Le placard à balais - Amelia
EVENTS EN COURS

Aucun pour le moment.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- bêta de la meute brune ici.
- petite soeur portée disparue ici.
- bêta de la meute rousse ici.
- le jouet humain d'une louve ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.

TOP PARTENAIRES


VOTE POUR LE FORUM




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE ! Le placard à balais - Amelia 4251703893
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens Le placard à balais - Amelia 1941156878
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche Le placard à balais - Amelia 1941156878
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:
Nous manquons de loups américains ! I love you
N'hésitez pas à les tenter Le placard à balais - Amelia 1941156878

Partagez
 

 Le placard à balais - Amelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dim 9 Déc - 11:16


Doffen Fredrikksen
Chasseurs

Doffen Fredrikksen


▹ MULTICOMPTES : Nicholas & Ivar & Sevastyan & Elias ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 48 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 18/11/2018

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:


Le placard à balais - Amelia Empty

Lieu et date du rp : Mi décembre 2019, Université
Protagonistes: Doffen & Amelia
Résumé du rp: UC
Actions réalisées au cours de ce rp: UC



Bientôt Noël, bientôt trois ans également été passés depuis la mort de ses parents, d’autres membres de sa famille. C’était une époque compliquée qu’il n’aimait pas spécialement, à part le bon repas qu’ils se faisaient le 25, il n’y avait rien d’extraordinaire dans cette période. Au contraire, c’était une période qu’il l’agaçait prodigieusement, entre toute cette pseudo-féérie, ces films de Noel, ces guirlandes, cet esprit festifs qui n’était valable que parce qu’ils étaient dans une foutue société de consommation ! Bon ceci dit, il y avait pas mal de soirées une fois les examens terminés, et il allait pouvoir faire de délicieuses nouvelles connaissances, probablement déguisées en Mère Noël ces demoiselles. Ça serait une bonne contrepartie !

Après ses cours, il était resté sur le campus Universitaire pour Mission donnée par la Folle au Masque, cette foutue pseudo-chef des chasseurs. Elle aussi chef que son cul, par ce qu’on ne pouvait pas franchement dire qu’elle était bonne, elle ne leur faisait pas confiance vu les masques utilisés. C’était juste ridicule de se déguiser alors qu’elle était avec ses pairs. Elle l’agaçait au plus haut point et il comptait bien faire appel au pouvoir de chaque famille de chasseur le moment venu pour la faire jarter de cette place, sauf si elle faisait ses preuves. Il devait déterminer si un des élèves de l’université était bien un loup ou pas, seul souci, c’est qu’il n’avait pas encore pu utiliser le moindre poison pour le tester. Alors il se contentait de l’observer, de tout noter, afin de connaitre ses habitudes et de pouvoir agir. Le plus compliqué était de le croiser vu qu’ils avaient des horaires totalement différents, lors c’était quelque chose de long et fastidieux, mais au final, il avançait bien.

Il finit par prendre la route de chez, son frère voulait absolument qu’ils s’entrainent ce soir, alors il devait éviter d’arriver en retard ! Will quand il faisait son petit chef avait tendance à lui sortir par les trous de nez, ok, c’était le plus âgé, mais quand même ! C’est donc en grognant un peu qu’il traversait les couloirs de l’Université pour atteindre la sortie. Et soudain, il se fit alpaguer, tirer dans un genre de placard à balais… un grand placard à balais… om se trouvait une espèce de grosse dame de ménage, qui ressemblait probablement plus à une truie qu’à autre chose. Dommage, il aurait préféré se faire tirer comme ça, par une charmante demoiselle, il en avait repéré plusieurs déjà qui devaient avoir son âge qui faisaient le ménage ou alors qui étaient en cuisine. De sublimes créatures qui….. non ! il devait se reprendre et penser à ce qui se faisait là. Il fronça donc les sourcils, essayant de déterminer si c’était la folle au masque, ou alors une vraie femme de ménage. D’un côté il trouverait la première solution plus rassurante, parce que sinon ça… ça serait franchement super glauque et étrange. A moins que ce soit une maman qui veuille lui taper sur les doigts par ce qu’il avait fait des choses pas super catholiques à sa fille/sœur ? Tout était possible.

– B’jour ! J’peux vous aider ? dit-il finalement de sa voix la plus neutre.

D’abord savoir le pourquoi du comment avant d’agir, et être poli, dans un premier temps, tout en restant sur ses gardes était primordial !
Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Déc - 23:27


Amelia Andersen
Chasseurs

Amelia Andersen


▹ MULTICOMPTES : Gabriel Chevalier / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 510 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/03/2016 ▹ AGE DU PERSO : 35 ▹ LOCALISATION : Entre de lourds rideaux rouges de velours. ▹ HUMEUR : Toujours souriante, extravagante, et bondissante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une trousse à maquillage, des habits de rechange, un sac à main à la pointe de la mode, une paire de ballerines pour changer des talons, un derringer chargé avec deux balles, une dague bien affutée, un flingue avec un silencieux, des jumelles, une tablette de chocolat, un peigne, des perruques en tous genres, ma folie et les poussières de mon optimisme.


Le placard à balais - Amelia Empty

Je regarde, satisfaite, le couteau s’enfoncer avec un «TCHACK» sonore dans la cible en bois. Ces derniers temps, j’ai pensé à reprendre un peu l’entrainement avec mon arme fétiche. C’est vrai, c’est cool un flingue gros calibre, mais pour moi c’est pas assez discret. Un bon coup de couteau bien visé dans un crâne, c’est simple et efficace. Ça tâche un peu, mais comme je porte surtout du noir en chasse c’est pas un problème. C’est la même règle qu’avec les sous-vêtements quand on a ses règles : du noir. Comme ça pas de soucis à noyer ses fringues sous du détachant. Bah oui, faut bien penser à l’écologie ! Moins de produit chimique et pas de vêtements à racheter, c’est de l’empreinte carbone en moins. Bref, j’aime quand même les couteaux. Ce qui est bien, c’est que ça a plein d’usage en plus du meurtre. On peut également se couper quelques tranches de cet excellent saucisson de renne du marché. Et torturer des gens. Car ce qui est bien avec le couteau, c’est qu’on peu être aussi subtil que bourrin. On peut tuer doucement comme de manière brève. Et c’est des choses que plus mes subornés vont apprendre en me connaissant... Un rictus cruel sur le visage, j’arrache le couteau de la cible pour le replanter sur une autre cible avec précision. Une alarme sonne. Celle de mon téléphone. Il est temps d’aller réaliser mon maquillage pour m’infiltrer à l’université de Bergen. Pour prendre quelques nouvelles de mon cher petit Doffen, à qui j’ai confié une mission pour les chasseurs. Cela me permet de tester son niveau sur plusieurs compétences. Je fais ça avec plusieurs «talents» chez les chasseurs afin de savoir à qui confier quoi. Et de qui je dois me méfier aussi.
J’ajuste une dernière fois ma perruque, et mon reflet ressemble étrangement à Madame Doubtfire. Acte manqué, sûrement, puisque mon rôle sera celui d’une femme de ménage. Les transports me déposent à l’Université, et je m’infiltre sans trop de problèmes. Je me débrouille pour trouver un chariot, et une fois ma tenue de ménage mise, me voilà un personnel discret qui fait son ménage. C’est ma couverture récurrente à l’université. Comme on me voit souvent en tant que Madame Hansen (c’est mon badge  qui le dit), la femme de ménage, personne ne se pose trop de questions. Puis soudain, la cible est en vue. Un gamin plutôt beau, mais ce serait mieux s’il n’avait pas un égo monstrueux. Ça me donne envie de lui planter ma lame dans pas mal d’endroit, mais surtout un qui est particulièrement douloureux. Je tiens mon balai prêt, armé puis... Un pas... Deux pas... Trois pas... Il n’a mêle pas le temps de faire le quatrième que le voilà entrainé dans le placard. Je ferme derrière moi, afin que notre conversation reste discrète. Il demande de manière neutre ce que je veux, mais à mon avis il n’en pense pas moins. Je serais une blonde aux gros nibards, il aurait été plus intéressé. S’il savait qu’en vérité presque tous les soirs je me balade en porte-jarretelles pour le plaisir de ces messieurs... Il serait capable d’être un client régulier du cabaret rien que pour voir des nanas se trémousser à moitié à poil. Je devrais lui glisser un flyer un jour, tiens. Qu’il aide à payer mes cachets, ça le rendra un peu utile.

- Je sais que c’est toi, je souffle avec une voix de vieille plutôt hostile. Oui, je ne résiste pas à l’envie de l’emmerder.

- Tu as mis ma fille enceinte pauvre con !

Je fronce mes sourcils, mes mains serrent le balai comme si cette pauvre vieille mère avait envie de serrer son cou jusqu’à faire sauter sa tête au sourire colgate.

- Elle a fait une grossesse nerveuse, elle est en à 4 mois. Impossible de rétropédaler maintenant ! J’espère que tu es prêt à assumer, parce que je me casse déjà assez les reins pour nourrir mes enfants ! En plus il parait que tu t’es enfui de ta chambre une fois ton affaire faite pour aller voir s’il y avait pas d’autres nichons plus frais !

Bon, maintenant j’a plus qu’à savourer. J’espère qu’il m’en voudra pas d’être aussi taquine. J’y peux rien, c’est plus fort que moi. Puis «Madame Hansen», femme de ménage aux mots durs mais au coeur tendre, est un rôle que j’ai fini par bien maitriser. Et on s’attache presque à ces personnages.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Déc - 10:52


Doffen Fredrikksen
Chasseurs

Doffen Fredrikksen


▹ MULTICOMPTES : Nicholas & Ivar & Sevastyan & Elias ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 48 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 18/11/2018

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:


Le placard à balais - Amelia Empty

Sérieusement, qu'est-ce qu'il faisait ici ? Enfermé dans ce petit local, et surtout comment cette … heu … femme, dirons-nous pour rester poli -il le faut bien parfois- avait-elle réussi à le harponner de cette manière ? C'était incroyable … bizarre et louche. Il attendit néanmoins sagement qu'elle lui dise ce qu'il lui valait une telle « sanction », avant d'essayer de repartir : Son « je sais que c'est toi », lui fit relever un sourcil plus que dubitatif. C'était lui quoi ? Il n'eut pas beaucoup de temps pour se poser la question, car elle lui donna la réponse, servie sur un plateau d'argent. Gneuh ? Maintenant, il était plus perplexe et étonné qu'autre chose ? Est-ce qu'elle était sérieuse ? Comment est-ce qu'elle pouvait savoir ça ? En être sûre et certaine ? Encore une qui croyait avoir un foutu don de divination visiblement, par ce que les nanas qu'il se tapait, elles étaient loin d'avoir qu'un seul partenaire et en plus il prenait toujours ses précautions, mais il ne l'ouvrit pas encore, sentant qu'elle n'en avait pas « fini » avec lui . Son air hostile lui était totalement différent, il avait probablement de largement meilleurs réflexes que lui, mais cette façon dont elle l'avait capturé le laisser toujours un peu perplexe. Cela n'allait pas avec le personnage, donc soit, les apparences étaient trompeuses ce qui était totalement possible, il ne pouvait qu'en convenir, soit il y avait totalement autre chose qui allait avec tout ça, ce qui était également possible. Quelle que soit la vérité, si on croyait l’émouvoir avec cette histoire, c'était se fourrer le doigt dans l’œil et de façon bien profonde... et- plus ça avançait plus c'était bizarre.

- Est-ce que vous êtes au moins au courant qu'une grossesse nerveuse, n'est pas une vraie grossesse ? C'est, généralement, une peur phobique de tomber enceinte, ou un fort désir d'enfants ?! Donc déjà je n'ai rien à assumer, ou alors vous ne savait pas ce que vous raconter. fit-il sur un ton qui se voulait neutre Et après, je doute fort, être votre … gars. D'après ce que vous dites, ça ne correspond pas du tout, je ne sais pas si c'est elle qui vous a raconté ça, ou vous qui l'avait déduis toute seule, mais le mieux serait que je lui parle pour lui expliquer les choses ; pour peu que je la connaisse. il haussa les épaules avant de rajouter, ne pouvant pas s'en empêcher. Et en voyant votre réaction, il y a de quoi faire une grossesse nerveuse. Elle est majeure et assez grande pour venir me parler seule, je crois que je n'ai jamais encore mangé quelqu'un !

Il était juste un peu péteux et sarcastique parfois, du moins avec la plupart des gens, mais avec ses amis il était quelqu'un de beaucoup plus.... cool. Et puis Hansen, même si c'était répandu comme nom, cela ne lui disait rien du tout, et il n'allait pas lui demander une photo de la demoiselle en question, à cette vieille harpie. Il ne s'inquiétait pas outre mesure, s'il avait réellement couché avec elle, si c'était réellement une grossesse nerveuse, il essayerait réellement de l'aider comme il pouvait, ou l'enverrait voir quelqu'un qui pourrait faire des miracles -oupas-. Maintenant, ils allaient pouvoir revenir en un point un peu plus intéressant.

- Comment est-ce que vous avez pu.... m'harponner de la sorte, est-ce une habitude chez vous de faire ça aux étudiants?

Si ça se trouve c'était une vieille folle qui n'avait plus toute sa tête, il n'avait pas entendu parler de morts sur le camps, ni d'étudiants enlevés ou ce genre de chose. Quoiqu'il en soit, si elle était qui elle prétendait être, et une part de lui vu comme il était arrivé ici doutait, il saurait se défendre sans aucun souci.

Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Jan - 20:51


Amelia Andersen
Chasseurs

Amelia Andersen


▹ MULTICOMPTES : Gabriel Chevalier / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 510 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/03/2016 ▹ AGE DU PERSO : 35 ▹ LOCALISATION : Entre de lourds rideaux rouges de velours. ▹ HUMEUR : Toujours souriante, extravagante, et bondissante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une trousse à maquillage, des habits de rechange, un sac à main à la pointe de la mode, une paire de ballerines pour changer des talons, un derringer chargé avec deux balles, une dague bien affutée, un flingue avec un silencieux, des jumelles, une tablette de chocolat, un peigne, des perruques en tous genres, ma folie et les poussières de mon optimisme.


Le placard à balais - Amelia Empty

Il n’en manque jamais une ce gamin. Dommage que je doive rester sérieuse pour mon rôle parce que je ne me serais roulée par terre. C’est terrible de tomber dans ma connerie aussi facilement. Je savoure alors la perplexité de son visage, ricanant comme une peste de ma connerie. On dit que les plaisanteries les meilleures sont plus courtes. Sauf que je n’ai jamais excellé en humour. Et surtout moi que je cherche à amuser. Bon il se trouve que sous la précipitation je me suis foirée sur le terme. Non, c’était pas une grossesse nerveuse mais un déni. Tant pis, j’improvise. C’ets un de mes grands talents. Je prend une expression surprise, puis fâché, comme un retour de bâton bien menaçant. En gros, faire croire que mes émotions m’ont embrouillées. Je le coupe dès qu’il commence à faire son grand maître de la langue norvégienne.

- Qu’importe le terme et j’harponne les irresponsables si je veux ! Elle a un polichinelle dans l’tiroir qu’on a vu trop tard, et que ce soit une grossesse nerveuse ou chais pas quoi, va bien falloir que t’assumes ! Fais-je mine de m’emporter, en agitant mon manche à balais devant lui.

- J’vois bien que t’as mangé personne vu comment t’es pas épais comme gars ! Et si ça correspond, t’es le seul avec qui elle a fait des conneries à ce moment-là ! Enfin, c’pas une connerie d’habitude, mais quand c’est un crétin avec une tête de bon-à-rien, moi j’appelle ça une connerie !

Soyons honnête : l’égo de Doffen est tellement blindé que c’était sûrement une piqûre de moustique. Mais ça eu le mérite de sortir.

- Bien sûr qu’elle ira pas te parler, elle est à l’hôpital ! Elle...

Je fais mine de m’interrompre brutalement, et ma voix tremble comme si quelque chose de terrible était arrivé.

- Oh, je suis désolée. J’ai peut-être une mauvaise nouvelle pour vous...

Ma voix plus douce se fait compatissante, mais également triste.

- Un de ses partenaires lui a refilé le SIDA... Vous devriez peut-être faire un test...

Ok, là j’avoue, j’en fait trop. Il va peut-être commencer à avoir quelques doutes... Mais je suis sûre que ça vaut le coup rien que voir sa tronche. Madame Hansen se met à sangloter, accablée par cette avalanche de mauvaise nouvelles digne d’une Telenovela, se plaignant que son enfant est également en terrible danger et vivra une vie courte et triste. Je devrais peut-être essayer de lui annoncer que ma «fille» est également sa demi-soeur. Je suis sûre que ce serait très drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Jan - 20:53


Doffen Fredrikksen
Chasseurs

Doffen Fredrikksen


▹ MULTICOMPTES : Nicholas & Ivar & Sevastyan & Elias ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 48 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 18/11/2018

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:


Le placard à balais - Amelia Empty

Elle commençait à être fatigante. Il sentait sa patience s’amenuiser, ou du moins il avait juste envie de se tirer de là pour continuer sa petite. Il ne savait pas comment lui expliquer que NON, ce n’était pas lui le père. Comment est-ce qu’il fallait qu’il lui dise ? Peut-être qu’en changeant de langue ? C’était fou quand même, qu’est-ce qu’elle ne comprenait pas que ce n’était pas possible et puis sa fille il ne la connaissait probablement même pas. Allez bye… mais elle ne semblait pas vouloir le laissait partir. Ah Il n’était pas maigre, il était juste d’une corpulence normale ce que l’on ne pouvait pas dire de cette bonne femme, alors forcément, la normalité était différente.

- Humhum. se contenta-t-il finalement de répondre.

Ouais, définitivement, ce n’était pas lui. Et plus les secondes passaient, plus il avait envie de la faire taire et pas forcément juste en l’assommant. Cela lui apprendrait de ne pas écouter ce qu’il disait, de ne pas le croire. Il n’écoutait à présent plus que d’une oreille tant tout cela était abracabrant, d’ailleurs, il était en train de penser à une farce. Et le pompom de la pomponette fut l’histoire de l’hôpital et du SIDA. D’accord, c’est bon, cette fois il avait compris qui c’était. Est-ce qu’elle n’avait vraiment que ça de sa vie à faire l’autre connasse, comme si ce n’était pas déjà assez de la supporter avec ces foutus masques lorsqu’ils se croisaient, lors de mission, il fallait en plus qu’elle vienne l’emmerdait ici. Au moins, le harponnage était beaucoup plus compréhensible. Il avait été long à la détente sur ce coup-là, mais en même temps, au départ l’histoire était à peu près plausible et si c’était vrai, il fallait quand même y mettre un peu des pincettes.
Mais, maintenant qu’il savait, il avait envie de jouer un peu avec elle. Il ne la prendrait peut-être pas à son propre piège, il y avait néanmoins deux trois petites choses avec lesquelles il pouvait s’amuser !

- Attendez… mais elle garde le bébé ? Avec tous les risques et tout ça ? Est-ce que ce n’est pas un peu inconscient ? Je sais que toute vie est sacrée, mais … mais le pauv’ gosse !

Il haussa les épaules, et avec un air mi-figue mi-raisin

- Et qui vous dis que ce n’est pas moi qui lui ai refilé ? Ah oui, là aussi, elle a l’air de savoir qui lui a refilé. J’espère qu’elle a une bonne mutuelle qui rembourse bien, par ce que si les capotes se pètent aussi souvent que ça en a l’air… sans que personne ne s’en rende compte, sinon elle aurait fait le nécessaire, n’est-ce pas ? pilule du lendemain et compagnie. C’est quand même un fort capital mouise… le karma est mauvais dans votre famille ?

Oui, il y allait aussi fort et connement qu’elle, et il avait réussi à dire le tout très sérieusement. Ravi de pouvoir l’emmerder à son tour ! Allez, est-ce qu’elle allait rester dans le rôle ? Est-ce qu’elle allait croire qu’il était sérieux, ou pas ? Par ce qu’au final, il aurait pu marcher… et probablement dire des choses plus ou moins comme ça. Diplomatie, empathie, c’était pas franchement son truc.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Fév - 23:46


Amelia Andersen
Chasseurs

Amelia Andersen


▹ MULTICOMPTES : Gabriel Chevalier / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 510 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/03/2016 ▹ AGE DU PERSO : 35 ▹ LOCALISATION : Entre de lourds rideaux rouges de velours. ▹ HUMEUR : Toujours souriante, extravagante, et bondissante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une trousse à maquillage, des habits de rechange, un sac à main à la pointe de la mode, une paire de ballerines pour changer des talons, un derringer chargé avec deux balles, une dague bien affutée, un flingue avec un silencieux, des jumelles, une tablette de chocolat, un peigne, des perruques en tous genres, ma folie et les poussières de mon optimisme.


Le placard à balais - Amelia Empty

Je me marre bien avec mes conneries. Et d’autant plus quand l’autre se met à tartiner encore plus sur le drama. En fait, ça aurait été inquiétant s’il n’avait pas compris à ce stade. J’aurais eu vraiment des doutes sur l’intelligence de ce garçon. Mais comme le suggère mon pseudo, je suis joueuse. Je peux pas m’empêcher de rajouter encore des conneries, même si ça ne fera rire que moi. Doffen, c’est le genre de type aussi fun qu’une tombe en ruine. Connaissant les Fredrikksen, il doit se marrer qu’en attrapant un loup pour le dépecer vivant. Ils ne sont pas aussi cramés que les Pettersen, mais à mon avis, ce pauvre garçon a peu de chances d’avoir tous ses boulons. Après m’être fortement retenue de lui rétorquer qu’il n’avait pas besoin d’avoir le SIDA pour rendre les gens malades - vu qu’il est aussi pénible que l’herpès - je continue à faire sangloter madame Hansen. je me suis d’autant plus mordu la lèvre pour ne pas lui dire qu’avec lui la capote aurait plus de chance de glisser toute seule plutôt qu’éclater.... Bref la situation va prendre un tournant encore plus absurde :

- C’est la faute de ces gens qu’elle fréquentait au lycée... Ils avaient des drôles de croyances, comme quoi chaque humain naissait d’une particule d’univers créé par un Monstre Spaghetti volant... Et que chaque vie interrompu fâchait le Dieu Spaghetti. J’ai jamais réussi à la sortir de ce cercle, en plus elle leur a donné toutes ses économies...

Voilà, introducing la Secte du Monstre Spaghetti Volant. Bon je peux aussi la faire tomber dans la drogue et la dépression, mais j’en fait déjà beaucoup trop.

- Elle est endettée pour ses études, et heureusement il y a des aides sociales pour l’enfant... Au moins, s’il meure prématurément, on nous paiera les frais d’enterrement. Et si on lui souscris une assurance vie, peut-être qu’elle remboursera ses dettes, et avec la rente de la part du père, ça l’aidera d’autant plus.

Notre sur l’échelle de la mère indigne : 20/20. Je commence à avoir une sorte de sourire en coin, qui signifie que j’ai compris qu’il a compris.

- Bien, bien, bien... Trêve de plaisanterie de ma part.

Ma voix, et le ton de la conversation change. Madame Hansen part pour laisser place, sous ses rides en latex, à Ace of Spades. Malgré le fait qu’on soit assez rapproché dans son placard

- Je viens faire un point. Quels sont tes observations sur N°7 ? Nos informations comme quoi il est un bon client sont-elles justes ? A-tu pu tester tes nouveaux remèdes ?

Je fais un point d’honneur à ne jamais employer les mots «loup», «loup-garou», et tout le vocabulaire lié au meurtre et au kidnapping. J’exige la même chose de mes chasseurs dans tout lieu public où une oreille pourrait trainer. Ce serait bête de se faire cramer comme ça. Mais en gros, Doffen a la capacité d’être bon en poison, et donc de tester facilement si une personne est un loup ou non. Comme j’essaie depuis des mois et des mois d’en dégoter afin de les kidnapper, il me faut toutes les ressources que j’ai à ma disposition. De plus ça me permet de tester Doffen. Je sais qu’il m’est hostile et je peux comprendre. Pourtant, j’aimerais que lui sache que je n’ai rien contre sa famille. Simplement que si j’ai eu accès à se poste et non l’un des siens, c’est parce que j’ai fait mes preuves. La dernière opération montée par un leader Fredrikksen a été le pire fiasco des chasseurs de Norvège. Laisser s’associer des loups et des chasseurs dans une alliance contre-nature, c’est bien la pire idée du monde. Doffen a un peu la mémoire courte, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Fév - 19:03


Doffen Fredrikksen
Chasseurs

Doffen Fredrikksen


▹ MULTICOMPTES : Nicholas & Ivar & Sevastyan & Elias ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 48 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 18/11/2018

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:


Le placard à balais - Amelia Empty

Et elle continuait. Sérieusement, elle avait que ça à faire ? Que de temps de perdu pour rien, surtout que maintenant tout ce qu’elle disait devenait totalement invraisemblable et il la trouvait encore plus fatigante comme ça. Est-ce qu’elle ne pouvait juste pas ouvrir la bouche juste pour dire des choses essentielles ? D’ailleurs il avait en grande partie décroché de ce qu’elle disait, son cerveau n’en pouvait plus de ces conneries et il avait de plus en plus de lui faire fermer sa bouche définitivement comme quand sa sœur le saoulait un peu trop. Mais sa sœur, il l’aimait, c’était différent ; cette « chef », lui clouer le bec en lui collant les lèvres ne lui ferait pas deuil.
Qu’elle se taise. Qu’elle se taise, qu’elle se taise !

Il inspira un bon coup, essayant de ne plus penser à des choses qu’il ne pourrait pas faire. C’était dommage, mais ce genre de pratique, dans un monde civilisé, ça ne se faisait pas alors, il essayait de se refreiner un peu et il y pensait donc juste beaucoup, pour ne pas dire qu’il en rêvait presque !

Ah. Petit sourire suivi d’une phrase qui semblait plus cohérente ? C’est bon, visiblement, la mémère avait fini de jouer la comédie surréaliste ! Vraiment quand on dit que plus c’est gros, plus ça passe, c’est totalement faux ! Ou alors cette bonne femme ne savait franchement pas comment s’y prendre (ceci dit, il ne fallait probablement pas trop lui en demander non plus …). Il se retint tout juste de bailler, faut le comprendre, c’est épuisant d’essayer de la suivre et de ne pas sombrer à la connerie de l’autre folle.

«Je ne pourrai confirmer sa fiabilité que dans quelques semaines. Comme nous avons des horaires très différents,  ce n’est pas simple de confirmer cela comme ça. Mais pour l’instant, ça serait plus dans la positive. » Il se tut quelques instants avant d’ajouter ? « Dès que je connaitrai parfaitement ses habitudes, je pourrai confirmer, avec preuves à l’appui, bien entendu.»

Il n’avait pas que ça à foutre de sa journée. Ses semaines étaient déjà franchement surchargées entre ses cours, ce qu’il devait apprendre et le reste. Une filature, l’autre folle au masque devait le savoir, prenait du temps, et quand on en avait pas, ou pas trop…. Il fallait être plus patient, ou alors trouver quelqu’un d’autre ! Il y avait d’autres étudiants chasseurs et qui avaient beaucoup plus de temps que lui.

«Visiblement, vous, du temps en à perdre vous en avez à tire-larigot… ce n’est pas mon cas. Est-ce que vous avez terminé ? Comme ça je peux retourner chez moi travailler.  »

Aussi bien les cours, que le reste. Néanmoins, il lui tendit un papier où il y avait quelques notes griffonnées, il avait une jolie écriture la plupart du temps, alors elle n’aurait aucun mal à comprendre. C’était juste quelques mots ci et là, des annotations qui paraitraient anodines à toutes personnes qui ne savaient pas de quoi elles parlaient, enfin plutôt ce qu’elles lisaient, même in un Loup tombait sur ça, il ne comprendrait.

«ca c’est pour prouver que je n’ai pas glandé, vous pouvez le garder  ou en faire des confettis, comme vous ne croirez probablement pas mes dires, j’avais prévu ça. Moi, j’ai tout en tête. »

Pour lui, il évitait de se faire des notes ou alors il codait tout si jamais c’était quelque chose qu’il craignait de ne pas retenir, mais il avait plutôt une bonne mémoire
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Fév - 21:12


Amelia Andersen
Chasseurs

Amelia Andersen


▹ MULTICOMPTES : Gabriel Chevalier / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 510 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/03/2016 ▹ AGE DU PERSO : 35 ▹ LOCALISATION : Entre de lourds rideaux rouges de velours. ▹ HUMEUR : Toujours souriante, extravagante, et bondissante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une trousse à maquillage, des habits de rechange, un sac à main à la pointe de la mode, une paire de ballerines pour changer des talons, un derringer chargé avec deux balles, une dague bien affutée, un flingue avec un silencieux, des jumelles, une tablette de chocolat, un peigne, des perruques en tous genres, ma folie et les poussières de mon optimisme.


Le placard à balais - Amelia Empty

Je vais me répéter, mais Doffen est vraiment pas du genre marrant. Il rit ou ne sourit jamais. A croire qu'il a un rire ridicule de dessin-animé et qu'il complexe à mort dessus... Je réfléchis un instant et j'accepte cette hypothèse comme une possible vérité. Il faut dire que ce serait juste énorme que le Monsieur de ces Dames posséde le rire de Mickey Mouse. Ou alors cela le rendrait encore plus flippant selon les moments. Imaginez ces pauvres loups qui meurent en entendant se marrer machiavéliquement Mickey Mouse. Oh bordel, je dois absolument me mordre la lèvre pour éviter d'éclater de rire en imaginant la scène... Recentrons nous sur la raison de ma venue : la mission que j'ai confié à Grincheux Junior, soit la filature. Je hoche la tête pour approuver ce qu'il disait, satisfaite de sa réponse. 

- Parfait Doffen, je dis en récupérant le papier et en y jettant un œil rapide. Son écriture est quand même propre pour celle d'un médecin. Est ce qu'elle se dégrade au fur et à mesure des ordonnances ou alors c'est parce que celui ci ne veut s'occuper que des morts ? 

- A vrai dire je ne doutais pas de tes capacités mais je voulais te parlais de la suite. Si ta filature se passe bien, j'aimerais que tu fasses partie de la suite...

Je baisse d'un ton car là ça va être dur de parler avec des codes. Je veux que son ordre de mission soit clair et net.

- La capture est un exercice difficile. Soit on a un moyen de l’étourdir, soit il va falloir le maitriser par la force et utiliser avant tout un effet de surprise. Je sais que sais être discret, mais tu feras ça en équipe par sécurité. Je te donnerais les détails une fois que nous aurons confirmation de la cible. Mais en attendant, peut-être peux-tu me dire comment pourrions nous procéder, puisque c’est toi qui l’as suivi ?

Boum, interro surprise. Je ne suis pas mauvaise dans le fond. Je récompense ceux qui sont bons, je défonce la tête à coup de batte ceux qui me déçoivent.

- Et si jamais tu es à la hauteur, il est même possible que je te laisse faire l’interrogatoire. Quelque chose me dit que tu pourrais être... persuasif ?

Là nous avons besoin d’un sociopathe qui lui fera assez flipper pendant que je jouerais au bon flic. J’avoue j’aime bien les interrogatoire. Ce moment où le psychologie craque est sans conteste le meilleur...
Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Fév - 10:14


Doffen Fredrikksen
Chasseurs

Doffen Fredrikksen


▹ MULTICOMPTES : Nicholas & Ivar & Sevastyan & Elias ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 48 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 18/11/2018

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:


Le placard à balais - Amelia Empty

Madame la casse-pompe avait l'air de s'être calmée lorsqu'il lui avait refilé toutes ses observations. Et oui, la vieille, il gérait, et malgré tout, il ne prenait pas du tout ça à la légère ! Il retint un petit rire sarcastique, lorsqu'elle lui dit qu'elle ne doutait pas de ses capacités ! Encore heureux, il était quand même bon dans ce qu'il faisait ! Pour qui elle se prenait l'autre ? Par ce qu'elle avait réussi UNE mission, elle se sentait plus pisser et elle avait pris le melon ! Où était les autres actions et compagnie ? Elle aurait presque pu être drôle si ça n'avait pas été aussi pathétique que tout soit aussi long. Elle commença ensuite à parler de la capture blablabla. Il n'était pas un débutant, même s'il est vrai que rapport à beaucoup de chasseurs il était jeune, et qu'il devait encore apprendre. Il n'y avait qu'à voir comment Thyri avait fini, sûrement par ce qu'elle avait merdé quelque part. Il ne comptait pas finir comme ça, pas le moins du monde même ! Et plus elle parlait, plus elle l'agaçait. D'un côté, il comprenait où elle voulait en venir, le bien fondé de ses questions, qu'un autre côté …. elle n'était rien, qu'une chef autoproclamée ridicule, qui n'avait pas confiance en ses « sous-fifre » par ce que même à eux, elle ne montrait pas son visage. La grogne avait commencé parmi ses amis. Et il ne se gênerait pas pour mettre un peu d'huile sur le feu ci et là. Pas trop non plus, pour ne pas être désigné coupable. Il saurait juste où appuyer et avec qui le faire. Mais pour l'instant, ils n'en étaient pas là, il fallait qu'il se concentre sur ce qui était en train de se passer-là, devant lui. Sinon la grognasse n'allait pas apprécier qu'il l'ignore, alors, il se contenta d'hausser un peu les épaules.


- Chaque chose en son temps. Il faut continuer l'observation, commencer à faire un plan serait prématuré avant d'avoir toute les constatations.

Il lui planterait bien un ptit somnifère dans le cul s'il le voyait se transformer... mais bon, il ne fallait pas rêver. Quand à l'interrogatoire bien sûr qu'il saurait se montrer persuasif en même temps... ça ne serait pas difficile d'avoir plus d'informations que ce qu'ils avaient récolté la dernière fois : c'est à dire, pas grand chose. Même elle, la soi-disant pro, n'avait eu, pour dire que du pipi de chat. Il arriva à contenir une petite réplique mesquine, mais cette phrase en ferait ricaner quelqu'uns chez lui.

- Ca n'est pas bien difficile, lorsqu'on sait s'y prendre et que l'on a pas peur de se salir les mains. Peut-être que certains pourraient tirer quelques …. leçons de cela. Les sous-entendu, il n'avait pas pu s'en empêcher, même s'il restait soft et évasif. Sur ce, j'ai fort à faire, est-ce que je peux y aller ?

Il savait pertinemment qu'il n'avait pas réellement répondu à ses questions, mais c'était tout à fait voulu. Il y avait plein de manière de capturer quelqu'un, surtout lorsqu'on avait des poisons à dispositif ! Oh et tiens, c'était la spécialité de sa famille, quelle chance dis-donc. Il n'avait pas de leçon ou d'ordre à recevoir d'elle, même s'il essayait de faire profil bas un maximum, il sentait son sang bouillir à l'intérieur, même si à l'extérieur il paraissait calme. Elle était probablement bonne dans ce qu'elle faisait, mais c'était un chef merdique.
Charisme : aucun, vu qu'on ne la voyait pas et que ses déguisements étaient plus confusants, ou stupides qu'autre chose.
Actes : une mission réussie qui s'était soldée par la morts de chasseurs, pas réellement d'informations collectées et la mort de quelques loups seulement. Si peu que ça en était risible. Non, cette mission était plus un fiasco qu'autre chose. Au moins, même s'ils avaient fait une erreur selon lui, ses parents avaient réussi à descendre beaucoup de Loups. Vraiment beaucoup. Eux, étaient de vrais leaders, même s'il ne comprenait toujours pas, des années après ce qui leur avait pris de faire ce genre d'alliance. Cette mission-là avait été ratée... mais dans un sens moins, ils avaient eu plus de proies. Dans l'une et l'autre des missions il y avait eu des pertes, dans l'une et l'autre cela avait mis les Loups sur les Dents envers les chasseurs, alors bon ! Elle pouvait toujours se donner de grands airs, elle n'était rien. Rien que de la figuration et du faux style, du faux semblant. Il se réjouirait de sa chute.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Mar - 20:49


Amelia Andersen
Chasseurs

Amelia Andersen


▹ MULTICOMPTES : Gabriel Chevalier / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 510 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/03/2016 ▹ AGE DU PERSO : 35 ▹ LOCALISATION : Entre de lourds rideaux rouges de velours. ▹ HUMEUR : Toujours souriante, extravagante, et bondissante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une trousse à maquillage, des habits de rechange, un sac à main à la pointe de la mode, une paire de ballerines pour changer des talons, un derringer chargé avec deux balles, une dague bien affutée, un flingue avec un silencieux, des jumelles, une tablette de chocolat, un peigne, des perruques en tous genres, ma folie et les poussières de mon optimisme.


Le placard à balais - Amelia Empty

Je soupire. Qu’il est chiant. Je crois que Doffen n’est jamais sorti de sa crise d’ado. On dit que les hommes sont plus en retard niveau maturité que les femmes, j’aurais préféré qu’il me démontre le contraire. On dirait ce genre de morveux qui prend un malin plaisir à vous contredire juste pour le plaisir et faire genre qu’il a raison sur tout alors qu’il a eu enfin des poils autour de la queue il y a même pas 5 ans.

- C’est exactement ce que je t’ai demandé en te confiant cette mission, Doffen. Je ne vais pas revenir dessus. Je te crois assez intelligent pour faire la part des choses et savoir que la «suite» n’interviendra que quand elle interviendra, et avoir assez d’expérience pour savoir quand agir. Sinon, j’aurais pris quelqu’un d’autre.


Bon sang, si je dois expliquer tout en détail à un chasseur pour chacune des missions, je ne suis pas sortie. Tu crois que je t’ai embauché pour quoi, raccourci des couilles ? Pour faire l’helico-bite devant la cible ou alors parce que je songe que tu as assez de jugeotte pour faire correctement le boulot ? Des claques qui se perdent, j’vous dit. Je roule des yeux tandis qu’il continuait à faire son sale gosse. Je crois avoir compris ce qu’il sous-entend, car je me doute de ce qu’il me reproche.  

- Non Doffen. Tu restes. Répond à mes questions s’il te plait, j’incite d’un ton plus ferme.

- D’abord, pourquoi crois-tu que je t’ai mis sur cette mission ? Car je commence à me demander si tu as vraiment compris ce que je demande réellement et je n’aimerais pas avoir à remettre en question ton intelligence alors que je sais très bien que c’est un de tes points forts.

Voilà mon problème le plus récurrent depuis que je suis à la tête des chasseurs. Les idiots qui ne comprennent pas que patience est mère de sureté. Allez-y, foncez dans le tas et faites-vous massacrer alors qu’on a subit des pertes très conséquentes ces dernières années. Faites-vous remarquer histoire qu’ils utilisent tous leurs super-pouvoir pour nous traquer et nous croquer le jarret. On va tous super efficaces à courir nous planquer au lieu de travailler à régler définitivement le problèmes que sont les loups... Tu crois sincèrement que je fais ça parce que j’aime avoir le cul posé sur un trône ? Le seul qui m’est indispensable, c’est mes chiottes après le mexicain. Au fond, je n’ai pas besoin. Je te le donne si tu veux, si ça te plait d’avoir d’avoir des copains avec qui jouer à Caligula, hé bien je te le donne et je regarderais Rome brûler, mais loin du fiasco. J’ai déjà prouvé qu’avec cinq chasseurs, je pouvais faire des choses intéressantes. J’ai besoin d’une équipe soudée, pas d'abrutis qui essaient de faire un concours de bite avec moi. À part si c’est dans mon pieu, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Mar - 20:20


Doffen Fredrikksen
Chasseurs

Doffen Fredrikksen


▹ MULTICOMPTES : Nicholas & Ivar & Sevastyan & Elias ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 48 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 18/11/2018

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:


Le placard à balais - Amelia Empty

Probablement qu’il était assez intelligent pour comprendre ça, mais avec ses petits manèges et ses plans déguisés foireux qui étaient plus pathétiques qu’autre chose, il doutait des fois de ce qu’elle voulait dire. De toute manière, il était clair qu’il ne prendrait pas de risques pour cette folle, il essayerait d’obéir un minimum aux ordres, même s’ils trouvaient ces derniers pas franchement intéressants. Il se passa une main dans les cheveux avant d’hausser un peu les épaules. Au moins, maintenant elle parlait normalement, alors autant savourer un peu ce moment, même si une petite voix dans sa tête lui soufflait qu’il fallait la faire taire !

« Pourquoi ne pas simplement me laisser faire dans ce cas-là, ou simplement me demander où j’en suis plutôt que de faire toute cette mascarade absurde ?! Si vous avez du temps à perdre, tant mieux pour vous, mais ce n’est pas mon cas. »

Pourquoi est-ce qu’elle avait toujours besoin de faire son cinéma, des sketchs qui n’amusaient qu’elle ? Comment une femme mûre pouvait s’amuser avec cela, il devait lui manquer quelques cases, ou alors elle avait tellement peu d’amis qu’il n’y avait que comme ça qu’elle prenait son pied. Et malheureusement pour lui, elle n’en avait pas fini avec lui, alors oui il aurait pu partir en se fichant qu’elle lui demandait de rester, mais il préféra juste s’arrêter et se contenta de la toiser en attendant la suite, voire si elle avait quelque chose d’important ou d’intéressant à lui dire… et il soupira longuement en entendant ce qu’elle lui sortait. Il inspira un bon coup alors qu’il avait envie juste envie de se tirer. Allez, un petit effort, il devait quand même pouvoir lui fournir une réponse polie, décente qui lui ferait plaisir et avec un peu de chance, elle irait emmerder une autre personne.

«Par ce qu’il n’y a pas trente-six mille d’entre nous qui « travaillons » dans cette fac, et qu’il vous fallait quelqu’un. C’est tombé sur moi. » Non, il n’avait pas pu s’empêcher d’être un poil sarcastique. «Probablement par ce qu’il fallait quelqu’un de discret qui saurait comment et quand agir et parmi les « jeunes » c’est moi qui remporte cette palme ? » ajouta-t-il un peu dubitatif.

Non, à vrai dire, il ne savait pas pourquoi c’était lui qu’elle avait choisi, et il n’avait pas spécialement envie de savoir d’ailleurs, à quoi bon ? Chacun avait ses qualités et ses défauts : il était observateur, il pouvait être discret, calme et passer un peu partout, il n’était pas con, pas trop impulsif dans ce cas particulier, et il notait bien tout mentalement pour ne rien oublier, et ne négligeait aucun détail. Mais est-ce que c’était ça qu’elle voulait entendre ? Est-ce qu’il y avait autre chose ?

«C’est une mission principalement d’observation, il faut savoir où regarder et quoi noter, ce qui peut être important ou pas. Savoir quand l’aborder, pour ne pas paraitre suspect. Il faut prouver par X ou Y pourquoi est-ce qu’on le soupçonne ou pas.»

Il n’y a aucune action, les autres étaient peut-être pas assez patients pour cela.

«Et quelles sont vos prochaines questions ? Vu qu’il y a eu un « d’abord », il va bien il y avoir un ensuite, puis un enfin ? »




Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Avr - 22:23


Amelia Andersen
Chasseurs

Amelia Andersen


▹ MULTICOMPTES : Gabriel Chevalier / Leif Helström ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 510 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/03/2016 ▹ AGE DU PERSO : 35 ▹ LOCALISATION : Entre de lourds rideaux rouges de velours. ▹ HUMEUR : Toujours souriante, extravagante, et bondissante.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une trousse à maquillage, des habits de rechange, un sac à main à la pointe de la mode, une paire de ballerines pour changer des talons, un derringer chargé avec deux balles, une dague bien affutée, un flingue avec un silencieux, des jumelles, une tablette de chocolat, un peigne, des perruques en tous genres, ma folie et les poussières de mon optimisme.


Le placard à balais - Amelia Empty

Ces jeunes, jamais à voir plus loin que leur propre nez. Réfléchir de manière globale, c’est ça la clef. Doffen en est capable, c’est juste qu’il me prend pour une abrutie tout juste tombée de la Lune. Je ne peux le lui reprocher, c’est ma faute avec mon côté trop... blagueur ? Peut-être est-cela, je n’ai pas pris son énorme ego assez au sérieux. Du coup, il ne me prend pas pour une chasseuse avec de l’expérience et du talent, ce que j’ai évidemment. Mais bon, je ne suis pas arrivée sur le haut du panier au hasard, et ça me semblait logique qu’il le voit. Jusqu’où peut aveugler la fierté familiale ? Je reprend dans un ton plus sérieux, il faut bien que je lui fasse comprendre que ce n’est pas parce que on a un humour de merde qu’on ne sait pas bien faire son job. Quoique, c’est discutable, je suis un assassin, pas une politicienne, je pars déjà avec un boulet au pied.

- Non Doffen, je ne perds pas mon temps. Je ne suis pas ici pour spécialement pour tes beaux yeux, c’est juste que tant que je suis là, je suis venue faire un point. Je répertorie toutes les entrées et issues de ce bâtiment. Nous devons passer un temps record entre ces murs, surtout si nous arrivons pas à isoler notre cible hors de cette université. Et le mieux serait de l’isoler à l’université car ils s’inquièteraient pas trop de sa disparition trop vite. Bref, nous avons le droit à quelques minutes tout au plus pour optimiser notre discrétion. Si je te demande où tu en es c’est parce que derrière, je dois régler toute la logistique avec l’équipe de capture. Et le temps est la plus précieuse des ressources. Je ne peux pas gâcher des jours entiers sur une cible qui n’en est pas une.

Quant à la «mascarade absurde» elle est nécessaire. Je peux pas me balader comme ça sans couverture. Franchement, est-ce qu’au naturel j’ai la tronche d’une femme de ménage ? Que nenni, je suis flamboyante, on me voit à dix kilomètres et je ressemble à ce que je suis : une artiste. Je repose une question à Doffen, qui me donne une réponse que trouve qu’à moitié convaincante. En réalité c’était trop attendu, comme si il ne voulait pas prendre de risques.

- Exactement, il y a un «ensuite». Mais déjà, j’aimerais te dire que non, Doffen. Si je veux, je peux mettre n’importe qui sur cette mission, dont quelqu’un de plus expérimenté que toi. Cette université est une vraie passoire tant qu’on est un peu malin. J’ai pas forcément besoin d’un étudiant, juste d’une bonne... excuse pour introduire ma taupe. Même si j’avoue, c’est la couverture la plus discrète et la plus mobile. En bref, j’ai juste pensé que tu serais, au vu de ce que je connais de tes capacités, le meilleur pour cette mission. J’ai beaucoup de raisons de le croire.

C’était totalement sincère, qu’il en profite. Je vois les chasseurs un peu comme des cartes Magic. Chacun à ses statistiques, sa catégorie, ses plus, ses moins et à moi de les défausser au bon endroit au bon moment.  Il faut regarder les possibilités, analyser les retours, programmer les missions. Doffen se rend t’-il compte du travail que je réalise ? Que des fois, être chef c’est aussi faire des choses barbantes comme du cirage de bottes et de la paperasse lourdingue ? Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, mais également de grosses piles de papier. Mon problème est que je suis une femme de terrain. J’aime pas tout ces trucs, j’aime l’action. Pourtant, ça ne sert à rien de foncer dans le temps

- Oui, c’est bien une mission d’observation, mais ce n’est pas ce que je souhaitais que tu me répondes. Creuse encore. Demande-toi pourquoi nous avons besoin que l’on capture ce loup. En quoi cela nous est utile. Voici le «ensuite».

La réponse que j’attend, c’est que nous pourrons tenter d’obtenir des informations, et au pire la meute viendra sûrement à lui. Et que nous pourrons les piéger et en éliminer bien plus qu’au cours de ces deux dernières années, voire en capturer d’autres. Nous devons être craints, c’est capital pour qu’ils nous prennent comme une menace réelle, pour qu’ils sortent de leur trou. Nous sommes normalement un groupe qui travaille pour un objectif commun. Idéalement, nous devrions tous travailler de concert pour éloigner la menace lupine des populations humaines. Pour qu’il n’y ai plus de familles éplorées, plus de tragédies. Je dis bien «normalement». Je commence à croire que certains sont plus dirigés par leur propre plaisir de la chasse que par la justice. Et ceux-là ne devraient jamais diriger les chasseurs.

Car si c’est la soif de sang qui nous guide, nous n’aurions pas plus de valeur que les loups.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Avr - 20:46


Doffen Fredrikksen
Chasseurs

Doffen Fredrikksen


▹ MULTICOMPTES : Nicholas & Ivar & Sevastyan & Elias ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 48 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 18/11/2018

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:


Le placard à balais - Amelia Empty

C’était long, très long pour au final ne pas avancer réellement. Elle avait ses notes, elle savait qu’il était pressé et pourtant elle continuait  à tenter de faire sa chef. Si à un moment elle aurait pu être convaincante, c’était vite retombé comme un soufflé avec sa nouvelle réplique. Il haussa un sourcil un peu perplexe. Plusieurs points étaient disons …. En fait il n’avait pas de mots à cela et ces points se résumaient à :
Je répertorie toutes les entrées et issues de ce bâtiment. . Nous devons passer un temps record entre ces murs, surtout si nous arrivons pas à isoler notre cible hors de cette université. Et le mieux serait de l’isoler à l’université car ils s’inquièteraient pas trop de sa disparition trop vite
«Enfermée dans un placard à balais, déguisée et à m’attendre ?!  Ca doit être le recensement des entrées et issues du bâtiment le plus long, alors qu’il est si simple de regarder les plans dudit bâtiment. Et pour votre gouverne, ils sont conformes avec la réalité. »  

Cette femme avait du temps à tuer en conneries, elle aurait pu lui demander, ou demander à un autre étudiant chasseur également. Il avait souvent l’impression qu’elle n’avait pas tous les neurones de branchés et cette fois, encore, ça se vérifiait.

«J’y passe déjà mes journées, mais pourquoi des gens s’inquiéteraient plus de sa disparition  hors de l’Université ? L’isoler à l’université avec tout le passage est plus compliqué et vous savez, les étudiants, ça va, ça vient…. Ça ne reste pas à l’Université toute la journée. Il a des amis ici et même dehors. S’il ne vient pas à l’université…. Oh tiens, peut-être que les gens vont tenter de le contacter et oh… les Siens seront peut-être au courant plus vite.  Il y a des lieux plus propices à des captures et moins risqués qu’un lieu regorgeant d’étudiants.»

Il y en a qui allaient bien rire par chez lui, quand il raconterait cela : crédibilité zéro pointé à ses yeux. Elle ne savait pas le prendre,  tout comme elle ne savait pas prendre le reste de sa famille, et la plupart des autres membres de grandes familles de chasseurs. Et elle se croyait maline en plus, ça en était juste pathétique. Et elle continuait à blablater, allant dans ses explications qui n’en étaient pas franchement de son point de vue. Oui, il était doué, mais il avait beaucoup moins de temps que certains de ses amis chasseurs et étudiants. Et eux aussi  se débrouillaient bien. Il préféra ne pas répondre, ayant juste envie qu’elle en finisse et qu’il puisse enfin se barrer, ça faisait quand même plusieurs fois qu’il lui disait qu’il était pressé et l’autre continuait avec une pseudo-autorité à faire pleurer de rire les plus soumis. Il aurait peut-être pu la prendre au sérieux jusqu’à ses trois ou quatre ans, mais depuis, tous les artifices qu’elle mettait en place n’étaient rien. Quant à sa façon de procéder… Il n’y avait même pas de commentaires. Mais pas d’inquiétude, lui savait où il allait, il comptait bien continuer à mettre des pions là où il en avait envie, à parler, à souffler dans quelques oreilles attentives. Le tout serait de trouver un autre chef, et il n’en avait pas la carrure, il se savait trop jeune et trop inexpérimenté. Un nouveau système serait peut-être intéressant à exploiter… pour ne pas commettre les mêmes erreurs que ses parents.
Elle avait continué à parler, et il n’avait plus qu’écouté que d’une oreille. Et voilà que maintenant, elle voulait jouer aux devinettes avec lui « creuse encore »qu'elle disait, grognasse va ! Il n’est pas devin, il n’est pas dans ta petite tête avec un raisonnement foireux. Il soupira, haussa les épaules :

«Il y a des dizaines et des dizaines de choses que je pourrais vous dire sur le « pourquoi » on a besoin de ce loup. Je n’ai pas le temps de jouer aux devinettes. Alors je vous souhaite une bonne soirée  moi je vais aller faire des choses bien plus utiles.»

Sans lui laisser le temps de répondre, il partit rapidement, claquant la porte du placard à balais, il envoya rapidement un message  à une de ses amies chasseuse un message qu’il prit soin de coder pour être certain qu’elle soit la seule à le comprendre et qui en gros disait que « la grognasse au masque avait encore frappé, qu’il l’avait envoyé paitre, s’il lui arrivait quelque chose, par ce que madame était vexée mal lunée, ça serait la coupable. Et il promit à son amie qu’il lui raconterait tout le soir même s’il avait le temps, sinon le lendemain.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





Le placard à balais - Amelia Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le placard à balais - Amelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Sud-
Sauter vers: