Mitose des théories [Edwina]
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS EN COURS

Aucun pour le moment, ça ne saurait tarder.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- bêta de la meute brune ici.
- petite soeur portée disparue ici.
- bêta de la meute rousse ici.
- le jouet humain d'une louve ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.

VOTE POUR LE FORUM




 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Mitose des théories [Edwina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lun 18 Sep - 15:28


Humains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Amelia Andersen / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 596 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/01/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Quelque part entre son ordinateur et son labo ▹ HUMEUR : J'ai perdu mes lunettes, enfin j'ai pas voulu les mettre, elle me font une drôle de tête, une tête d'un geek à lunettes…

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Un guide français-norvégien, un étui à lunette, un spray lacrimogène (on sait jamais), un livre pour les moments d'ennui, un paquet de chocobons

http://lpartefact.tumblr.com


Lieu et date du rp : 18 avril 2018
Protagonistes: Gabriel et Edwina, éventuellement d'autres blonds
Résumé du rp: Gabriel se rend chez les Svanhildesen pour rendre son projet de recherches
Actions réalisées au cours de ce rp: Gabriel obtient le feu vert définitif de la meute blonde pour ses recherches et confie la clef de ses données à Edwina.


Mitose des Théories
Feat. Edwina
«These facts shaw that mitosis is due to the co-ordinate play of an extremely complex system of forces which are as yet scarcely comprehended. Its purpose is, however, as obvious as its physiological explanation is difficult. It is the end of mitosis to divide every part of the chromatin of the mother-cell equally between the daughter-nuclei. All the other operations are tributary to this. We may therefore regard the mitotic figure as essentially an apparatus for the distribution of the hereditary substance, and in this sense as the especial instrument of inheritance.»
Edmund Beecher Wilson The Cell in Development and Inheritance

Gabriel regarda l’écran de son téléphone, sceptique, songeant que Google Maps avait dû le perdre dans un endroit improbable. Il était entouré de belles maisons, sûrement à deux reins de loyer par mois, et devant un énorme manoir qu’on pourrait se payer sûrement qu’en gagnant à l’Euromillion ; ce qui lui semblait un peu grand pour loger une simple bibliothécaire. Certes, soeur d’une ancienne Reine, certes, une Alpha, mais cela lui paraissait quand même gros. Il songea ensuite que peut-être qu’il avait rentré la mauvaise adresse, mais impossible, le message que lui avait glissé Edwina était formel : il était au bon endroit. La plaque du manoir le lui confirma : il était bien chez les Svanhildesen. Lui qui était rarement surpris, la blonde avait réussi à le surprendre. Au vu de sa simplicité, il ne l’aurait jamais imaginé avoir grandi dans un lieu pareil. D’une certaine manière, il avait plus l’impression d’être devant un monument historique qu’une habitation. Il se rappela soudainement qu’Edwina lui avait prévenu que sa famille ne manquait pas de moyens. Il ne l’avait pas vraiment prise au sérieux à ce moment-là, mais il avait fait visiblement une erreur à cause de ce qu’il avait jugé d’elle. Ne dit-on pas que les vraies familles nobles sont souvent les plus discrètes, et les nouveaux riches les plus ostentatoires ?
Une fois l’étonnement passé, il décida d’appuyer sur la sonnette. Quelques instants plus tard, le portail électrique s’ouvrit avec une lenteur affligeante pour les impatients. Car impatient, il l’était un peu à ce moment là. Il avait travaillé d’arrache-pied dès le premier janvier pour fournir un travail impeccable à Edwina et Elias. Son épais dossier contenait les méthodes de recherches, les théories, le matériel, le nombre de premiers testeurs nécessaire pour commencer à affiner ses hypothèses. Si elle aimait lire, elle aurait un beau livre de chevet. Il avait fait en sorte de vulgariser certains termes afin que même un néophyte en sciences puisse comprendre. C’était sûrement l’exercice le plus difficile. C’était comme si on ne pouvait pas appeler un couteau «un couteau» lors d’un repas, parce que la personne en face ne savait pas ce qu’était un couteau. Ensuite, il avait beaucoup travaillé sur la sécurité informatique. Ce n’était pas encore au point, mais il lui avait semblé prioritaire de sécuriser ses futures données. C’était ce sur quoi il travaillerait après avoir rendu son travail, ceci le temps de trouver assez de volontaires qui correspondent aux critères qu’il avait listé dans le dossier. Dans un premier temps, il lui faudrait des loups pas très agressifs, qui se laisseraient manipuler sans problèmes sous forme lupine par un humain. Dans un second temps, une fois qu’il serait plus habitué à leur force et leur façon d’agir, il pourrait peut-être prendre des sujets plus sauvages. Pour sa part, il savait qu’il préfèrerait leur forme lupine à leur forme humaine, puisqu’ils seraient privés de la capacité de parler.
Il s’avança dans l’allée, regardant d’un bref coup d’oeil les gamins qui jouaient au loin dans le parc et qui ne faisaient pas attention à lui. Il s’avança jusqu’à la porte, qui s’ouvrit lors qu’il voulut appuyer sur la sonnette sur un homme-loup aux cheveux d’or. On lui indiqua qu’on allait le conduire jusqu’à Edwina.
 

Code©L.R / Image "Anatomie" ©L.R.
Revenir en haut Aller en bas
http://lpartefact.tumblr.com
Mer 20 Sep - 21:28


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 3041 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Les jours étaient passés, les discussions avaient été nombreuses et les préparatifs pratiquement incessants. Elle avait eu l’impression de ne jamais pouvoir s’arrêter. Prévenir les loups, organiser son départ, répéter à sa sœur tout ce qu’elle devait savoir – oublier la moitié des choses qu’elle avait à lui dire. Entrainer les troupes, vérifier que tout le monde allait bien, ne pas laisser percer la moindre de ses pensées à son entourage. Tout était fatiguant, harassant, mais c’était pour la bonne cause. Son prochain départ pour les USA était toujours un véritable secret et, malgré sa fatigue, elle savait qu’il en serait de même.
Aujourd’hui, pourtant, était un jour particulier pour la jeune femme. D’une certaine façon, elle ne savait pas trop quoi en penser. Gabriel, l’humain qu’elle avait rencontré à de maintes reprises, était désormais en course pour un projet de grande envergure : prouver le bien fait des loups, ou au moins, qu’ils n’étaient en rien dangereux. Pour ce faire, il avait eu le droit à tout ce qu’il désirait, tout en méprisant – sans le vouloir, sans doute – la richesse et les liens qu’avaient la famille Svanhildesen. C’était ce jour-là qu’elle allait tout découvrir de son projet et savoir si, oui ou non, il était prêt à reconsidéré l’offre qu’elle lui avait faite. Du haut de son bureau, elle nota les allers et retours des louveteaux. C’était derrière la maison, un grand parc, un endroit où toutes les familles pouvaient venir et où ils apprenaient à tous grandir ensemble. C’était là que la meute se formait au final, là qu’ils apprenaient à devenir unis et si différents de toutes les autres meutes. Là que l’essence même des blonds était formée. Dans ce parc et dans chaque parcelle de la demeure familiale. C’était là qu’elle avait fondé sa propre vie, là qu’elle avait grandi entourée de personnes aimantes et douces. Là qu’elle avait tout vécu, ou presque. Quitter tout ça était difficile, mais elle savait que c’était nécessaire. C’était la seule façon d’éviter un génocide. Elle le savait, l’accepter était une toute autre histoire.
On frappa à sa porte, un grognement sortit de sa bouche. « Gabriel Chevalier. » Elle hocha la tête et le loup repartit. Vêtue d’une robe traditionnelle émeraude, ses cheveux remontés en un chignon détaché, Edwina semblait tout droit sortie d’un film de fantasy. D’autant plus avec ses longues boucles d’oreilles et son maquillage d’alpha autour des yeux, du nez et sur son front. Elle avait fait ses rituels auprès de Fenrir et ce depuis quelques temps déjà, pour s’assurer bonne fortune et sécurité. La seule façon qu’elle avait désormais de se rassurer. Elle n’arrivait même plus à regarder Skuli dans les yeux, prétextant la moindre occasion pour se rapprocher de lui et profiter de sa personne, avant de lui briser le cœur par nécessité. Alors que les pas de l’humain résonnaient dans la maisonnée, elle se reprit, sécha ses yeux et redessina le trait de maquillage qui s’était estompée, elle fit quelques places sur son bureau, nettoya le fauteuil pour l’humain et ouvrit la porte. D’un hochement de tête, elle fit signe au gamma de sortir et de les laisser. Pour une fois, Niklaus n’était pas dans son fauteuil au fond de la pièce à tout écouter et c’était beaucoup mieux. Elle n’avait pas envie d’expliquer sa position à l’humain. « Gabriel. » Elle lui serre la main, lui offre un sourire charmant. « Je t’en prie entre et viens t’asseoir. » Elle lui ouvre grand la porte, referme derrière lui. Le bureau est impressionnant, d’un côté une énorme baie vitrée, avec un bureau en ébène et deux gros fauteuils, de l’autre un coin salon plus cosy et années 80. « Un verre ? Un café ? Un thé ? Un gâteau ? » Lui demanda-t-elle avant qu’ils ne se mettent à travailler. « Oh et fais comme chez toi surtout, ne te dérange pas. » Pieds nus, sa robe volant à chaque mouvement qu’elle faisait, Edwina était dans son élément, emplie d’une sérénité non habituelle. Réussissant à dégager pour un temps le stress de son esprit, elle préférait se focaliser sur la discussion qu’ils allaient avoir. Mais avant, elle souhaitait prendre de ses nouvelles et lui présenter la meute. « Avant qu’on commence, je pense qu’il faut que tu vois quelque chose. » Elle lui fit un petit sourire et lui fit signe de venir jusqu’à la baie vitrée. D’un sourire timide et rassurant, elle lui désigna le contrebas. « Je te présente une partie de la meute blonde. » Sous ses yeux, des louveteaux, des loups plus vieux, des humains – parfois nus, parfois habillés, vivaient tous ensemble. Le temps n’était pas très ensoleillé, mais il ne pleuvait pas pour autant et pourtant, ils mangeaient dehors, s’amusaient et se dénudaient sans souci. « Je leur ai demandé de rester dehors le temps que tu discutes avec moi et prennes conscience de notre réalité. » Un léger sourire sur le visage, elle poursuit. « Mais je pense que les petits ne vont pas se retenir et vont venir entre tes pattes quand tu partiras. » Car ils ne pourront pas venir défier son autorité cette fois-ci, les parents s’en assureront. « Tu vas bien ? » Finit-elle par lui demander, quand même inquiète qu’il tombe dans les pommes. C’était une chose de parler de loups, une autre de les voir réellement.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Sep - 14:46


Humains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Amelia Andersen / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 596 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/01/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Quelque part entre son ordinateur et son labo ▹ HUMEUR : J'ai perdu mes lunettes, enfin j'ai pas voulu les mettre, elle me font une drôle de tête, une tête d'un geek à lunettes…

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Un guide français-norvégien, un étui à lunette, un spray lacrimogène (on sait jamais), un livre pour les moments d'ennui, un paquet de chocobons

http://lpartefact.tumblr.com



Mitose des Théories
Feat. Edwina
Il pénétra le bureau dès que l’homme-loup lui confirma que son alpha était disponible pour le recevoir. Il la salua avec un peu d’hésitation, essayant de faire l’effort de ne pas trop la dévisager à cause de son maquillage et de sa tenue un peu... elfique ? Il ne savait pas vraiment comment la qualifier, mais il avait l’impression qu’il arrivait un peu avant une fête costumée, ou alors qu’elle venait de faire un shooting photo dans le parc avec de sa maison, comme le font toujours les cosplayers. Avait-elle ce genre de passion ? Arrivait-il au milieu d’un timing serré avant le début d’une réception ? Cette tenue avait-elle une signification particulière réelle ? Était-ce juste un délire avec elle-même parce qu’elle était chez elle et qu’elle faisait ce qu’elle voulait ? Il n’osait pas vraiment demander. Et, il ne savait pourquoi, il s’était plutôt attendu à ce qu’elle l’accueille totalement nue. C’était même plus logique ; elle était chez elle entourée de loups, donc oui, il était persuadé que sans cette... tenue, elle aurait ouvert à poil. Il finit par passer à autre chose. Il était un peu étonné mais n’apporta aucun jugement. Surtout avec ses vieux pulls qui agonisaient encore plus à chaque lavage, ses cheveux qui voyaient rarement le coiffeur et ses t-shirts de geek qui feraient hurler Christina Cordula de douleur. Il s’installa en silence sur le fauteuil qu’on lui désigna, enlevant les couches de manteau et de pull qui lui permettaient de survivre au froid norvégien.

- Je veux bien un thé, merci, répondit-il avec son éternel sourire poli. Edwina lui semblait détendue, c’était une bonne chose. Peut-être serait-elle plus apte à le supporter. Celle-ci lui demanda de venir jusqu’à la baie vitrée, car elle devait lui montrer quelque chose. Ce quelque chose était des hommes et femmes-loups, avec des enfants qui jouaient ensembles. Lui n’y voyait que des gens, des familles ; il n’était même pas étonné par les loups dorés qui courraient partout et la nudité de certains. C’était peut-être parce que cela correspondait tout à fait à ce qu’il avait imaginé d’une société complètement lupine, libre des règles imposées par les humains. Il s’inquiétait même plus de voir la pluie s’abattre sur leur joyeux moment et du froid environnant que du reste. Surtout que la Norvège avait cette fâcheuse tendance à présenter toutes les saisons en une journée en été et au printemps. Comme l’Écosse, mais les kilts en moins.

- Je leur ai demandé de rester dehors le temps que tu discutes avec moi et prennes conscience de notre réalité. - Il fronça les sourcils. Il ne savait pas vraiment ce qu’elle sous-entendait par «prendre conscience de notre réalité» - Mais je pense que les petits ne vont pas se retenir et vont venir entre tes pattes quand tu partiras. - Un silence - Tu vas bien ?
- Hé bien... - Il chercha un instant le sens de sa question : dans quel sens ? Maintenant ? En global ? En global ce n’était jamais la joie, mais bon, quand on vous demandait si vous alliez bien, ce n’était pas pour vous entendre vous plaindre. On va dire alors sur l’instant.
- Pas de soucis... Enfin pour vos camarades, tant que c’est sous leur forme lupine ça ira, ils ne pourront pas m’assaillir de questions auxquelles je n’ai pas envie de répondre et je les trouverais bien plus mignons, répondit-il dans un sourire pour faire songer qu’il plaisantait bien que ce n’était pas le cas. Il attendit quelques secondes pour voir si Edwina avait autre chose à lui dire. C’est vrai il souhaitait lui présenter son dossier, mais il avait l’impression que son interlude à la fenêtre n’était pas terminé.  

Code©L.R / Image "Anatomie" ©L.R.
Revenir en haut Aller en bas
http://lpartefact.tumblr.com
Mer 27 Sep - 20:41


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 3041 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



L’alpha lui sert un thé, rassurée, sereine. Qu’importe ce qu’il se passera désormais, elle sait que c’est la seule marche à suivre. Elle savait également qu’il n’existait pas trente-six milles solutions pour parvenir à leur fin et que protéger les plus faibles était son devoir d’alpha. Elle craignait juste l’avenir, incertain et bien plus mystérieux que tout ce à quoi pouvait s’attendre la meute. Meute qui, encore aujourd’hui, ne savait rien de ce qui allait bien pouvoir se passer. Parce qu’aucun d’entre eux ne pouvaient imaginer ce qu’il risquait désormais de se passer. Un instant, un court instant, le doute la submergea. Forte, incapable d’accepter de laisser l’inquiétude la gagner et lui dicter ce qu’elle devait faire et penser, elle reflua ce sentiment au fond de son esprit. Pour plus tard. A cet instant, elle se devait de se concentrer sur ce qu’il se passait. Croisant son reflet dans la baie vitrée de son bureau, alors qu’elle ramenait à l’humain son thé, elle laissa un rire joyeux s’échapper d’entre ses lèvres. « Navrée, j’avais complètement oublié que j’étais maquillée de manière très traditionnelle. » Elle éclata d’un rire léger. « Je pense que tu as dû te poser pas mal de question et, d’ailleurs, avant de poursuivre, tutoies moi s’il te plaît. » Elle n’avait pas l’âge de se faire vouvoyer, oh que non. Bien que, parfois, son énervement prenait le pas et elle retournait au vouvoiement, mais il s’agissait d’un autre débat. « Pour te donner une courte explication, c’est la tenue que nous portons pour rappeler à tous notre rang. Mon maquillage, ma coiffure, mon vêtement indique que je suis alpha de meute. Nous l’utilisons lors de rituels religieux. Je te rassure, rien qui implique des cœurs d’êtres humains ou ce genre de choses. » Sourire gêné sur le visage, elle savait très bien ce qu’il se racontait sur les loup-garous.

Revenant au fil de la discussion, elle écouta attentivement les propos du brun à ses côtés. Souriant à ces derniers, elle comprenait. « C’est sûr, ils ne poseront pas de questions, mais ils seront très sûrement capables de te japper dessus et de tirer sur tes vêtements. » elle haussa les épaules. « En gros, vois ça comme des chiots. » En un poil plus gros. « Je vais m’absenter pendant… Disons une durée indéterminée. » Courte hésitation, elle ne peut pas trop lui en révéler. Et pourtant. Son odeur finira par disparaître et jamais le roi ne soupçonnerait une meute de s’allier avec des humains. Alors, et si elle lui en parlait ? Non, c’était trop risqué. « Tu seras mis en relation avec ma sœur, Olena, qui prendra suite au projet que nous avons ensemble. » Ses yeux tombent sur son interlocuteur, confiants. « J’ai toute confiance en elle, elle saura t’aiguiller et te faire parvenir les moyens dont tu auras besoin. » Elle soupira, incapable de lui donner une date de retour. « J’ai hâte et j’ai peur que les expérimentations commencent. Nous avons beaucoup subi ces derniers temps, il faudra que tu fasses attention, ils pourraient très vite s’inquiéter et mal juger tes propos, ou tes actes. » Surtout s’il faisait preuve de son indélicatesse légendaire. « Après, si tu as des questions, je suis toute ouïe. » Parce qu’il était temps qu’ils parlent sérieusement.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Oct - 15:25


Humains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Amelia Andersen / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 596 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/01/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Quelque part entre son ordinateur et son labo ▹ HUMEUR : J'ai perdu mes lunettes, enfin j'ai pas voulu les mettre, elle me font une drôle de tête, une tête d'un geek à lunettes…

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Un guide français-norvégien, un étui à lunette, un spray lacrimogène (on sait jamais), un livre pour les moments d'ennui, un paquet de chocobons

http://lpartefact.tumblr.com



Mitose des Théories
Feat. Edwina
Il se saisit de son thé puis en apprécia la chaleur qui envahit ses mains, ainsi que la délicieuse odeur fleurie qui chatouillait ses narines. Il souffla dessus plusieurs fois pour le refroidir. Edwina ne tarda pas à répondre à ses questions silencieuses sur sa tenue. Il se contenta de hocher la tête d’un air sérieux sans vraiment tenir compte de sa remarque sur les sacrifices. Il n’osait pas vraiment en parler, il n’y avait même jamais pensé. Dans sa vision d’Européen, il ne pensait pas qu’une peuplade de son continent aie encore recours à des sacrifices humains. Peut-être avait-il tort de généraliser cette façon de voir les rites religieux, mais s’il y avait sacrifice chez les loup-garous, il imaginait bien plus une proie issue de la chasse. Il se promit qu’il essayerait pour le tutoiement, même s’il savait que ce serait difficile pour lui au début. La blonde sourit quand il lui avoua qu’il préférerait à coup sûr la forme lupine de sa meute. Elle présenta les jeunes comme des chiots joueurs qui le malmèneront quand même. Il regarda ses vêtements, et ne put s’empêcher d’avoir un court pouffement.

- Mes vêtements ne sont pas une grande perte, peut-être que cela m’encouragera enfin à braver les magasins pour acheter des vêtements neufs à force qu’ils se fassent les dents dessus... De toutes façons, quand on a eu leur alpha qui nous a sauté dessus et Nicholas qui nous a toiletté le visage, je pense qu’on est paré à tout, remarqua-t-il dans un sourire taquin. Mais la suite ne fut plus vraiment à la plaisanterie. Edwina lui avoua qu’elle allait partir pour un temps indéterminé, mais sans en avouer le lieu. Il fut alors divisé entre sa curiosité qui souhaitait en savoir plus, et la bienséance qui lui imposait de respecter ses secrets. Dans le fond, cela ne le dérangeait pas. Il le saura bien un jour. Il la laissa donc continuer jusqu’au bout, et lui présenter la suite. Il lui faudra donc rencontrer sûrement sa soeur dont il avait déjà oublié le prénom. Il prit un air légèrement inquiet quand elle lui pria d’être précautionneux avec les loups qui participeront à l’expérience. Il était sûrement un des seuls humains qui essayera d’avoir un contact positif avec eux depuis longtemps. Mais il n’était pas forcément une personne douée en relation humaine, et c’était bien cela qui lui faisait un peu peur. Edwina devait d’ailleurs s’inquiéter pour les mêmes raisons. Il espérait juste que prévenir les personnes avec qui il travaillait éliminerait en partie les quiproquos.

- J’ai évidemment des questions... En ce qui concerne votre soeur je pense que j’irais la rencontrer moi-même, pour le reste... Je vais juste vous faire confiance pour quoi que vous fassiez, cela ne me retombe pas vraiment sur le coin de l’oeil. Mais avant toute expérience j’aimerais que vous me dites quelles sont les pratiques à risques pour la mutation. Je ne veux forcer personne à faire quelque chose de dangereux, mais en même temps, je suis comme ces gamins qui se réveillent dans un autre monde dans les histoires. Vous pourriez me dire que les hommes-loup sont capables de péter des arc-en-ciel lors des pleines lunes, je vous croirais. Et j’ai assez faite de tests avec des étudiants pour savoir qu’un sujet pas motivé fera tout pour ne pas faire ce qu’on lui demande.

Il trempa ses lèvres dans son thé pour constater qu’il était encore un peu chaud. Au final il n’avait même pas pris la peine de s’assoir.

- Pour le reste... Je n’ai pas vraiment de questions. En revanche, je travaille à sécuriser mes données. Il n’y a que moi qui pourra y accéder à part si un pirate informatique un minimum costaud s’y intéresse. C’est pourquoi s’il m’arrive quelque chose il faudra que je trouve un contact de confiance à qui j’aurais donné une clef d’accès. Je peux paraître peu optimiste, mais il suffit d’un peu de malchance et de croiser le chauffard du coin. - Sans compter les loups et les chasseurs mais il n’osa pas vraiment aborder le sujet - Et pour tout vous avouer, je pensais plutôt à v... toi. Il est vrai que je pourrais donner les clefs à Elias, mais je le connais moins bien. Donc si vous ne pensez pas pouvoir garder ces codes à cause de ton départ il faudra bien que je trouve quelqu’un d’autre.  

Code©L.R / Image "Anatomie" ©L.R.
Revenir en haut Aller en bas
http://lpartefact.tumblr.com
Sam 7 Oct - 17:45


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 3041 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



« Pour la sécurisation des données, c’est intéressant et oui, c’est utile. » Elle hoche la tête pour appuyer ses propos. « Il est important que ça ne tombe pas dans de mauvaises mains, autant lupine qu’humaines. » Ça tenait désormais de la sécurité de la meute. Elle ne voulait pas prendre le moindre risque, déjà que toute cette situation était suffisamment compliquée à gérer pour tout le monde. « Pour la clé d’accès, en soit ça peut être moi. » Elle haussa les épaules. « Je ne serais pas là du tout si t’en as besoin, c’est la seule chose qui peut m’inquiéter. » Elle ne précisa qu’elle n’était pas joignable, qu’elle ne laisserait aucune coordonnée à laquelle on pourrait la joindre, ni adresse, ni numéro de téléphone, rien qui puisse la mettre en danger, elle ou les autres loups qu’elle rejoindrait aux Etats-Unis. « Je peux les garder, sans souci, mais comme dit ça dépend si tu veux pouvoir me joindre par la suite à ce sujet ou pas. » Elle haussa les épaules. « C’est une vraie sécurité pour le coup, parce que même toi tu pourras ne pas me joindre ahah. » Elle rit un court instant, avant de se perdre dans la contemplation de sa meute dans le jardin. C’était compliqué de dire adieu à toute sa vie, mais elle n’avait pas trop le choix en réalité. C’était la seule chose qui lui restait à faire désormais, sa nouvelle vie qui s’étendait devant elle.

« Est-ce que tu as tout ce qu’il te faut pour démarrer les expériences ? » Elle ne savait pas le matériel dont il avait besoin et comme il était passé complètement outre ses dires sur l’argent qu’elle avait à sa disposition. Elle n’allait pas le lui rappeler, elle n’était pas là pour ça de toute façon.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Oct - 23:26


Humains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Amelia Andersen / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 596 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/01/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Quelque part entre son ordinateur et son labo ▹ HUMEUR : J'ai perdu mes lunettes, enfin j'ai pas voulu les mettre, elle me font une drôle de tête, une tête d'un geek à lunettes…

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Un guide français-norvégien, un étui à lunette, un spray lacrimogène (on sait jamais), un livre pour les moments d'ennui, un paquet de chocobons

http://lpartefact.tumblr.com



Mitose des Théories
Feat. Edwina
Lorsque Edwina termina d’expliquer qu’elle serait pas absente qu’à moitié et son avis sur le codage de ses données, Gabriel hocha doucement la tête dans une expression plus neutre qu’il ne l’aurait voulu.

- Faisons comme ça alors. En espérant que vous revenez en un seul morceau,  Il me faudra juste une adresse pour v... t’envoyer un courrier à ce sujet. Je vais paraître parano mais je préfère que tu ne te trimballe avec ce genre d’informations sur le territoire norvégien... De mon côté je me juge assez créatif pour faire en sorte que seul vous puissiez avoir accès à ces données. Après j’ai encore des progrès à faire. Si j’ai quelqu’un de plus fort et mieux équipés que moi en face, il saura faire sauter toutes les sécurités. Enfin. Dans l’état actuel des choses. J’espère sincèrement progresser.

Il se perdit lui aussi dans la contemplation des jardins, respirant de vie grâce à la joie de de la meute blonde. Il ne sut pourquoi, mais cela lui évoqua à quelle point la vie était fragile. Comme si d’un instant à l’autre, n’importe quel de ces rires pouvait se taire à jamais. Il n’était pas sûr si c’était la mélancolie d’Edwina qui l’avait gagné ou si c’était simplement parce qu’il avait tendance à se laisser envelopper par elle. Une question les tira soudainement

- Juste... cette liste des comportements à risque comme j’en ai parlé tout à l’heure. Je... Enfin je ne veux pas paraître insistant, mais... Ou plutôt ce n’est pas vraiment de la mauvaise curiosité, vous n’êtes pas obligé de me préciser pourquoi exactement. Mais je ne veux juste pas créer d’accident. - Il prit une seconde pour remonter ses lunettes sur le nez d’un geste précis du bout de l’index -  Pour le reste, tout est dans le dossier... Il me manque principalement la complicité de quelqu’un qui pourrait me donner accès aux machines que je souhaite, mais je compte sur les blonds et votre influence. J’irais aussi voir Monsieur Hansen à ce sujet, pour voir ce que vous pouvez faire...

Il regarda les enfants qui s’amusaient à se courir après, dans des jeux qui lui rappelèrent une interrogation qu’il s’était déjà posé, et qu’il s’était promis de résoudre dès qu’il verrait Edwina la bibliothécaire.

- Rien à voir car c’est de la pure curiosité, mais... Si enfant on me racontait l’histoire du Chaperon Rouge qui se faisait dévorer par le Loup, je doute que les mères-louves racontent cette histoire en bordant les petits dans le lit... Ont-ils peur du Grand Méchant Chasseur ?  

Code©L.R / Image "Anatomie" ©L.R.
Revenir en haut Aller en bas
http://lpartefact.tumblr.com
Mar 7 Nov - 20:55


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 3041 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Elle esquisse un petit sourire face aux premières paroles de l’humain et, pourtant, n’y répond rien. Qu’aurait-elle pu lui dire ? Qu’elle allait risquer sa vie pour celle de sa meute ? Tenter le pari fou d’exporter ses loups ailleurs pour avoir leur protection ? Qu’elle allait mettre une épée de Damoclès au-dessus de la tête de sa famille, mais qu’il n’existait pas d’autres solutions ? Ce n’était pas ce qu’elle voulait – oh que non, mais elle n’avait pas réellement d’autres solutions. Pas du tout même. C’était la seule manière de protéger les loups les plus faibles, ce qu’elle s’était promis de faire lorsqu’elle était parvenue au rôle d’alpha. Qu’importe ce que ça lui coûterait, même si c’était sa vie, tant que ça lui permettait d’obtenir la protection de ses loups et la sûreté de ces derniers. « Pas de souci ! Je te la transmettrai dès que j’en aurais une. » En espérant que ça soit assez régulièrement a vrai dire. « Et ne t’en fais pas, j’aurai de toute façon un contact avec ma sœur, ici présente, donc ça ne sera pas un souci pour te faire parvenir cette information. » Et au pire, un loup trouverait toujours un humain, surtout un humain comme Gabriel qui, à son humble avis, ne devait pas être très difficile à dégotter. « Si jamais, n’hésite pas à demander de l’aide à la meute, on devrait bien trouver un informaticien capable de t’épauler. » Après tout, ce n’était pas si difficile que ça à trouver, non ? Elle esquissa un petit sourire. « Déjà, je te conseille de ne pas vouloir les toucher, les aider, même et surtout les femmes, sans leur accord au préalable. Nous vivons dans une société matriarcale, donc surtout n’ai pas de comportement protecteur ou gentillet avec une louve, elle le prendrait très mal. » Elle poursuit. « Ne regarde pas lors de la mutation, pas sans leur accord, c’est très… Hm, disons que c’est comme si je te demandais de te masturber devant moi. C’est dérangeant. » La franchise naturelle d’Edwina venait encore de frapper et, bien sûr, d’une façon assez peu commune. Sans se rendre compte des propos qu’elle venait de dire, elle continua. « Après, il faudrait éviter, de comment dire, foncer dans le tas sur des idées reçues. » Elle n’était pas sûre de ce qu’elle disait, mais tentait tout de même d’expliquer sa pensée. « Tu as parfois une façon d’être qui peut être assez déplacée. Enfin, tu ne le fais pas exprès, mais le fait d’être bloqué sur une idée et surtout quand elle est fausse, ça provoque vite – très vite – l’indignation des loups. Part du principe qu’ils sont sanguins. Extrêmement sanguins. Et que tout peut très vite dégénérer. » Elle ne savait pas vraiment comment lui expliquer les choses. Alors, préférant ne pas envenimer ses explications, elle se dirigea vers son bureau, y attrapa une petite liste qu’elle lui tendit. « Je t’ai mis les essentiels. Comme un petit guide de survie. » Elle éclata de rire. « Oh et par contre, ça je ne déconne pas, c’est primordial ! » Dit-elle, pointant du doigt l’interdiction de prendre la nourriture d’un loup. Sinon, il allait finir déchiqueter. Autant lui éviter ce petit, disons, contretemps. « Pour les machines, je me suis déjà chargée de tout. » Sur le bureau, elle attrapa un dossier de recherche. « Dedans, vous avez un badge d’accès à votre nom. Un loup vous accompagnera dans les locaux. J’avoue ne rien y connaître, je me suis juste arrangée pour que ma famille en devienne propriétaire. Le loup vous accompagnant notera toutes vos demandes et s’arrangera pour les satisfaire au mieux et rapidement. » Haussant les épaules, comme si acheter l’un des plus grands laboratoires de Bergen était une simple banalité, elle lui tendit le dossier, la carte d’identification, le plan du bâtiment, ainsi que toutes les données utiles à son sujet, avant de tendre l’oreille. « L'Alpha Hansen est récemment devenu papa, alors il pourra être un peu chargé, mais je suis sûre qu’il sera ravi de vous aider. » Qu’il ne soit pas surpris s’il trouvait l’alpha couché sous une marée de louveteaux.
Esquissant un petit sourire amusée, elle s’installa sur le coin du bureau, une jambe dans le vide, l’autre portant son poids. « C’est une drôle de question. » Elle haussa les épaules. « On leur apprend de se méfier de tout le monde, sans le montrer. De juger tout humain comme une menace, mais de laisser la possibilité qu’il devienne un allié. C’est difficile. On n’a pas vraiment peur du chasseur. » Elle soupira. « C’est bien le souci, généralement, ils ont envie de leur courir après et de les tuer. » Se passant la main sur le visage, elle poursuit. « Si vous prenez le temps d’écouter les loups, tous ont eu un proche, un ami, un cousin, un voisin, ou je ne sais qui, tué par les chasseurs. C’est plus la haine qui les anime et l’esprit de revanche que la peur. Parce que tristement, nous avons les moyens de répliquer. Les moyens de tuer. Nous essayons juste d’apprendre à nos louveteaux de doser les avantages, les inconvénients, les risques et leur rappelons les lois humaines. » Elle ricana. « Mais c’est sans doute la part la plus difficile. » Surtout quand la mutation des né-loups donnaient naissance à des humains de treize ans analphabète et dénué de toute connaissance humaine. Autant dire que dans ces conditions, ce n’était pas le plus simple. Bien au contraire.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Nov - 23:26


Humains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Amelia Andersen / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 596 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/01/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Quelque part entre son ordinateur et son labo ▹ HUMEUR : J'ai perdu mes lunettes, enfin j'ai pas voulu les mettre, elle me font une drôle de tête, une tête d'un geek à lunettes…

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Un guide français-norvégien, un étui à lunette, un spray lacrimogène (on sait jamais), un livre pour les moments d'ennui, un paquet de chocobons

http://lpartefact.tumblr.com



Mitose des Théories
Feat. Edwina
Il hocha la tête silencieusement quand elle lui dit qu’elle lui transmettrait son adresse, et qu’au pire, il pourrait s’adresser à sa soeur ainée pour trouver pourquoi pas une personne plus compétente que lui en informatique. Il nota son prénom dans un coin de sa tête. «Olena» ce n’était pas commun, mais pas trop dur non plus. Il avait juste du mal à lier les prénoms aux visages. Apparement, c’était un fait scientifique. Le cerveau retenait déjà les visages mieux que les noms, et avait toujours du mal à lier les deux. Si c’était plutôt rassurant, c’était une justification qui serait sûrement mal prise au cours d’une discussion. Il ne put s’empêcher d’afficher un court sourire crispé quand Edwina lui déconseilla d’être trop tactile avec les participants de l’expérience. Cela était tout à fait flagrant qu’il adorait le contact des inconnus... Il ne les fuyait pas du tout, non, non, vous vous trompez ma bonne dame. Certes, il serait sûrement plus tentant de passer ses doigts sur leur fourrure, mais le fait qu’ils soient des animaux sauvages et non de simples toutous était déjà assez dissuadant. Il fut néanmoins surpris de comprendre que leur société était dirigée par les femmes. Peut-être que dans son idéalisme, il avait cru entrevoir une société paritaire où les positions de force étaient prises autant par les hommes que les femmes. Il s’avoua tout de même que le modèle patriarcal dans lequel il avait grandi pourrait peut-être s’avouer problématique. Il y a des automatismes dont on peut se défaire, et au fond de lui, il aura sûrement du mal à ne pas se montrer plus protecteur à l’égard d’une femme qu’un homme. Mais c’était noté. La comparaison d’Edwina sur la mutation lui fit détourner les yeux, car elle le rendit un peu mal à l’aise. Il lui pardonnait car il avait compris qu’elle n’avait jamais été dans la délicatesse. Mais bref, le message était passé. Ce qui passa moins en revanche fut la remarque suivante. Il n’était jamais agréable qu’on vous rappelle vos propres défauts (surtout quand on était un peu perfectionniste), même s’il prit sur lui pour ne pas devenir grinçant. Il songea que le côté but-en-blanc d’Edwina ne devait pas toujours lui rendre service si les loups partaient en vrille à la moindre remarque. Il se corrigea derechef en se rappelant que malgré tout, Edwina devait être deux fois plus résistante que lui en cas d’altercation. Il soupira. Il ne pouvait rien promettre. La blonde finit par lui tendre une liste, appuyant sur un point particulier qui lui décrocha un semblant de sourire.

- Effectivement si tous les loups sont comme Nicholas, ce serait chercher les ennuis...

Il se saisit de la liste pour la traverser rapidement du regard. Certains points rendaient les manipulations plus difficiles, mais il saurait s’en sortir. C’était cela être ingénieux : trouver des solutions quand il semble ne jamais en avoir. Il se passa ensuite un retournement de situation qu’il aurait jaugé comme une facilité scénaristique dans un film. Il ne jugerait plus jamais les moments où un riche philanthrope achète des équipements hyper couteux au héros sur un coup de tête.

- Tu ne serais pas une cousine norvégienne de Bruce Wayne par hasard ? Questionna-t-il en pleine inspection du dossier. Cela lui semblait un peu irréel. Un labo pour lui tout seul ou presque, c’était trop beau pour son pragmatisme. Il ondula du regard entre le dossier et Edwina, et finit par accepter que l’Alpha blonde avait bien fait cette folie pour lui. Elle croyait à son projet, ce qui était plaisant, mais aussi oppressant. Qui disait investissement, disait un minimum de résultats attendus. Mais il était prêt à relever le défi, même si pour cela il devait se faire harceler par les adorables louveteaux d’Elias Hansen à chaque fois qu’il irait en parler avec lui.

Il se risqua ensuite à se poser une question qui lui semblait simple, mais Edwina lui exposa une réponse bien plus complexe. Il en profita pour enfin s’assoir sur le fauteuil et terminer son thé avant de s’élancer à son tour :

- Les gens font tous la même chose avec leurs enfants. J’ai un frère avec qui j’ai dix ans d’écart. J’avais quatorze ans quand lui en avait quatre, et donc j’allais le chercher à la maternelle quand je le pouvais. J’ai très vite remarqué que les adultes idéalisaient trop les enfants. Un jeune enfant n’est par définition, pas «complet». Il n’a pas de concept de propriété donc prend ce qui lui plait dans un supermarché par exemple. Il est aussi agressif ou méchant sans se rendre compte de ce qu’il fait. C’est à l’éducation de les corriger... Enfin... Plus exactement... - Il réfléchit, puis s’en remit à sa fidèle amie : la science - En psychologie on différencie le tempérament de la personnalité. Le tempérament, c’est génétique. Par exemple... Hum... Les hommes-loups auront à ce que j’ai compris un tempérament plus agressif que les humains. Mais il y a des humains qui seront plus prompt à l’agressivité ou l’émotivité que d’autres. La personnalité est le résultat de l’éducation, des relations et des expériences. Si on nait dans un contexte qui encourage la violence, ses sujets seront violents. À l’inverse, un cadre qui demande de la retenue aura plus de sujets calmes, contenant l’émotion. C’est pourquoi une personne agressive de nature peut par l’expérience corriger son comportement et le devenir moins que l’exigerait son tempérament naturel... Votre société n’est peut-être pas étrangère à la manière dont les hommes-loups se comportent. Enfin, comme c’est le cas pour les humains. Au début nous sommes tous un livre presque vierge... Et la composante finale résulte d'énormément de facteurs sûrement très, très nombreux et compliqués. Donc je dirais que... les louveteaux ne sont au final pas si différents des autres enfants. Leur éducation l’est totalement en revanche.

Une pause. Il se sentit un moment un peu idiot, il avait peur d’être mal interprété.

- Je ne pose pas cela comme une vérité absolue... C’est juste que... Enfin, je ne suis pas d’une nature aussi... aussi calme que je peux le paraître. J’ai été sûrement un peu touché par vo... ton exemple.

Il serait même plus judicieux de dire qu’il avait un tempérament presqu’à l’opposé. Il regarda le fond de sa tasse, vide, perdant son regard dans les miettes de feuilles collées contre la porcelaine. Tout ceci ne lui rappelait pas de bons souvenirs.

- En fait, je voulais juste savoir quels étaient les contes que l’on racontait quand vous étiez enfant. Je me suis égaré moi-même sur le chemin, finit-il par avouer.  

Code©L.R / Image "Anatomie" ©L.R.
Revenir en haut Aller en bas
http://lpartefact.tumblr.com
Sam 18 Nov - 23:07


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 3041 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Elle éclata d’un rire amical. « Nicholas est le seul dans son genre. » Un éclat de tristesse éclaira, un court instant, ses pupilles bleutées. Nicholas allait la détester. La haïr. Elle le savait parfaitement. Elle n’avait aucune autre solution. Est-ce qu’elle regrettait de devoir agir de la sorte ? D’une certaine façon, oui, il ne pouvait pas souffrir à nouveau, ce n’était pas juste. Il avait déjà bien trop souffert. Et à de trop nombreuses reprises. Elle était incapable de savoir si, cette fois-ci, il allait s’en remettre. C’était difficile. Trop difficile. D’une certaine façon, elle s’en voulait déjà, mais d’une autre, elle se devait de penser à sa meute. Lui était né-loup, il s’en sortirait. Elle n’en doutait pas. Ses maudits et ses né-humains, eux, étaient en danger. Un danger latent, de mort. C’était prioritaire. Malgré les années d’amitié, malgré les souvenirs et leur passé commun. Malgré les peines qu’il avait déjà subit. Malgré le fait que, sans doute, elle le perdrait à jamais. Laissant dans un coin de son cerveau la nouvelle déchirure qu’elle venait de mettre en évidence, elle se concentra à nouveau sur leur échange. « Oh non. Mais disons que ma famille est présente en Norvège depuis bien longtemps. » Sourire énigmatique sur le visage, elle poursuit. « Nous avons été les premiers, aux côtés d’autres grandes familles, à fonder la Norvège. Certains de mes ancêtres, voire même tous, ont participé à l’histoire de ce pays. Alors forcément, avec une identité secrète, tu es obligé de laisser quelques ressources financières secrètes. Au fil des générations, on a fini par développer une certaine richesse. » Là n’était que les faits. Elle haussa les épaules, pas du tout gêner de parler d’argent. « On n’a pas à s’inquiéter. Pas du tout. Notre nature nous pousse à conserver le secret sur le moindre de nos faits et gestes, seul l’argent le permet. » C’était la triste vérité. Un petit pactole et tout le monde vous obéissait. Vous pouviez privatiser des bâtiments, des laboratoires, des immeubles en entier, faire tout ce qu’il vous semblait utile. La richesse permettait, aussi surprenant que ça puisse paraître, la discrétion. Ils en profitaient dès que c’était nécessaire. Sans difficulté. Sans regret.

S’asseyant aux côtés de Gabriel, elle pressentit l’arrivée d’un échange, de quelque chose. Elle voulait être entièrement à l’écoute de son interlocuteur. L’alliance qu’ils scellaient était bien trop importante pour qu’elle puisse se permettre de la gâcher. « C’est exactement ça. » Appuya l’alpha, partageant sa vision des choses. « Sauf que chez nous, mordre, se battre, griffer, pisser n’importe où, ou encore découper un animal vivant, fait partie de notre quotidien. » Haussement d’épaules et moue de confirmation, elle était totalement naturelle, foncièrement honnête. Qu’il ne soit pas surpris. « Je tiens aussi à te préciser que l’âge ne fait pas la maturité intellectuelle chez nous. » Elle soupira. « Enfin, comment dire. Nos enfants nés sous forme animale ne mutent qu’au bout de six mois de vie et donnent forme à un enfant de treize ans. Enfin, ce ne sont que des moyennes, évidemment. Sauf que, comme tu t’en doutes, ils sont analphabètes et incapables de comprendre les interactions humaines, avec parfois des comportements lupins. Bien que ça puisse être intéressant pour toi de l’observer, fait attention. Ils ne sauront pas ce que tu fais, dit et pourraient… Et bien, ils pourraient avoir envie de littéralement t’étrangler, ou te déchiqueter. » Elle appuya ses propos d’un hochement de tête. « Même si un gamma sera attribué à ta protection, les louveteaux sont en phase de transition, dépendants de leurs émotions et de leurs instincts, forcés à tout apprendre d’un monde nouveau. Autant dire que ce n’est pas toujours évident, surtout en présence d’un humain. On reste conditionné à ne pas trop se mêler à vous, à vous protéger. » Elle ricana. Après tout, les mutations restaient dangereuses. « Sinon, les enfants nés sous forme humaine seront parfaitement normaux. » Elle hésita une fraction de seconde. « Je dois également te prévenir que, malheureusement, c’est un trait propre à notre meute, mais les loups blonds ont tendance à être assez… Disons, rentre-dedans. » Au cas où il ne l’aurait pas remarqué. « Donc ils vont très probablement manquer de délicatesse et se montrer sanguin. Sûrement même. » Ca risquait d’être très drôle les expériences. Vraiment, très drôle. « Je comprends. » Elle haussa les épaules, acceptant le court – succinct – témoignage qu’il venait de lui livrer. « On a chacun notre vécu. Mais ne t’en fais pas, si tu cries sur un loup blond, il n’y verra qu’une forme d’autorité et sera donc plus enclin à t’écouter. » Même si, dit comme ça, ça pouvait s’avérer très – trop – étrange. « On nous raconte souvent l’histoire de ces chasseurs qui tuent des loups et portent la peau de nos enfants. » Autant dire que ce n’était pas des plus rassurants. « Parfois, c’est mélangé avec l’Histoire, la guerre, les expériences faites sur les loups. Parfois ce sont simplement les témoignages de familles qui ont subi des drames. On est un peu conditonné à avoir peur de l’humain, comme vous l’êtes sûrement pour le loup. » Autant dire qu’ils n’allaient pas aller loin. Sans un mot, elle fit couler à nouveau de l’eau chaude dans sa tasse.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Nov - 18:43


Humains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Amelia Andersen / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 596 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/01/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Quelque part entre son ordinateur et son labo ▹ HUMEUR : J'ai perdu mes lunettes, enfin j'ai pas voulu les mettre, elle me font une drôle de tête, une tête d'un geek à lunettes…

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Un guide français-norvégien, un étui à lunette, un spray lacrimogène (on sait jamais), un livre pour les moments d'ennui, un paquet de chocobons

http://lpartefact.tumblr.com



Mitose des Théories
Feat. Edwina
Il ne souhaitait pas trop réfléchir à ce sujet, mais il se doutait que le départ d’Edwina devait être une épreuve bien difficile pour elle. Cet immense manoir devait être bien plus qu’une simple maison, il était un géant de souvenirs. Ce n’était pas comme lui, qui n’arrivait pas vraiment à s’attacher quelque part. Mais plus il voyait la face cachée de Bergen, plus il semblerait qu’il y creusait petit à petit une sorte de trou qu’il aurait du mal à quitter. Il ne semblait pas réagir aux révélations d’Edwina face à sa famille, ou même ce qu’elle lui expliquait sur les loups de manière général. Son visage resté impassible; ou plus exactement maitrisé avec une expression neutre. Il serait mal venu de laisser glisser cette petite lueur d’excitation qu’il ressentait quand il apprenait des choses aussi extraordinaires que la naissance sous forme animale. Il y avait déjà pensé au cours de ses réflexions. Des âtres qui vivaient sous deux formes pouvaient procréer dans les deux. Il était heureux d’avoir vu juste. Ce sentiment fugace, que sa raison jugea vite superficiel, disparut quand son intellect compris qu’il devait être très difficile de gérer des enfants sous cette forme. Il devait avoir pour eux quelques conséquences psychologiques. Sûrement une sorte de décalage avec un second corps qu’il devait être soudainement très fatiguant d’apprivoiser. Gabriel avait toujours songé qu’il était parfois usant d’avoir une conscience. Ces réflexions lui étaient venue quand il était un pré-adolescent regardant le vieux chat de sa tante en train de manger grassement sa pâtée alors qu’il venait de démonter le sapin de Noël. Tout le monde lui pardonnait, car il était un chat, et que les chat ne pouvaient pas comprendre les traditions compliquées et idiotes des humains. Ce même chat prenait vos orteils pour des jouets quand vous les bougiez sous la couette. Et ne comprenait pas la notion d’un sommeil optimal de huit heures. Appliqué à un champ de référence humain, on dirait simplement que ce chat est stupide. Mais peut-être pas pour des enfants-loups, cela serait leur comportement naturel et attendu. En multipliant les bêtises possibles avec l’entièreté d’une portée, il arrivait sûrement à se représenter ce que voulait dire Edwina quand elle lui disait qu’Elias était occupé.

- Je pensais commencer en premier temps avec des adultes. Du genre plutôt ouverts avec les humains. Ce sera d’autant mieux qu’il auront le coeur à la tâche. Hors des complications juridiques dues à l’emploi de mineurs, les enfants n’ont pas leur système nerveux tout à fait mature avant la fin de l’adolescence. Donc pour le moment, je n’avise pas de travailler avec des jeunes... - Il posa sa tasse sur la première surface à sa disposition, puis croisa ses mains sur son estomac -  Mais je suppose qu’il pourrait être intéressant de faire un comparatif avec des hommes-loups nés sous forme animale, mais adultes. S’il y a une véritable différence au niveau physiologique et neurologique par rapports à ceux qui grandissent sous forme humaine.

Il ne put s’empêcher de sourire quand Edwina lui rappela les traits impétueux de la meute blonde, et détailla le comportement à avoir en cas de dérapages.

- J’avoue que je n’aime pas hausser le ton... Tu penses que si on monte le budget alloué aux friandises cela compensera ?

La conversation avait un peu dévié de ce qu’il avait prévu, mais après sa petite précision sur la psychologie, il revint à cette interrogation qui l’avait frappé lors de sa discussion avec Freya : les contes et les légendes des hommes-loups. Il fut un peu déçu. Il s’attendait à des batailles épiques, des héros, des dieux, mais ce fut plutôt des histoires de croque-mitaines.

- Je vois... C’est plutôt loin des princesses, du prince charmant et des fées...

Il se resservit lui aussi de l’eau chaude après qu’Edwina eu finit avec la bouilloire.  

Code©L.R / Image "Anatomie" ©L.R.
Revenir en haut Aller en bas
http://lpartefact.tumblr.com


Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
 

Mitose des théories [Edwina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Laboratoire des idées farfelues et des théories à la c*n.
» 5 théories sur le Roi Lion
» [Prêches] LES IDEES des PRECHES
» STONEHENGE
» [Théorie] Pokémon ROSA : rumeurs et théories

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Est :: Résidences :: Manoir Svanhildesen-
Sauter vers: