Entre amies ◊ Siv
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS EN COURS

Aucun pour le moment, ça ne saurait tarder.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- bêta de la meute brune ici.
- petite soeur portée disparue ici.
- bêta de la meute rousse ici.
- le jouet humain d'une louve ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.

VOTE POUR LE FORUM




 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Entre amies ◊ Siv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sam 11 Nov - 15:47


Meute Noire

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Edwina S. Svanhildesen, l'alpha de la meute blonde et Ester L. Braaten, conseillère du Roi et Chef des Traqueurs de la meute argentée. Torvald Marklund, chasseur. ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN, fondatrice pour vous servir ! ▹ EMPREINTES : 464 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 21/09/2016 ▹ LOCALISATION : Quelque part dans les ombres de Bergen. ▹ HUMEUR : Mauvaise, sombre, antipathique. Pas réellement fréquentable. Encore moins pour les blonds et autres infériorités.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Quelques sachets remplis d'herbe, un miroir, un livre de prières et une coupelle pour recueillir le sang de ses patients.



Lieu et date du rp : 11/11/18 - Demeure de Vyranui
Protagonistes: Siv et Vyranui
Résumé du rp: Discussion autour d'un brunch
Actions réalisées au cours de ce rp: ici

Siv. Alpha de meute. C’était une femme qu’on ne rencontrait pas deux fois dans sa vie. Le genre de louve qui s’imposait par sa prestance et par son charisme. C’était une louve qu’elle avait toujours appréciée, d’aussi longtemps qu’elle s’en souvenait en tout cas. C’était une femme qui faisait preuve de fermeté, d’autorité, de respect et qui, intrinsèquement, représentait toutes les valeurs de la meute. C’était le genre de louve qu’elle avait plaisir à côtoyer. Alors, quand elle était devenue alpha, quand l’occasion s’était présenté de l’élire, Vyranui avait soutenu sa personne. De tout son cœur, de toute son aura. Elle avait fait d’elle – aux côtés de la meute – leur nouvelle alpha. Elle ne regrettait en rien cette décision. Bien au contraire. Même si, comme pour tous les loups, elle avait quelques différents avec elle, dans la majeure partie, Vyranui partageait sa vision des choses, appréciant son travail et le respect des traditions, des coutumes, dont elle faisait preuve. Elle n’hésiterait pas, une seule seconde, à suivre ses ordres et sa façon de faire. Elle n’attendait que ça d’ailleurs, de voir ce qu’ils pourraient faire à l’encontre de la monarchie argentée. C’était une situation qui lui déplaisait. Siv était au courant pour les liens qu’elle partageait avec le Roi. Elle savait qu’elle avait eu des relations, il fut un temps, avec l’alpha des argentés. Puis, lorsque le moment lui était apparu comme propice, elle lui avait fait part de la nature d’Ivar. De son fils. Qu’il était en réalité le fils de l’actuel monarque. Evidemment, elle lui avait demandé de conserver le secret. Ne pouvant pas prendre le risque que la meute argentée l’apprenne. Aux côtés de Sigvard, ils avaient élevé Ivar, en faisant de lui un digne représentant de la meute noire. Puis, elle l’avait présenté au roi, autant dire que tout ne s’était pas passé comme prévu. Ça, aussi, elle l’avait dit à son alpha. Aujourd’hui, elle avait décidé de rester à Bergen, dans le quartier noir, prêt de sa maison, afin de profiter de son domicile. Etant son propre patron, Vyranui n’hésitait pas à prendre des jours de congés quand elle le souhaitait. Ce jour-là ne faisait pas exception à sa philosophie.

Vêtue d’une ample et longue robe noire, sous laquelle la louve ne portait rien – c’était beaucoup plus simple pour muter – elle préparait le déjeuner. N’ayant pas envie de passer la journée seule, ayant envie de profiter de sa journée de congés pour profiter de sa meute et de leurs membres, elle avait donc envoyé un simple sms à son alpha, afin de la convier à un petit brunch. Cette dernière savait parfaitement où Vyranui habitait, comme la majeure partie de la meute. Sa maison, tout en bois, en plein milieu de la forêt, bien espacé des habitations, était traditionnellement norvégienne et respirait la culture lupine. Ouverte sur les environs boisés, elle dégageait un calme et une sérénité indéniables. C’était pour ça qu’elle était restée là, profitant des lieux sans jamais s’en plaindre. C’était quelque chose qu’elle appréciait, énormément, bien trop même. C’était une situation qui favorisait la cohésion de sa meute, une situation qui lui plaisait bien. Elle ne changerait pour rien au monde de logis. Une bonne odeur de viande, ainsi que de desserts traditionnels embaumaient son domicile. Dans le salon, sur la table basse, elle avait disposé tout ce qu’elle avait cuisiné, afin de recevoir dignement son invité. Refusant, bien évidemment, d’être une mauvaise hôte. Ce n’était pas le genre de réputation qu’elle pouvait avoir. Absolument pas. Lorsque des bruits de pas se firent entendre, un doux sourire apparu sur le visage de la brune. « Entre, c’est ouvert ! » S’écria-t-elle, sans même prendre le temps de se tourner vers son invité. Passant dans la cuisine, elle alla chercher les dernières boissons, avant de retourner dans le salon, se retrouvant alors en face de son alpha. Posant le tout sur la table, d’une démarche féline, elle se dirigea vers son alpha pour la saluer. « Comment vas-tu ? » Se permit-elle de lui demander, avant de l’inviter à s’asseoir. Remettant en place une mèche de cheveux dans son impressionnant chignon, comme à son habitude, Vyranui avait maquillé d’un cercle noir ses yeux, accentuant le côté mystique de sa personne. Une habitude qui avait la vie dure.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
And maybe, i'will save your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Nov - 10:59


Meute Noire

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Mette Petersen ▹ PSEUDO : Cornel ▹ EMPREINTES : 68 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 24/10/2017 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ HUMEUR : Mordante

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Vyranui & Siv
Wolves are social. They need their pack


Vibration insistante du téléphone négligemment abandonné sur un comptoir, coupée d'un geste vif. Elle pourrait le délaisser ailleurs, sur une table, le divan, le lit, le sol... Elle l'y a laissé, par le passé, a posé un verre dessus, a juré pour l'avoir retrouvé sous son coussin, l'avoir balayé de la main sur le sol au fil d'un rêve, avoir manqué trébucher dessus en immergeant, fatigue entourant ses membres de fils de soie invisibles à l’œil nu et ralentissant ses réflexes. Le téléphone aura été chanceux aujourd'hui, lente avancée vers le vide interrompue avant sa chute. Il était suffisamment tard, courte nuit de sommeil qui avait déjà touchée à sa fin, louve prête à affronter le jour, pensée réorganisant ses plans tandis qu'elle lit le message. Brunch avec Vyranui. Pourquoi pas ? Ce sera l'occasion de placer des bribes d'idées en mots, de tester les eaux de sa meute. La guérisseuse est une parfaite représentante de leur meute, quelqu'un qu'elle n'a pas honte d'apprécier, dont elle respecte l'opinion. Le sentiment reste distant, comme toujours, teinté de comment t'utiliser au mieux, de ta loyauté est mienne et mienne seule, sombre et possessif. Elle ne s'en cache pas. Aimer sans restrictions place des œillères sur la raison, et elle refuse de s'aveugler de la sorte, Siv. Elle refuse d'oublier qui elle est et ce qu'elle veut être, créer. Retour à la chambre, de quelques longues enjambées, maisonnette délibérément peu imposante de l'extérieur. Sa chambre, celle de Fredrik pour le cas où il voudrait rester, salle de bain, pièce de vie, un minuscule bureau, caché derrière les portes de ce qui semble un dressing. Elle ne veut pas plus, n'a pas besoin de plus en l'absence de compagnon et de louveteaux à appeler sien. Jean et veste qui volent d'un geste, longue tunique et simple leggings passés à la place. L'étoffe est riche, et elle n'est pas frileuse. Ce sera plus adapté pour rester chez les siens que ces tenues pour errer chez les autres meutes et se fondre dans les humains, plus rapide à ôter si elles décident de muter pour une chasse ou un entrainement. Manger, parler, observer la meute qui est leur. Une meilleure façon de passer la journée, une parenthèse bienvenue dans les discussions en tout genre.

Le téléphone manque être oublié quand elle part, appareil détesté, associé aux humains et à leur goût des chaines. Utile, restrictif. Elle ne parvient pas à y adhérer, pour tout ce qu'elle s'en sert autant que n'importe quelle autre personne. Pensée chassée, route vers la résidence de Vyranui faite dans une course paresseuse, main se levant pour toquer. Elle n'a jamais répondu au message, selon son habitude. Le silence est un accord, la réponse une dénégation. L'autre louve connait son habitude, comme elle connait certains de ses secrets et plans, comme elle connait la nature réelle de son traqueur de fils. Fils du Roi. Échiquier réarrangé depuis qu'elle est entrée dans le secret, tentant de décider sa place et son rôle. Peut-être simple allié, peut-être chevalier à même de piéger le Roi, peut-être compagnon pour faire taire ceux qui la voudraient déjà grosse d'une portée et pouvoir jouir du plaisir de donner vie à des louveteaux à même de contribuer un jour à la chute de leur ancêtre. Elle a le temps de décider, tandis qu'elle entre, lèvres se retroussant lentement, laissant passer l'air parfumé entre ses dents. Son appréciateur au bord du grondement qui trouble un instant le calme du lieu. Elle a bien fait d'accepter l'invitation, si seulement pour les plats qui accompagneront les odeurs. Sourire, malicieux, machiavélique, tandis qu'elle s'installe et retourne le salut de son hôte. "Bien, et toi ?"  Elle demandera des nouvelles d'Ivar et Sigvard plus tard, si l'envie et l'occasion sont là, mais pour l'instant, elle préfère garder la conversation restreinte. Un moment pour discuter entre femmes et amies, avant de devenir Alpha et conseillère officieuse, de reprendre leur manteau. Elle s'étire dans son siège, Siv, jambes se redressant pour se glisser sous elle, colonne vertébrale s'incurvant, détente dans les lignes de son corps et rire s'échappant, discret, presque joyeux. Part d'honnêteté de sa part, pourtant calculée. La spontanéité ne fait pas vraiment partie d'elle, le mensonge est part trop intégrante de son essence pour ça. Agir de la sorte contribue à les mettre à l'aise, alors elle agit comme cela. Ceux avec qui elle fait preuve d'impulsivité sont trop rares pour qu'elle se soucie de la faille qu'ils représentent, de toutes manières. Trop éparpillés. "Je préfère t'avertir, je n'étais réveillée que depuis peu quand j'ai eu ton message, j'ai à peine bu un reste de café. Ne t'étonnes pas de me voir dévorer, tes plats sentent beaucoup trop bons pour ça."

Autant l'avertir, aussi inutile l'avertissement. Ça fait partie du rite, du masque des manières. Alors, forcément, elle se doit de le briser aussitôt, Siv, d'une main qui vient se nicher sous son menton et de ses yeux qui pétillent d'une curiosité malsaine et joyeuse, dents trop émoussées pour être de véritables crocs révélées par une lèvre retroussée. La violence promise par la grimace, le sang qui ne demande qu'à couler dans son esprit, dans sa gorge. Elle espère que la viande est saignante, est bleue, à même de satisfaire la soif. Elle espère que Vyranui aura une réponse intéressante, tandis qu'elle pose sa question, chaque mot savouré. "As-tu eu quelques imbéciles à même de t'amuser à la boutique, ces derniers temps ? Un crétin qui ne demandait qu'à être rendu plus impotent encore, une idiote qui hurlait de glisser un peu de datura dans son infusion ?"

To be trusted is a greater compliment than being loved
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Nov - 11:50


Meute Noire

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Edwina S. Svanhildesen, l'alpha de la meute blonde et Ester L. Braaten, conseillère du Roi et Chef des Traqueurs de la meute argentée. Torvald Marklund, chasseur. ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN, fondatrice pour vous servir ! ▹ EMPREINTES : 464 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 21/09/2016 ▹ LOCALISATION : Quelque part dans les ombres de Bergen. ▹ HUMEUR : Mauvaise, sombre, antipathique. Pas réellement fréquentable. Encore moins pour les blonds et autres infériorités.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Quelques sachets remplis d'herbe, un miroir, un livre de prières et une coupelle pour recueillir le sang de ses patients.



Elle était arrivée quelques heures après la réception de son SMS. Bien sûr, Siv n’avait pas répondu. Là où des humains – ou d’autres loups – auraient pu voir un manque de respect, la guérisseuse savait qu’elle viendrait. Sinon, évidemment, elle lui aurait fait part de son refus. Il était plus simple de fonctionner dans ce sens. Pourquoi perdre son temps à expliquer que l’on viendrait, si l’on vient ? C’était le caractère de son alpha, elle s’y était faite. Comme tous. Sans difficulté. Installée sur le divan de son salon, elle laisse un sourire éclairé son visage. « Bien. » Pas causante la louve. Pas du genre à étaler sa vie privée. Sans doute un de leurs points communs. A quoi bon raconter sa vie ? Quel intérêt ? De toute façon, tout ce qui était important à savoir, l’alpha le savait déjà. Son futur mariage, son fils, ses liens avec Solskinn. Sa nature de guérisseuse. Son don. Son métier. Il n’y avait pas grand-chose d’autre dans sa vie. Pas grand-chose à raconter. Ça lui allait parfaitement. La routine dans laquelle elle était installée, au côté de l’augure qu’elle avait choisi, était suffisante. Rassurante. Reposante. Elle ne désirait rien de plus. Rien n’aurait pu la rendre plus heureuse que sa situation actuelle. C’était une vérité qui retentissait dans chaque parcelle de son être, de son âme et qui la rendait vibrante de vie, de santé. Laissant son alpha prendre place, à ses côtés, dans le salon, elle attrapa une assiette et commença à remplir cette dernière. Assiette qu’elle plaça près de l’alpha, pour que cette dernière puisse s’y servir. Mettant à sa disposition des couverts, elle avait laissé les contenants ouverts, de manière à ce qu’elles puissent s’y servir. Comme un buffet. Léger rire sur ses lèvres. « Je suis ravie de voir que tu feras honneur à ma cuisine. » Tournant sa tête vers Siv, elle poursuit. « J’aurai bien été en peine de devoir te forcer à ingurgiter tout ça. » Vaste geste sur la table remplie de plats en tout genre. Les louves avaient, littéralement, un appétit de loup. Quelque chose qu’elles n’avaient pas à cacher au sein de leur société. Avantage notable de vivre dans une société lupine et non humaine. Plaisir non dissimulé de pouvoir profiter autant qu’elles le souhaitaient de la nourriture. Certes, ce n’était qu’un petit plaisir, une nécessité qui avait ses avantages. Cuisiner, d’ailleurs, avait toujours fait partie du quotidien de la louve, non pas parce qu’elle était une femme, mais parce qu’elle avait besoin de se concentrer, de s’occuper l’esprit. La cuisine, l’herboristerie, ou l’utilisation de son don. Son futur époux peignait. Véritable artiste. Elle se contentait de créer. Parfois, il lui arrivait d’user de l’argile, de faire quelques créations. Rien de grandiose. Rien de très réaliste. De l’abstrait. Quelque chose qui lui plaisait, qui faisait évacuer ses tensions, ses questions. La guérisseuse cherchait toujours à avoir l’esprit vide, clair. Réfléchir, surtout en cas d’urgence, était primordial pour éviter les erreurs. La cuisine lui permettait de se focaliser sur une tâche, d’en suivre une évolution définie à l’avance. C’était quelque chose qui avait créé des automatismes. Automatismes qui lui étaient d’une grande aide quand elle entrait dans l’aura des loups, dans l’idée de briser leurs os pour les remettre en place. Faire abstraction de la douleur, de la peine, de la tristesse, de la colère des loups, pour se focaliser sur une tâche, définie à l’avance : la consolidation, la guérison. « Hm. » Elle réfléchit, attrape une bouchée à la coco. « J’ai bien quelques âmes sensibles qui pourraient t’être utiles. » Sourire carnassier sur le visage, faire tomber les humains dans un business bien trop sombre pour leur physiologie était plaisant. Enrichissant. « A leur prochaine visite, je pourrais m’arranger pour qu’ils te rendent visite. Semblerait bien que tu aies une herbe qui leur serait des plus utiles. » Mensonge éhonté. Traquenard calculé.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
And maybe, i'will save your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Nov - 22:24


Meute Noire

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Mette Petersen ▹ PSEUDO : Cornel ▹ EMPREINTES : 68 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 24/10/2017 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ HUMEUR : Mordante

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Vyranui & Siv
Wolves are social. They need their pack


Assiette remplie sous ses yeux, gestes enregistrés en silence, contenu noté et odeurs associées à chaque plat. Déjà, elle analyse les mets de la vue et de l'odorat, s'amuse de loin à tenter de deviner chaque ingrédient, approuve les choix de la guérisseuse et se penche légèrement vers les boites au contenu encore absent de son assiette. Elle s'amuse vaguement de la remarque de Vyranui, assez pour laisser s'échapper un rire léger. La forcer à manger, non, mais glisser quelque herbe apte à ouvrir l'appétit pour l'inciter à se régaler, elle ne jugerait pas ça impossible. Elle a confiance cependant, autant qu'elle peut avoir confiance en quelqu'un. Assez pour prendre le risque, assez peu pour calculer quel Ordre donner si le résultat se trouve traitre, la contraindre à la loyauté de nouveau. L'antinomie ne la dérange pas, à Siv. Loyauté forcée ou libre, cela reste de la loyauté. Un sentiment, qui peut se courber pour mieux la servir au fil des heures, des jours, des mois. La loyauté s'achète, se forge, se brise et se manipule. Comme toute matière vivante. Ça ne sera pas nécessaire aujourd'hui. L'option reste là, pourtant. Au cas où. "Il aurait été amusant de te voir essayer, mais je te concède le point." Fourchette piquée dans un bout de viande, première bouchée prise, gout riche dans la bouche, la gorge, le nez. L'odorat contribue à la saveur, autant que le sel. "Quoique si tout est aussi que ton ragout, faire honneur à tout ça ne sera pas difficile. Tu n'auras peut-être même pas de restes !"

Elle n'est pas si bonne cuisinière, Siv, pour sa part. Elle fait de quoi se nourrir, à peu près sainement. Viande rôtie ou poêlée, légumes sautés ou rôtis, poisson au four. Elle aime rôtir. C'est simple, c'est bon, elle n'a pas de mauvaise surprise aussi longtemps qu'elle veille au temps et à la température. Accompagnés de pommes de terre ou de riz, elle n'a pas à avoir faim. Il suffit juste d'éviter la semoule. L'art de la changer en colle. Au point d'avoir déjà essayé de s'en servir comme telle une fois, dans une lubie. Même comme ça, sa semoule est loupée. Elle l'a bannie des placards. Et elle reste à ses alcools, à ses drogues. Eux, elle sait les mixer, les mélanger, les secouer et les agrémenter en des cocktails exquis, aux couleurs aussi vives que leurs goûts sont traitres, alcool une brûlure en arrière plan qui se fait oublier jusqu'au moment où elle vole équilibre et raison. Elles, elle sait les peser, les couper, souiller le mélange pour économiser la poudre originelle plus précieuse que les diamants pour ses addicts sans compromettre ses effets, ses délires. Elle pousse la générosité jusqu'à les accentuer. Et si elle opte pour des mélanges qui aident à détruire le corps et l'esprit plus vite... ils n'avaient qu'à pas en avoir besoin, n'est-ce pas ? Elle ne les a pas contraints à en acheter, à tomber si bas. Elle extrait juste d'eux le prix de leurs erreurs passées. Quelque part... elle rend service. A eux, en les libérant de leur existence miséreuse, à la société humaine, en la défaisant de leur poids. Elle agit en bon samaritain. Qu'importe si sa parabole à elle est aussi stable qu'un cul-de-jatte.

Hareng fumé saisi du bout des doigts, sans manières, et dévoré goulument, tandis que ses yeux brillent à l'idée de recevoir de nouveaux jouets de la part de sa guérisseuse. Elle sait que son visage a pris une expression jumelle de celle de l'autre louve. Sombre et macabre, menaçant, qui amène à l'esprit l'image de crocs dégoulinants de sang et presque joyeux pourtant, de l'idée de se jouer d'humains, de leurs esprits brisés et de leurs corps broyés de même. "Un remède pour chaque problème, c'est ma devise. Satisfaits ou la prochaine dose vous est remboursée !" Les mots sont mâchés avec appétit, les pupilles luisent d'avance de l'idée de faire tomber de nouveaux moutons dans ses filets. A défaut de réellement les soigner, ils auront le réconfort de paradis artificiels et de délires infernaux pendant que leurs organes asphyxieront. Elle sait déjà qu'ils ne s'en plaindront pas. "Actuellement, je pourrai sans doute t'en faire passer un ou deux, si tu veux tester quelques mélanges. J'en ai un qui commence à se plaindre de ses articulations, inflammation il semblerait. Avec tout ce qu'il aime à parler de ses douleurs, je suis sûre que tu pourrais aisément trouver de quoi le soulager à plus ou moins long terme. Personne d'autre ne semble s'en soucier." Ils font des proies faciles pour cette raison, les égarés qu'elle aide à fuir leur quotidien. Trop vieux, les familles trop détachées, trop pauvres, trop malades... Des fardeaux. Gâteau au miel qui colle aux doigts et aux dents, qui contraint un instant au silence, à la pensée. "Est-ce que tu as la clientèle d'autres meutes ces temps-ci ? Ou juste celle d'humains trop stupides pour sentir qu'ils ne sont pas chez eux ?"


To be trusted is a greater compliment than being loved
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
 

Entre amies ◊ Siv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Après-midi shopping, comment passer un bon moment entre amies • Sarah
» Eileen&Lou | retrouvailles entre amies
» Un p'tit resto entre amies ! (Autumn/Mila)
» Chasse entre amies... || PV Caresse de Lune
» Quoi de mieux que des petits potins entre amies ~Lily & Kaylee

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Sud-Est :: Résidences-
Sauter vers: