Bohème [Nicholas]
EVENTS EN COURS

Aucun pour le moment.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- bêta de la meute brune ici.
- petite soeur portée disparue ici.
- bêta de la meute rousse ici.
- le jouet humain d'une louve ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.

TOP PARTENAIRES


VOTE POUR LE FORUM




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE ! Bohème [Nicholas] 4251703893
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens Bohème [Nicholas] 1941156878
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche Bohème [Nicholas] 1941156878
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:
Nous manquons de loups américains ! I love you
N'hésitez pas à les tenter Bohème [Nicholas] 1941156878

Partagez
 

 Bohème [Nicholas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lun 11 Fév - 21:44


Leif Helström
Meute Rousse

Leif Helström


▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 661 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : À plat, morose, sauf quand son rayon de soleil est à ses côtés

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.


Bohème [Nicholas] Empty

Lieu et date du rp : Dans le lit de Leif, date souple
Protagonistes: Nicholas et Leif
Résumé du rp: UC
Actions réalisées au cours de ce rp: UC

Si tu ne m'aimes pas, je t'aime
Et si je t'aime, prends garde à toi


La première chose qu’il sentit alors qu’il s’éveillait était la chaleur d’un autre corps. Une odeur rassurante. La douceur d’une peau nue qui le faisait se sentir aimé. Ses yeux encore embrouillés parcourent les cicatrices du dos de son amant. Il avait aimé les embrasser toute la nuit, comme si ses lèvres auraient eu le pouvoir de les guérir. Il avait tant de fois gravé ce motif dans sa tête qu’il était venu se poser sur son art. Il lui avait tellement manqué que comme pour pouvoir gardé une partie de lui, il avait peint ces rayures sur une toile, rehaussée de bleus, de noir, de verts , de blancs; comme un mélange de lumière et de ténèbres ; comme une aurore boréale survenue dans le ciel étoilée. Et par dessus, ces zébrures en volume, peinte dans de l’or. Peut-être est-ce parce qu’il y avait mis tout son amour, tout ses sentiments aussi amers que positifs, mais pour la première fois de sa vie il n’avait pas envie de déchirer la toile une fois finie, comme on froisserait une feuille de papier. Non, c’était beau. Il avait posé ses pinceaux, et avait dû juste admettre que pour une fois, il pouvait être satisfait de son travail. Pourtant, il avait honte de ce tableau. Parce qu’il s’imaginait toujours que quelqu’un puisse relier les étranges rayures or, même inexactes, au corps de Nicholas. Pire encore, que Nicholas tombe dessus. Il l’avait d’ailleurs planqué dans son armoire après l’avoir protégé d’une housse, comme ça personne ne tomberait dessus.
Il se lova doucement contre lui. Le brun dormait encore comme une masse. En même temps, la nuit avait été sportive. Cela fit rire doucement Leif, qui embrassa sa nuque avant d’essayer de s’extirper du lit. Il y avait bien une seule chose qui pouvait faire lever Nicholas à cette heure, et c’est pourquoi il se dirigea dans la cuisine. En posant le pied sur le parquet, il retrouva un des boutons de la chemise de Nicholas, victime de son empressement. Il se souvint qu’il lui avait promis en l’air de lui les recoudre alors qu’il allait embrasser son coeur. En même temps ce costard lui allait décidément trop bien... Il se nota quand même d’aller piquer le nécessaire de couture de Katelina en passant.
En ouvrant le frigo, il savait qu’il y avait un grand bol de pâte à gaufres. Un post-it avec l’écriture de sa cadet lui souhaitait «Bonne chance, pécho bien», puis entre parenthèses «Et bonne bourre». Il lâcha un rire en secouant la tête de droite à gauche. Elle ne changera jamais. Leif avait dégagé toute sa fratrie par SMS quand il avait compris qu’il avait une chance avec Nicholas la veille. Par un élan de solidarité envers leur frère largué quelques mois plus tôt par le même homme, ils s’étaient improvisé un weekend en famille, et laissés quelques trucs à l’attention des tourtereaux. Pendant que le gaufrier chauffait, il enfila un tablier par dessus son corps nu pour se protéger des brûlures, lança le café, puis réalisa des oeufs brouillés au bacon. L’odeur était divine, et la pile de gaufres annonçait un petit déjeuner copieux. Il ajouta quelques tranches de brioches, deux verres de jus d’orange tout juste pressé, deux muffins,  ouvrit un pot de pâte à tartiner maison - sans s’empêcher de s’empiffrer une grosse cuillère - différents petits pots de confiture, du miel, des tranches de jambon, du fromage. Après hésitation, il attrapa également la bombe de chantilly et des poires pour obtenir un petit déjeuner digne du meilleur hôtel de Bergen. Il était assez d’accord, comme disait ses soeurs, qu’un homme se séduisait d’abord par son estomac. Et son bas-ventre, mais d’abord l’estomac dans le cas de Nicholas. Il remonta l’énorme plateau sans avoir retiré son tablier, parce qu’il était écrit «kiss the cook» et que ça se prêtait bien à la situation. Il passa la porte de sa chambre, songeant que l’odeur de nourriture était tellement délicieuse qu’elle aurait pu réveiller Nick même après sa mort. Leif eu un immense sourire en le voyant si beau avec sa foisonnante chevelure en bataille. Il était d’une excellente humeur ce matin. Peut-être la giga dose d’endorphines de la veille... Il posa délicatement le plateau sur un coin du lit pour s’assoir à côté du lit et demander doucement :

- Bien dormi ?

Il ne résista pas à caresser doucement ses cheveux.

- J’espère que tu as faim... Dit-il en lui désignant le repas gargantuesque qu’il avait préparé. Leif avait également très faim d’autre chose, mais il savait très bien qu’il ne pouvait pas lutter contre le véritable grand amour de Nick : la bouffe.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Fév - 21:11


Nicholas Tveit
Meute Brune

Nicholas Tveit


▹ MULTICOMPTES : Elias & Ivar & Sevastyan & Doffen ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2979 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.


Bohème [Nicholas] Empty

Comment est-ce qu’ils en étaient arrivés-là ? COMMENT ? Il ne pouvait pas mettre ça sous le compte de l’alcool, par ce que ça serait un pur mensonge. L’alcool ne lui faisait rien !  Comment, au final, il le savait : juste par ce qu’il en avait eu envie, par ce que Leif lui manquait et il avait craqué. Quel con ! Quel sombre abruti il avait fait ! Il avait presque envie de se cogner la tête contre un mur ! Il ne pouvait pas dire ce que ça avait été désagréable, bien au contraire, mais…. Mais il y avait ce mais. Cette épée de Damoclès toujours au-dessus de sa tête, l’ombre, le fantôme d’Eliassen qui persistait encore et toujours. Alors s’ils recommençaient quelque chose, vers où cela allait les mener ? Les défauts de Leif reprendraient vite le dessus ; ses fantômes finiraient d’achever la situation. Ils ne pouvaient probablement aller nulle part sereinement, ils ne pouvaient pas être heureux réellement, ni l’un ni l’autre. Il savait pertinemment qu’il ne pourrait pas rendre le roux heureux et que ça serait réciproque et à la décharge de l’autre garçon, ça ne serait pas franchement de sa tête mais plutôt celle de son « âme-sœur » en train de pourrir sous terre.

Comment est-ce qu’il allait gérer les choses maintenant ? Il ne pouvait pas le repousser, il n’en avait pas envie. Est-ce qu’il fallait qu’ils parlent ? Pour dire quoi ? Est-ce que ça ne serait pas sujet à une autre dispute ? Mais s’ils ne disaient rien, est-ce que ça ne se serait pas se renfermer encore une fois dans des non-dits destructeurs ? Peut-être qu’il se prenait trop au sérieux ? Peut-être qu’il se prenait un peu trop la tête pour rien, et l’avenir lui dirait ce qu’ils devaient faire. En attendant il s’étira de tout son long, se passant une main dans les cheveux, avant de bailler. Leif n’était plus à côté de lui. Il fronça les sourcils avant de sentir la délicieuse odeur de la bouffe. Merveilles et merveilles. D’ailleurs, il ne fut pas longtemps au rouquin pour arriver jusqu’à lui les bras plein –ou plutôt le plateau- rempli de bouffe. MANGER. Voilà ce qui lui criait entièrement son cerveau, son envie. Il arriva néanmoins à bien entendre ce que l’autre garçon lui disait.

«Humum »fit-il doucement, toujours à moitié endormi à sa question. « et toi ? »

S’il avait faim ? Oui que diable ! Il remercia son amant d’un grand sourire avant de plonger sa main à une des petites douceurs.  Il n’allait quand même pas lui faire la blague du « j’ai une faim de loup ». Non. Par ce que de toute manière ça Leif le savait. Il mangeait, bien concentré pendant une ou deux minutes avant de poser ses yeux, cette fois un peu plus réveillé, sur Leif.

«Tu ne manges pas toi ? Tu n’as pas faim ? Y’a un souchi ? En tout cas, c’est super bon, comme d’habitude. J’me régale.»

Il essayait de se calmer un peu sur la bouffe, par ce que sinon, il se connaissait, il serait de tout manger. Ca ne lui faisait franchement pas peur ! Allez Leif, on se remue le derrière si on ne veut pas mourir de faim, il faut reprendre un peu d’énergie que diable !
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Fév - 21:49


Leif Helström
Meute Rousse

Leif Helström


▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 661 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : À plat, morose, sauf quand son rayon de soleil est à ses côtés

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.


Bohème [Nicholas] Empty

L’arrivée du plateau de nourriture avait eu l’effet escompté. Les étoiles dans les yeux de Nicholas ne lui avait pas échappé. Tout serait beaucoup plus simple s’il le regardait de la même façon qu’une pile de gaufres... Remarque maintenant qu’il avait le plateau sous les yeux, la pile de gaufre et la perspective de bourrer le quadrillage de pâte à tartiner était plus tentante que Nicholas qui lui ferait de gros signaux...

- Oui j’ai très bien dormi, répondit-il avec un sourire sous-entendu. Il faut dire qu’au vu de la nuit sportive qu’ils avaient eu, ils allaient forcément bien dormir. Il lui avait fait l’amour comme si c’était la dernière fois qu’il y avait le droit. Parce que l’après était tellement incertain... Pourtant, lui qui était si anxieux d’habitude, n’avait pas envie de penser à après. Parce que maintenant était tendre, était doux. Parce que maintenant ressemblait à ce qu’il avait toujours voulu. Il y avait beaucoup de chances que ce ne soir qu’illusoire, car son pragmatisme sentait que ce ne serait pas comme avant. Pourtant... Nicholas lui avait fait sentir qu’il l’aimait. c’était terrible l’espoir, parce qu’on ne savait jamais vraiment quand on allait chuter. Et souvent, tel Icare, c’était quand on s’était trop approché du Soleil qu’on tombait. Leif essayait quand même de laisser ses peurs en cage, même si elles guettaient, tapies dans l’ombre. Il voulait juste profiter de la douceur de l’instant, de sa simplicité.

- N’oublie pas de me laisser ma part quand même, dit-il dans un rire amusé, même si au fond il craignait vraiment que Nicholas avale également SA bouffe. Il tourna le dos au brun quelques instants pour aller ouvrir les rideaux de la fenêtre, qui laissaient entrevoir jusqu’ici la . De gros flocons commençaient à tomber, continuant à couvrir le paysage d’une belle couche de neige fraîche. Leif eut un grand sourire. Il aimait la neige, car il pouvait jouer à courir dedans, creuser pour trouver des odeurs de gibier ou alors essayer de poursuivre ses camarades. Sous forme de loup bien sûr. Sous forme humaine, c’était vraiment très joli. On pourrait penser qu’un norvégien finirait blasé par ce phénomène fort courant sous ces latitudes, mais ce n’était pas le cas du roux.

- On a une magnifique journée enneigée aujourd’hui. On pourrait aller jouer dans les bois... Enfin, si ça te tente bien sûr, proposa-t-il, toujours d’une bonne humeur rare. Enfin, bien sûr, je te laisse le temps de te réveiller, le bel plus-si-endormi ajouta-t-il en gloussant légèrement. Il revint vers le lit et vira le tablier pour s’installer sous la couette à côté du brun. Il ne fit pas prier pour arroser généreusement une gaufre de chocolat, chose qu’il se retenait de faire depuis qu’il cuisinait pour son cher et tendre. Il jeta un oeil à Nicholas qui semblait apprécier le repas. Il trouvait son bon appétit satisfaisant, d’autant plus qu’il avait prit du temps pour lui. C’était adorable, il semblait tellement heureux en mangeant qu’on avait envie de lui donner à manger. Il avait envie de lui caresser encore les cheveux, mais il se rappela qu’il avait les mains pleine de chocolat. Également, il ne savait pas vraiment ce qu’il pouvait vraiment faire... Le prendre dans ses bras ? Que l’embrasser sur la joue ou avait-il droit à ses lèvres ? Peut-être valait-il mieux attendre qu’il le fasse de lui-même... À moins qu’il ne sache pas trop également... Pourquoi les humains sont-ils si compliqués ?
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Fév - 15:45


Nicholas Tveit
Meute Brune

Nicholas Tveit


▹ MULTICOMPTES : Elias & Ivar & Sevastyan & Doffen ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2979 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.


Bohème [Nicholas] Empty

Tant mieux si Leif avait bien dormi, c’était probablement l’essentiel ! Il serait un peu moins grognon que l’autre qu’il avait mal dormi, un peu comme tout le monde d’ailleurs. En attendant, la vérité, la seule chose qui l’intéressait à présent c’ »tait la bouffe ! Par ce que la bouffe c’est la vie ! La petite phrase de Leif lui arracha un sourire, il poussa vers le roux sa part de bouffe histoire d’être bien certain qu’il n’allait pas lui piquer ; par ce qu’il s’en savait capable, pas forcément pas méchanceté ou autre, mais simplement par ce qu’il avait la dalle, et puis dans ce genre de situation, il ne faisait pas trop attention aux doses qu’il ingurgitait ! Il se passa une main dans les cheveux avant de soupirer doucement. « Viens bouffer au moins tu ne prendras aucun risque, tu le sais ça ? » dit-il plus amusé qu’autre chose. Il allait quand même faire attention à présent. Ou au moins essayer. Il commença d’ailleurs à essayer de manger un peu moins vite histoire de …. Et bien d’être certain de ne pas faire de bêtise !

Lorsque le roux lui parla d’aller en forêt, il haussa un sourcil étonné. «Tu vas supporter tes Deltas tous le long de ta sortie ? » Non, par ce que si c’était pour que l’autre soit agacé de désagréable, ronchon tout le long de la sortie, il préférait largement s’en passer, par ce qu’il savait que ça finirait par mal finir. D’un autre côté ‘est-ce que c’était vraiment intelligent de penser de la sorte ? D’essayer d’envisager à l’avance les éventuels problèmes ? Il n’en était pas certain… mais il n’y pouvait rien, c’était comme plus fort que lui ! Bon, il devait une chose à la fois, d’abord manger, savourer son repas et après il pourrait penser au reste. Sinon, il allait fini contrarier et ça allait lui gâcher les savoureux mets. « C’hest une nouvelle recette ?» Ou alors peut-être qu’il avait oublié que son ex cuisinait bien lorsqu’il avait envie de faire plaisir ou un effort. Finalement il décida de faire une pause dans la bouffe histoire que le roux puisse avoir une chance de le rattraper, il en profita pour reconsidérer la question précédente ! «Qu’est-ce que tu entendais exactement par… « jouer » ? » Il pouvait il y avoir tellement de version différentes de ce « jouer » qu’il préférait en avoir le cœur net ! Comme ça, il ne risquait pas de faire des qui-propos et autres ! Ils seraient sur la même longueur d’onde !


Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Mar - 16:28


Leif Helström
Meute Rousse

Leif Helström


▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 661 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : À plat, morose, sauf quand son rayon de soleil est à ses côtés

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.


Bohème [Nicholas] Empty

Il hocha la tête, amusé, quand Nicholas lui dit que le meilleur moyen de sauver sa bouffe était de la dévorer. Il tenta de le rassurer alors qu’il allait ouvrir les rideaux, qui dévoilaient un paysage blanc.

- Au pire il y a du rab’ dans la cuisine si tu as encore faim. Je te cuisinerais d’autres trucs...

Il y avait de fortes chances qu’il venait de lui procurer un puissant orgasme rien qu’avec cette phrase, songea-t-il. Il n’était pas un champion culinaire mais il savait faire deux trois recettes de base. n’importe qui pouvait faire une omette, ou alors mettre un steak sur une poêle. Au vu de la féerie glacée qu’offrait cette matinée, il lui proposa une petite sortie sous la neige fraîche, histoire d’en profiter avant que la poudreuse devienne un bloc de glace ou de l’horrible bouillasse fondue. Évidemment, le problème de ses Deltas restait le même.

- Bah... On va dire que je ferais avec, vu que je peux pas m’en débarrasser. Je leur demanderais de nous laisser un peu d’espace... Mais je vais pas m’empêcher de vivre à cause d’elles.

Et au pire il sortira ses meilleurs yeux de louveteau pour qu’elles le suivent juste pas trop loin. Genre je suis un oméga malheureux car mon mec m’a quitté, vous pouvez bien me laisser une chance de le reconquérir. Il alla s’installer sous la couette, tout en virant son tablier qui n’était plus vraiment utile. Et surtout, qui n’avait pas eu l’effet escompté. Il avait bien compris qu’un bisou au cuisinier n’intéressait pas un Nicholas affamé. Au moins, il avait tenté. Même s’il savait que ses chances étaient aussi maigres que lui. Alors qu’il commençait à s’empiffrer, Nicholas l’interrogea sur le secret de ces délicieuses gaufres.

- Hé bien... C’est Katelina qui a fait la pâte, mais... Sur les gaufres, la cuisson fait beaucoup de choses, et il faut dire qu’avoir une famille nombreuse ça entraine à en faire à la chaine ! Après ma pâte est jamais aussi bien que celle de ma soeur... Mais elle a jamais voulu me déballer son secret, sinon elle aurait un moyen de moins de m’amadouer. Ou de me faire des cadeaux, parce qu’elle sait que j’adore les gaufres.

Tout simplement parce que les gaufres allaient parfaitement bien avec le chocolat. Il espérait que Nicholas comprenne qu’il avait partagé sa part avec lui également. Genre offrande de la paix, même si sa soeur avait sûrement fait plus de pâte dès qu’il leur avait prévenu de l’arrivée de Nick. Celui-ci revint sur la notion de «jouer dans la neige» que Leif avait employé auparavant.

- Bah... Sous forme de loup...
Dit-il entre deux bouchées de sa troisième gaufre, qu’il remplit par ailleurs avec la bombe de chantilly. C’est moins drôle en humain, j’ai toujours eu l’impression que ces jambes n’ont jamais été faites pour la glace. À moins que tu veuilles faire un bonhomme de neige ? Demanda-t-il en plaisantant qu’à moitié. Ça pourrait être drôle de retomber en enfance, malgré sa trentaine qui approchait sournoisement. Puis soudainement, il fronça les sourcils car il avait cru comprendre le sous-entendu de Nicholas. Il fit mine que cela lui avait totalement échappé, car il ne savait pas quoi répondre à part que non, ces moments-là étaient plus confortables dans un lit. C’est vrai qu’il aurait pu sauter sur l’occasion pour savoir s’il avait encore faim d’autre chose, mais Leif avait appris qu’avec Nicholas, il fallait cent fois plus de délicatesse qu’il en était capable d’habitude. Pas dur quand on partait du bas du niveau, c’est sûr.

- Du coup si tu veux qu’on sorte, peut-être je devrais faire du rab’ pour qu’on ai de l’énergie. Ou alors j’attraperais des lapins et on se fait le reste des gaufres en rentrant.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Mar - 12:19


Nicholas Tveit
Meute Brune

Nicholas Tveit


▹ MULTICOMPTES : Elias & Ivar & Sevastyan & Doffen ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2979 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.


Bohème [Nicholas] Empty

Cuisiner d'autres choses ?! Miam. Manger. Non, il devait se calmer, même s'il n'avait qu'une envie dire oui, avec plaisir. Il secoua un peu la tête en essayant de se ressaisir.

 «Non, ça ira, tu n'as pas ma bonniche, Leif, je mangerai au pire plus tard, mais je crois que tu en as fais largement assez ; ne t'inquiètes pas. »

Et, comme pour prouver son mécontentement son estomac se mit un peu à gargouiller en mode « tu déconnes-là ». Nick devait se concentrer plus que son amant que sur la bouffe, mais i fallait bien avouer que ce n'était pas quelque chose de simple pour lui. Au moins celui lui éviter de penser à l'avenir, à la prochaine phrase que prononcerait forcément un des deux qui ferait tout partir en cacahuètes, comme à chaque fois. C'était toujours ainsi avec Leif.. ; alors combien de temps cette paix allait-elle encore fonctionner ? Il n'en savait rien, mais pour l'instant cela lui convenait parfaitement et avoir la bouche pleine, lui permettait de répondre quand même une miette moins spontanément. Pour les Deltas, il semblait déjà y avoir réfléchi. Tveit haussa les épaules, quand même un peu incertain, mais il était content que Leif ne cherche pas à les fuir, à leur faire un coup en douce, leur demander était effectivement quelque chose de bien.

 «Ok, je t'appuierai, au besoin, mais ne compte pas sur moi, pour dire qu'avec moi, il ne risque rien d'arriver... par ce qu'on sait tous les deux, que c'est plutôt le contraire. »

Il avait dit cela d'un ton neutre, fataliste, par ce que si le karma avait semblé se calmer un peu, depuis que Raphaël avait Edwina en âme sœur, les choses étaient quand même totalement différentes et compliquées pour lui. Ouais, le karma s'acharnait, même s'il essayait de faire comme s'il gérait parfaitement la situation, il n'en était rien. Absolument rien. Mais il avait toujours su faire semblant, donner au change, faire ce qu'on attendait de lui, être juste le gentil petit loup souriant et présent. Il était bon à cela, il n'était même bon qu'à cela. Il le laissa s'installer sous la couette sans un mot supplémentaire, préférant de nouveau manger mais cette fois en ralentissant grandement la cadence ! Il avait néanmoins rapidement reprit la parole, avec un sujet qui ne risquait pas de créer d'embrouilles : le secret des gaufres.

 «Humhum. Secret ?  J'suis certaine que ce secret je peux lui arracher sans aucun souci, et sans la moindre violence... mais je crois que ce n'est pas quelque chose qui doit se faire, ça serait mal, non ? »

Amadouer les gens, c 'était quand même sa spécialité. Il savait bien faire ça, et même la rouquine ne lui résisterait pas s'il se mettait vraiment dans un rôle. Mais il évitait de trop en abuser quand même , ou plutôt ça dépendait avec qui et dans quelles circonstances. Et Tveit, ne put ensuite s'empêcher de parler de « jouer dans la neige », se demandant ce que le roux entendant par-là, il inclina un peu la tête sur le coté lorsqu'il parla de leur forme lupine et acquiesça. Il n'avait pas spécialement d'être sous forme lupine avec le roux, c'était toujours beaucoup plus compliqué de tout gérer, surtout par ces temps de neige, ou le blanc faisant un blanc sale, crasseux. Comme Ses poils à l'allure répugnante. Il soupira doucement.

 «O, je suis sans souci, mais je peux quand même attraper un lapin  tout seul... je suis peut-être un peu pataud, mais il ne faut pas exagérer !»

Il savait que ça partait d'une bonne intention de la part du roux, mais il était tout aussi capable que le roux de chopper des proies, déjà, avant qu'il prenne de la vitesse, il y arrivait, alors maintenant c'était d'autant plus simple. Une partie de lui n'aimait pas ce sous-entendu, comme quoi il en était presque incapable. Il n'avait pas beaucoup d'égo, mais le peu qui lui en restait était touché.... et pourtant il avait dit cela presque jovialement, comme si de rien n'était, comme si c'était une simple constatation. Est-ce que c'était un moyen d'auto-défense inconscient de prendre ça mal, pour qu'ils se disputent pour ne pas qu'il ait à se transformer ? Il n'en savait rien, mais il essaya de se calmer. Il y arriverait. Il pouvait très bien gérer cette situation même s'il se trouvait avec Leif, même si tout était plus compliqué avec lui avec tout ce qu'il pouvait ressentir à son égard. 
Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Avr - 21:12


Leif Helström
Meute Rousse

Leif Helström


▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 661 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : À plat, morose, sauf quand son rayon de soleil est à ses côtés

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.


Bohème [Nicholas] Empty

Nicholas lui annonça qu’il avait sûrement assez à manger pour le petit-dej, mais il fut trahi par son estomac qui gargouillait. Le roux eu un court rire franc.

- Ton ventre n’est pas d’accord apparement... Mais si tu as toujours faim après ça, tu peux toujours descendre à la cuisine et m’aider si ça te dérange que je fasse tout tout seul... Ou alors m’apprendre à faire quelque chose, histoire que je ne meure pas de faim le jour où Katelina ne sera pas à la maison.

Peut-être que ça lui ferait plaisir qu’ils fassent ça ensembles ? Nicholas avait tendance à proposer à ses amis des après-midi pâtisserie.  Genre «voici le gâteau au chocolat de la paix». D’ailleurs, peut-être lui donnerait-il les secrets de son fondant au chocolat ?
La neige lui avait donné envie de sortir en forêt, mais malgré tout, Nicholas ne semblait pas convaincu. Enfin, quelque chose n’avait pas l’air de le convaincre. Était-ce seulement le fait qu’il doive lui imposer ses deltas ? Il se mordit la lèvre lorsqu’il fit allusion à sa poisse légendaire. En fait, il arrivait même pas à le contredire dans le fond, parce qu’il avait vraiment une poisse légendaire. Il eut un doux sourire et caressa ses boucles brunes :

- T’inquiète, j’ai vérifié et la météo n’a pas prévu de pluie de météorites. Mais au pire, on est pas tout seuls, elles pourront aller chercher de l’aide... Puis des fois, il arrive des trucs nuls, et il en sort des choses bien ou on en rit plus tard.

Il songeait à cette fois où ils étaient tombés dans le piège d’un chasseur. Sans ce trou, sans cet espace exigu, Leif ne se serait jamais réconcilié avec Nicholas. Même si une petite voix interne lui disait que ça aurait peut-être été mieux pour eux deux. Enfin, plus simple.
Il s’installa sous la couette pour profiter lui aussi de son gargantuesque repas. D’une certaine manière, il trouvait ça étrange d’avoir ce moment dans son lit, peau contre peau, avec Nicholas. Parce qu’il n’aurait jamais songé l’avoir à nouveau. Les gaufres ayant leur petit succès, le brun se mit au défi d’en arracher la recette.

- Tu peux toujours essayer mais... Tu oublies que Katelina n’a pas de coeur. Elle pourrait t’assurer que l’ingrédient secret est de l’extrait de plume de Dahu en espérant que tu tentes d’en chercher, soupira-t-il en roulant les yeux. Ou alors, qu’il faudra que tu la battes au bras de fer ou une autre connerie dont seule son imagination ou celle de Kurtis est capable. Ces deux-là me fatiguent parfois...

S’il y a bien une preuve que sa mère était partie rejoindre Fenrir trop tôt, c’était le niveau de maturité dont ses cadets étaient parfois capables. En fait, Katelina lui avait promis que s’il arrivait à la battre une seule fois, elle lui donnerait sa fichue recette de pâte à gaufre. Leif sentait que c’était pour le motiver à s’améliorer. Elle espérait franchement qu’un jour, il mérite cette pâte à gaufre. Mais maintenant, c’était fichu. Personne ne veut d’un Oméga doué au combat.

- Mais si ça se trouve tu me surprendras et tu arriveras là où j’ai toujours échoué ! Finit-il pour donner une note positive. Le seul problème, c’est que que je risque d’être souvent fourré dans ta cuisine si tu as cette recette, conclut-il dans un petit sourire mutin. Sur ce il dévora son petit dej’. Tout en se resservant une gaufre, Nicholas voulu savoir des détails sur leur sortie enneigée. Leif se senti con, parce qu’en voulant être serviable, il a remis en question les capacités de Nicholas. Il détestait qu’on lui fasse cela. Comme Fredrick lui disant de rester en arrière pour la chasse, car il était pas assez costaud. C’était frustrant, car c’était déjà lui  ôter la chance de s’améliorer. Il prit une mine désolée.

- Bien sûr que tu peux attraper les lapins tout seul ! Je m’excuse, je ne voulais pas dire que tu étais pataud ou que tu n’arrivais à rien...

Sa main avait voulu attraper sa joue pour la caresser, mais elle s’arrêta en chemin. Il n’arrivait pas à savoir dans quelles mesures il pouvait être tactile avec lui. Il ne pouvait pas vraiment faire confiance à son instinct. Il serait sûrement brouillé par ses propres envies, dont celle de l’agripper comme un koala en l’embrassant partout. Bon, pour le moment, il avait les mains pleines de chocolat. Il valait peut-être mieux... Oui, mieux le laisser venir à lui. Et si jamais il pensait la même chose ? Ou alors pire, qu’il voulait pas du tout ? Qu’il avait eu ce qu’il voulait cette nuit et puis basta ? Leif coupa sa conversation interne avant que celle-ci prenne trop le dessus. Il ne voulait pas commencer à entrer dans cette spirale qui finirait par tout gâcher. D’ailleurs, il ne sentait pas Nicholas très enthousiaste à l’idée d’une balade. Comme il n’y tenait pas particulièrement, et qu’il était également très bien dans ce lit à flemmarder, il ajouta :

- Mais on est pas obligés de sortir si tu ne le souhaites pas. Enfin, pas avant que je recouse les boutons ta chemise... À moins que je pique un T-shirt à Kurtis, même si ça risque d’être un peu grand
.

Cette histoire de boutons lui arrachait un sourire, parce que c’était un peu cocasse. D’ailleurs, faudrait qu’il soit sûr qu’il les aie tous, ces fichus boutons de chemise. Au pire, Katelina devrait avoir ce qu’il fallait dans sa chambre.

- Dans tous les cas, ce qui m’importe c’est d’être avec toi
, dit-il finalement avec un doux sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Avr - 8:54


Nicholas Tveit
Meute Brune

Nicholas Tveit


▹ MULTICOMPTES : Elias & Ivar & Sevastyan & Doffen ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2979 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.


Bohème [Nicholas] Empty

Il haussa les épaules un peu perplexe, lorsqu’il lui proposa qu’il lui montre comment réellement cuisiner quelque chose et il essaya de s’imaginer un Leif sans la cuisine de ses sœurs et, effectivement, qu’est-ce qu’il savait faire exactement en cuisine ? Le roux lui apportait souvent des gâteaux de sa sœur, mais jamais de gâteaux faits par lui-même. Est-ce qu’il avait envie de lui montrer une recette ? Là, pas tout de suite, il n’était même pas certain d’avoir réellement envie de cuisiner avec Leif, par ce qu’il savait comment ça finirait ; en désastre, en dispute. Un peu comme tout ce qu’ils faisaient. Faire un gâteau pourri avec Remy, c’était drôle ; montrer aux garnements d’Elias comment faire, ça l’était également, ils rigolaient bien mais avec son…. Ex ( ?) il n’était pas certain que ce soit réellement marrant. Et s’il s’était réveillé de bonne humeur, elle s’était vite envolée. Les minutes passaient, et les regrets arrivaient, déferlaient. Il n’aurait jamais dû se laisser aller, jamais. Ce n’était pas bien pour Leif, même si ses sentiments envers le roux étaient réels, il savait pertinemment que ça ne pourrait pas le faire, pas tant qu’Il serait prêt de lui, pas tant que son Ombre continuerait d’être si proche, plus proche que quelques mois auparavant maintenant que Raphaël et Edwina étaient liés. Il ferma les yeux quelques instants, essayant de se reprendre. Leif n’y était pour rien, il devait essayer de bien se comporter avec lui, d’être comme il était avec les autres, mais c’était difficile. Peut-être par ce qu’il se sentait coupable de l’aimer, peut-être par ce que c’était un genre de dérèglement dû à la mort de Dante ? Une alchimie complexe ? Il n’en savait rien… mais probablement qu’ils auraient dû rester éloignés, ou juste ami. Maintenant, comme un salaud, il lui avait redonné de l’espoir, et lui avait perdu le sien qu’il pourrait un jour construire une relation saine avec quelqu’un. Ca serait visiblement impossible.

Alors, qu’est-ce qu’il devait faire maintenant ? Continuer à donner le change, essayer, encore et encore… ou bien envoyer bouler ce pauvre Leif avant qu’il s’attache de nouveau. Il n’en savait rien et il avait l’impression d’être une mauvaise personne. Il aurait dû en parler, c’était peut-être ça la clef, mais c’était…. Leif ne pourrait pas comprendre, pas réellement. Il se concentra de nouveau sur la conversation.

« On peut aller se balader là-bas, ais plus sous forme humaine, pour une fois, ça sera sympa et moins risqué !»

Il n’était pas certain d’en avoir envie, mais il ne pouvait pas partir comme un voleur après tout ça. Il essaya même de plaisanter sur soutirer l’élément secret de la recette de Katalina, Leif n’avait pas l’air convaincu qu’il puisse y arriver ! Il haussa les épaules, lui pensait pouvoir y arriver, il y avait plusieurs moyens pour cela…. Mais, il ne dirait pas ses bottes secrètes à ce grand garçon !

« On verra bien ! Peut-être que j’y arriverai quand même, peut-être, pas qui sait ? Seul l’avenir pourra nous le dire !»

Ouais pas mal ça ! Mais au final l’idée d’avoir Leif trop chez lui n’était pas trop pour lui plaire. Merde. Quel trou du cul il était en train de faire. Il avait envie de lui hurler qu’il avait besoin d’espace de respirer et pas qu’il soit pour manger des foutues crêpes !
Et forcément, rapidement la conversation manqua de repartir en pseudo-dispute avec Leif qui s’exprima, encore une fois mal. Déjà que Nicholas avait du mal, alors si en plus l’autre se montrait blessant, ça n’allait pas l’aider. Et l’enthousiasme du roux grandissait tandis que celui du brun reculait, se sentant totalement acculé, ne sachant plus comment réagir : son cœur était heureux d’entendre cela, il aurait réellement voulu avoir envie de passer du temps avec lui, mais il avait déjà l’impression d’étouffer par tant de mignonnerie. Il avait l’impression qu’il allait le détruire, son petit roux, à la moindre phrase de travers ; et il avait l’impression qu’il allait devenir fou s’il le laissait faire. Il inspira. Il devait parler, au moins un peu. Essayer d’être clair, y aller par étapes, doucement… le tout sans être trop dur. Et ce n’était pas simple une partie de lui avait envie de lui hurler de dégager.

«Non, prendre l’air nous fera du bien. » Règle numéro un, ne pas tout rejeter en bloc. «Mais…Je… On devrait y aller doucement Leif. Vraiment très doucement. Pour toi, c’est simple, mais pas pour moi, je ne vais pas rentrer dans les détails. On a juste recoucher ensemble et tu es déjà… disons… hyper enthousiaste pour tout, c’est… étouffant pour moi.»

Diplomatie, où es-tu partie ? Il lui prit doucement la main, ne sachant pas trop comment continuer, il était de nouveau fatigué et las… par ce qu’il savait que Leif ne comprendrait pas, il ne pouvait pas comprendre, seuls les Liés le pouvaient, peut-être devrait-il en parler avec Edwina, mais sentir son odeur serait trop un crève-coeur, il n’était pas certain d’être capable de parler de ce genre de problèmes avec elle pour l’instant. Il avait envie de se rouler en boule et d’hiberner de nouveau, mais il ne pouvait pas faire ça Leif… alors il lui lança un maigre sourire avant d’ajouter.

«Ce n’était pas une erreur, parce qu’on en avait envie tous les deux. »Et maintenant, grand couillon qu’il était, il se sentait coupable. «Mais ça ne veut pas dire que l’on est de nouveau ensemble, je… Je tiens vraiment à ce qu’on prenne notre temps et que l’on essayer de pas refaire les mêmes erreurs que la dernière fois. Et… peut-être que cela marchera, ou peut-être pas. »

Probablement pas, mais au moins ils auraient essayé et peut-être qu’en y allant doucement avec un leif moins…. Disons moins comme ça, cela se passerait mieux ! Ou alors peut-être qu’il avait un sérieux souci et qu’il avait besoin d’un mâle hyper dominant qui ne le traitait pas forcément bien pour se sentir bien avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Mai - 23:27


Leif Helström
Meute Rousse

Leif Helström


▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 661 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : À plat, morose, sauf quand son rayon de soleil est à ses côtés

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.


Bohème [Nicholas] Empty

Les arbres ont fait tomber leurs feuilles,
Les nuages leurs gouttes,
Tout ce fardeau est en train de me tuer.

La distance recouvre ton chemin,
Les larmes ta mémoire.
Toute cette beauté est en train de me tuer.

Oh, te soucies-tu
que je t’aime encore ?
Oh, si conscient
Que ce qui devrait être perdu est encore là.

J’ai peur de ne jamais trouver personne.
Je sais que ma pire douleur est à venir.
Nous retrouverons nous dans le noir,
Mon grand amour perdu ?

***


Nicholas n’était pas très enthousiaste pour une cuisine party. Mais ce n’était pas grave. Il n’était pas très enthousiaste pour grand chose ces derniers temps, et au vu des derniers évènements, il lui pardonnait volontiers. Leif songeait qu’il pourrait être même capable de refuser un poulet rôti et ses sublimes frites dans ses plus mauvais jours. Signe qu’il aurait réussi à creuser encore plus le fond.

- À ta guise, répondit-il sans perdre son sourire. Tu as raison, ce sera sûrement plus prudent.

Le plus dur était ne pas écouter les ombres au fond de lui qui essayait de l’entrainer dans ses propres peurs, car irrémédiablement, elles entraineraient aussi Nicholas.  Le doute était quelque chose de terrible. Il paralysait tout le reste : la raison, les sentiments. Il ne créait qu’une spirale d’angoisse et rien de constructif. Voilà, il essayait sûrement de se persuader que tout allait bien parce que sinon, il allait tout gâcher en cédant à ses coups d’éclat. Comme d’habitude. Ses émotions étaient une putain de malédiction. Sa mère l’avait toujours mise en garde à ce sujet. Même si à cause d’elle, il avait toujours l’impression qu’ouvrir son coeur, c’était un peu comme lâcher les monstres de la Géhenne.
L’ambiance avait l’air d’aller tout de même quand Nicholas se mit au défi de réussir à obtenir la recette de gaufre de Katelina.

- Promis, si t’y arrives, j’allume un camion de cierges et je fais un beau sacrifice à Fenrir pour le remercier de ce miracle. Et je t’offre... hum... ce que tu veux.

Promesse peut-être en l’air, car Katelina avait hérité de la dureté de leur mère et de sa tendance à penser «pleure, tu pisseras moins». Puis elle était assez intelligente pour savoir qui lui avait parlé de sa recette secrète, et savoir dans quel estomac allait finir les fameuses gaufres. Mais oui, il pouvait toujours tenter. Tous les gagnants ont joué après tout. Puis ça le ferait marrer de voir sa soeur perdre pour une fois.

Mais comme un soufflé, sa bonne humeur retomba. Il le savait : Nicholas n’était enthousiaste pour rien ces derniers temps, mais il avait essayé de faire en sorte que la vérité ne le rattrape pas tout de suite. En gros : son impulsivité l’avait fait merder. Encore. Il avait cédé  alors qu’il savait très bien que c’était la pire idée du monde. Comme d’habitude, l’écho de la raison l’avait traversé en lui disant qu’il devrait dire non.
Il accordait qu’avoir le feu au slip à cause de longs mois de diète n’aidait pas à faire des décisions censées. De plus, il n’avait qu’une seule éthique par rapport au sexe : que son partenaire soit sûr d’être d’accord. Donc il n’aurait jamais pu avoir un éclair de lucidité et stopper leur élan afin d’éviter de créer des embrouilles Quand on s’était déjà tapé régulièrement son boss, qui était en plus un homme marié, faire la connerie de recoucher avec cet ex dont on était encore terriblement épris n’était pas étonnant. Surtout quand le dit ex est fragile, qu’il veut désespérément de l’affection d’un homme qui n’est plus. Il savait qu’il ne devait rien attendre de Nicholas. Pourtant, il avait tout de même espéré. Comme il l’avait déjà dit à son amant, l’espoir était souvent douloureux puisque bien trop souvent écrasé par la réalité.

Il était évidemment blessé. Mais pas parce que Nicholas avait réduit ses espérances à néant. Pas parce qu’au fond de lui, il avait le sentiment de s’être fait encore avoir par ses beaux yeux, comme lorsqu’ils étaient plus jeunes. Tout ça n’était pas le pire. Le pire avait été de s’être senti aimé. D’avoir effleuré du doigt cette chimère qu’il poursuivait depuis tant d’années. Il avait cru entrevoir dans leurs conversations, dans leurs mains qui s’effleuraient, dans leurs baisers, dans leur union, la tendre simplicité de deux personnes qui s’aimaient et qui s’étaient profondément manqués.
Peut-être que Nicholas avait été exceptionnellement de bonne humeur pour faire en sorte qu’ils en arrivent là. Ou alors il avait vraiment un feu de forêt à l’entrejambe, mais dans ce cas pourquoi lui ? Franchement, c’était un bel homme avec un sourire à faire fondre les calottes glacières. Le genre à se faire brancher rapidement. Il aurait voulu, il aurait pu choper n’importe quel type bien plus beau et plus sympa. Genre un type aux gros bras et aux fesses bien moulées dans leur jean comme il les aimait.
Il refusait de croire une seule seconde que c’était par défaut. Peut-être c’était possible, mais ça ne lui ressemblait pas.

- Ok. Je... comprends, finit-il par répondre faute de mieux.

Parce qu’en réalité, il s’en trouvait plutôt confus. Il n’arrivait pas à savoir ce que Nicholas avait pu trouver d’«envahissant» dans son comportement. Enfin merde ! Il ne l’avait même pas touché. Il avait juste essayé de bien se comporter avec lui, enfin il allait pas s’enfiler un petit dej’ gargantuesque devant lui, non ? Ou lui dire «ouais c’était bien cette nuit mais dégage j’ai autre chose à foutre». Pire, être indifférent !

- J’étais juste... heureux de te retrouver... parce que tu m’as manqué. Beaucoup.

Il avait du mal à choisir ses mots. Il était terrifié de déraper. Discuter avec Nicholas ces derniers temps c’était comme marcher sur un champ de mine. On ne savait jamais quand ça allait exploser en chemin. Il lui pardonnait. Il était bien trop fragile ; c’est comme si on l’avait écorché. Comme si chaque toucher, même affectueux, le blessait affreusement. Leif  essuya ses doigts encore plein de chocolat avec une serviette, puis entrecroisa ses mains sur ses genoux pour jouer avec ses pouces.

- J’espérais pas vraiment grand chose... Hormis passer du temps avec toi... Avec quelqu’un que j’apprécie...

Mensonge, hurlait son coeur. Il aurait voulu le garder pour lui, pour s’abreuver de son amour, pour le gaver avec le sien, pour juste se sentir aimé. Enfin aimé. C’était son désir le plus égoïste. Garder le bel oiseau en cage en lui promettant qu’elle serait toujours bien dorée. Plutôt, le garder à côté de lui dans la même cage. Pour ne plus être seul.
Il était un monstre, lui susurraient les Ombres.

- Après je sais qu’avec mon quota d’un sourire par mois, ça peut-être perturbant de me voir de bonne humeur...

Les blagues ça cache bien l’amertume, il parait. Mais il essayait de faire des efforts pour éviter que ça finisse en telenovella. Ce qui lui faisait particulièrement grincer des dents c’était ce «peut-être pas». Lorsqu’ils avaient mis de la distance entre eux, cela lui avait permis de réfléchir. Combien de fois avait-il été repoussé par Nicholas pour des choses qui lui semblaient pourtant normales ? Comme un câlin, un tendre baiser ? Mais surtout, Nicholas ne demandait pas tant que ça des gestes affectueux alors que quand c’était lui qui le repoussait, il lui collait aux basques autant qu’un vieux chewing-gum. Soit c’était lui qui était devenu trop demandeur de son affection, soit Nicholas n’avait juste plus envie de la sienne. Quelque soit la raison, ça revenait au même. Personne ne serait heureux.

- Veux-tu vraiment qu’on reprenne notre relation ? Est-vraiment ce que tu souhaites, ce dont tu as envie ? Questionna-t-il doucement, avec une sincère sollicitude. Il serra sa main comme un signe de soutient.

Il aimerait qu’il lui réponde un oui sincère. Il l’aimait bordel, il l’aimait à en crever ! C’était douloureux, ça lui brûlait de l’intérieur. Il pourrait faire n’importe quoi pour lui, même aller chercher l’âme de Dante en Enfer si c’était possible ! Le problème c’est qu’il ne savait pas qu’est ce qu’il fallait faire. Si il était d’humeur grincheuse, ce ne lui était pas agréable. S’il était de bonne humeur, non plus. Il ne savait pas comment le soutenir. Ou quand il essayait, ça foirait magistralement.
Au final, il avait juste l’impression que sa simple présence était une pompe à la joie de vivre de Nicholas. Il avait toujours su que sa relation serait compliquée à cause de la mort de Dante. Il ne lui en voudrait jamais de l’aimer moins que lui l’aimait. Ce n’était pas ce qu’il demandait. Dans tous les cas, parce qu’il l’aimait, il ne pouvait pas le garder pour lui  si c’était juste pour accentuer son mal-être. Il devait laisser l’oiseau partir et vivre libre. C’était mieux pour lui. Nicholas était sûrement dans une trop mauvaise passe pour avoir quelqu’un d’autre que lui-même à s’occuper
Peut-être qu’en fait, il avait raison à leur sujet depuis le début. Il n’avait jamais été fait pour être en couple avec quelqu’un. Il aurait été mieux à continuer de papillonner entre ses amants plus ou moins régulier, épouser une femme qui lui aurait donné ses enfants et de la crédibilité sociale. Puis laisser ce pauvre Nick tranquille avec son amour déraisonnable.

- Parce que... Si je suis heureux d’être avec toi, j’ai pas l’impression que ce soit toujours... vraiment réciproque. Enfin je peux me faire des idées... Mais je veux être sûr que c'est vraiment ce qui te fais du bien... Et que passer du temps avec moi en tant que couple est vraiment ce que tu veux.

Tu es un monstre.
Tu l’as détruit.
Après tout...Tu n’es qu’un petit être égoïste et égocentrique qui ne pense qu’à sa gueule.


Il balaya ces échos d’un revers de main mental. Il essayait de ne pas écouter. Sinon, tout serait perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Mai - 18:26


Nicholas Tveit
Meute Brune

Nicholas Tveit


▹ MULTICOMPTES : Elias & Ivar & Sevastyan & Doffen ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 2979 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 19/07/2015

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Une laisse.


Bohème [Nicholas] Empty

Il soupira doucement tandis que Leif continuait de parler le sourire aux lèvres et Nicholas avait l’impression, surement fausse, que rien ne pouvait entamer cette foutue bonne humeur et qu’il ne comprenait pas que non, tout n’allait pas bien, tout n’était pas rose. Deux mondes totalement opposés et il commençait à s sentir oppressé par tout cela. Tant d’enthousiasme de la part du roux était si rare qu’il avait l’impression qu’il avait accepté de se marier avec lui, de faire des enfants qu’il n’y aucun souci… alors qu’ils avaient juste recouché ensemble. Probablement que ça aurait été moins gênant, moins perturbant pour le brun si ça avait été un trait de caractère habituel, là ça faisait presque faux, surjoué. Il savait que ce n’était pas le cas. Il savait qu’il était juste sincère. Nick aurait voulu pouvoir rendre tout ça à l’autre garçon, mais il en était totalement incapable et plus les minutes passaient plus c’était difficile pour lui. Fuir. Etre seul, s’isoler pour Le voir, pour se rassurer c’était tout ce dont il avait besoin. Malgré tout, il savait qu’il ne pouvait pas quitter Leif comme ça, alors il essayait de faire bonne figure, de trouver une solution pour rester, sans péter un plomb… sans trop blesser son interlocuteur non plus. Dure épreuve, alors qu’il se sentait juste las, qu’il avait juste envie d’envoyer bouler le monde entier à cet instant précis.

- Promis, si t’y arrives, j’allume un camion de cierges et je fais un beau sacrifice à Fenrir pour le remercier de ce miracle. Et je t’offre... hum... ce que tu veux.
- ca ne veut pas dire que je te filerai, ce fameux ingrédient, suivant le marché que je passerai avec elle.

Et c’était vrai, après tout le pari était qu’il arrive à soudoyer Katelina, pas qu’il aille tout raconter à son ex. Il avait quand même réussi à lui faire un petit sourire en coin pour montrer …. Que ce n’était pas méchant comme phrase, mais qu’il ferait ce qu’il fallait pour y arriver. Un jour, à un moment….
Oui, Tveit avait réellement essayé de faire bonne figure mais Leif en faisait trop pour son humeur basse, pour son envie de solitude, il essaya de lui expliquer le plus simplement, franchement possible tout en regardant le ton le plus diplomatique qu’il avait en stock. Il savait que ses dires ne seraient pas bien pris, mais en même temps…. Même lui, naïf, l’utopiste savait qu’une partie de jambe en l’air ne voulait rien dire, alors comment est-ce que l’autre avait pu l’espace d’un instant penser le contraire ? Il ne lui avait rien dit pouvant aller dans ce sens en plus. Rien. Comment est-ce qu’il avait pu s’imaginer alors qu’il savait pertinemment à quel point le brun allait mal en ce moment. Et voilà que maintenant Nick devait essayer de prendre sur lui pour ne pas blesser l’autre. L’autre qui soit dit en passant avait toujours tout fait pour blesser, involontairement certes. FUIE. Voilà ce que lui criait son esprit, son corps tout entier. Ne plus expliquer, juste se casser en lui disant qu’il le rappelait plus tard quand ça irait mieux. Fuir, lâchement, mais avant de dire quelque chose qu’il regretterait, ou même un geste. Fuir, avant que Leif empire la situation. Par ce qu’il savait d’ores et déjà que c’est ce qui arriverait, le brun était trop à fleur de mot, le moindre mot pouvait le faire vriller ; ils le savaient tous les deux en théorie ; il ne pourrait pas essayer de prendre un peu de recul comme il l’avait fait déjà plusieurs fois. Lleif n’était pas méchant, mais tellement maladroit. Il ne voulait pas l’enfoncer, il ne voulait pas se mettre à pleurer et que l’autre se sente coupable… mais partir comme ça pourrait lui faire du mal aussi. Trop de choses en lui. Trop se sentiments partagés, contradictoires. Il avait l’impression de péter un plomb, avant même qu’il ait ouvert la bouche.

- Ok. Je... comprends Etonnant mais rassurant. J’étais juste... heureux de te retrouver... parce que tu m’as manqué. Beaucoup.

STOP. STOP. STOP. Qu’il se taise. Une partie  de lui comprenait tout à fait cette justification et l’appréciait, il aurait voulu lui dire que lui aussi l’avait manqué mais que ce n’était pas aussi simple. Il aurait voulu lui dire, mais il n’était plus vraiment mettre de cette partie rationnelle. Injuste. Il était injuste envers le roux, mais le roux ne comprenait pas non plus grand-chose, continuant d’appuyer sur des choses qui faisaient mal. Maladroit, comme toujours.

J’espérais pas vraiment grand chose... Hormis passer du temps avec toi... Avec quelqu’un que j’apprécie...

Inspiration. Expiration. Il ferma cette fois les yeux. Il devait se concentrer, penser à Lui. Il n’y a que ça qui pourrait le calmer. Et il savait en plus que c’était un mensonge, toute son attitude montrait qu’il espérait réellement autre chose que « pas grand chose ».

Après je sais qu’avec mon quota d’un sourire par mois, ça peut-être perturbant de me voir de bonne humeur...


Qu’il se taise. Qu’il se taise. Qu’il se taise. Il garda les yeux fermés, essayant de se concentrer pour se calmer, mais il était trop absorbé par ce que disait le roux, et il se sentait perdre les pédales, sentant qu’il allait probablement s’engager dans un terrain trop glissant.

Veux-tu vraiment qu’on reprenne notre relation ? Est-vraiment ce que tu souhaites, ce dont tu as envie ?

Est-ce qu’il avait dit ça ? Peut être, il ne se le rappelait pas. Non, il avait du lui dire qu’ils devaient y aller doucement, pas reprendre leur relation. Voilà que l’autre se voyait déjà en couple demandait quelque chose de clair alors que Nick, lui semblait-il avait été clair : y aller doucement, par ce que c’était difficile.  L’autre lui serra la main, il rouvrit les yeux, sentant son contrôle vaciller peu à peu. Il retira doucement sa main. Pas de contact. Pas de contact.

- Parce que... Si je suis heureux d’être avec toi, j’ai pas l’impression que ce soit toujours... vraiment réciproque. Enfin je peux me faire des idées... Mais je veux être sûr que c'est vraiment ce qui te fais du bien... Et que passer du temps avec moi en tant que couple est vraiment ce que tu veux.

Sérieusement ?! Sérieusement ? Est-ce qu’il venait réellement de lui ça ? A quel point pouvait-il être égoïste ?! Bien sûr, la question en soi était légitime, mais n’avait-il pas la réponse ? Une âme-sœur ne se remplace pas. Ses yeux prirent la couleur de ceux de son Loup, prenant cette phrase comme un affront ce Lien si particulier qu’il avait eu avec Dante. Malade. Fragile. Douce folie qui s’insinuait petit à petit en lui. Une fois de plus, Leif avait dépassé les limites.  Partir. Fuir. Fuir, avant de dire quelque chose qu’il regretterait. Voilà à ce qu’il pensait pendant que son regard avait retrouvé sa couleur de base. Il ouvrit la bouche, la referma plusieurs fois, essayant de ne pas y aller trop cash, essayant de lutter contre cette envie de violence qui l’avait saisi. Outrage.  Lui criait une partie de sa conscience.

« Il n’y a donc que ça qui t’intéresse, Leif ? savoir si on  reprend notre relation ? Si tu avais ouvert tes oreilles, si tu réfléchissais un minimum, si tu avais un minimum d’empathie, de logique, si tu n’étais pas si égoïste, centré sur ta personne, tu aurais entendu ma réponse.» Peut-être qu’il n’avait pas été assez clair. « J’avais besoin de temps, d’y aller doucement, qu’est-ce qui est compliqué à comprendre là-dedans, surtout quand c’est ajouté à « ça ne veut pas dire que l’on est de nouveau ensemble ». Alors POURQUOI EST-CE QUE TU ME  PARLES DE NOUVEAU D ETRE ENSEMBLE ???»

Pourquoi est-ce qu’il hurlait, il n’en savait pas grand-chose, cela ne servait à rien, peut-être à extérioriser un peu sa douleur, sa frustration, sa rage.  Il avait du mal à se contrôler, à garder enfermer son aura fluctuante.

«  Comment est-ce que je peux… t’aimer comme tu le souhaites alors qu’Il est toujours là ? Hein ?! Explique-moi ? Je pensais réellement qu’on pouvait essayer en allant doucement, j’aurais voulu pouvoir être heureux avec toi… mais ça n’est pas possible, ça ne le sera jamais. Pas tant que tu ne sauras pas écouter, t’adapter. T'es pas censé être intuitif ? »

il s’était levé, toujours furieux, vacillant un peu, avant de se prendre quelques instants le visage dans les mains.  Une partie de lui avait toujours envie de lui faire du mal pour cet affront, pour ces insinuations, pour ce qu’il avait cru comprendre – pas forcément à juste titre, mais la raison était loin-. Il lutta. Parti vers la porte.

« Et je ne serai en couple ni avec toi, ni avec personne. Sauf avec Lui.»

Avec sa mémoire.  Et il commença à partir en claquant violemment la porte, luttant contre une transformation inappropriée. Il était à bout. Utilisant son don de meute, il se dirigea directement vers la forêt. Calme. Solitude. Il pourrait exploser comme il le souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





Bohème [Nicholas] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Bohème [Nicholas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Nord :: Résidences :: Demeure Helström-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser