était pas qu’il avait fait l’amour avec un homme. Ce qui était pire, c’était qu’il en avait encore envie. Il voulait à nouveau être enlacé de ses bras, sentir la chaleur de ses baisers, laisser son désir s’embraser. Il aurait pu en vouloir à Anders de l’avoir laissé sombré, mais il en était incapable. Anders avait été adorable, doux, prévenant ; il avait pris le temps de lui expliquer, de le laisser essayer, puis de le rassurer. Il avait été parfait sur tous les points. C’était lui-même qui était un salaud de ne pas répondre à ses messages. Son ami allait finir par croire qu’il avait abusé de sa naïveté.

Les évènements du week-end dernier le mortifiait. Il n’avait pas osé regarder ses parents en face, ayant fermé son aura, montrant ostensiblement qu’il désirait qu’on le laisse tranquille. Il était nul. Il n’avait pas de bonnes notes, n’avait aucun talent particulier, il n’était même pas beau et charismatique, il n’était pas bon politicien comme Viktor, il n’était pas bon combattant comme Katelina, il n’était même pas rusé comme Kurtis, et ne parlons même pas d’Amanda, l’élève modèle. Il n’avait rien pour lui à part son nom, il était une déception constante pour sa mère. Que dirait-elle si jamais elle apprenait qu’il était inutile à sa famille jusqu’au bout ? Qu’en plus d’être sans talents, laid et faible il était en plus homosexuel ? Le détestera-t-elle pour de bon cette fois ?

La cloche de la pause déjeuner brisa ses mauvaises pensées. Il s’esquiva rapidement en espérant tomber ni sur Anders, ni sur la bande, ni sur Nick, ni sur Ed. Il avait réussi à esquiver ses amis loups ce matin, mais craignait de ne pas pouvoir leur échapper longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Mai - 14:36


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 1951 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Il s’ennuyait à mort et en plus il crevait de faim ; cela faisait dix bonnes minutes que son ventre gargouillait comme pas possible, faisant ricaner gentiment les élèves autour de lui. Si ça continuait le prof allait lui filer une heure de colle alors qu’il était sage comme une image, ou presque. Nicholas secoua un peu la tête avant de regarder Edwina, le cours était bientôt terminé et il n’avait aucune envie de manger la bouffe dégueu de la cafet. Un bon gros kébab le tentait franchement beaucoup plus. Il tenta donc de mimer à son amie qui était deux chaises plus loin le met qu’ils allaient manger –ou plutôt sa suggestion-, mais malheureusement pour lui il se débrouilla tellement comme un pied qu’il faisait plutôt des gestes bourrés de sous-entendus sans réellement s’en rendre compte. C’était d’ailleurs peut-être pour cela que plusieurs personnes se marraient et que la blonde avait un regard…. Inqualifiable. Oui, c’était probablement le mot le plus adapté à la situation ! Enfin la cloche sonna ; il se leva rapidement pour rejoindre Ed’ Alors ce kebab ça te dit ? On va chercher Leif pour lui proposer tu en dis quoi ? Et pourquoi tu fais une tête digne d’un merlan frit ? on dirait que tu as vu un truc trop chelou, sérieusement, j’espère que ce ne sont pas les bruits de mon ventre qui t’ont choquée à ce point ! Tu devrais pourtant avoir l’habitude ! j’ai tellement la ddaallleeee !! Il n’attendit pas spécialement sa réponse et la prit la main pour l’entrainer dans les couloirs. Après quelques minutes, ils tombèrent nez à nez avec le roux qui ne semblait pas spécialement joyeux de les voir –à moins que Nick se fasse des idées ?!, le brun n’en savait trop rien-. Il fronça un peu les sourcils avant de dédier son plus beau sourire au roux Hey Leif, ça va ? Tu fais une drôle de tête ? Tu viendrais avec nous au kebab ? Ca fait un petit moment qu’on ne s’est pas vu ! il gloussa avant de rajouter [b][color=teal]On dirait presque tu  nous évites.[b][color=teal] Si pour lui c’était une blague, il était loin, très loin même, de se douter  à quel point il était proche de la vérité !  Pourquoi est-ce que son ami voudrait l’éviter, n’est-ce pas ? Cela n’avait aucun sens pour le brun, pour qu’on veuille l’éviter il aurait fallu que l’un ou l’autre ait fait quelque chose de mal, ou alors quelque chose dont il avait honte et cela n’avait pas de sens pour Tveit ! Néanmoins il se tint sage en attendant une réponse de la blonde ou bien alors de l’autre garçon.




Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
puisses-tu courir sous la Lune






Revenir en haut Aller en bas
 

Le brun, la belle & le truand •• Nick & Ed & Leif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le brun, la belle & le truand •• Nick & Ed & Leif
» 03. [Gillespie's] Le bon, la belle et le truand
» BELLE TAPISSERIE
» Une très belle peinture
» Radagast le brun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Neutre-
Sauter vers: