Pouilleux Massacreur [Katelina]
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS EN COURS

Aucun pour le moment, ça ne saurait tarder.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- bêta de la meute brune ici.
- petite soeur portée disparue ici.
- bêta de la meute rousse ici.
- le jouet humain d'une louve ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.

VOTE POUR LE FORUM




 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Pouilleux Massacreur [Katelina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lun 5 Déc - 17:33


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 463 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Lieu et date du rp : Tout début décembre
Protagonistes: le loup gay-roux et la princesse karatéka
Résumé du rp: Leif va s'entrainer avec Katelina pour pouvoir jauger ses efforts
Actions réalisées au cours de ce rp: à voir




La neige tombait en gracieux flocons en ces temps presque hivernaux, mais sans pourtant réussir à tenir sur le sol, comme des morceaux de barbe à papa qui fondaient sur une langue de goudron. Leif inspira, essaya de manier au mieux sons stress, tandis qu’il continuait ses échauffements. Cela faisait déjà huit longs mois qu’Elisif, désormais son Alpha, l’avait pris sous son aile pour suivre un entrainement drastique qui faisait en sorte de le renforcer. S’il savait que cela avait grandement amélioré la qualité de ses chasses, une question le taraudait encore : que valait-il devait un adversaire digne de ce nom ? Car techniquement, le seul «adversaire» contre lequel il avait dû vraiment se défendre était Nicholas. Autant dire que c’était un peu comme vous battre contre un ours en peluche : c’était bien trop facile. Même énervé, il avait la force d’une feuille de papier. Il avait besoin de quelqu’un qui saurait l’aider, mais qui le ménagerait sans trop le ménager. Elisif était dure, mais elle n’osait pas trop le tabasser. Il respectait trop Amanda pour le lui demander, et Edwina serait trop joueuse. Il ne lui restait qu’une personne en tête : Katelina. C’était sa petite princesse, sa petite chérie qu’il avait vu grandir et s’épanouir petit à petit telle une magnifique fleur. Mais carnivore, la fleur. Avec des épines. Il avait quand même du mal à s’en rendre compte, pour lui elle restait encore un louveteau qu’il fallait encore protéger et entourer d’un cocon protecteur, à l’image de Kurtis. Tellement qu’il n’arrivait pas à les voir grandis malgré leurs vingt-trois ans, qu’il n’arrivait pas à poser le mot «adulte» sur leurs visages. Ils restaient ses cadets et malgré le fait qu’il soit un homme et Katelina au moins deux fois plus forte que lui, il restait bloqué sur son rôle de grand-frère protecteur jusqu’à l’étouffement. Il était peut-être trop commère sur la vie de sa petite soeur, il regardait ses fréquentations, mais c’était parce que il voulait pas qu’on lui fasse du mal, parce qu’il avait peur que son jeune âge la rende trop naïve. À vrai dire, il ferait la peau au premier loup qui la séduirait pour lui faire du mal ou pour la trahir, même au fond de lui il se doutait que Katelina l’aurait atomisé avant. En vérité, cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus besoin de son aide. Il avait juste du mal à l’accepter. C’est bien ça qui est terrible de voir ses cadets grandir et devenir indépendants, c’était faire un deuil constant de ce qu’on pouvait leur apporter.
Seul dans la salle de sport, il était vêtu d’un simple débardeur gris chiné uni et d’un jogging noir aux rayures latérales blanches dans lesquels Amanda rentrait sans même trop flotter. Elle lui piquait parfois ses vêtements, à son plus grand damne. Outre le fait qu’il devait aller les repêcher dans la corbeille à linge de son ainée, ça avait tendance à lui rappeler à quel point la virilité l’avait définitivement oublié au niveau du physique. Ça ne l’empêchait pas de s’aimer quand même. Ou que ses amants lui disent qu’ils le trouvait beau. Là où il avait perdu en muscles, il avait gagné en souplesse et en prestance. C’est ce qu’il songea quand il se regarda dans les glaces de la salle, même si parfois il troquerait un petit peu de sa silhouette de danseur classique contre un chouïa de bodybuilder.
Il entendit un pas qu’il reconnu facilement : énergique, féminin, et assuré. Il avala sa salive. Ce qu’il allait affronter, c’était pas seulement un des êtres qu’il chérissait le plus au monde. C’était un véritable traumatisme depuis l’enfance, une véritable revanche sur la vie. Ces deux démons de cadets lui en avaient toujours fait voir de toutes les couleurs. Il avait toujours été le plus faible de sa famille, en particulier physiquement. Un désavantage dont ils avaient profité pour le malmener, pour lui rappeler qu’il n’était qu’un faible, un loup raté qui se ferait manger par le premier venu. Il ferma les yeux. Il devait transpirer le stress plutôt qu’autre chose. Il soupira puis les rouvrit pour apercevoir la plus adorable des diablotines rousses.

- Bonjour Katelina...

Il lui sourit, de manière sincère. Malgré ses défauts et ses vengeance puériles (il faut lui avouer qu’un mois entier de brocolis, ça vous reste en travers de la gorge), il l’adorait.

- Je suis heureux que tu veuilles bien t’entrainer avec moi...

Elle aurait pu encore refuser en le traitant de chiffe-molle après tout, ou lui rire au nez en lui disant qu'il n'en valait pas la peine car il restait nul dans ce domaine.

- Mais essaie que je puisse quand même rentrer à la maison par mes propres moyens, d’accord ?

Ce serait la honte qu’elle ait encore à le porter.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Déc - 16:20


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Olena & Leonora & Nils & Ragnhild ▹ PSEUDO : Keira ▹ EMPREINTES : 147 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/10/2016 ▹ AGE DU PERSO : 24 ▹ LOCALISATION : Auprès d'une fratrie aimante ▹ HUMEUR : Malcieuse, joueuse, farceuse.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Dehors, les flocons tombent. J’aime ce temps qui me rappelle que Noël va bientôt arriver, parce que c’est signe d’une fête que nous allons encore célébrer en famille. C’est aussi signe d’un grand repas que j’aurais à faire –on se souvient tous de l’année où je n’ai pas cuisiner- mais cela ne me dérange pas. J’aime rester des heures en cuisine. Surtout quand ça vaut la peine, quand c’est pour des personnes que j’aime. Ma famille, en l’occurrence. Je leur proposerais d’inviter Toby cette année. Il fait presque parti de la famille après tout, vu qu’il a été notre baby sitter pendant un long moment.

J’enfile un jogging –le genre moulant- parce qu’aujourd’hui pas question de faire du cocooning, je vais m’entrainer avec mon grand frère. Ou plutôt entrainer mon grand frère. Ou plutôt lui foutre une nouvelle raclée. Enfin, vous avez compris l’idée, quoi. J’enfile également un débardeur, tout aussi moulant –à quoi bon avoir un beau corps si c’est pour le cacher dans des vêtements trop grands ?- et c’est un pull en laine qui vient s’ajouter par-dessus le tout. Pour le trajet. Parce qu’lil fait froid et parce que j’aime beaucoup ce pull de noël que j’ai tricoté moi-même. Une sorte de déformation professionnelle. Je n’avais jamais essayé le tricot. Le rendu est pas mal, mais je ne suis pas sure d’avoir la patience d’en faire d’autres. C’est trop long.

J’enfile une veste par-dessus mon pull, une belle écharpe, et je sors le rejoindre, non sans prévenir Amanda de mes plans de la journée. Il faut qu’elle sache où me trouver au cas où elle aurait besoin de moi après tout. Je suis sure que je lui suis plus indispensable qu’elle ne veut bien me l’avouer –et oui sinon mes chevilles se portent parfaitement bien. Après une petite marche, j’arrive enfin à l’endroit annoncé par Leif lorsqu’il m’a demandé si nous pouvions nous entrainer ensemble. « Salut, Leif. » répondais-je à son salut en lui souriant également. Je l’écoute tout en me débarrassant de ma veste, de mon écharpe, puis de mon pull. Je reconnais que je cherche également à le taquiner sur ma tenue. Je sais qu’il n’aime pas quand je suis habillée de la sorte. Même si là, ça devrait aller. Vu que logiquement je ne devrais voir que lui. « Je suis contente que tu m’ait demandé, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas entrainés ensemble. »

Peut-être que je suis trop dure avec lui, que c’est difficile pour lui d’admettre que je suis plus jeune et plus forte que lui. Peut-être que j’en fais trop. C’est vrai que je le taquine souvent, que je le punis lorsque je trouve qu’il dépasse les bornes –on se souvient tous du mois brocolis- mais j’espère qu’il sait que dans le fond je l’aime sincèrement. C’est mon frère après tout. Je souris, attendrie. « Je vais essayer. » Et je ne plaisante qu’à moitié. Je me mets en position, prête au combat. « Montre-moi tes progrès ! »
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Déc - 23:53


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 463 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Sa petite soeur se débarrassa de ses couches une à une, dévoilant premièrement un adorable pull de Noël un peu large que la jeune louve avait réalisé elle-même, maille après maille, ce qui arracha un franc sourire à son ainé, qui n’avait jamais pu voir l’oeuvre terminée. Sourire qui disparut quand elle l’ôta à son tour, car il cachait une tenue moulante au possible. Il savait que Katelina était fière de son corps et qu’elle aimait l’exhiber. Ils formaient sûrement à eux deux le duo le plus nudiste de la demeure Helström. Sauf qu’il n’aimait pas voir les hommes poser leurs regards avides sur ce corps qui lui semblait encore si jeune et innocent. Elle faisait quand même tout pour attirer leurs regards à coups de jupes courtes et de décolletés sexy, et parfois il avait le sentiment qu’elle le faisait exprès pour embêter ses ainés. Des fois il se sentait bête : il était évident qu’il avait affaire à une femme et plus à une enfant. Il fallait voir la tronche du dernier mec qui avait osé se moquer d’elle pour que ce soit une évidence.

- ... Personne ne t’as suivie au moins ? Se risqua-t-il quand même, d’un ton un peu inquiet. Des fois Katelina ne pensait qu’à s’amuser sans penser aux conséquences, et les humains étaient trop bêtes pour se méfier des femmes et croire qu’elles leur appartenaient par défaut.

Il hocha la tête. Effectivement, ça faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas entrainés ensembles. En même temps, la différence de leurs niveaux respectifs ne lui permettait pas d’apprendre quoique ce soit. Son dernier souvenir de combat avec Katelina était remplis de bleus, d’une chevillle et d’un poignet foulé, et des rires que Kurtis qui n’en revenait pas qu’il soit faible au point de s’être fait complètement latté par une gamine. Il approuva de nouveau d’un mouvement du menton quand il vit qu’il ne pourrait pas échapper à la sentence. À vrai dire, il avait peur de revenir dans le même état. Il avait certes fait de progrès, mais cela ne voulait pas dire que la demoiselle avait arrêté de s’entrainer, au contraire. Il l’imita tout de même et se mit en position. Elle ne pouvait pas être pire qu’Elisif. Personne n’était pire qu’Elisif.
Il lui fonça donc droit dessus pour profiter de son agilité pour essayer la plaquer au sol. Une technique traitre, mais bon, ils étaient roux. Tous les coups étaient permis.

- Je ne serais pas aussi facile à avoir cette fois !
Annonça-t-il, l'air rieur. Il était prêt à esquiver ses coups au besoin. Elisif lui avait appris plus à se défendre qu'à attaquer, mais vu son rôle de traqueur, c'était le mieux. À voir s'ila rrivait à se dépatouiller contre une Gamma.

[HRP: Je me suis permise de rajouter des petits détails sur leurs souvenirs communs, hésite pas à me dire si ça te ne conviens pas. Aussi pour le combat malgré nos différence de points dans mon esprit elle reste quand même meilleure que Leif même si elle aura plus de mal à l’arrêter cette fois. :gratte: Et donc tous les coups sont permis, c’est des roux quand même. :yeah:]
Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Déc - 23:45


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Olena & Leonora & Nils & Ragnhild ▹ PSEUDO : Keira ▹ EMPREINTES : 147 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/10/2016 ▹ AGE DU PERSO : 24 ▹ LOCALISATION : Auprès d'une fratrie aimante ▹ HUMEUR : Malcieuse, joueuse, farceuse.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Je tire une sale tronche. Genre vraiment une sale tronche. Je sais que je peux sembler parfois irresponsable, que je suis la dernière –avec Kurtis- et que nous sommes de grands enfants, qu’on s’éclate plus qu’autre chose le plus souvent. Ce n’est pas pourtant autant que nous ne sommes pas prudents, que nous sommes irresponsables. Alors oui, je lui tire vraiment une sale tronche, lorsqu’il me demande si personne ne m’a suivi. A croire qu’il a peur que quelqu’un me voit lui foutre une raclée. Parce que c’est tout ce qui peut nous arriver de pire, ce soir ! « Tu me prends pour une débutante ? » Je ne suis plus une enfant. J’aimerais, parfois, qu’on le comprenne. Si je n’agis pas comme une adulte, c’est pour ne pas faire d’ombre aux autres Helström. Je suis merveilleuse. Je ne veux pas qu’ils disparaissent dans l’ombre de mon génie et de ma beauté…Enfin, c’est ce qui se passerait surement si je devenais plus adulte. D’où ce besoin, dans l’équilibre de la famille, que Kurtis et moi restions de grands enfants. Je vous jure que c’est vrai. Sur mes ours en peluche.

D’ailleurs, en parlant de Kurtis, Leif a bien de la chance que je ne l’ait pas convié à ce petit entraînement que, par égard pour mon grand frère, j’ai gardé secret. Je n’arrive d’ailleurs pas à croire que Kurtis ait véritablement gobé que j’ai tellement aimé tricoté qu’il me fallait de nouvelles pelotes de laines en urgence et du matos un peu plus élaboré. Mettez lui de la bonne bouffe entre les dents et il goberait n’importe quoi…Je déplore que mon jumeau, un reflet de ma perfection dans le corps d’un homme, soit si facilement manipulable. Je sais bien que tous les hommes se tiennent par leur estomac, mais je l’aurais cru plus malin que ça. En tous les cas, j’étais bien forcée de lui jouer ce petit coup. Leif n’aurait très certainement pas apprécié d’avoir les moqueries de mon jumeau à supporter. Et ça l’aurait sans doute déconcentré. J’ai ce besoin et cette envie de voir s’il progresse. Je ne pourrais pas m’en rendre compte si on le déconcentre.

Loin de mon esprit de combat habituel, je le laisse commencer, frapper en premier. Ça ne me ressemble pas mais j’ai besoin de tâter le terrain, de voir si Leif a vraiment fait des progrès suite au travail d’Elisif. Je ne disais rien, mais j’espérais bien qu’il ne serait pas aussi facile à avoir que d’habitude. Les temps sont durs, le contexte social et politique est merdique. J’ai besoin de savoir qu’il s’en sort, j’ai besoin de ne pas avoir à m’inquiéter pour lui tout le temps. Il me fonce dessus, je suis prise de surprise. Je pensais que j’aurais aisément le temps de l’esquiver, mais non. Je me retrouve plaquée au sol et me mord la lèvre inférieure pour ne pas jurer. Malgré tout mon amour pour mon frère, mon esprit de compétition va prendre le dessus, je le sais déjà. Je déteste perdre. Je déteste ça.

« Pas mal… » Soufflais-je. Limitée dans mes mouvements, je ne peux que lui donner un coup de poing dans les côtes, et encore, avec peu de ma force, puisque je ne peux pas prendre l’élan nécessaire à une bonne attaque. Cela suffit, cependant, pour que je puisse lui faire perdre un de ses appuis et que je me dégage de son emprise en roulant sur le côté. D’un bond je me redresse, et me tourne vers lui, qui a probablement eu le temps d’en faire autant, me tenant cette fois davantage prête pour une nouvelle attaque éventuelle. Il a un peu plus de cran en tout cas. C’est un bon début.

HRP : Pareil, n'hésite pas si je dois modifier un truc :hihi: Oh tous les coups sont permis ? Kate risque de mettre fin au combat avec un coup de pied bieeeen placé alors :yeah:
Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Jan - 22:59


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 463 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Comme prévu, Katelina n’a pas trop apprécié sa réaction de grand frère inquiet. En même temps, elle était une louve jeune et impétueuse, il serait logique qu’elle n’avait strictement rien à faire de ce genre de commentaires. Kurtis se serait sûrement moqué de lui. De toutes façons son cadet n’avait aucune pitié, s’il était là il aurait déjà parié sur les détails du combat avec sa jumelle, ou décidé d’un jeu où telle action rapporterait tant de points. Avec soit un gage, soit un cadeau à faire à la clef. De sales gosses. Des enfants terribles qui lui en avaient fait voir de toutes les couleurs. Quelques fois il s’était déjà plu à imaginer qu’il avait un jumeau ou une jumelle, qu’il n’aurait pas été le seul survivant de sa portée. Lui aussi aurait eu cette personne avec un lien spécial, inégalable, comme Amanda et Viktor, ou Katelina ou Kurtis. Mais souvent, ça le rendait maussade, car la réalité était que son frère et sa soeur étaient morts, et lui en vie. Triste chose que l’esprit humain, il n’avait que faire de ce genre de détail sous sa forme lupine. La seule chose qui comptait était l’aura, la hiérarchie et la survie des roux. Et c’est pour ce dernier point qu’il était en face de sa soeur : pour tenter de surpasser ses nombreux échecs. Tout simplement que sa faiblesse pourrait un jour être un boulet au pied des siens. Elisif avait toujours eu raison sur ce sujet. Que ce soit les argents ou même les chasseurs, il devait être prêt à toutes les éventualités.
Il fut le premier à attaquer pour essayer de la plaquer au sol, pour essayer de voir s’il pouvait la paralyser. Il fallait avouer qu’il avait un peu de mal à se donner à fond, elle restait sa soeur et pour rien au monde il voudrait la blesser. Si c’était quelqu’un comme Raphaël Tveit, il n’aurait eu aucune pitié. Pourtant, il savait que malgré leur lien de parenté, Katelina ne lui ferait pas de cadeau. Il se ressaisit et se dit qu’il devrait en faire autant, surtout en repensant à toutes les humiliations qu’il avaient subit. En effet, un Helström est rancunier. La jeune rousse se défendit avec une rapidité longtemps exercée, lui mettant un coup de poing dans les côtes qui aurait pas le mérite de lui faire un bleu, mais assez vicieux pour quand même raidir son ainé sous un petit pic de douleur passager. Déconcentré, la louve put le pousser sur le côté. Elle eut ainsi le temps de se redresser et de prendre une longueur d’avance. Leif ne se laissa pas surprendre, et se releva dans un geste. Il s’arrêta, observa quelques secondes. La position de sa cadette ne lui laissait pas tellement d’ouvertures. Depuis toujours, elle avait aimé la bagarre;, elle avait fini par devenir une spécialiste. Contrairement à lui, qui avait toujours préféré les activités plus calmes et surtout moins douloureuses. Certes, il avait déjà fini plusieurs fois au poste à cause de rixes de rue, mais pourquoi regretter d’exploser la tronche de quelqu’un qui vous insulte ?
Une seconde qui passe, deux secondes, trois secondes... Il devait faire quelque chose avant que sa soeur ne le fasse. Il fallait qu’il trouve une stratégie, un point faible. Sauf que les seules chose devant lesquelles Katelina était faible c’était le chocolat et les beaux garçons. Ça leur faisait un point commun, mais lui une belle jambe pour la situation actuelle. Mais il restait plus grand qu’elle, il avait sûrement plus d’allonge. Il avança de quelques pas, fit un saut agile sur le côté pour pouvoir l’attaquer dans le dos. Un coup de pied latéral parti droit dans le postérieur de sa cadette avec assez de force pour un peu la déséquilibrer, mais pas assez pour lui faire mal.

- C’est bien moelleux, ce fessier ! Il va falloir arrêter de piquer les tablettes de chocolat de Moumou en douce ! Lança-t-il rieur. Dans un autre saut agile, il s’éloigna de la cible, se méfiant de comment elle pourrait se venger de cette insinuation sur son poids.

- Si jamais je gagne tu me feras des gaufres pour le goûter avec ta pâte à tartiner maison  ! Enfin, si Kurtis n’a pas fini tous les pots...

[HRP : je sens que la revanche de Katelina va être terrible. *commence à creuser une tombe en prévision*]
Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Avr - 12:53


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Olena & Leonora & Nils & Ragnhild ▹ PSEUDO : Keira ▹ EMPREINTES : 147 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/10/2016 ▹ AGE DU PERSO : 24 ▹ LOCALISATION : Auprès d'une fratrie aimante ▹ HUMEUR : Malcieuse, joueuse, farceuse.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:




Leif et moi, nous sommes très différents. Contrairement à lui, j’ai toujours aimé me battre, ce qui est assez ironique étant donné que je suis également quelqu’un de très coquette. Ce n’est pas toujours compatible…Imaginez quand j’étais plus jeune te que je mettais une belle robe, passait du temps à me coiffer et me maquiller malgré un œil au beurre noir –maudit sois-tu Kurtis ! Du coup fatalement, Leif, qui n’a jamais été comme moi sur ce point –la bagarre hein pas le maquillage, encore que il fait ce qu’il veut quand il est tout seul dans sa chambre…- est moins habitué à se battre, il n’a pas toujours les réflexes que je peux avoir. Parfois, ça rentre juste quand on se bouffe un coup de trop, malheureusement.

Les secondes passent, s’écoulent lentement. Je m’attendais à une réaction vive de sa part mais il n’en fait rien. Alors, je me contente de l’observer. S’il ne bouge pas, c’est moi qui viendrais lui foutre une raclée. Et ça, je suis persuadée qu’il le sait déjà. D’ailleurs, j’étais sur le point d’aller lui foutre mon point dans la figure –amicalement- lorsqu’il s’est décidé à s’avancer de quelques pas. Je ne … m’attendais pas à la suite c’est le moins que l’on puisse dire. Je m’attendais à ce qu’il attaque, mais en bon roux qu’il est, il a fait un saut pour se retrouver dans mon dos et m’attaquer par derrière.

J’aurais presque pu être admirative, alors que je titubais pour essayer de garder un semblant d’équilibre. Presque. S’il n’avait pas osé faire une remarque sur mes fesses, qui, soit dit en passant, sont absolument PARFAITES. Beaucoup de loups peuvent d’ailleurs en témoigner. « Pardon ? » demandais-je rhétoriquement, sur le point d’exploser. Il s’éloigne il fait bien de le faire, je me sens bouillonnée. Comment a-t-il osé ? Je le fusille du regard, ce qui lui fait bien comprendre qu’il peut se les foutre ou je pense, ses gaufres. De toute façon il ne gagnera pas. Même pas en rêve.

Presque malgré moi, mon aura envahis la pièce. Elle se calme légèrement lorsque je me focalise sur mon objectif. Il doit le ressentir, il n’aurait pas dû dire ça. Est-ce que MOI je le critique ? Non. Jamais. Jamais devant lui en tout cas. Je m’avance vers lui et me lance dans un enchainement de petits coups de poings qu’il arrive à parer sans mal. Tout cela rien que pour lui faire croire que la colère me fait attaquer bêtement et simplement, juste pour frapper. Erreur. C’est juste pour trouver une ouverture et lui asséner un coup de pied disons…Bien placé ? Après tout, il a frappé et critiquer mes MAGNIFIQUES fesses. Et puis je suis une rousse, une vraie. Une fourbe. Je me vois déjà victorieuse. « Je te rends service là. Tu ne voudrais pas finir avec mes fesses à force de manger trop de gaufres ! » Répondais-je, pleine de mauvaise foi. Mais plus sérieusement, j’espère quand même que je le lui ai pas fait trop mal.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Avr - 14:50


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 463 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Il avait toujours songé que sa cadette serait une excellente gamma. Déjà, elle était une rousse, une vraie ; une louve qui était aussi fourbe qu’opportuniste et ses farces le rappelait constamment à ses victimes. Mais Leif soupçonnait qu’avec de l’entrainement, son don de meute ferait d’elle une combattante redoutable. Peut-être qu’en secret elle entrainait à s’adapter à ses adversaires pour pouvoir deviner les coups mortels à l’avance, ou alors de savoir où étaient leurs faiblesses pour les frapper là où ça faisait mal. Étrangement, il penchait plus pour la seconde. Kat était du genre à avoir la grâce d’une ballerine dans ses gestes et la douceur d’un bulldozer dans sa bouche. Les femmes de sa famille étaient fortes et c’est bien ce qui le rendait fier de son sang. Il espérait que Katelina  fasse un beau mariage, c’est à dire avec un homme digne d’elle et du nom Helström. Un autre côté de Leif supposait que si Katelina se mariait avec quelqu’un, c’est que soit il l’a vaincue au combat de manière magistrale, soit parce qu’il est très résistant à la douleur. Ce qui n’était malheureusement pas son cas.

Il semblerait que son attaque par derrière aie réussi à surprendre sa soeur, qui semblait déconcertée pendant quelques millisecondes. Pourtant, elle était une rousse face à un roux, elle devait s’attendre à ce genre de fourberies. La taquinerie du traqueur sur ses fesses ne plus absolument pas à la gamma. Le regard qu’il croisa lui glaça le sang. Sous ses intérieurs calmes, la jeune fille bouillonnait et il sentait qu’il allait passer un très mauvais quart d’heure. Adieu les gaufres. Sûrement pendant au moins un mois à part si il arrive à les chiper discrètement durant un moment d’inattention. Leif regarda à droite, à gauche. Il guettait la réaction de sa soeur comme un lapin face à lui sous forme de loup. Ça sentait clairement mauvais. La jeune femme se jeta sur lui et lui donna une série de coup de poings qu’il para avec ses avants bras. Ce qu’il trouvait étrange, c’est qu’ils n’étaient pas... douloureux. Katelina frappait bien plus fort que ça d’habitude, surtout quand son égo avait été blessé. Son ainé songea que peut-être qu’elle voulait le ménager car prenait son entrainement à coeur . C’est sur cette pensée qu’il sentit un violent coup de pied lui écraser l’entrejambe. Il hurla de douleur et tomba sur les genoux, plié en deux, n’ayant même pas la force de l’insulter.

- Je te rends service là. Tu ne voudrais pas finir avec mes fesses à force de manger trop de gaufres
- En quoi tu me rends service ?! Protesta-t-il vivement. Si ça trouve j’vais plus pouvoir me reproduire espèce de... de... de morpion sous crack !

Il gémit à nouveau en se laissant tomber sur le côté, en beau drama queen qu’il était à ce moment-là. L’insulte était nulle, mais il avait trop mal pour réfléchir. Promis, la prochaine fois qu’il s’entrainait avec elle, il prendrait une coque.

- Et puis la nourriture que je mange se transforme en rien, sinon je serais plus épais que ça !

Promis, il se vengerait. En attendant, il prendrait bien une pause pour se remettre de ce coup bien trop fourbe pour ne pas être parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Avr - 15:41


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Olena & Leonora & Nils & Ragnhild ▹ PSEUDO : Keira ▹ EMPREINTES : 147 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/10/2016 ▹ AGE DU PERSO : 24 ▹ LOCALISATION : Auprès d'une fratrie aimante ▹ HUMEUR : Malcieuse, joueuse, farceuse.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Mon aura qui s’était répandue dans la pièce commence à se rétracter sans pour autant que je ne la ferme. Je la canalise, simplement. Toute la colère qui m’animait s’éclate, d’un coup, il n’y a plus que de l’inquiétude pour Leif suite au coup bien placé que je viens de lui affliger. Si son hurlement n’avait pas fendu le silence qui régnait dans la pièce, je n’aurais sans doute pas réalisé que je venais de le frapper aussi fort. J’ai tendance à ne pas retenir mes coups, en particulier lorsque je suis énervée. Je soupire, et passe une main dans mes cheveux. Il le sait pourtant, qu’il ne faut pas chercher une rousse. Encore moins moi, qui a la fâcheuse tendance à lui foutre des raclées depuis l’enfance.

J’hausse un sourcil, perplexe. « Morpion sous crack ? Je savais pas que ton sens de la répartie venait de ce que t’as entre les jambes. » Il est, d’ordinaire, plus imaginatif lorsqu’il s’agit d’insulter les autres. Je m’accroupi à ses côté, une once de remords me prend. Pourtant je ne devrais pas. Il m’a insultée et il a eu ce qu’il méritait. « Je sais. Je cuisine pour toi, j’ai conscience des quantités anormales que tu peux engloutir parfois. » Je me redresse et lui tend une main pour l’aider à se relever, un léger sourire sur mes lèvres. Car après tout je ne pouvais pas le laisser ainsi agoniser par terre, n’est-ce pas ?

Il prend ma main et je le tire vers le haut pour l’aider à surpasser les douleurs et se remettre debout. Mais pas seulement. Mon autre main se resserre en un poing qui, dans la foulée, fonce vers son visage. Je m’arrête juste à temps pour ne pas le frapper, et me contente d’une pichenette sur son front en le lâchant, une fois debout. « Ne me fais pas confiance, jamais. Je suis une rousse. » Je lui tire la langue. J’espère, intérieurement, que c’est une leçon qu’il retiendra. Durant un combat, il ne peut pas faire confiance aux autres, jamais. Cela  pourrait lui coûter bien davantage qu’un œil au beurre noir.

Je m’éloigne et fouille dans mon sac pour en sortir deux petites bouteilles d’eau. Je lui en envoie une, je ne sais pas s’il va vouloir continuer l’entrainement, mais dans tous les cas une petite pause lui fera du bien. Je bois quelques gorgées d’eau, sans le quitter du regard. Lui aussi, c’est un roux, et je ne dois pas l’oublier, jamais. Il serait capable de répliquer à n’importe quel moment si je baisse ma garde. A force de m’entrainer avec les membres de ma famille –et l’avoir moi-même pratiqué je l’avoue- je sais à quoi m’attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Mai - 16:43


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 463 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



C’est sûr, il n’avait pas brillé par son sens de la répartie à ce moment là. En même temps, s’il voulait garder ce qui lui restait de virilité après le coup de pied de sa cadette, il devait éviter d’être trop blessant et donc de s’en reprendre un autre. De plus il respectait trop sa soeur pour l’insulter réellement comme il le faisait avec toutes les autres personnes non issues de sa famille. Même Nicholas se faisait appeler par tous les synonymes de «chouineur», «débile» et «pot-de-colle». Une main tomba vers lui, pour l’aider à se relever. Il fronça les sourcils, soupçonneux, mais comme il était trop confiant envers sa soeur, il la saisit en songeant qu’elle n’oserait quand même pas lui refaire un coup traitre.

- Si je mange beaucoup c’est parce que la cuisine est bonne, remarqua-t-il dans un compliment à moitié déguisé. Il se sentit tiré par sa diablotine rousse préférée, qui en profita pour lui mettre un poing dans le visage... Ou du moins faire semblant. Dans un tremblement de stupeur, Leif relâcha sa respiration dans un soupir de soulagement. Il s’était vu, durant une milliseconde, devoir expliquer la raison de son coquard à tout le monde. Se faire défoncer la face par une gamine, il y a mieux pour son égo. Heureusement que son égo était aussi inexistant que sa dignité.

- Ne me fais pas confiance, jamais. Je suis une rousse.
- Mais tu es ma soeur ! Protesta Leif avec un peu plus d’animation dans son ton. Il finit par baisser un peu le regard. C’est juste que... Papa disait qu’on devait rester unis, pas comme les autres roux... Parce que si on peut compter sur nous cinq pour survivre, on aura plus de chances...

Sa voix mourut dans la gorge alors qu’il se mordilla la lèvre. Il n’était pas vraiment un bon exemple, il avait quand même fichu sa soeur dans une sacrée merde. En même temps, c’était devenir le toutou de Solskinn ou mourir. Peut-être que le jour de reddition, Viktor aurait payé la survie de sa jumelle de sa propre vie. Il en aurait été capable, car quitte à choisir, autant protéger la famille de l’échec et mat. Aujourd’hui encore, il se persuadait d’avoir faite le bon choix malgré sa culpabilité grandissante. La survie de ses ainés, la perpétuation du sourire de ses cadets, et la libération d’un poids avec la mort d’Heinrick. Pourtant, il avait l’impression parfois qu’il était le seul à avoir intégré les paroles de son père et que l’esprit de la meute rousse avait primé sur cette remarque. Leif avait toujours pensé que son intérêt devait être aussi celui de sa famille, et c’était pour ça qu’il était prêt à tout sacrifier pour elle. C’était aussi pour cela qu’il était prêt à devenir plus fort, afin de ne plus être un poids pour eux. D’une certaine manière, ses instants passés dans le trou lui avait appris qu’il avait besoin d’être plus indépendant. Il ne pourrait pas toujours appeler Amanda à la rescousse. Il attrapa la bouteille d’eau que lui envoya Katelina, puis bu quelques gorgées.

- Peut-être que tu as raison au final. J’ai tendance à penser que tu es trop gentille à mon égard, et ce ne sera pas le cas de tout le monde. Je rescotche les derniers morceaux de mes couilles et on y retourne...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 8 Juil - 20:11


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Olena & Leonora & Nils & Ragnhild ▹ PSEUDO : Keira ▹ EMPREINTES : 147 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/10/2016 ▹ AGE DU PERSO : 24 ▹ LOCALISATION : Auprès d'une fratrie aimante ▹ HUMEUR : Malcieuse, joueuse, farceuse.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:




J’hausse un sourcil face aux protestations de mon grand frère, qui malgré son âge plus avancé que le mien vers une horrible vieillesse, semble avoir en lui bien plus de naïveté que je n’en aurais jamais. Je soupire. Papa. Il tire sur des cordes sensibles. « Oui. » Acquiesçais-je. « Nous serons unis, toujours. » Je pourrais mourir pour protéger l’un des miens. Mais je ne le lui dit pas. J’ai pas envie d’avoir un frangin parano sur le dos. « Mais lorsqu’on s’entraine, tu ne dois pas me voir comme ta sœur. Tu ne sais jamais vraiment qui est en face de toi, qu’importe qu’il puisse te sembler amical. Ne sois jamais fermé à aucune possibilité. La trahison, ce n’est pas qu’un mythe et on en trouve plus souvent qu’on ne pourrait le croire… » Est-ce que je suis vraiment en train de faire une leçon de morale à mon frère ? J’ai l’impression que c’est une nécessité. J’ai l’impression que c’est même le seul que je doive vraiment mettre en garde. C’est mon grand frère. Pourtant il y a toujours eu cette voix dans ma tête. Celle de maman, qui me disait qu’il fallait prendre soin de lui.

J’espère qu’il se rend compte que tous ces coups qu’il a pris de ma part n’étaient que pour l’endurcir. Je préfère encore le frapper un millier de fois que de le perdre un jour parce qu’il n’était pas assez préparé à ce qui pourrait l’attendre. Peut-être est-ce là une forme de manifestation de mon don, mais je cherche toujours à réfléchir aux différentes possibilités et à la façon dont nous pourrions les gérer. Tout comme j’essaye de m’entrainer contre toutes sortes d’adversaires pour adapter mon style de combat à la personne en face. Même si, dans tous les cas, la ruse fonctionne toujours bien, elle peut prendre de différentes forces. Ça, c’est l’expérience qui nous l’a appris, avec Kurtis.

« Tu me trouve trop gentille ? Attends qu’on en ait fini avec cet entrainement, tu ne diras plus ça ! » Je ricane, et lui adresse un clin d’œil, mais je ne plaisante qu’à moitié. Une nouvelle fois je ne retiendrais pas mes coups, et Amanda va peut-être même me faire une scène parce que j’abime trop Leif. Mais, malheureusement, je ne connais pas d’autres moyens pour l’endurcir. Je me demande s’il m’en veut. Pour tout ce que j’ai fait. Et pour tout ce que je ferais. Je termine ma bouteille d’eau et lui balance le récipient vide au visage –geste purement symbolique, ce truc ferait pas de mal à un louveteau. « Et tu crois qu’en situation réelle on va te laisser le temps de te remettre ? J’ai déjà été trop gentille avec toi en t’accordant cette pause ! » Déclarais-je en m’approchant de nouveau de lui. Je me demande si c’est moi qu’il voit, quand il fait des cauchemars…
Revenir en haut Aller en bas
Lun 28 Aoû - 22:19


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 463 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Jeune, mais terre-à-terre, telle était Katelina qui n’avait absolument pas tort quant au fait qu’il ne devait pas la voir comme sa soeur s’il souhaitait s’entrainer avec elle. Il est vrai qu’il n’osait pas la blesser ou être fourbe, comme un réflexe de grand frère protecteur qui refusait de lever la main sur elle. Pourtant, elle avait été longtemps son cauchemar à cause de son don pour le combat, et en même temps un objectif à atteindre. Réussir à survivre à Katelina était l’assurance de pouvoir se défendre seul, de ne plus être ce boulet qu’on devait toujours protéger. Il le savait très bien, la trahison n’était pas un mythe et il ne put s’empêcher de se sentir un peu visé, même s’il ne le montrait pas. Il avait fait le mal pour déclencher le bien, mais porter le poids de ses propres actions était parfois lourd pour son âme parfois aussi fragile que du verre. D’une certaine manière, il était reconnaissant de l’attention que lui portait la terrible Katelina, qui lui avait toujours fait voir de toutes les couleurs, et bien plus que Kurtis étrangement. Mais, il se le répétait, elle avait raison, complètement raison. Quelqu’un d’autre qu’elle n’aurait jamais arrêté ce poing. En situation réelle, il aurait sûrement hérité d’un coquard et d’un nez brisé.

- Toi ? Trop gentille ? Je serais Roi des Loups bien avant qu’on puisse te qualifier ainsi ! Se moqua-t-il en lui envoyant un sourire moqueur mais attendri. C’était juste avant de lâcher un grognement en se prenant une bouteille d’eau vide sur la tronche. Il se frotta la joue qui avait intercepté l’objet tandis que sa cadette reprenait.
- Et tu crois qu’en situation réelle on va te laisser le temps de te remettre ? J’ai déjà été trop gentille avec toi en t’accordant cette pause !

Le traqueur se redressa face à la gamma, s’attendant à se faire attaquer à tout instant. Il devait s’imaginer qu’elle était quelqu’un qu’il détestait, s’imprégner du fait qu’il s’agissait sûrement d’une sorte de jeu de rôles où elle jouait le méchant qui en voulait à sa vie. Un peu quand ils étaient enfants lorsqu’ils jouaient au chasseur. Malgré son tout jeune âge, la férocité de la rousse avait traumatisé son grand frère. C’était comme ça qu’il devait voir cet entrainement : elle était le chasseur, et lui était sa proie, et il devait empêcher qu’elle l’attrape. Ses entrainements précédents lui avaient appris qu’il était mauvais pour foncer de front. Peut-être était-ce mieux qu’il s’entraine sur l’esquive, et surtout la ruse. Ruser pour pousser son adversaire à fauter et à causer sa perte. Ne connaissait-il Katelina par coeur ? N’avait-elle pas un peu ce défaut de toute sa famille que de répondre à la provocation par la provocation ou la colère ?

- Aller, viens venger l’honneur de ce postérieur que j’ai traité de dodu
, lança-t-il faussement détendu, mais aux aguets. Il attendait qu’elle fonce pour mettre toute son agilité et sa vitesse pour pouvoir l’esquiver. En face d’eux se trouvait une sorte de tapis de gym fort épais étendu sur le sol. Le but serait d’arriver à l’attirer par là et la balancer dessus. Mais attraper Katelina était déjà un exploit en soi.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
 

Pouilleux Massacreur [Katelina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» KATELINA • " That little flemish girl. "
» Nakh le Massacreur.
» Shokuniku shori-sha (Massacreur) / Lame de qualité supérieure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Neutre-
Sauter vers: