Never be too busy to meet someone new [Nicholas]
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS EN COURS

Event hivernal ◊ marché de noël (ici).

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- bêta de la meute brune ici.
- petite soeur portée disparue ici.
- bêta de la meute rousse ici.
- le jouet humain d'une louve ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.

VOTE POUR LE FORUM




 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Never be too busy to meet someone new [Nicholas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sam 21 Oct - 16:39


Humains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : Cookie ▹ EMPREINTES : 40 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 18/09/2017

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Lieu et date du rp : mi-octobre octobre 2018. En ville.
Protagonistes: Nicholas Tveit & Emi Law-Mun
Résumé du rp: /
Actions réalisées au cours de ce rp: Incident de charcuterie




Emi se pince l'arête du nez, tête renversée en arrière. Les yeux, fatigués d'être resté collé devant un écran d'ordinateur pas moins de deux heures d'affilées, se rouvrent difficilement. Il n'est pas encore tout à fait midi annonce la montre à son poignet. Il est possiblement l'heure de s’effondrer sur le canapé et de sombrer dans les bras du sommeil, susurre sa montre interne. Si seulement ce programme idyllique pouvait être celui de Emi dont l'esprit se perd à espérer une telle possibilité. Par gourmandise, la jeune femme jette un regard en direction de la pièce à vivre où possibilité tendrait à fricoter avec réalité. Elle n'aurait même pas à ranger le bordel, mélange de livre, surligneurs, stylos et feuilles, ou encore à éteindre son ordinateur. Il lui suffit de se lever pour succomber à la tentation divine d'une sieste. Un soupir, un tantinet exagéré pour paraître naturel, échappe à Emi. Elle se penche en avant, s'essayant à rediriger son attention vers son livre. Elle plonge dans le paragraphe, les yeux dérivent d'une phrase à l'autre.

La lycanthropie, longuement associée à un état maladif ou satanique, s'avère exister sous deux formes bien distinctes. Depuis des années, théologiens, anthropologues, enquêteurs ou encore spécialistes du loup débattent sur les différentes théories liées à l'origine de la lycanthropie. Dans le chapitre précédent, j'évoquais les théories concernant les maladies ou encore les troubles psychiatriques pouvant expliquer la légende du loup-garou qui ne serait en réalité qu'un mythe troublé par nos croyances bibliques.

La tête de Emi bascule en avant. Sursautant, la fatigue déguerpie. La jeune femme s'étire, allongeant bras et jambes à leur maximum à la manière d'un chat. Et avant que ne retombe sur elle l'engourdissement de la farniente, elle se lève et traîne les pieds jusqu'à frigo. Non sans jeter un regard plein de promesses à son canapé. Un repas n'aidera que mieux à ajouter de la qualité à son sommeil. Qu'elle croit ! Sinon se nourrir exclusivement de yaourt, l'étape course est malheureusement inévitable. La pluie martèle la fenêtre de la cuisine. Penser à l'éventualité de sortir épuise Emi, pesant le pour du contre de commander à domicile. Remettre à demain les courses. Procrastiner. Rien qu'une après-midi. En tant qu'entrepreneuse, qui le lui reprochera sinon sa conscience ? Lloyd, son malinois, choisit ce moment pour arriver. Il s’assoit à l'entrée de la cuisine et toise sa maîtresse.

Quoi ?

Le malinois tient le silence. Pourtant, une discussion se tient entre les deux compères. Emi hausse les épaules, un air d'indifférence au sermon muet que lui adresse son compagnon. Elle referme la porte de son frigo et s'avance, le pas nonchalant vers son canapé. Le malinois émet une sorte de complainte. Une complainte caractéristique d'un reproche que ferait un parent à son enfant sur le point de commettre une bêtise. Emi se plaint de la pluie, rouspète à l'encontre de monsieur qui n'aura pas la charge de sortir se tremper, cherche une excuse futile. Rien n'y fait.
Un ciré sur le dos, les chaussures au pied et un parapluie plus tard, Emi est dehors. Elle rentre le nez dans son écharpe tandis qu'un vent glacial lui siffle dans les oreilles. L'humidité ne rend pas la promenade des plus agréables. Emi a le permis. Évidemment. Un permis très utile si la voiture n'avait pas décidé de poser son jour de procrastination. Décidé à ne pas se laisser avoir au jeu du sentiment de la conspiration, Emi appelle à la bonne humeur en distribuant des sourires aux marchands. L'exercice fonctionne. Ou en tout cas, le cerveau accepte le divertissement. Bientôt, l'heure échappe à la jeune femme qui cède à la détente que lui procure cette balade en ville. Ce n'est qu'une fois les bras chargés de courses qu'elle admet qu'il lui faut rentrer chez elle. Et dire que la pluie venait tout juste de signer un accord avec le soleil pointant timidement le bout de son nez derrière un nuage envahissant.

Son attention était captivé par la vitrine d'une librairie lorsque soudainement Emi se retrouve par terre. Elle se souvient de bruits de jappements, des aboiements et le son désespérant de ses courses s'étalant maintenant sur le trottoir. Emi lève légèrement la tête, constant les dégâts avec stupeur et agacement. Elle ne sait pas trop à quelle émotion céder. Un râle lui coule des lèvres tandis qu'elle laisse retomber sa tête en arrière, donnant le loisir à un armada de chiens dévorer la charcuterie qu'elle réservait à ceux de sa pension.

Fait chier... s'entend-t-elle murmurer tandis qu'elle caresse pourtant la tête de l'un des chiens. C'est pas toi qui devrai rendre des comptes à Lloyd, pas vrai ?

Autant parler à un mur. Emi se relève finalement – le sol n'est pas franchement confortable, et remarque finalement la présence d'un jeune homme.

Charmant vos chiens. D'habitude je ne me laisse pas sauter dessus ainsi au premier rencard. Enfin... Les préliminaires ça n'a jamais été mon truc de toute façon.

Et elle adresse à l'inconnu un sourire. Un sourire qui ne se veut pas trop accusateur. Un sourire qui se veut plutôt amusé.
Parce qu'un sourire ne coûte rien.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Oct - 16:26


Meute Brune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2572 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Encore une fois il avait des cookies. Beaucoup de cookies, il comptait en déposer en douce chez son cousin histoire que ce dernier ait une surprise lorsqu’il rentrerait du boulot… Il comptait aussi passer en filer quelques-uns à Leif qui devait bossait et le reste  il comptait bien les manger tout seul. Un par un et il s’en léchait déjà les babines ! Pendant que les petites pâtisseries cuisaient, il en profita pour passer un grand coup d’aspirateur dans la maison avant de vérifier sur sa boite mail qu’il n’avait pas reçu de nouveaux documents à traduire mais c’était pour l’instant le calme plat à son plus grand désarroi. Il n’aimait pas ne pas avoir de traductions à avoir à faire, aussi bien par ce que cela signifiait que son compte en banque restait vide mais aussi par ce que travailler l’occupait quand même pas !

Une heure ou deux plus tard, il décida d’aller balader les chiens, il n’en avait que six en ce moment  -dont le sien- et même si c’était généralement galère, il arrivait à tous les balader en ville sans trop de heurt. Il leur mit une laisse à chacun et sortit tranquillement du chenil. Il essayait de repérer avant ses amis à quatre pattes de potentielles odeurs de loups qui pourraient les énerver ; si les chiens supportaient la sienne c’était simplement parce qu’il était soumis, qu’il n’était donc d’aucun danger pour eux, bien au contraire… Au bout de quelques rues, il sentit les chiens tirer soudain sur la laisse si fort qu’il tomba par terre de tout son long tandis que les animaux se mirent à courir à une vingtaine de mètres de là, renversant une demoiselle…. Pour se nourrir de ce qu’elle avait dans le sac. Il se releva rapidement et ne sut pas ce qu’il devait faire. Il avait honte des comportements des animaux, il allait en plus se faire gronder par la dame, ce qui serait justifier, mais il n’aimait pas quand on élevait la voix sur lui. Il avait en plus mal à son épaule et à son poignet qui avaient pris cher dans la chute. Au bout de quelques instants finalement, il se décida à trottiner jusqu’à eux, toujours aussi honteux, pour un peu il se dandinerait d’un pied sur l’autre. Il allait lui tendre la main pour lui proposer de l’aider à se relever quand sa réponse le scotcha pendant quelques instants. Il baissa un peu les yeux ne sachant pas s’il devait ricaner ou continuer à se sentir con. J’suis désolé M’dam, normalement ça ne leur arriva pas ce genre de choses, je ne sais pas ce qui leur a pris ! Ils ne vous ont pas blessé ? Parce qu’au final, c’était ça qui était le plus important, s’assurer que la jeune femme allait bien ! Les courses et bien ça se rachetait, la santé ou quelque chose de cassé c’était quand même beaucoup plus embêtant. Il n’essaya même pas de récupérer la viande qu’ils étaient en train de manger, de toute manière elle était foutue et il ne tenait pas à se faire mordre. Vous allez bien ? Non, ce n’était pas la même question que celle où il demandait si elle était blessée pour lui. Je m’appelle Nicholas, mais je préfère Nick et tu es.. enfin vous êtes ? il fallait bien qu’il se fasse excuser d’une manière quelconque, mais avant il préférait l’appeler par son prénom.




Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Oct - 17:01


Humains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : Cookie ▹ EMPREINTES : 40 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 18/09/2017

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



L'inconnu semble gêné, embarrassé par le comportement des chiens demeurant impassibles à la chute que venait de faire Emi. Cette dernière ressent une douleur dans le bas du dos. Rien de grave. Rien qui ne mérite de s'alarmer. Demain un bel ecchymose lui rappellera sa chute, et tandis qu'elle l'observera dans le reflet du miroir, un sourire amusé se portera garant de minimiser les rictus de douleurs. Pour l'instant, il serait d'usage de se remettre debout. Allongé ainsi par terre, sur le sol froid et humide, Emi sent ce même froid ainsi que le contrecoup du choc lui recouvrir la peau d'un frisson désagréable.

J'suis désolé M'dam.

M'dam ? Emi se fige, le regard fixé sur l'inconnu. Elle entend bien les justifications qui vont de paires à son excuse. Mais, stoïque, c'est sur le « M'dam » que la jeune femme reste bloquée. Abasourdie. Et sans crier gare, une envie de rire lui grimpe dans la gorge. Elle la contint derrière ses lèvres closes. Le jeune homme est suffisamment confus pour lui ajouter en supplément une réplique moqueuse. Toute innocente qu'elle soit. Toutefois elle ne veut pas le vexer. Son air penaud a quelque chose d'attendrissant. Il serait dommage de le lui ôter.
Elle s'assoit enfin et se remet sur ses pieds. Elle époussette grossièrement l'arrière de son jean qui méritera d'être lavé. Tout comme le reste. Ce n'est pas le plus embêtant. Un peu d'eau et du savon. Pour les courses, c'est une autre histoire. Se passant une main dans les cheveux, Emi soulage sa conscience financière de ne pas être blessé avant de grincer des dents. Ce sont certes des achats gâchés. Néanmoins, cela a fait des heureux.

Ils ne vous ont pas blessés ?
Non. Un sourire qui se glisse dans le coin des lèvres. Les yeux qui croisent ceux de l'inconnu. Plus de peur que de mal.

Oui, définitivement plus un instant de malchance qu'un véritable malheur. Il est des événements plus grave qui mériteraient de s'attarder dessus. Sa chute n'en fait pas partie. En tout cas, elle préfère passer à autre chose que de débattre sur Ô combien son acrobatie était merveilleusement ridicule. Digne d'une comédie hollywoodienne.

Vous allez bien ?

De nos jours, il est possible de croiser plusieurs genre d'individus. Deux en particuliers. Parmi ces deux, il y a celui qui se soucie des autres, et celui qui se complaît dans son égoïsme. C'est une chance que Emi soit tombé sur un genre de la première catégorie. Bien que les gens de Bergen ne soient pas des sauvages étrangers aux respects des convenances en société, il existe partout des abrutis. Elle aurait très bien pu rencontrer une personne qui n'aurait même pas daigner ne serait-ce que baisser les yeux vers elle. Ou qui, plus simplement, ce serait permis de rire de cet accident avant de s'être soucié de sa santé. Lequel est le pire ? Emi pèse le pour du contre dans un coin de sa tête pour rester concentré sur l'inconnu.

Rien de grave à signaler.

Elle ponctue sa phrase d'un sourire rassurant. Il vaut mieux débrancher l'alarme qu'elle voit clignoter dans les yeux de l'étranger.

Je m’appelle Nicholas, mais je préfère Nick et tu es.. enfin vous êtes ?
Tu. Elle n'est pas si vieille que ça, mais c'est toujours agréable de constater que la politesse n'est pas une espèce en voie de disparition. Et c'est Emi.

Mais les gens m'appellent M', s'entend t-elle ajouter en silence. Non, Emi ne veut plus que les gens la surnomment ainsi. Même ses proches savent quelle bavure c'est de le faire. Son frère, avec qui elle entretient un lien très fort, a longtemps insisté, après le décès de son mari, avant de rendre les armes. Une énième crise de nerfs de la part de Emi, ne pouvant plus supporter cette sensation d'entendre un fantôme l'appeler, l'a tristement convaincue que M' était morte.
Emi, elle, a survécu.
Difficilement. Mais elle l'a fait.

Se réveillant d'un souvenir lointain, la jeune femme lève les yeux, qu'elle avait machinalement baissé pour masquer son trouble, vers Nicholas. Ou plutôt Nick. S'il l'appelle M'dam et la vouvoie, peut-elle se permettre de l'appeler par son surnom tel qu'il le préfère ? Oui, cela semble possible. Elle ne voudrait ni le vexer, ni paraître crispé.
Ne sachant que dire, Emi s'adonne à ramasser le maigre de ses courses qui a survécu à la gloutonnerie des chiens. Ceux-ci terminent leur repas en se léchant les babines, l'estomac satisfait. L'amusement que ressent Emi à les voir ainsi se complaire dans leur attitude typiquement... et bien, bestial, se traduit par un léger rire. Elle a finalement bien fait de sortir. Et surtout, de tomber sur un jeune homme avec de bonnes attitudes.
Un jeune homme charmant. Elle n'essayera pas de s'en contredire.

Tu as de très beaux chiens Nick. Ils sont tous à toi ?

Ça fait beaucoup de compagnons à quatre pattes. Son imagination la perd dans la vision d'une immense maison avec un jardin de plusieurs hectares, tout ceci étant la propriété du jeune homme. Non... S'il jouissait d'une telle richesse, il ne s'embêterait pas à promener seul six chiens. Pas plus qu'il ne s’embarrasserait à présenter ses excuses à une banale citadine en ciré jaune. Quoique, les gens peuvent nous surprendre parfois. Elle en sortirait grandie de se tromper sur toute la ligne.
Se sortant de la tête l'idée du millionnaire, Emi la remplace par celle d'un café bien chaud. Un plaid sur les épaules. Et beaucoup d'arnica dans le bas du dos, afin de soulager au plus vite la douleur qui tamponne par petits coups.
Elle jette un regard par-dessus son épaule. Puis, pointant un doigt dans la même direction, avant de tourner son visage à nouveau vers Nick, elle reprend la parole.

J'habite pas très loin d'ici. Ça te dit un petit bout de chemin avec moi ? Ça fera plaisir à tes chiens et tu pourras te servir de cette excuse pour t'assurer que je vais bien.

Ce n'est pas tous les jours que Emi rencontre des gens de cette façon. Qui partage en plus sa passion pour les chiens – ceci, la jeune femme en est certaine.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 31 Oct - 21:29


Meute Brune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Stein & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2572 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.



Essayer de ne pas penser de suite aux courses, mais plutôt au bien être de cette pauvre jeune femme qui venait de se faire bousculer par les chiens. Qu’il se sentait con d’avoir lâché la laisse par surprise, qu’il se sentait mal qu’ils aient dévoré la nourriture de la demoiselle ! Voilà que maintenant il allait devoir refaire les courses pour elle –enfin probablement-. Génial ! Enfin, il ne pouvait probablement que s’en prendre à lui-même… il aurait dû être plus prudent, on ne l’y reprendrait probablement plus à se faire avoir de la sorte !

Non. Plus de peur que de mal.
Tant mieux, je m’en serai voulu énormément sûrement. Je ne sais pas ce que vous aviez dans votre sac… ou cabas, par ce que je ne les ai jamais vu comme ça !  ça devait être rudement bon … sou sentir fort, je ne sais pas trop !

En tout cas lui, n’avait trop rien senti, mais sous forme humaine il avait quand même un bon moins odorat que sous forme lupine. Il ne tarda pas à changer de sujet… enfin pas tant que ça, par ce que maintenant il passait aux banalités à savoir comment elle allait vu qu’elle n’avait pas été blessée, question bizarre pour la plupart mais après tout, elle pourrait ne pas être blessée et allait mal en général même si elle ne se confierait probablement pas à un simple inconnu. Elle confirma une nouvelle fois que tout allait bien pour elle,  il se décida alors à se présenter  -enfin !  Même si c’était une rencontre peu commune et qu’elle se fichait probablement de comment il se nommait il ne pouvait pas s’en empêcher… juste au cas où, comme il disait.

Tu.[...] Et c'est Emi.
Enchanté Emi !

Ok. Retenu ! Il allait la tutoyer à présent, il préférait ça d’ailleurs même si ça lui faisait un peu bizarre vu qu’il ne la connaissait pas… mais après tout ils devaient avoir plus ou moins le même âge, dire « tu » ne serait donc pas spécialement une marque d’irrespect !  Elle ramassa ses couses avant rigoler un peu… laissant le pauvre brun encore plus perplexe qu’il ne l’était ! Il ne voyait pas spécialement ce qu’il y avait de drôle là-dedans, ou alors il avait raté un train. Il regarda les chiens, puis la jeune femme, puis de nouveaux ses boules de poils et aucune idée ne lui vint à l’esprit. Peut-être qu’elle allait lui donnait une explication.

Tu as de très beaux chiens Nick. Ils sont tous à toi ?

Il acquiesça brièvement, même si c’était un peu plus compliqué que ça. Il désigna l’une des bêtes du doigt.

Lui, c’est le mien, les autres sont les chiens qui sont dans le chenil que je tiens… donc je suppose qu’ils sont à moi… pour l’instant, jusqu’à ce que je leur trouve une nouvelle famille d’adoption ! Pourquoi, vous êtes intéressée ? Vous aimez les chiens ?

Il lui dédia son plus beau sourire tandis que les bêtes étaient finalement revenues s’asseoir à côté de lui maintenant que le « repas » était terminé. Oui, c’était bizarre comme approche, mais il aurait voulu trouver une nouvelle famille pour l’un d’eux. Ils avaient beau être bien avec lui, ils seraient probablement seuls –ou à deux-, dans une famille aimante !  Au moins, pour l’instant ils n’étaient plus dans la rue et affamés… enfin même si sur le dernier point il ne pourrait pas prouver le contraire vu la scène qui s’était déroulée quelques minutes auparavant, et pourtant il les nourrissait ! Et la proposition qui suivit le surprit plus qu’autre chose :

J'habite pas très loin d'ici. Ça te dit un petit bout de chemin avec moi ? Ça fera plaisir à tes chiens et tu pourras te servir de cette excuse pour t'assurer que je vais bien.
Heu oui, bien sûr ! Je te suis donc…. Vu que je ne sais pas trop dans quelle direction est le « pas très loin d’ici ». Il  jeta un coup d’œil aux chiens qui à présent étaient parfaitement calme. Il espéra juste qu’une autre saucisse ne se présenterait pas sur la route ! Est-ce que tu es certaine que tu ne veux pas que j’aille te racheter ce que tu as perdu… enfin ce qui a été mangé… du moins ; ce n’est pas réellement perdu.




Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
 

Never be too busy to meet someone new [Nicholas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» "Never be the same, if we ever meet again."
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !
» [The Preston Sisters : Meet Anna, the one with the eyes that look ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Ouest-
Sauter vers: