Quand la lumière rencontre le monde de la nuit - Raphaël
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS

- Mariage du Roi, juste ici.
- Deuxième partie du Mariage, juste ici.
- Fête nationale norvégienne, juste ici.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Chasseur, rival, ex-ami ◊ ici.
- Meilleur ami, beau-frère ◊ ici.
- Augure de la meute argent ◊ ici.
- Alpha de clan brun ◊ ici.
- Chercheuse sur un projet secret ◊ ici.
- Soeur jumelle ◊ ici.
- Bêta noir ◊ ici.
- Apprenti chasseur ◊ ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Quand la lumière rencontre le monde de la nuit - Raphaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dim 4 Juin - 17:00


Brynhild K. Odegard
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Sigvard ▹ PSEUDO : Ana-As ▹ EMPREINTES : 112 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 31/05/2017 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Perdue sous une montagne de feuilles ou le museau dans la neige, un amas de louveteau sur elle ▹ HUMEUR : Joyeuse, probablement en train d'éclater de rire pour l'une de ses nombreuses conneries du jour

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Lieu et date du rp : Dance on the Moonlight, fin mai
Protagonistes: Raphaël Tveit & Brynhild K. Odegard
Résumé du rp: ici
Actions réalisées au cours de ce rp: ici

Le regard de sa voisine était désapprobateur, pendant qu'elle admira la tenue de la jeune Oméga. « Tu ne peux pas y aller comme ça... Suis-moi ! » Brynhild poussa un profond soupir en suivant la louve qui s'était faufilée chez elle sans la moindre gêner. Depuis le temps qu'elle côtoyait la jeune femme, elle avait l'habitude de l'aider pour tout et pour rien. Elle donnait l'illusion à Brynhild d'avoir une famille, en dehors de sa meute. « Pourquoi veux-tu te rendre là-bas ? » L’Oméga se pinça les lèvres en l'observant jeter sur son lit un à un les vêtements qui peuplaient son armoire. Elle ne pouvait pas lui donner la raison de sa soudaine envie d'aller en discothèque, et pas n'importe laquelle. « Par curiosité... » La louve lui jeta un regard avant de repartir à la chercher du vêtement idéal. « Pourquoi maintenant… Tu vas encore faire une bêtise ? Qu'est-ce que tu prépares ? » Pour une fois, sa bêtise allait être bien sage… Elle allait juste laisser ses oreilles, voir si elle pouvait trouver des informations. Elle était méfiante vis à vis d'un loup, elle voulait se rassurer qu'il ne pourrait pas nier à son Alpha… Et elle voulait prouver qu'il était aussi louche. « Rien, il est peut-être temps que je me sociabilise un peu... » Elle ne mentait pas sur ce point-là, déguisant ainsi la question, car son regard ne savait pas mentir. Elle était trop émotive, un livre ouvert. La louve laissa finalement tomber ses questions, en lui tendant une robe en lui ordonnant de mettre ça.

Brynhild s'était arrêtée dans une ruelle, observant de loin la façade de la discothèque. Une foule de gens était déjà devant l'entrée, passant la barrière de sécurité. Elle pouvait entendu le ronronnement de la musique qui s'échappait à chaque ouverture des portes. Elle n'était soudainement plus très certaine de son plan, attrapant les rebords de sa robe noire pour la tirer un peu plus vers le bas. Elle n'était pas à l'aise, mais sa voisine lui avait indiqué qu'elle ne rentrerait certainement pas avec son jogging gris troué… Et que si elle voulait se fondre dans la masse, c'était la tenue parfaite.  

Elle prit une grande respiration, puis s'élança avec détermination en direction de la discothèque. Elle ferma au mieux le don empathie de la meute, sachant qu'avec une telle foule elle risquait d'être submergé d'émotions qu'elle pourrait difficilement tout contrôler. Quand elle entra enfin dans la salle, où il y régnait une certaine obscurité en dehors des jeux de lumière, elle commença à se demander comment allait-elle mettre la main sur le fameux loup brun. Était-il toujours présent chaque soir ? Peut-être qu'elle aurait dû se renseigner avant de se jeter la tête la première… Elle entreprit de faire le tour de l'immense salle, fuyant les mecs trop insistants avec une certaine innocence.

Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Juin - 18:20


Raphaël Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Kateleyä L. Avellaneda, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Njüt ▹ EMPREINTES : 593 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/09/2015 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Occupé avec la gestion de mon business ▹ HUMEUR : Indéfinissable

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quand la lumière rencontre le monde de la nuit
Ft. Brynhild K. Odegard



Les traits tirés par l'épuisement, tu jettes un coup d’œil à ton portable. Tu hésites à harceler Nicholas pour t'assurer que tout va bien pour lui, ne t'habituant toujours pas à le savoir de bonne humeur. Son changement de comportement t'a paru si brutal que tu peines encore à croire qu'il ait pu se libérer de l'emprise de Dante. A-t-on déjà vu un loup guérir de la mort de son âme-sœur ? Les yeux figés sur l'écran, indécis, tu réfléchis à la meilleure stratégie à employer, jusqu'à reposer ton portable sur ton bureau sans avoir écrit un seul foutu mot. Pourtant, ça n'est pas l'envie qui te manque ; depuis la récente attaque des chasseurs, tu ne cesses de t'inquiéter pour lui, de peur qu'il ne se fourre – encore – dans un guêpier inextricable. Même la Résistance donne l'impression d'avoir rongé son frein, se sentant peut-être moins importante que l'est la lutte contre les chasseurs. La priorité est-elle de faire front aux humains qui déciment vos rangs, ou s'agit-il de détrôner un usurpateur qui, en dépit de tous ses défauts, a les moyens, la force et la volonté de vous protéger ? En tout cas, c'est ce qu'il paraît vouloir. Non ?

Cédant enfin à tes inquiétudes, tu finis par textoter ton cousin [@Nicholas Tveit], lui demandant s'il va bien et s'il ne s'ennuie pas trop, non sans ajouter une boutade au sujet des conversations certainement barbantes à mourir de @Leif Helström, en ponctuant la phrase d'un émoticône censé avoir l'air gentiment moqueur. Tu effaces une première fois ton sms, puis de le réécrire une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, cinq fois, jusqu'à six fois avant de finalement appuyer sur la touche : « Envoyer ». L'air nerveux, tu lisses ta cravate noire sans oser t'assurer qu'il te réponde bel et bien. Pire encore, tu préfères ranger ton portable dans la poche de ta veste, faisant mine d'agir comme si la bonne santé de Nicholas t'importait bien moins que ce que tu ne laissais paraître en lui envoyant un message ; tu as à peine le temps de te réjouir de ton choix que le portable se met à vibrer, t'arrachant ainsi un sursaut de surprise. Intrigué, t'y jettes un œil, tu réalises que c'est en réalité un simple accusé réception et t'ouvres grand la bouche en réalisant qu'il est déjà près d'une heure du matin. D'habitude, à cette heure-ci, tu es au bar, en renfort, parce que tu as horreur d'agir comme le patron qui se fout pas mal de toute la pression subie par ses employés lors d'un rush. Ni une ni deux, tu t'assures que ton costume trois pièces est impeccable sur toi ; ton pantalon noir paraît parfaitement ajusté, élégamment resserré grâce à une ceinture en cuir noir ; ta chemise rouge écarlate suffit à te différencier du reste de l'équipe, normalement vêtue en noir et blanc ; tu vérifies également que chaque bouton de ton veston noir sont bel et bien fermés, de même que ceux de ta veste – aussi – noire ; enfin, tu passes un chiffon sur tes mocassins noirs, t'assurant de cette façon qu'ils aient l'air aussi neufs que possible. Le pas pressé, tu te dépêches de quitter ton bureau – sans oublier de refermer à triple tour derrière toi –, et tu te glisses jusqu'à la salle principale qui se remplit rapidement.

Comme chaque soir, tu ne peux t'empêcher de laisser tes sens farfouiller ça et là, ce afin de déterminer qui fréquente ta boîte de nuit. Est-ce le bruit ? Est-ce l'abondance d'humains ? Tu n'en sais foutrement rien mais, quoi qu'il en soit, tu as remarqué qu'il était très rare de voir des loups arpenter ton univers. Certes, ça n'était pas exceptionnel non plus, mais il allait sans dire qu'ils ne se bousculaient pas dans le coin. Pourtant, ce soir-là, tu es quasiment certain de percevoir du blond, bien qu'un doute persiste. En revanche, tu pourrais parier ta main à couper qu'un-e Oméga s'est invité-e dans ta boîte de nuit. Ça, pour sûr, même la foule d'humains et l'odeur écœurante de transpiration ne peut pas le cacher. L'aura de ces loups était bien trop spécifique pour passer inaperçue. Tu roules des yeux, non sans espérer que l'Oméga en question ne s'attire pas d'ennui...




esprit sauvage


Resistance
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Juin - 19:56


Brynhild K. Odegard
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Sigvard ▹ PSEUDO : Ana-As ▹ EMPREINTES : 112 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 31/05/2017 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Perdue sous une montagne de feuilles ou le museau dans la neige, un amas de louveteau sur elle ▹ HUMEUR : Joyeuse, probablement en train d'éclater de rire pour l'une de ses nombreuses conneries du jour

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Elle avait la sensation de chercher une aiguille dans une botte de foin. Autant dire qu'elle ne savait pas par où commencer, puis pour couronner le tout elle avait l'impression de tourner en rond depuis son arrivée dans la discothèque. Toute cette agitation, autant sonore, visuelle qu’olfactive n'était pas facile à gérer pour elle. Elle repéra un coin un peu isolé, à l'écart de la foule. Elle devait se concentrer, et cherchait une stratégie pour repérer le loup. Elle était bien tentée à se rendre près du bar, pour poser quelques questions aux employés… Mais elle ne voulait pas qu'il sache qu'une jeune femme blonde le cherche. Comment pourrait-elle dans ce cas-là laisser ses oreilles trainées. Non, elle devait le trouver, puis se mettre pas trop loin… En espérant que la charmante transpiration ambiante masquerait la localisation de son odeur. Elle se rendit compte que son plan était bancal, mais maintenant qu'elle était là… Repartir servait plus à grand-chose.

« Et ma jolie, que fais-tu toute seule ici ? » Elle ne l'avait pas ni entendu ni vu s'approchait d'elle, trop occupée à tenter à isoler les odeurs, elle était persuadée d'avoir senti une odeur caractéristique, mais elle était loin d'être la plus douée dans sa meute en termes de pistage. Elle observa l'homme qui s'était avancé, une carrure imposante avec une belle gueule, mais son regard ne lui inspirait pas confiance, ni sa posture. « J'attends quelqu'un. » Demi-mensonge, elle était bien venue ici pour quelqu'un. « Qui ça, je le connais peut-être. Je suis un habitué ici, c'est la première fois que je te vois. » Elle fit un pas en arrière quand il avait continué à s'approcher d'elle, un instinct réflexe qui lui collait un peu trop à la peau. Ses sens lui apprirent que ce n'était qu'un simple humain, comme la plupart des gens dans cette discothèque. Elle ne devrait pas avoir peur, elle avait vu bien pire dans sa vie… Mais son regard la mettait mal à l'aise. « Je doute que vous le connaissez… Vous pouvez rejoindre vos amis. » Un sourire s'afficha sur ses lèvres de l'inconnu, alors qu'il lui attrapa le bras. « Hé voyons ma jolie, il ne faut pas avoir peur. Tu ne veux pas venir danser avec moi ? Visiblement, il t'a posé un lapin ton ami-là. » Elle s'écarta vivement en tirant d'un coup sec son bras afin de se dégager de son emprise, sa force – bien que faible en comparaison à un autre loup de la meute – surprit l'homme qui ne s'était pas attendu à une telle réaction. Brynhild ne perdit pas de temps, profitant de son étonnement pour se glisser dans la foule avec précipitation. Mais dans quoi elle s'était encore embarquée…

Elle s'était dirigée vers le bar, bousculant quelques personnes sans réellement fait attention. Un soupir s'était échappé de ses lèvres quand elle remarqua la présence des employés, sentant son cœur battre bruyamment dans sa poitrine. Comment un humain avait-il fait pour lui foutre une telle peur ? Elle balaya un instant le bar avant de se figer quand elle le remarqua enfin. Sa réaction fut immédiate, elle se tourna vers la foule tout en restant appuyait contre le bar, la tête en direction de ses pieds… Elle marmonna dans sa tête quelques injures, priant pour qu'il ne l'ait pas remarqué…
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Juin - 18:40


Raphaël Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Kateleyä L. Avellaneda, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Njüt ▹ EMPREINTES : 593 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/09/2015 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Occupé avec la gestion de mon business ▹ HUMEUR : Indéfinissable

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quand la lumière rencontre le monde de la nuit
Ft. Brynhild K. Odegard



Les sens toujours en alerte, tu effectues ton boulot de patron-barman, veillant ainsi à ce que chacun de tes employés ne se sentent pas exploités. Non loin de toi, la petite nouvelle Asbjørga se bagarre avec la plonge, s'assurant de cette façon qu'aucun verre ne manque quand un client passe commande. Tu guettes ses moindres gestes d'un œil averti, n'hésitant pas à la guider si elle te paraît en difficulté, et lui rappelant régulièrement qu'en cas de besoin elle n'a qu'à te faire signe et tu te montreras disponible. Non sans un sourire, la demoiselle te remercie et reporte son attention sur son boulot. Tu zieutes alors le reste de l'équipe, de ceux qui prennent les commandes et de ceux qui les préparent, puis tu rejoins ces derniers lorsque la file d'attente paraît les surcharger. Tu choppes au passage les listes de trois commandes différentes, annonçant d'emblée que tu t'en occupes. De la piña colada, au mojito traditionnel en passant par le sex on the beach, aucun cocktail n'a de secret pour toi, si bien que c'est toujours confiant que tu attrapes les bouteilles et que tu te mets à jongler avec, assurant par la même occasion un petit show qui attire les foules.

En deux temps trois mouvements, les trois commandes sont servies, les clients sont ravis, et toi tu peux retourner à ton comptoir afin de t'assurer qu'aucun mouvement de foule suspect ne ternit la bonne ambiance de ta discothèque. Tu voudrais en profiter pour traquer l'aura de l'hypothétique Oméga qui s'est pointée dans le coin, tu n'en as pas le temps. À peine as-tu porté les yeux sur le dancing qu'une bouffée de terreur a imprégné les lieux, signe que la charmante Oméga s'était – effectivement – attirée des ennuis. Tu laisses échapper un très léger soupir, puis d'attraper ton biper afin de signaler à Lukas qu'un groupe pose problème sur la piste de danse ; Lukas, c'est l'un de tes vigiles, c'est l'un de ceux qui doivent s'assurer que les types qu'ont trop picolé ne provoquent aucun dégât dans ta boîte. L'intéressé te bipe en retour, signe qu'il a bien reçu l'information et qu'il s'en occupe. Même si tu ne sais pas qui a été ennuyé, tu t'en contrefous. L'essentiel, c'est que rien n'arrive dans ta boîte.

Pourtant, l'Oméga déboussolée pour x ou y raison paraît vouloir « se faire plaindre » puisque son aura te semble soudain étrangement proche – et familière avec ça ! Tu fronces les sourcils, ton regard parcourt rapidement la foule de clients assis à ton comptoir, jusqu'à ce qu'il se pose sur une charmante blonde qui ne t'est pas du tout inconnue. L'innocente Brynhild. Brynhild l'ingénue. T'aurais dû t'en douter, non ? Ça n'est pas comme si c'était la première fois que la jeune demoiselle empiétait sur les terres des bruns. Un instant exaspéré par son obstination, tu finis néanmoins par rouler des yeux avec amusement. Après tout, à en croire son comportement, la jeune fille a décidé de jouer les espionnes (pour changer).

Pourquoi donc ne pas lui donner ce qu'elle veut ?

- Asbjørga ! Tu te souviens de la femme dont je t'ai parlé la dernière fois ?

L'interpellée rehausse alors un sourcil, détourne les yeux vers toi, les mains plongées dans l'eau jusqu'au coude.

- Qui ça ?
- Tu sais la bibliothécaire, Madame Svanhildesen... Tu me disais la connaître pour être une habituée de sa bibliothèque, que t'avais été soulagée d'apprendre son retour... etc. etc.
- Oh oui ! Quand j'ai su que vous la connaissiez personnellement, je me suis sentie un peu bête de vous parler d'elle comme ça... Mais pourquoi vous m'en reparlez ?

Tu esquisses un large sourire, l'air réjoui.

- Oublie tout ce que je t'ai dit à son sujet. Elle m'a récemment prouvé qu'elle était – en fin de compte – aussi bête, naïve et stupide que je le croyais. Tu devrais plutôt te fier à la librairie du Clair de Lune, même si ça signifie devoir payer au lieu d'emprunter. Le gérant saura au moins te renseigner convenablement.
- Pardon ? Mais... qu'est-ce qui s'est passé pour que vous changiez d'avis aussi radicalement ?
- Rien de bien méchant si ce n'est qu'elle a été capable de confondre Henrik Ibsen avec Jonas Lie.

Asbjørga écarquille aussitôt les yeux, puis laisse échapper d'un ton étouffé : « Non... Impossible... Vous vous moquez de moi... ». Alors, non sans accorder un bref coup d’œil à la blonde qui fait – un peu – trop traîner ses oreilles à ton goût, tu insistes, jurant sur ta propre vie et celle de ta famille que tu ne mens pas.


[HRP : @Edwina S. Svanhildesen XD]



esprit sauvage


Resistance
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Juin - 18:07


Brynhild K. Odegard
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Sigvard ▹ PSEUDO : Ana-As ▹ EMPREINTES : 112 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 31/05/2017 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Perdue sous une montagne de feuilles ou le museau dans la neige, un amas de louveteau sur elle ▹ HUMEUR : Joyeuse, probablement en train d'éclater de rire pour l'une de ses nombreuses conneries du jour

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Elle avait tendu l'oreille à la sonorité de sa voix, faisant abstraction de la musique et des différents bruits autant d'elle. Elle ne voulait pas rater une miette de la discussion, jubilant de cette situation qu'elle jugea comme parfaite. Finalement, dans sa panique elle n'avait pas mis à néant son plan pour la soirée. Toujours de dos, la tête fixant les pieds de la foule de danseurs afin de masquer légèrement son visage dans la pénombre, elle ne tarda pas à froncer les sourcils face aux paroles du loup. Avait-elle déjà entendu parler de cette employée ? Devait-elle retenir son prénom ? Pourquoi lui parlait-il d'Edwina… Visiblement, elle est une cliente régulière de la bibliothèque. Elle luttait pour ne pas se retourner et poser l’invasion de questions qui germait au fur et à mesure de ses mots.

« Elle m'a récemment prouvé qu'elle était – en fin de compte – aussi bête, naïve et stupide... » Son cœur rata un battement, serrant les poings pour contrôler la bouffée d'émotion qui pulsa dans ses veines à cet instant. Comment osait-il insulter de cette manière-là son Alpha ? Elle se repassait en boucle ses paroles mots à mots, afin de pouvoir les restituer à l'identique à Edwina. Elle tenait peut-être enfin une preuve contre lui… Elle avait eu raison de rester méfiance, il cachait bien son jeu en acceptant une soi-disant paix. Mais, elle se concentra rapidement sur la suite de la discussion, une seule preuve ne suffirait probablement pas à son Alpha. Il y avait forcément autre chose, que pouvait-il bien cacher de plus dangereux… « Tu devrais plutôt te fier à la librairie du Clair de Lune, même si ça signifie devoir payer au lieu d'emprunter. Le gérant saura au moins te renseigner convenablement. » Elle se mordit la lèvre inférieure, en penchant la tête sur le côté tout en se perdant dans sa réflexion. Cherchait-il à noyer le commerce d'Edwina en blasphémant des informations totalement fausses et ridicules ? Pour quelle raison ? Qu'est-ce que cela pourrait lui apporter ? Voulait-il ouvrir  une bibliothèque ou racheter celle de son Alpha ? À quoi cela pourrait-il bien lui servir ? Pourquoi fait de la publicité pour la librairie ? Elle avait du mal à comprendre la manœuvre du loup, son but véritable. Elle ne voyait que mettre en position de faible financièrement Edwina… Mais pourquoi… Il devrait forcément avoir une raison. Et l'autre question, agissait-il seul.

Brynhild bouillonnait littéralement, mais elle était restée parfaitement immobile, ignorant royalement les quelques remarques et approches des hommes qui avaient cherché à attirer son attention. Elle attendait la suite… La discussion allait-elle se poursuivre ? Ou devait-elle le mettre au pied du mur en cherchant à lui arracher d'autres informations… Non, c'était trop risqué. S'il sait qu'elle est au courant, il aurait peut-être le temps de se sauver les fesses en effaçant les preuves. Et si justement elle tentait de récupérer ses preuves ? Vu qu'il était occupé au bar, peut-être arriverait-elle à se faufiler dans son bureau ? Où celui-ci pourrait-il se trouver, à l'étager ? Au pire, elle pourrait toujours revenir vers le bar si jamais elle ne trouve rien… Se contentant des échanges de discussion. Rapidement, elle se faufila de nouveau dans la foule, en tenant d'être la plus discrète possible. Elle devait retrouver le couloir qu'elle avait aperçu lors de son premier tour dans l'immense pièce. Elle profita de l’inattention d'un vigile, visiblement en charmante compagnie pour se glisser sous la barrière de sécurité. Elle n'était pas une louve forte physiquement, mais elle était assez agile… Maintenant il fallait trouver la bonne porte, en espérant que celui-ci se trouve ici.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Juin - 19:46


Raphaël Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Kateleyä L. Avellaneda, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Njüt ▹ EMPREINTES : 593 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/09/2015 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Occupé avec la gestion de mon business ▹ HUMEUR : Indéfinissable

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quand la lumière rencontre le monde de la nuit
Ft. Brynhild K. Odegard



Un sourire aux lèvres, tu observes Brynhildr. Tu épies ses moindres réactions, plus que satisfait de constater que la jeune femme a mordu à l'hameçon. Aurait-elle oublié que tu es Beta de meute ? Qu'une Oméga ne saurait passer inaperçue à tes yeux ? Tu rirais presque si ça ne te paraissait pas à ce point absurde, ce même si tu as bien l'intention de faire durer le jeu suffisamment longtemps pour qu'elle se sente à ce point honteuse qu'elle n'en sera que d'autant plus irrésistible au moment de sa « déception » ; tu mentirais si tu n'admettais pas que la jeune fille te touche grandement pour son indéfectible loyauté à l'égard de son Alpha. À vrai dire, tu envies – un peu – Edwina d'avoir su s'octroyer pareille fidélité de la part de certains de ses loups, ce au dépend de sa nature de Mordue. Alors, lorsque la jeune fille te paraît suffisamment éloignée pour ne plus entendre tes paroles, tu reviens sur tes mots auprès d'Asbjørga, pauvre employée qui écarquille aussitôt les yeux – intriguée par ton comportement – ; tu lui expliques à demi-mots que tu n'agissais ainsi que pour taquiner une de tes connaissances, si bien que la jeune fille se contente de hocher du chef d'un air surpris. Puis tu t'excuses, annonçant que tu n'as d'autre choix que de gérer l'intrusion de la dite connaissance, qui s'apprête très certainement à forcer la serrure de ton bureau. Asbjørga te regarde avec perplexité, ou ahurissement, cette fois-ci définitivement perdue par tes mots. Tu esquisses alors un sourire rassurant, l'air amusé, avant que de t'éclipser d'un pas rapide.

Invisible aux yeux de la jeune louve, grâce à ton don de meute, tu croises les bras sur ton torse en attendant qu'elle tente de s'introduire dans ton bureau. Évidemment, tu sais que c'est fermé à quadruple tour, si bien que tu te mords les lèvres pour ne pas rire et ainsi trahir ta présence à ses côtés lorsqu'elle essaiera de forcer les choses. Pourtant, lorsque la jeune femme se retrouve dans l'impossibilité d'agir, tu ne réussis pas à lutter contre ton hilarité. Les mains sur les côtes, tu pouffes de rire, réapparaissant progressivement aux yeux de la jeune femme.

- Ma pauvre Brynhildr, il va vraiment falloir que je t'apprenne le b.a-ba pour que tu sois capable de ne pas faire d'erreur de débutante quand tu espionnes quelqu'un, souffles-tu au creux de son oreille d'une voix taquine. – Tu baisses d'autant plus la voix que tu ne tiens pas à ce qu'un humain surprenne tes paroles. – Premièrement : toujours penser que ton aura d'Oméga trahit ta présence lorsque tu fais face à des rangs sociaux largement supérieurs au tien. – Tu recules suffisamment ton visage du sien pour pouvoir plonger ton regard au creux du sien, un sourire en coin. Puis, tu ne la quittes plus des yeux, une lueur pétillante dansant au fond de tes iris noisette. – Ensuite, savoir crocheter rapidement une serrure ne serait pas une mauvaise chose, ça t'éviterait d'être prise sur le fait... – Tu marques une pause, ouvrant toi-même la porte de ton bureau et l'invitant d'un geste accueillant à y entrer. – Je t'en prie, fouille donc si tu es si persuadée que j'ai de lourds secrets à cacher à ta précieuse Alpha. – Ton sourire s'élargit. – En revanche, si tu ne tiens pas à ce que je répète à Edwina ce que tu viens de faire, j'ose espérer que tu as une bonne idée de dédommagement à me proposer. – Tu la pousses doucement à l'intérieur de ton bureau, puis de refermer la porte derrière vous. Sans un mot de plus, tu passes devant elle afin de t'installer sur un siège confortable et tu lui désignes une chaise sur laquelle elle est libre de s'asseoir si elle le désire. – Maintenant que tu es ici, autant que ta venue ne serve pas à rien. Tu préfères boire du champagne, du vin, ou un alcool plus fort ?



esprit sauvage


Resistance
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Juin - 14:42


Brynhild K. Odegard
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Sigvard ▹ PSEUDO : Ana-As ▹ EMPREINTES : 112 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 31/05/2017 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Perdue sous une montagne de feuilles ou le museau dans la neige, un amas de louveteau sur elle ▹ HUMEUR : Joyeuse, probablement en train d'éclater de rire pour l'une de ses nombreuses conneries du jour

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



« Ma pauvre Brynhild, il va vraiment falloir que je t'apprenne le b.a-ba pour que tu sois capable de ne pas faire d'erreur de débutante quand tu espionnes quelqu'un. » Elle s'était figée après avoir légèrement sursauté en le voyant apparaître, en plus de sentir la proximité de son corps. Elle aurait dû s'en douter, marmonnant pour elle-même des insultes d'avoir été repérée. Mais au fond, avait-elle réellement cru y arriver ? Douce utopique illusoire. « Et pourquoi tu perdrais du temps à m'apprendre à espionner ? Qu'est-ce que tu gagnerais… C'est pour te glisser plus facilement sur notre territoire en justifiant un entraînement avec moi, alors que c'est juste pour y laisser traîner tes oreilles ! » Il n'y avait rien d'agressif  dans ses paroles, à part son ronchonnement qui vibrait dans l'air. Un signe qu'elle était déçue de savoir fait prendre aussi rapidement par le loup brun. « Premièrement : toujours penser que ton aura d'Oméga trahit ta présence lorsque tu fais face à des rangs sociaux largement supérieurs au tien. » Elle poussa un soupir avant de lever les yeux au sien, malgré le sourire qui commençait à étirer le coin de ses lèvres. « Oh mais dit donc, je me demande bien quels sont les rangs sociaux qui sont supérieurs au mien… Tous non ? » Elle savait que son aura d'Oméga trahirait toujours sa présence, même si elle cherchait à la masquer, elle la portait beaucoup trop en elle. Et au fond, elle s'en moquait bien. « De toute façon, j'ai pas envie de masquer mon aura... » Haussa-t-elle les épaules en marmonnant du bout des lèvres. Être Oméga n'était pas toujours une fierté, dans certaines meutes cela ressemble plus à une punition, à un châtiment. Mais dans les belles traditions anciennes, l'Oméga a une image plus prestigieuse, la même vision que possède Brynhild.

« Ensuite, savoir crocheter rapidement une serrure ne serait pas une mauvaise chose, ça t'éviterait d'être prise sur le fait... » Elle avait bien tenter un jour d'apprendre, mais en vain. « Quelle idée aussi de fermer son bureau, tu auras pu le laisser ouvert ! » Même si cela ne l'aurait pas empêché de se faire prendre la main dans le sac. Son regard ne tarda pas à parcourir l'intérieur de la pièce, cherchant à voir le moins indice de danger ou autre… Malgré la plaisanterie qui commençait à naître chez elle, elle n'oubliait pas son but premier de sa visite ni sa méfiance. « Je t'en prie, fouille donc si tu es si persuadée que j'ai de lourds secrets à cacher à ta précieuse Alpha. » Une grimace s'afficha sur les traits de son visage, elle n'aimait pas sa perspicacité. «  En revanche, si tu ne tiens pas à ce que je répète à Edwina ce que tu viens de faire, j'ose espérer que tu as une bonne idée de dédommagement à me proposer. » Elle braqua son regard vers lui en fronçant les sourcils, mais avant qu'elle ne puisse prendre la parole celui-ci la poussa doucement dans son bureau. Elle ne tarda pas à se diriger vers une bibliothèque, bien décidée à fouiller devant lui… « Qu'est-ce que tu veux répéter à Edwina ? Que tu m'as surprise dans ta discothèque un samedi soir, devant la porte de ton bureau… Es-tu sur que je voulais me rendre dans ton bureau ? Je cherchais peut-être les toilettes ! » Elle était de mauvaise foi enfantine, son explication ne tenait pas la route, surtout pas avec la lueur brillante d'amusement qui s'était illuminé au fond de ses pupilles. Elle avait attrapé un livre, cherchant à voir si à l'intérieur il n'y aurait pas des morceaux de papier cachés tout en poursuivant. « De toute façon, je sais même pas quel genre de dédommagement pourrait te convenir, probablement aucun… alors d'une Oméga, n'en parlons pas. » Marmonna-t-elle avant de reposer son livre pour en prendre un nouveau. « Maintenant que tu es ici, autant que ta venue ne serve pas à rien. Tu préfères boire du champagne, du vin, ou un alcool plus fort ? » Elle tourna la tête vers lui, décidant d'abandonner la bibliothèque qui était des plus banales pour venir s'asseoir enfin que la chaise qu'il avait désignée. Elle ne tiendrait pas bien longtemps en place, mais elle pouvait toujours essayer. « Vin blanc, le plus sucrée possible, merci. »  Elle n'était pas très alcool, même si celui-ci n'affectait en rien son organisme, sauf quand celui-ci est sucrée. « C'est pour m'empoissonner ? » Demanda-t-elle sérieusement, malgré la note de plaisanterie. « Tu sais que même morte, je suis chiante… » Elle ne craignait rien de lui, même si elle était méfiante, il n'était pas à l'image de la meute argente. « Ce que tu as dit à ton employée, c'était faux ? » Elle avait l'intuition de connaître la réponse, cependant elle n'allait pas pour autant oublier mot à mot ses paroles. Qui sait...
Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Juin - 18:27


Raphaël Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Kateleyä L. Avellaneda, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Njüt ▹ EMPREINTES : 593 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/09/2015 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Occupé avec la gestion de mon business ▹ HUMEUR : Indéfinissable

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quand la lumière rencontre le monde de la nuit
Ft. Brynhild K. Odegard



Si beaucoup se vexeraient de n'être la source que de nombreux soupçons, ça n'est pas ton cas. Tu es plus que conscient que bon nombre de tes choix t'ont conduit à l'homme que tu es désormais, ainsi qu'à celui que tu parais être aux yeux d'autrui. C'est ainsi. C'est triste. Mais Brynhildr n'est pas coupable, elle n'est pas celle qu'il faut blâmer : tu l'es. Certes, il y a des jours où ce portrait qu'ils ont de toi t'exaspère, mais il y en a d'autres où tu es plus enclin à l'accepter. Est-ce à cause de ce qu'elle dégage ? Est-ce parce que son aura d'Oméga n'est pas sans effet sur toi ? Tu n'en as pas la moindre idée ; pourtant, plutôt que de t'énerver lorsqu'elle t'accuse ouvertement d'avoir de mauvaises intentions, tu esquisses un sourire las.

Espionner les blonds... À quoi cela pourrait-il bien te servir ?

Ils ne sont pas tes ennemis.

Sans prendre la peine de défendre ta cause, tu préfères poursuivre sur ta lancée, de ce même ton à la fois malicieux et serein. Au fond, l'opinion de la jeune femme t'importe peu pourvu qu'Edwina ne cesse plus jamais de croire en toi. Elle est la meute, plus qu'une simple Oméga – aussi indispensable puisse-t-elle être pour les Blonds. Jeunes, vous aviez été très bons amis, n'en déplaise aux autres blonds ; jeunes, vous aviez fait les quatre cents coups, frôlant plus d'une fois les limites du respectable, même pour toi ; jeunes, vous aviez dû vous séparer à cause de vos études, et tout avait changé à ton retour. Toi, le brun marié à une Russe par ambition, pas par amour, tu avais cessé de la considérer comme une alliée en te rendant compte que, si tu ne serais jamais que l'orphelin élevé par Andreas pour les bruns, elle était la fille d'Avyn Svanhildesen, Reine des Loups de Norvège.

- Quelle idée aussi de fermer son bureau, tu aurais pu le laisser ouvert !

Un instant désarçonné par sa protestation « ridicule », tu entrouvres les lèvres. Est-elle sérieuse en disant ça ? Tu finis par éclater de rire, incapable de te retenir. Sait-elle qu'il y a des documents importants et/ou confidentiels dans ton bureau ? A-t-elle conscience que tu gères un établissement réputé et que, par conséquent, tu ne peux pas laisser n'importe qui accéder à ce que renferme ton bureau ? Bien entendu, la plupart de ces dits documents sont précieusement rangés dans un coffre-fort dont tu es le seul à connaître la combinaison, mais cela n'empêche que deux précautions valent mieux qu'une. Sans répondre, tu lèves les yeux au ciel avant de la pousser délicatement à l'intérieur, non sans l'inviter à fouiller les lieux si elle y tient tant ; tu ajoutes sur le ton de la plaisanterie qu'elle a plutôt intérêt à avoir de quoi te persuader de ne rien répéter à Edwina, suscitant ainsi une énième réplique stupide de sa part...

- […] Je cherchais peut-être les toilettes !
- En franchissant la barrière de sécurité ? rétorques-tu en roulant des yeux.

Brynhildr serait-elle dotée d'une mauvaise foi similaire à celle d'une certaine rousse ? Voilà qui te décevrait grandement de la part d'une blonde... Tu chasses néanmoins la pensée négative d'un bref haussement d'épaules avant de lui proposer quelque chose à boire : tu ne reviens pas tout de suite sur la question du « dédommagement », choisissant plutôt de jouer encore un peu avec la jeune femme. Celle-ci réclame d'ailleurs du vin blanc, sucré avec ça. Tu tiques sur sa formulation, toi, l'amateur inconditionnel de vins, ne pouvant t'empêcher de songer que les Norvégiens connaisseurs se font rares à Bergen ; en effet, un œnologue parlera toujours de « vin blanc moelleux » plutôt que de « vin blanc sucré », simple question de vocabulaire. Sans relever pour autant l'erreur lexicale, tu envoies un rapide SMS à l'un de tes employés, lui intimant de vous apporter ta précieuse bouteille de Château d'Yquem – 1811 – vin blanc réputé pour sa saveur caramélisée, tu es convaincu qu'il fera l'affaire. Il s'agit là d'une pièce maîtresse de ta collection de vin, puisque tu as dû débourser une sacrée fortune pour te l'offrir. Aussi espères-tu que la demoiselle saura savourer ce trésor à sa juste valeur – à savoir un peu plus de 800 000 NOK.

- C'est pour m'empoisonner ? Tu sais que même morte, je suis chiante.
- Si j'avais voulu t'empoisonner, je t'aurais emmenée dans un coin paumé de Bergen et certainement pas dans mon bureau, répliques-tu d'une voix moqueuse. Et puis, si tu étais morte, ton chiantisme légendaire ne me permettrait plus de te punir : impossible de toucher les esprits, n'est-ce pas ? Alors où serait le plaisir ?

Tu lui adresses un clin d’œil malicieux.

- Ce que tu as dit à ton employée, c'était faux ?
- Avant de te traquer jusqu'ici, je lui ai dit que j'étais seulement en train de taquiner une connaissance, qu'Edwina était à des lieues du portrait que je venais de lui dresser. Si tu tiens à le lui demander, je t'en prie, fais donc. – Tu marques une courte pause, les yeux rivés aux siens. – En toute sincérité, Brynhildr, j'admire ton indéfectible loyauté pour Edwina. Et je crois que rien de ce que je ne te dirai ne réussira jamais à te convaincre de ma bonne foi, ce qui est une excellente nouvelle pour ton Alpha.



esprit sauvage


Resistance
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Juin - 16:46


Brynhild K. Odegard
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Sigvard ▹ PSEUDO : Ana-As ▹ EMPREINTES : 112 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 31/05/2017 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Perdue sous une montagne de feuilles ou le museau dans la neige, un amas de louveteau sur elle ▹ HUMEUR : Joyeuse, probablement en train d'éclater de rire pour l'une de ses nombreuses conneries du jour

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



 « En franchissant la barrière de sécurité ? » Elle se pinça les lèvres en penchant légèrement la tête sur le côté, son regard brillait d'amusement. Elle avait beaucoup de mal à chasser sa véritable nature, malgré la situation et cette mission qu'elle avait dès le début prises très au sérieux. Mais maintenant qu'elle avait été prise la main dans le sac, elle se lâchait peu à peu en sachant que c'était raté pour tenter d'avoir la moindre information sérieuse… Et encore si information il y avait à trouver. « J'avoue je suis peut-être blonde, mais pas à ce point-là. Ou alors, il est temps que je me préoccupe de mon état de santé psychique ! » Laissant de côté la caractéristique de sa meute, elle plaisantait de la couleur de ses cheveux qui était souvent source de moquerie chez les Humains.

« Si j'avais voulu t'empoisonner, je t'aurais emmenée dans un coin paumé de Bergen et certainement pas dans mon bureau. Et puis, si tu étais morte, ton chiantisme légendaire ne me permettrait plus de te punir : impossible de toucher les esprits, n'est-ce pas ? Alors où serait le plaisir ? » Elle avait parfaitement entendue sa voix moqueuse, il y avait de plus en plus de signes chez lui qu'elle n'avait pas eu l'occasion d'apercevoir lors de leurs précédentes rencontres où ils ne s'étaient jamais retrouvé réellement seul comme ici. Et ça cassait son côté frigide, comme son sérieux. Mais au final, elle connaissait assez peu le loup brun, peut-être était-il finalement toujours ainsi. « Hé ! Comment ça tu m'aurais amenée dans un coin paumé… Tu penses vraiment que je me serais laissé faire ? » Dit-elle en cherchant à être sérieux, mais l'éclat de malice était trop présent dans son regard. « Il aurait déjà fallu que tu m'attrapes ! Donc j'aurai bien aimer voir ça, sans parler que je ne t'aurais pas suivi ! »  Au fond, elle savait parfaitement qu'il n'aurait eu aucun mal pour la rattraper, ni même l'assommer pour la porter n'importe où vu son poids plume. Mais elle ne pouvait pas s'empêcher de taquiner, quitte à jouer avec le feu. « Je vais prendre le chiantisme légendaire comme un compliment ! » Dit-elle en souriant avant de rajouter rapidement. « Me punir… Tu parles du dédommagement ? Justement, je serais curieuse de l'entendre. » Il ne pouvait pas être si sadique que ça ? Bien qu'elle avait du mal à imaginer ce qu'il pouvait penser à ce sujet…

« Avant de te traquer jusqu'ici, je lui ai dit que j'étais seulement en train de taquiner une connaissance, qu'Edwina était à des lieues du portrait que je venais de lui dresser. Si tu tiens à le lui demander, je t'en prie, fais donc. » Elle avait vaguement hoché la tête, sans pour autant quitter son regard du sien. « En toute sincérité, Brynhild, j'admire ton indéfectible loyauté pour Edwina. Et je crois que rien de ce que je ne te dirai ne réussira jamais à te convaincre de ma bonne foi, ce qui est une excellente nouvelle pour ton Alpha. » Elle détourna la tête vers la bibliothèque, que pouvait-elle répondre à ses paroles qui ne la laissait pas insensible malgré tout. Bien qu'elle doutait de sa bonne foi vis à vis d'Edwina, elle commençait à apercevoir des facettes chez lui. Et elle avait du mal à croire qu'il était ce genre de personne à dire des choses dans le vent et sans le penser réellement. « Il y a beaucoup de valeurs qui se perdent chez les meutes… » Marmonna-t-elle avant de rajouter en relevant le regard vers lui. « Brage disait toujours que j'avais la tête dure et qu'un jour, il achèterait une perceuse pour me faire entrer dans le crâne des choses. » Dit-elle en rigolant.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Juin - 18:01


Raphaël Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Kateleyä L. Avellaneda, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Njüt ▹ EMPREINTES : 593 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/09/2015 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Occupé avec la gestion de mon business ▹ HUMEUR : Indéfinissable

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quand la lumière rencontre le monde de la nuit
Ft. Brynhild K. Odegard



Le regard malicieux, nul doute que tu prends plaisir à contempler les réactions de la charmante espionne ; rares sont les loups à te connaître sous une facette plus légère que celle que tu arbores lorsque tu remplis ton rôle de Beta, loin du sérieux qu'exigent ton rang et ta réputation – fort peu glorieuse, tu l'admets volontiers. Certes, tu as prévenu de l'attaque des Argents, le jour du meeting de l'ancienne Reine, mais cela ne saurait effacer près d'une décennie de mauvaises actions. Tu en as bien conscience. Mais va expliquer aux autres loups que tu ne pensais malgré tout qu'au bien des tiens, même dans tes pires travers. Va expliquer que tu n'as jamais œuvré que pour la sauvegarde des bruns. Dans une période aussi trouble, où les unions sont primordiales pour votre survie à tous, il serait pourtant bénéfique que tu y parviennes.

- Hé ! Comment ça tu m'aurais amenée dans un coin paumé... Tu penses vraiment que je me serais laissé faire ?

Tu lèves les yeux au ciel, mi-exaspéré, mi-amusé par sa naïveté.

- Il aurait déjà fallu que tu m'attrapes ! Donc j'aurais bien aimé voir ça, sans parler que je ne t'aurais pas suivi !
- Qui te dit que tu aurais eu le choix ? – Du rire à la menace, il n'y a qu'un pas, que tu viens de franchir même s'il reste difficile de savoir si tu es toujours en train de plaisanter ou si tu te veux réellement effrayant. Une lueur indéfinissable au fond des yeux, tu as fait un pas vers elle. Ton regard plonge dans le sien, imperturbable, impassible, glacial. – Tu devrais ne pas baisser ta garde aussi facilement, Bryn'. Certains mâles pourraient abuser de ton statut d'Oméga pour avoir le privilège de soumettre une femme. – À qui veut-on faire croire qu'aucun mâle ne fantasme secrètement sur « ça » ? Sur le plaisir de rabaisser l'une de celles qui leur rappellent constamment qu'ils ne sont que des mâles ? – Tâche de t'en souvenir la prochaine fois que tu utiliseras ton don de chiantisme légendaire.

Tu ponctues ta remarque d'un autre pas en avant, une lueur joueuse dansant au creux de tes iris brunes ; ce faisant, tu forces la demoiselle à reculer si elle désire maintenir une certaine distance entre vous deux.

- Me punir... Tu parles du dédommagement ? – Ton sourire s'élargit sensiblement. – Justement, je serais curieuse de l'entendre.

Tu fais mine de réfléchir, te rapprochant encore – l'air de rien – de la demoiselle. Tu attends de l'avoir acculée pour poser la paume de ta main sur le mur, à quelques centimètres de son visage.

-  Je me tâte encore. Je ne sais pas si je dois me réserver le plaisir de ton humiliation ou s'il faudrait que j'en fasse aussi profiter les clients du “Dance on the Moonlight”. Ou alors je me contente d'obtenir tes excuses... – Tu la regardes longuement, comme un expert étudiant la marchandise du jour. – Quel est ton avis, miss espionne débutante ?

Interrompant le fil de leur conversation, Asbjørga finit par frapper trois coups à la porte de ton bureau. Non sans avoir d'abord adressé un clin d’œil taquin à la blondinette, tu t'éclipses le temps d'ouvrir et récupérer bouteille de vin et verres ; tu remercies également la jeune fille avant de la congédier, puis tu refermes soigneusement ton bureau sur toi avant de rejoindre ton invitée. Tu remplis vos verres, jouant l'hôte parfait en goûtant d'abord le bouchon, ce afin de t'assurer que tu ne lui sers pas de la mauvaise qualité.

Et tu l'invites à trinquer :

- Alors, mademoiselle Ødegard, qu'êtes-vous donc prête à faire pour vous excuser ?

Tu aurais dû attendre qu'elle te fasse son offre mais, comme s'il fallait nécessairement le lui dire, tu ne peux t'empêcher de vanter ses mérites quant à sa loyauté, te montrant de nouveau aussi sérieux que tu peux l'être habituellement. Loin du masque du mâle aux vils désirs, loin du masque du plaisantin de service, tu agis comme le Raphaël ordinaire que tout le monde connaît : celui qui observe, déduit, apprécie ou déprécie. La réaction de Brynhildr ne se fait pas attendre, t'arrachant un énième sourire amusé.

- Je ne connaissais pas ce « Brage », mais il m'a tout l'air d'un homme sensé. T'a-t-il dit, lui aussi, qu'il ne fallait jamais jouer avec les mâles plus puissants que toi ?



esprit sauvage


Resistance
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Juin - 11:46


Brynhild K. Odegard
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Sigvard ▹ PSEUDO : Ana-As ▹ EMPREINTES : 112 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 31/05/2017 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Perdue sous une montagne de feuilles ou le museau dans la neige, un amas de louveteau sur elle ▹ HUMEUR : Joyeuse, probablement en train d'éclater de rire pour l'une de ses nombreuses conneries du jour

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



 « Qui te dit que tu aurais eu le choix ? » Elle se pinça les lèvres en frissonnant légèrement face l'aura qu'il dégageait soudainement. Elle n'arrivait pas à déterminer exactement s'il plaisantait ou si la menace était bien réelle. Son instinct avait tendance à réagir rapidement, la poussant généralement à mettre de la distance. Cependant, elle n'avait pas envie… « Tu devrais ne pas baisser ta garde aussi facilement, Bryn'. Certains mâles pourraient abuser de ton statut d'Oméga pour avoir le privilège de soumettre une femme. » Elle poussa un profond soupir en levant les yeux au plafond. Elle n'était pas d'accord avec ses mots, du moins elle avait une autre vision concernant cette situation. Mais elle ne souhaitait pas la dévoiler, car celle-ci réveillait des choses chez elle qu'elle cherchait à enfouir. « Tâche de t'en souvenir la prochaine fois que tu utiliseras ton don de chiantisme légendaire. » Elle tacha d'aborder un sourire au bord de ses lèvres, comme pour changer de sujet. « Je l'utilise pas non plus avec n'importe qui ! » Sa voix dérailla légèrement quand il fit un pas en avant, malgré la lueur joueuse qui s'était illuminée dans l'iris du loup. Et son instinct ne put s'empêcher de réagir en conséquence en cherchant à garder une certaine distance. Pour finalement, se retrouver piégé… Cependant, son regard resta fixé dans le sien.

« Je me tâte encore. Je ne sais pas si je dois me réserver le plaisir de ton humiliation ou s'il faudrait que j'en fasse aussi profiter les clients du “Dance on the Moonlight”. Ou alors je me contente d'obtenir tes excuses... » Elle n'était pas très rassurée en entendant le mot humiliation, bien qu'elle s'était déjà retrouvé dans des situations où heureusement que le ridicule ne tue pas. « Quel est ton avis, miss espionne débutante ? » Elle se mordit la lèvre inférieure avant de répondre dans un murmure. « Que tu perdrais probablement du chiffre d'affaires en m'humiliant auprès de tes clients... » Elle n'eut pas le temps de poursuivre qu'on frappa à la porte. Un soupir de soulagement s'échappa des lèvres de l'Oméga, quand Raphaël s'éloigna pour ouvrir afin de récupérer la bouteille de vin, qu'elle avait presque oublié. Elle accepta avec plaisir le verre de vin, trinquant légèrement avant d'y tremper ses lèvres. Elle fut surprise par le goût de celui-ci, son regard s'était soudainement éclairé d'un éclat. Il était vraiment délicieux, elle devrait peut-être penser à regarder l'étiquette avant de partir…

« Alors, mademoiselle Ødegard, qu'êtes-vous donc prête à faire pour vous excuser ? » Il n'avait pas perdu le fil, le contraire l'aurait étonné… « Je suppose qu'une boîte de cookies, ou de simples paroles ne suffiraient pas... » dit-elle sur un ton amusé, bien qu'elle cherchait à savoir en regardant son regard l'excuse qui désirait réellement avoir de sa part… « Je ne connaissais pas ce « Brage », mais il m'a tout l'air d'un homme sensé. T'a-t-il dit, lui aussi, qu'il ne fallait jamais jouer avec les mâles plus puissants que toi ? » Elle se figea un instant avant de boire une gorgée de vin… Tenait-il réellement à revenir sur ce sujet-là. Cette fois-ci, elle se décida à laisser ses mots passé la barrière de ses lèvres.. « Tous le monde est plus puissant que moi… Quel intérêt, quel prestige de soumettre une Oméga tant bien même que je suis une femme ? On est en bas de l'échelle, même si nous sommes une force pour la meute, on n'a finalement peu d'importance. On vient vers nous pour évacuer les tensions, les colères, les tristesses… On vient pas vers nous pour autre chose. L'ignorance fait partie de notre existence. » Elle marqua une pause en détournant son regard vers son verre, admirant le liquide qu'elle faisait tournée lentement, un maigre sourire moqueur sur ses lèvres. Comme si elle se moquait d'elle-même, bien qu'une autre lueur était présente, moins joyeuse. « Brage était l'ancien oméga… Il m'a appris que l'Oméga est très souvent seul, malgré la meute. Alors je ne risque pas grand-chose de plus que les colères, qu'on se défoule sur mes meubles ou de temps en temps sur moi. » Elle releva son regard vers lui. « Tu veux te défouler sur moi ? » Elle aimait sa place d'Oméga, mais celle-ci avait plus d'inconvénients que d'avantages. Elle avait appris à masquer ceux-ci, afin que le poids ne soit pas trop lourd à porter.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Juin - 18:52


Raphaël Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Kateleyä L. Avellaneda, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Njüt ▹ EMPREINTES : 593 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/09/2015 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Occupé avec la gestion de mon business ▹ HUMEUR : Indéfinissable

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quand la lumière rencontre le monde de la nuit
Ft. Brynhild K. Odegard



Tu es privilégié, t'en serais presque honoré si ça ne t'exaspérait pas à ce point. Tu ne sais pas si elle le fait exprès ou si elle est aussi imprudente qu'elle n'y paraît. Sceptique, tu te contentes d'esquisser une moue dubitative avant de renchérir sur les dédommagements. Puis de l'entendre te rétorquer que ce serait mal venu pour ton business. Un soupir t'échappe. Tu lèves les yeux au ciel... Naïveté. Crédulité. Stupidité. Brynhild sait-elle ce qui fait marcher une boîte de nuit ?

- Je ne crois pas qu'une jolie femme qui danse nue sur une scène puisse nuire à mon business, bien au contraire, que tu rétorques avec malice.

Tu lui laisses cependant le choix sur la façon dont elle compensera sa bêtise, bien que tu n'aies pas la moindre envie de lui rendre la vie facile. De fil en aiguille vous en venez à évoquer le sujet des Omégas, et son avis sur la question t'arrache un amer sourire. Ce n'est pas la première fois que tu as ce genre de discussion. Tu te souviens de celle que vous avez eue, un jour, Nicholas et toi, alors que tu l'imaginais parfaitement dans le rôle de l'Oméga – en tout cas, avant d'apprendre qu'il était ton cousin. La mine partagée entre mélancolie et joie, tu finis par reporter ton attention sur la demoiselle afin de lui faire part de ce que toi tu penses des Omégas :

- Ne va pas croire que vous êtes ignorés par vos semblables, c'est même tout l'inverse. Tout loup qui prétend ne pas avoir besoin de vous est un menteur. Une meute sans Oméga, c'est une meute soumise à ses instincts les plus dangereux. C'est grâce à vous que la meute parvient à se civiliser, en très grande partie. Alors certes, vous n'êtes pas bien forts, pas bien puissants, mais vous êtes ceux que nous devons le plus protéger. Quoi qu'il arrive. – Tu esquisses un léger sourire, l'air amusé par la tournure que prend votre échange. – En fait, nous ressentons un profond respect pour ceux qui endurent ce rôle par choix. Certes, la haine est le maître mot quand il s'agit d'une sanction, quand l'Oméga l'est par punition, mais pour toutes ces familles qui le sont depuis plusieurs générations, ce n'est qu'un privilège de vous avoir parmi nous.

Sans Oméga, une meute ne serait qu'anarchie sur fond de violence.



esprit sauvage


Resistance
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Lun 26 Juin - 20:06


Brynhild K. Odegard
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Sigvard ▹ PSEUDO : Ana-As ▹ EMPREINTES : 112 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 31/05/2017 ▹ AGE DU PERSO : 28 ▹ LOCALISATION : Perdue sous une montagne de feuilles ou le museau dans la neige, un amas de louveteau sur elle ▹ HUMEUR : Joyeuse, probablement en train d'éclater de rire pour l'une de ses nombreuses conneries du jour

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



 « Je ne crois pas qu'une jolie femme qui danse nue sur une scène puisse nuire à mon business, bien au contraire. » Elle braqua son regard vers lui à ses paroles, un éclat surpris s'illumina dans l'iris de ses pupilles. Elle ne s'était pas attendue à ces mots-là. Pourtant, soudainement elle revoyait l'immense pièce centrale de la discothèque, où en effet des femmes dansaient sensuellement sur des plateformes surélevées. Elle n'était pas pudique, comme beaucoup de né-loup. Et elle n'avait pas été choqué, cependant elle ne s'était pas attendue à une telle envie de la part du loup brun… Bien qu'elle commençait à voir l'homme d'affaire en face d'elle. « J'ai le droit de choisir ma chanson ? » Demanda-t-elle en se pinçant légèrement les lèvres avant de rapidement ajouter. « Et c'est quoi l'autre solution ? » Elle voulait connaître l'ensemble des options qui s'offraient à elle. Étant de nature joueuse, les défis ne lui faisait pas vraiment peur… Danser devant une immense foule ne serait qu'une de plus dans sa liste.

Après la surprise qui s'était gravée sur les traits de son visage, l'étonnement se dessina au fur et à mesure de ses paroles concernant sa vision des Oméga. Elle ne chercha même pas à masquer ses émotions, tant bien même arriverait-elle un jour à les cacher totalement. Jamais elle n'était cru entendre de tels mots de ses lèvres, car c'était une vision qui semblait se perdre selon elle… Peut-être pas des hauts rangs, là avait-il été son erreur. « Brage avait aussi ce discours-là... » marmonna-t-elle dans un souffle presque inaudible. « Dans ce cas, qu'est-ce que je peux bien risquer de jouer avec un mâle comme toi ? » Dit-elle avec amusement avant de terminer son verre dans le même élan de gourmandise qu'à sa première gorgée. Elle lança un regard légèrement attristée vers le fin de son verre, avant de se mordiller la lèvre inférieure en demandant d'une petite voix « Je peux en avoir d'autre ? J'ai jamais goûté un vin blanc aussi délicieux… »
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 29 Juin - 12:52


Raphaël Tveit
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Kateleyä L. Avellaneda, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Njüt ▹ EMPREINTES : 593 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 14/09/2015 ▹ AGE DU PERSO : 30 ▹ LOCALISATION : Occupé avec la gestion de mon business ▹ HUMEUR : Indéfinissable

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quand la lumière rencontre le monde de la nuit
Ft. Brynhild K. Odegard



- J'ai le droit de choisir ma chanson ?

Tu étouffes un rire, n'en revenant pas que la demoiselle te prenne au mot. Où a bien pu passer son second degré ? Fort heureusement, elle n'en reste pas là et demande toute de même s'il existe une autre solution, ce à quoi tu réponds par un acquiescement de tête évasif. Évidemment, il y a toujours une autre solution, quel que soit le problème que vous rencontrez. C'est en tout cas l'un des credo que tu appliques à la lettre, en toute circonstance, ce même dans les pires situations – ou du moins : c'est ce que tu tentes de faire. Avec les Argents, ton credo s'est effrité, s'est perdu, car où que tu regardes, tu as l'impression que tout mène droit dans une impasse.

Va donc savoir comment, ou pourquoi, mais de fil en aiguille votre conversation vous mène à « théoriser » la fonction des Omégas. Le portrait qu'en dépeint Brynhildr te paraît bien trop pessimiste, d'autant plus qu'il ne correspond absolument pas à la vision que tu en as. Fou celui qui croit qu'une meute peut survivre sans ! Alors, tandis que tu expliques ce que toi, tu ressens, à leur égard, le visage de la jeune fille se métamorphose peu à peu. À vrai dire, il n'a jamais été très difficile que de lire les émotions de la jolie blonde, notamment parce qu'elle ne prend jamais la peine de les dissimuler – tout ton contraire, en somme. De la crainte, à l'intérêt, en passant par la surprise, tout se perçoit à chacun de tes mots, quels qu'ils soient, à tel point qu'il en devient – parfois – difficile de retenir l'envie de rire qui te prend aux tripes. Brynhildr ne ressemble à aucune des louves que tu connais. D'habitude si « fortes », si « indépendantes », si « dominantes »... Eh bien tout change avec la jeune fille. Tu pourrais aisément devenir le dominant, ce qui, disons-le franchement, est mortellement ennuyant à tes yeux. Tu as toujours préféré les rapports de force dans un couple. Tu trouves qu'il n'y a rien de mieux pour attiser la flamme que deux loups qui tentent de dominer l'autre même si, à ce jeu-là, les femelles en ressortent quasiment toutes grandes gagnantes.

- Dans ce cas, qu'est-ce que je peux bien risquer, de jouer avec un mâle comme toi ?
- D'attiser ma colère, réponds-tu du tac au tac, une lueur froide au fond des yeux. Je ne suis pas vraiment connu pour ma patience, j'imagine que tu t'en doutes. Autant je peux supporter l'insubordination de quelques rares loups, ici ou là – très, très, très rarement –, autant j'ai beaucoup de mal avec les manques de respect quotidiens de certains autres loupsComment ça tu parles des Helström ?, force est donc de constater que tu as une chance inouïe d'être tombée sur un de mes bons jours. Disons que je pardonne tes écarts de conduite uniquement parce que je sais que tu ne penses qu'au bien d'Edwina. Or, même si ça peut paraître incroyable à tes yeux, c'est également mon cas.

Et c'est en même temps un impossible problème à tes yeux, car ta relation avec Olena s'en est retrouvée singulièrement esquintée. Parfois, tu te demandes si tu as bien fait de lui présenter tes excuses. Après tout, qu'y as-tu gagné ? Une « camarade » qui, même si elle n'en montre rien à ses semblables pour te faciliter la vie, ne cessera jamais de douter de toi – elle te l'a dit elle-même, après tout. Ce que tu as perdu ? Une « amie » qui te faisait confiance, un peu, notamment parce que vous aviez longtemps été sur la même longueur d'onde. Résultat, te voilà dans une situation inextricable. Tu voudrais pouvoir « confier » tes doutes à l'égard d'Olena à sa sœur... Tu voudrais. Le hic, c'est qu'Edwina est une femme, qu'elle pourrait très bien ne pas supporter l'idée qu'un mâle se la joue protecteur, encore plus si c'est toi le mâle en question ; et l'autre hic, c'est qu'Olena est sa sœur, que les Blonds considèrent la famille comme ce qu'il y a de plus sacré à leurs yeux. Alors, qu'un type comme toi puisse l'ouvrir et accuser l'une des leurs de trahison ?! Invraisemblable.

Ressassant une énième fois les mêmes pensées, t'aurais presque pu sursauter lorsque Brynhildr t'a demandé un autre verre. Tu te contentes néanmoins d'esquisser un vague sourire et de t'exécuter, remplissant une deuxième fois le ballon sans mot dire. Tu hésites. Tu as bien une idée mais tu t'interroges sur les bons fondements de celle-ci, bien qu'à en croire le comportement de Brynhildr, vos intérêts pourraient – plus ou moins – se rejoindre sur ce point. Alors, même si tu sais que tu prends un risque, tu oses finalement l'interroger d'un ton léger, presque indifférent :

- Suis-je le seul loup qui ne soit pas Argent que tu espionnes, parfois ? Pour le bien d'Edwina ?



esprit sauvage


Resistance
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
puisses-tu courir sous la Lune






Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la lumière rencontre le monde de la nuit - Raphaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LOU ♣ Je suis pessimiste quand je regarde le monde, mais mon système nerveux est optimiste.
» Une nuit irréelle dans un monde trop cruel. '' Lyleïa&Swann "
» Quand la lumière et les ténèbres s'attirent [Solo]
» C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous - Nuit Apocalyptique
» Une âme noire parmi la lumière du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Sud :: Dance on the Moonlight-
Sauter vers: