Event Chasseurs • L'Interrogatoire • Amelia & Nicholas
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS

- Mariage du Roi, juste ici.
- Deuxième partie du Mariage, juste ici.
- Fête nationale norvégienne, juste ici.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Chasseur, rival, ex-ami ◊ ici.
- Meilleur ami, beau-frère ◊ ici.
- Augure de la meute argent ◊ ici.
- Alpha de clan brun ◊ ici.
- Chercheuse sur un projet secret ◊ ici.
- Soeur jumelle ◊ ici.
- Bêta noir ◊ ici.
- Apprenti chasseur ◊ ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Event Chasseurs • L'Interrogatoire • Amelia & Nicholas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ven 17 Fév - 19:35


Amelia Andersen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel Chevalier / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 355 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/03/2016 ▹ AGE DU PERSO : 33 ▹ LOCALISATION : Entre de lourds rideaux rouges de velours. ▹ HUMEUR : Toujours souriante, extravagante, et bondissante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une trousse à maquillage, des habits de rechange, un sac à main à la pointe de la mode, une paire de ballerines ppur changer les talons, un derringer chargé avec deux balles, une dague bien affutée, un flingue avec un silencieux, des jumelles, une tablette de chocolat, un peigne, des perruques en tous genres, ma folie et les poussières de mon optimisme.



Je soupire de nervosité en voyant déjà tout le monde s’agiter. Nos petits invités ne devraient pas tarder à se réveiller, et je devais d’accueillir les miens comme il se doit. Je me suis réservée la petite surprise, un imbécile qui a cru qu’il avait été judicieux de se jeter sous mon filet pour aller à la rescousse de son ami. Bref, j’en ai eu deux pour le prix d’un. Je n’avais malheureusement qu’une seule dose de sédatif, que j’ai séparé en deux. Le transport était ainsi risqué, mais j’ai été assez rapide pour qu’ils restent un minimum assommé jusqu’à que je les balance dans les loges. Leonora a du venir en express rajouter une dose.
Ce rapt a été effectué de manière à ce que les loups capturés pensent qu’ils ne comprennent pas que d’autres congénères sont enfermés avec eux. Je n’ai notamment pas mis nos témoins dans une loge côte à côte. J’espère juste qu’ils seront assez HS pour que leurs super-sens ne prennent pas trop en compte ce qui se passe autour. Je fais un dernier tour du bar. Un endroit miséreux depuis qu’il a été vidé pour être bientôt détruit. Kvilhaug Junior avait racheté le terrain car il est près des docks et donc utile pour ses trafics en tous genres. J’espère qu’il m’en voudra pas trop vu ce que j’ai prévu. Et j’espère que je n’ai pas embauchés des vendus qui permettront aux loups de s’échapper. Si c’est le cas, il passeront un sale quart d’heure. Je m’en suis faite la promesse. Je donne les dernières instructions au grand gaillard et à la brune épaisse mais agile qui ont bien voulu nous aider dans cette affaire. Si jamais les traqueurs arrivent, ils sauront les retarder assez pendant qu’on détale comme des lapins. Je vérifie que mon masque est bien fixé, et que ma perruque tiens en place J’ai pris une courte courte à la garçonne cette fois, comme ça je ne suis pas gênée dans mes mouvements. Habillée tout de noir jusqu’à mes bottes, j’ai planqué de quoi me défendre partout dans ma veste type sport. Une dague et un Derringer. J‘ai aussi pris soin de camoufler mon odeur avec une dose assommante de parfum à la lavande. Ceci fait, j’approche de la loge et fait tourner la clef dans la serrure. Je pénètre dans la pièce, un plateau de cupcakes à la main. Ce type a bien une tronche à s’empiffrer de n’importe quoi de comestible. Je m’accroupie devant lui, et lui adresse mon sourire le plus sympathique.

- Debout, la Belle au Bois Dormant ! Je dis en lui tapotant la joue. Je la retire tout aussi vite puis recule.  Il pourrait me mordre cet enfoiré.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Fév - 20:09


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2201 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Il était parti en forêt avec un ami de Graham. Pourquoi est-ce que Thomas lui avait demandé de venir avec lui ? Il n’en savait rien mais il était fortement ennuyé, lui qui était bien au chaud chez Raph’. Enfin, il l’avait suivi, bien décidé à le semer dès que ça serait possible. L’autre loup était un lambda qui était un peu moins rapide que lui. Ils étaient finalement arrivés dans la forêt lorsqu’il apprit que le but de Thomas était d’améliorer leur vitesse. Il le regarda un peu dubitatif, mais s’il voulait courir, il allait courir ! Sans vraiment attendre le top départ il s’était mis à courir, suivi de près par thomas qui ne comprenait pas ce qui se passait dans sa cervelle de Soumis. Il aurait beau lui « ordonner de s’arrêter » c’était mort. Il n’avait plus envie qu’on l’oblige à faire quoi que ce soit. Surtout quelqu’un qui lui rappelait son coincé de frère sur bien des points – au club des coincés du cul, ils faisaient la paire !- Lorsqu’il fut à une distance raisonnable, il utilisa son don de Meute pour disparaitre, zigzagua entre les arbres avant de monter dans l’un d’eux rapidement. Thomas semblait perplexe, énervé et un peu perdu. Il râla, mais finalement il sembla comprendre qu’il était mieux seul et l’autre loup brun parti courir tout seul. Il fallait bien avouer que ce n’était pas le genre de Nicholas d’agir de la sorte, mais c’était plus fort que lui avec ce genre de type, non pas qu’il le détestait, mais il avait tendance à rouvrir sans le vouloir des plaies mal fermées : la mort de Graham en était en bel exemple. Pendant près d’une heure, Nick resta perché là, caché dans les feuillages, somnolant à moitié. Plongé dans une sorte de transe, comme lorsqu’il pensait trop à Lui. Il n’avait même pas entendu Thomas repasser, ce n’est que lorsque ce dernier sembla pris de panique face à quelque chose que Nicholas réalisa que quelque chose clochait. Il sauta au sol tandis que son ami était empêtré dans un filet, il se rua sur lui pour tenter de défaire les liens. Idée stupide, il ne s’en rendit compte que lorsque un deuxième filet le toucha de plein fouet. Pourquoi est-ce qu’il ne s’était pas caché, pourquoi est-ce qu’il n’avait pas vérifié s’il y avait d’autres personnes ? La peur, l’adrénaline, l’envie de sauver thomas comme il n’avait pas pu sauver son frère.
Il ne tarda pas à sentir une aiguille se planter en lui et il se sentir très rapidement bizarre. Ses yeux se fermèrent sans qu’il le veuille le plongeant dans un sommeil superficiel mais duquel il n’arrivait pas à s’extraire. Il était dans les vapes, conscient qu’un possible danger rodait puis qu’on le transporter mais c’était tout, il se sentait incapable de bouger ou autre. Ses dernières pensées plus ou moins claires fut pour Dante. Dante saurait où il se trouvait. Dante viendrait le sauver, comme un preux chevalier qu’il n’était pas. S’attaquer à lui signifiait signer son arrêt de mort. Ce qu’il semblait avoir oublié, trop confus par la « drogue en masse » qui coulait dans ses veines c’était que son âme sœur n’était plus.

Puis, plus rien… jusqu’au moment où il sentit quelqu’un lui tapoter doucement la joue. Il poussa un petit grognement, mais pas quelque chose qui faisait loup, mais plutôt enfant mécontent qu’on le réveil. Il se sentait vaseux, comme malade même s’il ne savait pas trop ce que c’était. Il ne se rappelait plus ce qui s’était passé si bien que lorsqu’il ouvrit un œil, se trouvant dans un Univers inconnu, avec une femme –un homme ?) chelou devant lui, il eut un net mouvement de recul, de peur, de soumission. Ses pensées n’étaient toujours pas claires. Il se frotta un peu les yeux. Z’êtes qui ? dit-il doucement tandis qu’enfin son cerveau semblait bien vouloir redémarrer à la lenteur d’un moteur diesel. Qu’est-ce que je fais là ? Il n’avait aucunement le ton agressif, juste, toujours apeuré, il tentait de ne pas trop se soumettre mais c’était presque plus fort que lui vu ce qu’elle dégageait. Le fait aussi, de ne pas savoir réellement à qui il avait à faire, de ne pas sentir son odeur était dérangeant, troublant. Il regard les gâteaux qu’elle avait dans la main tandis que son ventre, coupable, gargouilla. C’est pour moi, ça ? Qui me dit que vous les avait pas empoisonnés ? Vous êtes qui ? Un tueur en série ? Vous voulez me découper en morceaux ? Il cligna des yeux. Attendrir, lui faire pitié ou la faire chier. Il renifla un peu, plutôt bon comédien Je veux rentrer chez moi, s’vous plait, msieur ou m’dame.




Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Fév - 21:50


Amelia Andersen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel Chevalier / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 355 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/03/2016 ▹ AGE DU PERSO : 33 ▹ LOCALISATION : Entre de lourds rideaux rouges de velours. ▹ HUMEUR : Toujours souriante, extravagante, et bondissante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une trousse à maquillage, des habits de rechange, un sac à main à la pointe de la mode, une paire de ballerines ppur changer les talons, un derringer chargé avec deux balles, une dague bien affutée, un flingue avec un silencieux, des jumelles, une tablette de chocolat, un peigne, des perruques en tous genres, ma folie et les poussières de mon optimisme.



Je regarde le petit brun être complètement à la masse se réveiller petit à petit. Celui-là n’a pas l’air d’être une flèche. C’est plutôt une sorte de caillou qui tombe à pic. Le problème c’est que son copain aussi, donc je vais devoir faire avec. J’ai été claire avec tout le monde, il faut éviter que les loups stressent, cela leur évitera de nous agresser et de nous attirer des ennuis trop vite. On doit se montrer gentil le plus longtemps possible, et s’ils sont trop têtus, là on sort l’artillerie lourde et la menace de tuer toute leur famille... Fameuse artillerie que j’ai laissé à la garde de Holm, car c’est le plus pro dans le tas. Enfin du moins, c’est celui qui me semblera être le moins tenté de les utiliser tout de suite. Le petit louveteau s’éveille et semble perdu, normal. Il demande qui je suis et où il se trouve.

- Je suis le Chapelier Fou mais j’ai oublié mon chapeau. Et là c’est le Trou du Lapin, je répond avec un sourire moqueur.  Je lui sers les gâteaux, ça à l’air de l’intéresser derechef. Au moins il sera pas trop difficile à gérer. Il pose une tonne de question, genre comme un gosse de quatre ans. Presque le même ton. Je crois que je suis tombé sur un mec un peu attardé. Ce qui explique pourquoi il n’a pas l’air malin. Mais je vais quand même m’en méfier, même avec l’intelligence d’Ed du Roi Lion, il reste tout de même un loup-garou. Et je n’exclue pas qu’il puisse être tout comme moi un bon comédien.

- Ne t’inquiètes pas, mon chou, il ne sont pas empoisonnés. Je lui démontre en enfournant un dans ma bouche. Tu ne pourras pas rentrer chez toi, je pense que tes deux seuls neurones ont au moins senti le coup fourré... Quant à moi, tu dois te douter de qui je suis, enfin de ce] que je suis. Si les requins pouvaient sourire, ils auraient le même que j’arbore en ce moment. Et fait attention, je ne suis pas une petite bleue. Si tu tentes un mauvais geste... Ce n’est pas toi qui finira mal. C’est ton ami qui se prendra une balle quelque part dans le corps.

Voilà qui est clair. Maintenant, la suite.

- Mais dans le fond je ne veux pas te faire de mal. Tu ne me touches pas, je ne te touches pas. À l’inverse, je n’hésiterais pas à me défendre, et j’irais venger ma colère sur ton ami. Tout ce que je veux, c’est que tu répondes à mes questions, d’accord ? J’ai même d’autres gâteaux si tu veux. Ils sont fait maison et avec le peu d’amour qu’il reste dans mon coeur... Alors soit un gentil garçon.

Je m’accroupi devant lui et lui retend les gâteaux.

- Je vais rentrer dans le vif du sujet : pourquoi vous les loups avez soudainement disparut de la surface de Bergen ?
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Fév - 19:46


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2201 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Il aurait presque pu se mettre à rire à la réponse de la chasseuse sur son identité s’il n’avait pas été si dans le coltard ! Il se frotta encore les yeux avant de bailler rapidement tout en essayant d’organiser ses pensées. Mais c’était difficile. Bordel, c’était qui cette nana ?  Pourquoi est-ce qu’il se trouvait ici ? Des chasseurs ? Des scientifiques ? Autre chose ? Il n’était pas certain de la réponse bien que la première solution lui semblait la meilleure. Il n’y avait qu’eux qui étaient aussi fous pour enlever des loups de cette manière. Son regard –et odorat- fut soudain attiré par les petites sucreries qu’elle proposait et qui étaient franchement tentantes… mais qui ne lui disait pas qu’elles étaient empoisonnées ? Il grimaça lorsqu’elle l’appela mon chou, tandis qu’elle enfournait un des gâteaux dans sa bouche. Mouais, il était à moitié convaincu, la suite ne lui plus guère. Il n’était pas totalement demeuré non plus… mais il préféra ne pas faire la remarque et laisser jouer ça en sa faveur ! Lorsqu’elle parla de son ami brun, il mit quelques instants à comprendre de qui il s’agissait exactement l’esprit encore trop embrouillé par ces drogues. Il la regarda toujours le regard plus ou dans le vide, avant de chopper rapidement un gâteau de la main et se recroquevilla  sur lui-même  en croquant un bout  de la pâtisserie ! Il détestait qu’on touche à ses amis, mais il n’était pas en position de jouer au plus fort, clairement, il ne l’était pas… Alors, il allait devoir jouer un petit jeu. Quelque chose qu’il faisait bien…  la bouche à moitié pleine, il la regarda, les larmes aux yeux, un peu comme un gosse. Merci, à ces années d’expériences pour attendrir les gens même s’il faisait très rarement semblant de pleurer. Jusque-là, il s’était tut, préférant la laisser finir… elle n’avait pas encore dit ce qu’elle attendait de lui, des autres, ou pourquoi est-ce qu’il était là exactement, mais ça ne saurait tarder. D’un revers de main, il essuya une « fausse » larme, reniflant doucement. M’faites pas de mal, s’vous plait. Après avoir trainé sur le sol pas forcément propre, avec ses cheveux ébouriffés et son visage Sali par le sol et la poussière, il espérait être un peu crédible. Si elle savait comme si mourir serait pour lui une délivrance, elle ne jouerait pas ce petit jeu avec lui.

Rapidement, elle avait repris la parole, il acquiesça montrant qu’il ne la toucherait pas… Elle ne lui avait pas fait promettre de ne pas disparaitre, il avait toujours cette méthode pour lui fausser compagnie ! Pour l’instant tout était encore trop vague dans sa tête pour appeler du renfort via l’aura et il ne voulait mettre personne en danger, c’était peut-être un guet-apens… comme avec les Argents. Quel genre de question ? Il se doutait la teneur, il était naïf mais pas à ce point quand même, seulement il n’avait pour l’instant pas d’autres choix que de jouer ce jeu. [colo=tomato] Je vais rentrer dans le vif du sujet : pourquoi vous les loups avez soudainement disparut de la surface de Bergen ?[/color] Il s’agita brusquement, faisant néanmoins bien attention à ne faire aucun geste qui pourrait lui faire croire qu’il allait l’attaquer. Il voulait juste qu’elle croit qu’il avait une quelconque maladie psychiatrique (ou quelque chose d’approchant). Elle n’était pas censée savoir que cela ne touchait pas les loups ; mais lui ne s’y connaissait pas trop. Il avait lu pas mal de choses sur le sujet, mais ça s’arrêtait-là. Je… commença-t-il. Je … On a pas disparu puisque vous nous avez trouvé, M’dame ! Alors, je ne suis pas certain de bien comprendre la question. regard innocent, faible sourire. Je veux sortir, je veux mon copain. Il… Il n’aime pas quand je suis en retard. Il faut vraiment que j’y aille. Nouvel agitation. Si la première était feinte, la seconde l’était moins. Dante n’aimait pas ça. Il allait être fâché, encore une fois. Tout s’embrouillait de nouveau dans sa tête, quelque chose n’allait pas, mais quoi ? Il avait l’impression d’avoir de la peine ne serait-ce qu’à tenir assis, jamais il ne pourrait se tenir debout- foutues drogues-. Il paniqua, l’espace de quelques instants. Qu’est-ce que vous m’avez donné ?! Dante. L’odeur de mort. Sa cervelle en bouillie à cause d’un produit inconnu. Cette étrangère, cette mégère, et ces foutues questions.




Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Avr - 23:31


Amelia Andersen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel Chevalier / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 355 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/03/2016 ▹ AGE DU PERSO : 33 ▹ LOCALISATION : Entre de lourds rideaux rouges de velours. ▹ HUMEUR : Toujours souriante, extravagante, et bondissante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une trousse à maquillage, des habits de rechange, un sac à main à la pointe de la mode, une paire de ballerines ppur changer les talons, un derringer chargé avec deux balles, une dague bien affutée, un flingue avec un silencieux, des jumelles, une tablette de chocolat, un peigne, des perruques en tous genres, ma folie et les poussières de mon optimisme.



Il va falloir que je reste calme. À vrai dire il peut parfaitement avoir l’énergie de se foutre amplement de ma gueule. Leonora ne l’a certes pas raté vu la dose de sédatif qu’on lui a foutu, mais ceci peut parfaitement varier selon les loups. Je m’efforce de paraître rassurante, même si j’avais peu de chances accoutrée de la sorte. Il ne devait pas voir mon visage, même s’il avait, entre nous, peu de chances de sortir d’ici en un seul morceau. Surtout s’il était peu obéissant. Mais ne tirons pas de conclusions hâtives. Il lui faut peut-être un peu de temps pour reprendre ses marques, et surtout pour comprendre qu’il n’aura pas le loisir de jouer au con.

- Ne t’inquiètes pas, je ne suis pas là pour jouer au bourreau, répond-je à ses supplications.

Pas tout de suite du moins. Ça n’a aucun intérêt de le stresser, sinon de raccourcir un temps déjà précieux.

- Ne te l’ai-je pas déjà dit ? J’insiste dans un ton doucereux. J’en viens donc à ce qui m’intéresse : les loups. Comme je l’ai dit, j’ai pas vraiment le temps d’être fine psychologue.

J’ai vraiment l’impression qu’il se moque de moi vu ma réponse. J’avoue, je ne suis pas patiente. Je pourrais vite céder à la tentation de lui mettre une claque pour le réveiller. Il parla de son copain, et moi j’en avais rien à foutre. Il ne semblait pas très bien. en même temps un loup a pas vraiment l’habitude d’être malade.

- Qu’est-ce que vous m’avez donné ?!
- Un sédatif à haute dose. Je ne peux pas évaluer ta dangerosité à ton seul visage, mon bichon. Tu as l’air adorable mais rien ne me prouve que n’es pas un semblant de psychopathe dont le côté sombre se réveille face au stress. Je sais qu’à tout moment tu peux perdre ton contrôle sur ta seconde nature, je m’excuse donc mais j’ai du prendre quelques dispositions. Mais ne t’inquiète pas, c’est juste passager, tu t’en remettras.

Je fis une pause, j’ancra mes yeux dans les siens. Je pense qu’il est mieux pour le moment que j’essaie de le coincer à son propre jeu.

- Je pense que je vais être plus précise, puisque tu n’as pas vraiment l’air d’avoir compris. Tu vois, après que Avyn ai révélé votre existence, quelques courageux sont venus clamés leur nature. Ils étaient toujours présent après sa mort, ou ce que je pense être son assassinat. Et soudainement, vers avril dernier, ils sont disparut. Soudainement. Et parallèlement, toutes les rumeurs qui étaient dans la presse humaine, toute information sur le net a aussi disparu, comme si vous n’aviez jamais existé. Ma question est donc pourquoi ? Pourquoi soudainement vous me paraissez encore plus planqués qu’avant qu’Avyn révèle le Pot-aux-Roses ? Donc si tu connais la réponse, j’en serais ravie.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Avr - 19:19


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2201 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Elle n’était pas là pour jouer au bourreau ?! La bonne blague ! Pourtant quand on enlève quelqu’un, il ne faut pas s’attendre à autre chose que ça. Elle était un bourreau. Elle l’avait enfermé ici et il avait du mal à comprendre ce qu’elle lui voulait au juste… Ah oui, les loups bien sûr. Est-ce qu’il n’y avait pas d’autres méthodes que celles-ci pour avoir des informations ? Pourquoi faire quelque chose de si dangereux ? Vraiment ces chasseurs étaient bizarres ! Il était perturbé, il avait toujours beaucoup de mal à remettre ses idées en place, il y avait cette peur… comme l’année lorsqu’il était là-bas. Chez les Argents. Dante… qu’est-ce qui allait se passer ? Il voulait le voir, le serrer contre lui. Il bougea, il eut un haut le cœur tellement il eut l’impression que sa tête tournait. Il ne s’était jamais senti comme ça, ce qui signifiait que ce qu’on lui avait donné était fort, vraiment très fort. Il tenta d’en apprendre un peu plus sur la question. Un poison ? Un sédatif ? S’ils avaient trouvé un poison qui les touchait ?!  Heureusement la réponse de la chasseuse le rassura un peu. Il eut un petit ricanement.

Vous savez ce que c’est un loup soumis, Est-ce que vous savez ce que ça implique pour la meute ? Il eut un petit sourire. Par ce que c’est ce que je suis, je ne suis pas dangereux, pour personne. A vrai dire vous-êtes la première chasseuse à ne pas vous en apercevoir. Adelia, Nina… et certains autres l’avaient vu rapidement. Il eut un petit gloussement nerveux Je ne sais pas si je dois être flatté, ou pas. Il planta quelques secondes ses yeux dans ceux de la jeune femme, est-ce qu’il parlait trop ? Pas vraiment.  Dans le règne animal la position de soumis était connue, elle devait pertinemment savoir de quoi il en retournait. Est-ce qu’il signait son arrêt de mort du coup ? Probablement que non, mais ce n’était, là encore que de la théorie. Du moment que vous ne touchez pas à mes proches, je suis à peu près certain de pouvoir garder le contrôle… mais forcément, cela vous ne pouviez pas le deviner... et si je m’en remettrai, cela signifie donc que vous allez nous relâcher si on vous dit ce qu’on sait ? Paroles, paroles et encore paroles. Il l’écouta attentivement lorsqu’elle parla d’Avyn  se retenant tout juste de bailler. Il haussa ensuite les épaules La réponse est pourtant évidente :  que font les personnes censées quand on les pourchasse pour les tuer ? Elles se cachent. Ce qu’Avyn, a fait, a fait grandir votre petit groupe de fanatique… on a donc dû se cacher, d’autant plus avec ce qui s’est passé l’année dernière qui, d’une certaine manière a mis le feu au poudre. Vous savez ce qu’on dit ? Vivons mieux, vivons caché. Il fronça les sourcils Ne me dites pas que vous m’avez enlevé et drogué juste pour ça ? Il regarda un gâteau J’peux en avoir un autre, ils sont supers bons ?! Il avait répondu à sa réponse de la manière la plus… disons la plus innocente possible, comme lorsqu’il faisait gamin, comme si ça coulait de source. Omettre une partie n’enlevait à rien de la crédibilité de son récit. Il avait dit la vérité, la tournant comme si c’était une évidence, il avait juste « oublié » de mentionner les Argents. Et j’peux aller faire pipi où ? C’pas que je sois pudique, mais je ne tiens pas à ce que ma… cellule-chambre sente trop les déjections. Sourire enfantin. Il n’avait pas envie d’aller aux toilettes, pas vraiment du moins, mais il testait un peu les réactions de la jeune femme.




Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Avr - 17:14


Amelia Andersen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel Chevalier / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 355 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/03/2016 ▹ AGE DU PERSO : 33 ▹ LOCALISATION : Entre de lourds rideaux rouges de velours. ▹ HUMEUR : Toujours souriante, extravagante, et bondissante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une trousse à maquillage, des habits de rechange, un sac à main à la pointe de la mode, une paire de ballerines ppur changer les talons, un derringer chargé avec deux balles, une dague bien affutée, un flingue avec un silencieux, des jumelles, une tablette de chocolat, un peigne, des perruques en tous genres, ma folie et les poussières de mon optimisme.



Il me fait la remarque qu’il était un loup soumis, et que je n’ai pas été perspicace. Mon sourire s’élargit. C’est juste parce que je préfère être trop méfiante qu’imprudente.

- Déjà, tu es sous sédatif. Alors puis-je être assurée que ta douceur est réelle ? Ou même comment puis-je m’assurer qu’elle n’est pas feinte ? De plus tu as foncé sur ton camarade sans prévenir. Entre nous, tu aurais mieux fait de t’abstenir à jouer au héros, conclue-je sur un ton qui était presque celui d’une mère qui réprimandait son rejeton. Je tâchais de sourire doucement quand il demanda si j’allais le relâcher. C’était quand même triste, dans le fond il avait vraiment l’air gentil. Mais je ne peut pas me remettre d’être magnanime, une cause implique des sacrifices, même s’ils tordent l’âme par leur injustice. Et dans le fond, comme je l’ai dit, il n’avait pas qu’a se mêler de ce qui ne le regarde pas.

- Bien sûr, je déverrouillerais la porte de cette pièce quand tu aurais dit ce que tu sais, et tu pourras quitter cet endroit pour retrouver ton petit copain.

Je ne mens pas. S’il est sage, je le laisserait sortir. Mais il est pas dit que partir du bar sera chose aisée... Je n’aime pas sa réponse, elle fait trop écho à celle de Brainy One dans la forêt des Lofoten. Je vais commencer à croire que c’est une excuse toute faite. Je garde mon sourire.

- Tu sais on m’a déjà dit la même chose il y a quelques mois, et comme il y a quelques mois je vais répondre la même chose. Tu vois, avec Avyn sont apparus des voix, des voix heureuses d’être libres et de pouvoir assumer leur nature au grand jour. Mais du jour au lendemain - je daterais ça de vers avril dernier - elles sont disparu. La presse a été censurée. J’épluche les journaux locaux et c’est le silence radio au niveau des rumeurs sur les garous, alors qu’autre fois il y en avait au moins une nouvelle par mois depuis Avyn. Vous débusquer devient plus difficile, alors je me pose des questions. Est-ce que quelqu’un a rasé de la surface de la Terre ceux qui osaient trop ouvrir leur bouche ? Ou alors dois-je prendre votre silence pour un symptôme inquiétant ? Comme le signe que vous préparez un énorme coup qui mettrait en danger la population de Bergen ? Allez-vous encore créer des âmes endeuillées ? Tu peux me dire «mais je ne comprend pas, nous ne sommes pas tous mauvais». Je ne peux pas te croire. J’ai trop vu d’enfants, de parents ou de couples pleurer la mort d’un proche arraché par un loup. Il y a certes de bons loup, peut-être toi-même es-tu une bonne personne et d’une certaine façon quelque chose me pousse à le croire, mais c’est loin d’être le cas de tout le monde. Dans le fond, votre réel problème, ce n’est pas que vous ayez une nature animale qui est susceptible de votre rendre agressif, même si cela ne vous aide pas. C’est qu’on ne vous apprend pas à la contrôler, et pire, on vous allaite dès l’enfance avec l’idée que vous êtes meilleurs que tout le reste. Vous êtes imbibés de ça, pire que le baba au rhum de ma grand-mère.

C’est cette idée qui a tué mon père, qui a sacrifié ma soeur à Fenrir. C’est cette idée qui a fait emporter ma mère dans la folie. Leur vraie maladie, c’est que leur part animale sert à justifier leur narcissisme.

- Bien sûr, tu peux prendre un gâteau. J’en ai d’autres, mais c’est réservé aux enfants sages, répond-je quand il me demande s’il peut se resservir. Son esprit volage se concentra sur la question pratique des toilettes. C’est vrai, c’était une loge, c’était pas une chambre d’hôtel avec vue sur la mer. Je lui désigne une bassine avec un couvercle.

- C’est un pot de chambre. C’est comme des toilettes, mais sans chasse d’eau. Comme au camping, tu vois ? Tu as déjà fait du camping mon bichon ?

Je continue mon jeu en le traitant comme un gosse. Peut-être qu’à la fin son peu de fierté sera lassée par ce jeu idiot.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Avr - 19:05


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2201 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Il eut un petit ricanement. Tu es bien une des premières à ne pas voir que je suis inoffensif. Adelia, ça te dit quelque chose ? Ou peut-être Nina. Tu peux leur demander, elles te le confirmeront certainement probablement… même si actuellement je ne sais pas où elles sont passées, probablement qu’elles se sont fait bouffer par quelqu’un. Elles n’étaient pas très, très nettes. A côté tu as l’air d’un bisounours.

il secoua un peu la tête avant de soupirer doucement et de se passer une main dans les cheveux. Il ne cherchait pas la chasseuse, il disait juste la vérité. Se promener des avec des fourrures de loup il ne fallait pas être bien dans sa tête. Cette Amelia avait quand même l’air un peu plus saine d’esprit même si elle venait de l’enlever ou quelque chose dans ce goût-là. Il haussa un peu les épaules avant de continuer

Je n’allais quand même pas rester là à le regarder se faire choper sans rien faire quand même ! Vous avez de drôles notions de la famille et solidarité les humains, je ne suis pas certain de les comprendre. La loyauté, ça te parle ?!

Il avait ensuite tenter de l’amadouer un peu, mais il n’était pas certain que sa réponse soit totalement franche. Est-ce qu’elle le laisserait vraiment partir comme ça. Il en doutait. Elle avait juste dit qu’elle déverrouillerait la porte, ce qui était différent. Avoir vécu avec Dante et sa façon un peu biscornue de parler, allait peut-être lui servir. Elle lui servit un long, très long discours ou monologue qu’il n’écouta qu’à moitié.

Et la famille que j’ai perdue à cause de personnes comme toi ? Mon frère, mon père… ils n’avaient jamais touché un humain. il grogna un peu la réponse avant de la foudroyer du regard mais sans aller plus loin S’il n’y avait pas de chasseurs, les choses se passeraient probablement beaucoup mieux, certains ne voudraient pas se venger… ce qui engendre toujours et encore vengeance et blablabla. Et c’est sûr que vos tueurs en série ou pédophiles sont toujours sains d’esprit et n’ont aucune part animale… Les humains sont autant animaux que nous. Vous avez juste oublié d’où vous venez. Vous vous croyez plus fort, plus intelligent à cause de la technologie, mais vous vous trompez et, un jour, la nature vous le fera payer. de nouveau il y eu un petit temps de silence. Et pourquoi on mettrait la population de Bergen en danger ? s‘indigna-t-il, en vain probablement. Elle avait déjà des idées bien préconçues. En quoi ça vous dérange si on veut juste se faire discret ? Pourquoi est-ce simplement mauvais pour vous ? On veut juste vivre en paix, vous devriez arrêtez de voir le mal partout ! On ne peut pas vivre tranquillement, ensemble ? Sans nous regarder comme des monstres ou sans se faire accuser de ci ou de ça à cause de notre nature ? Cela se voit que vous ne comprenez pas tout cela, c’est bien dommage ! Il ne tarda pas à lui piquer un autre gâteau tandis qu’elle lui expliquait où il devait faire ses besoins, il haussa les épaules nullement gêné par cette idée. Il s’allongea ensuite par terre et continua de l’observer avec ses grands dignes d’un petit gamin bientôt il continua de grignoter son gâteau. Il ne lui dirait rien de plus.





Revenir en haut Aller en bas
Jeu 20 Avr - 13:13


Amelia Andersen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel Chevalier / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 355 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/03/2016 ▹ AGE DU PERSO : 33 ▹ LOCALISATION : Entre de lourds rideaux rouges de velours. ▹ HUMEUR : Toujours souriante, extravagante, et bondissante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une trousse à maquillage, des habits de rechange, un sac à main à la pointe de la mode, une paire de ballerines ppur changer les talons, un derringer chargé avec deux balles, une dague bien affutée, un flingue avec un silencieux, des jumelles, une tablette de chocolat, un peigne, des perruques en tous genres, ma folie et les poussières de mon optimisme.



Je ris gentiment à mon tour quand il évoque les folles à qui il a été confronté.

- Mon but ce n’est pas de détrôner le meilleur rôle de la superméchante... Du moins pas dans la catégorie "Allumées".

Malgré tout ce que j’ai subis il est assez surprenant que mon mental soit assez stable. J’avoue que c’est sûrement parce que je n’ai jamais vu ma famille mourir devant mes yeux, même si devoir découvrir le cadavre pendu de ma mère reste dans mes pires souvenirs. Il continue en râlant qu’il allait pas laisser son pote dans la merde. Je lui répond encore avec ce faux ton concerné qui le prenait un peu pour un idiot.

- Si mais vois-tu, des fois, quand on sait qu’on a aucune chance, il vaut mieux rester dans son coin et avoir la vie sauve.

Parce qu’à ce stade, c’était clairement du gâchis. Il n’a aucune chance de s’enfuir et celle de survivre est pour l’instant fort mince. Puis je parla pendant longtemps pour espérer de le convaincre de cracher le morceau. Rien à faire, la seule chose qui l’intéressa fut de manger un autre gâteau. Je soupire.

- Ton père est mort par balle, le mien fut mis en pièce par une meute entière. Ton frère est mort sûrement adulte car fort rares sont ceux qui tuent les enfants, ma soeur a finie saignée sur un autel pour Fenrir à seulement neuf ans. On est sûrement quittes ? Oh peut-être à part pour le fait que ma mère s’est pendue sous un élan de folie car elle n’acceptait pas la disparition de sa famille... Eux aussi n’avaient jamais touchés un loup, ils les aimaient tant après tout...

Je lui sert un sourire qui a un étrange mélange de douceur, de nostalgie et d’amertume. Je rapproche mon visage de lui.

- Sais-tu pourquoi ils sont morts ? Parce que c’est sûrement la même raison pour laquelle ta famille est morte.

Une pause dramatique. Mon sourire s’élargit pendant que ma voix se fait aussi douce que le pelage d’un chaton.

- C’est l’orgueil des loups qui les a assassiné.

Je me recule aussitôt car je sens qu’il va m’en coller une. Même groggy et soumis il peut être dangereux. Je continue sur un ton étrangement posé, ne levant pas le ton une seule fois.

- On aura beau vous laisser tranquille, on aura beau vous offrir toutes les semaines des soins au spa et vous lécher les coussinets, vous vous sentez tous supérieurs aux humains. Même toi, gentil petit soumis qui se croit mieux que ses compatriotes, toi qui te prend pour une oie blanche, tu t’adresses à moi en me disant «vous, les humains...».  Depuis des siècles vous avez développé cette idéologie nauséabonde que vous valez mieux que le reste. Résultat : vous tuez des gens. Et ensuite les humains vous tuent. Vous n’avez jamais rien fait pour briser la loi du Talion, mais après tout, quel intérêt ? Cela vous donne raison : les humains sont méchants, ils ne vous veulent que du mal, alors il vaut mieux se cacher. Et dès que l’un de vous faute, pas de problèmes, les protecteurs seront là pour essuyer la merde que vous avez au cul. Pourquoi s'inquiéter ? Jamais vous n’êtes punis, la seule inquiétude de vos Alphas n’est pas de savoir si vous avez créé de nouveaux cadavres, seulement si vous avez fait attention à ne pas être repéré. Il y a des psychopathes chez les chasseurs mais ils meurent relativement vite. La plupart d’entre nous sont là car un loup nous a arraché nos vies sans raison, parce que c’est le seul moyen d’obtenir justice. Vous n’avez jamais fait d’efforts, car votre peuple n’est qu’une bande de lâches qui préfère justifier ses problèmes par la méchanceté des humains alors que vous ne valez pas mieux qu’eux.

Je ne m’étais pas énervée une seule fois malgré mes propos révoltés. Cela faisait très longtemps que la colère m’avait quittée. Quand l’alpha au pelage nuit est tombé à mes pieds, sa belle gueule entachée de sang, c’était comme si mon âme s’était envolée avec lui.

- Alors mon chou, si jamais quelque chose de dangereux se prépare, s’il y a quelque chose qui fait que la population de Bergen est en danger, tu devrais peut-être me le dire. Car qui veut dire des loups qui tuent, veut dire des chasseurs en plus. Qui veut dire des chasseurs en plus... Veut dire des loups qui meurent... Sinon il reste un cupcake, je te le laisse.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Avr - 20:26


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Thyri & Tomas & Ivar ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2201 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Blblabla, il s‘en foutait complète de si elle voulait concourir ou non au concours de la chasseuse la plus allumée, cela ne changeait pour lui, il faisait juste un constat et il avait l’impression qu’elle passait un peu à travers quand même. Il eut un petit ricanement On a juste pas forcément la même notion des choses ! J’ai agi par instinct, c’est un ami je n’allais pas le laisser dans vos sales pattes sans savoir ce que vous alliez lui faire ! Il se passa une main dans les cheveux et souffla Ce qui veut dire que vous allez me tuer ? Vous venez de dire « avoir la vie sauve ». Vous ne comptez pas me libérer et me tuer ? Il n’y avait aucune haine dans sa choix, c’était une simple question, comme s’il lui avait demandé si elle aimait le chocolat. S’il devait mourir, il voulait savoir la vérité, de toute manière ce n’était pas comme s’il allait pouvoir fuir. Il était à peu près certain de ne pas pouvoir tenir debout ! Foutue drogue ! Bientôt, elle vint à parler des morts, il fronça les sourcils avant de secouer la tête, l’air peinée Et donc, pour venger ta famille, tu tues des loups… Loups qui voudront venger les leurs et peut-être qu’il y aura d’autres morts humaines. Est-ce que tu ne ferais pas mieux de prôner la paix entre nos deux races. La paix est possible. Je te l’assure. Je suis certain que l’on pourrait le faire. Bien sûr, il y aurait toujours des dérapages d’un côté ou de l’autre, mais c’est également dans nos natures. Il laissa passer quelques instants. Tu te trompes sur nous…. Enfin du moins sur la plupart d’entre nous ! Oui, certains orgueilleux, mais pour les chasseurs c’est la même chose ! Ouvre les yeux, ce n’est pas en continuant cette gueguerre que cela changera les choses ! Si on arrive à s’entraider, si on arrive cohabiter peut-être qu’avec le temps les choses changeront !Utopique ? Probablement ! Et si quelqu’un l’entendait dire ça il se ferait probablement tirer les oreilles voire tuer par Solskinn. Il la regarda Je sais que c’est difficile de me croire, je sais que l’on a des avantages physiques sur vous, et une façon différente de penser. Mais une paix est possible ! Et voilà, qu’elle allait croire qu’il était fou, ou qu’il se croyait être un envoyé de Fenrir.

Il avait merdé quelque part, il le comprit lorsqu’elle reprit la parole avec son long monologue et le pire c’est qu’elle n’avait pas tort. Il ne savait pas trop comment l’expliquer, lui montrer qu’il s’était juste exprimé que ses dires n’étaient pas néfastes ou méchants ou autre. Je ne me crois pas meilleur que les autres… et quand je dis « vous, les humains » c’est juste pour montrer cette cassure dans le mode de pensée ou d’agir parfois. Tu ne me connais pas, mais c’est toi qui te croit meilleure que les autres. C’est toi qui enlève les gens pour les faire parler par ce que tu n’es pas capable de comprendre que l’on veut juste se faire petite, qu’il n’y a pas de raison néfaste. Ton esprit est totalement paranoïaque et veut une vengeance. Tu compares ce qui n’est pas comparable. Tu parles de choses que tu ne connais pas forcément, si tu venais vivre avec nous quelque temps, tu verrais à quel point du fais fausse route, je peux te l’assurer. Mais, quoi que je dise, j’aurais tort, je me sentirais supérieur par ce que tu ne veux pas voir la vérité en face. Soit, je suis le méchant, si ça peut te faire plaisir, ça ne me gêne pas. Il se contenta de prendre la part de gâteau en la remerciant et haussa simplement les épaules pour lui montrer qu’il lui avait dit tout ce qu’il savait !




Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
puisses-tu courir sous la Lune






Revenir en haut Aller en bas
 

Event Chasseurs • L'Interrogatoire • Amelia & Nicholas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les chasseurs de trésors reviennent
» Claudy Gassant est expulsé après avoir subi un interrogatoire aux USA
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Event-
Sauter vers: