That solitary moment together ▬ Brynhild
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS EN COURS

Aucun pour le moment, ça ne saurait tarder.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- bêta de la meute brune ici.
- petite soeur portée disparue ici.
- bêta de la meute rousse ici.
- le jouet humain d'une louve ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.

VOTE POUR LE FORUM




 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 That solitary moment together ▬ Brynhild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jeu 29 Juin - 21:47


Solitaires Norvégiens

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : Talim ▹ EMPREINTES : 331 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 29/01/2017 ▹ AGE DU PERSO : 42 ▹ LOCALISATION : Arrivé en Février 2018 à Bergen, il a fui l'Allemagne et son passé. Il vit dorénavant avec Remy, une Humaine dont il a fait la connaissance lors de son voyage jusqu'en Norvège. ▹ HUMEUR : Calme et froid.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Lieu et date du rp : Gullf Jellet - Début Mars 2018
Protagonistes: Brynhild et Grim
Résumé du rp: Rencontre fortuite entre l'Oméga des Blonds et un solitaire.
Actions réalisées au cours de ce rp: A venir.

&

▬ Et tu vas te balader où du coup ? »
▬ Je ne sais pas encore vraiment, je vais sortir de la ville et grimper. Faire un peu de repérage. »

Il s’attendait à ce que Remy lui propose de l’accompagner, de faire la balade tous les deux plutôt que tout seul mais elle replongea dans son roman après un bref hochement de tête. Ils avaient emménagé il y a deux semaines dans un appartement que Grim avait repéré. Son statut professionnel était pour le moment toujours en attente d’un emploi stable mais il avait réussi à ramener un peu d’argent en aidant un homme à couper puis transporter le bois qu’il faisait pousser au fond de son jardin. Le ciel soit loué, il avait des réserves conséquentes sur son compte et la situation n’était toujours pas devenue urgente à ce niveau mais il ne savait que trop qu’il ne fallait pas se fier à l’apparente aisance de sa situation financière. Bientôt il devrait trouver un boulot.
En attendant, il hébergeait Remy qui payait sa part du loyer comme n’importe quelle colocataire honnête. Ils ignoraient combien de temps la situation durerait, Grim avait proposé ce recours en attendant de trouver une meilleure solution, peu certain que la gamine apprécie d’habiter avec un vieux loup taciturne. Pour le moment la cohabitation fonctionnait plutôt bien si l’on exceptait les questions incessantes, le bazar artistique et la capacité merveilleuse de Remy à lui faire perdre patience pour des broutilles. Par exemple, les miettes de chips.
Le loup ne regrettait pour autant pas sa décision de l’accueillir. Elle avait beau être turbulente comme un louveteau (excepté lorsqu’elle se mettait à lire, là la 3ème guerre mondiale pouvait éclater sans souci sous ses fenêtres sans réussir à la tirer de son chapitre), la gamine apportait ce vent tourbillonnant de fraîcheur et d’énergie qui empêchait très souvent le vieux loup de cogiter ou se refermer sur lui-même. Elle n’en avait probablement pas conscience, elle ne savait que peu de choses concernant la raison réelle de la venue de Grim à Bergen. Un des rares domaines en comptant sa lycanthropie où Remy ne posait pas de questions.

Prêt à partir, le loup resta un instant immobile dans la pièce, fixant la gosse allongée dans son canapé, absorbée par sa lecture. S’il claquait la porte, il n’était même pas sûr de les agacer tous les deux. Sentant un curieux besoin de lui dire au revoir avant de partir, l’homme s’avança finalement jusqu’au canapé. La tête de Remy dépassait de quelques centimètres mais elle ne faisait aucunement mine de se retourner. Elle continuait de lire. Hésitant, Grim finit par tendre la main et ébouriffa sa tignasse brune.

▬ A ce soir gamine. » fit-il d’un ton bourru avant de s’esquiver.

Une fois à l’extérieur, il prit sa voiture pour rejoindre la bordure externe de la ville. Il ne prit pas la même route que celle empruntée la première semaine de son arrivée où il avait fait la rencontre de la Guérisseuse de la meute Noire, préférant diriger sa promenade exploratrice vers les montagnes.
Il laissa son véhicule au bout d’un chemin et s’enfonça de deux kilomètres dans la forêt en marchant. Il aurait pu se transformer près de sa voiture et laisser ses affaires dedans mais sa prévoyance naturelle lui dictait de ne pas abandonner ses œufs dans le même panier. Si l’on braquait sa voiture, on n’y trouverait pas grand-chose et certainement pas ses vêtements, indice flagrant qui parlerait à n’importe quel loup ou chasseur et témoignerait de la présence d’un autre loup dans les environs. Mieux valait ne pas clamer sur tous les toits qui était là et quelle était sa nature. Question de précaution.

Une fois assez loin de son véhicule, Grim entreprit de se déshabiller, lançant de temps à autre un coup d’œil aux alentours, attentif. Contrairement à la nuit où il avait failli rester coincé sous forme hybride, la transformation s’opéra souplement. Grim restait précautionneux et alerte, sa mémoire encore sensible au souvenir de la douleur engendrée. Une fois sous forme de loup, sa part humaine se fit plus discrète et le loup chassa de son esprit le souvenir de faiblesse. Inspirant profondément l’air de la forêt, il se laissa gagner par ces sensations qui s’atténuaient sous forme humaine. Remuant les griffes de ses pattes, il évalua l’humidité de l’air en fonction de la fraîcheur de la terre sous ses coussinets. Etant dans un pays nordique, il pouvait sans trop tromper son instinct deviner qu’il avait plu il y a peu et que les averses n’étaient pas terminées pour la journée. Songeant à toutes les odeurs que la pluie faisait émaner du sol, le loup se mit lentement en marche.

Il avança d’abord comme l’aurait fait un humain, regardant où il souhaitait aller sans prêter plus attention au reste. Puis ses sens de loups se placèrent à l’avant-plan, il entendit et sentit plus que ses yeux ne virent. La forêt était calme aujourd’hui. De temps en temps, il entendait au-dessus de lui un oiseau pépier mais cela n’avait rien à voir avec une clairière où les volatiles s’en donnaient à cœur joie. Cela convenait néanmoins au vieux loup, il entendait ainsi mieux la vie de la forêt : le bruissement discret du vent dans les feuilles, le craquement d’un tronc, l’éparpillement furtif des aiguilles de pins au passage d’une belette pressée. Ses pattes à lui produisaient un son doux et mat sur le tapis de la forêt. Il ne pouvait prétendre à plus de silence du fait de sa masse mais conjugué au reste des sons, il était pratiquement invisible. La démarche des loups avait de cela qu’elle était réputée discrète.

Grimpant en pente douce, Grim laissait traîner son museau tantôt face au vent, tantôt près du sol, sur les troncs ou les rochers. Attentif à son environnement, il repérait, délimitait les contours du territoire dans lequel évoluaient les meutes de Bergen. Solskinn était Roi des Loups de Norvège, son territoire était donc bien plus vaste et s’étendait au-delà de la ville mais l’allemand tenait déjà à comprendre comment les meutes se départageait les terrains de Bergen. Forêts et montagnes ne semblaient la propriété de personne en particulier. On y retrouvait les odeurs de toutes les meutes sans qu’une prédomine sur les autres. Plus il montait et moins la trace des meutes se faisait présente.

Bien qu’il grimpe à travers la forêt, le loup tomba à un moment donné sur un sentier étroit de randonnée. Museau au sol, il ne détecta aucune présence récente d’humain ou de loups ayant emprunté la route. Il poursuivit donc son ascension tranquille, accompagné à présent du tambourinement d’un bec de pivert contre un tronc. L’attention détournée par ce son qui lui rappelait les forêts allemandes, le loup freina soudain des quatre pattes et redressa la tête, oreilles et museau pointés vers l’avant, queue à l’horizontale. Un bruit sourd dans les fourrés un peu en contrebas sur sa droite le mit sur ses gardes. Un grondement bref répondit à son silence de statue avant que ne se dresse la silhouette impressionnante d’un ours. Grim n’était pas un petit loup, loin de là mais comparé à un ours dressé fièrement sur ses pattes arrières, il passait pour demi-portion. Conscients de l’inutilité d’un combat quand ni l’un ni l’autre n’agressait le territoire ou la vie de l’autre, les deux géants se jaugèrent dans un concert decrescendo de grondements avant que l’ours ne décrète le buisson de baies plus intéressant qu’un platonique combat d’égo. Grim poursuivit son ascension calmement. Il avait beau mettre potentiellement sa vie en jeu face à un ours d’une telle proportion, il ne pouvait s’empêcher d’admirer le monstre tranquille qu’il représentait. Ce n’était pas la première fois qu’il en rencontrait mais l’effet restait chaque fois inédit : Il se sentait tout petit.

Comme il l’avait pressenti une fois Changé, la pluie fit son apparition. D’abord abrité par le couvert épais des arbres, le loup finit malgré tout par sentir les gouttes tomber de plus en plus sur son pelage sombre. Si l’humidité ne dérangeait guère ses pérégrinations, le grondement du tonnerre au-dessus des arbres l’avertit. Il se laissa deux coups avant de se décider à chercher un abri le temps que l’orage passe. Offrant son museau au filet de vent qui passait entre les gouttes, Grim repéra l’odeur d’un tapis de terre sèche, abrité de la pluie. Trottant dans cette direction, il atteignit l’entrée de ce qui semblait être une grotte. Il s’y enfonça de quelques mètres avant de s’arrêter pour se secouer vigoureusement du museau à la queue, envoyant une nuée de gouttelettes autour de lui. Gonflant légèrement son poil pour lui permettre de sécher plus facilement, le solitaire observa la roche autour de lui, prêtant attention aux odeurs autant qu’aux sons. Par un temps pareil, il doutait être le seul à tomber sur cet abri et mieux valait ne pas tomber sur l’ours de tout à l’heure, les plantigrades étaient rarement partageurs.

Une fois certain d’être seul, Grim s’enfonça un peu plus encore dans la grotte pour finalement trouver un recoin bien sec et confortable où après deux tours sur lui-même, il se coucha, ramenant queue et museau contre ses pattes. Laissant échapper un soupir d’aise, il ferma les yeux et écouta la pluie tomber au dehors et le tonnerre menacer le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
 

That solitary moment together ▬ Brynhild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» En ce moment à la télé...
» Un moment de déprime [Libre]
» Un petit moment de réconfort
» Mash sur direct 8 en ce moment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Les environs :: Gullf Jellet-
Sauter vers: