Tanière de bois [PV Torvald]
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS EN COURS

Aucun pour le moment, ça ne saurait tarder.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- bêta de la meute brune ici.
- petite soeur portée disparue ici.
- bêta de la meute rousse ici.
- le jouet humain d'une louve ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.

VOTE POUR LE FORUM




 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Tanière de bois [PV Torvald]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mer 22 Nov - 23:59


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : Elliot ▹ EMPREINTES : 84 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 15/11/2017 ▹ LOCALISATION : Norvège ▹ HUMEUR : Conciliante

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Lieu et date du rp : domicile de Sondre, jeudi 15 novembre 2018 – 11h50
Protagonistes: Torvald et Sondre
Résumé du rp: En cours
Actions réalisées au cours de ce rp: En cours

Spoiler:
 

Bergen d’automne, humide, froide, immergée dans un gris percé de fenêtres éclairées.

Près des forêts, loin de la mer, une maison bardée de frêne clair surplombe la ville et le port.

Debout à la fenêtre, Sondre observe sa Bergen désenchantée, transformée. Il pose sa paume sur la vitre. Le froid de novembre. Le froid entre lui et le reste du monde.

Il a l’impression d’être parmi les derniers de sa meute à ne pas avoir changé.

(Les gens meurent autour de lui.
Les gens se battent loin de lui.
Et lui, dans ses os clairs et sa chair rouge, perdure, fidèle à lui-même.)

Sa main laisse une buée.
Il la retire.
Il lève la tête.

Il a entendu un bruit au premier étage. Sans doute Torvald, l’homme qu’il a engagé.

Il se retourne.

Sur le mur de la cuisine attenant au salon, l’horloge blanche indique 11h50.

Il enjambe les piles de papier qui désordonnent son salon.
Des feuilles blanches remplies de petites mesquineries et de grands objectifs.
Son nouveau client a des envies de conquêtes. De marché ! Des ambitions et des velléités ! A mort les concurrents !
Le loup rouge aide aussi les gens qui sont dollarement agressifs. Le chèque des humains remplace parfois leur valeur.

(Les affaires ont repris.
Les contrats tombent.
Les jours se ressemblent à nouveau.
Tous les jours, les jours un peu plus raidis.
Tous les soirs, les nuits un peu plus noires.)

Il quitte le salon. Entre dans la cuisine. Soulève le couvercle de fonte. Une bulle explose doucement dans la sauce brune.

Il se fige.

Il a oublié de demander à Torvald s’il aimait le renne. Et s’il voulait manger avec lui à midi…

Sondre est un penseur professionnel mais c’est parfois un défaut de penser autant…

Tant pis.
C’est non-fait.
Il repose le couvercle, quitte la cuisine, monte l’escalier. Les marches grincent à peine. La maison est récente, le bois n’a pas eu le temps de vieillir.

Au premier étage, il s’arrête dans l’encadrement de la porte du bureau.

Devant lui, Torvald. Humain. Son aura a l’homogénéité qu’il associe aux humains qui n’ont pas fait de mal avec leurs mains.

— Hey hey…

Il pose sa main gauche sur le mur.
(Il aime toucher ce qu’il connait.
L’inconnu dans sa maison le perturbe.
Une tanière de bois n’est pas faite pour être partagée avec des inconnus.)

La main droite dans le repli de son coude gauche.
Son thorax, barré par le bras droit.
(Lui, interdit de le toucher.)

— Il est presque midi.

Pantalon de laine grise, chemise blanche des hommes qui pensent pour travailler, manches relevées, veines saillantes sur les avant-bras.
Des angles partout sur le corps. Sur son visage, sur ses coudes pointus, sur ses muscles. Un jour, la maigreur aura sa peau.

Il a demandé à Torvald un site sur lequel ses clients peuvent s’enregistrer.
Il lui a demandé un protocole d’échange de fichiers – des fichiers trop lourds pour les mails.
Il lui a demandé toutes ces choses très pragmatiques. Très carrées.
Torvald a accepté.
Alors ils vont travailler ensemble.
Aujourd'hui, son premier jour.

La neutralité pure embarrasse le travail. L’humanité va mieux au rendement… A moins que l’humanité ne soulage le travail. Il ne sait pas trop.

Un sourire courbe.
Un effort d’ouverture.
Ses paupières presque mi-closes.
Il laisse glisser son professionnalisme impersonnel, délaisse son silence. Ses yeux bleu pierre, son regard de minéral évaporable, friable. Il tente de regarder Torvald autrement.

— Tout va bien avec la programmation ?

Une voix plus grave, plus lente qu’à l’accoutumée.
Une voix qui prend le temps de ne pas cacher ce qu’il est.

Son regard tombe sur les mains de Torvald. Une alliance. Il ne l’avait pas vue. Marié ?

— J’ai préparé un ragoût de renne pour deux. A moins que vous n’ayez prévu de manger avec votre épouse ?
Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Nov - 22:37


Chasseurs

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Edwina, Ester et Vyranui. Parce que je suis complètement folle. ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ou Floriane. Ou Flo. ▹ EMPREINTES : 136 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 17/09/2017 ▹ LOCALISATION : Tout juste arrivé en Norvège, sans doute à fureter partout, ou à ranger son appartement. C'est toujours un peu le bordel d'ailleurs. ▹ HUMEUR : Bonne, globalement. Après, c'est souvent variable, mais ça ne se voit pas.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Il avait trouvé un travail. Il ne pensait pas pouvoir trouver quelque chose avant des mois. Alors bien sûr, ce n’était rien d’extraordinaire, concevoir un site internet pour un particulier. Mais c’était déjà mieux que rien. Il allait pouvoir ramener un peu d’argent, c’était tout ce qui l’intéressait. Certes, ce n’était pas sûr qu’après avoir terminé cette mission, son contrat se poursuive avec Mr Iversen, mais il tentait le coup. Peut-être, qui sait, que tout irait au mieux et qu’ils poursuivront leur collaboration. C’était tout ce qui l’intéressait.
Il avait rendez-vous à 11h50 chez lui. Dans le quartier nord de Bergen, autant dire qu’il s’était levé tôt, pour s’assurer de ne pas être en retard. C’était impensable pour lui d’arriver ; son premier jour, en retard. Non. Inenvisageable. Alors il s’était levé aux aurores, avait pris le temps de manger correctement, d’enfiler une tenue classe – mais confortable et était parti une heure trop tôt. Evitant ainsi les embouteillages et arrivant à l’heure. C’était une maison agréable et originale qui avait accueilli Torvald. Il avait pris le temps de scruter la demeure – depuis l’intérieur de sa voiture – et de voir ce qu’il pouvait voir, soit pas grand chose. Il ne nota rien de particulier et, contrairement aux loup-garous, il n’avait pas de sens lui permettant de lui indiquer si la personne chez qui il allait était simplement humaine ou non. Qu’importe, de toute façon, il n’était pas là pour ça. Attrapant son attaché-case, enfilant son perfecto en cuir, il sortit de son véhicule – le verrouilla et se dirigea jusqu’à la demeure.

Il entra dans la demeure – après que ce dernier lui ai ouvert la porte et se mit rapidement au travail. Il savait ce que désirait son employeur et il ne souhaitait pas le faire attendre. Avec précaution et minutie, il avait commencé à tout installer. Ses affaires étaient branchées sur la connexion de Sondre, pendant que plusieurs écrans affichaient son travail en cours. En même temps, il s’assurait – sur l’ordinateur de son employé, que tout s’affichait correctement et qu’il n’y avait aucune différence entre ses écrans et la version qu’il aurait sur son matériel personnel (comme professionnel). Minutieux et sérieux, il prit le temps de tout mettre en place et chaque ligne de code était vérifiée deux fois. Ou presque. Il prenait le temps de faire bien les choses, mais ne se ralentissait pas inutilement non plus, sauvegardant son travail au fur et à mesure. Alors qu’il était entrain de travailler, il entend les marches menant à l’étage où il travaille grincer. Apparemment, Sondre était venu le voir. Simple visite de courtoisie ? Façon de vérifier le travail ? Ou autre ? Aucune idée et pourtant le jeune homme restait serein. Pas de raison de s’inquiéter après tout. Il sort la tête de son travail lorsqu’il entend la voix du roux dans la pièce. « Je n’avais même pas fait attention à l’heure. » Avoue-t-il, passant une main dans ses cheveux, confus. Une fois plongé dans son travail, il avait tendance à tout oublier. « Tout se passe bien pour le moment oui. » Hochant la tête, il poursuit. « J’ai eu quelques soucis pour les pages que tu m’as demandé, mais je pense que ça devrait aller. » Ne jamais douter de ses capacités, c’était le mot clé de la réussite. Il n’en avait jamais douté. Passant un rapide coup d’œil sur ses écrans, il vérifia ce qu’il disait, modifia une faute qui venait de lui sauter à l’œil et sauvegarda sa progression. « Oh c’est très aimable à vous ! » A la mention de l’épouse, il grinça mentalement des dents. Les coutumes avaient la vie dure. La question se posait alors, assumer son homosexualité n’était pas un problème – son anneau le prouvant, mais le risque était toujours le même : discrimination ou pas ? Allait-il perdre son contrat s’il l’assumait ? Etait-il prêt à courir ce risque ? En réalité, oui. Alors, poliment et sereinement, se tournant vers son interlocuteur, il poursuivit. « Mon époux à vrai dire. » Sourire sincère, pépites d’amour dans les yeux, il ne se veut pas brusque. Surtout pas. Tout le monde n’avait pas la même ouverture d’esprit que lui, il ne devait jamais l’oublier. « J’ai préféré le prévenir que je rentrerai tard, j’ai tendance à oublier l’heure qu’il est quand je travaille et je n’ai pas envie qu’il croie que je l’ai oublié. » Rire fugace qui s’échappe d’entre ses lèvres. « Je me joindrai à vous avec plaisir ! » S’il ne souhaitait pas qu’il quitte sa maison la queue entre les jambes pour aimer un homme.


the night is dark and full of terrors — .
i will kill you.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Nov - 0:39


Meute Rousse

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : Elliot ▹ EMPREINTES : 84 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 15/11/2017 ▹ LOCALISATION : Norvège ▹ HUMEUR : Conciliante

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



« Mon époux à vrai dire. »
— Oh…

Le « oh » est esquissé. Le visage exprime à peine la surprise. Il flotte, Sondre, dans la réalité très tangible des humains et des loups. Son regard se perd au-dessus de la tête de Torvald, aspiré par un trou noir imaginaire… L’impossibilité de visualiser le couple. La préférence de ne pas visualiser le couple.

« Je me joindrai à vous avec plaisir ! »
— Parfait. Venez donc.

Il disparait derrière le mur, descend les escaliers.
Sur le palier, il attend.

La maison de frêne est veloutée de silence. Et lui, loup rouge lové dans une peau humaine, a les yeux plus bavards que la bouche. Il absorbe l’image de l’homme. Tout entier, il le fait entrer dans ses pupilles. Tout entier, il l’étudie tandis qu’il descend les escaliers derrière lui.

L’humain parait sûr de lui, sûr de sa présence.
Dans sa façon de parler, dans sa façon de se tenir debout.
Un homme sûr de lui a-t-il besoin de mentir ?

Est-il honnête ? Est-il direct ?
Sondre a envie de penser oui. A envie de lui faire confiance.

(Faire confiance à un humain, pour une fois ?
Les humains sont trop divers et variés.
Les humains sont trop dangereux.
C’est triste, de voir ces presque-loups ainsi tenus à distance.
C’est nécessaire, pourtant.)

Il verra bien, avec le temps, quelle cartographie des sentiments Torvald dessine autour de lui.

Le faux humain descend la dernière volée d’escaliers. Se dirige vers la cuisine. Claire, d’apparence traditionnelle, de fonctionnalité moderne. Un peu comme sa meute.
La table est dressée.

— Je vous en prie, asseyez-vous, je nous sers. De l’eau claire, ça vous va ?

Les mouvements sont lents, ronds et muets.
Une assiette creuse de ragoût devant Torvald.

—Vous pouvez inviter votre époux pour manger avec nous de temps à autres s’il a le temps de venir jusqu’ici.

Une assiette pour lui.
Il s’assied.

— Bon appétit.

Il commence à manger. Le rituel du repas ne diffère guère d’un pays à l’autre et d’une personne à l’autre. Il y a toujours ces gestes de découpe, de portée, de mâchonnements. Il y a toujours ces bruits de couverts, de faïence malmenée, de déglutition humide. Et parfois, comme aujourd’hui, il y a ces questions qui tournent à la surface de la peau. Des questions qui tendent l’épiderme vers l’autre, dans une écoute de ses gestes, dans une fébrilité de réaction pourtant contenue.

Comment entrer dans l’informel ?
Comment ne pas envahir ?
Il déteste l’invasion, l’intrusion.
Chez lui. De lui.
Alors les autres aussi, doivent détester cela ?

Son accent… Son nom de famille…

— Je suis heureux que la révélation fracassante de l’existence des loups ne vous ait pas découragé de venir en Norvège. Je n’aurais pas eu d’informaticien à engager.

La politesse, sans doute, la politesse en bouclier, en fer de lance, peut-elle aider.
Mais pas la politesse des fauves, pas la politesse qui lui vient spontanément – et qu’il doit refreiner.

Oh, ce serait drôle, sûrement… Seulement…
C’est simplement impossible.

A la place, la politesse des hommes, des universités, des grandes entreprises américaines et leur politiquement correct, la politesse des entreprises norvégiennes et leur ingénuité.

— Vous plaisez-vous chez nous ? Votre époux de même ?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
 

Tanière de bois [PV Torvald]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Une fabrique de jouets en bois
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» Peindre du bois lasuré
» [TUTO] Réaliser des échelles en bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Nord :: Résidences-
Sauter vers: