Quelques paroles suffiront-elles ? •• Katein
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS EN COURS

Aucun pour le moment, ça ne saurait tarder.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- bêta de la meute brune ici.
- petite soeur portée disparue ici.
- bêta de la meute rousse ici.
- le jouet humain d'une louve ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.

VOTE POUR LE FORUM




 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Quelques paroles suffiront-elles ? •• Katein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lun 28 Aoû - 20:44


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Nicky & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 146 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 16/04/2016

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Lieu et date du rp : 5 avril 2018 – en fin d’après-midi; chez kate
Protagonistes: Kate & Stein
Résumé du rp: Discussion après les aveux d'Ed.
Actions réalisées au cours de ce rp: ici

Edwina avait craché le morceau et il n’était pas certain que ce soit vraiment un mal pour un bien. Il n’en savait rien, mais il allait devoir reprendre les choses en mains… en minimum et sans aucun jeu de mots. Il devait avoir cette explication avec Kate. Il tournait en rond chez lui, cherchant comment l’aborder : est-ce qu’il devait aller chez elle ? Est-ce qu’il devait l’inviter ? Est-ce qu’il devait la prévenir ou passer à l’improviste ? Quelle était la meilleure des solutions ? Il ne fallait pas oublier qu’ils allaient partir ensemble dans un pays que le Norvégien ne connaissait pas spécialement et qu’elle serait pendant un temps un de ses seuls repères avec Ed. Il ne voulait pas merder. Il voulait juste qu’ils restent au moins amis... ou au moins s’entendre un minimum sans que leurs discussions de finissent à chaque fois en dispute ! Réfléchir c’était bien, mais lorsque aucune solution n’est vraiment apportée, se bouger un peu les fesses semble, dès lors, quand même une meilleure solution. Il soupira avant de prendre sa veste et de sortir rapidement vers le logement qu’occupait la demoiselle. Il ne savait pas spécialement ce qu’il allait lui dire, il improviserait, de toute manière, il se connaissait, même en préparant un super discours, ça finirait forcément à l’eau… alors autant foncer et aviser un peu plus tard. Qu’est-ce qui pouvait bien lui arriver de toute manière ? S’il faisait attention il devrait arriver à ne pas la mettre trop en rogne… enfin avec elle il pouvait aussi s’attendre à tout. Méfiance, vigilance.

Arrivé devant chez elle, il s’arrêta devant la porte, hésitant sur la conduite à tenir. Frapper. L’appeler quand même avant quitte à partir ? Non cette dernière option était encore plus étrange. Il frapperait, elle lui ouvrirait que si elle le désirait de toute manière. Il inspira un bon coup histoire de rassembler tout son courage et alla donc toquer à la porte de la louve solitaire. C’est Stein ! clama-t-il finalement histoire qu’elle sache qui se trouvait là. Si elle ne voulait pas le voir, au moins elle n’aurait pas à lui fermer la porte sur la tronche. Il entendit rapidement quelques pas provenant de l’intérieur, et bientôt la porte s’ouvrit. Elle était resplendissante comme toujours. Il déglutit difficilement tout en cherchant un peu ses mots. Tu vas bien ? Je ne te dérange pas j’espère ! Il se tut quelques instants, juste assez pour bien marquer une pause, mais pas assez pour lui laisser dire quelque chose, finalement il reprit Est-ce que l’on pourrait parler un peu… tous les deux… sur… sur enfin tout ce qui s’est dit et passé avant-hier. Enfin tout était un bien grand mot, c’était surtout une très petite partie dont il voulait causer, mais probablement qu’elle l’aurait de toute manière bien compris. Il se tut, attendant qu’elle lui propose de rentrer ou qu’elle lui dise d’aller voir ailleurs si elle y était, pour pouvoir rajouter quoi que ce soit…


Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Aoû - 20:46


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Raphaël Tveit, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Kateleyä L. Avellaneda ▹ EMPREINTES : 965 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 01/08/2015 ▹ AGE DU PERSO : 29 ▹ LOCALISATION : Au journal ▹ HUMEUR : Indomptable, vengeresse, aussi aimable qu'une porte de prison

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quelques paroles suffiront-elles?
Stein Aune & Kateleyä L. Avellaneda


Serait-il dit que vous fassiez mourir
le Juste avec le méchant ?


Genèse.

[…]

Cependant sous les flots montés également
Tout avait par degrés disparu lentement :
Les cités n’étaient plus, rien ne vivait, et l’onde
Ne donnait qu’un aspect à la face du monde.
Seulement quelquefois sur l’élément profond
Un palais englouti montrait l’or de son front ;
Quelques dômes, pareils à de magiques îles,
Restaient pour attester la splendeur de leurs villes.
Là parurent encore un moment deux mortels :
L’un la honte d’un trône, et l’autre des autels ;
L’un se tenant au bras de sa propre statue,
L’autre au temple élevé d’une idole abattue.
Tous deux jusqu’à la mort s’accusèrent en vain
De l’avoir attirée avec le flot divin.

« Le Déluge », in Poèmes antiques et modernes by Alfred de Vigny


Depuis son entrevue avec Edwina et Stein, Kateleyä n’avait eu de cesse que de courir çà et là sur tout le territoire norvégien. Répandant son odeur partout, diffusant ses traces partout, feignant d’agir comme une louve parfaitement normale qui se plaisait à chasser quand l’envie lui prenait. Elle avait également pris contact avec Tomas, le youtuber de Bergen, sans trop savoir ce qu’il penserait de sa proposition. Désormais, elle végétait dans son appartement, profitant d’un moment de calme pour scruter les offres de billet pour leur départ, sans encore penser réserver puisqu’il lui fallait attendre le feu vert de l’Alpha blonde. Si elle avait songé à Stein ? À ses sentiments pour elle ? Pas une seule seconde. En vérité, la jeune femme avait décidé qu’elle écarterait absolument tout sujet susceptible de contrarier ses pensées afin de s’épargner la peur d’un voyage en compagnie d’amis imprévus. Alors, quand la voix d’un blond – et pas n’importe lequel – retentit à sa porte, la jolie donzelle eut bien du mal à ravaler sa salive.

Avait-elle envie de cette confrontation ?

Maintenant ?

Les lèvres sèches, elle referma l’écran de son ordinateur avant de se mettre à faire les cent pas dans son appartement. Évidemment, le loup voulait « parler ». « Parler » de ce que la belle Edwina avait révélé. Bien sûr. Le problème, c’est qu’elle n’avait aucune envie de se lancer dans une relation quelle qu’elle fût. Qu’elle ne pouvait pas répondre à ses attentes. Et surtout, avait-elle envie de l’entendre dire qu’il l’attendrait ? Qu’il patienterait le temps nécessaire pour qu’elle acceptât d’envisager ne serait-ce qu’un instant la possibilité qu’ils construisissent quelque chose ensemble ? Tous les deux ?! Elle n’en savait rien. Foutrement rien. Mais quelle idée aussi ! Elle se lançait dans un combat dangereux, pour ne pas dire « mortel », et voilà que Monsieur Aune se pointait avec une histoire d’amour sous le bras ! Elle grimaça, se mit à frotter nerveusement ses tempes, songeant soudain que si elle n’était même pas capable de faire face à ce genre de situation, son courage était tombé bien bas. Trop bas.

Elle déglutit, jeta un énième coup d’œil à la porte d’entrée et suçota son index, l’air tétanisé à l’idée de devoir parler. Pourtant, quelque chose lui murmurait que jouer la morte ne ferait que retarder l’inévitable. Ils allaient voyager ensemble. Elle allait plaider sa cause pour intégrer la meute – ce qu’elle avait déjà fait en vérité, ne réussissant pour le moment qu’à récolter un interrogatoire salé de la part de Connor, qui n’avait pas oublié son histoire avec Cael le Maudit. Elle soupira, souffla, inspira, jusqu’à se presser dans sa cuisine pour s’y préparer un café. Occuper ses mains. Qu’elles ne tremblassent plus.

— C’est bon ! Entre !

Au moins, elle repoussait – un peu – l’inévitable puisqu’il faudrait à Stein le temps de la rejoindre dans la pièce. D’accord. Trente secondes. Que dalle pour certains, encore moins pour elle, évidemment, vu qu’elle appréhendait cette rencontre.

[HRP : Pour la tenue de Kate Razz ICI ]


La curiosité est un vilain défaut


    BITCH PLEASE,I'M FABULOUS. « So we can take the world back from the heart-attacked, One maniac at a time we will take it back... You know time crawls on when you're waiting for the song to start, So dance alone to the beat of your heart! Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out? I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix, Wearing our vintage misery. No, I think it looked a little better on me, I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix... Put on your war paint! »
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Sep - 13:42


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Nicky & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 146 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 16/04/2016

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Que tout cela était compliqué, comme pas mal de problèmes de cœur probablement. Il n’en savait trop rien au final… et puis, leurs cas étaient différents, ne serait-ce que par leur deux natures lupines, et par rapport à ce qu’elle allait faire là-bas, sur l’autre continent. Des choses qui allaient bien changer leur vie… mais ce n’était pas le moment de se laisser aller ! Il ne fallait pas qu’il se laisse aller, il fallait qu’il se montre digne face à ELLE. Se passant une main dans les cheveux il attendit sagement qu’elle l’invite à entrer –ou pas-. Il tenta de ne pas trop la fixer dans les yeux, ça pourrait être mal venu, mais en même temps regarder le sol montrerait une faiblesse, regarde entre les deux ferait de lui un pervers. Ce n’était pas simple, si bien qu’il tenta de fixer son visage mais de manière pas trop insistante ! Ce n’était pas franchement, mais probablement qu’il y arriva étant donné qu’elle l’invita à entrer ! Merci ! souffla-t-il doucement avant d’entrer rapidement de peur qu’elle ne change d’avis. De toute manière, une fois là-bas… elle ne pourrait pas trop l’éviter. Le temps qu’elle le rejoigne –lui était arrivé rapidement, elle lentement- il inspira un bon coup histoire de… et bien de prendre son courage à deux mains tout simplement ! C’était forcément lui qui allait prendre la parole et il ne savait pas comment aborder tout ça… probablement qu’il fallait y aller en douceur. Il se racla un peu la gorge avant de souffler, d’une petite voix J’espère que tu vas bien ! En tout cas elle n’avait pas l’air d’aller très mal, c’était ça… Léger sourire avant qu’il reprenne un peu plus fort, comme s’il était plus sûr sur lui mais ce n’était pas réellement le cas. Jouer avec les apparences pour sauver ces dernières. Je… On a pas pu parler après… après tout ça, du coup je venais un peu aux nouvelles. Savoir, si tu avais besoin d’aide pour préparer des choses, ce genre de chose. Ouais, niveau soft, on ne pouvait pas faire mieux, mais peut-être que c’était justement un peu trop soft, mais il verrait rapidement à la réponse de la jeune femme de toute manière, elle n’était pas connue pour avoir la langue dans sa poche ! Il se passa une main dans les cheveux mais ne rajouta rien d’autre. Cette fois, maintenant qu’il était à l’intérieur, il pouvait regarder les meubles, le rangement pour éviter de trop la regarder dans les yeux, pour éviter de trop la gêner. Ce n’était pas une solution en or, mais c’était probablement beaucoup mieux qu’autre chose !


Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep - 16:12


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Raphaël Tveit, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Kateleyä L. Avellaneda ▹ EMPREINTES : 965 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 01/08/2015 ▹ AGE DU PERSO : 29 ▹ LOCALISATION : Au journal ▹ HUMEUR : Indomptable, vengeresse, aussi aimable qu'une porte de prison

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quelques paroles suffiront-elles?
Stein Aune & Kateleyä L. Avellaneda


Agir de façon totalement indifférente, ne rien laisser transparaître.

Telle était là la volonté de Kateleyä alors qu’elle mettait en place un filtre dans sa cafetière. Elle n’avait pas la moindre envie de donner quelconque espoir à Stein concernant leur relation, tout simplement parce qu’elle estimait que ses choix devaient la conduire tout droit à mener une envie remplie de dangers qu’elle n’était pas prête à partager avec qui que ce soit, surtout pas un Maudit qui vivait suffisamment dangereusement comme ça. Alors, la mine fermée, elle ajouta son café moulu dans le filtre, ferma le boîtier prévu à cet effet et, enfin, lança la machine. Ce fut le moment que choisit Stein pour s’inviter dans la cuisine, un Stein dont elle ressentait le malaise à des kilomètres malgré son absence de don d’empathie – à croire qu’elle était une foutue blonde à ses heures perdues. Elle s’efforça de maintenir son apparente sérénité, se tournant lentement vers le blondinet afin de lui adresser ce qui devait ressembler à un sourire courtois.

Elle acquiesça lorsqu’il lui demanda si elle allait bien, sans mot dire, attendant plutôt qu’il abordât le sujet qui fâche. Ce foutu sujet qui risquait fort de pourrir leur voyage aux States, sans oublier toute éventuelle « relation cordiale » avec Connor lorsqu’ils auraient atterri là-bas ; elle lui avait évidemment dissimulé les sentiments du charmant blond pour elle, ne tenant franchement pas à déclencher une Troisième Guerre Mondiale à Harlem lorsqu’ils y seraient.

Alors, elle inspira profondément avant de se jeter à l’eau :

— Il ne se passera rien, Stein.

Elle esquissa un sourire désolé, sans perdre pour autant son assurance.

— Je ne veux pas t’entendre dire que tu attendras que je sois prête à m’engager dans une nouvelle histoire, parce que ça n’arrivera pas. Je n’y suis pas prête. Et je ne le serai pas. – Elle marqua une courte pause, glissa une mèche de cheveu derrière son oreille. – Toi et moi nous savons très bien que ce que je compte faire me contraindra à vivre une vie dont tu ne veux pas, de toute manière. Alors… Alors je te propose d’oublier ce qu’Edwina m’a dit, de faire comme si ça n’était jamais arrivé, et de simplement rester amis.


La curiosité est un vilain défaut


    BITCH PLEASE,I'M FABULOUS. « So we can take the world back from the heart-attacked, One maniac at a time we will take it back... You know time crawls on when you're waiting for the song to start, So dance alone to the beat of your heart! Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out? I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix, Wearing our vintage misery. No, I think it looked a little better on me, I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix... Put on your war paint! »
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Sep - 15:34


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Nicky & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 146 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 16/04/2016

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Ca ne devait quand même pas être compliqué d’établir quelque chose qui ressemblerait à une « vraie » conversation, n’est-ce pas ? Le tout était de savoir comment aborder la chose, comment ne pas la blesser, ou la faire sortir de ses gongs. Il ne savait plus quoi faire avec elle, alors il tenta, la première chose qui lui vint à l’esprit ! La réponse ne tarda pas à arriver, mais malheureusement elle n’était franchement pas celle qui l’attendait, mais elle avait le mérite d’être clair. Il se tut, se refrogna légèrement. D’accord, c’est bon, il avait compris qu’il ne se passerait rien. Il venait juste en paix, il venait juste reparler de tout cela et il était un grand garçon qui pouvait comprendre qu’elle préférait qu’ils restent amis ! Enfin, en théorie du moins. Il ouvrit la bouche une première fois avant de la refermer, quelques secondes passèrent et il la rouvrit tout en acquiesçant doucement et cette fois-ci il trouva le « courage » de répliquer quelque chose

Je ne comptais pas vraiment dire ça… je voulais juste que l’on en parle, tranquillement, mais visiblement tu préfères que l’on s’arrête dès à présent. J’ai bien compris le message, on reste juste amis, je ne dois rien attendre de toi. Ca marche.

Enfin, ça marchait à moitié, mais il n’avait pas le choix et il ne voulait pas non plus être lourd, pour lui faire comprendre qu’il n’était pas d’accord avec elle, il n’allait pas argumenter encore et encore. Si elle voulait changer d’avis, elle le ferait toute seule comme une grande. Tout cela avait jeté un petit froid dans la conversation, mais ils allaient pouvoir faire avec sans trop de souci, n’est-ce pas ?

Tu n’as dons pas répondu réellement à ma question, est-ce que tu as besoin d’aide pour quelque chose ? Pour des préparatifs, ou je ne sais pas quoi …

Elle allait probablement finir par le foutre à la porte, mais au moins, il aurait essayé ! De quoi aurait-elle besoin d’ailleurs, elle pouvait plier son linge et ses petites culottes, seule, comme une grande, c’était quand même un peu stupide ce qu’il venait de dire !


Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Sep - 17:09


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Raphaël Tveit, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Kateleyä L. Avellaneda ▹ EMPREINTES : 965 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 01/08/2015 ▹ AGE DU PERSO : 29 ▹ LOCALISATION : Au journal ▹ HUMEUR : Indomptable, vengeresse, aussi aimable qu'une porte de prison

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quelques paroles suffiront-elles?
Stein Aune & Kateleyä L. Avellaneda


Au moins, les choses étaient dites. On ne pourrait pas lui reprocher d’avoir manqué de clarté avec lui. Un sourire aux lèvres, Kateleyä récupéra son café et se tourna vers lui. Du coin de l’œil, elle étudia ses réactions, ses postures, tout. D’une certaine manière, elle avait besoin de s’assurer qu’il ne jouait pas les mecs qui encaissaient le râteau facilement alors qu’il n’en était rien. Ceci dit, pas besoin d’être devin pour se rendre compte que Stein vivait mal son rejet. Il aurait pu l’écrire sur son front que ça n’aurait strictement rien changé. Elle leva les yeux au ciel, sirota son café en essayant de se donner un peu de courage. Puis, en parfaite hôtesse, elle lui proposa quelque chose à boire, ignorant par la même occasion ce qu’il avait pu lui dire. Il pouvait mentir à qui il voulait, certainement pas à elle. De l’aide ? Un prétexte, ni plus ni moins, même si elle voulait bien croire qu’il l’offrait sincèrement. Et sans la moindre arrière-pensée.

— Ce n’est pas la première fois que je prépare un voyage, ne t’inquiète pas, souffla-t-elle, masquant mal son exaspération.

Sans savoir s’il voulait bel et bien boire quelque chose, elle retourna dans son salon afin d’y récupérer une bouteille de whisky. Elle s’en servit un verre, en remplit un pour lui de la même façon et l’invita à trinquer, sourire aux lèvres.

— As-tu déjà visité les States ?


La curiosité est un vilain défaut


    BITCH PLEASE,I'M FABULOUS. « So we can take the world back from the heart-attacked, One maniac at a time we will take it back... You know time crawls on when you're waiting for the song to start, So dance alone to the beat of your heart! Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out? I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix, Wearing our vintage misery. No, I think it looked a little better on me, I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix... Put on your war paint! »
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Oct - 16:46


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Nicky & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 146 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 16/04/2016

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Il devait bien se tenir malgré tout, même si c’était compliqué pour lui. C’était un risque à prendre, au moins les choses étaient claires à présent, il n’avait plus qu’à faire avec. Il n’avait pas franchement le choix de toute manière… Il lui faudrait peut-être un peu de temps mais en attendant ce n’était pas son genre de lui tirer la tronche. Elle avait tout à fait le droit de ne pas trop l’apprécier, c’était le genre de chose que l’on ne commande pas. Il avait donc tenté une autre « approche » si l’on peut dire ça comme ça histoire de ne pas perdre totalement la face en lui proposant son aide, même s’il se doutait qu’elle lui dirait non. Pourquoi est-ce qu’elle aurait besoin de lui de toute manière ? Ce n’était qu’un sac à préparer. Il regarda le verre de Whisky qu’elle lui servit, allait lui rappeler que lui, contrairement à elle pouvait être bourré mais il jugea que c’était finalement inutile ! Il trinqua Hum, non je ne suis jamais réellement sorti de Norvège tu sais, c’est pas trop pour moi les voyages. être enfermé dans un avion de longues heures pouvait potentiellement s’avérer dangereux, enfin du moins il y a quelques années, avec le temps il se contrôlait mieux et la présence d’Edwina aiderait également pas mal ! Il lui aurait bien dit qu’il avait vu plein de séries américaines et qu’il voyait donc à quoi ça ressemblait, mais il trouvait que cela était quand même un peu trop réducteur. ça sera donc une grande première… il faut bien découvrir de nouvelles choses de temps en temps ! J’espère que ça me plaira là-bas. Même s’il en doutait franchement, il était dans sa bergen natale ! Mais ça non plus il préférait ne pas trop le dire, comme pour le reste il s’y habituerait… et avec un peu de chance il aurait quand même de bonnes surprises. Le futur leur dirait….


Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Oct - 12:00


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Raphaël Tveit, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Kateleyä L. Avellaneda ▹ EMPREINTES : 965 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 01/08/2015 ▹ AGE DU PERSO : 29 ▹ LOCALISATION : Au journal ▹ HUMEUR : Indomptable, vengeresse, aussi aimable qu'une porte de prison

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quelques paroles suffiront-elles?
Stein Aune & Kateleyä L. Avellaneda


La mine rayonnante, Kateleyä vida son verre d’une traite, comme s’il était tout à fait normal que de trinquer avec un « ami » amoureux. Si la situation la mettait dans l’embarras, la métisse se faisait un devoir de n’en rien montrer, aussi bien par respect pour lui que par arrogance – déplacée. Bien qu’elle ne l’avouât pas, la brune était flattée par l’intérêt qu’il avait pour elle ; après tout, depuis la mort de son fils, elle n’avait jamais pensé qu’un homme pourrait de nouveau éprouver de l’affection pour elle – il allait sans dire qu’avec son foutu caractère de merde, ça lui paraissait même complètement inconcevable.

Ne l’avait-elle pas traité comme un moins que rien, pourtant ?

Elle arqua un sourcil interloqué à cette pensée, avant que de faire tomber ses beaux yeux sur lui. Qu’est-ce qu’il pouvait bien lui trouver ? N’avait-elle pas pris soin d’être… d’être littéralement imbuvable pour la gente masculine ET féminine ? Peut-être était-il un peu masochiste ? Un sourire aux lèvres, elle songea que ce devait forcément être ça. Stein était du genre à aimer souffrir. D’une certaine manière, elle pourrait y trouver son compte. Non ? Non. Elle ne devait pas s’abaisser à ce genre de comportement, encore moins avec ce qu’elle comptait faire. Même si c’était tentant. Très tentant. N’avait-elle pas choisi d’arrêter d’agir comme une garce ?

Toute à sa réflexion, la donzelle se resservit un verre en écoutant d’une oreille des plus distraites ce qu’il avait à répondre quant à leur voyage aux States.

— J’ai toujours pensé que tu t’empêches trop de vivre, répliqua-t-elle d’un ton amusé. À trop vivre dans la peur, tu passes à côté de belles expériences ; j’espère bien que Connor arrivera à te faire dépasser cet état d’esprit. Quoique… tu préféreras sans doute lier connaissance avec d’autres Maudits. Ils sauront certainement mieux y faire avec toi que lui, puisqu’ils ont l’habitude. N’est-ce pas ?



La curiosité est un vilain défaut


    BITCH PLEASE,I'M FABULOUS. « So we can take the world back from the heart-attacked, One maniac at a time we will take it back... You know time crawls on when you're waiting for the song to start, So dance alone to the beat of your heart! Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out? I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix, Wearing our vintage misery. No, I think it looked a little better on me, I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix... Put on your war paint! »
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Oct - 11:12


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Nicky & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 146 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 16/04/2016

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Allez de l’avant.  Après tout ce n’était pas si grave que cela ce qu’elle avait dit/fait. C’était son droit le plus strict, ses sentiments. Blessant peut-être, mais il avait connu tellement pire. Ce n’était qu’un rejet de plus, mais elle au moins le respectait un minimum… enfin disons un peu plus que beaucoup !  Il écouta attentivement  ce qu’elle disait, avant d’hausser les épaules rapidement Je ne m’empêche pas de vivre, je fais juste ce qu’il faut pour survivre Kate, il y a une grande nuance là-dessus quand même ! Mon grade dans la Blonde plus mon statut de maudits ne me laissent pas non plus réellement une grande marge de manœuvre. Et j’ai juste appris à vivre avec !   C’était un fait, pas une plainte.  Il aurait bien voulu lui répondre qu’à trop penser au passé, elle pouvait aussi passer à côté de belles expériences, mais il jugeait que cela ne ferait pas avancer les choses et il n’avait par ailleurs pas envie de la blesser. Et qu’est-ce Connor à voir là-dedans, je ne suis pas certain de bien comprendre où tu veux en venir exactement ! ajouta-t-il en fronçant les sourcils. Peut-être que je me lierai avec d’autres maudits… peut-être avec d’autres personnes, je ne suis pas non plus exclusif ! Il n’aimait que moyennement ses propos et ses insinuations, ce n’était pas par ce qu’il était un maudit, que les loups comme « lui » sauraient mieux y faire. De toute manière, il était claire que celle qui savait mieux le prendre c’était Edwina vu qu’elle le connaissait par cœur, et ce, sans aucun sous-entendu. Il soupira doucement avant de se passer une main dans les cheveux Pourquoi est-ce que tu remets toujours tout à Connor ? SAINT CONNOR de merde. Qu’il aille se faire foutre et empapaouater chez les grecs. Qu’est-ce que cela l’agaçait lorsqu’elle agissait comme ça !  Il devait se calmer, il ne le connaissait même pas, cela l’irritait d’autant plus que ce pauvre Connor ne lui avait rien fait et que c’était juste de la jalousie, de la connerie et surtout de l’incompréhension sur le pourquoi elle agissait comme ça avec lui.


Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Oct - 15:04


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Raphaël Tveit, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Kateleyä L. Avellaneda ▹ EMPREINTES : 965 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 01/08/2015 ▹ AGE DU PERSO : 29 ▹ LOCALISATION : Au journal ▹ HUMEUR : Indomptable, vengeresse, aussi aimable qu'une porte de prison

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quelques paroles suffiront-elles?
Stein Aune & Kateleyä L. Avellaneda


Déni. Capacité sidérante qu’ont certaines personnes à nier l’évidence. Or, en matière de déni, Kateleyä jugeait que Stein détenait la Palme d’Or. Ce type avait l’art et la manière de contester chaque vérité qu’on pouvait lui dire sans même s’en rendre compte. À quand pouvait bien remonter la dernière fois qu’elle l’avait entendu rire de quelque chose ? Quand l’avait-elle vu agir déraisonnablement ? Jamais. Tout simplement. Jamais elle n’avait perçu autre chose chez ce gars que sa voix monotone – parfois bougonne –, alors comment aurait-elle pu le croire lorsqu’il affirmait savoir profiter de la vie ? Même son « espionnage » foireux avait quelque chose de raisonnable, quand on y réfléchissait bien. S’il ne s’était pas inquiété pour les siens, l’aurait-il suivie comme il l’avait fait ? Elle était convaincue du contraire.

— […] Et j’ai juste appris à vivre avec !

Sur ce point, elle parvenait à entrevoir un soupçon de vérité derrière sa mauvaise foi. Après tout, elle ne prétendait pas tout comprendre du fonctionnement des Maudits, de ce qu’ils vivaient au quotidien. Elle n’était pas Alpha. Elle n’était même pas Beta ou Gamma. Elle n’était rien d’autre qu’une foutue solitaire qui n’aspirait pas à grand-chose d’autre que de témoigner.

— Et qu’est-ce que Connor a à voir là-dedans, je ne suis pas certain de bien comprendre où tu veux en venir exactement ! Peut-être que je me lierai avec d’autres maudits… peut-être avec d’autres personnes, je ne suis pas non plus exclusif !

La jeune femme se contenta de rester silencieuse. La mine déçue. Sans s’en rendre compte, Stein prouvait lentement mais sûrement qu’ils ne pourraient jamais être de simples amis.

— Pourquoi est-ce que tu remets toujours tout à Connor ?
— Pourquoi est-ce que je ne peux pas te parler de tout et de rien sans devoir me justifier ? répliqua-t-elle d’une voix acerbe. C’est le principe d’une conversation entre amis, Stein. Comment vas-tu faire quand nous serons aux States et que tu me verras plaisanter avec lui si ça te met dans tous tes états à chaque fois ? Comment vas-tu faire quand il voudra t’aider comme il le fait avec tous les Maudits de sa meute ? Dis-moi Stein ? Vas-tu crever de jalousie H24 ou puis-je compter sur toi pour que ça n’arrive pas ?

Les traits gagnés par l’anxiété, la brune les resservit tous les deux d’une bonne dose de whisky, comme si son goût amer pourrait faire passer celui de l’amertume qui lui pesait sur le cœur.


La curiosité est un vilain défaut


    BITCH PLEASE,I'M FABULOUS. « So we can take the world back from the heart-attacked, One maniac at a time we will take it back... You know time crawls on when you're waiting for the song to start, So dance alone to the beat of your heart! Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out? I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix, Wearing our vintage misery. No, I think it looked a little better on me, I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix... Put on your war paint! »
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Nov - 13:03


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Nicky & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 146 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 16/04/2016

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Pourquoi est-ce qu’elle ne semblait pas comprendre que l’on s’habituait à tout ? Pourquoi est-ce que cela semblait si exceptionnel ce lui qu’il disait pour qu’elle ne le croit pas ? Après tout, elle ne le connaissait pas tellement, comment est-ce qu’elle pouvait mettre sa parole en doute ? Et elle prononça de nouveau un nom, toujours le même au final, et il ne put s’empêcher d’exprimer sa mauvaise humeur/foi. Pourquoi est-ce qu’elle ne pouvait pas simplement parler de la mute plutôt que de Connor ? C’était franchement irritant, tout comme croire qu’il n’était bon qu’à se lier avec d’autres maudits !

Pourquoi est-ce que je ne peux pas te parler de tout et de rien sans devoir me justifier ? C’est le principe d’une conversation entre amis, Stein. Comment vas-tu faire quand nous serons aux States et que tu me verras plaisanter avec lui si ça te met dans tous tes états à chaque fois ? Comment vas-tu faire quand il voudra t’aider comme il le fait avec tous les Maudits de sa meute ? Dis-moi Stein ? Vas-tu crever de jalousie H24 ou puis-je compter sur toi pour que ça n’arrive pas ?


La réponse de la métisse ne le surprit qu’à moitié et il ne pouvait qu’elle n’avait pas tort… mais elle abusait quand même de ne parler que de Lui, alors que la meute devait être beaucoup plus importante qu’un seul individu. Mauvaise foi ? Non, point du tout, juste réaliste !  mais en soit, il ne savait pas comment il allait réagir à quoi qu’elle parlerait à l’autre abruti qu’il n’aimait déjà pas… avec un peu de chance dans les jours qui passaient, il arriverait à se faire à l’idée histoire de ne pas trop mal le vivre, mais cela semblait assez mal parti. De toute manière, il n’aurait pas d’autres choix que… de faire avec à défaut de bien le vivre ou de l’accepter. Il verrait bien le moment venu de toute manière, n’est-ce pas ? Il lui aurait bien expliqué que Edwina saurait très bien s’occuper de lui sans qu’elle ait besoin de quelqu’un d’autre, il sut que c’était une mauvaise idée et une ligne à ne pas franchir, du moins pas pour le moment, alors il se contenta d’inspirer profondément et de se contenter de répliquer :

On verra bien à se ce moment-là et ne t’inquiètes pas, je montrerai sage. Je te l’ai dit je m’y ferai… mais si on parle de tout et de rien, pourquoi à chaque fois cela tombe sur Connor, alors que tu sais que c’est encore un sujet sensible chez moi ? avait-il répliqué doucement.

C’était bien beau de lui faire la parole, elle avait raison de remettre les points sur « i » mais en même temps, lui, il ne lui serait jamais venu à l’idée, alors qu’il y avait tant de sujets de parler de quelque chose qui aurait pu la blesser d’une quelconque manière.

Et même si je crève de jalousie H-24 qu’est-ce que ça peut te faire Kate ? Ce sont mes sentiments non ? Tu auras beau m’engueuler ou vouloir me botter le cul, ça ne changera rien, alors laisse-moi gérer ça, s’il te plait et sans me juger !


Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Nov - 19:04


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Raphaël Tveit, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Kateleyä L. Avellaneda ▹ EMPREINTES : 965 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 01/08/2015 ▹ AGE DU PERSO : 29 ▹ LOCALISATION : Au journal ▹ HUMEUR : Indomptable, vengeresse, aussi aimable qu'une porte de prison

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quelques paroles suffiront-elles?
Stein Aune & Kateleyä L. Avellaneda


— On verra bien à ce moment-là et ne t’inquiète pas, je me montrerai sage. Je te l’ai dit, je m’y ferai… mais si on parle de tout et de rien, pourquoi à chaque fois cela tombe sur Connor, alors que tu sais que c’est encore un sujet sensible chez moi ?
— Parfait, alors de quoi veux-tu parler, Einstein ?!

Après tout, si ses sujets de conversation ne lui plaisaient pas, pourquoi ne relançait-il pas lui-même les choses autrement ?! N’envisageait-il pas une seule seconde la possibilité qu’elle eût eu besoin de le tester pour pouvoir s’assurer que leur relation ne changerait pas ? Pourtant, plus elle passait de temps avec lui, plus elle réalisait qu’elle ne pourrait rien y faire. Monsieur avait décidé de l’aimer, et il fallait qu’elle s’adaptât à ça. Elle. Elle trouvait cela franchement dégueulasse de sa part que de lui refiler le devoir de surveiller ses moindres paroles pour lui épargner de vriller à cause de ses sentiments. Sans oublier qu’il était Maudit ! UN PUTAIN DE MAUDIT QUI RISQUAIT DE MUTER À TOUT MOMENT ET DE LUI FAIRE PASSER UN SALE MOMENT ! Dire qu’elle se souvenait très, très, très bien de la seule et unique fois où Cael avait perdu son sang-froid était un délicieux euphémisme. Certes, un plomb pété hors période de Pleine Lune restait extrêmement rare, mais ça pouvait arriver. Non ? Partant du principe que la maîtrise lupine des Maudits dépendait très certainement de leur capacité à gérer leurs émotions – sa théorie, pas encore prouvée mais dont elle parlait dans ses Mémoires en espérant que cela pousserait certains loups à se pencher sur la question –, qui pouvait assurer envers et contre tous que leur amitié était sans danger ?!

D’une traite, elle vida un autre verre de whisky, et se resservit. Encore. Et encore. De toute manière, difficile de finir ivre pour une louve – chose qu’elle haïssait le plus avec sa toute nouvelle « nature ». La sensation d’ivresse lui manquait cruellement.

— Et même si je crève de jalousie H-24, qu’est-ce que ça peut te faire Kate ? Ce sont mes sentiments, non ? Tu auras beau m’engueuler ou vouloir me botter le cul, ça ne changera rien, alors laisse-moi gérer ça, s’il te plaît, et sans me juger !
— Mais putain sur quelle planète tu vis, Stein ?! Comment tu veux qu’on soit amis si la moindre de mes paroles ou le moindre de mes gestes te fait espérer davantage de ma personne ?! Comment suis-je supposée me sentir si je ne peux rien te confier sans te briser le cœur ?! Et si je trouvais quelqu’un, hein ?! À qui vais-je bien pouvoir le dire si toi je ne peux pas le faire ?! Bah désolée, mais je parle de Connor parce que même si on a une histoire, lui a su s’adapter à mes autres relations !

La brune marqua une courte pause, le souffle court, vida un autre verre avant de le reposer si violemment sur le comptoir de sa cuisine qu’il se brisa sous le choc. Trop énervée pour se soucier du sang qui dégoulinait le long de ses doigts, elle reprit :

— Autre exemple : je t’embarque en boîte de nuit, comme je le ferais avec n’importe quel autre pote, et je commence à me trémousser un peu comme ça – Alliant le geste à la parole, Kateleyä se rapprocha de Stein, ondulant du bassin près de lui sans même paraître se soucier de ce qu’il pourrait ressentir. Les fesses dessinant de larges boucles au rythme d’une musique silencieuse, elle se collait de plus en plus contre lui, sans jamais cesser de justifier son emportement par des mots trop justes pour que cela restât sans effet sur l’esprit cartésien du blondinet. – contre un autre type que toi, tu vas aller lui défoncer le nez parce que t’es jaloux ou tu seras capable de supporter ça sans broncher ? Pas même un mot ? – Un sourire discret accroché aux lèvres, la brune bascula en avant pour mieux secouer ses fesses contre lui, puis remonta sensuellement, laissant tomber son bras droit sur l’épaule droite de Stein à la Dirty Dancing. – Pire : si je t’utilise comme prétendu petit-ami pour me débarrasser d’un gros lourd, tu pourras supporter cette danse, si elle s’éternise, sans te faire de film ?

Rougie par l’effort – ou par un très léger début d’ivresse ? –, elle redoubla d’ardeur en se retournant cette fois-ci face à lui ; elle enroula ses mains autour de son cou et déposa son visage contre son torse, dansant toujours de façon à allumer ses désirs les plus refoulés.


La curiosité est un vilain défaut


    BITCH PLEASE,I'M FABULOUS. « So we can take the world back from the heart-attacked, One maniac at a time we will take it back... You know time crawls on when you're waiting for the song to start, So dance alone to the beat of your heart! Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out? I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix, Wearing our vintage misery. No, I think it looked a little better on me, I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix... Put on your war paint! »
Revenir en haut Aller en bas
Dim 12 Nov - 16:21


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Nicky & Elias & Tomas & Ivar & Sevastyan ▹ PSEUDO : Ludies ▹ EMPREINTES : 146 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 16/04/2016

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Il devait se montrer raisonnable, il devait lui faire comprendre. Et surtout est-ce qu’ils ne pouvaient pas éviter de parler de Connor, il y avait quand même plein d’autres sujets de conversation que lui. Plein. Un nombre infini. Est-ce que cela le blasait qu’elle demande de quoi il voulait qu’ils parlent ? un peu. Mais il n’allait quand même pas s’énerver et s’agacer pour si peu. Il se contenta d’hausser les épaules, ne sachant pas quoi lui répondre  et finalement, il se lança à mi-voix Cinéma, bouquins, la vie à Bergen, la vie aux États-Unis, les différences culturelles… par exemple. Il continua de la regarder boire sans trop rien dire. De toute manière il n’était pas sa mère, ni son père, elle était assez grande pour savoir ce qu’elle faisait !  Il tenta donc de lui expliquer que de toute façon ses sentiments ne regardaient que lui, qu’il soit jaloux pas, c’était Son souci, pas celui de la métisse… du moment qu’il se comportait convenablement du moins !  Et visiblement sa répartie ne lui plu pas franchement….

Mais putain sur quelle planète tu vis, Stein ?! Comment tu veux qu’on soit amis si la moindre de mes paroles ou le moindre de mes gestes te fait espérer davantage de ma personne ?! Comment suis-je supposée me sentir si je ne peux rien te confier sans te briser le cœur ?! Et si je trouvais quelqu’un, hein ?! À qui vais-je bien pouvoir le dire si toi je ne peux pas le faire ?! Bah désolée, mais je parle de Connor parce que même si on a une histoire, lui a su s’adapter à mes autres relations !
Mais je n’attends rien de toi, j’ai bien compris ce que tu as dis Kate, pourquoi est-ce que tu mélanges tout ? Je dis juste qu’il y a plein de sujets à aborder et tu ne parles que du sujet « fâcheux » c’est tout. Et si tu te mets en couple, je serai ravi pour toi, je ne veux que ton bonheur ! Et le pire c’est qu’il le pensait vraiment. Et je te l’ai dis, j’ai juste  besoin d’un peu de temps, c’est tout ça ira bientôt mieux.

Ou pire vu qu’il ne serait plus dans sa meute, mais au final n’était-ce pas qu’un petit détail ? Il n’avait pas envie de tomber directement dans le pessimisme. Elle ne tarda pas à casser un verre, il allait lui dire qu’elle ferait mieux de le ramasser avant de se couper mais c’était trop tard il pouvait déjà sentir l’odeur du sang. Chaude, sucrée et enivrante. Elle lui parla de l’embarquer dans une boite de nuit et… il ne comprit par trop la suite un peu trop obnubilé par la danse qu’elle était en train de lui faire presque collée serrée à lui. Est-ce qu’elle était sérieuse ? Et il devait répondre à ça ? Il la regarda avec de grands yeux sans trop savoir comment se comporter. Il avait envie de la plaquer contre un mur de l’embrasser de la… mais… mais ce n’était pas bien. Il devait se contenir. Il pouvait résister, n’est-ce pas ? Même s’il voulait la posséder, qu’elle ne soit qu’à lui. Ou plutôt c’était ce que son Loup aurait voulu. Il ne devait pas céder à cet instinct primaire, à ses hormones.

Huh ?! fut la seule chose qu’il réussit à dire lorsqu’elle continua sa phrase dont il avait raté un bout. Est-ce qu’elle ne savait pas qu’il ne pouvait pas faire trop de choses en même temps, se concentrer pour ne pas trop la mater, pour ne pas la dominer et en plus l’écouter n’était pas choses simple. Inspirer. Expirer… puis elle toucha l’épaule. Rester calme. Très calme. Penser à une douche froide. A Solskinn. A ester à poil, ça refroidissait bien.

Pire : si je t’utilise comme prétendu petit-ami pour me débarrasser d’un gros lourd, tu pourras supporter cette danse, si elle s’éternise, sans te faire de film ?

Il allait répondre, cette fois promis, il avait bien tout compris.. mais elle changea encore de tactique, ou plutôt non  elle appliqua la même avec plus d’intensité. Il déglutit difficilement, ses pensées un peu embrouillées par tout ça.

La repousser loin de lui.
La pousser contre un mur.
L’alcool lui faisait faire des choses stupides, elle allait le regretter après.
L’alcool montrait juste ce qu’elle voulait réellement et qu’elle n’osait pas assumer.

Il commença par bafouiller quelque chose d’incompréhensible avant de lui saisir le bras, doucement mais fermement pour qu’elle le lâche.

Tu devrais t’asseoir. Tu as trop bu, tu ne sais plus ce que tu fais. Il inspira doucement. Ouais, voilà, qu’elle ne le touche plus, qu’elle  ne trémousse plus devant lui. C’était plus facile pour se concentrer. Oui, oui bien sûr, tu vois bien que je peux gérer. dit-il d’une vois qu’à moitié assurée.
Heureusement le mur était à plusieurs mètres d’eux. Heureusement… et il arrivait un peu à se calmer.


Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Nov - 17:04


Solitaires Américains

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ MULTICOMPTES : Raphaël Tveit, Solskinn Forsløve ▹ PSEUDO : Kateleyä L. Avellaneda ▹ EMPREINTES : 965 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 01/08/2015 ▹ AGE DU PERSO : 29 ▹ LOCALISATION : Au journal ▹ HUMEUR : Indomptable, vengeresse, aussi aimable qu'une porte de prison

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Quelques paroles suffiront-elles?
Stein Aune & Kateleyä L. Avellaneda


Faire comprendre l’évidence à Einstein, c’était comme essayer d’inverser le sens de rotation de la Terre. La preuve : il n’était même pas capable de comprendre que sa jalousie maladive ne parviendrait jamais qu’à anéantir toute forme d’amitié entre eux. Si elle voulait parler de Connor, elle était tout de même en droit de le faire sans avoir à se justifier bordel de cul ! Oh et puis tout son palabre sur les différents sujets de conversation qu’ils pourraient avoir en-dehors de son meilleur ami, ça la tuait. Pouvait-on vraiment être aussi bête que ça ?! Frémissante de rage, Kateleyä ne sut pas vraiment comment les événements avaient pu dégénérer à ce point, en attendant un verre avait été brisé et sa main recouverte de sang. En même temps, quelle idée avait-il eu que d’accuser une femme énervée de tout mélanger ? Leçon numéro un en matière de compréhension féminine : ne jamais dire à une femme qu’elle exagère ou qu’elle ne sait pas ce qu’elle dit. Il n’y a pas mieux pour lui faire définitivement sauter les plombs.

Lui prouver qu’il se trompait.

Voilà, c’était ça le but de la manœuvre.

Elle n’avait pas oublié.

Alors, lorsqu’il parvint – enfin – à reprendre contenance et la forcer à s’asseoir, la jeune femme se releva aussitôt, l’expression plus furibonde que jamais. Les mains plaquées contre son torse, elle le repoussa plus violemment qu’elle ne l’aurait voulu, suffisamment pour qu’il se retrouvât adossé contre un mur.

— Ne… me… dis… plus… jamais… quoi… faire ! éructa-t-elle, furieuse de le voir jouer les gros bras protecteurs avec elle – comme si elle avait besoin de ça, sérieusement ! Comme si Monsieur Einstein pouvait un jour jouer les durs avec une femelle ! poursuivit-elle d’une voix haineuse. En plus de dire des conneries plus grosses que la lune, tu vas te mettre à agir stupidement ?! De toute façon, je ne suis pas bête. Pas aveugle. – Elle se surprit à sourire, cynique. – Tu me repousses parce que tu veux craquer. J’ai vu ton expression, entendu ta faiblesse. Tu peux mentir autant que tu veux, ton cœur lui, il ne ment pas.

Comme pour donner plus de sens à ses mots, elle posa une main là où devrait battre son cœur. Elle se rapprocha, collant son corps contre le sien, souriant en sentant le cœur du « mâle » s’emballer de plus en plus à mesure qu’elle recommençait son petit jeu. Lentement, elle fit rouler ses hanches contre les siennes, s’amusant à réveiller ce qui dormait. Satisfaite d’avoir raison. De lui prouver qu’ils ne pourraient pas être de simples amis.


La curiosité est un vilain défaut


    BITCH PLEASE,I'M FABULOUS. « So we can take the world back from the heart-attacked, One maniac at a time we will take it back... You know time crawls on when you're waiting for the song to start, So dance alone to the beat of your heart! Hey young blood, doesn't it feel like our time is running out? I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix, Wearing our vintage misery. No, I think it looked a little better on me, I'm gonna change you like a remix, Then I'll raise you like a phoenix... Put on your war paint! »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
 

Quelques paroles suffiront-elles ? •• Katein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Les Paroles de Jean Dominique:
» Pourquoi les femmes sont elles plus attirantes que les hommes
» Haiti Les Paroles D'un Assassin En Liberte Et Les Cris D'une Veuve En Exil !
» Les malgré elles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Nord :: Résidences-
Sauter vers: