Drink with me •• Nicholeif
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS

- Mariage du Roi, juste ici.
- Deuxième partie du Mariage, juste ici.
- Fête nationale norvégienne, juste ici.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Chasseur, rival, ex-ami ◊ ici.
- Meilleur ami, beau-frère ◊ ici.
- Augure de la meute argent ◊ ici.
- Alpha de clan brun ◊ ici.
- Chercheuse sur un projet secret ◊ ici.
- Soeur jumelle ◊ ici.
- Bêta noir ◊ ici.
- Apprenti chasseur ◊ ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Drink with me •• Nicholeif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sam 22 Avr - 21:04


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Lieu et date du rp : Début mai 2018
Protagonistes: Leif & nick
Résumé du rp: UC
Actions réalisées au cours de ce rp: //

Tellement de choses s’étaient accumulées ces derniers mois, depuis l’évènement avec les chasseurs, depuis qu’encore une fois il avait failli crever mais sauvé in extremis. C’était à croire que Fenrir s’amusait toujours beaucoup avec lui, à lui faire vivre mille aventures, avant de lui sauver les miches parce que la divinité ne voulait pas perdre son jouet au mauvais karma préféré. La guérison avait duré une quinzaine de jours, si les brûlures étaient douloureuses mais grâce aux soins des guérisseurs (et de sa régénération) supportables ; le moral la psyché était toute autre chose. Il avait eu une sorte de délire fiévreux, il avait eu l’impression de vivre dans un monde parallèle pendant ces deux semaines comme si deux choses s’affrontaient. C’était inexplicable. Mais lorsqu’il se sentit mieux, il était certain d’une chose : tous ces derniers mois il s’était totalement leurré, Dante n’avait jamais été son âme sœur, il avait juste du avoir une sorte de syndrome de Stockholm il avait mis du temps à s’en rendre compte. La vérité n’était pas du tout la même, il faisait juste un déni de ce lien qui lui pourrissait la vie, et il en était arrivée à cette conclusion, qu’il s’était imaginé des choses. Et la vie avait pu reprendre son cours, sans qu’il ne pense plus à Dante tout le temps. Il avait pu recommencer sortir, s’amuser, profiter de la vie, même, s’il fallait bien l’avouer il était devenu peut-être un peu plus paranoïaque. Mais le principal était probablement qu’il avait en grande partie retrouvé sa bonne humeur d’antan !

Grace à Raphaël, il avait commencé à regarder les maisons – surtout la sienne- pour pouvoir reprendre son chenil. Il avait aussi fréquenté beaucoup plus Leif, même si ce dernier avec Amanda qui approchait de plus en plus du terme de sa grossesse ne parlait plus que d’elle ce qui avait franchement tendance à agacer le brun, et pourtant il continuait de le voir. Leif l’attirait beaucoup malgré son caractère de cochon, sa mauvaise foi de haut niveau et tout le reste de ses défauts. Il ne savait pas pourquoi il se sentait aussi proche du roux : était-ce par ce qu’il était heureux de retrouver son meilleur ami, ou bien autre chose ? Il était un perdu là-dessus mais surtout très méfiant ! Mais pour l’instant il ne voulait pas se prendre la tête avec ça ! Juste profiter de nouveau de la saveur de la vie !

On était à présent début mai, Nicholas avait rendez-vous avec Leif pour que ce dernier l’emmener quelque part, il n’avait pas réussi à savoir où son ami voulait le conduire… Le roux avait toujours des idées très précises et Nick savait qu’il pouvait s’attendre au meilleur comme au pire. Prenant sa moto, il conduisit jusqu’au quartier roux et s’arrêta devant leur grande maison. Il sonna à leur porte et attendit sagement que son ami lui ouvre. Il avait lissé son casque –ainsi que celui pour Leif- dans le petit coffre de sa moto. Sans faire un effort vestimentaire particulier, il avait quand même tenté de mettre des habits qui lui allaient bien, centrés, légèrement collés au corps et surtout qui lui allaient bien au teint –très important ! - Bon alors Grincheux, m’emmène où ? dit-il lorsque la porte s’ouvrit vers son ami, en lui faisant un grand sourire On dirait que tu caches un énorme secret, sérieux ! Je dois avoir peur ? Prendre les jambes à mon cou ? Et tu vas comment sinon ? petite pile électrique curieuse qu’il était….




Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Avr - 22:48


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Ses doigts fermèrent délicatement sa chemise bleue à rayures qu’il venait d’impeccablement repasser, juste avant de jeter un coup d’oeil dans le miroir afin de voir s’il était bien habillé. Il fouilla ensuite sur son bureau recouvert de choses diverses et variées pour retrouver son paquet de cigarettes et son briquet. Étonnement, il les retrouva assez vite. Il regarda l’heure et constata qu’il avait le temps de fumer avant que Nicholas arrivât le prendre en moto. Il ouvrit la fenêtre, puis tira quelques lattes, pensif. Ces derniers mois avaient été riches en évènements. Le mauvais coup des chasseurs ne l’avait absolument pas rassuré au sujet de la grossesse de sa soeur. Chaque jour, voire plusieurs fois par jour, il ouvrait son aura pour voir si elle allait bien, si elle n’avait pas besoin de quelque chose. Il ne l’avait jamais autant laissée ouverte plus exactement, et porter les émotions de ses pairs était vite épuisant. Il n’était pas rare que le soir, en revenant de la chasse, il s’écroulait dans son lit sans sommation. Quand sa soeur eut pris sa forme lupine, il se sentit soudainement très seul. Il n’y avait plus Amanda pour le soulager de ses mauvaises journées, et à vrai dire Viktor n’était pas aussi tendre qu’elle.  Heureusement Nicholas était là pour écouter ses inquiétudes. Il a eu quand même l’impression de l’avoir longuement soulé avec sa soeur... Enfin, il lui aurait dit... Ou peut-être pas, il n’en savait rien. D’ailleurs son ami brun allait mieux désormais. Les guérisseurs avaient été formels : il avait fait un déni en bonne et due forme à cause du traumatisme que lui avait laissé l’incendie. Dante n’existait plus en tant qu’âme-soeur. Dante n’avait été plus qu’un bourreau. Il n’avait jamais su s’il aurait fallu qu’il soit heureux ou inquiet de cette nouvelle.  Il avait retrouvé le sourire  et était à nouveau libre. Et c’était peut-être parce qu’il était libre que cela rendait Leif inquiet.
Cela ajoutait encore une chose sur ses épaules trop fragiles. Il n’avait pas digéré les nouveaux décrets royaux, même un mois après. Obliger la famille d’Avyn, donc sa famille, donc lui-même, a assurer qu’Avyn avait quelques soucis psychologiques. Devoir mentir et dire que sa joyeuse cousine, assassinée mystérieusement, était une illuminée. Il pouvait parfaitement supporter de se mêler aux traqueurs argents, surtout si cela pouvait lui donner une occasion de leur montrer qu’il était meilleur qu’eux. Mais faire passer sa cousine pour une folle et sa soeur pour une traitresse lui donnait juste envie de lui arracher les dents une par une puis de passer aux ongles, puis à l’entrejambe, et d’envoyer le tout à sa chère femme par la Poste. Repenser aux décrets lui fit écraser violemment son mégot contre le rebord de la fenêtre tandis que son expression se crispait. Pouvait-il désormais se contenter d’être seulement spectateur ? De ses petits dessins qui servaient, en principe, juste à canaliser les actions téméraires de sa grande soeur ? Désormais celle-ci était coincée à cause de ses enfants, mêmes enfants qui l’occupaient trop pour qu’elle puisse penser à renverser les argents. Petits êtres fragiles et sensibles que le Roi n’hésiterait pas une seule seconde à retourner contre elle. La mise à mort d’Avyn lui avait montré que la monarchie était une erreur terrible. Solskinn en était la preuve. Donner le pouvoir à un seul homme, ou plutôt à une seule meute, n’apportait rien de bon. Les blonds avaient été trop optimistes dans leurs relations avec les humains. les bruns trop ambitieux. Les argents trop... il n’avait pas de mots pour qualifier la tyrannie de Forsløve. Tout ce qu’il savait, c’est que les libertés dont ils jouissaient actuellement se baladaient avec une épée de Damoclès qui pouvait tomber à chaque instant. Les décrets de fin mars l’ont prouvé. Voilà un an que Solskinn avait pris le pouvoir, mais rien ne bougeait. Si Amanda ne pouvait rien faire, il devait trouver un moyen d’avancer à sa place.
Un bruit de moteur attira son attention. Il devina qu’une moto s’était garée non loin de là, et donc que Nicholas était arrivé. Il attrapa des chaussures dans un cuir brun foncé, de la même couleur que la ceinture de son jean d’un noir délavé, puis mis ses cigarettes dans sa poches. Il descendit les escaliers, alla ouvrir la porte. Ses yeux scannèrent Nicholas de haut en bas, un sourire narquois sur ses lèvres. Un véritable pousse-au-crime.

- Bon alors Grincheux, tu m’emmène où ?

Son sourire s’estompa d’un seul coup, lui assurant de mériter son surnom. Il se demandait si la version déprimée de Nicholas ne lui manquait pas parfois.

- On dirait que tu caches un énorme secret, sérieux ! Je dois avoir peur ? Prendre les jambes à mon cou ? Et tu vas comment sinon ?
- On va au Pays des Grincheux, là où on fait des rondes de Grincheux en insultant les gens optimistes et heureux. D’ailleurs on les sacrifie à chaque Pleine Lune mais comme on est à cours, je dois ramener ma part. J’espère que tu cours vite,  lança-t-il, sarcastique, en roulant des yeux.

- On va au bar Helligdom, sur le territoire brun. Enfin j’aurais préféré qu’il soit en terrain neutre, mais les humains s’en branlent de nos histoires. Peux-être que tu connais ?

Il regarda la tenue de Nicholas une dernière fois, son sourire narquois refaisant surface.

- En tout cas je crois que tu es bien équipé pour y aller...

Le Helligdom était, comme son nom l’indiquait, un sanctuaire. Il s’agissait du bar dansant gay où Leif sortait beaucoup, et il se disait qu’y emmener Nicholas ne pouvait que lui faire du bien.

- Je te guide, dit-il en attrapant un blouson de cuir noir qui complétait sa tenue et le second casque de moto.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Mai - 11:45


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Il fallait bien l’avouer, il n’avait aucune honte d’avoir commencé les « hostilités ». Il avait envie de rire, de s’amuser, de profiter de la soirée ce qui impliquait forcément embêter un peu le roux, roux qui n’hésiterait pas un seul instant de se venger, ça avait toujours plus ou moins marché comme ça entre eux ! Visiblement le surnom de grincheux ne plaisait toujours pas à son ami, ce qui était fort dommage pour lui, par ce que ça lui allait quand même comme un gant, il faut bien dire ce qui est !

On va au Pays des Grincheux, là où on fait des rondes de Grincheux en insultant les gens optimistes et heureux. D’ailleurs on les sacrifie à chaque Pleine Lune mais comme on est à cours, je dois ramener ma part. J’espère que tu cours vite.

Nicholas se mit à glousser avant de lui dédier son plus beau sourire, plutôtcontent qu’il plaisante comme ça. Le brun savait pertinemment que son ami était sarcastique mais il préférait juste le prendre autrement.

Tu as peut-être un lieu un peu plus précis ?
On va au bar Helligdom, sur le territoire brun. Enfin j’aurais préféré qu’il soit en terrain neutre, mais les humains s’en branlent de nos histoires. Peux-être que tu connais ?
Oh.

Fut la première chose qu’il réussit à dire, cela était, effectivement un peu de déception, non pas que le programme ne lui plaisait, c’était une idée sympa mais il aurait préféré passer un peu de temps en tête à tête avec le roux même s’il ne voulait pas se l’avouer, ou plutôt qu’il préférait ignorer cela ! Allez, il devait se reprendre un minimum  et répondre quelque chose de plus décent à son ami !

Oui, oui bien sûr que je connais ! J’ai connu pas mal de mecs là-bas, l’ambiance est pas mal c’est vrai !

Il ne voulait pas lui montrer qu’il était quand même un peu déçu. Ils s’museraient quand même très bien là-bas… et vu qu’il ne ramènerait probablement pas Leif chez lui, il trouverait une autre occupation avec un autre homme ! Un sourire narquois du roux plus tard

En tout cas je crois que tu es bien équipé pour y aller...
Je ne voulais pas te faire honte, j’me suis fait beau rien que pour toi à la base mais, c’pas grave ça plaira tout aussi bien à quelqu’un d’autre  ! ajouta-t-il un sourire sur les lèvres.

Sans vouloir se vanter, il savait qu’il plaisait assez facilement à la gente masculine, se trouver un partenaire ne poserait donc pas vraiment un réel souci, il en état à peu près certain. Il avait peut-être un peu perdu la main, mais c’était des choses qui ne s’oubliaient quand même pas si facilement ! Bientôt ils repartirent tous deux à moto et après une bonne grosse dizaine de minutes de route ils arrivèrent devant le bar. Nick descendit de l’engin, enleva le casque tout en se passant une main dans les cheveux histoire de se les recoiffer un petit peu ! Il gloussa de nouveau

Tu as une idée derrière la tête pour m’emmener là ? J’espère que tu ne veux pas faire un genre de concours stupide, hum ? Du genre le premier qui choppe… il haussa les épaules, avant d’ajouter, avec un petit air de défi De toute façon tout le monde sait que je gagnerai !
Ou pas, il le savait pertinemment, mais il voulait voir la réaction de son ami !




Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Mai - 12:13


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Nicholas eut comme une pointe de déception quand il lui annonça le Helligdom comme destination. Leif ne compris pas vraiment pourquoi, ou plus exactement songea que le brun ne voyait pas l’intérêt de se rendre ensembles dans un bar gay. Leif se sentait tout simplement en sécurité là-bas, se sentant libre de tout jugement et assuré de ne jamais croiser un noir ou un argent. Ou s’il y en avait vraiment un, il avait plutôt intérêt à que personne ne le sache. Là-bas, hommes et femmes trouvaient un sanctuaire où les intolérants ne passaient pas la porte, selon les dires même du patron et de son mari. Il y régnait une ambiance bonne enfant, où il pouvait danser le collé-serré et flirter sans se sentir regardé de travers. Nicholas comprendrait quand ils auront passé la porte, tout simplement. Il ne réagit pas vraiment quand son ami lui annonça qu’il avait déjà fait des rencontres là-bas. Après tout il ne pouvait rien lui reprochait, il s’agissait de son fournisseur principal d’aventures d’un soir, ou même d’une demi-heure. Il inspecta la tenue de Nicholas qui n’avait pas été avare sur le moulant, et ne lui épargna pas le petit commentaire salace.

- Je ne voulais pas te faire honte, j’me suis fait beau rien que pour toi à la base mais, c’pas grave ça plaira tout aussi bien à quelqu’un d’autre  !

Leif laissa retomber les commissures de ses lèvres. La petite plaisanterie de Nicholas ne lui sembla étrangement pas drôle, mais il ne laissa rien transparaître. Il repris son sourire moqueur.

- Je préfère les hommes plus élégants de toutes façons, lança-t-il finalement. Nicholas savait qu’il était du genre à dépenser des fortunes dans des vêtements, préférant la qualité à la quantité. C’était en toute logique qu’on pouvait parfaitement imaginer qu’il exigeait la même chose de ses amants. Leif reconnaissait volontiers son côté un peu superficiel qui tournait son intérêt surtout envers les hommes assez beaux et raffinés, mais il aimait aussi le naturel assez charmant que pouvaient avoir des tenues et des physiques plus simples. Puis il y avait les types comme Nicholas à qui un costard coincé ferait quand même un peu tâche. Peut-être parce que ceci lui rappelait trop Raphaël Tveit - à qui il aurait bien volé l’armoire, il l’avouait péniblement.
Il descendit de la moto et commença à ranger le second casque quand son regard croisa Nicholas remettre ses cheveux en place. Ce geste avait quelque chose de séduisant. Il était quand même bien plus beau avec le sourire qu’avec sa tête de déterré dépressif. Le roux songea qu’il avait peut-être fait une erreur de l’emmener ici. Nicholas pouvait avoir son petit succès, peut-être au détriment du sien, et peut-être aussi parce que s’imaginer le brun partir avec un type inconnu lui paraissait étrange. Il l’avait connu tellement obsédé par Dante, tellement inaccessible, que cette situation avaient été longuement inimaginable. Il devait sûrement encore faire le deuil de ce Nicholas Sainte-Nitouche qui n’était intéressé en personne. Le défi qu’il insinua renforça cette impression.

- La séduction est délicieuse quand elle prend son temps, elle n’est pas un concours.

Il s’approcha de lui, un sourire en coin sur ses lèvres épaisses qui se rapprochèrent de son visage, et parlèrent avec une pointe de sensualité

- C’est l’art de la discussion, de la subtilité, de voir le désir fleurir d’une étincelle... Et donc de l’attention et de la patience.


Il ricana doucement en se reculant élégamment d’un bon mètre, dans un pas qu’aurait pas renié un danseur.

- Tu es peut-être plus beau, mais moi j’ai plus de charme, déclara-t-il dans un grand sourire de renard. Après tout, il avait l’éducation d’un fils de bonne famille, acquise durement à coup d’autorité maternelle. Il savait que le contraste entre son côté culotté et son élégance était un de ses atouts. De plus il était un roux. Il avait appris à savoir ce que les gens attendaient de lui et leurs intentions à très court terme, tel était son don. Il entra donc dans le bar, saluant l’immense vigile qui le savait être un habitué. L’intérieur était dans un contraste entre bois et modernité, orné d’un bar circulaire où s’amassaient déjà les clients pour commander des boissons. Deux barman et une barmaid s’affairaient pour servir l’influence. Les deux hommes portaient des T-Shirt au logo du bar assez resserrés avec un, alors que la jeune femme s’était simplement contenté d’un mini-short avec des collants, le T-shirt étant décidément trop grand pour elle. Du côté gauche se tenait des tables où s’égosillaient couples, flirts et bandes d’amis, alors que le côté droit était réservé aux danseurs. La musique de fond était un mélange de classiques internationaux du dancefloor, des derniers tubes à la mode sur les ondes norvégiennes et de morceaux plus indépendants. Il s’approcha du bar, et en attendant son tour, se retourna vers Nicholas :

- Qu’est-ce que tu souhaites boire ?


Jørgen, le barman brun, saurait très bien quoi lui servir. Ce serait comme d’habitude un alcool assez fort ou des shooters, même qu’il s’étonnait souvent de la descente de ce maigrelet qui n’arrivait même pas à finir pompette.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Mai - 19:20


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Pourquoi est-ce que Leif semblait si étonné qu’il se soit fait beau pour lui à la base ? Et, vu que monsieur le rouquin semblait vouloir draguer, pourquoi faire cette tronche étrange lorsqu’il avait ajouté que cette tenue plairait à d’autres personnes ? Il n’allait pas non plus se priver et rester là à regarder le roux s’amuser et draguer, il comptait bien se remettre un peu en « jeu ».

Je préfère les hommes plus élégants de toutes façons

Peut-être qu’il aurait dû être vexé d’une telle remarque mais Nicholas se contenta de lui faire un grand un très grand sourire, avant d’hausser un peu les épaules.

Tant mieux pour toi si tu juges sur l’apparence, je préfère le spirituel et les bonnes blagues. Tu vois comme ça on est au final sur la même longueur d’onde. Etre superficiel c’est pas trop pour moi, je préfère la simplicité de ce côté-là !

Autrement dit tu n’es pas tout ça, ne joues pas avec moi à ce petit jeu-là par ce que je suis en forme. Leif avait dû oublier certains tenants de son caractère surtout lorsqu’il était avec lui. S’il était soumis avec beaucoup de personnes, avec Leif, il avait tendance à l’ouvrir un peu plus, avec beaucoup plus de simplicité.



Bientôt, les deux garçons étaient descendus de la photo et Nick se « recoiffa » un peu la tignasse histoire de ne pas trop avoir les cheveux dans les yeux. Il avait les cheveux toujours en désordre et c’était parfait comme ça !

La séduction est délicieuse quand elle prend son temps, elle n’est pas un concours.[…] C’est l’art de la discussion, de la subtilité, de voir le désir fleurir d’une étincelle... Et donc de l’attention et de la patience.

On pouvait aussi séduire rapidement, avec quelques sourires, quelques phrases. Il gloussa pas un peu et ne put s’empêcher de répliquer

Enfin tu dis ça, mais tu vas ptet te faire un mec dans les toilettes, niveau séduction, je suis désolé, y’a mieux… peut-être aussi que tu ne sais pas aussi bien y faire que tu le penses. Oui, il le cherchait, totalement volontairement. Ton étincelle peut-être ravivée de tellement de manière Leif.

Il le regarda dans les yeux, lui susurrant les derniers mots à l’oreille, avant de lui caresser doucement le dessous du menton avec un doigt. Il coupa court à tout d’un coup en s’éloignant de quelques pas de son ami, tandis que ce dernier était parti sur le fait qu’il était plus beau et que le roux avait plus de charme. Il eut un nouveau petit ricanement.

Mais moi je sais les attendrir, et les faire rire, et tu sais ce qu’on dit… homme ou femme qui rit…. Je t’aide, ça rime avec lit.

Il lui fit un petit clin d’œil lourd de sous-entendu. Il avait envie de lui faire payer de ne pas avoir une soirée rien qu’avec lui. Il salua le vigile à son tour en lui faisait son plus beau sourire tout en continuant de suivre Leif.

Je boirai ce que tu voudras mon beau.

Il eut un nouveau très léger rire avant de se passer de nouveau une main dans sa tignasse, faisant ensuite un petit sourire « taquin, coquin » au roux.

Dès qu’on est servi, tu viens danser avec moi ?

Et il comptait bien évidemment faire une danse assez corps à corps avec son ami, avant de le lâcher dès qu'il aurait trouvé sa "proie", juste pour lui payer, bien gentiment son attitude. Agacé Leif était tellement facile, tout comme le désarçonné, il verrait ainsi s'il avait perdu la main ou pas avec lui.




Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Mai - 16:55


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Il haussa les épaules quand Nicholas lui fit remarquer qu’il était peut-être un peu superficiel.

- Pour un mec que je ne verrais qu’une nuit ou deux dans ma vie je n’attend pas de lui de posséder un doctorat.

Sous-entendu qu’il n’était pas là pour parler de la vie, de l’univers et de tout le reste. Si jamais il tombait sur une personne qui était plus intelligente, plus drôle, plus adorable, tant mieux, mais de base il était là pour tirer son coup. Il aurait été hypocrite de le nier ; de toutes façons sa famille était quand même connue pour les entorses aux principes des relations amoureuses - et surtout aux principes du mariage. Leif voyait le sexe comme un amusement, au même titre qu’Edwina avant sa relation avec Skùli par ailleurs, et n’avait pas honte de l’affirmer. Mais il faisait quand même bien plus profil bas que sa cousine car il été né homme, il qu’il ne voulait pas trop être regardé de travers non plus. Bref, en gros, peut-importe si la personne dans son lit avait l’intelligence d’un candidat de télé-réalité tant qu’il avait de quoi compenser sous la couette. Il descendit de la moto, et ne put s’empêcher d’essayer d’embêter un peu Nicholas avec une petite harangue sur les principes de la séduction. Il s’apprêta

- Enfin tu dis ça, mais tu vas p’têt te faire un mec dans les toilettes, niveau séduction, je suis désolé, y’a mieux… peut-être aussi que tu ne sais pas aussi bien y faire que tu le penses.
- J’ai jamais dit que la séduction devait être forcément accompagnée de romantisme.  Le but c’est de choper le mec, pour le reste, je suis plus avetureux, lâcha-t-il dans un sourire moqueur. Il ne pouvait donner tort à Nicholas, c’était parfaitement son genre d’emmener un mec dans les toilettes si jamais il n’avait pas vraiment le choix. Mais les rares fois où c’était arrivé, il regrettait amèrement le confort d’un lit. Cela lui faisait quand même étrange de pouvoir parler de sa sexualité de manière aussi libre avec Nicholas, alors qu’il s’agissait d’un sujet complètement tabou il y avait à peine quelques mois. C’était un soulagement assez fort, car il avait l’impression d’avoir récupéré un véritable ami, à qui il pouvait se confier sur tout et n’importe quoi. Au moins il pouvait plaisanter sur ses mauvais coups, ce qu’il avait du mal à faire avec son entourage.

- Ton étincelle peut-être ravivée de tellement de manière Leif.

En revanche ce genre de réaction n’étaient pas ce qu’il attendait. Il ne sut pas comment réagir durant quelques millisecondes, gardant la bouche légèrement entrouverte dans une expression presque stupide, tandis que Nicholas lui prenait le menton. Le roux eut un geste de recul, ne souhaitant pas

- Si tu parles de ma queue, ouais. Faut juste un peu de dextérité, répliqua-t-il avec un sourire goguenard. Il préférait tabler sur l’humour même si des fois il n’arrivait pas à savoir où Nicholas voulait en venir. Il avait vite fini par écarter la possibilité que ses blagues soient du premier degré, même s’il trouvait que ce soir il allait quand même assez loin dans le délire. Il n’avait pas tant faim que ça, si ? En tout cas, il enchérit en démontrant que son charme venait de sa bonne humeur. Leif finit par soupirer et ignorer ses frasques pour finalement entrer dans le bar. Ils n’étaient pas là pour faire un concours, lui-même songeait qu’il n’était pas grave s’il ne rentrait pas au bras d’un beau jeune homme ce soir. En revanche, Nicholas avait l’air plus intéressé. Ce qu’il comprenait. De toutes façons, il l’avait pas emmené là dans pour se trouver un prof de Yoga.

Il se rendit donc vers le bar pour aller demander des boissons. Nicholas déclara qu’il pouvait choisir à sa place, tout en ajoutant mon beau. Leif ricana intérieurement, il avait intérêt à aimer ce qui arrache la gorge, mais il resta presque blasé en surface.

- J’crois vraiment qu’il est vraiment temps que tu te trouves un mec... Conclut-il. Remarque, ici il avait le choix. Rien que Jørgen, avec sa musculature dessinée sous son t-shirt, ses cheveux blonds en bataille et ses yeux bleus électriques, était la cible de nombreux regard. En même temps, il devait être assez stratégique de prendre un bel homme pour animer un bar, prendre un verre devait sûrement être une excuse pour engager la conversation.  

- Salut, Jø’. Je vais prendre le rail de Vodka arrangées, demanda-t-il au barman, qui lui le salua avec son beau sourire aux dents bien rangées. Il posa un regard sur Nicholas, songeant sûrement qu’il ne l’avait rarement vu en compagnie du roux, puis alla préparer les verres en leur désignant une table libre.

- Dès qu’on est servi, tu viens danser avec moi ?
- Je ne suis pas spécialement un fan de danse, mais après avoir fini nos verres, sans problème.

Il regarda, une nouvelle fois, Nicholas se passer la main dans la masse épaisse de ses cheveux. Il fallait s’avouer qu’il avait toujours un petit faibles pour les boucles épaisses, avec lesquelles ses mains pouvaient jouer. Il détourna le regard, se surprenant de cette pensée. Il quitta le bar, se déplaçant presque comme si il était chez lui, avant de s’installer en compagnie du brun. La jeune femme du bar vint les servir, et faire régler la commande. Le roux se proposa d’avancer la monnaie, sans même consulter l’avis de son ami.

- À la nôtre ! S’exclama-t-il en prenant le premier verre. Fais-moi honneur. Je suis connu pour avoir une sacrée descente, c’est pour ça que le barman m’aime bien... Enfin pas que pour ça d'ailleurs.

Sourire évocateur aux lèvres, il englouti la boisson.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Mai - 15:48


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Il haussa les épaules avant de soupirer doucement. Il comprenait quand même le point de vue de son ami, même si cela faisait longtemps – très longtemps même- que ce genre de chose ne lui était pas arrivé. Il avait, malgré tout, toujours été sélectif. Il préférait un garçon un peu moins beau mais qui avait un minimum de conversation… même pour ce genre de chose. Il y avait quand même toujours un infirme moment de partage alors causer à quelqu’un bête comme ses pieds ce n’était vraiment pas pour lui ! C’était même beaucoup trop lui demander ! Oui, enfin… quand même… je ne sais pas, je te demandes pas un doctorat mais un minimum de quelque chose, sérieusement, être classe c’est tellement suggestif. mais, là encore ils n’agissaient pas du tout de la même façon. Leif se basait plus sur le physique, la classe ; et Nicholas sur le feeling qu’il pouvait avoir, sur ce qu’il dégageait. Leif continua sur la séduction et « blablabla » et tout ce que voyait Nicholas, c’était un panneau « foutaise » accroché au-dessus de la tête de son ami. Monsieur disait cela alors que les toilettes étaient parfois son ami. Pitoyable. Mais la frontière entre la séduction et le romantisme est parfois faible, n’est-ce pas ? Tu pourrais tellement avoir mieux dans la vie Leif ; si tu arrêtais de ne pas voir plus loin que le bout de ton nez. Non, il ne parlait pas forcément de lui ; mais juste de relations plus intéressantes et enrichissantes. Chaque personne pouvait apporter à autrui beaucoup. Et c’est ce qu’aimait au final Nicholas dans ce genre de choses. Bien sûr, il ne pourrait pas dire non à ce genre de relation, mais juste un coup comme ça, sans échange ce n’était pas fait pour lui ; ce n’était pas forcément quelque chose qui le mettait à l’aise. Peut-être était-ce par ce qu’il était un peu trop curieux de nature ?

Il avait ensuite tenté de faire comprendre au roux, qu’il aurait préféré passer la soirée tous les deux, certes de manières assez détournée mais visiblement Leif resta non seulement complètement insensible mais en plus il se prit un énorme vent quand l’autre se poussa, se recula tendit qu’il lui passait un doigt sous le menton. Et bien, ce n’était pas gagné ! Le pire vu la vulgarité qui s’en suivit et le petit sourire stupide qui s’afficha sur sa face. Nicholas haussa les épaules Tu fais peut-être le malin, mais en attendant moi, j’ai réellement eu quelqu’un ces dernières années contrairement à Toi. Peut-être que quand tu grandiras un peu et que arrêteras de jouer toujours au plus malin, à celui qui a le dernier mot et que tu ouvriras un peu plus les yeux, les choses iront mieux pour toi Leif M’enfin, il n’allait pas se gâcher la soirée, par ce que Monsieur -j’ai-des-œillères-et-je-veux -bsolument-quelqu’un-dans mon-lit –sans-réfléchir-à-ce-que-mon-ami-veut n’en faisait qu’à sa tête. Il continua donc son chemin gaiment, continuer de plaisanter, de blagasser. Et par principe, juste pour ennuyer son ami, il avait envie de trouver quelqu’un avant lui. Pour le rendre jaloux, ou mal à l’aise. Pour qu’il arrête avec son histoire de charme et de conneries, et qu’il comprenne un peu mieux les choses selon son point de vue. J’crois vraiment qu’il est vraiment temps que tu te trouves un mec... il haussa les épaules avant de répliquer Vu que tu m’as fait venir, le message était bien clair ne t’inquiètes pas. La subtilité n’est pas vraiment ton fort, tout comme savoir de qui j’ai réellement besoin. mais bien entendu ce pauvre Leif, ne comprendrait bien entendu pas l’allusion, il avait failli dire « un mec je pensais m’en trouver un en venant chez toi, mais visiblement tu ne te considères pas comme tel, c’est triste ». Il s’était retenu de justesse, craignant que cette boutade lourde de sens soit juste prise comme une insulte de la part du roux.

Leif prit les choses en main –façon de parler-, histoire d’aller commander leurs boissons tandis que Nicholas regardait un peu autour d’eux de façon à voir ce qu’il y avait en « rayon » niveau mec dans ce bar. Il n’était qu’à moitié satisfait de ce que ses rétines lui montraient et préféra donc se concentrer de nouveau sur le roux, bien décidé à continuer à l’ennuyer un peu : et à le rechercher. Il lui proposa donc de danser ! À la nôtre ! S’exclama-t-il en prenant le premier verre. Fais-moi honneur. Je suis connu pour avoir une sacrée descente, c’est pour ça que le barman m’aime bien... Enfin pas que pour ça d'ailleurs. Nick haussa les épaules avant de trinquer Je suppose qu’il ne t’aime pas pour ta Modestie. Il soupira doucement avant de répliquer Mais moi je t’aime pour beaucoup d’autres choses, d’autres de tes Talents. Il tenta de boire d’en trait la boisson tout juste servit, grimaça affreusement en manquant de s’’étouffer avec tellement c’était fort, mais au final après avoir troussé quelques instants, il prit la main de Leif pour l’attirer sur la piste de danse, sans lui laisser au final vraiment le choix. Il craquerait. Il craquerait le roux ; ou alors il le rendrait fou de jalousie… alors il dansa proche, très, très poche de lui quasiment collé en lui dédiant ses plus beaux sourires.




Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Mai - 20:07


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Il était sûr qu’ils ne seraient jamais d’accord sur les relations amoureuses et intimes. Nicholas était un bisounours qui rêvait de douceur et de chaleur. Lui un gros connard qui se barrait dès qu’il avait eu ce qu’il voulait. Son seul mérite était d’au moins s’assurer que cela ne blesserait pas ses partenaires, car il leur accordait tout de même un minimum de respect. Romantique, il ne l’était pas. Il avait plutôt tendance à être cru et à aller droit au but. Mais il n’était vraiment honnête que quand cela allait à son avantage. Il y en avait certains qui prenaient cela pour une tendre impertinence qu’ils trouvaient charmante, et il s’en servait s’en vergogne.  En dehors de cela, quel était intérêt d’enjoliver une situation ? Il était peut-être devenu trop cynique pour que ça ne l’agace pas.  Autant appeler un chat, un chat ; donc un plan-cul, un plan-cul. Il ignora donc la remarque de Nicholas. Il n’avait pas besoin de mieux, mais ne voulait pas lancer le débat dessus. Il craignait que le brun se mette à haranguer sur le pouvoir de l’amour et des bisounours. Hé bien il ne manqua pas son occasion.

- Tu fais peut-être le malin, mais en attendant moi, j’ai réellement eu quelqu’un ces dernières années contrairement à toi, rétorqua le brun à sa blague grivoise. Le roux retint un soupir, et avait soudainement envie de fumer pour que le discours passe mieux. Il riait jaune. La personne à moi de Nicholas était le même type qui le mettait dans son lit plusieurs fois par semaine et qui en redemandait. Et qui s’était sûrement lassée du brun car il n’aimait que ceux qui ne lui appartenaient pas complètement.
-  Peut-être que quand tu grandiras un peu et que arrêteras de jouer toujours au plus malin, à celui qui a le dernier mot et que tu ouvriras un peu plus les yeux, les choses iront mieux pour toi Leif.
- En quoi les choses iront mieux ? Il est peut-être possible que je me sens très bien célibataire et libre.

Le ton évoqua qu’il n’avait pas envie de développer. Le pouvoir de l’amour n’allait pas trancher miraculeusement la tête de Solskinn et résoudre les problèmes politiques de la meute rousse. Seul ou non, il restait ce profond trou du cul cynique qui hait le monde autant que lui-même. Le comble c’est que c’était d’être rejeté par Nicholas qui lui avait fait prendre conscience qu’il aurait sûrement moins de problème en restant un célibataire endurci. Du moins jusqu’au moment où on lui proposera un mariage avantageux avec une louve, idéalement une rousse. Il s’était toujours dit qu’il serait honnête avec elle pour qu’elle n’attende pas de lui d’être un mari et un amant ; uniquement un père et un ami. En effet, les discours de Nicholas lors d’Halloween ne l’avaient pas convaincu et il était toujours aussi résolu à cette possibilité. D’autant plus que Solskinn semblait encore plus vissé sur son trône qu’un implant dentaire dans une mâchoire. Leif termina la conversation par son silence, ne souhaitant pas répondre à Nicholas qui lui rétorquait qu’il était plus séduisant que lui à cause de son charme et de son humour. Grand bien lui fasse, lui avait juste envie d’entrer dans le bar et de s’amuser.

Il firent un peu la queue pour commander les boissons, et avant de commander il fit la remarque, un peu goguenarde, qu’il serait peut-être temps de trouver un partenaire. Encore une fois il ne compris pas la réaction de son ami, qu’il trouvait vraiment étrange ce soir. Il avait parfois l’impression qu’il tendait des perches énormes, mais se disait que ce n’était que son imagination. Nicholas devait pas se rendre compte de ce qu’il se disait, comme d’habitude. D’ailleurs, il ne l’avait pas emmené dans un bar gay pour qu’il lui déclare être au régime. Alors aucune chance qu’il s’intéresse à lui.

- Vu que tu m’as fait venir, le message était bien clair ne t’inquiètes pas. La subtilité n’est pas vraiment ton fort, tout comme savoir de qui j’ai réellement besoin.
- Vu mes frères et soeurs, j’avais peu de chances de l’être.

Bon, sauf Viktor, parce que lui faisait l’effort de l’être sauf peut-être pour ses blagues. Ils étaient tous capable de subtilité à son avis, simplement qu’ils avaient trop la flemme de réfléchir. Katelina en était la preuve vivante. Elle était autant capable de se faire bien trop remarquer que de pondre un plan machiavélique pour mettre Elias dans le gâteau. Il commanda des shots de Vodka puis s’installa à la table qu’on leur avait désigné. En buvant son premier verre, il fit une petite blague au sujet du barman qui n’eut pas l’air de l’apprécier.

- Je suppose qu’il ne t’aime pas pour ta Modestie.
- Sinon je peux arrêter d’essayer l’humour et rester grincheux vu que c’est ce que fais de mieux apparemment, protesta Leif avant d’enchainer sur un second verre.
- Mais moi je t’aime pour beaucoup d’autres choses, d’autres de tes Talents.

Le roux toussa car il avait presque avalé de travers. Quels talents ? Il ne faisait que de le faire chier à longueur de journée.

- Si tu parles de la peinture, n’importe quel crétin avec des pinceaux et un peu entrainé peut  faire la même chose
, râla-t-il avant de descendre un autre verre. Chacun était arrangé différemment et de couleur différente, faisant comme un arc-en-ciel de verres à shot. Le patron savait rester dans le thème. Il finit assez rapidement sa boissons, sachant que si jamais Nicholas ne finissait pas les siens, il les engloutirait volontiers. Il remerciait Fenrir de ne pas être humain, il aurait sûrement fini alcoolique et lamentablement ivre plusieurs soirs par semaine.
Le brun n’attendit pas plus pour l’emmener sur la piste de danse, où passait un air électro assez festif. Il n’osa pas protester, après tout il voulait aussi que Nicholas s’amuse. Il n’était pas un bon danseur et n’aimait pas spécialement ça, mais aimait le laisser porter par l’ambiance. Il s’aperçut que son ami aussi mais peut-être un peu trop. Étrangement, Leif prit ça pour une sorte d’amusement peu sérieux. Ses mouvements de hanches très proches le fit sourire, un peu glousser même, mais avec une pointe d’embarras. Une partie de lui trouvait cela quand même plutôt attirant. Il se prêta au jeu, glissant avec douceur ses mains sur le haut des hanches du brun, restant quand même assez correct. Il ne voulait pas le mettre mal à l’aise, même s’il serait volontiers allé plus bas. Il fallait avouer que ce jean lui faisait une jolie cambrure.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Mai - 11:06


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



D’accord parler de Fredrick n’était pas très malin… surtout vu tout ce qui s’était passé entre eux mais il n’avait pas pu s’en empêcher, c’était comme plus fort que lui ! C’était stupide, il n’avait rien à prouver mais il voulait comme montrer qu’il avait « ça » en plus… Il soupira faiblement de sa maladresse. En quoi les choses iront mieux ? Il est peut-être possible que je me sens très bien célibataire et libre. Humhum, c’était possible. Probable même vu le caractère du roux, mais tout le monde –ou presque- avait envie de fonder quelque chose d’avoir quelqu’un le soir sur qui compter. Il inclina un peu la tête sur le côté tout en réfléchissant soigneusement à ce qu’il allait bien pouvoir dire. Tu n’aimerais pas rentrer le soir et voir quelqu’un, dans un chez toi ? Quelqu’un qui serait là pour toi, plutôt que de venir ici, et avoir que des relations sans intérêt ? Il fallait bien avouer qu’il n’était pas certain de comprendre tout ça. Comment ne pouvait pas t-on vouloir ça ? Il respectait ce choix, mais avait un peu de mal à le comprendre, peut-être qu’il aurait quelques indications bientôt…

Bientôt, ils avaient enfin pu avoir leur boisson et ils continuaient à discuter bien qu’ils étaient toujours sur une planète différente, du oins c’était l’impression qu’avait le brun à cet instant, qu’ils n’arriveraient probablement jamais à s’entendre sur de tels sujets, mais tant pis, chacun y allait quand même de son petit commentaire. Il tenta une nouvelle fois de lui faire comprendre que c’était avec lui seul qu’il aurait voulu passer la soirée… mais encore une fois il eut l’impression que cela passait totalement au-dessus de Leif et que le roux l’interprétait d’une manière totalement différente.

Je sais bien que vu ta famille tu n’avais pas beaucoup de chance d’être subtile, mais là quand même tu bats tous les records, il va juste suffire que je m’y habitue de nouveau ! dit-il en haussant les épaules, soupirant de nouveau.

De toute manière, il ne pourrait pas faire autrement, alors autant qu’il essaye de s’y habituer, même si ça lui faisait un peu bizarre pour l’instant ! Mais pour Leif il le ferait bien volontiers ! Il aimait bien être avec lui, il se sentait bien avec lui et même s’il avait un peu l’impression que pour l’instant Leif le voyait juste comme un ami… il ne désespérait pas. Il était connu pour être patient, alors il patienterait –ou trouverait une autre muse-. Alors forcément, lorsque l’autre commença à parler de tous les mecs qu’il s’était tapé pendant que lui, petit brun, était « perdu » dans sa relation avec Dante –pour ne citer que lui- forcément, cela le rendait un peu ronchon. Et là, encore une fois, il tenta de lui faire comprendre qu’il l’intéressait mais sa seule réaction fut de s’étouffer et de répliquer un truc totalement déprimant.

Si tu parles de la peinture, n’importe quel crétin avec des pinceaux et un peu entrainé peut faire la même chose
Je parle de la peinture oui, mais de tout ce que tu fis en général, Imbécile ! Et tu es bien plus doué que tu ne veux le croire ! Crois en peu plus en toi Leif !

Il avait failli dire mon chou, mais s’était s’abstenu. Il avait une autre idée en tête… surtout maintenant qu’ils avaient bu un peu –même si cela ne le ferait rien-. Il emmena donc son ami sur la piste de danse de façon à pouvoir danser proche, très proche de lui. Alors forcément, lorsque son ami lui mit les mains sur les hanches –petit joueur-, il prit ça pour un pseudo feu vert ! Petit être stupide et naïf qu’il était ! Il en profita pour se coller un peu plus à lui et à coller ses mains sur le bas du dos de son ami avant de continuer de danser ainsi pendant une bonne minute. La chanson changea, pour quelque chose de vaguement plus calme et il en profita –plus que largement- pour poser sa tête sur l’épaule de Leif et de lui souffler doucement dans le cou. Son odeur aussi bien que sa proximité étaient enivrantes et l se sentait vraiment bien là. Pour un peu il aurait fermé les yeux et se serait laissé porter pendant un long moment, mais il n’en avait pas le temps. Ainsi resté une bonne dizaine de secondes, voire peut-être une vingtaine –le temps que Leif sorte de sa surprise-, i enchaina direct avec un petit et tendre baiser dans le cou et revint rapidement à sa position initiale, à savoir sa tête callée contre le cou de son ami. S’il ne comprenait pas là, il ne voyait pas bien ce qu’il pouvait faire de mieux ? Peut-être l’entourer de son aura brûlante de désir ? Mais il ne voulait pas l’inciter à faire quelque chose dont il n’avait pas envie… ce n’était donc franchement pas la solution idéale, loin de là même. Il attendait donc de voir la réaction du roux et après il aviserait totalement en fonction de ce qui allait bien pouvoir se passer, il avait de toute manière pas mal d’idée encore pour lui faire comprendre ce qu’il désirait sans un mot. Il connaissait encore assez bien Leif, du moins il l’espérait, pour connaitre certains de ses points faibles et il comptait bien en jouer, les tourner en sa faveur, ou pas d’ailleurs. Le roux était parfois bien imprévisible !




Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Mai - 15:51


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



- Tu n’aimerais pas rentrer le soir et voir quelqu’un, dans un chez toi ? Quelqu’un qui serait là pour toi, plutôt que de venir ici, et avoir que des relations sans intérêt ? Finit par demander le brun, qui commençait à agacer le roux avec ses questions sur son éternel célibat.
- J’ai déjà ma famille et ma meute pour ça. Pour le reste, c’est mes relations sans intérêts qui me l’offrent.

C’est à dire quelqu’un en plus dans lequel il allait se perdre parce qu’il s’investirait bien trop pour son bonheur, et en ces temps difficiles, quelqu’un en plus qu’il devait protéger car sa perte serait lui enlever une partie de lui-même. Il s’était mis en garde contre la passion. Elle le rendait trop stupide et malléable. Il le voyait très bien avec Amanda : elle  pourrait lui marcher constamment dessus, elle pourrait le trainer dans la boue, il lui pardonnerait béatement. Il pardonnait aussi toutes les farces stupides de ses cadets et les remontrances de Viktor. Alors qu’est-ce que ce serait avec un amour passionnel ? Y penser lui donnait déjà le vertige.

Il finirent par entrer de le bar et se poser à une table pour continuer leur discussion.  Il  détourna le regard, son visage prenant une teinte rosée, en bredouillant quelque chose qui devait être normalement une protestation mais qui mourut rapidement entre son expression grincheuse. Son ami finit par le trainer sur la piste de danse, se lançant dans une séance de collé-serré que Leif prit d’abord pour un jeu, mais les mains de Nicholas qui descendirent à la limite de son fessier commencèrent à lui apporter le doute. Leif se débrouilla pour les faire remonter subtilement d’un coup de hanche habile. Les gens allaient finir par croire que son ami était torché avec trois verres de vodka. Quoique ça l’arrangeait d’un certain côté, il n’aurait pas à expliquer pourquoi il était aussi collant. Mais il ne niait pas que cette proximité, cette étreinte, avait quelque chose d’étonnement agréable, un sentiment qui le surprit lui-même. La nouvelle odeur de Nicholas, presque débarrassée de la marque de la mort de son âme soeur, en était d’autant plus agréable pour son nez entrainé. La mélodie festive changea pour quelque chose de plus doux, aux rythmes plus lents et langoureux. Il sentit son coeur manquer un battement - de désir et de peur - quand il sentit la tête de Nicholas sur son épaule. Leif ne sut pas comment réagir. Devait-il lui dire non ? Il ne voulait pas qu’il se sente rejeté. Devait-il le laisser faire ? Cela ne le mettait pas très à l’aise. Ses questions furent interrompues par le frisson de plaisir qui parcourut sa gorge, horrible point faible que Nicholas avait réveillé avec ses lèvres si douces. L’ascenseur émotionnel retomba aussitôt quand il songea à l’attitude de son ami depuis le début de la soirée. Il met les mains ses ses épaules pour l’écarter doucement.

[color=cadetblue- Je... je vais aux toilettes[/color], s’excusa-t-il platement avant de courir vers les sanitaires aussi vite que si on avait mis du laxatif dans sa boisson. Il n‘alla pas dans les cabines, déjà que la mauvaise odeur de déjections commençait à lui détruire les naseaux. Il inspira et expira un grand coup pour décompresser, puis s’adossa à un mur. Il songea qu’heureusement, à cette heure là les gens étaient pas encore assez ivres pour s’enfermer dans les toilettes sous l’impatience d’une conquête. Il essaya de remettre ses pensées dans l’ordre. Il avait clairement envie de partir, de planter Nicholas et de rentrer chez lui, voire de lui confier ses vêtements pour s’abandonner au loup jusqu’au lendemain. La vérité est que s’il était mal à l’aise, c’est parce qu’il avait terriblement peur. S’il avait déjà un peu fantasmé sur la possibilité d’une nuit avec Nicholas, il s’était vite interdit ce genre de pensées, car le brun n’était pas censé avoir de l’intérêt pour lui. Surtout qu’ils l’avaient bien prouvés tout à l’heure, ils avaient des rapports au couple et à la sexualité complètement à l’opposé. Ça ne marcherait pas sans que l’un d’entre-eux finissent profondément blessé ou frustré par l’autre. Il compris que fuir ne servirait à rien. Il se détesterait de faire du mal à Nicholas, mais il ne pouvait pas s’investir dans le genre de relation qui lui plairait. Il ramassa le peu de courage qu’il avait et se dit qu’il avait peut-être plus d’intérêt à démarrer une conversation hyper chiante. Ou alors il pouvait essayer de l’abréger rapidement pour la remettre à plus tard...
Il sorti des toilettes pour retrouver le brun là où il l’avait laissé, mais il était en compagnie d’un autre type. Leif tira une sale tête, n’acceptant pas ce vautour qui devait sûrement avoir repéré le micro-râteau qu’il venait de lui mettre.

- Hey Nick. tu veux discuter un peu dehors et fumer une clope avec moi ? L’invita-il en essayant d’ignorer le beau gosse à la gauche de son ami. En fin dans la mesure où il lui était quand même difficile d’ignorer un bel homme.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Mai - 11:39


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Il soupira doucement en secouant doucement la tête lorsqu’il lui répondit. Il fallait bien avouer qu’il était un peu déçu. Peut-être qu’il se faisait des illusions et Leif était juste irrécupérable, pourquoi s’acharner, se faire encore du mal pur ce type ? Pourquoi espérer encore une fois, si ce n’est pour se faire du mal ? Peut-être parce qu’au final sa patiente avait été récompensée avec Fredrick, alors pourquoi pas avec Leif qui était quand même d’une autre trempe ? Nicholas se contenta donc d’hausser les épaules pour éviter d’avoir quelque chose à répondre. Il se dit que finalement, il n’y avait que les cons qui ne changeaient pas d’avis. Il devrait probablement se trouver quelqu’un d’autre… ou mieux rester seul comme un con pour ne plus avoir aucune déception ; mais avant il voulait vraiment tester un peu son ami roux.

Un petit moment plus tard, ils s’étaient retrouvés en train de danser, et Nicholas s’était débrouillé pour rester bien collé à son camarade ! Il espérait le faire flancher, lui faire comprendre, et surtout voir s’il était sensible ou pas à lui. Les sentiments étaient quelque chose de bien curieux et il était très bien placé pour le savoir ! Malgré tous ces essais, qui n’étaient en rien subtil, Leif semblait…. Il aurait bien dit imperméable mais au final c’était peut-être bien pire que cela. Il ne semblait pas rien ressentir, mais juste des choses plutôt négatives ! Jusqu’au moment où au final il se fit repousser, doucement certes mais le roux n’en resta pas là et plutôt que de s’expliquer, il s’enfuit aux toilettes. Nicholas n’était pas dupe. Il se doutait bien qu’il n’avait pas envie de faire une petite ou grosse commission mais juste qu’il s’enfuyait, comme le faisait les roux. Et ça, c’était probablement plus blessant que le reste, qu’il n’ose pas juste le regarder dans les yeux et lui dire non, ou stop. Il ne comprenait pas trop ce qu’il avait fait de mal pour que l’autre ne lui donne aucune explication, et qu’il s’en aille en le laissant seul. Il soupira et secoua la tête doucement avant de se passer une main dans les cheveux un peu perturbé par ce qui venait de se passer et il ne savait pas non plus comment est-ce qu’il devait réagir. Partir peut-être, cela lui ferait les pieds de rentrer à pied et il comprendrait peut-être qu’il avait un peu trop abusé, mais il n’avait pas pu faire un pas qu’une grande main s’abattit doucement sur son épaule. Un grand et plutôt beau mec était en train de l’aborder, alors il en profita : il n’allait pas profiter d’une si belle occasion de se faire draguer et si en plus il pouvait rendre jaloux Leif ça serait franchement le pied. Il était donc en train e discuter avec ce type quand Leif réapparut soudain et vint directement le voir. Hey Nick. tu veux discuter un peu dehors et fumer une clope avec moi ? Nicholas haussa un sourcil Pas spécialement vu que j’étais occupé, mais si je veux des explications avant que tu ne fuies de nouveau je crois que je n’ai pas trop le choix ! Il fit un petit sourire au mec J’espère revenir bientôt ! Il lui fit son plus beau sourire avant de se retourner vers Leif pour lui dire sèchement Je te suis. Enfin à vrai ce fut Nick qui l’emmena dehors et se planta avant les bras croisés Je t’écoute. Il était fâché, blessé mais surtout un peu abasourdi C’est pas toi qui voulait que je m’amuse, alors pourquoi est-ce tu m’interromps quand c’est le cas, et, je te le rappelle, parce que tu m’as laissé tombé. il se tut et attendit tranquillement que Leif lui donne une explication bien qu’il se doute que cela n’allait pas du tout lui plaire .. mais il préférait ça à ne pas être du tout au courant de ce qu’il allait pouvoir lui dire !




Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Mai - 15:25


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Fuit. Il avait honteusement fuit sous la surprise et le malaise. Il aurait pu continuer et partir, pourtant l’affection qu’il portait à Nicholas le força à ramasser le petit tas de poussière qui devait constituer son courage. Il revint des toilettes, et apparemment, Nicholas avait l’air très satisfait de se trouver en compagnie de Monsieur Abdos-et-Sourire-Parfaits. Il fut agacé par son sarcasme, surtout parce qu’il avait complètement raison et qu’il ne pouvait absolument rien lui rétorquer en retour. Mais il fut d’autant plus énervé de le voir tout mielleux avec l’autre crétin qui tortillait du fion. Il lui adressa un majeur assez discret pour que Nicholas ne le voit pas, puis suivi ce dernier jusqu’à l’extérieur du bar. Il l’entraina néanmoins loin des groupes de fumeurs qui s’entassaient en petites masses excitées par l’alcool.

- Je t’écoute, lança tout d’abord le brun. Leif sorti de la poche de sa veste son briquet et ses cigarettes pour en allumer une. Le silence traversa les deux amis tandis qu’il aspira puis recracher une première bouffée de fumée âcre. Il tendit tout de même l’étui à Nicholas pour proposer.

- C’est pas toi qui voulais que je m’amuse, alors pourquoi est-ce tu m’interromps quand c’est le cas, et, je te le rappelle, parce que tu m’as laissé tombé.
- Je ne trouve pas très amusant qu’on me bécote sans me demander, répliqua le roux en grinçant des dents. Il s’acharna de nouveau sur sa cigarette avant de reprendre. Je t’ai emmené ici parce que c’est un endroit sympa où personne ne nous ferait chier, parce que je sais que tu es du genre tactile, et que tu as besoin de l’être, mais pas... pas à ce point.

Instinctivement sa main droit effleura l’endroit du baiser. Ses joues rosirent sous sa peau tachetée qui s’était ridée sous son expression renfrognée. Il essaya d’esquiver le regard de Nicholas en ayant comme prétexte de regarder s’envoler la fumée de sa clope, puis revint sur lui. Il avait le coeur serré sous le doute. Il pourrait prendre le côté trop impromptu  du baiser comme excuse, s’en arrêter là, reprendre la soirée. Mais Nicholas avait l’air fâché pour autre chose. Mais Nicholas allait sûrement voir qu’il le prenait pour un con. Mais Nicholas allait-il apprécier son honnêteté peu diplomate ? Qu’est-ce qui était le mieux ? Le mensonge protecteur ou la vérité destructrice ? Tout était confus entre ce que souhaitait son désir, son coeur et sa raison. Mais il n’avait aucun moyen que son ami ne finisse pas blessé.

- De toutes façons je ne crois pas que ton but c’était de t’amuser avec n’importe quel type, n’est-ce pas ? Finit-il par reprendre dans une dernière bouffée. Il jeta son mégot par terre pour l’écraser avec son talon.

- Tu devrais franchement arrêter ta collection de salauds, poursuivit-il en reprenant une nouvelle cigarette.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Mai - 11:06


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Le plus important était à présent probablement qu’il reste calme mais qu’il lui montre qu’il n’avait pas du TOUT aimé la façon dont il avait agi, quitte à jouer au petit con. Nicholas tenta quand même de se montrer un minimum fairplay et de ne pas l’agresser pour rien, juste bien lui faire comprendre les choses, son point de vue tout en espérant que le roux comprenne que fuir c’était mal et blessant dans ce genre de circonstances ! Il avait juste voulu un peu de proximité, il avait juste voulu lui montrait qu’il lui plaisait, un non aurait été amplement suffisant, bien plus clair et diplomatique… mais Leif ne comprenait visiblement pas cela, malheureusement !

Je ne trouve pas très amusant qu’on me bécote sans me demander. Je t’ai emmené ici parce que c’est un endroit sympa où personne ne nous ferait chier, parce que je sais que tu es du genre tactile, et que tu as besoin de l’être, mais pas... pas à ce point.

Malgré tout sa bonne volonté, Nicholas ne put s’empêcher d’avoir un petit rire sarcastique, en se demandant s’il était sincère ou s’il jouait juste au con ; mais de toute manière c’était quand même d’une mauvaise foi absolue pour le brun dans l’un et dans l’autre des cas. Et il ne comptait pas le laisser passer comme ça… aussi facilement.

Oh, donc toi quand tu viens ici, tu demandes à tous les mecs si tu peux les embrasser et pourquoi pas si tu peux aller plus loin ? Désolé, j’ai un peu de mal à te croire-là. Mais soit, j’ai compris. Je demande, tu dis non… donc je préfère finalement resté éloigné vu que visiblement toi ton truc c’est de se taper tous ces mecs qui se foutent totalement de toi.

Oui, il était un peu vexé quand même, il ne savait pas pourquoi mais ces idées le rendaient quand même un peu jaloux. Il n’aimait pas cette idée qu’il aille fricoter avec d’autres  hommes et pourtant c’était totalement son droit. Il n’avait rien à dire là-dessus ! Il secoua un peu la tête avant de soupirer doucement.

De toutes façons je ne crois pas que ton but c’était de t’amuser avec n’importe quel type, n’est-ce pas ? Nicholas eut de nouveau un petit sourire amer Tu devrais franchement arrêter ta collection de salauds

Cette fois Nicholas ne peut s’empêcher d’avoir un petit rire sarcastique. Sérieusement ? est-ce qu’il était sérieux là ? Il soupira doucement ne sachant pas trop quoi répondre là-dessus.

Effectivement, Sherlock, j’aurais préféré passer la soirée en tête à tête avec toi. C’est bien de l’avoir enfin compris ! Mieux vaut tard que jamais probablement. Il eut, cette foi, un petit sourire triste avant de reprendre arrêter la collection de salauds ? Déjà, tu n’es ais pas un, tu es juste un petit cochon grognon et ça me va. Après, tu n’as pas d’ordre à me donner Leif. Il se rapprocha de lui et planta son regard dans celui de son ami Et puis, je ne sais pas si tu es au courant, mais les sentiments sur qui on aime bien, ou pas, ça ne se contrôle pas. Il hésita quelques instants avant de continuer Moi, je tiens beaucoup à toi, j’aimerais construire quelque chose avec toi Leif ; mais la question c’est est-ce que toi tu le voudrais bien ? Est-ce que tu ressens la même chose pour moi ? Mais je pense, malheureusement, connaître la réponse. Une relation fixe, surtout avec moi, c’est bbaaeerrrkk, danger, on découvrirait qui tu es vraiment n’est-ce pas ? Il secoua la tête. Si tu y tiens, on peut être juste ami, mais je veux juste que tu sois sincère ; ça ne serait de toute manière pas la première fois que je me prendrais un vent. C’est ainsi. Mais sache que moi, c’est toi que je veux et personne d’autre. Les cartes sont dans tes mains.

Est-ce qu’il voulait réellement ça. Etre avec Leif ? Il lui semblait mais c’était juste…. Etrange. Mais si c’était sorti tout seul, comme ça, tout en sachant que Leif l’attirait c’est qu’il avait forcément dû dire la vérité et il s’attendait à une réplique qui le blesserait mais au moins les choses seraient enfin mises au clair. Il ne pouvait pas vraiment demander mieux.




Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Mai - 23:26


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Nicholas avait raison, son comportement avait été pitoyable. Mais il avait juste fait ce qu’il faisait toujours pour se protéger, c’est à dire fuir face au danger, et revenir avec un autre angle d’attaque. La base chez les roux en somme. Mais il n’y aurait malheureusement qu’un autre roux qui le comprendrait, et encore, même les roux le trouvaient lâche. Il avait envie de se recroqueviller quelque part et de disparaître.

- Oh, donc toi quand tu viens ici, tu demandes à tous les mecs si tu peux les embrasser et pourquoi pas si tu peux aller plus loin ? Désolé, j’ai un peu de mal à te croire-là. Mais soit, j’ai compris.
- En quoi cela te parait aussi extraordinaire de demander ?! L’interrompit-il. Le corps d’une autre personne ne m’appartient pas, donc je demande avant de toucher ! Se révolta-t-il, déçu de comprendre que Nicholas le prenait pour un énorme trou du cul avec ses conquêtes. Peut-être que cela cassait la spontanéité du moment, mais il préférait ça que de se tromper et mettre mal à l’aise quelqu’un. Au moins, il était sûr d’être en face de quelqu’un de consentant. Et il trouvait quand même très sexy qu’on lui chuchote dans l’oreille «Est-ce que je peux t’embrasser ?». Peut-être que l’excuse du baiser était un peu de la mauvaise foi, mais il avait déjà averti Nicholas qu’il n’était pas aussi tactile que lui. C’était blessant de voir qu’il ne prenait pas en compte son ressenti, qu’il avait oublié qu’il fonctionnait différemment. Mais il n’eut pas le temps de lui faire remarquer ce point.
- Mais soit, j’ai compris. Je demande, tu dis non… donc je préfère finalement resté éloigné vu que visiblement toi ton truc c’est de se taper tous ces mecs qui se foutent totalement de toi.
- Mon cul, mes problèmes, fit-il remarquer en essayant de couvrir son agacement. En lui s’exprimaient des sentiments contraires, tirant son âme dans tous les sens. Il finit par reprendre parole, et la réponse de Nicholas fut sûrement aussi amère que le tabac que Leif fumait. Oui, le roux avait mis du temps à comprendre. Il s’était illusionné parce qu’il préférait le voir en tant qu’ami qu’amant potentiel. Parce qu’il jugeait que Nicholas serait mieux loin de lui et de son inconstance. Mais apparement c’était trop tard. Il sentit son coeur se serrer presque jusqu’à l’étouffement quand Nicholas avoua son attirance pour lui. La déclaration tomba comme une guillotine sur le Leif âgé de vingt années, s’étranglant sous l’impression d’injustice. S’il enchainait les plans culs et les relations sans importance, c’était parce que Nicholas l’avait rejeté sans le vouloir. Parce que depuis ce jour, il n’avait plus envie de faire l’effort d’aimer.

- Si tu y tiens, on peut être juste ami, mais je veux juste que tu sois sincère ; ça ne serait de toute manière pas la première fois que je me prendrais un vent. C’est ainsi. Mais sache que moi, c’est toi que je veux et personne d’autre. Les cartes sont dans tes mains.

Que pouvait-il faire d’autre, à part être sincère ? Il n’avait pas le choix. Il inspira encore son tabac, laissant la place au silence. Dire qu’il était anxieux serait une évidence. Il lâcha un soupir.

- J’ai toujours été honnête, j’ai toujours dit que je m’en tirais très bien comme ça, et je n’ai pas changé d’avis en une heure. Ce... ce n’est pas ta faute.
- Un peu quand même, songea la partie aigre de lui même -  Tu es même quelqu’un d’adorable et de génial. C’est juste que je ne me vois pas en couple, me consacrer à quelqu’un, construire quelque chose... Ça me semble juste être un château de cartes qui sera soufflé au premier coup de vent. - Une pause. Il hésitait, mais finalement les mots coulèrent finalement tous seuls. - La dernière fois que j’ai aimé, j’en suis sorti usé et détruit. J’ai peur de souffrir. Et pire encore, j’ai peur de faire souffrir. Je ne veux pas que tu me vois comme un amant parce que tu vas te bercer d’illusions. J’ai rien à offrir et je crains que cela ne changera pas. Je crains que tu t’épuises à force d’essayer en vain, et moi la seule chose que je veux, c’est de te voir heureux pour une fois. Mais ce ne sera pas avec moi, j’en ai bien peur.

Sa voix trembla lors de ses derniers mots et il se tut. Il n’osa pas dire toute la vérité. Car s’il y avait bien une personne avec laquelle il aurait voulu rien qu’essayer, c’était Nicholas. Il n’osa pas lui dire que son attirance était réciproque, que le fait qu’il ouvre son coeur avait libéré cet affreux désir enfermé depuis bien trop longtemps, celui-là même qui réclamait sa présence et le contact de son corps. Il n’osa pas, parce qu’il ne voulait pas lui donner de l’espoir, un sentiment terrible qui le tuerait à petit feu.

- Même si je me demande comment tu peux envisager de passer un moment de ta vie avec moi... Je n’ai rien d’attirant, je... je suis juste chiant.

Il regarda le sol. Si Nicholas avait raison, c’est qu’il avait peur qu’on le perce à jour. Qu’on se rende finalement compte qu’il n’avait rien pour lui, qu’il ne leur faisait que perdre leur temps, qu’il n’était qu’un boulet, cette chose dont on ferait mieux de se débarrasser.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Mai - 11:16


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



En quoi cela te parait aussi extraordinaire de demander ?! Le corps d’une autre personne ne m’appartient pas, donc je demande avant de toucher !

Il secoua un peu la tête en soupirant doucement. Oui, il est vrai que cela semblait logique, mais en boite c’était un peu …. Différent. Est-ce que Leif avait bien regardé autour de lui ? Quasi’ personne n’agissait comme ça. Mais soit, il avait peut-être eu tort, même s’il ne trouvait pas ce qu’il avait fait aberrant, c’était juste un baiser par ce qu’il le désirait et il n’avait pas insisté ni rien.

Je suis désolé Leif, je ne pensais pas que cela te dérangerait mais j’ai bien compris le message je ne recommencerais pas. Et pour ta gouverne, l’argent des autres ne t’appartient pas, moi je ne vole pas, même les gens qui m’ont fait du mal.

Non, il ne voulait pas remuer le couteau dans la plaie, il voulait juste lui faire comprendre que lui n’avait pas voulu à mal qu’il pensait peut-être que Leif allait apprécier, sinon forcément il ne l’aurait jamais fait. Le roux l’avait laissé approcher, énormément… sans rien dire. Et le roux devant cette « leçon de morale » se foutait bien du monde vu qu’il volait pour se venger. Visiblement c’était pas bien d’embrasser la personne que l’on désirait et qui semblait plutôt ouverte –sinon pourquoi ne pas l’avoir repoussé ?-, mais par contre voler c’était normal surtout pour se venger c’était tout ce qu’il y avait de plus sain et de plus mature. Tveit tenta de reprendre sur le vif du sujet, essayant de rester calme et rationnel, mais c’était plus fort que lui il était déçu et un peu amer. Mon cul, mes problèmes. Nick fronça les sourcils ne comprenant pas bien pourquoi il répliquait ça ? Il était soudain en plus fatigué et las. Pourquoi continuer à essayer de s’excuser, de parler, de lui faire comprendre son point de vue quand l’autre répondait ce genre de chose et se montrait de mauvaise foi depuis le début.

Est-ce que j’ai dit le contraire à un moment donné ? Non. Alors n’extrapole pas mes propos en plus. Tu fais ce que tu veux avec ton cul. Tu veux que je prenne ton point de vue en compte, mais toi quand je te parle du mien, de ma vision des choses, tu me réponds ça ? Tu ne peux pas faire de phrase plus construite ?

Et il continua en tentant de lui expliquer qu’il était franchement attiré par lui et qu’il voulait que l’autre soit honnête avec lui. Il se passa une main dans les cheveux tandis que son ami tentait de s’expliquer. Il vouait une réponse, une vraie réponse. Et le plus important : sincère. Blablabla, il était adorable et l’autre ne se voyait pas en couple, construire quelque chose, puis il parla de château de cartes. Il avait donc surtout peur, du moins c’est comme que Nick le prenait : Leif avait juste peur et comme d’habitude fuyait plutôt que d’essayer d’affronter la solution….

. La dernière fois que j’ai aimé, j’en suis sorti usé et détruit. J’ai peur de souffrir. Et pire encore, j’ai peur de faire souffrir. Je ne veux pas que tu me vois comme un amant parce que tu vas te bercer d’illusions. J’ai rien à offrir et je crains que cela ne changera pas. Je crains que tu t’épuises à force d’essayer en vain, et moi la seule chose que je veux, c’est de te voir heureux pour une fois. Mais ce ne sera pas avec moi, j’en ai bien peur.

Au moins ça avait le mérite clair, mais il y a quand même quelque chose qui le dérangeait un peu, mais qui convenait pas trop mal au caractère du roux. Nick n’avait pas eu le temps de répliquer autre chose que déjà le roux ; ce dernier rajouta d’ailleurs quelque chose qui lui fit hausser les sourcils avant de soupirer.

Même si je me demande comment tu peux envisager de passer un moment de ta vie avec moi... Je n’ai rien d’attirant, je... je suis juste chiant.
Roh, mais arrête un peu de faire ton caliméro, je n’ai jamais dit que j’étais totalement sain d’esprit de toute manière Leif. Mais je sais ce que je veux. Il se tut quelques secondes avant de continuer, Alors maintenant tu vas bien m’écouter. Déjà, c’est quoi ce défaitisme Leif ? Quand tu tombes de vélo, ou quand tu as appris à marcher et que tu es tombé, que tu t’es fait mal, tu t’es pas dit « stop j’arrête » ? Alors ne te cherche pas d’excuse ! C’est moi qui suis censé être le chouineur pas toi, et pourtant là c’est bien toi ; oui être amoureux ça peut détruire, mais ce n’est pas pour ça qu’il faut fermer son cœur, merde ! ca peut capoter plein de fois, mais après marcher, oui ça fait souffrir, mais quand ça marche c’est merveilleux, alors il ne faut pas que tu en ais peur. Et puis d’ailleurs, te connaissant est-ce qu’au moins tu as dis à cette personne ce que tu ressentais ? hum ? Sincèrement j’en doute. Et tu sais pourquoi ? Par ce que ça te ne ressemble pas de dire ce genre de chose… alors voilà. Et d’ailleurs tu as dis beaucoup de choses, mais tu n’as pas dis si tu me voyais comme un ami ou plus. Il soupira un peu Et tu devrais te soucier un peu plus de ce que tu ressents. Ca marche comme ça la vie, on est heureux, on souffre… tu ne crois pas que ça me fait mal de toute manière ce que tu dis là ? Alors voilà, tu vois c’est bon, je suis un grand garçon.




Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Juin - 0:27


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Leif hocha doucement la tête, en signe de compréhension, quand Nicholas avoua avoir fait peut-être une erreur. Effectivement, il y avait eu un quiproquo quelque part, mais il n’arrivait pas à comprendre ce qu’il s’était passé dans la tête de Nicholas à ce moment là. En revanche il roula des yeux quand il lui fit remarquer qu’il volait l’argent des autres. Il était un loup roux, et comme pour tous les loups roux, le concept de propriété sur les choses matérielles était quelque chose de flou qui se résumait aux mains qui arrivaient à s’approprier ce qu’ils convoitaient. Si jamais vous vous faite dérober, il s’agissait de votre faute pour ne pas avoir réussi à surveiller correctement vos affaires... En réalité Leif n’était pas uniquement un pickpocket, mais aussi un voleur de rayonnage. Il payait rarement ses cigarettes, les prenant sur les étals voire dans les poches d’autres fumeurs. Il est vrai que pour lui il s’agissait d’un moyen de revanche. Il n’était pas fort physiquement et peu impressionnant, mais perdre un portefeuille était quelque chose de véritablement ennuyeux. Dès qu’il entendait quelque chose de déplaisant, il allégeait soudainement quelques poches. Ester Braaten en savait quelque chose.

- Franchement je ne vois pas le problème de faire les poches aux connards. Tu t’excuses d’avoir bouffé le mouton du pèquenot d’à côté s’il est sorti de son enclos, peut-être ? Expliqua-t-il en baissant la voix, n’oubliant pas qu’ils étaient entourés. Sous leur forme lupine, ils ne faisaient pas vraiment la différence entre une proie domestique ou une proie sauvage. Il ne voyait pas en quoi sous forme humaine il devrait faire une différence.

- Mais je ne vois quand même pas le rapport entre un portefeuille et forcer les envies de quelqu’un, c’est pas du même niveau , reprit-il mais peu convaincu que Nicholas comprenne cet argument. Mais soit on peut se tromper, on était pas sur la même longueur d’ondes et je suis désolé que ce soit arrivé, ajouta-t’il. Il espérait que le débat soit rapidement clos sinon il allait s’éterniser et devenir stérile. Nicholas insista à nouveau sur ses relations peu sérieuse, sans que Leif compris pourquoi. Cela l’agaça, et fut peut-être un peu sec quand son ami qualifiait ses amants de «mecs qui se foutaient totalement de lui». Alors qu’il lui avait expliqué auparavant que c’était ce qui l’arrangeait.

- Est-ce que j’ai dit le contraire à un moment donné ? Non. Alors n’extrapole pas mes propos en plus. Tu fais ce que tu veux avec ton cul. Tu veux que je prenne ton point de vue en compte, mais toi quand je te parle du mien, de ma vision des choses, tu me réponds ça ? Tu ne peux pas faire de phrase plus construite ?

- Mais tu ne fais que déprécier ma façon de vivre ma vie sexuelle depuis le début de la soirée ! Protesta-t-il. Peut-être que c’est ça que je veux justement, des mecs qui s’en branlent que je parte au milieu de la nuit après avoir fait ce que j’avais à faire ! Si tu préfères une relation stable, écoute, c’est ton droit. Et c’est aussi le mien de ne pas en vouloir.

Pourquoi insistait-il autant pour qu’il voit les bons côtés d’un couple ? Leif se sentait mal à l’aise ; il avait peur de déjà connaître la réponse. Le baiser, son insistance, tout cela n’avait qu’une seule origine et elle le terrifiait déjà. Il finit par s’élancer un peu à tâtons, et lancer la conversation sur le sujet qui le titillait. La réponse de Nicholas ne l’épargna pas. Il se sentit rapidement perdu, coincé dans une situation sans issue tel un rat entre un mur et un chat. Il n’eut pas d’autre choix que d’être honnête, et s’élança dans un long discours. Le brun s’empressa de lui répondre avec son optimiste et ses métaphores de bisounours à deux couronnes cinquante. Pendant ce temps, lui avait déjà trouvé au moins une dizaine de raisons pour lesquelles il n’aimeraient pas être dans une relation sérieuse. Oui, il trouvait cela terrifiant. Mais aussi frustrant, ennuyeux, emprisonnant, dangereux. Nicholas ne méritait pas son mépris, contrairement à la plupart de ses amants. C’était pire que ça, rien que de le sentir s’éloigner de lui le déchirait. Il avait peur que son refus le pousse à l’abandonner, mais d’une certaine partie cela ne serait que justice songea son cynisme. Nicholas se tut, vint ensuite le silence qui l’interrogeait et lui prenait la gorge. Il eut quelques secondes pour réfléchir, quelques secondes où il avait l’excuse de vouloir achever sa cigarette pour ni prendre la parole, ni soutenir le regard de Nicholas. Il écrasa le second mégot avec la satisfaction de pouvoir détruire quelque chose.

- Oui je n’ai rien dis, mais cela n’aurait rien changé et cela m’aurait blessé encore plus. Il n’était pas intéressé. Sinon il n’aurait pas fini dans le lit d’un inconnu, puis dans un autre et encore un autre, précisa-t-il d’un ton amer. Je ne voulais pas être son petit ami parce qu’il avait pitié de moi ou parce que j’étais subitement devenu disponible à ses yeux. Il aurait sûrement plus apprécié le concept d’avoir quelqu’un qui l’aime plus que ce soit moi qui l’aime.


Le Nicholas de vingt ans aurait sûrement essayé de sauter sur l’occasion pour étancher sa soif d’amour, mais pas d’une façon que le jeune Leif aurait apprécié. Lui avait eu soif de passion, de ce feu qui l’avait dévoré jusqu’à ne laisser que des cendres. Il en avait perdu l’esprit, allant parfois trainer dans le quartier brun juste pour pouvoir l’apercevoir entre deux rues, pour savoir ce qu’il faisait, avec qui il était. Cela n’avait jamais été un comportement normal. Peut-être n’avait-il été qu’un adolescent qui n’arrivait pas à freiner ses sentiments, mais il savait à quel point sa possessivité pouvait aller loin. L’ex-Alpha Hjertelig devait avoir les oreilles qui sifflaient dans sa tombe. Il sentait encore le regard humide de Nicholas sur lui, et effectivement, il avait oublié de répondre à sa question. Le problème de son ami selon lui c’est qu’il était têtu, et surtout du genre à qui on ne refuse jamais rien. Il avait peut-être du mal à comprendre pourquoi le roux refusait son affection à cause de cela. Il inspira, réfléchit encore. Il devrait peut-être mentir, dire non, que ce n’était pas possible, qu’il était juste un ami. Mais il fallait être honnête avec soit-même, son contact lui plaisait plus que de raison, et il semblait que Nicholas le connaissait trop bien pour qu’il puisse lui mentir droit dans les yeux. Quoiqu’il pourrait, peut-être que son don pourrait le secourir, mais une partie de lui n’en avait tout simplement pas envie.

- Et pour ta question... je... en fait je n’en sais rien. Je peux pas renier que je te trouve attirant, mais... Enfin ça veut pas dire forcément quelque chose chose. J’ai déjà couché avec quelque uns de mes amis gays, parfois régulièrement sur une période, et même si on s’entendait bien, ça a jamais été au-dessus. Je n’arrive pas à me voir dans une relation fixe et sérieuse, et le pire, c’est que je me sens très bien comme ça. Et je...


Il hésita, son regard voguant du sol au ciel nocturne, puis vers Nicholas mais sans portant oser ancrer ses yeux dans les siens.

- Je ne veux pas être Fredrick bis. Promettre un truc que je ne ferais pas, genre n’aimer que toi un jour sous prétexte que tu es trop gentil et patient pour oser dire que tu souffres énormément de mon comportement égoïste.


Il n’arriva pas à maitriser la pointe de mépris qu’il avait à l’égard de ce que Jegger avait fait à Nicholas. Peut-être parce qu’il y avait un peu de jalousie.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Juin - 17:28


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Il soupira doucement lorsque Leif reprit la parole pour expliquer qu’il faisait les poches aux connards. Ce n’était pas possible, ce n’était quand même pas compliqué de comprendre que voler c’était mal, point que ce soit à un connard ou à quelqu’un de gentil… d’autant plus que vu le caractère du roux, il y avait probablement plus de connards que d’autre chose… par ce que tout le monde n’avait pas les mêmes points de vue, les même ressentis ; mais ça, forcément son ami ne voudrait pas vraiment en entendre parler, alors il préféra ne pas trop insister sur le sujet, juste répondre à sa question.

Déjà, tu n’as pas la même « conscience » sous forme lupine et humaine, la comparaison n’a pas lieu d’être… On tue pour se nourrir… tu voles pour te venger, excuse-moi la différence est quand même énorme. Par ailleurs, un mouton… c’est un mouton, c’est triste, une parte d’argent pour le berger mais il y a pire…. voler un porte-feuille c’est perdre l’argent la carte bancaire, devoir refaire tous les papiers… et donc perdre beaucoup de temps et des papiers quasi vitaux.

Il se doutait bien que le roux ne changerait pas d’avis avec ce qu’il venait de dire, avec son petit laïus, mais au moins on ne pourrait pas dire qu’il n’avait pas essayé de le raisonner au moins une fois. Après Leif faisait ce qu’il voulait de son argent, de sa vie, de s conscience, personnellement, Nick savait qu’il le vivrait très mal, mas chez les roux c’était peut-être plus chose courante. Voilà, maintenant il essayerait juste de ne pas trop revenir sur le « baiser volé » si on peut dire ça comme ça, mais la frustration était quand même grande pour le brun. Les choses s’envenimèrent quand même peu à peu, doucement. Ils ne se comprenaient pas, cela se voyait comme le nez au milieu du visage et pourtant…

Je ne déprécie pas ta façon de vivre Leif, mais tu peux comprendre que je sois déçu de ne pas passer la soirée en tête à tête avec toi, que tu ais fuis comme ça plutôt que de m’avoir parlé ou arrêté. Je dois rester mignon et gentil, alors que toi quand on te dit ou fait un truc qui plait pas tu es sarcastique ? Arrête c’est bon, c’est l’hôpital qui se fout de la charité. D’autant plus que je ne suis pas certain que tu es réellement juste dans ce que tu dis.

Il savait que Leif avait peur qu’on apprenne son homosexualité, et donc vivre en couple avec un homme était « impossible » pour lui pour cette raison… et donc il ne pouvait pas être en couple. Mais il y avait une différence entre vouloir et pouvoir, ou peu importe les termes utilisés. Il n’était même pas certain que le roux s’en rende compte et il n’arrivait pas à le formuler correctement, alors il essayait, encore et encore quitte à être un peu lourd sur le sujet ! Alors il posa une nouvelle question, histoire que les choses soient un peu plus claires… du moins en théorie, par ce qu’avec les réponses tordues du roux, ce dernier risquait de l’embrouiller sans qu’il n’y voir rien.

Comment est-ce que tu peux savoir qu’il n’était pas intéressé si tu ne lui as rien dit ? Toi tu as ben finis dans d’autres lit non, malgré tout ? C’est bien ta façon de faire actuelle ? Est-ce que ce n’est pas une autre excuse par ce que ça t’arrange bien qu’il n’ait rien su, cela te couvrait encore un peu plus ton homosexualité aux yeux de tous ? Dur ?! Peut-être un peu, mais en même temps est-ce qu’il avait totalement tort ? Je ne dis pas qu’il aurait pu être intéressé, mais au moins tu aurais été fixé… Il soupira Leif… tu sais les gens savent ce qu’ils ressentent et être honnêtes. Mais tu ne sauras jamais ce qu’il en était, peut-être que tu le percevais comme ça… alors qu’il en aurait été autrement.

Il acquiesça ensuite à sa prochaine question. Okay, il avait compris. Totalement compris, pas de couple ni rien… du moins pour l’instant vu qu’il avait surtout l’air d’être perdu. Il n’en était pas certain, avec Leif même les choses les plus simples devenaient parois très compliquées, la preuve était là.

J’ai choisi de rester avec Fredrick, Leif… en sachant qu’il me trompait. C’était un choix, par ce que je préférais ça que rien, par ce que ça ne voulait pas dire qu’il ne m’aimait pas… même si j’ai dû me tromper. Il secoua la tête avant de soupirer doucement et de se passer une main dans les cheveux. Il se rapprocha finalement du roux et planta son regard dans celui du roux. Okay. On va prendre tout ça à ta façon. Ne t’en fais pas pour mes sentiments, j’ai bien compris ce que tu as dis et je ne me ferai aucune illusion promis… Alors, Leif, si tu veux bien, on reprend ma moto pour partir d’ici, et on finit, toi et moi dans ton lit. Je suppose que je n’ai pas besoin de te faire un dessin sur ce qu’on fera… Il se passa une main dans les cheveux avant de se rapprocher un et lui murmurer à l’oreille Si tu préfères : prends-moi grand fou. Il se recula d’un petit pas avant de pouffer un peu, gentiment et lui dédia son plus beau sourire. Alors tu en dis quoi ?




Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Juin - 16:46


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Blablabla, un peu plus et Nicholas lui parlera de justice, de bisounours et du pouvoir des petits coeurs arc-en-ciel. Leif était plutôt du genre à songer qu’il fallait manger avant d’être mangé. C’était comme ça qu’on survivait, en particulier chez les roux dont la traitrise et la ruse étaient leurs principales cartes.

- Je suis plus loup qu’homme, ne l’oublie pas, expliqua-t-il calmement. Parce qu’il était né-louveteau, ses instincts étaient plus forts, plus difficiles à contrôler. Il avait fait un sacré chemin, un chemin difficile où il avait mis du temps à comprendre comment fonctionnaient les humains. Mais il savait que ce n’était pas une excuse, cela l’amusait profondément de faire les poches des autres plus que par vengeance. Mais cela restait tout de même plus amusant de détrousser ceux qui l’ont un peu mérité. Kikinounours ne pouvait pas comprendre son manque de principes. À part si jamais il y avait un poulet rôti refroidissant sur le rebord d’une fenêtre. La suite de la discussion devint pénible. Evidemment que Nicholas s’inquiétait de le voir si peu sérieux dans ses relations, puisque lui souhaitait une relation stable avec lui. Il se contenta de soupirer quand il continua de lui reprocher son attitude avec lui, ne voulant pas en rajouter une couche. Pourtant c’était bien ce qui lui avait semblé, il n’avait parlé de ses conquêtes qu’avec des termes négatifs. Lui aussi pourrait dire qu’il était un peu déçu, il aurait préféré passer la soirée en buvant des verres et en commentant les mecs présents au Helligdom. Même ce concours idiot de savoir qui aurait fini dans le lit d’un étranger lui parut soudainement plus amusant que cette conversation. Le voilà coincé, indécis, et plutôt mal à l’aise. Il n’aurait jamais du énoncer à Nicholas la possibilité qu’il aurait pu aimer quelqu’un, jamais. Le voilà qui insistait, tirant sur sa cicatrice mal fermée. Les mots du brun compressaient de plus en plus sa cage thoracique. Leif contenait ce loup qui voulait grogner, lui hurler de partir et de le laisser en paix.

- [...] Est-ce que ce n’est pas une autre excuse par ce que ça t’arrange bien qu’il n’ait rien su, cela te couvrait encore un peu plus ton homosexualité aux yeux de tous ?

Ses lèvres tremblaient sous le mélange explosif des émotions qu’il essayait de contenir.    Non ce n’était pas ça, c’était une conclusion injuste. Nicholas disait cela juste parce qu’il était dégouté qu’il ne puisse pas lui appartenir. Son aura se faisait menaçante, montrant au loup brun qu’il s’orientait sur un terrain très glissant.

- Tais-toi, lança-t-il froidement. Ça, j’en avais rien à foutre à ce moment-là. J’avais l’impression qu’avec lui... j’aurais pu dépasser ça... Son ton s’était radoucit, devenu presque nostalgique. Il me semblait fort, assez pour pouvoir me porter. Mais je n’étais qu’un adolescent stupide, et tu ne devrais pas juger d’une situation que tu ne connais pas.
- Je ne dis pas qu’il aurait pu être intéressé, mais au moins tu aurais été fixé… Leif… tu sais les gens savent ce qu’ils ressentent et être honnêtes. Mais tu ne sauras jamais ce qu’il en était, peut-être que tu le percevais comme ça… alors qu’il en aurait été autrement.

M’as-tu aimé il y a huit ans ? La question lui brûlait les lèvres mais sa lâcheté servit d’extincteur. Il ne voulait pas affronter son regard désolé et coupable. Mais de toutes façons ils n’auraient pas pu rester ensembles. Il y aurait eu Dante qui aurait tout détruit, cette fichue âme-soeur qui aurait tout fait voler en éclats.

- J’en doute, Nicholas. J’en doute fortement.

Parce que si c’était le cas, tu m’aurais dit que tu m’aimais. Tu en aurais eu le courage, comme tu l’as eu maintenant. Tu ne m’aimais pas, parce que je l’ai senti au bout de tes doigts sur ma peau, au bout de tes lèvres. Je n’étais qu’un parmi tant d’autres.
Et maintenant ? Il l’avait fuit par peur de l’aimer à nouveau et de souffrir de la même façon.  Puis finalement avait décidé de rester à ses côtés pour être un soutien face à la perte de Dante. Puis Dante avait disparu de sa tête, et le voilà coincé, complètement incapable de trancher. Une partie de lui voulait Nicholas, sûrement par revanche. L’autre le repoussait, sûrement par compassion. Mais Leif était sûr d’une chose : il ne se sentait pas prêt à être en couple. Il comptait déjà tout ce qu’il avait à perdre, même s’il ne l’avoua pas. Dans tous les cas, il ne voulait pas faire comme feu son Alpha. Il l’avait trop critiqué pour avoir le même comportement.

- J’ai choisi de rester avec Fredrick, Leif… en sachant qu’il me trompait. C’était un choix, par ce que je préférais ça que rien, par ce que ça ne voulait pas dire qu’il ne m’aimait pas… même si j’ai dû me tromper.

Il ricana intérieurement. Il l’avait aimé, mais peut-être pas de la façon dont l’entendait Nicholas. Fredrick avait été trop facile à mettre mainte fois dans son lit pour qu’il considère qu’il ai pu vivre autre chose que du sexe avec des affinités. Son ancien Alpha était incapable d’aimer une seule personne. Par narcissisme, ou par simple indécision. Ils étaient ironiquement de la même trempe, il en avait conscience. Il avait juste l’avantage de la discrétion, et le malus d’être moins agréable à l’oeil. Sinon, comment expliquer que leurs parties de jambes-en-l’air aient si bien marché ? Jegger n’aimait pas ce qui était acquis d’avance, et Leif n’aimait pas se sentir acquis. Et peut-être inversement.

- Okay. On va prendre tout ça à ta façon, repris le brun. Le roux releva le regard, croisa l’intensité des yeux de son ami. Comment ça, à sa façon ?

- Ne t’en fais pas pour mes sentiments, j’ai bien compris ce que tu as dis et je ne me ferai aucune illusion promis… - Il voulut protester mais n’y arriva pas -  Alors, Leif, si tu veux bien, on reprend ma moto pour partir d’ici, et on finit toi et moi dans ton lit. Je suppose que je n’ai pas besoin de te faire un dessin sur ce qu’on fera…

Le roux cligna des paupières, la bouche entrouverte dans une étrange grimace. Il ne comprenait pas. Il ne comprenait plus rien depuis une dizaine de minutes de toutes façons. Nicholas fit un pas vers lui, il recula un peu par réflexe, mais cela n’empêcha pas le brun d’aller trouver son oreille.

- Si tu préfères : prends-moi grand fou.

Le murmure lui chatouilla son pavillon autant que son désir. Il était faible face à ce genre d’attitude taquine ; il avait presque envie de céder. Mais il devait rester maitre de la situation, sinon Nicholas allait penser qu’il pouvait faire tout ce qu’il voulait avec lui et c’était hors de question. Personne ne s’en doutait, mais le mignon petit soumis n’était qu’un vil petit manipulateur qui serait potentiellement dangereux s’il avait un minimum d’ambition comme le reste de sa meute. Heureusement pour Solskinn, il était garni de principes et ses seuls intérêts étaient de manger et d’avoir des câlins.

- Alors tu en dis quoi ?
- Que je ne vais pas faire mieux que Fredrick. On va passer un bon moment, puis... - Il se rapprocha de lui d’un pas de chat, ses pupilles vertes dans les brunes - ... tu vas en vouloir plus. - il pivota un peu sur le côté pour se retrouver dans son dos-  Et je me ferais avoir par mes couilles, après tout comment refuser ? - Ses lèvres chuchotèrent ces mots près de son oreille - Et à chaque fois je te blesserai en portant l’odeur d’un autre homme, parce que je refuse d’appartenir à quelqu’un. Est-cela que tu veux ? Souffrir encore ? Sous prétexte que c’est la seule façon de m’avoir ? Est-ce que ça vaut encore le coup de confier ton coeur à un énième connard ? Est-ce que tu supporteras la jalousie, la frustration et l’amertume ? Est-ce que tu acceptes déjà que ça puisse mal finir ?

Il refit un pas vers le côté pour revenir en face de lui.

- Si tu répond oui à ces questions, on rentre. Mais sache que moi, je ne m’en fous pas de tes sentiments. Mais si tu me répond oui, je risque de trouver que tu as un sacré grain.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Juin - 21:37


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.




Il haussa les épaules lorsqu’il lui dit qu’il était plus loup que homme. Mouais, même si c’était vrai, cela sonnait comme une excuse à ses oreilles, il connaissait d’autre nés-loups qui n’étaient pas comme lui… et eux aussi dû coup étaient plus loups que hommes, du coup cette  phrase lui semblait presque hors contexte. Une nouvelle excuse pour montrer que ce n’était pas de sa faute s’il était ainsi, s’il ne voyait pas le bien et le mal et compagnie. Forcément son instinct lui disait quelque chose…. Et oui, tuer un animal d’un berger pour se nourrir il comprenait, c’était réellement instinctif,  voler un portefeuille à quelqu’un qui l’avait vexait c’était juste de la vengeance purement gamine qu’il le veuille ou non. Point barre, deux poids, deux mesures ! Nicholas avait ensuite continué –un peu lourdement, certes- sur le fait qu’à l’époque, Leif aurai dû dire à l’homme qu’il aimait ses sentiments plutôt que de croire que l’autre aurait réagi de telle ou telle façon. Qu’est-ce qu’il en savait réellement d’ailleurs ? Est-ce qu’il était dans sa tête ? Non ! Alors qu’il connaisse bien ou pas ce type-là, il ne pouvait pas être sûr à 100 % de ce qui allait se passait, les sentiments étaient des choses étranges, curieuses, parfois incompréhensibles. Il voulait le faire comprendre à son roux préféré, mais ce dernier était plus têtu d’une mule, alors bon ! Autant raisonner un bourricot, il aurait plus de chance de se faire écouter, comprendre. Le pire, c’est que Leif, à cette époque –et encore aujourd’hui- n’assumait pas totalement son homosexualité, se faire voir avec un autre, ça aurait compromis probablement beaucoup de choses pour lui ! c’était un peu bête et méchant d’aller sur ce terrain, mais en même temps, il était temps que Leif assume réellement ce qu’il était. L’aura du roux changea néanmoins du tout au tout, et se fit soudain assez menaçante. Nicholas déglutit doucement et recula un tout petit pas, son côté soumis ne pouvant pas se soustraire à cela, pas  à ce moment-là du moins.

Tais-toi. Ça, j’en avais rien à foutre à ce moment-là. J’avais l’impression qu’avec lui... j’aurais pu dépasser ça... Il me semblait fort, assez pour pouvoir me porter. Mais je n’étais qu’un adolescent stupide, et tu ne devrais pas juger d’une situation que tu ne connais pas.
Mais tu ne lui as pas dit Leif, et à ce que je sache, tu n’es pas télépathe, tu ne savais pas ce qu’il allait répondre, exactement… répliqua-t-il tout doucement avant de rajouter quelque chose toujours sur ce même sujet.
J’en doute, Nicholas. J’en doute fortement.
Tu en doutes, mais tu n’en es pas certain, même si ton instinct ne t’aurait probablement pas tenté, tu sais, les sentiments c’est des choses très étranges !

Il aurait voulu  lui faire entendre raison, lui faire comprendre qu’il pouvait très bien se faire à l’idée qu’ils ne coucheraient ensemble que comme des amis, sans sentiment, d’une moins d’une partie… mais le sujet Fredrick fut remis sur le tapis et Tveit tenta une nouvelle fois de mettre les points sur les « i ». Il avait supporté la situation, il avait choisi de resté, il était coupable de plein de choses dans ces circonstances, il aurait pu partir, il ne l’avait pas fait, par choix qu’il assumait toujours aujourd’hui.

Et si le roux voulait assurer ses arrières en quelques sortes et bien Nicholas était prêt à cela sans aucun souci. Cette fois il lui expliqua plu que clairement, les phrases dites à demi-mots c’était révolu pour l’instant. Leif avait besoin d’être un peu ébranlé ! Et c’était au final plutôt réussi, le roux le regardait de façon un peu béate et éberluée ! Parfait !

Que je ne vais pas faire mieux que Fredrick. On va passer un bon moment, puis...... tu vas en vouloir plus. Et je me ferais avoir par mes couilles, après tout comment refuser ?  Et à chaque fois je te blesserai en portant l’odeur d’un autre homme, parce que je refuse d’appartenir à quelqu’un. Est-cela que tu veux ? Souffrir encore ? Sous prétexte que c’est la seule façon de m’avoir ? Est-ce que ça vaut encore le coup de confier ton coeur à un énième connard ? Est-ce que tu supporteras la jalousie, la frustration et l’amertume ? Est-ce que tu acceptes déjà que ça puisse mal finir ?  Si tu répond oui à ces questions, on rentre. Mais sache que moi, je ne m’en fous pas de tes sentiments. Mais si tu me répond oui, je risque de trouver que tu as un sacré grain.


Nicholas avait gardé un petit sourire au visage, ravi d’avoir eu autant d’effet, autant lorsque le roux murmura à son oreille que lorsqu’il bougea légèrement, mis toujours pour rester auprès de lui. Il avait gagné ! Enfin pas encore, mais il était en bonne voie, cela se voyait que le roux manquait d’argument et s’il manquait d’argument c’est qu’il avait probablement autant envie que lui. Tveit se contenta d’hausser un peu les épaules, lui dédiant son sourire le plus mignon et attendrissant comme il savait si bien le faire !

Je te l’ai dit Leif. J’ai bien compris que tu ne voulais rien de sérieux, alors je sais à quoi m’attendre, tu n’as pas à t’inquiéter pour moi, je me gérerai tout seul comme un grand garçon vu que je sais d’avance dans quoi je vais me fourrer… sans mauvais jeu de mots, ou me faire fourrer, si tu préfères, mais là il y a un jeu de mots. la grande classe, n’est-ce pas ? Bon, du coup tu as d’autres questions ou bien on peut rentrer ? et oui, j’ai parfois un petit penchant maso. Qu’est-ce que tu veux y faire, hum ?

A vrai dire, il n’était pas très sûr de ce qu’il faisait mais il se refusait de le montrer au roux. L’avoir dans son lit, c’était sa seule « chance » que Leif avoue enfin ses sentiments si sentiments il y avait. Et au pire, ils pourraient devenir sex-friends, il y avait quand même pire dans la vie…. Du moment que le roux restait franc avec lui, c’était tout ce qui lui importait. Il commença à se diriger vers sa moto et sortit les deux casques pour en tendre un à Leif.

Tu es prêt ?

Autrement dit, maintenant, si on part d’ici ça serait vexant, blessant si après tu me disais non.





Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Juin - 19:09


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Il avait joué, il avait perdu. Ou presque. Il aurait tout de même ce qu’il voulait, c’est à dire Nicholas dans son lit. La question était à quel prix ? Qu’importe, il ne le saura que plus tard. Mais il ne pouvait pas renier l’attirance qu’il y avait entre eux, alors autant y aller une bonne fois pour toute. Maintenant, il était sûr que Nicholas était consentant de s’enfoncer avec lui dans une situation potentiellement bien merdique. Il s’avouait que c’était surtout pour lui-même, pour ne pas sentir coupable d’avoir fait miroiter des choses qu’il ne pouvait pas promettre. Pour qu’il ne soit pas aussi idiot que lui à vingt ans, qui avait cru voir derrière ses petits sourires et ses gestes affectueux la marque d’une relation particulière. Pour qu’il ne se sente pas trahi comme lui s’était senti trahi. Contrairement à ce que le brun pensait, des fois demander était inutile. Parfois il suffisait d’observer le comportement des autres, et Nicholas avait eu la même attitude avec lui qu’avec ses amants de passage. Puis il connaissait sa personnalité. Il ne l’aurait pas laissé s’enfuir. Il avait fini par laisser la conversation en suspens, montrant bien qu’il ne voulait plus aborder le sujet.

- Tu es prêt ?
- Je ne reviens pas sur mes paroles, lâcha-t-il dans un sourire charmant, qui n’avait rien à envier à ceux de Nicholas quand il était intéressé. Il s’approcha de son oreille en prenant le casque. - Mon cul pour la nuit. Peut-être même pour plusieurs nuits jusqu’à que mes couilles soient asséchées à force de te satisfaire.

Il s’éloigna en ricanant doucement de son manque de subtilité, puis mis le casque avant de s’installer sur la moto. Il essaya de ne pas trop songer eux détails alors que le brun démarrait le moteur. Il n’avait pas à s’inquiéter pour sa famille. Amanda devait être avec Elias et ses enfants. Viktor devait être en train de boire des bières avec ses amis, et avec de la chance, il passerait la nuit dans un autre lit. De même pour Katelina et Kurtis, même si c’était encore plus sûr pour Katelina. Ils pourraient faire leur petite affaire sans être dérangés. Et comme Nicholas avait déjà dormi pas mal de fois à la maison, cela ne voulait rien dire qu’il traine chez eux, n’est-ce pas ? Il rumina quand même ce problème le long du trajet, bien qu’il savait très bien qu’il n’avait pas vraiment le choix. Jamais de la vie il n’entrerait chez Raphaël - et surtout pour ça - et son lit était quand même cent fois plus confortable que les toilettes. Mais ses inquiétudes ne lui gâchèrent pas la douce odeur de Nicholas qu’il pouvait sentir en étant agrippé à lui. Elle avait déjà pris une teinte plus érotique qu’à l’aller.
Il laissa Nicholas garer le véhicule dans la cour, comme à son habitude, avant de l’attendre pour entrer dans la demeure Helström. Il ouvrit la porte et esquiva par habitude son sac d’escrime qui soulait tout le monde quand il revenait de pratique. D’ailleurs il essaya de se souvenir de l’état de sa chambre. Il avait tenté un peu de rangement récemment, c’est à dire que pour une fois, rien ne trainait par terre. En revanche il n’avait pas rangé le bureau et les vêtements de son placard avaient été pliés avec ses doigts de pieds. Peut-être qu’il y avait un ou deux jeans qui trainaient sur le lit aussi, et éventuellement une pile de linge propre si un de ses frères et soeurs avaient fait une lessive. Il s’arrêta pour renifler l’air. Les odeurs de sa fratrie semblaient s’êtres évadées, ce qui voulait dire qu’eux aussi. En revanche, peut-être qu’il restait quelques résidents au dernier étage, il n’en était pas sûr.

- Je crois qu’il y a du monde. On va devoir rester un peu discrets.

En gros, il espérait que Nicholas ne soit pas du genre à aimer s’exprimer un peu trop fort au lit. Sa main attrapa celle du brun pour glisser ses doigts dans les siens et l’emmener dans sa chambre à l’étage. Il sentait son coeur et son désir battre sous l’impatience. Il se serait écouté, il l’aurait déjà plaqué contre le premier mur. Mais il se considérait quand même comme un homme un minimum attentionné, et il ne ferait rien de ce que Nicholas n’avait pas envie. C’est avec un certain soulagement qu’il ferma discrètement la porte de sa chambre. Il lâcha la main de son ami - amant ? - et remonta doucement ses doigts sur la peau de son bras, son regard allumé par la flamme de l’envie. D’un pas habile, il se retrouva derrière lui, ses mains caressant tendrement ses épaules. Il voulait descendre plus bas, ce T-shirt étant décidément trop moulant pour ne pas être coupable. Il se mordit la lèvre.

- Je peux t’embrasser ? Souffla-t-il doucement à son oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Juin - 22:31


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Devant la non subtilité de Leif, il gloussa un peu… peut-être comme l’aurait fait deux ados qui disaient des trucs cochons en essayant de ne pas se faire entendre des autres et surtout des adultes. ca me va encore mieux plusieurs nuits. Ne t’inquiètes pas, je ne suis pas un bourreau sadique, je te laisserai te reposer un peu…. Et peut-être si tu es a-do-ra-ble je te ferai à manger pour que tu reprennes des forces ! Et il ricana un peu à nouveau avant de mettre son casque et d’essayer de se concentrer sur la route ! Ce n’était sérieusement pas le moment d’avoir un accident stupide ! Le souci qui se posait c’est que maintenant qu’il savait ce qu’ils allaient faire, les mains de Leif qui l’agrippaient le perturbaient plus qu’autre chose ! Il n’avait plus qu’une envie, arriver chez le roux et foncer dans sa chambre…. Il espérait juste ne pas tomber sur un de sa fratrie sinon ça risquait drôlement de refroidir les choses. Il était même fort probable qu’ils se doutent de quelque chose, vu la tension sexuelle qu’il y avait entre eux. Bientôt le verdict tomba et ils semblèrent seuls dans sa grande maison. Les quelques instants entre le moment où il avait garé sa moto et celui où il était entré dans la maison lui avait par durer une éternité…. Par peur de se retrouver nez à nez avec l’un d’eux. Qui serait le pire ? Peut-être Kate et Kurtis, ou alors Viktor … il n’en savait trop rien au final et plus il y réfléchissait et plus cela le faisait stresser ! Il n’avait pas envie de rendre des comptes au reste de la fratrie pour X ou Y raison.

Le bordel de Leif, par ce qu’il n’y avait pas d’autres mots, était toujours e même dans la maison, et il manque de ramasser ses affaires pour les ranger mais il arriva à s’abstenir au tout dernier moment. Non, ça serait franchement pas glamour, voire même abus d’agir de la sorte. Il fut assez surpris de voir que la chambre semblait un peu plus clean que la dernière fois qu’il était passé par ici…. Même si aurait toujours dit qu’un mini ouragan était passé. Je crois qu’il y a du monde. On va devoir rester un peu discrets. Nichlolas inclina un peu la tête sur le côté, pensif, avant d’acquiescer doucement pour montrer qu’il avait compris. Je les connais ? demanda-t-il un peu plus doucement, comme si cela avait la moindre importance alors que pas du tout. La vérité c’est qu’il commençait à stresser, cela faisait tellement de temps que…. Que ça n’était plus arrivé, un an et trois mois, quelque chose comme ça. Et s’il avait perdu la main ? Peut-être que ça s’oubliait, contrairement au vélo. Il ne voulait pas que Leif croit qu’il était un mauvais coup et ne veuille plus rien tenter avec lui. Ca serait le summum de l’échec et de la honte… mais tout se passerait bien, n’est-ce pas ? Pourquoi est-ce que ça irait mal ? Le karma semblait enfin un peu enclin à faire de vie quelque chose d’agréable. Il reporta alors son entière attention sur le roux tandis que ce dernier remontait doucement ses doigts le long de son frère lui provoquant un léger frisson qu’il ne réussit pas à maitriser. Il devait se contenir pour ne pas l’envoyer valser sur le lit et lui arracher ses fringues. Prendre son temps, savourer, déguster c’était bien mieux. Tentant de contrôler au maximum sa respiration, il eut un léger sourire lorsque l’autre lui posa LA question. Il se bougea légèrement, juste assez pour pouvoir le fixer dans les yeux. Tu peux même faire plus, si tu le souhaites…. Me faire ce que tu veux. murmura-t-il doucement, d’une voix beaucoup plus rauque, mue par le désir. Il l’attira doucement contre lui déposant un baiser au creux de son cou, avant de déposer un autre baiser qui se voulait à peu près chaste sur ses lèvres.






Revenir en haut Aller en bas
Ven 16 Juin - 20:21


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Des fois, le fait que Nicholas était presqu’incapable de sentir ce qu’était la honte était un peu déstabilisant. Leif n’avait jamais su dire si c’était de l’innocence, de la nonchalance la plus totale face au jugement des autres, un manque total de fierté, une bonne dose d’autodérision, une manière d’emmerder le monde ou alors tout à la fois. «Je les connais ?» La question résonna dans le crâne de Leif comme la provocation déguisée d’un homme qui se fichait bien de ce que le lambda pensait de lui.

- Non, mais moi ils me connaissent et les commérages vont vite, surtout quand ils concernent des coucheries, essaya-t-il d’expliquer même s’il avait l’impression que c’était dans le vent. Il n’avait pas envie de se faire railler pendant dix mille ans ; de plus certains n’étaient pas au courant de ses préférences et c’était tant mieux.

- Enfin... N’oublie pas qu’ici c’est le domaine des roux, et qu’à côté de certains, je suis un gentilhomme à voler des portefeuilles.

Y’en avait bien qui volaient des places de premier ministre. Ah pardon, celui-ci était mort empalé par un sanglier, songea-t-il avec cynisme.

- Et si ça arrive dans les oreilles de ma famille, je ne peux garantir ce qu’il va nous tomber dessus. Donc soyons discrets.

Surtout avec Katelina. Parce que Katelina saura convaincre tout le reste de la famille de le faire chier avec la plus grande créativité possible. Il n’attendit pas la réponse de Nicholas pour lui prendre la main et monter jusque sa chambre. La tension entre eux se libéra, faisant battre leurs veines sous leurs façades de contrôle. Il sentit le frisson qui parcourut le bras de Nicholas, lui arrachant un sourire que le brun ne put voir puisqu’il était derrière lui. Il adorait ce moment où il se retrouvait seul avec ses amants, mais que leurs mains se faisaient encore hésitantes, que leurs regards questionnaient leurs envies. Le désir gonflait sous l’anticipation de l’acte, sous les doux frémissement nés de l’effleurement d’un doigt, sous la tendresse timide des premiers contacts, sous les indices de l’avidité grandissante de son partenaire. C’était un ultime jeu de séduction où, comme deux aimants, ils finissaient inévitablement par se rapprocher jusqu’à assembler leurs corps. Sa question faisait partie de tout cela ; même si elle en signait presque la fin.

- Tu peux même faire plus, si tu le souhaites…. Me faire ce que tu veux.

Leif sourit, le brun se retourna pour embrasser la peau de son cou, provoquant un nouveau frisson. Il déposa un baiser sur ses lèvres bien trop doux, bien trop frustrant. Leif canalisa son impatience avec son amusement.

- Tout ce que je veux ? Questionna-t-il un sourire taquin aux lèvres, tandis que ses mains se baladaient doucement sur ses hanches. Fais attention, si ça se trouve mon fantasme est de t’attacher, de te recouvrir de jus de viande et de danser l’hélicobite comme préliminaires...

Il lâcha un court ricanement alors que ses paumes se glissèrent dans les poches de jean de Nicholas afin de pouvoir profiter de son fessier rebondi. Son esprit se trouvait à ce moment là divisé. Une partie de lui aimerait se laisser encore aller à la douceur, une autre en avait assez de se brider. Comme d’habitude, il n’arrivait pas à choisir, mais dans ces moments-là, il était plus facile de se laisser guider. Il déposa un premier baiser, tout aussi chaste que celui de son amant. Ses doigts remontèrent jusque la chute des reins, passant  sous la barrière du tissu, quand il l’embrassa une seconde fois en débordant sur la mâchoire puis sur le cou. Au troisième baiser, il remonta à nouveau vers ses lèvres, ancra ses yeux dans ceux de son amant, puis ferma ses paupières pour plonger à nouveau sur ses lèvres, laissant sa langue goûter à la saveur salée de celle de Nicholas. Ses doigts allèrent chercher les formes de son torse. Il ouvrit son aura un court instant, voulant montrer son désir sous le point d’exploser, souhaitant attiser la flamme. C’était la suite du jeu. Le meilleur moment. Là où la pudeur n’avait plus raison d’exister, le moment où il libérait enfin toute ses envies. Il brisa le baiser puis s’écarta de Nicholas.

- Je devrais peut-être aller prendre une douche, dit-il d’un air faussement penseur. Ce coup était cruel parce qu’il savait à quel point cela frustrerait son partenaire. Cruel parce qu’il savait que cela faisait des mois qu’il n’avait pas touché à un homme. Il s’amusait déjà en imaginant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Juin - 20:15


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Nicholas avait bien du mal à suivre tout le temps Leif. Il fallait bien avouer que c’était parfois compliqué….à suivre. Mais il essayait de faire au mieux pour se faire aux « facéties » du roux. Ne pas faire de bruit par ce qu’il y avait des gens en haut, ok, même s’il ne voyait pas trop ce que cela pouvait faire. Ils étaient majeurs, consentants et les loups n’étaient jamais les derniers à coucher, mais soit, il pourrait faire attention. Il haussa un sourcil, lorsque son ami parla des commérages, et il se rendit compte que vraiment, ils n’étaient pas pareils. Lui, se fichait bien de ce qu’on pouvait penser de lui, heureusement d’ailleurs vu ce que les bruns en général pouvaient penser de lui depuis des années – sûrement qu’il était, naïf, concon, la bonne poire, le sale gay et compagnie- et surtout depuis l’épisode Dante. Cela le rendait juste parfois un peu triste qu’on ne comprenne pas qu’il n’était pas un traitre, après qu’on l’aime ou pas, ce n’était pas un souci, chacun ses goûts. Il dédia un charmant sourire à son ami, lorsqu’il se dit presque gentilhomme…. Mouais, mouis. Oui, mais j’me fouts des autres Leif, il n’y a que toi qui m’importe. lui dit-il en lui faisant son sourire le plus craquant, mignon, rempli d’innocence. Quant aux commérages, tu n’auras trouver un truc pire à dire et ça passera à un autre commérage, mais promis, Leif, je ferai attention ! Quant au fait que cela arrive aux oreilles de sa famille Pourquoi, ils feraient quoi à ton avis ? je crois qu’ils m’aiment bien, surtout Amanda, tu vois, no soucy ! Ils seront heureux pour toi, j’en suis sûr, arrête de t’inquiéter pour rien ! Il ouvrit la bouche pour ajouter quelque chose, mais le roux n’attendit pas la suite et l’attira jusque dans sa chambre.

Tout ce que je veux ? Questionna-t-il un sourire taquin aux lèvres, tandis que ses mains se baladaient doucement sur ses hanches. Fais attention, si ça se trouve mon fantasme est de t’attacher, de te recouvrir de jus de viande et de danser l’hélicobite comme préliminaires... Nicholas inclina un peu la tête sur le côté et au lieu de pouffer ou de mal le prendre, il se contenta de sourire, un peu, presque avec innocence et lui répliqua simplement Je te fais confiance, je suis certain que tu ne feras rien qui susciteras une quelconque humiliation, parce que tu n’es pas comme ça et que tu n’y prendrais pas ton pied de toute manière. Il haussa les épaules et préféra se concentrer uniquement sur le roux, en tentant de se canaliser le plus possible histoire de ne pas passer pour un sauvage ou un mec totalement en manque –ce qu’il était, il fallait bien l’avouer-. Il devait se contenir, mais c’était de plus en plus difficile, les gestes de Leif lui donnaient sérieusement envie de passer à la vitesse supérieure et son « lâcher » d’aura le déstabilisa vers la pente encore plus. Il tenta de ne pas lâcher la sienne, sachant pertinemment qu’il en avait une bien plus puissante. Il allait commencer à le déshabiller. Les choses plus sérieuses allaient enfin pouvoir commencer ! enfin c’est ce qu’il croyait car Leif sembla d’un coup changer totalement d’avis. C’est ainsi que le roux brisa le baiser « passionné » du brun avant de s’écarter de lui Je devrais peut-être aller prendre une douche [/b] celle-là, il fallait bien l’avouer il ne s’y était pas attendu, c’était un coup dur –sans mauvais jeu de mot-, mais même s’il n’était pas un roux, il savait bien s’adapter à ce genre de situation… C’était Leif, ce n’était pas méchant, ce n’était pas pour l’humilier ou le briser après. C’était pour une raison, qui lui était encore inconnue ! Après quelques instants à l’avoir regardé comme un merlan frit brûlant de désir, il lâcha cette fois-ci un peu de son aura, à pleine puissance, le percutant ainsi juste quelques courtes secondes. Il fit la bouille la plus attendrissante qu’il pouvait avant de minauder un peu Je peux venir avec toi ? Comme ça… On pourra sentir bon tous les deux ; Sinon, je t’attends dans ton lit. Il lui dédia son plus beau sourire avant de reprendre Je pourrais te frotter ou te masser un peu le dos, même. Regard innocent, ou presque. De nouveau court lâcher d’aura, qui lui n’avait rien d’innocent.




Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Juin - 1:09


Leif Helström
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 447 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : Instable mais toujours horriblement insolente

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.



Les joues de Leif rosirent brièvement face à l’adorable sourire de Nicholas, qu’il insulta intérieurement de vil manipulateur. Si ça se trouvait, une fois ses désirs satisfaits il irait voir ailleurs, on verra bien s’il n’y a que lui qui importe. Il l’espérait presque dans le fond ; chacun serait libre et sans attaches. Et comme il s’y attendait, Nicholas s’en battait les cuisses avec un tambour de ce qu’on pouvait dire sur lui. Alors que lui craignait le jugement des autres, il appuyait toujours là où ça faisait mal. Déjà qu’il était faible et lâche aux yeux des roux, il ne voulait pas rajouter une couche de médiocrité sur sa réputation. Mais son ami ne semblait pas comprendre que chaque chose qu’il faisait de travers serait susceptible d’entacher toute sa famille. Il suivait après des siècles de défauts purement Helström, des tares regardées de travers par les autres meutes, que sa mère avait essayé  de corriger avec plus ou moins de succès - et une efficacité nulle sur lui. Un seul faux pas pouvait devenir politique, d’autant plus dans ces contextes de crises. Non, sa famille n’était pas le problème, sauf peut-être Viktor qui grincerait des dents en voyant la possibilité d’un mariage politique s’envoler. Ou si en fait, ils seraient du genre à lui demander pourquoi il ne sort pas officiellement avec Nicholas, surtout ses cadets. Amanda ne le jugera pas quelque soit sa décision. Elle ne le jugera jamais, pas comme les autres.
Nicholas sembla plus ou moins comprendre qu’il était quand même plus rassuré de garder un minimum le secret, tandis qu’il l’emmena dans sa chambre. Ses mains se firent vite baladeuses, son sourire fit surface sous l’amusement que lui provoquait Nicholas.

- Je te fais confiance, je suis certain que tu ne feras rien qui susciteras une quelconque humiliation, parce que tu n’es pas comme ça et que tu n’y prendrais pas ton pied de toute manière.
- Et tu as raison, rit-il à nouveau. Un partenaire qui ne s’amuse pas n’est pas quelque chose de divertissant. 


Il s’empressa de s’enivrer de sa peau, de ses lèvres, pour finir par le provoquer avec son aura. Tout ça pour le frustrer en bonne et due forme. Il sourit de satisfaction en croisant les yeux ronds comme des soucoupes de Nicholas, enflammés par l’envie. Il sentit la seconde d’après la pique d’aura le traverser, cette douce vengeance qui le fit presque céder.

- Je peux venir avec toi ? Comme ça… On pourra sentir bon tous les deux.

C’était une proposition plaisante. Il y avait des choses intéressantes à faire dans une douche, mais aussi bien des manières de jouer avec le désir de son partenaire.

- Sinon, je t’attends dans ton lit. Je pourrais te frotter ou te masser un peu le dos, même.

Une nouvelle pique d’aura vint fissurer sa patience déjà maigre. Il lâcha un maigre souffle d’avidité. Il posa à nouveau ses mains sur les hanches de Nicholas.

- J’ai jamais dit que je devais être seul dans la douche...

Il approcha ses lèvres pour embrasser son cou. Rapides et traitres, ses mains s’étaient emparées de la ceinture du jean et défirent la boucle en moins de temps que celui qu’il a fallut au brun pour se rendre compte qu’il avait désormais le pantalon sur les chevilles. Un pas agile sur le côté plus tard, Leif se retrouva à passer la porte de la chambre avec un sourire provocateur. Il se rendit d’un pas rapide dans la salle de bain, puis ôta ses vêtements. Compte tenu que le brun était forcément ralenti par sa petite farce, il eut le temps de lancer l’eau avant d’entrer dans la baignoire. Ses intentions étaient claires : dès que Nicholas essayerait d’aller plus loin, il s’esquiverait dans la chambre. Il voulait le rendre fou.

Fou de désir. Jusqu’à quand résistera-t-il à la frustration de le laisser courir ?
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Juin - 14:05


Nicholas Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2275 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Et tu as raison. Un partenaire qui ne s’amuse pas n’est pas quelque chose de divertissant.
Et tu sais que je m’amuse d’un rien en plus, quel chanceux ! rajouta-t-il en plaisantant, un gai sourire sur le visage.

Quant à la suite, elle fut presque un peu moins réjouissante : Leif parlait de partir se doucher. Maintenant ? Comme s’il ne pouvait pas attendre le lendemain matin, hein ? Mais c’était du roux tout craché ! il ne fallait pas trop en tenir rigueur à Leif. D’ailleurs la première surprise passée, Nicholas en rajouta une petit couche comme il savait si bien faire. Si L’autre voulait jouer à ce jeu-là, il ne savait pas trop dans quoi il s’engageait. Nicholas était plutôt bon à ce petit jeu de tentation et de dire finalement non, il l’avait fait pendant des mois et des mois avec Fredrick, et l’ex alpha roux revenait pourtant assez souvent le voir ! Alors, à son tour il le tenta par son aura, en minaudant un peu plus, en tentant de l’attendrir. Il voyait bien au visage de son partenaire que cela marchait quand même plutôt bien même si Leif ne semblait pas encore enclin à céder dans l’immédiat. Mains sur les hanches du brun, Nick écouta le roux reprendre la parole, un net sourire s’affichant sur son visage.

J’ai jamais dit que je devais être seul dans la douche...
Non, mais tu aurais pu vouloir l’être, aucune précision peut-être aussi bien positif que négatif. dit-il en gloussant presque comme une dinde.

Niveau glamour cet aspect était à revoir… mais en même temps ses baisers dans son cou le rendait fou et il n’arrivait plus à se contenir…. Et comme il ne pas hurler de rire, le gloussement était ce qu’il avait de plus discret en stock. Et forcément, il ne s’était pas rendu compte que l’autre lui avait enlevé la ceinture et compagnie. Le roux s’étant retiré vers la douche rapidement au premier geste que Nick voulu faire il se retrouva avec le pantalon sur les jambes et, surpris, il n’arriva à se l’enlever que très maladroitement. Il finit de se déshabiller cependant un en temps record puis entra rapidement dans la baignoire, avec un air pseudo-boudeur.

J’ai failli me casser a gueule avec tes conneries, niveau discrétion, ça aurait été totalement raté ! Alors fais gaffe à toi mon petit roux.

Il eut un petit sourire en coin et du coin de la baignoire où il était, il alla se coller à quelques centimètres du roux avant de prendre un eu de gel douche et de le mettre sur ses mains.

Bon, tu veux barboter dans ton coin, ou un petit massage ?

Il avait bien compris que Leif allait encore lui faire un tour tordu. Et comme on disait, jamais deux sans trois et là ça serait jusqu’à… enfin jusqu’à se Leif probablement, mais il n’allait pas leurs affaires se dérouler de cette manière. Il avait déjà plusieurs idées suivant ce qui allait se passer, mais d’humeur changeante, il pouvait tout aussi bien agir d’une manière totalement différente. En attendant la réponse du roux, il commença à se passer le gel sur ses épaules en faisant bien mousser le tout. Il gloussa soudain et eut une autre idée, utilisant son don de meute, il se rendit invisible pour déposer un petit baiser sur le coin de ses lèvres, avant de se rendre visible de nouveau et de ricaner joyeusement. Qui des deux serait le plus joueur ou le plus patient, c’était à voir ?!




Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
puisses-tu courir sous la Lune






Revenir en haut Aller en bas
 

Drink with me •• Nicholeif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Drink me (Solo, Duo, Groupe)
» I drink beer because no great story started with someone eating a salad. | Nathaniel
» Would you like a drink? [Pv: Yuna]
» Drink up with me now, forget all about the pressure of days.
» SANGDRAGON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Nord :: Résidences :: Demeure Helström-
Sauter vers: