Demande de renseignements - Leif
EVENTS EN COURS

Aucun pour le moment.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- bêta de la meute brune ici.
- petite soeur portée disparue ici.
- bêta de la meute rousse ici.
- le jouet humain d'une louve ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.

TOP PARTENAIRES


VOTE POUR LE FORUM




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE ! Demande de renseignements - Leif 4251703893
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens Demande de renseignements - Leif 1941156878
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche Demande de renseignements - Leif 1941156878
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:
Nous manquons de loups américains ! I love you
N'hésitez pas à les tenter Demande de renseignements - Leif 1941156878

Partagez
 

 Demande de renseignements - Leif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dim 9 Juin - 18:49


Elias Hansen
Meute Brune

Elias Hansen


▹ MULTICOMPTES : Nicholas & Ivar & Sevastyan & Doffen ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 290 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/07/2016

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:


Demande de renseignements - Leif Empty

Lieu et date du rp : Décembre 2019, quelques jours après la dispute Leif/Nick.
Protagonistes: Elias & Leif
Résumé du rp: UC
Actions réalisées au cours de ce rp: UC

Plusieurs jours étaient passés depuis qu’il avait retrouvé Nicholas dans un piteux état psychologique dans la foret, il avait essayé de comprendre ce qui s’était passé et vu la forte odeur de roux qu’il régnait sur le brun, le calcul n’était pas dur à faire. Seul souci, il n’avait que le point de vue de Nicholas et si parfois cela suffisait largement, dans ce cas précis, il aurait bien voulu comprendre et avoir celui de Leif. Pour lui, clairement, il s’agissait simplement d’une sorte de querelle amoureuse sauf qu’entre la maladresse légendaire du roux et la fragilité de Nicholas cela rendait le tout d’une ampleur extrême. Un autre fait l’inquiétait, c’était cette étrange manière qu’avait pris le brun de fermer les yeux et s’apaiser peu à peu grâce à cela, il l’avait déjà remarqué lors du couronnement de Raph et lorsqu’il l‘avait retrouvé ça avait été également le cas. Etrange, inquiétant même. Il avait l’impression que le pauvre brun était juste à bout et que si ça continuait il allait avoir du mal à se contrôler. Gênant, mais au final probablement beaucoup moins que si ça avait été un autre Loup. Nicholas était trop soumis, trop gentil trop beaucoup de choses pour faire du mal à quiconque même hors de contrôle. Même sous forme plus poilue, il ne ferait du mal à personne. Il en était certain, mais il avait demandé à Asya de le surveiller quand même de près ainsi qu’à plusieurs autres Loups de confiance, des personnes qui ne parleraient pas forcément. Des gentils qui appréciaient Tveit. Il allait devoir en référer à Raphaël à un moment donné, le souci c’est que s’il voulait allait voir son cousin cela risquait de dégénérer, de perturber encore plus le plus jeune. Elias ne savait plus trop sur quel pied danser pour le bien de tous.

Nicholas n’était pas dangereux pour les autres, alors il préférait attendre encore quelques jours de voir comment la situation allait évoluer et surtout d’avoir des réponses du roux. C’est ainsi qu’il avait eu l’idée d’inviter Amanda chez lui en lui demandant de ramener le cul de son petit frère d’une manière ou d’une autre. Maintenant qu’elle n’était plus Alpha, il était plus simple en théorie de la voir bien, de la laisser voir les enfants. Qu’elle vienne chez lui, lui permettrait de voir les enfants tout en restant en quelque sorte sous surveillance. Il n’y en avait probablement plus besoin, mais vu que Leif avait toujours du mal à la fermer, et qu’Amanda avait toujours eu du mal à se taire, il préférait encore prendre quelques précautions. Il avait préparé le repas, et avait laissé faire sous bonne surveillance de l’Oméga le gâteau aux enfants. Cette dernière lui avait fait un petit signe comme quoi ça serait surement mauvais –un peu comme son déguisement que les garnements lui avaient fait pour halloween-, mais ça avait été fait avec amour. C’était probablement le principal. « Soyez sages avec votre mère et votre oncle, ok ? Pas de dispute ou ce genre de choses.»

L’heure H était, les deux garçons attendaient impatiemment leur mère devant la porte, tandis qu’Elias faisait des tresses à ses filles. Il venait de finir celle de Nora qui rejoignit ses frères et de commencer celle de Lynn quand quelqu’un frappa. «Ouvrez les enfants » Il finit rapidement la tresse de la petite rousse. « Va dire bon jour à ta mère, j’arrive.» Il était plutôt content de la coiffure qu’il avait faite, simple mais efficace et bien réussi. Il se leva pour aller saluer les deux invités. Amanda était magnifique, comme à son habitude. Les sentiments étaient malheureusement toujours là. Trop présents même à son goût. « Comment est-ce vous allez ? » Ils étaient tous rentrés à l’intérieur, les filles avaient débarrassé leur mère et les garçons leur oncle. « Leif, vient m’aider à apporter les plats s’il te plait.» Ce qui permettrait à Amanda de profiter un peu seule à seule des enfants et surtout à lui de parler quelques minutes avec le jeune roux. Il avait gardé le ton le plus amical qu’il pouvait, le but n’était pas de se fâcher avec le roux ou de l’accuser de quoi que ce soit, pas aujourd’hui ou du moins pas pour l’instant. Il voulait juste comprendre. Il lui désigna un des plats à prendre « Leif, je suis désolé de te poser cette questions, je sais que ça ne me regarde pas réellement ; mais j’aimerai savoir ce qui s’est passé avec Nicholas, selon ton point de vue.» Temps de silence. « Juste pour mieux comprendre comment l’aider ce genre de choses. Savoir ce qui a pu lui…. Le rendre dans cet état, dira-t-on.»
Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Juin - 15:42


Leif Helström
Meute Rousse

Leif Helström


▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 661 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : À plat, morose, sauf quand son rayon de soleil est à ses côtés

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.


Demande de renseignements - Leif Empty

Il n’avait jamais su communiquer avec les mots. Une maladresse trop, et il était parti brusquement. Son coeur s’était brisé, et ce qu’il voulait lui dire avait mourut au bord de ses lèvres.

Ce n’était pas ce que je voulais te dire.
Je ne veux plus te voir souffrir par ma faute.
Je t’aime.

Puis il y avait ceux, sombres, qui murmuraient de leur voix vipérine.

Egoiste.
Egocentrique.
Insensible.


Tout est de ta faute.

*
**

Amanda vint le tirer de sa chambre. Quand elle entra pour lui demander de se lever pour aller voir ses neveux, il se contenta du silence. Elle insista immédiatement en lui disant que ça lui ferait du bien, il grommela. Sous l’absence d’une réponse claire, elle insista encore. Un grognement sourd sorti de sa gorge. Il venait à peine de s’allonger sur son lit pour essayer de se reposer. Malheureusement, même avec un chagrin d’amour, le monde continue à tourner il et fallait bien qu’il aille travailler. Cela faisait donc trois jours qu’il usait de toutes ses forces pour faire son plus beau sourire commercial afin de convaincre un touriste de lâcher ses Couronnes et de repartir avec un «souvenir unique de Bergen». Cela le fatiguait. Il avait juste envie de se pelotonner sur son matelas. Sa chambre était l’unique endroit au monde où il pouvait être seul. Même courir dans la forêt n’était pas un plaisir car il devait avoir ses deltas avec lui. Il n’avait pas trouvé la force de gratter ses carnets de dessins. Il recherchait une nouvelle idée au fond de son esprit. Un tableau aussi beau que le précédent. Mais l’inspiration semblait être partie aussi précipitamment que son aimé, laissant la place à une désespérante apathie.
Amanda grogna plus fort. Leif se ratatina, pauvre Oméga livré à l’aura d’une ancienne Alpha. Sauf qu’elle lâcha un rire juste après, celui qu’avait une soeur quand elle venait de gagner une démonstration de force. Faute de réussir à le convaincre, elle sauta sur le lit pour chahuter avec lui comme deux louveteaux. Leif se défendit honorablement, mais elle finit par l’expulser du matelas dans une roulade qui l’envoya dans le tas de vêtements qui jonchait les abords du lit. Le cadet avoua sa défaite, allongé sur le dos, toisée par son ainée hilare parce qu’il avait écopé d’un caleçon sur la tête. Cela lui avait redonné un semblant de sourire. En lot de consolation, elle le prit dans ses bras, puis lui rappela de la rejoindre en bas dans dix minutes avant qu’elle ne doive le plaquer pour lui chatouiller les pieds. Il soupira. Il n’avait pas le choix apparement, et il était trop fatigué pour se prendre le bec avec sa soeur. Ce n’était pas qu’il n’aimait pas ses neveux, mais il ne voulait pas voir la tronche d’Elias. Il croisait déjà trop de choses qui lui rappelaient sans cesse Nicholas. Déjà, il y avait le costume et la chemise qu’il avait laissé ici. Il suffisait d’ouvrir ce fichu sac où il les avait ranger pour y retrouver son odeur.  Et il était magnifique dedans. Une beauté qui tuait son coeur. La gorge serrée, il changea sa chemise pour quelque chose de repassé, et remis sa cravate droite ainsi que sa veste de costume. Il attrapa son long manteau gris-bleu, son écharpe et son téléphone. Vu sa tronche de Zombie, il profita pour extirper un peu d’anti-cernes dans la chambre d’Amanda. En bas l’attendaient déjà ses deltas, qui fermèrent ensuite la marche de leur quatuor.

Leif ne savait pas mentir sur ses émotions. Quand il vit le visage d’Elias, il tirait une tronche de six pieds de long, même si son sourire reparu sincèrement quand il prit ses neveux et nièces dans ses bras. Il essaya de le garder malgré l’étincelle qu’il aperçut entre Elias et Amanda. Non qu’il fut déçu de voir qu’ils partageaient encore des sentiments, mais parce qu’ils étaient deux débiles qui se tournaient éternellement autour depuis une éternité sans pouvoir s’oublier. Et irrémédiablement, ça lui rappelait sa propre histoire. Elias demanda poliment comment ils allaient. Amanda garda sa façade de femme solide comme les montagnes, assurant que tout allait très bien. Elias n’avait pas besoin de chercher très loin la vraie réponse, elle était gravé sur la tronche de l’oméga : ils semblaient tous deux bien fatigués. Lui, parce que rien n’allait depuis des mois ; elle, parce qu’elle trop de choses à gérer, dont un frère aux humeurs trop lourdes à porter. Un boulet qui devait encore vampiriser son énergie. Il la regarda tendrement embrasser Nora en la complimentant sur ses cheveux, faisant piailler les autres louveteaux qui voulaient eux aussi monopoliser l’attention de leur mère. L’important, c’est qu’elle avait de l’énergie pour eux, même si ça devait pas être facile. Lui-même aimait beaucoup les enfants, mais il se demandait souvent à quoi ils carburaient.
Avant d’entrer, le roux secoua la neige tombée sur ses épaule et ferma son parapluie. Les gamins leur débarrassèrent de leurs affaires et ses Deltas le plancher. Leif insista pour qu’ils ne jouent pas avec le grand parapluie de tonton. Ces petits malins pourraient découvrir le mécanisme qui débloquait la lame cachée dedans et pourraient se blesser. Une simple précaution, il n’aimait pas compter que sur ses deltas. Il l’avait toujours songé : la meilleure manière d’être protégé est de savoir se protéger. C’est dans ce sens qu’il avait commencé à entrainer Nicholas sur les bases de l’auto-défense.
Tout de suite, l’Alpha brun l’accapara pour l’aider avec les plats, le laissant seul avec lui. Ça ne sentait clairement pas aussi bon que ce qui était dans les dits plats. Son intuition lui soufflait depuis le début que cette soirée allait être pénible. Il était juste complètement débile de la suivre une fois sur quatre, et c’est pourquoi il était venu.

- Leif, je suis désolé de te poser cette questions, je sais que ça ne me regarde pas réellement ; mais... - il sentait exactement quel sujet allait venir -  j’aimerai savoir ce qui s’est passé avec Nicholas, selon ton point de vue.

Bonjour Leif, c’est sympa de se voir, je t’ai absolument pas invité par simple courtoisie. Comment vas-tu sinon depuis que ton ex a fait une crise après avoir passé la nuit avec toi ? Est-ce que je peux te proposer un petit apéro, genre une cuve entière de whisky histoire que tu sois un peu détendu pour aborder tranquillement ce genre de sujet ? Leif resta silencieux face à la demande d’Elias. Il cherchait un moyen d’échapper à la conversation, parce que les chances que ça tourne au vinaigre étaient plutôt hautes. Les mots de l’Alpha à l’élection lui traversèrent l’échine comme de glacials fantômes. Parler, c’était donner des armes qu’on pouvait faire retourner contre soi. Mais c’était pas le pire. Pour Leif, parler de sentiments étaient aussi difficile que de faire du monocycle en jonglant sur une corde placée au dessus d’un volcan. C’était même tout aussi périlleux. Il jeta un oeil désespéré vers Amanda mais elle était trop occupée avec ses enfants. Et Elias le savait très bien, sinon il ne l’aurait jamais coincé dans la cuisine.

- D’accord, finit-il par prononcer après un long soupir. Face à un Alpha qui avait besoin de renseignements sur un membre de sa meute, c’était délicat de refuser. Ça pourrait lui retomber - encore - dessus. De toutes façons, dans les deux cas ça allait lui retomber dessus. Prenons celui qui serait susceptible d’aider Nicholas.

[color:c231=#cadetblue]- Je vais me tenir aux faits. Mais je ne veux pas ton avis dessus. Car oui, désolé, mais ça ne te concerne pas vraiment.

Il parut peut-être plus ferme qu’il ne l’aurait voulu. Tiens-toi aux faits. C’est ce que lui disait sa mère quand elle lui demandait de lui rapporter une histoire et lui éviter de tourner autour du pot.

- On s’est donné rendez-vous la veille. On devait aller dans un restaurant un peu chic dans le territoire roux qu’on s’était promis de tester... Puis finalement on y est jamais allés parce que... on se marrait bien, on était de très bonne humeur, la soirée se passait très bien. Alors on a trainé dans le quartier puis...

Puis leurs mains se mêlaient de plus en plus. Puis ils avaient fini par s’embrasser. Le plus naturellement du monde. Ça avait été doux, tendre, instinctif.

-... puis il est venu chez moi. On a... passé la nuit ensembles...

Ses joues s’embrasèrent jusqu’à finir couleur tomate. Il n’arrivait pas à dire exactement ce qu’il c‘était passé, c’était bien trop gênant. Il n’aimait pas parler de sa sexualité. Celle-ci avait rapport aux sentiments et à la sensibilité, et ça ne devait ne concerner que lui. De toutes façons, il n’avait pas besoin de lui faire un dessin, non ? Il se doutait bien que la seule chose qui pouvait se mettre entre Nicholas et la nourriture, c’était d’avoir un incendie dans le caleçon.

-... et on a commandé des pizzas car c’était le seul truc ouvert tard.


Détail inutile de premier abord, mais tout le monde sait qu’un Nicky affamé est un Nicky mal famé.

- Le lendemain matin, je me suis levé pour faire le petit dej’. Il dormait encore. Après une soirée comme ça, évidemment que j’avais rassemblé tout mon quota annuel de bonne humeur en une matinée. Dès que je suis remonté lui ai servi la bouffe, il semblait.. pas très à l’aise... C’était embarrassant.

Il commença à jouer nerveusement avec ses doigts, grattant les cuticules de son pouce avec l’autre. Son regard porté vers ses mains, cela était devenu soudainement la chose la plus passionnante qui existait. L’oméga s’arrêta de parler quelques secondes.

- Enfin... Aucun de nous deux l’était vraiment... C’est... toujours... embarrassant ce genre de situation. Quand c’est pas clair depuis le départ. Mais comme je ne savais pas vraiment comment réagir... Par défaut je me disais que je devais mieux éviter de faire la gueule... Et j’ai essayé de lui proposer des choses qu’il aimait... Et... Enfin... Il était toujours maussade... Et...

Il se coupa. Il n’aimait pas repenser à tout cela, c’était comme un couteau de plus dans son coeur. C’était déjà dur de se rappeler de la joie d’avoir pu le toucher, le serrer dans ses bras, d’avoir pu avoir un moment heureux, et que tout avait disparu le lendemain. Tu prends une boite, tu mets tes émotions dedans. Et tu enchaînes la boite, tu la coules au fond de toi-même, parce que sinon ça va exploser, ça va encore créer des catastrophes.

- Il a crevé l’abcès en essayant de mettre les choses au clair. On est pas en couple, d’accord. Il veut aller petit à petit, d’accord. Mais je me disais... Est-ce que c’est vraiment bien qu’il revienne avec moi ? Vu son état, est-ce qu’il a vraiment besoin de devoir s’inquiéter de ça en plus ? Et depuis quelques mois... C’est juste... embarrassant comme situation entre nous deux...

Combien de fois avait-il dit «embarrassant» ? Cela faisait quelques minutes que es plats fumants qu’il devait porter étaient beaucoup plus intéressant que le visage d’Elias, pourtant agréable à regarder.

- Je me disais que c’était peut-être mieux pour lui qu’on arrête de se voir... Au moins quelques temps, pour qu’il se repose... Mais j’ai pas eu le temps de lui en parler, de voir si ce qu’il en pensait.

On sentait qu’il était quand même un peu amer à ce sujet. Amer et triste. Affligé même, parce que cette décision était très difficile, surtout à un moment où cet imbécile de brun lui avait redonné un peu d’espoir. Alors qu’il l’aimait plus que sa propre personne, il devait le laisser partir. Pourtant, il n’était pas sûr que c’était la bonne chose à faire. Nicholas ne devait pas sentir qu’il l’abandonnait, alors ils devaient en parler avant. Il ne devait pas faire deux fois la même erreur et le laisser seul, surtout dans cet état. Leif avait des scrupules parce qu’il avait très bien vu ce qu’avait déclenché le départ d’Edwina. Et il avait compris qu’il lui en voudrait toujours pour son silence radio de sept ans. Alors il ne pouvait pas faire une telle chose sans son avis.

- J’ai été maladroit, alors il a mal compris... Et il a claqué la porte. En me disant qu’il serait en couple avec personne.

Un silence. Il ne voulait pas développer, car il n’en avait pas la force, tout simplement. Elias devait avoir conscience d’à quel point il était difficile de discuter avec Nicholas. Un mot de travers faisait tout péter. Malheureusement, Leif avait un mot sur deux de travers. Il était loup, pas homme. Les loups communiquaient de manière brute. Ils ne réfléchissaient pas leurs mots, ils ne s’embêtaient pas de frioritures.

- Bref, les plats vont pas se porter tout seuls, dit-il finalement en empilant plusieurs plats sur ses bras, capacité qu’il avait gardé depuis qu’il avait été serveur lors d’un boulot d’été. Il déposa tout sur la table, puis alla chercher ses clopes pour aller fumer dans le jardin. Il essaya d’être loin des enfants, parce que Elias serait capables d’aller lui dire que les gosses allaient hériter de sa mauvaise habitude. Comme s’il avait eu besoin d’un fumeur dans sa famille pour commencer. Il avait juste eu besoin d’une mère à contrarier.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Juin - 14:51


Elias Hansen
Meute Brune

Elias Hansen


▹ MULTICOMPTES : Nicholas & Ivar & Sevastyan & Doffen ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 290 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/07/2016

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:


Demande de renseignements - Leif Empty

Il n’aimait pas faire ça, mais il n’avait pas réellement le choix de toute manière. Il devait comprendre pour réagir le mieux possible, alors bon ! C’était probablement un peu vache la façon de faire, mais est-ce qu’il avait réellement eu le choix ? On ne pouvait pas dire qu’il croisait souvent Leif surtout ces derniers temps où il avait l’impression que le roux restait en mode PLS d’après ce qu’il avait compris grâce à Amanda. Il ne pouvait pas dire au roux que tout se passerait bien, qu’il ne se mettrait pas en colère, par ce qu’avec Leif tout était toujours possible, même de simples précisions pouvaient vite virer au chaos, mais pour l’instant ce n’était franchement pas à l’ordre du jour.

- Je vais me tenir aux faits. Mais je ne veux pas ton avis dessus. Car oui, désolé, mais ça ne te concerne pas vraiment.

Elias leva un sourcil, mais au final acquiesça doucement. C’est vrai cela ne le concernait pas vraiment, mais suivant ce qui s’était passé, si Leif avait encore abusé et qu’il avait mis Nick dans cet état à cause d’un réel mauvais comportement… il tiquerait forcément un peu plus facilement.

- On s’est donné rendez-vous la veille. On devait aller dans un restaurant un peu chic dans le territoire roux qu’on s’était promis de tester... Puis finalement on y est jamais allés parce que... on se marrait bien, on était de très bonne humeur, la soirée se passait très bien. Alors on a trainé dans le quartier puis...

Nick de bonne humeur ces derniers temps ? Difficile de le croire, mais c’était probablement qu’il avait réussi à le faire croire au roux. Il donnait le change… et puis bon, on ne pouvait pas forcément dire que Leif était quelqu’un de très empathe, ce que ressentait Nicholas réellement il ne le verrait jamais. Il se retint de soupirer doucement déjà devant ça. La longueur dès le départ ne devait pas être la même, ça allait forcément merder. Bien sûr Tveit plaisantait, bien sûr il y avait des moments où ça allait mieux, où il devait être à peu près bien, mais dans la façon dont décrivait Leif, il y avait un truc gênant.

.. puis il est venu chez moi. On a... passé la nuit ensembles...

Il fit semblant de ne pas voir le rougissement du roux… parce qu’au final tout cela ne le regardait pas et il s’en fichait un peu, il préférait que le roux en vienne directement au fait.

-... et on a commandé des pizzas car c’était le seul truc ouvert tard. Le lendemain matin, je me suis levé pour faire le petit dej’. Il dormait encore. Après une soirée comme ça, évidemment que j’avais rassemblé tout mon quota annuel de bonne humeur en une matinée. Dès que je suis remonté lui ai servi la bouffe, il semblait.. pas très à l’aise... C’était embarrassant.

Un Nicholas de mauvais poil et un Leif de bonne humeur c’était…. Etrange. Mais intéressant. Le soir, Tveit s’était donc laissé allé et le lendemain matin n’était pas bien, et l’autre, la seule chose qu’il y avait à dire c’était « embarrassant », sans se poser visiblement plus de questions. Elias avait juste envie de soupirer, et pourtant, jusque-là le roux n’avait pas mal agi. Il avait juste été son boulet habituel, mais ça faisait partie de son caractère. Rien de bien nouveau.

- Enfin... Aucun de nous deux l’était vraiment... C’est... toujours... embarrassant ce genre de situation. Quand c’est pas clair depuis le départ. Mais comme je ne savais pas vraiment comment réagir... Par défaut je me disais que je devais mieux éviter de faire la gueule... Et j’ai essayé de lui proposer des choses qu’il aimait... Et... Enfin... Il était toujours maussade... Et... […]- Il a crevé l’abcès en essayant de mettre les choses au clair. On est pas en couple, d’accord. Il veut aller petit à petit, d’accord. Mais je me disais... Est-ce que c’est vraiment bien qu’il revienne avec moi ? Vu son état, est-ce qu’il a vraiment besoin de devoir s’inquiéter de ça en plus ? Et depuis quelques mois... C’est juste... embarrassant comme situation entre nous deux...

Il évitait de trop le regarder pour ne pas le mettre plus mal l’aise que ça. Se contenant de continuer à préparer les deux-trois dernières petites choses. Il inspira un bon coup ne voulant pas le couper, mais clairement, même s’il n’avait pas encore les informations réellement voulues, il comprenait le souci qu’il y avait entre les deux. Et il avait l’impression que le caractère égoïste de Leif avait refait un peu surface, ou alors qu’il ne se rendait pas compte de ce que vivait Nicholas…. Mais pourquoi Tveit n’avait pas été super clair ? Quand Nick, lui avait parlé, il avait eu une impression totalement différente de ce discours-là. La base restait la même, mais il semblait qu’ils ne se comprenaient pas. Néanmoins, il ne reprit pas encore la parole préférant que Leif termine tout ce qu’il avait à dire, c’était le principal pour l’instant.

- Je me disais que c’était peut-être mieux pour lui qu’on arrête de se voir... Au moins quelques temps, pour qu’il se repose... Mais j’ai pas eu le temps de lui en parler, de voir si ce qu’il en pensait. J’ai été maladroit, alors il a mal compris... Et il a claqué la porte. En me disant qu’il serait en couple avec personne. Bref, les plats vont pas se porter tout seuls.

Elias n’avait pas eu le temps de répondre que Leif était déjà parti, avait tout posé sur la table avant d’aller fumer dans le jardin. Il soupira longuement vérifia qu’Amanda et les enfants tout allait bien avant de sortir à son tour.

«Tu vois, Leif. Je n’ai pas du tout le même son de cloche quand j’en ai parlé avec lui. Mais on sait tous les deux que tu t’exprimes souvent mal et qu’en ce moment il est un peu… disons tendu. » Il se tut quelques instants, essayant de trouver les phrases les plus adaptées à la situation « Pour toi ce n’était pas clair, pour lui ça l’était. Ca l’était sincèrement. Le souci, Leif, je pense c’est que vous n’êtes pas sur la même longueur d’onde et que quand tu en parles, j’ai l’impression que tu ne comprends pas réellement ce qu’il vit, à quel point c’est dur pour lui… et qu’au moindre de ses faux sourire à ton encontre tu t’emballes. Mais tu as raison, votre Bref, les plats vont pas se porter tout seuls, relation, ne me regarde pas. Je te conseille simplement d’attendre encore quelques jours avant d’aller lui parler.» Temps de silence. « Mon souci, Leif, c’est de retrouver un membre de ma meute qui contrôle parfaitement son Loup, au point où il avait l’impression qu’il avait l’impression de pouvoir se transformer en public, tellement il était chamboulé. Mon problème, c’est l’état dans lequel je l’ai trouvé… S’il n’arrive plus à se contrôler, il pourrait devenir dangereux.» Il planta son regard dans celui de l’Oméga. «Ce n’est pas de ta faute tu as probablement été maladroit, comme d’habitude… mais ne lui en tiens pas rigueur, je pense qu’il s’en veut assez, je pense qu’il en souffre assez. » Il soupira doucement avant de rajouter « Ca ne me regarde pas, mais histoire que tu puisses bien comprendre les choses, et essayer d’agir en conséquence, je vais te dire ma façon de voir les choses. Ce n’est pas forcément la vérité attention. Je pense, Leif, que Nicholas t’aime réellement. Sincèrement… probablement moins que tu voudrais, probablement pas de la façon dont tu voudrais, mais ses sentiments sont probablement bien-là. Le souci, c’est qu’il y a toujours ce lien dont il ne peut pas de détacher, il y a ce lien qui le bouffe de l’intérieur. Il est indéfectible. Probablement qu’il se sent coupable de le trahir. C’est peut-être pour ça qu’il s’était bizarre ce matin-là. Peut-être par ce que quelque chose en lui, lui soufflait des choses pas très agréables. Je n’en sais rien tu t’en sais rien. Personne ne peut le savoir, les âmes sœurs, surtout dans de telles circonstances c’est juste incompréhensible.» Nouveau temps de silence, il essayait d’en dire assez pour que Leif comprenne, en extrayant certains des propos plus ou moins cohérents de Nick. « Alors, je me dis, imagine-toi, à sa place : tu as passé une bonne nuit avec la personne que tu aimes, mais quelque chose en toi, quelque chose tu détestes, te fais sentir mal, coupable. Quelque chose qui te tire vers le bas. Et là, la personne que tu aimes arrives joyeuses, et…. Est disant collante… accentuant ton malaise. Je ne dis pas que tu as mal fait, attention. Imagine, une petit part de to est heureuse, une autre s’en veut de te repousser, une autre encore a toujours ce sentiment du culpabilité envers Eliassen… et ça c’est juste la logique, il devait bien se passer encore beaucoup de choses, et là-dessus, tu as été maladroit. Tout simplement.» Il lui posa une main sur l’épaule. « Il a probablement explosé, ne pouvant plus supporter tout ça. Et s’est enfui. Je te laisse réfléchir à tout cela, je n’étais pas là, mais si tu as d’autres informations susceptibles de m’aider je suis preneur.» Disons des précisions sur ce qui s’était passé. La discussion. « Pour lui, il ne pourra être plus jamais heureux. Plus jamais en couple sans se sentir coupable, plus rien… dernière chose. Est-ce que tu as remarqué des changements disons d’humeur ou d’aura, lorsqu’il ferme les yeux et a l’air de se concentrer ?»
Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Juin - 0:00


Leif Helström
Meute Rousse

Leif Helström


▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 661 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : À plat, morose, sauf quand son rayon de soleil est à ses côtés

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.


Demande de renseignements - Leif Empty

Il lâcha une bouffée de sa clope. Ça allait mieux, c’était un peu comme s’il consumait ses soucis. Regarder la neige tomber l’apaisait. Sauf qu’Elias reparut dans le jardin, et lui fit un long discours qui remua le couteau dans la plaie. Longtemps.

- Je le sais, tout ce que tu me dis. Je sais tout ça depuis le début, souffla-t-il, tendu. Je sais qu’il m’aime : il a pas besoin de me le dire, je le sens

Qu’Elias arrête de le prendre pour un con, ce serait bien déjà. D’accord, c’est pas évident de le voir, il lui accorde ça. Il sentait les choses... Mais les exprimer ? Il n’y avait que la peinture qui semblait sortir correctement le fil de ses pensées, de ses émotions. Sauf qu’il en était jamais content et que personne n’arriverait à mettre également un mot à sa place dessus. Il se souvenait que parfois son père s’intéressait à ses dessins d’enfant, lui demandait ce qu’il avait voulu dire. Plus tard Leif avait compris que c’était un exercice destiné à lui apprendre la subtilité du langage, histoire de tenter de pallier à son retard. Mais son géniteur n’avait jamais obtenu de réponse très philosophique quand il lui demandé ce qu’il avait dessiné. Il avait juste des choses aussi évidentes que «c’est la maison», une grande baraque avec des milliers de fenêtres. «C’est maman et toi», avec une maman énorme et un papa tout petit. «C’est Amanda et Viktor qui jouent avec moi», deux silhouettes mi-humaines mi-canine, et une loup. 

- Sauf que je sais pas comment m’y prendre. Ça fait déjà un gros bout de temps qu’une discussion avec Nicholas est compliquée... Il a tendance à se braquer sur des trucs qui me semblent complètement hasardeux. J’ai l’impression que je pourrais dire un truc du genre «Oh il pleut» et déclencher quelque chose. 

Un court soupir. Ses yeux verts tremblaient, et allèrent vers une nouvelle fois vers ses mains qui se nouaient et se dénouaient entre elles.

- Je ne suis pas doué pour communiquer avec les mots... Alors que pour lui ils sont importants. Si je suis de mauvais poil, il me reproche de pas faire d’efforts au lieu de me demander si ça va pas, si je suis de bonne humeur il trouvera que ça cache quelque chose. Quand tu lui demandes si ça va pas, tout va bien dans le meilleur des mondes, et si tu insistes, tu es lourd. Si tu fais pas bien quelque chose, il ne te le dis pas clairement.   C’est sa nature de fuir le conflit. Je reconnais que je fais de même, donc ça complique les choses. 

Puis il était encore plus têtu que lui quand il s’y mettait. Il campait sur ses positions quand il avait décidé quelque chose, et comme il était pareil, il pouvait effectivement se disputer pour des trucs débiles. Pourtant Leif ne se voyait pas avec un homme qui ne lui tiendrait pas tête un minimum. Parce qu’il fallait lui donner des limites. Nicholas savait le faire. C’est pourquoi ça l’énervait quand il faisait «oui oui» pour lui dire trois mois après que c’était pas ce qu’il voulait. Soudain, il était agacé. Il essaya de mettre ce genre de sentiments de côtés. Ça ne servait à rien de verser soudainement tout son sel sur ce pauvre Nick. Il n’était pas parfait. Il avait des qualités merveilleuses, mais comme tout le monde, il était pénible. 

- C’est pas pour lui reprocher des choses ou me plaindre. C’est ce qu’il est, je l’ai accepté comme ça. C’est juste que... Je sais plus comment m’y prendre. Quand il me ment en disant «tout va bien»... Si je mets les pieds dans le plat il y a un gros risque qu’il se sente encore plus mal. Alors je fais comme si de rien n’était, parce que je ne sais pas quoi faire d’autre.

L’impuissance était un sentiment frustrant. Il avait une nature un peu hargneuse dans le fond, le genre de fierté mal placée qui lui disait que tant qu’il avait pas tout essayé, il n’avait pas le droit de baisser les bras. Il lui avait promis qu’il ne l’abandonnerais pas, alors il se tenait à cette décision. Pourtant... Peut-être qu’il devait se résoudre à l’abandonner.

- Je sais pas trouver les mots qui le rassurent. Je sais juste plus quoi faire pour essayer de le soutenir. A part... disparaître de sa vie. Encore une fois.

Peut-être auraient-ils dû le laisser crever comme une merde au jugement. Au final, peut-être que Nicholas l’aurait mieux supporté que prévu. Mort à cause de ses propres faute, à cause d’un procès juste et équitable. Nicholas l’aurait haï. Et ça aurait été mieux. Il expira une dernière bouffée et écrasa agressivement son mégot dans un cendrier portable.

- Avec lui, j’ai l’impression d’être un putain de cactus face à un ballon de baudruche. 

Il avait l’impression d’être condamné à lui faire mal. Parce qu’il était trop brut, parce qu’il n’arrivait pas à communiquer avec lui. Les émotions... Ce n’est pas qu’il les comprend pas... C’est juste que c’est trop fort, trop intense. Dangereux. L’amour passionné fait rêver. Mais en réalité, il fait souffrir. Il aimait Nicholas plus que tout, mais quand il s’agissait de lui dire... Il ne savait pas comment s’y prendre. Comme il n’arrivait pas à parler, il essayait de le toucher. Et ça lui faisait encore plus mal. Car il n’avait pas l’impression que Nick comprenait l’intention derrière ses gestes. Ou alors, il la comprenait que trop bien, et la moindre notion de bonheur piquait sa culpabilité envers Dante. Il essaya de répondre à la question de l’Alpha. Le plus calmement possible.

- Il ferme les yeux. Il se focalise sur un autre truc. Je pense que ça l’aide à se calmer. Ça va mieux. Mais c’est court. Le problème c’est que je sais pas quoi faire de plus. J’ai peur de le déconcentrer et que ce soit pire après... Je ferme mon aura quand il... commence. Sinon c’est... trop

Quand Nicholas commençait à criser, il sentait toutes ses protections mentales s’enclencher, tous ses verrous se fermer. Devoir gérer trop d’émotivité d’un coup, c’était dangereux. Il n’avait pas pu revenir lors de la mort de Fredrick, il n’avait pas pu arrêter sa mutation alors que sa bêta avait remué un souvenir douloureux, quand ses Deltas se disputaient il avait juste envie de les bouffer, de leur grogner dessus pour qu’elles se taisent. Alors il ne pouvait pas se permettre de ressentir la douleur de Nicholas. Déjà qu’il se sentait coupable, affreusement coupable, et que ce sentiment était trop dur à porter. Le voir souffrir et se sentir impuissant, perdu, et surtout coupable étaient déjà trop difficile. C’est ta faute. C’est ce que le monde semblait lui hurler. Sa gorge se serra. Il prit une autre cigarette dans son étui et l’alluma d’un coup de zippo. 

- Je peux rien te dire de plus Elias. C’est trop flou. Je ne sais même plus ce que je lui ai dit exactement. Je voulais lui demander s’il voulait vraiment être à nouveau en couple un jour... Pas tout de suite. Enfin c’est ce que je voulais dire... Parce qu’il m’a demandé d’y aller petit à petit.  Je crois. Mais ça sert à rien d’y aller petit à petit si on est déjà pas heureux ensembles. J’ai mauvais caractère et j’ai toujours pensé que j‘étais pas fait pour les relations amoureuses. Mais j’ai également l’impression que je reflète trop ce qu’il... ne peut pas avoir.

Il ne développa pas. C’était pas avec Elias qu’il devait en parler, mais avec Nicholas. Ils avaient des choses à se dire, c’était sûr. Il voulait lui dire qu’il ne lui en voulait pas. Il l’avait choisi alors qu’il aimait également Dante. Comment lui faire comprendre que l’amour ne se divise pas, il se multiplie ? Pourquoi devait-il choisir ? Est-ce que si Dante l’aimait, ne serait-il pas simplement heureux de le voir heureux ?

Leif devait juste trouver comment lui parler. Les mots... c’était pas son truc.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Juil - 18:31


Elias Hansen
Meute Brune

Elias Hansen


▹ MULTICOMPTES : Nicholas & Ivar & Sevastyan & Doffen ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 290 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/07/2016

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:


Demande de renseignements - Leif Empty

Et le pire c'est que ce grand couillon semblait déjà tout savoir. Alors pourquoi toujours réagir comme le dernier des idiots vis à vis de Nicholas ? Il y a quelque chose qu'il ne comprenait pas bien !  Le souci, au final, c'est que le roux ne s'exprimait pas assez et tout semblait toujours être, au final un genre de  malentendu. Mais tout le monde n'était pas franchement égal pour cela, Tveit avait néanmoins besoin de ce genre d'explications. Se dire au final que sa relation, avec Fredrick avait mieux marché que celle avec Leif, même si l'à présent décédé était plus odieux mais franc en disait long. Nicholas savait à quoi s'attendre. Ou alors peut-être qu'il se faisait des idées, souvent le comportement du soumis n'était pas forcément des plus logiques pour lui. Comme s'il vivait dans un monde un peu à part.... Et c'était également le cas pour le roux. Si bien qu'ils avaient au final quelques planètes d'écarts tous les deux . Elias soupira doucement, se passant une main dans les cheveux.

 « Il y a, je pense, également plusieurs à prendre en compte Leif. Je suis d'accord avec toi, sur le fait qu'on marche toujours sur une corde sensible avec Nicholas et que, probablement pour l'instant,il n'y a probablement qu'avec Asya, moi ou les enfants qu'il a l'air un peu plus détendu. Et encore.» Il se tut quelques instants.  « Outre le problème de Dante, tu as également, si je ne me trompe pas on va dire trahir sa confiance plusieurs fois. Alors forcément dès que tu parles, il ne sait plus s'il doit te croire ou pas, même si tu es plein de bonnes intentions, même si pour toi tu fais des efforts. C'est la nature de Nicholas. C'est sa dernière barrière de protection.» Temps de silence.  « Je vais prendre plusieurs de ses relations : Graham et  Fredrick. Alors, forcément, ça sera erroné en partie vu qu'il n'y avait pas son âme sœur à prendre en compte  mais.... regarde, on ne pouvait pas dire que les deux autres étaient franchement tendre avec lui ; mais il tenait sincèrement à eux par ce qu'il savait à quoi s'attendre ; Notamment de la franchise, avec Goy, probablement avec plus ou moins de diplomatie.»

Nouveau temps de silence, il essayait de trouver les mots les plus justes pour ne pas blesser Leif, mais pour répondre au mieux à cette question, qu'il n'y avait pas vraiment.  Cette fois il n'était pas en colère, et il pouvait réellement comprendre les questionnements du roux. Lui aussi en avait pas mal pour le membre de sa meute, mais d'une toute autre nature. Le souci c'est qu'ils n'étaient pas dans la tête de Nicholas et que sans Raphaël ou même Edwina, c'était beaucoup plus difficile d'essayer des choses. Leif était maladroit ; lui n'était pas très proche du brun... les deux autres âmes-sœurs.

 « Et entre vous, il y a eu beaucoup de non dit, et il se doute que tu essayes en plus de le ménager, alors forcément il doute encore plus. Et c'est un cercle vicieux, aussi bien pour que pour lui. Et là, malheureusement tu n'y peux rien, et lui non plus. Il n'y a pas de réel coupable. La seule chose que je puisse te conseiller, sans être certain que ce soit un réel bon conseil, c'est de montrer que malgré ses sautes d'humeur tu es toujours, comme ami. Et que tu le seras toujours.  Je ne sais pas si les choses peuvent s'améliorer pour lui. Et n'attend rien en retour, Leif.»


Il n'avait pas envie de mentir ou de pronostiquer qui que ce soit. Il – personne- ne pouvait dire si ça irait un jour mieux pour Nick, il s'il finirait fou, ou même s'il finirait comme sa mère. Alors la seule chose dont il était à peu près certain c'est que l'autre avait besoin de se sentir soutenu, même s'il disait aller bien... Et enfin ils en étaient venus, à ce qui intéressait le plus l'Alpha, le genre d'informations dont il avait besoin pour voir s'il devait prendre des mesures ou pas. Il grimaça donc un peu à la réponse du roux. Ils avaient donc le même sentiment. Il était réellement ennuyé. Il avait le même sentiment, mais la question restait la même : pour quoi devait il se concentrer ? Comment arrivait-il à se calmer ?

 « D'accord ce n'est pas grave. J'ai juste peur qu'il finisse par perdre totalement les pédales. Et on sait, toi comme moi que c'est possible. Et ce que ça signifie.»

Qu'il pourrait être réellement dangereux, même si ce n'est pas dans sa nature. Que la folie pourrait à un moment le faire vriller totalement, le faire devenir incontrôlable. Il était certain qu'on pouvait l'aider d'une certaine manière, mais pour cela, il fallait le comprendre un minimum. Ce n'était pas une information secrète ce qu'il disait là. Tout le monde savait le danger que représentaient les loups fous, hors de contrôles.

 « Enfin, merci de ton point de vue, j'espère que cela pourra m'aider à trouver une bonne solution.»

Pas besoin de lui dire de ne pas en parler, à quoi que ce soit. Il n'y avait trop rien de secret dans ce qu'il disait, mais il n'avait pas envie que Nicholas se sente  encore plus mal, s'il apprenait certaines des choses dites par l'un et par l'autre. Il savait que sur ce point, il pouvait compter sur le roux. Il ne ferait rien, même en colère, contre le Soumis. Bien sûr qu'il n'irait pas crier sur tous les toits que son Alpha avait peur qu'il pète un plomb, néanmoins, il appuya de façon un peu plus intense son regard sur le roux, que ce dernier comprenne bien ce sous-entendu. 

 « Quand tu auras fini ta clope, on pourra rentrer manger. Et, si jamais quelque chose te revient, tiens moi informé. Même au milieu de la nuit, par texto. Je m'en fouts.» temps de silence. Hésitation.  « Je suis désolé pour toi... que... que ce soit aussi compliqué avec lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Nov - 20:14


Leif Helström
Meute Rousse

Leif Helström


▹ MULTICOMPTES : Gabriel / Amelia ▹ PSEUDO : L.R. ▹ EMPREINTES : 661 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 22/05/2016 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Dans ton ombre ▹ HUMEUR : À plat, morose, sauf quand son rayon de soleil est à ses côtés

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: Du chocolat, une photo de famille, un carnet de croquis, du matériel de dessin, ma haine du monde.


Demande de renseignements - Leif Empty

Il n’aimait pas cette conversation. Elle explicitait tous les problèmes auxquels il avait réfléchit sans trouver une solution, et Elias semblait ne rien avoir en stock de mieux que lui. L’Alpha avança une théorie, mais celle-ci le fit grincer des dents.

- Laisse-moi rire, Fredrick n’a jamais été vraiment franc avec lui. Il y a beaucoup de choses que Nicholas ne sait pas à son sujet... Il avait zéro diplomatie, il était complètement odieux, tout comme Graham qui en avait limite fait son personnel de ménage. Je commence à penser que Nicholas n’a tellement pas l’habitude du respect et de la bienveillance que quand on lui en donne, il doute de la sincérité de ces attentions. Voire qu’il a tellement pas l’habitude de devoir penser pour lui-même que quand on lui donne cette liberté, il panique. Je veux bien que ce soit un soumis, mais y’a des limites.

Après tout, ça se tenait. C’était peut-être pour ça qu’il préférait les dominants. C’était naturel pour eux de lui donner des directives, et pour Nicholas, c’était beaucoup plus simple de faire le gentil petit soldat et d’obéir sans broncher. Comme ça, les autres étaient contents de lui, de son côté investi et appliqué, et ça lui faisait plaisir, ça le faisait se sentir  à sa place dans la meute. Il n’arrivait pas à croire que seul l’instinct pouvait le pousser à préférer les gens qui l’écrasent. Leif avait parfois l’impression d’être face à quelqu’un qui avait connu que la servitude au point qu’il n’envisageait jamais de s’en défaire.

- Oui, je suis parti Elias, je l’ai laissé tomber durant des années. Parce que je suis aussi idiot que toi, que ma soeur, que mon père : je courre après la même personne depuis des années sans avoir la force de laisser tomber, malgré ses refus. Malgré le fait que j’ai toujours senti qu’il n’était pas pour moi, je savais c’était inéluctable, je l’aimerais bien trop si j’étais à ses côtés. Et j’en souffrirais, et je le ferais souffrir. Tu comprends qu’avec une âme-soeur, c’était encore plus compliqué. Est-ce Dante aurait apprécié un seul de mes regards sur lui ? J’en doute. C’est délicat de revenir comme une fleur après des années. Il ne me reproche de ne pas avoir été là à la mort de Graham, mais je me voyais mal revenir comme... ça, comme si rien ne s’était passé. Et c’est sûrement la même raison pour laquelle il n’est pas revenu vers moi à la mort de mes parents.

Mais ce genre de détail, il n’avait jamais le courage de lui renvoyer quand il le lui reprochait. Parce qu’il trouvait ça mesquin. Quel intérêt ? Ça ne changeait rien à ce qui s’était passé. Et comme pour filer avec un écho de ses pensées, il embraya :

- Je ne sais jamais à quel point je peux être sincère avec lui, car je ne sais pas à quel point la vérité peut le blesser. Je ne peux pas tout lui dire, car je ne sais jamais comment il va réagir après.

Et évidemment, il ne pouvait pas lui dire qu’il avait prévu un programme trahison-suicide pour sauver les fesses de sa famille. Il n’était même pas arrivé à expliciter que même s’il avait pris sa décision le soir même, il avait toujours vu sa vie comme valant bien peu. Quelque chose de tout à fait sacrifiable. Il n’y avait rien de noble, c’était très égoïste. Le problème est que Nicholas était sur ce sujet comme un reflet insupportable.

- Je peux essayer de me comporter comme un ami, mais ça va forcément être tendu. Je vais forcément me trahir un moment donné. Personne ne peut cacher indéfiniment ses véritables sentiments.

Il eu un regard peut-être un peu insistant envers Elias, espérant que celui-ci capterait le sous-entendu à son égard. Dans son cas, il savait forcément qu’un moment, un simple geste, un simple regard un peu trop tendre pourrait mettre très mal à l’aise Nicholas.

- Et ça changera pas grand-chose dans le fond. Nous resterons les mêmes avec les mêmes défauts qui nous insupportent et les mêmes problèmes de communication. Si je ne peux... Enfin si je n’arrive pas à trouver un moyen d’échanger calmement avec lui... Rien ne changera.

Les gens divisaient trop l’amour et l’amitié, alors que toute relation humaine avait la même souche. Même s’ils changeait de forme de relation sans que ce soit trop embarrassant et étrange, il y avait du mal de fait, il y avait encore des non-dits, des peurs, des angoisses, des envies contradictoires, et leurs sentiments, leurs putain de sentiments trop forts, trop indomptables.

Elias lui fit part de ses inquiétudes quant à gérer Nicholas. Que ferait-il si ce dernier n’arrivait pas à se contrôler ? L’achever, sûrement. C’était comme ça qu’on faisait, surtout quand on considérait que c’était un cas «grave», dangereux au moins pour l’anonymat de leur peuple. Lui-même aurait peut-être finit sa vie prématurément sans Amanda, et surtout la patience de ses parents. Il avait quand même fini par être «enfermé» pendant 15 ans parce qu’il avait toujours du mal à se contenir face à une forte émotion. Même au lycée, ça avait été compliqué, surtout quand les premiers émois adolescents avaient débarqués. Et encore, si son père n’avait pas insisté, il n’aurait peut-être jamais fréquenté un établissement scolaire avant les études supérieures.

- Si ça s’aggrave, tu peux essayer de le mettre sous la tutelle d’Edwina, suggéra-t-il avec un ton qui affirmait qu’il devrait lui passer sur le corps avant de toucher à un seul cheveu de Nick. Amanda  parlait de la même façon quand elle avait décidé quelque chose et qu’elle ne changerait pas d’avis. Vu que sa cousine avait décidé de ramasser et de s’occuper de tous les cas qu’elle croisait, qu’elle le prenne dans sa meute. Et si Edwina n’en veut pas, rien à foutre qu’elle soit Alpha, il viendrait lui botter le cul. Qu’elle prenne ses responsabilités, Nicholas a été en chute libre à partir de son départ, et il n’y avait eu que Asya et lui-même pour éponger à peu près les dégâts. Il avait fait comme il avait pu, il trainait sûrement déjà beaucoup trop de casseroles pour faire mieux.

Il tira encore sur sa cigarette, un peu apathique face aux remerciements d’Elias qu’il se mettait dans le fion en toute honnêteté. Parce que vu sa manière de réfléchir, Leif doutait qu’il fasse quoi que ce soit de miraculeux pour Nicholas. Car ce qu’il lui arrivait était regrettable, mais il n’était pas une priorité pour les Bruns. De plus il n’avait sûrement rien appris de très utile. Un énième malentendu, une énième fois les énièmes mêmes problèmes. Il ne savait pas s’il se sentait frustré, triste, coupable, désespéré face à son impuissance, en colère contre lui-même, vindicatif contre Elias voire le monde entier, ou tout ça à la fois. L’Alpha lui signifia qu’ils devraient rentrer, il est vrai qu’on devait les attendre pour le repas. Il n’avait pas vraiment faim, il avait les entrailles trop serrées pour cela. Il acquiesça alors que le Brun lui demandait qu’il le tienne au courant. Il se questionna de quoi exactement. Il n’était pas assez con pour aller voir Nicholas directement, et cela l’étonnerait qu’il vienne le voir de lui-même.

- Je suis désolé pour toi... que... que ce soit aussi compliqué avec lui.
- Compliqué... ? Rebondit immédiatement l’Oméga, un peu amer. Soit honnête Elias. Plus le temps passe, plus c’est catastrophique. Au final j’ai l’impression que je n’ai jamais réussi à... construire un vrai lien avec lui. Je reconnais ne pas être vraiment doué pour... communiquer, mais avec Nicholas... Comme il ne veut jamais dire ce qui va pas, comme  il ne veut jamais expliquer ce qu’il veut... Ou même est-ce qu’il sait seulement ce qu’il veut  ? Je peux pas savoir ses envies, ses besoins. Et inversement, j’ai peur de me confier à lui... J’ai l’impression que je ne peux pas parler d’une mauvaise journée, alors des choses plus graves encore moins. C’est comme se plaindre à quelqu’un d’avoir reçu une goutte alors qu’il était trempé.


Il avait l’impression qu’il n’avait pas le droit une seule seconde d’être vulnérable. Il avait déjà du mal avec l’expression de ses émotions, il avait l’impression qu’elles n’étaient qu’une faiblesse, parce qu’elles étaient trop fortes, trop passionnées. Nicholas semblait parfois lui demander d’être fort pour deux. Il ne l’était pas déjà assez pour lui-même. Il avait essayé de faire comme Amanda, qui gardait toujours le sourire et restait avenante même accablée par le poids sur ses épaules. De soutenir Nicholas du mieux qu’il pouvait. Mais ça avait été, apparement, pisser dans un violon. Il avait l’impression de faire beaucoup, mais sans que ce ne soit jamais assez. Il n’était jamais assez bien.

- J’avais l’impression de faire ce qu’il fallait avec ce que je pouvais. J’ai continué d’essayer de... créer quelque chose. Je lui ai un peu pardonné qu’il ne puisse pas vraiment me soutenir, mais le plus difficile c’est qu’il ne m’a jamais adressé... un mot positif à mon égard.


Et qu’également il se plaignait de lui dans son dos sans venir lui parler directement du problème, mais Leif ne voulait pas se risquer sur ce terrain qui était trop glissant. Ce n’était peut-être pas l’intention de Nicholas, mais il avait fini par le prendre comme ça. C’était un peu mérité, mais... C’était pas agréable de l’apprendre par un détour.

- J’aimerais quand même te dire que... c’est un peu blessant qu’on se permette de juger notre relation à ce qu’elle... semble être.

Leif faisait référence à ce que l’Alpha lui avait dit lors de l’élection. «Un peu blessant» était  une litote, car cela avait broyé son esprit depuis. Comme un coup de fouet, comme une flagellation continue qui entretenait sa propre haine de lui-même. Il avait eu l’impression d’avoir fait ce qu’il fallait pour aider Nick, et qu’au final, ses efforts n’avaient qu’empirer les choses. Il se disait qu’il avait surtout fait ce qu’il avait pu, avec son esprit brisé et incomplet, coincé entre l’animal qu’il est et l’homme qu’on attendait qu’il soit.

- Je n’ai pas été toujours correct avec Nicholas, mais c’est pas parce qu’il est gentil qu’il est parfait non plus. D’autant plus de ta part Elias, parce que je me suis jamais permis de m’immiscer entre toi et Amanda... Enfin... Je sais que c’est différent parce que ça te concerne d’une autre façon mais... Il va peut-être falloir que vous discutiez sérieusement un jour du futur de votre relation si tu ne veux pas continuer à la faire souffrir.

Il n’avait pas besoin d’en dire plus, même si c’était fait de manière très maladroite. Enfin, ça se voyait dans leur regard que leurs sentiments étaient encore là. Malgré la rancune d’Amanda, il restait son grand amour, le père de ses enfants, celui qu’elle aurait aimé épousé sous la lune à la place d’Heinrick. Le problème, c’est qu’avec Solskinn mort, Elias avait une excuse en moins. Leif avait beaucoup à redire sur leur situation, mais il était trop fatigué pour tenter de fâcher Elias. Il jugeait notamment que leurs enfants devaient connaître la meute rousse car sinon cela biaiserait leur choix plus tard. De plus sa soeur s’était très bien comportée, malgré les jours où elle avait envie de pratiquer le lancer de hache sur le portait d’Elias pour calmer ses sentiments contraires qu’elle ne gérait absolument pas. Au moins ils étaient raccords désormais : ils souffraient d’aimer des imbéciles de Bruns. Leif songeait surtout que retirer ses enfants à sa soeur avait été très politique. Amanda était une mère merveilleuse parce qu’elle savait ce qu’était d’avoir une mère indigne. Elle savait très bien ce qu’il ne fallait pas faire, sans pourtant en devenir laxiste. Enfin, tout ce qui concernait l’éducation de ses neveux était surtout l’affaire de leurs parents, mais il craignait le jour où Amanda poserait ses ovaires sur la table pour lui exprimer le fond de sa pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Nov - 22:12


Elias Hansen
Meute Brune

Elias Hansen


▹ MULTICOMPTES : Nicholas & Ivar & Sevastyan & Doffen ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 290 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 30/07/2016

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:


Demande de renseignements - Leif Empty

Il haussa un sourcil un peu septique à ce qu’il dit sur Fredrick, pas franchement certain que le roux ait raison même s’il devait beaucoup mieux le connaître que lui. Néanmoins ça emmenait un point essentiel que Leif ne semblait pas vraiment avec Nicholas. Lui-même avec toujours eu beaucoup de mal à se faire ça ce genre de chose, de raisonnement mais c’était dans la hiérarchie. C’était ainsi, même si ça n’était pas dans leur caractère à tous les deux, ça l’était pour d’autres. Elias se passa une main dans les cheveux en soupirant ; avec Nicholas, il y avait vraiment de quoi se faire des cheveux blancs.

«Oui, c’était peut-être un personnage peu fréquentable, Fredrick, mais tu ne pourras pas lui enlever qu’il devait réellement aimer Nicholas… à sa façon certes, mais c’était quand même des sentiments. N’oublie pas quel était son devoir en tant qu’Alpha, Leif. N’oublie pas qu’il n’aurait jamais dû officialiser cette relation. Et il l’a fait. Il a aidé Nicholas à la mort de son frère, alors certes, pas de la façon dont tu aurais pu le faire, ou que j’aurais pu le faire à sa place… mais il y avait réellement quelque chose entre eux. » Temps de silence avant qu’il reprenne «Quant à Graham, il l’a quand même élevé en grande parti à la mort de leur père. Alors oui, bien sûr, peut-être qu’il ne se comportait pas toujours bien envers Nicholas, peut-être qu’il abusait de sa gentillesse, comme beaucoup. Comme tu as déjà dû le faire, plus d’une fois, non ? Le tester, voir ses limites, se dire que de toute façon il dira oui à tout, qu’il te pardonnera, par ce qu’il est comme ça.» Nouveau temps de silence. « N’oublie pas non plus qu’il est soumis…. Très soumis. Tu n’as pas e même raisonnement, le même rapport l’autorité. Il en a besoin, Leif ; réellement besoin. C’est vital pour lui, pour son bien être, de se sentir entouré, protégé, par quelqu’un de très dominant, comme pouvait l’être Fredrick… même si cela avait quelque désavantage. Son but c’est de rendre les autres heureux, ça a toujours été comme ça, de faire passer le bien des autres avant le sien, personne ne pourra changer ça, et je ne comprends pas non plus vraiment son fonctionnement à ce niveau-là. Et… je crois qu’il doute de ta bienveillance Leif, pas forcément celle des autres, par ce que tu l’as blessé plus que n’importe qui d’autres, ou par ce qu’il t’aime mais qu’il ne sait pas réagir face à quelqu’un comme toi, face à quelqu’un à qui il peut tenir réellement tête… mais ce n’est qu’une théorie là-encore. On est dans sa tête, répondre avec exactitude est assez compliqué.»

Ils étaient au moins d’accord sur ce point-là, comprendre certaines façons d’agir de Nicholas était impossible, même si Elias trouvait qu’il ne s’en sortait pas trop trop mal jusque-là. Rien d’exceptionnel, mais il était toujours en vie et n’avait rien commis de stupide. Est-ce qu’il rougit lorqu’il parla d’Amanda ? Non… peut-être juste un peu ? est-ce qu’il se renfrogna ? Probablement, par ce qu’il avait touché un point sensible : il aurait pu relever la pseudo-insulte, mais il s’en fichait, par ce que Leif avait raison, il savait qu’il était stupide, il savait qu’il l’aimait toujours, mais tout était si compliqué.

« Je suis pas certain que Dante aimait grand-chose de toute façon, mais on ne saura jamais ce qui aurait pu se passer, si l’un aurait pu transformer l’autre.» souffla—il doucement. « Leif, ne compare pas deux situations qui ne sont pas comparable» dit-il encore plus doucement, il ne voulait pas blesser le roux ou minimiser la douleur. «Tu as toujours tes frères et tes sœurs, ta maison, même après leur disparation. Tu avais ta famille. Nicholas s’est retrouvé … sans rien, si ce n’est sa mère apathique, il a perdu leur maison, le chenil et après il y a eu Dante. Si Raphaël, n’avait pas été là, s’ils n’avaient pas découvert leur lien… Nick n’aurait même plus de maison. Plus de famille. Vous avez des responsabilités différentes. Des passés différents, ainsi que des rapports à l’autorité à la famille différent. Toi. Tu as encore toute ta tête.» Encore un temps de silence, puis un soupir. «Je ne sais pas quoi te répondre pour la sincérité, je te dirais de l’être en faisant attention aux mots que tu choisis, mais… je ne suis pas certain que ce soit réellement la bonne solution.»

Le nouveau sous-entendu de Leif sur ses sentiments le fit toussoter. Est-ce qu’il devait vraiment commenter cela ? non ? Ouais, non. Faire comme si on a rien entendu était bien mieux. Il était quelqu’un de civilisé, même s’il l’aimait toujours, Amanda, i ne pouvait pas se permettre cela, ce genre de choses… et il continua de le laisser parler, probablement par ce qu’il en avait besoin… enfin jusqu’au moment où il parla de le mettre sous la tutelle d’Edwina. Il le regarda totalement perplexe.

« Le mettre sous la tutuelle de quelqu’un qui a une âme-sœur. Oh non. Ca l’achèverait. Il ne le supporterait pas. Je… Même si Edwina peut l’apaiser, elle ne peut pas user en permanence de ce don, et … sentir son odeur, lui rappellerait trop ce qu’il a perdu. Je ne suis même pas certain qu’il puisse supporter pendant trop longtemps d’avoir les deux dans une même pièce que lui… même s’il tient à eux.»

Bien sûr qu’il y avait pensé, fortement même, mais ce n’était pas une bonne idée. Il n’y avait aucune bonne solution dans son cas, à part l’entourer en priant Fenrir qu’un jour il aille mieux. Il n’y avait qu’à espérer qu’il ne fasse rien de fâcheux qui l’oblige à faire quelque chose dont il n’avait pas envie. En attendant, ils devaient à présent rentrer. Pour l’instant ils ne pouvaient rien pour Nicholas. Il avait bien une idée, mais elle n’était pas bonne, pas saine. Il avait quand même essayé de se montrer un peu empathique envers Leif mais le regretta presque immédiatement vu la réponse de l’Oméga. Il ne savait pas quoi répondre c’était un peu injuste envers Nicholas, mais aussi envers le roux. Il lui jeta un simple regard désolé qui signifiait « désolé mais je peux rien pour toi là ».

« A ce qu’elle semble être, Leif ? J’ai eu un peu plus que du semblant. J’en sais probablement beaucoup plus que tu ne le penses. Et je peux te dire, que des mots positifs, à ton égard, il en a eu. Peut-être pas devant toi, par ce que, comme tu l’as dis, ses relations passées ne l’ont pas forcément aider à agir comme ça.»

Lorsque Leif dit qu’il ne s’était jamais immiscé entre lui et Amanda, il eut un vague sourire amer.

«Rappelle-moi, outre le fait qu’elle parlait trop à un moment, qui a été le déclencheur final de la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, Leif ? Rappelle-moi, pourquoi j’ai dû agir ainsi ? »

Ce n’était pas de la haine, ou même pour le blesser, c’était juste pour lui rappeler certaines décisions étaient à cause de ce que le roux avait fait.

« Et il n’y a rien de dire de plus Leif. Sur la relation que j’ai avec ta sœur.» Il soupira avant de le regarder dans les yeux. « Tu sais pertinemment mes sentiments envers-elle, tes sous-entendus le montrent, mais je ne dois pas agir que pour moi, mais pour la meute toute entière. Et même si le Roi a changé, je ne suis pas encore certain de pouvoir agir comme tel, pas avec tout ce qui s’est passé… Je dois maintenant l’harmonie dans la meute et en me remettant avec elle, ça risquerait de créer des discordes. Mes sentiments – ou les siens-, les sentiments de deux personnes, ne comptent pas par rapport au bien être de dizaines et dizaines de personnes. C’est aussi ça avoir le pouvoir, réfléchir aux conséquences de ses actes, savoir où sont nos limites.»

Et c’est bien pour cela aussi, qu’il ne s’était pas présenté comme Roi. Il aurait probablement pu gagner, mais ça n’aurait été bon que pour les Bruns. Il était bien trop brun, il avait une façon de pensée bien trop pour cette meute, pour arriver à être un bon Roi. Et toutes les meutes avaient besoin de quelqu’un de neutre qui saurait les écouter. Raphaël était donc le candidat idéal.


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





Demande de renseignements - Leif Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Demande de renseignements - Leif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Sud :: Résidences-
Sauter vers: