Both have sharp teeth + Ester
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS

- Mariage du Roi, juste ici.
- Deuxième partie du Mariage, juste ici.
- Fête nationale norvégienne, juste ici.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Chasseur, rival, ex-ami ◊ ici.
- Meilleur ami, beau-frère ◊ ici.
- Augure de la meute argent ◊ ici.
- Alpha de clan brun ◊ ici.
- Chercheuse sur un projet secret ◊ ici.
- Soeur jumelle ◊ ici.
- Bêta noir ◊ ici.
- Apprenti chasseur ◊ ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Both have sharp teeth + Ester

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mar 6 Juin - 18:11


Vanya Volkson
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : ahka ▹ EMPREINTES : 78 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 27/05/2017 ▹ LOCALISATION : dans les environs ▹ HUMEUR : absolute водка

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Lieu et date du rp : Haukàss, Janvier 2018
Protagonistes: Ester L. Braaten et Vanya Volkson
Résumé du rp: Une rencontre entre traqueurs et fuyard qui tourne mal.
Actions réalisées au cours de ce rp: none

Cela fait maintenant une semaine que le loup marche, depuis le dernier hôtel qu'il a quitté. Ses pas commencent à devenir lourds, la sueur graisse ses cheveux, mais il continue. Vanya ne sait pas s'il regrette d'être parti, d'avoir abandonné son frère. Son esprit est confus ; sa raison, il l'a mise de côté. Ne lui reste que de l'amertume, la mort en travers de la gorge. Boris comprendra, bien sûr qu'il comprendra. Il ne lui en voudra pas. Quand il se sentira mieux, quand Vanya sera enfin libéré de cette colère qui le ronge, tout reviendra dans l'ordre. Les deux frères se retrouveront et ne se quitteront plus. Enfin, il l'espère. Mais, le voilà. Vanya, dans toute sa grandeur, sa détermination, marchant jusqu'à ce qu'il trouve un abri pour la nuit. Une cabane abandonnée, un vieil hôtel au bord de la route, peu importe.
Il est tard. Ses muscles se tendent sous le poids de son sac. Vanya aurait dû s'arrêter avant, désormais, il est entouré de forêt et personne à l'horizon. Quand il trouve un court d'eau, il s'y rafraîchit avant de reprendre sa route. La pénombre ne le dérange pas, mais la fatigue l'empêche de se concentrer sur les environs. La faim aussi, commence à lui tordre le ventre. Tellement décidé à enfin trouver une terre d'accueil, il en oublie de se nourrir. Toutefois, le loup sent bien que son corps atteint la limite de ses limites. Deux options s'offrent à lui : se nourrir ou se reposer. Appuyé contre un arbre, il se déshabille avant de muter. Abandonnant ses affaires derrière un buisson, il renifle le sol à la recherche d'une proie. Sa vue maintenant plus claire dans la nuit, il ne perd pas de temps à trouver un repas.
Quand Vanya retourne au buisson, il se sent déjà légèrement mieux. Toutefois, enfoncé dans la forêt dense, il se demande s'il est vraiment sage de continuer. Son flair ne remarque pas d'odeurs de civilisation à des kilomètres et le loup a toujours les muscles qui tremblent d'effort. Attrapant son sac par les crocs, il le tire jusqu'à une cachette plus adaptée, puis s'écroule sur le sol. Son corps douloureux se détend doucement et Vanya se perd dans un sommeil profond. Repos dont il se délecte jusqu'au lendemain, avant d'être dérangé par les bruits de la forêt qui s'éveille. Lui aussi, finit par se lever, les douleurs d'hier plus qu'un simple souvenir. Et le loup reprend sa route après s'être changé. Il marche jusqu'à ce que la forêt se teinte d'une odeur de loups. Ancienne et neuve, elle laisse une trace omniprésente. Elle est différente de celles qu'il a connues. En aucun cas, ne lui rappelle celle de sa famille. Boris, ses parents, sa meute, sentaient l'amour et l'accueil. Celle-ci, elle est inconnue et l'inconnu est une menace.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Juin - 22:38


Ester L. Braaten
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Edwina S. Svanhildesen, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund. ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 632 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/12/2015 ▹ AGE DU PERSO : 32 ▹ LOCALISATION : Bergen, quelque part dans la ville, à profiter de ses amants ou de la vulnérabilité de son esclave. En train de manipuler quelqu'un, de peaufiner un plan machiavélique ▹ HUMEUR : Changeante, massacrante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une lame aiguisée comme ses dents, une montre en argent pour être toujours ponctuelle et faire circuler les légendes, un rouge à lèvres carmin, une bague d'une valeur inestimable et un flacon de parfum. Elle a toujours un petit téléphone jetable ainsi qu'un petit carnet usé dans lequel elle note toutes les personnes quelle croise dans sa vie ainsi que les infos primordiales à leur sujet



Comme beaucoup de loups, Ester adorait muter, courir et chasser. Chasser était sans doute la meilleure partie. Elle donnait des frissons, de l’adrénaline, mais également beaucoup de plaisir de chasseur : traquer la proie, la trouver, la coincer, puis la prendre en chasse, l’achever. Tout était minutieusement calculé, basé sur un instinct de prédateur qu’ils entretenaient avec plaisir. Ester mutait régulièrement, profitant du don de Fenrir à cœur joie, sans aucune vergogne. Elle adorait retrouver sa forme animale et fouler le sol de ses pattes. C’était donc pas très étonnant qu’elle passe plusieurs soirs par mois sous sa forme animale, passant jusqu’à quelques jours loin de sa forme bipède, appréciant bien trop de se retrouver en pleine forêt, loin d’un monde bien trop humanisé. Parfois, elle préférait muter pour des raisons professionnelles, pour chasser des maudits, traquer des solitaires, ou s’occuper simplement des autres meutes et des problèmes en tout genre. C’était un rôle différent, qui la stimulait et lui permettait de s’entraîner, de découvrir de nouvelles facettes, de nouvelles capacités. Bien que ça nécessitait un travail et parfois bien plus conséquent, elle appréciait son rôle de traqueur et ne le prenait pas à la légère.
Ainsi, alors qu’elle était en train de s’entraîner avec le groupe de traqueurs de la couronne, elle repéra une odeur qu’elle ne connaissait pas. Elle stoppa tout et se dirigea à la lisière du territoire où il se situait. C’était la frontière norvégienne, enfin, l’une d’entre elle. La chef des traqueurs, escortés par ses seconds, se dirigèrent rapidement vers l’odeur, le reste des traqueurs – toutes meutes confondues – sur les talons. Rapidement, ils trouvèrent le responsable de l’odeur, un solitaire. Egaré, sans doute perdu, ou alors en train de crever vu l’odeur qu’il dégageait, venait d’arriver en leurs terres. Cela la surprenait beaucoup, pire même, elle se demandait bien ce qu’il venait faire ici. La louve grogna, hérissant le poil. Sous cette forme, elle ne pouvait clairement communiquer – contrairement à sa forme humaine, mais si les choses venaient à dégénérer, ses griffes seraient plus redoutables que ses ongles, elle le savait parfaitement.
L’instinct lui souffla que tout allait se compliquer, elle préférait de ce fait rester sur ses gardes, tout en sachant que ce n’était pas le comportement le plus accueillant qu’il existait. La louve avança de quelques pas, redressant ses oreilles et se tenant en position de domination. Elle aboya, cherchant à établir un contact, quelqu’il soit, avec le nouveau venu. Que venait-il faire en Norvège ?



I told you to run, i'll burn your heart
YOU'R COMING TO SEE FENRIR
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Juin - 21:49


Vanya Volkson
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : ahka ▹ EMPREINTES : 78 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 27/05/2017 ▹ LOCALISATION : dans les environs ▹ HUMEUR : absolute водка

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



L'odeur devançait une troupe de loups. Des loups en tout genre, qui se fondent plus ou moins dans le fond boisé de la forêt, des yeux vibrants qui le fixent. Ils ne sont pas nombreux, mais Vanya reste seul. Une louve s'avance, dominant les autres de par son aura, mais aussi sa forme élancée. Elle grogne et adopte une posture menaçante. Seul, mais Vanya reste un loup. Les aboiements, il sait y répondre. Il gronde et ses mains lâches à ses côtés, se crispent. Son corps se tend et il regrette d'être sous sa forme humaine. Que pourrait-il faire contre tous ces loups ? Même s'il ne se fatigue pas rapidement, il reste en position de faiblesse. S'ils attaquent, Vanya n'aura jamais le temps de muter. Ses habits, son sac, ses chaussures ; tout le gêne. Dans cette situation, où le russe est une menace pour ces loups et eux, une pour lui, Vanya ne sait pas comment prendre l'aboiement. Son poids s'enfonce dans le sol alors qu'il reste stoïque.
Ses yeux ne montrent aucun doute, le loup sait qu'il doit rester vigilent, garder ses failles au fond de lui. La tension est palpable dans l'air. Les nerfs à vif, Vanya se demande s'il n'engagerait pas ; pour le simple fait de dépenser sa frustration. La fatigue d'hier, n'est plus qu'adrénaline. Dans son esprit, se dessine la probable altercation et lui rappelle les violences passées. Son grondement rauque s’atténue légèrement, avant que le loup ne prenne la parole, en russe. « Si vous cherchez quelque chose, il va falloir être plus clair. » Et Vanya s'avance d'un pas, ses yeux toujours fixes sur la louve, mais n'oubliant pas les autres derrière. Ils semblent soudés et qui sait si un ne se faufilerait pas sur le côté pour le prendre par surprise. Le loup est fort, mais est-ce suffisant contre le nombre et la rapidité ? Il le saura peut-être si un de ces loups tente quelque chose.
Cette hostilité fige le temps et l'espace. C'est comme-ci… Tous attendaient, curieux. Allaient – ils se battre ? Qui vaincrait ? Pourquoi cette tension sans qu'il n'y ait eu aucun échange. Vanya ne connaît pas les raisons des grognements de la louve, mais adoptant la mentalité impassible des Russes, il se tient droit, patient. Étrangement, son impulsivité n'a pas encore fait des siennes, même si l'anticipation se fait ressentir sous sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Juin - 10:18


Ester L. Braaten
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Edwina S. Svanhildesen, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund. ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 632 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/12/2015 ▹ AGE DU PERSO : 32 ▹ LOCALISATION : Bergen, quelque part dans la ville, à profiter de ses amants ou de la vulnérabilité de son esclave. En train de manipuler quelqu'un, de peaufiner un plan machiavélique ▹ HUMEUR : Changeante, massacrante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une lame aiguisée comme ses dents, une montre en argent pour être toujours ponctuelle et faire circuler les légendes, un rouge à lèvres carmin, une bague d'une valeur inestimable et un flacon de parfum. Elle a toujours un petit téléphone jetable ainsi qu'un petit carnet usé dans lequel elle note toutes les personnes quelle croise dans sa vie ainsi que les infos primordiales à leur sujet



Rapidement, elle comprit qu’il était sur la défensive. Sa position humaine, bien moins parlante que les positions lupines, était pourtant évidente. Il serait prêt à se battre si la situation dégénérait, bien que face à des loups, il n’avait strictement aucune chance. Ester hésita. Muter ? Ne pas muter ? Quelles étaient ses chances face à un inconnu ? Certes, elle était rapide et entraînée, mais la force brute n’était pas son fort et, elle le savait parfaitement, sa nature lupine lui donnait des avantages incontestables. Pourtant, elle ne pourrait pas hésiter encore longtemps, l’inconnu comme ses loups, n’allaient pas attendre sagement qu’elle prenne une décision. Alors, sur un coup de tête, la jeune femme muta sous les yeux des traqueurs et du solitaire. Qu’importe, elle n’avait plus le choix.
Ses cheveux lâchés sur ses épaules dénudées, elle se retrouva dans le plus simple appareil devant l’inconnu, désireuse d’en apprendre plus sur celui qui foulait la frontière norvégienne. « Ester Braaten, chef des traqueurs au service de la Couronne. » Se présenta la demoiselle. « Vous êtes ? » Lança-t-elle dans un Norvégien parfait. Il était évident qu’il allait devoir répondre à plusieurs questions s’il voulait entrer dans le territoire.

De ses yeux bleus, elle détailla sa tenue. Il présentait tout l’attirail d’un voyageur qui campait régulièrement, n’ayant sans doute aucun logement. Vu son chargement, il devait avoir tout ce dont il avait besoin et, vu l’odeur, il semblait être seul. Aucune autre présence ne se faisait sentir dans les environs et ça l’arrangeait énormément. Ester n’avait pas réellement envie de se lancer à la poursuite de multiples et divers loups. Ce n’était pas le but de la manœuvre. Déjà qu’un étranger, si rapidement après le dernier en date était étrange, alors s’il y en avait plusieurs, ça ne serait que difficilement gérable. Soupirant intérieurement, elle espérait que cet entretien s’achèverait vite, n’ayant réellement pas que ça à faire de la journée.



I told you to run, i'll burn your heart
YOU'R COMING TO SEE FENRIR
Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Juil - 12:08


Vanya Volkson
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : ahka ▹ EMPREINTES : 78 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 27/05/2017 ▹ LOCALISATION : dans les environs ▹ HUMEUR : absolute водка

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Toujours tendu, les talons enfoncés dans la terre, Vanya retient son souffle. Il observe la louve muter. Si elle mute, cela veut dire que ces loups ne vont pas l'attaquer, en tout cas, pas immédiatement. Vanya ne s'avoue pas son faible soulagement. Il a les muscles qui tirent, des courbatures qui grincent, ses cheveux humides qui se collent devant ses yeux. Toutefois, le loup reste concentré et surveille chaque mouvement de la louve en face de lui. Il l'écoute quand elle prend la parole, même si la langue fait barrière. Il discerne quelques mots, un nom ; sûrement, le nom de la louve. Il se redresse, comprenant qu'elle s'est présentée à lui. Elle serait chef, de quoi, Vanya ne l'a pas compris, mais les loups qui se tiennent derrière elle, dociles à l'attente d'un ordre lui donne une idée. « Vanya Volkson » Le loup veut rajouter quelque chose, mais parler russe ne le mènera nul-part. Il se trouve coincé. Il tente quand même avec ce qu'il a appris quand il était à Oslo. « Je suis seul, je ne cherche pas de mal. » Mais ne tentez rien, s'empêche-t-il de rajouter.
S'il avait été avec Boris, ou même avec quelqu'un d'autre de sa famille, jamais cette altercation n'aurait eu lieu. Il est tout sauf un loup instruit sur les règles de territoires et les procédures, n'a connu que sa meute dans toute son enfance. Sauf celle qui l'a décimé bien sûr. Il est impulsif et beaucoup trop hostile. Il ne sait pas comment réagir. « Je viens de Russie… » Commence-t-il. Et quoi, maintenant. Est-ce le moment où il retourne à Oslo ? Que fait-il, ici, perdu. Rien que de penser à son frère lui donne des maux de tête. Culpabilité, remords, sa famille l'étouffe. « Je voudrais m'installer ici. » Et ces mots l'étonnent lui-même. Il garde son expression sérieuse, il veut se montrer sûr de lui et se concentre pour que son aura traduise son état d'esprit. S'ils acceptent, le loup pourra prendre le temps qu'il faut pour se remettre sur pied. Combien temps restera-t-il ? Lui-même ne le sait pas, pas longtemps… Ou peut-être assez longtemps pour que Boris lui manque et qu'il ne puisse plus en rester éloigné.
Vanya sait tout de même qu'il ne donne pas la meilleure image qui soit. Il est transpirant, doit sentir le loup épuisé et sale, à des kilomètres. Et il est seul. Un loup solitaire peut toujours être de mauvais augure. Ces loups pourraient très bien le prendre pour un paria, même s'il dit le contraire. Et s'ils le refusent sur leurs terres, Vanya ne sait ce qu'il fera ensuite. Il sortira sûrement de cette forêt et s'écroulera dans le premier hôtel qu'il trouvera.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Juil - 14:32


Ester L. Braaten
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Edwina S. Svanhildesen, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund. ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 632 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/12/2015 ▹ AGE DU PERSO : 32 ▹ LOCALISATION : Bergen, quelque part dans la ville, à profiter de ses amants ou de la vulnérabilité de son esclave. En train de manipuler quelqu'un, de peaufiner un plan machiavélique ▹ HUMEUR : Changeante, massacrante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une lame aiguisée comme ses dents, une montre en argent pour être toujours ponctuelle et faire circuler les légendes, un rouge à lèvres carmin, une bague d'une valeur inestimable et un flacon de parfum. Elle a toujours un petit téléphone jetable ainsi qu'un petit carnet usé dans lequel elle note toutes les personnes quelle croise dans sa vie ainsi que les infos primordiales à leur sujet



Désormais nue devant l’inconnu, la jeune femme se tenait fermement sur ses deux jambes, prête à donner l’assaut au moindre mouvement brusque. Ce solitaire ne lui faisait pas peur, de toute façon il était sur son territoire, donc elle n’avait rien à craindre, absolument rien à craindre. Elle savait également qu’elle faisait son travail et que Solskinn n’aurait rien à lui reprocher, ainsi confiance et sérénité faisaient place nette dans son corps.
La première chose que l’étranger dit semble être un nom. Consonances différentes, il ne semble absolument pas d’ici. Pourtant, elle retint le nom qu’elle entend, se doutant bien qu’il ne serait pas suffisamment stupide pour la prendre pour une conne à cet instant. Largement en position d’infériorité, il n’aurait aucun intérêt à vouloir se mettre sciemment en danger, d’autant plus quand on voyait l’état – pitoyable, dans lequel il était. C’était évident que ce loup cherchait à entrer en Norvège et, sans doute à y rester. De ce fait, elle doutait fortement qu’il ferait preuve d’un comportement dangereux ou suicidaire. Bien au contraire même, elle s’attendait à ce qu’il capitule et se fasse discret.

Les mots qui sortent à nouveau de la bouche du jeune homme ne sont pas dans un Norvégien parfait, mais ils sont compréhensibles pour la jeune femme. Elle hoche la tête. Russe donc. Seul également. Tant mieux, elle n’avait pas envie de passer la journée à courir après des solitaires à foison. Par précaution néanmoins – parce qu’elle ne pouvait pas croire sur parole le premier étranger qui foulait le territoire norvégien, elle envoya un roux et un blond vérifier les frontières du territoire. Elle doutait qu’ils soient capables de faire correctement leur travail, mais elle ne pouvait pas passer son temps à les faire superviser par un loup argenté. Au bout d’un moment, elle était obligée de les laisser faire leurs preuves, du moins, autant qu’ils en étaient capables en tout cas. « Bienvenue à Bergen. » souffla la jeune femme, un sourire de circonstance sur le visage. Puis, pour plus de facilité, elle tenta l’anglais. Peut-être qu’il avait suffisamment de notions en anglais pour pouvoir discuter avec elle. « Comment êtes-vous arrivés jusqu’ici ? » Elle espérait qu’il serait en mesure de lui donner le plus de renseignements possibles, pour elle, comme pour le rapport qu’elle ferait au Roi. Elle était la responsable des traqueurs, de ceux qui laissaient – ou non, les loups entrer sur le territoire de Norvège, de ce fait, elle devait être sûre que les loups qui entraient n’étaient pas des menaces pour la sécurité du Royaume du Roi. Les quelques minutes qu’elle s’accordaient avec chaque solitaire étaient généralement suffisantes, bien qu’elle aurait préféré pouvoir avoir recours à d’autres types d’interrogatoires, pour s’assurer de la véracité des propos de chacun. Chose que Solskinn ne lui avait pas autorisé, à son plus grand déplaisir.



I told you to run, i'll burn your heart
YOU'R COMING TO SEE FENRIR
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Juil - 13:25


Vanya Volkson
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : ahka ▹ EMPREINTES : 78 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 27/05/2017 ▹ LOCALISATION : dans les environs ▹ HUMEUR : absolute водка

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Il ne comprend pas littéralement ce qu'elle lui répond, mais ses épaules se relâchent visiblement. C'est un accueil et un faible sourire se dessine sur les lèvres de la louve. Vanya n'a pas eu de grands espoirs, vu son apparence, la colère qui s'échappe de son corps bien malgré lui, il pensait n'avoir aucune chance. Peut-être que le loup ne renâclait pas tant que ça, finalement… Ou alors, il faisait tellement peine à voir qu'elle avait eu pitié et autant qu'il meurt d'épuisement auprès d'autres loups que seul, au bord de la route. Il échappe un soupir, et même s'il pourrait s'imposer de par sa stature, il baisse la tête en signe de considération et de respect. Avant de la relever quand la louve, Ester, prend la parole. Dans son état, il en avait presque oublié son nom, mais maintenant qu'il n'a plus à se préoccuper que d'une conversation, il lui revient. Elle venait de lui poser une question, mais ce n'était plus du norvégien. De l'anglais. Ah, si elle savait. Otto ne sait malheureusement pas mieux le parler. Il traduit son désarroi en passant sa main sur son cou puis dans ses cheveux, mordant ses lèvres. Ses yeux se détachent des loups pendant un instant, alors qu'il cherche ses mots.
Après un petit temps, il réussit à mentalement se créer une petite série de phrases qui résumeraient son parcours jusqu'ici. « Plus de meute, tous tués, seulement mon père et mon frère. Nous sommes partis vivre en Suède jusqu'à mort de mon père. Puis Oslo, avec mon frère et maintenant moi ici, seul depuis le départ, à pied la journée, loup la nuit. » Explique-t-il, gauchement. Vraiment, Vanya a l'impression d'être un louveteau sous les yeux curieux de ces autres. Il est mal à l'aise dans sa diction, toutefois, il sait que ce n'est la faute de personne. Le russe n'est pas courant dans les pays du nord et lui est simplement génétiquement inapte à apprendre une langue étrangère, rapidement en tout cas. Le loup devra tout de même apprendre le norvégien s'il veut vivre convenablement. Sauf s'il vit assez isolé qu'il ne rencontrera jamais personne et qu'il chasse pour se nourrir. C'est une option, mais Vanya n'est pas extrêmement tenté. Ce n'est pas isolé qu'il arrivera à se remettre sur pied.
Et même s'il n'avait pas oublié son état, son corps le lui rappelle alors que sa gorge sèche racle douloureusement. Il n'a pas bu depuis deux jours et c'est maintenant que les tournis commencent. Il fronce les sourcils, mais ne bouge pas. Selon l'attitude de la louve, Vanya décidera ou non de lui quémander un peu d'eau ou une source en tout cas. Il attendra, même si son esprit tangue et que ses cuisses tremblent.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Juil - 14:52


Ester L. Braaten
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Edwina S. Svanhildesen, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund. ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 632 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/12/2015 ▹ AGE DU PERSO : 32 ▹ LOCALISATION : Bergen, quelque part dans la ville, à profiter de ses amants ou de la vulnérabilité de son esclave. En train de manipuler quelqu'un, de peaufiner un plan machiavélique ▹ HUMEUR : Changeante, massacrante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une lame aiguisée comme ses dents, une montre en argent pour être toujours ponctuelle et faire circuler les légendes, un rouge à lèvres carmin, une bague d'une valeur inestimable et un flacon de parfum. Elle a toujours un petit téléphone jetable ainsi qu'un petit carnet usé dans lequel elle note toutes les personnes quelle croise dans sa vie ainsi que les infos primordiales à leur sujet



Elle n’est pas sûre qu’il comprenne ses mots, mais elle sent la tension diminuer et le constate de ses propres yeux sur sa posture. Peut être que, finalement, il a compris ses dires. Ester n’a pas réellement envie de se battre, contrairement aux loups blonds qui ne semblent demander que ça, elle préfère nettement la discussion, la négociation, voire même, la manipulation. Elle sait qu’elle doit conduire le loup au Roi, pour qu’il puisse recevoir son droit de passage, voire son droit de séjourner à Bergen, mais quand pourrait-elle le faire ? Pour le moment, elle n’a pas énormément d’informations à sa disposition et, elle ne sait pas du tout si elle pourra en avoir suffisamment pour justifier une visite au Roi. C’est sans doute ça, plus que la présence du solitaire qui l’énerve : ne pas savoir. Elle ne peut pas ne pas savoir. Bien au contraire, du fait de sa position et de l’importance de laisser – ou non, un solitaire entrer sur le territoire, elle se doit de savoir s’il représente une menace, s’il est seul, si elle peut le laisser passer voire pire, si elle peut prendre le risque de l’emmener jusqu’au roi. Et ça, c’est de sa responsabilité.

Quand elle finit par prendre la parole en anglais, un espoir de se faire comprendre par le jeune homme mieux qu’en norvégien – malgré son fort accent, elle se rend vite compte qu’il n’en est rien. Les mots sortent finalement de sa bouche, hésitants, placés avec maladresse dans une sorte de phrase et décrivent, de manière courte et succincte sa triste situation. Désormais orphelin de meute, seul en Norvège, il semble rechercher un nouveau départ. Il aurait fait son trajet sous forme de loup et sous forme humaine, alternant de forme la nuit et le jour. Pour lui faire comprendre qu’elle a entendu et compris ses dires, elle hoche la tête. Puis, par mesure de sécurité, repasse en norvégien. S’il a réussi à apprendre quelques mots, ça sera sans doute plus simple – pour les deux – dans sa langue maternelle qu’en anglais. « Puis-je voir vos affaires ? » Lui demanda-t-elle, articulant et parlant distinctement, évitant de mâcher les mots pour favoriser sa compréhension. Elle doute qu’elle puisse l’interroger vu le peu de vocabulaire qu’il présente, alors peut être que ses affaires lui donneront plus d’informations que sa conversation. Quelques minutes plus tard, les traqueurs préalablement envoyés reviennent bredouilles, il semblerait qu’il ai dit la vérité sur un point : il est seul.



I told you to run, i'll burn your heart
YOU'R COMING TO SEE FENRIR
Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Juil - 13:54


Vanya Volkson
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : ahka ▹ EMPREINTES : 78 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 27/05/2017 ▹ LOCALISATION : dans les environs ▹ HUMEUR : absolute водка

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Elle reprend en norvégien et le loup soupire. Si seulement ils parlaient Russe. Rien qu'une personne de ces opposants suffirait. Si seulement il n'avait pas à faire toute cette démarche pour entrer. Était-ce aussi compliqué pour entrer en Suède ? Non, il ne croit pas. Enfin, Vanya était jeune et encore traumatisé des événements, c'était comme un aveugle au final. La vision obstruée par la peine et la douleur. Il l'était aussi en ce jour, mais cette fois le loup devait faire avec ; tenter du mieux qu'il peut pour être convaincant à fin de trouver le repos. Ah, ça lui paraissait loin. Pourtant, elle avait souri, léger et conventionnel, mais c'était un espoir déjà.
Ses affaires. Si peu, mais pourtant si précieuses. Il hésite. Il ne sait si c'est son instinct ou sa simple possessivité, mais dévoiler ce qui lui reste de cher ne l'enthousiasme pas. Ne pouvait-elle pas le croire sur de simples paroles ? Vanya s'était rendu docile et respectueux, autant qu'il savait le faire. Mais bien sûr que non, ça ne suffisait pas. Toujours donner plus, pour recevoir. C'est dommage, car le loup commençait à en voir le bout. Alors, il gronde et ses mains se posent sur les bretelles du sac. C'est une attitude primitive et illogique, mais Vanya divague un peu alors ça lui semble tout à fait rationnel de défendre ce qui lui reste. Le sac ne contient pas grand-chose. Fines provisions, vêtements et objets à valeur émotionnelle forte. La chevalière de Lev, son père ; le livre favori de Boris. Ce qui lui reste de son ancienne vie, en somme.
« Je ne peux pas » Murmure-t-il, quand même. Ses yeux redeviennent méfiants et il inspecte le visage de la louve. Cela paraît vain, puisqu'elle a l'air de savoir garder une expression sérieuse. Qui sait quel sera sa prochaine décision, sa prochaine question. Le loup lui-même ne veut pas pousser sa chance. Le nombre de loups et les deux qui reviennent de la forêt lui rappellent qui est seul. Encore ce dilemme. « C'est trop précieux » Avoue-t-il, finalement. Et déjà il l'a un peu en travers de la gorge. Il suffit juste qu'elle le décide et ses serviteurs pourraient le lui arracher et marchander sa place sur le territoire. En fin de compte, ils sont tous les deux méfiants ; Vanya qui la toise du regard, répertoriant chaque battement de cils, chaque mouvement de travers.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Aoû - 10:57


Ester L. Braaten
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Edwina S. Svanhildesen, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund. ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 632 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/12/2015 ▹ AGE DU PERSO : 32 ▹ LOCALISATION : Bergen, quelque part dans la ville, à profiter de ses amants ou de la vulnérabilité de son esclave. En train de manipuler quelqu'un, de peaufiner un plan machiavélique ▹ HUMEUR : Changeante, massacrante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une lame aiguisée comme ses dents, une montre en argent pour être toujours ponctuelle et faire circuler les légendes, un rouge à lèvres carmin, une bague d'une valeur inestimable et un flacon de parfum. Elle a toujours un petit téléphone jetable ainsi qu'un petit carnet usé dans lequel elle note toutes les personnes quelle croise dans sa vie ainsi que les infos primordiales à leur sujet



Le loup soupir. Elle hausse un sourcil étonné. Oui, bien sûr, rien n’est simple et les procédures sont parfois longues, mais ce n’est pas à lui d’en décider. La Traqueuse est très surprise du comportement de l’étranger. Certes, il peut ne pas être au courant de la situation de la Norvège, mais il n’a pas à se comporter de la sorte, elle en est persuadée. Le respect est de mise, dans toutes les situations, même quand elles peuvent s’avérer longues et plutôt déplaisantes. Réellement déplaisantes. Toujours est-il, qu’elle se devait d’assurer la sécurité des loups et donc de s’assurer que cet étranger n’était en rien une menace ; ce qui – pour le moment en tout cas – n’avait pas été assuré.
Elle lui demanda donc ses effets personnels. Celui-ci n’était pas énormément vêtu, ni même chargé, il ne devait pas avoir grand-chose, mais il pouvait toujours avoir pris des bombes ou des choses dangereuses. Evidemment, leur odorat les aurait informés d’une présence d’explosif ou de combustible – et encore, si c’était dans des contenants hermétiques, non – mais au-delà de ça, comme il parlait très peu leur langue, elle espérait comprendre sa vie et sa personne de la sorte. Elle ne pouvait pas l’amener devant le Roi avec rien. C’était complètement impossible, sauf en cas d’extrême urgence, évidemment.

Evidemment, il fallut qu’il refuse. Elle fronce les sourcils, qu’avait-il pris dans son sac qu’il refusait de montrer à ceux qui le lui demandait ? Peut-être qu’il avait des choses personnelles, très personnelles, mais ce n’était pas son problème. Elle n’était pas là pour le juger lui, mais pour juger le danger qu’il pouvait représenter. Et ça, ça nécessitait de voir ses effets personnels, qu’il apprécie ou non. « Montrez-moi votre sac ! » Exigea la traqueuse, en tendant la main vers ses effets personnels. Quand il expliqua que c’était trop précieux, elle haussa un sourcil méprisant. Pauvre petit chéri. Elle n’en avait rien à faire, rien à faire. « Vous avez des difficultés à parler. » Elle fit une pause, poursuivie. « Votre sac parlera pour vous. » C’était le plus simple qu’elle avait trouvé, tout en étant le plus clair. Mais, évidemment, voyant qu’il s’agrippait à ses affaires comme à une poupée, voyant également sa posture défensive, Ester ne put s’empêcher de changer ses appuis – au cas où. Si jamais ça venait à dégénérer, elle serait prête. Les loups derrière modifièrent leur position. D’une position d’accueil, ils se mirent en position d’encerclement, prêts à lui couper toute retraite, prêts à lui sauter à la gorge au moindre geste brusque. « Il n’y aura pas de troisième fois. » Prévient-elle. « Donnez-moi, votre sac. » Martela la jeune femme. Elle n’allait pas attendre plus longtemps, mais par souci de sécurité, elle était obligée d’être prudente et de répéter – au moins une fois, ses demandes. Si ça prochaine réponse est un refus, elle savait pertinemment qu’elle lui sauterait à la gorge et, sans aucune hésitation.



I told you to run, i'll burn your heart
YOU'R COMING TO SEE FENRIR
Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Aoû - 17:33


Vanya Volkson
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : ahka ▹ EMPREINTES : 78 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 27/05/2017 ▹ LOCALISATION : dans les environs ▹ HUMEUR : absolute водка

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Ça doit lui paraître futile, ridicule, un loup qui s'attache à son sac à dos comme un enfant à sa peluche. Ça lui fait perdre de la crédibilité, même s'il garde son assurance. Peu importe, il voit déjà le dédain dans les yeux de son adversaire. Les mots secs de celle-ci ne lui font pas peur, il ne bronche pas, garde sous contrôle visuel son périmètre. Ils vont sûrement lui sauter dessus, parce qu'ils pensent que Vanya cache quelque chose, par son simple refus. La violence qu'ils infligeront ne servira à rien, parce qu'en vérité, il n'y a que des objets sans intérêts, d'un point de vue extérieur. Ils n'hésiteront pas ; qu'est-ce qu'ils en savent, eux, de la perte d'une patrie, de la douleur et des pensées noires qui hantent l'esprit des années après. Rien, aucun d'eux, n'a la douleur si vive qu'elle s'évapore par l'aura. Personne pour comprendre ses mots, ni ses maux. Il a bien compris que les sentiments non rien à faire dans cette situation. C'est dommage pour lui, parce qu'il en est plein.

Elle hausse le ton, sa patience s'effiloche, s'affine et Vanya n'a toujours pas bougé. Son souffle est mesuré, ses muscles vibrent sous la tension ; quand la pression tombera, va savoir quand, le loup sera sûrement épuisé, voire incapable de se relever. Pas maintenant, il doit rester vigilant, ouvert au moindre bruit, comme son frère savait si bien le faire. Dans sa tête, c'est la tornade. Elle bouscule tout, frappe son crâne et bouscule ses pensées. La fatigue amène le délire et les grondements des autres loups lui résonnent dans la tête. Son cas ne fait qu'empirer. Pourtant, il est aussi déterminé à ne pas montrer le contenu de son sac, entêtement stupide, qui lui coûtera peut-être la vie. Le langage corporel de la louve change et ses toutous zélés se rapprochent dangereusement de Vanya. Quelle erreur, tout ceci n'est qu'une erreur. Qu'allait-il bien faire, maintenant. La fuite n'était pas une solution, il faudrait une distraction, puis le loup s'échapperait dans leur territoire, traçable par son odeur, c'était vain. Se battre, même s'il pouvait en amocher plusieurs, il n'arriverait pas sans sérieuses difficultés au bout de tout ces loups, puis à quoi ça le mènerait, à part à une condamnation pour crimes.

Si seulement, il n'avait pas tant de vêtements sur lui. Tant pis, il ne lui restait rien, plus de meute, plus de famille, son nom n'avait plus de valeur. Lui-même n'avait plus de valeur, aucun rang à pourvoir dans une meute. C'était son dernier trésor qu'il gardait dans son sac, les souvenirs et les odeurs passées qui s'étaient fixées sur les biens. Il n'avait rien à perdre et la raison lui faisait défaut, c'est pourquoi toujours stoïque, les mains retombées à ses côtés, ses ongles, discrètement, s'allongèrent en lames tranchantes. Peu de temps faudrait aux autres pour le remarquer, Vanya espère juste qu'ils soient pris au dépourvu, ou bien qu'ils soient de mauvais attaquants. C'est peu probable, les crocs savent toujours se frayer aisément un chemin dans la chair, même pour un louveteau. « Nyet. » C'est court, mais clair et l'expression amère du loup ne laisse pas de doute sur le sérieux du propos. Même s'il finit par se rendre, ce ne sera pas sans avoir résisté un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Aoû - 20:30


Ester L. Braaten
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Edwina S. Svanhildesen, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund. ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 632 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/12/2015 ▹ AGE DU PERSO : 32 ▹ LOCALISATION : Bergen, quelque part dans la ville, à profiter de ses amants ou de la vulnérabilité de son esclave. En train de manipuler quelqu'un, de peaufiner un plan machiavélique ▹ HUMEUR : Changeante, massacrante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une lame aiguisée comme ses dents, une montre en argent pour être toujours ponctuelle et faire circuler les légendes, un rouge à lèvres carmin, une bague d'une valeur inestimable et un flacon de parfum. Elle a toujours un petit téléphone jetable ainsi qu'un petit carnet usé dans lequel elle note toutes les personnes quelle croise dans sa vie ainsi que les infos primordiales à leur sujet



Le loup n’était pas des plus futés. Etranger, solitaire, le voilà désormais qui – notons-le, pour une pauvre histoire de sac à dos – se met sur le dos les meutes qu’il tente d’amadouer pour sauver son passage en Norvège. Soupirant, Ester ne perd pas de temps et ses mains deviennent pattes. Elle n’a pas que ça à faire, d’attendre une petite querelle qui ne viendra peut-être pas et qui, surtout, n’était à la base que le fruit d’une vérification de routine. Elle ne comprenait pas pourquoi il faisait toute une montagne de son sac. Qu’il se rassure, elle ne comptait pas le garder ! Qu’aurait-elle bien pu faire avec un sac d’une telle médiocrité ? La jeune traqueuse était presque outrée qu’il s’inquiète qu’elle puisse le lui voler, n’avait-il pas donc vu à qui il s’adressait ? Le coup de patte passa, détruisant les lanières du sac – et tout ce qui pouvait se trouver autour (enfin, elle n’était pas non plus capable de tuer d’un coup de patte, mais elle avait fait des ravages). Un grognement menaçant s’échappa de sa gorge, instinctif. Il était clair : il arrêtait ses conneries maintenant et il s’en sortait, ou alors ça allait très mal se finir.

Les loups présents autour de la traqueuse resserrèrent l’étau qui se formait lentement autour du solitaire, afin de lui ôter toute retraite possible. Ils n’avaient pas trente-six milles solutions, ils devaient désormais agir et vite. Le solitaire n’était apparemment pas un ami de la Norvège, ou alors il était très stupide, la fuite n’était donc pas possible pour ce dernier et jamais la traqueuse n’autoriserait ses loups à le perdre. Elle ne comptait pas bâcler aussi facilement son travail et décevoir son Roi. Au-delà même de ses responsabilités envers la couronne, elle ne voulait pas perdre son temps inutilement pour un loup aussi futile. Les remontrances qui ne tarderaient pas à venir suite à toute erreur seraient une trop grosse perte de temps, par rapport à la prise qu’il représentait. Clairement, il ne méritait pas toute cette agitation. Un coup d’odorat lui suffit pour comprendre que le solitaire n’allait certainement pas se laisser faire. Tant mieux. Ça faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas pu se dégourdir les pattes et quoi de mieux qu’une démonstration de force pour solidariser une nouvelle équipe ? Les autres meutes avaient bien besoin de comprendre qu’elle était la Chef et que la meute argentée savait tenir ses paroles. Autant dire que leur montrer ce dont elle était capable était une réelle opportunité. Peut-être que comme ça, ils cesseraient enfin de se marcher les uns sur les autres.



I told you to run, i'll burn your heart
YOU'R COMING TO SEE FENRIR
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Sep - 22:04


Vanya Volkson
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : ahka ▹ EMPREINTES : 78 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 27/05/2017 ▹ LOCALISATION : dans les environs ▹ HUMEUR : absolute водка

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Tout aurait pu se passer autrement. Cette journée aurait pu se passer autrement. Vanya aurait pu rester dans un hôtel, la veille, au lieu de s'entêter à continuer. Il aurait pu rebrousser chemin, il aurait même pu mourir de soif ; il aurait pu ne pas être là, les lames au bout des doigts, les cheveux voilant ses yeux imbibés de sang, la fatigue rongeant ses muscles. Ah, avec un peu de chance, le loup aurait pu même se retrouver en Russie, si on oubliait les dernières années. Qu'est-ce qu'il leur en voulait, à ces loups, ces parias de Sibérie. Ceux qui lui avaient volé sa vie. La rage monte, autant que l'adrénaline alors que la louve le dévisage. Le voile du délire lui cache plus la réalité du moment, que ses mèches brunes qui s'entremêlent sur ses paupières. Il est devenu un paria. Et ça lui coupe le souffle. Pas le temps de s'en remettre que la louve s'abat sur lui et de ses griffes fend les lanières de son sac. Finalement, c'est lui, qui est pris au dépourvu. La patte a laissé des entailles qui à petit feu, brûlent. Une douleur de plus, mais qui l'éveille. Elle gronde.

Vanya essaye tant bien que mal de secouer la brume qui pèse sur son esprit. Les loups se rapprochent et enfin, son torse vibre sous la menace. Il repère son sac, qui traîne sur le sol, à ses pieds ; rien que cette vue fait monter en lui, la haine. Haine du passé, haine du présent, aucun futur pour un loup tel que lui. Ses yeux luisent du vice qui le ronge. Une envie de tout détruire pousse en lui, grandit et s'étend jusque dans ses articulations, mais il se contient. De justesse. Son haut est en débris à cause de la louve, il le retire. S'en suit son bas, ses chaussures. Parce que même si la violence a brisé sa vie, même si le loup la fuit comme du poison mortel, elle est en lui. Celle-ci frétille, inlassablement, le pousse aux décisions hâtives, à l'illogisme, au danger. Si cette louve croit qu'elle atteindra ses derniers biens sans du rouge sur ses longs poils d'argent, elle se trompe. La masse humaine de Vanya mute en pelage, tantôt brun, tantôt plus clair. On ne voit que ses yeux bleus qui transpercent l'épaisse fourrure foncée qui couvre sa gueule. Bien plus efficace sous cette forme, la fièvre, néanmoins, reste vive ; et alors que le loup pense voir un autre qui s'avance, prêt à lui asséner le premier coup, Vanya se recule, vif.

Les crocs se referment violemment, dangereusement proches. Le choc claque, fait vibrer les parois de la gueule meurtrière. Le loup, seul, le solitaire, semble prêt à se perdre dans l'altercation. Ce n'est sans compter la flamme qui part et se hâte d'engloutir la flaque d'alcool qui émane du sac. La vodka brisée a laissé couler un flot de son liquide qui rentre en contact avec l'étincelle qu'a émise le briquet. Le manteau de poils toujours hérissés comme une bête sauvage, la flamme rappelle au loup ce qu'il tenait tant à protéger. L'infortune brûle et se reflète dans les yeux de Vanya ; tout ce qui lui reste part en fumée. Comme un choc électrique, le souffle lui revient et sans y penser à deux fois, le sac disparaît avec le loup. Il pousse de tout son poids ceux qui le gênent et détale. De l'eau, quelque chose pour sauver sa mémoire. Le feu continue de monter et le tissu lâche ; arrêté, devant lui, la Russie devient poussière. Abattu, vaincu par sa propre bêtise.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Sep - 19:19


Ester L. Braaten
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Edwina S. Svanhildesen, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund. ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 632 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/12/2015 ▹ AGE DU PERSO : 32 ▹ LOCALISATION : Bergen, quelque part dans la ville, à profiter de ses amants ou de la vulnérabilité de son esclave. En train de manipuler quelqu'un, de peaufiner un plan machiavélique ▹ HUMEUR : Changeante, massacrante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une lame aiguisée comme ses dents, une montre en argent pour être toujours ponctuelle et faire circuler les légendes, un rouge à lèvres carmin, une bague d'une valeur inestimable et un flacon de parfum. Elle a toujours un petit téléphone jetable ainsi qu'un petit carnet usé dans lequel elle note toutes les personnes quelle croise dans sa vie ainsi que les infos primordiales à leur sujet



Il gronde, enrage, claque des dents et avant qu’elle n’ai pu réagir, le voilà qui renverse son sac, brise à l’odeur, le flacon de vodka qui se trouvait dedans. Le feu vient se mêler à la situation, la louve mute dans son coin, observant tout et n’acceptant pas de le laisser partir. Pourtant, le voilà qui pousse les loups, qui les écartent, le sac dans la gueule, à la recherche – sans doute, d’un cours d’eau. Pas le temps de se reposer, c’est haletante qu’elle lance la chasse avec les traqueurs. Ils lui courent après, n’acceptant pas de le laisser partir. Ils l’encerclent et l’acculent, quand enfin ils le retrouvent devant un sac en miette et qui brûle sans laisser de trace de son passé. C’était bien la peine de se battre de la sorte pour quelques maigres possessions. S’il n’en avait pas fait tout un plat, tout serait encore là. Sous cette forme, la louve ne peut verbaliser et pourtant, qu’est-ce qu’elle aimerait lui asséner qu’elle avait raison ! Elle gronde, claque des mâchoires et lui intime de se tenir tranquille. Les loups avancent, le serrent et petit à petit, le forcent à prendre la direction du palais. Il rendra des comptes au Roi désormais. Ce n’est plus de son ressort.
En espérant qu’il ne joue pas au con une fois de plus et se comporte décemment. Par précaution, la louve se tient derrière lui, prête à lui sauter dessus au moindre écart. Tous les loups l’entourent, s’assurant qu’il suit le bon chemin et qu’il ne dévie pas. Des grognements et des claquements de crocs se font entendre, il ne sortira pas du cercle qui l’entoure.



I told you to run, i'll burn your heart
YOU'R COMING TO SEE FENRIR
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
puisses-tu courir sous la Lune






Revenir en haut Aller en bas
 

Both have sharp teeth + Ester

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SHOW ME YOUR TEETH.
» Rapha Condor - Sharp
» Patrick Sharp
» LIAM SHARP
» Sharp serait un membre des caps la semaine prochaine ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Haukàss-
Sauter vers: