Spotted + Grim
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS EN COURS

Event hivernal ◊ marché de noël (ici).

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- bêta de la meute brune ici.
- petite soeur portée disparue ici.
- bêta de la meute rousse ici.
- le jouet humain d'une louve ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.

VOTE POUR LE FORUM




 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 Spotted + Grim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mar 7 Nov - 22:23


Solitaires Norvégiens

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : ahka ▹ EMPREINTES : 158 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 27/05/2017 ▹ LOCALISATION : dans les environs ▹ HUMEUR : absolute водка

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Lieu et date du rp : La Mandragore, Novembre 2018.
Protagonistes: Grim Solheim, Vanya Volkson
Résumé du rp: Vanya met enfin un visage sur l'odeur qu'il avait senti sur Remy. S'en suit une petite confrontation...
Actions réalisées au cours de ce rp: none

Ses muscles sont tendus, tirent et geignent dès qu'il fait un mouvement. Comme souvent après avoir laissé les démons s'emparer de son esprit ; son corps essoufflé le rappelle à l'ordre. Les mois qu'il a passés à Bergen l'ont aidé certes, avec ces rencontres, ces instants de profonde réflexion qu'il s'est infligé ; et pour autant, il y a de ces jours, si nombreux encore, où Vanya a l'impression que tous ses efforts étaient vains. Il se réveille la boule au ventre, l'estomac au fond de la gorge, la mort qui embrume ses yeux. Nombreuses sont les fois où le loup s'est éveillé dans sa chambre, l'odeur âcre de détresse imprégnée dans les murs. Ces jours-là, ni boire, ni penser ne l'aide, alors il court. Longtemps. Il traverse la forêt, passe par le lac. Ces moments lui permettent d'évacuer l'ombre qui envahit son esprit la nuit, que Vanya soit sous forme humaine ou non. Dans ces moments, il est seul ; les souvenirs se font muets, les animaux pourtant si communs dans les environs disparaissent. Ils disparaissent, car le vice accompagne le loup dans ces courses ou celui-ci, pris dans cette tourmente, ne peut se concentrer assez pour les remarquer. Et c'est pour le mieux. Une de ses peurs les plus profondes serait d'agir sous la colère. La vue obstruée par le passé, perdu entre deux temps, incapable de discerner le bien du mal. Dans ces moments-là, c'est comme un voile, alors Vanya court au-delà de l'épuisement pour que celui-ci s'envole. C'est ce qui lui est arrivé, aujourd'hui. Pris d'un violent malaise quand il reprend conscience et sans attendre, il s'échappe retrouver la réalité.

Il était parti vers six heures, alors que le soleil baillait encore ; désormais, dix heures tombent et le loup rentre enfin. Son agenda traîne sur la table et il suffit d'un coup d’œil pour repérer les rendez-vous de la journée. Pas grand monde, mais Vanya apprécie -tolère- plutôt bien ces clients. Parfois, couché sous une voiture, il remercie son père de lui avoir au moins appris un peu de ses connaissances sur la mécanique ; assez en tout cas pour qu'il arrive à en vivre. Bergen n'est pas si impitoyable qu'elle le laisse sans le sou, mais lui permet d'avoir un petit réseau qui l'apprécie plus qu'il ne le croirait jamais. Tous des humains, les loups même les mieux intentionnés ont tendance à éviter le contact. Enfin, ça dépend. Après toutes ces péripéties, le loup en a perdu de son optimisme et à tendance à oublier le positif. En tout cas, même s'il a du mal à se l'admettre, être avec ces quelques humains, un à la fois, le calme. Vanya n'a pas à se soucier de son aura, juste de son apparence. Pour eux, il est un simple immigré russe, très réservé, mais très professionnel et ça leur suffit. Certains tentent de créer un lien, comme ce petit couple de personnes âgées sur les bords de la ville qui l'appellent souvent ; leur voiture étant aussi ancienne qu'eux, ça n'étonne pas grand monde. Ce couple prend plaisir à lui tirer les vers du nez, à unir leur force pour lui décrocher un sourire sincère et non le formel de politesse. Peut-être que Vanya les apprécie un peu, également, juste un peu.

Les allers-retours n'ont cessé toute la journée. Le loup est de nouveau chez lui, à se rincer les mains pleines de graisse. L'odeur, bien qu'il y soit familier, agresse son flair et il n'a qu'une hâte, se laver de celle-ci. Le jet d'eau fait frémir sa peau et détend ses muscles douloureux. Ça fait longtemps qu'il n'a pas passé une journée sans ressentir de douleurs quelque part. Que ce soit dû à son travail, à ses propres maux, qu'elles soient éphémères, elles reviennent toujours. Vanya est pourtant actif et ne se laisse jamais se morfondre sur son canapé ; au fond, ses troubles sont sûrement la source de ces crampes. Tout est lié à ce qu'on dit. Tout a un sens. Mais y a-t-il vraiment une raison pour que Vanya se retrouve à la Mandragore, ce soir-là ? Pas vraiment. Sorti de la douche, lui est venu une poussée d'énergie et le loup ne se voyait pas finir cette journée au fond de sa tanière. Il aurait pu rester et s'occuper à tempérer cette énergie, mais l'extérieur, comme souvent, lui paraissait plus attrayant. Et pourquoi ce lieu, ça, Vanya ne le savait pas vraiment. Il n'y avait pas réfléchi et s'était laissé guidé, même si la trace de la meute noire sur ces lieux n'était pas des plus accueillantes. Vanya savait qu'il n'avait rien à craindre, il n'avait pas peur du pire des cas. Le russe ne comptait pas non plus découvrir tous les bars qu'abritait Bergen. Ce n'est déjà pas en Suède qu'il le faisait, et même si désormais, son but était de rattraper le temps perdu, ce n'était pas une priorité.

Les lumières sont rouges et tamisées, font écho à toutes sortes de souvenirs. La vodka s'attarde dans le verre, les doigts nerveusement remuent sur le comptoir. Le bar sent l'alcool, la sueur, le parfum et… le loup. Vanya se redresse instinctivement alors qu'il discerne une odeur qui lui a causé quelques torts, très -très récemment. D'ailleurs, elle est là aussi, cette touche d'humain qui se mélange étroitement à celle du loup. Elle n'est pas si perceptible que ça, mais maintenant que Vanya l'a enregistré, il ne l'oubliera pas. Ses yeux fixent l'inconnu, plaçant enfin un visage sur l'odeur et il ne peut se retenir d'esquisser un sourire amusé ; pas mécontent d'avoir trouvé quelques indices sur cette histoire plus qu’intrigante.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Nov - 14:58


Solitaires Norvégiens

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : Talim ▹ EMPREINTES : 385 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 29/01/2017 ▹ AGE DU PERSO : 43 ▹ LOCALISATION : Arrivé en Février 2018 à Bergen, il a fui l'Allemagne et son passé. Il vit dorénavant avec Remy, une Humaine dont il a fait la connaissance lors de son voyage jusqu'en Norvège. ▹ HUMEUR : Calme et froid.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:




Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Nov - 22:38


Solitaires Norvégiens

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : ahka ▹ EMPREINTES : 158 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 27/05/2017 ▹ LOCALISATION : dans les environs ▹ HUMEUR : absolute водка

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



De tous les loups que cette humaine aurait pu fréquenter, Vanya ne s'imaginait pas que ce serait celui-là. Il savait très bien que certains de ses congénères ne voyaient aucun mal à être ami avec des humains, lui-même n'avait rien contre eux (enfin…) Vanya tentait de rester le plus agréable face à eux et surtout le moins suspect ; il n'était ni trop silencieux, ni très bavard et ça contentait leur curiosité. De plus, il ne les côtoyait, la plupart du temps, que pour son travail. Et même si son indépendance -son autonomie - était tout neuve, le loup préférait mille fois s'y retrouver seul que demander à un humain. C'était sans raison propre, en fait, il évitait également les loups. Il ne peut donc pas vraiment juger, étant donné qu'une de ses principales occupations est d'éviter tout contact avec un être vivant - parlant. Il y a des exceptions. Comme cette fille qui porte l'odeur de ce loup. Et Vanya se demande bien quelle est la nature de leur relation. Peut-être que c'est professionnel, peut-être que c'est amical… Mais pour qu'elle sente aussi fort. Vanya a beau se creuser la tête, il ne parvient pas à déterminer une raison pour laquelle ces deux se côtoieraient assez pour que leurs odeurs marquent autant.

Son sourire disparaît, pris dans ses pensées, puis totalement, quand son regard rencontre celui du loup. Ils se fixent quelques instants et il aimerait que ce soit faux, mais Vanya perd un peu de sa constance quand il voit son opposé s'approcher de lui. Il ne reçoit pas de signaux agressifs, ni ne remarque un changement dans l'expression de l'autre homme. Mais si son passé a eu un quelconque bienfait, c'est d'apprendre au Russe, à ne pas se fier aux apparences. Alors ses yeux épient chaque geste -pourtant si mesuré- de l'autre. Vanya attend, anticipe la réaction du loup ; il l'observe se commander un nouveau verre, scrutant chacune de ses mimiques. Et plus que ce lien qui le lie à Remy, il finit par se demander d'où cet homme peut bien sortir ; quelle est son histoire, ses origines, qui est-il, mais il reste silencieux. S'étonne quand c'est son sujet d'interrogations qui prend la parole, le premier. La mine de Vanya, s'était déjà légèrement renfermée, prête à afficher une façade d'une rude froideur si l'on était venu le provoquer (même c'était lui qui avait initié cette situation), désormais, le loup adopte une expression plus indifférente, provocatrice ; comme s'il n'attendait que ça, une confrontation. Au contraire, au fond, il éviterait volontiers cette confrontation. Son apparence ment honteusement à la face de l'autre loup.

Il prit son temps. On aurait dit qu'il voulait jouer avec ses nerfs, alors qu'en fait, le loup cherchait quoi dire, comment le formuler, comment ne pas perdre toute cette confiance qu'il avait affiché plus tôt. Tout en débattant sur quel mot choisir pour débuter sa phrase, Vanya gardait son expression fermée, les sourcils froncés, attendant que l'autre le presse à répondre s'il l'osait. Il ne savait pas vraiment d'où lui venait cette réaction vis-à-vis de cet homme. Sûrement, parce que ce loup avait des airs lointains de Lev et que cela faisait remonter un goût amer dans la gorge de Vanya. Pourtant, ils étaient si opposés, cet homme n'avait même pas l'air russe ; ils se seraient reconnus si ça avait été le cas. Et pourtant, cette prestance, cette réserve, mais surtout leur écart d'âge. C'était plutôt dans l'aura que physiquement. Parce que son paternel était affreusement robuste, les cheveux blonds comme le soleil et les yeux si clairs qu'on aurait dit la lune. Vanya n'avait pas l'impression de grandement lui ressembler, non plus. Ses yeux étaient plus sombres, ses cheveux si blonds dans son enfance, étaient devenus presque aussi bruns que la nuit – à l'horreur de ses parents. Cette différence, déjà, prévenait de la faille qui allait se creuser entre sa famille et lui.

« Je connais Remy. » Vanya échappe ces mots, sans en deviner les conséquences, ni la valeur qu'ils pourraient avoir aux yeux de l'autre loup. Peu importe, il ne s'encombrera pas des maux d'un autre. Il se rappelle très bien de cette journée, où il a rencontré l'humaine, quand elle a évité de répondre à ses questions sur la provenance de cette odeur de loup qui l'enveloppait. Ce soir, Vanya décide qu'il aura ses réponses. Pas parce qu'il compte les rapporter à qui que ce soit, mais pour sa simple curiosité. Ce ne peut être un hasard, qu'il tombe sur le loup après avoir rencontré cette fille, alors il doit savoir. « Elle portait votre odeur, comme si elle en gardait un flacon qu'elle vaporisait toutes les trente secondes sur sa personne. » Je l'ai même prise pour un loup, évite-t-il d'ajouter, loin de lui l'envie de se ridiculiser. « C'est tellement inhabituel, tellement étrange. » Ajoute Vanya, tout en arquant un sourcil, taquin. Il n'a pas envie de dévoiler complètement le déroulé de leur rencontre et préfère attendre de voir ce que le concerné pourrait lui dévoiler.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Déc - 14:35


Solitaires Norvégiens

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : Talim ▹ EMPREINTES : 385 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 29/01/2017 ▹ AGE DU PERSO : 43 ▹ LOCALISATION : Arrivé en Février 2018 à Bergen, il a fui l'Allemagne et son passé. Il vit dorénavant avec Remy, une Humaine dont il a fait la connaissance lors de son voyage jusqu'en Norvège. ▹ HUMEUR : Calme et froid.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



▬ Je connais Remy. » laissa échapper l’inconnu, le regard baissé, la mine indifférente. Un coup d’œil dans le fond de son verre puis son attention s’attarda sur Grim dont le visage était devenu de cire ; une expression impénétrable dans le regard. Sa main s’était inconsciemment resserrée autour de son verre dont les courbes larges menaçaient d’exploser entre ses doigts. Paraissant insensible à l’effet que ses mots provoquaient, l’autre poursuivit :

▬ Elle portait votre odeur, comme si elle en gardait un flacon qu'elle vaporisait toutes les trente secondes sur sa personne. C'est tellement inhabituel, tellement étrange. » fit-il, arquant un sourcil au-dessus de son regard amusé.

La réaction de Grim fut immédiate, telle qu’il ne put la contrôler ni même l’anticiper. Son instinct prit le dessus, son amour pour la gamine comme catalyseur. Un grondement sourd monta de sa poitrine, faisant vibrer cage thoracique et gorge tandis que l’allemand fixait l’inconnu d’un regard froid et implacable. Inexorablement son aura entoura l’autre, s’enferma autour pour l’écraser de la rage sourde, la soif de sang qu’il réveillait en évoquant la gamine impunément. A présent que les pièces du puzzle se réassemblaient, la mémoire du loup distinguait plus nettement la raison pour laquelle elle avait été aiguillée par l’odeur de l’inconnu. C’était lui que Remy avait rencontré quelques semaines plus tôt. Le loup dont elle avait rapporté l’odeur sur ses vêtements. Le loup à cause de qui il avait … Son esprit préféra taire la suite, son contrôle de lui-même étant déjà suffisamment précaire à présent que la rage pulsait dans ses veines. Qu’il ne soit rien arrivé à Remy n’exemptait pas l’inconnu de la fureur qu’éprouvait Grim. Il n’était pas un impulsif d’ordinaire, calme et froid il agissait avec méthode et réflexion ; cela n’empêchait pas sa violence par moments mais jamais il ne lui était arrivé d’agir avec aussi peu de réflexion. Répondant à un instinct violent et bassement animal, Grim imposa son aura sur l’autre, enfonçant ses prunelles sombres dans le regard du solitaire jusqu’à obtenir l’entièreté de son attention. Contractant ses mâchoires pour ne pas dévoiler une rangée de crocs fictives, qu’il rêvait d’appuyer sur la carotide de son alter ego, face au reste humanoïde du bar ; il approcha un peu plus son visage de l’autre et laissa son aura gronder ce que tout son être aurait clamé sous forme de loup. Mienne.

Appuyant un peu plus son regard et son aura sur l’autre, le solitaire resta un instant penché, continuant de gronder bassement. Il perçut finalement une sorte de résilience. Un abandon de soi. Son aura était tellement intriquée, tellement pesante sur celle de l’autre qu’il ne sut distinguer l’origine de cette sensation qu’il percevait pourtant très nettement. Emanait-elle du solitaire ? De lui ? Ce n’était pas une soumission. Presque une lassitude. Un découragement. Cela aurait très bien pu venir de lui. Refluant plus lentement qu’elle n’était arrivée, sa colère se retira néanmoins comme la marée des océans. Son contrôle reprenant le dessus sur l’instinct, l’homme se redressa sans pour autant quitter son interlocuteur des yeux. Délestant l’aura de l’inconnu de sa propre aura, le loup le dégagea de son emprise. Son visage resta pourtant impénétrable, son regard sévère. Il ne détournerait pas les yeux le premier. Pas même pour s’assurer de la discrétion de leur échange.
La scène était fort heureusement passée inaperçue aux yeux des autres, si ce n’est peut-être du barman qui prétexta s’affairer à la vaisselle plutôt que de s’approcher des deux loups dont il avait perçu une tension innommable.

Au bout d’un long silence, Grim se résolut finalement à prendre la parole. Il aurait pu lui demander de sortir, l’emmener lui-même au dehors afin de pouvoir parler en toute tranquillité. Voire le tuer.  Mais cela aussi aurait attiré l’attention. Il préférait rester, feindre une conversation banale que des oreilles attentives ne sauraient décoder. Après tout, le fait que Remy était humaine n’était pas encore sorti dans la conversation. Si les deux le savaient, le reste du bar était encore en mesure de l’ignorer. Si le solitaire se tenait à cette discrétion, peut-être que l’allemand le laisserait vivre. Après tout, son seul autre affront vis-à-vis de Grim avait été de déposer son odeur sur la gamine. Affront qu’il venait de faire réaliser et qu’il espérait ne jamais voir renouvelé. Il tenta donc de parler.

▬ Vous ne pourriez saisir ce qui nous unit. Il est des choses que seul l’instinct peut expliquer. Si vous n’êtes pas là pour lui nuire alors vous n’avez rien à redouter de moi. Dans le cas contraire … »

N’achevant pas sa phrase, le loup laissa son regard fixe et froid clore le sujet pour lui. La menace était claire, intentionnelle mais le solitaire pouvait deviner qu’elle ne serait mise à exécution qu’en cas de provocation délibérée. Malgré sa nature de tueur, Grim n’était pas que le simple exécuteur de ses instincts sanguinaires. Il en tint pour preuve le verre qu’il commanda pour son interlocuteur d’un discret signe de tête au barman avant de le pousser face à l’inconnu.

▬ Maintenant, puis-je savoir votre nom et ce qui vous amène en Norvège ? »

Son accent n’était définitivement pas scandinave. Ses manières de l’Est non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Jan - 23:31


Solitaires Norvégiens

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : ahka ▹ EMPREINTES : 158 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 27/05/2017 ▹ LOCALISATION : dans les environs ▹ HUMEUR : absolute водка

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Il retient son souffle, retient le frisson de surprise qui lui parcoure la colonne. Pendant une terrible seconde de doute, Vanya imagine la sueur glisser le long de sa nuque ; le regard meurtrier du loup lui rappelant ceux qu'il a croisé plus tôt dans son enfance. Quel est ce loup, qui se sent si concerné d'une humaine ? Qu'il y a-t-il, entre eux, pour générer une telle réaction de la part de cet homme ? Vanya avait cru voir son père dans les traits de ce visage, mais désormais, face à cette vision de colère pure, cette aura possessive qui engouffre peu à peu le russe, il ne reconnaît que sa vieille amie. Une rage sourde. L'instinct du loup l'incite à répondre ou à fuir. Il ne sait pas, il ne sait pas comment réagir face à cette menace qui le regarde dans le blanc des yeux. Face à un loup d'un tel âge, face à son manque d'expérience à lui, Vanya ne pourrait que se sentir intimidé. C'est ce que l'autre souhaite sûrement, il peut le lire dans son regard. Peut-être même qu'il n'attend qu'un souffle de travers pour sauter sur sa gorge. Et ce serait donner au loup ce qu'il souhaite depuis le début. Ce qui risquait d'arriver depuis longtemps ; être happé par la haine, dévoré par ce qui l'a construit. Sauf que cette fois-ci, ce sera celle d'un autre qui se chargera de faire taire les maux du loup. Ah, si seulement.

Si seulement, il avait peur. Mais face à cette scène, il aimerait sourire. Un sourire blanc de crocs. Cette haine qui gronde, elle vibre jusque dans ses veines, lui apporte une terrible dose d'adrénaline. Il se passerait la langue sur les lèvres, avide de ce sentiment, tentant en vain de goûter celle d'un autre. Il n'a pas peur, au contraire, depuis il la cherche cette haine, cette violence qui émane du cœur, si pure, si brutale. Elle écorche l'esprit pour toujours et Vanya ne se sent pas invincible devant elle. C'est ce qui la rend autant attirante à ses yeux. Il retient un sourire narquois, se concentre pour garder son expression impassible. Quel intérêt aurait-il à s'approprier cette humaine, n'importe quel humain, d'ailleurs. Vanya ne la connaît presque pas, il lui est simplement rentré dedans par bêtise et pensait lui avoir rendu service au final. Peut-être pas, vu le loup qui lui fait face. Est-elle au courant, que celui qu'elle fréquente ressent une telle possessivité envers elle ? Est-elle au courant de la violence qu'il cache derrière ce regard profond ? Vanya en doute, fortement, mais peu lui importe, au fond. Ce sont leurs histoires, leurs problèmes. Elle est son problème et s'il a la naïveté de croire qu'ils sont protégés du flair des autres loups, soit.

Toujours enfermé dans l'aura de l'autre, Vanya garde son calme. Alors que l'impulsivité le guide la plupart du temps, ce soir, face à une telle menace ou une telle vérité, le loup se tient sage. Il pourrait aggraver la situation, il pourrait lui-même tendre son bras pour attraper cette gorge nouée de colère. Il se tient sage. Pourquoi, alors que ce qu'il souhaitait depuis la Suède lui est offert sur un plateau d'argent au visage de son père, il refuse ? Aurait-il de l'espoir, désormais ? Aurait-il repris goût à la vie ? Alors qu'il pourrait la perdre aujourd'hui… Quelle occasion gâchée. Et la pression qui les entourait, s'évapore.

Ses iris de glace suivent la main du loup, puis le verre de vodka que le barman lui présente. Vanya ne pourrait donc saisir ce qui les unit… Il hausse un sourcil, dubitatif, ignore la menace et laisse son regard retourner vers son voisin. Qu'est-ce que ça veut dire ? Il lui offre à boire, maintenant ; Vanya n'est peut-être plus le loup le plus énigmatique de Bergen. Même s'il ne les a pas tous rencontrés. La fille aussi, était plutôt intrigante. Au fond, ils font bien la paire. Le loup laisse enfin s'afficher son sourire en coin. « Vanya Volkson et pour ce qui est des raisons de ma présence ici… » Il ne finit pas sa phrase, incertain de vouloir trop en dévoiler. Il fait tourner le verre de vodka, déjà vide, de son doigt, son regard abattu sur le côté. Disparu, l'aplomb que le loup arborait plus tôt. « Meute décimée, puis j'ai fui, ici. » Finit par marmonner le loup. Il recommande un verre, l'avale d'une traite. Que faire face à cette douloureuse vision qui se ravive à chaque fois qu'il mentionne ce massacre. La cicatrice est à vif, dévoilant la chair délicate aux yeux de tous, et même de celui qui désirait lui couper le souffle il y a quelques instants. Vanya n'attend pas de pitié, il ne sait seulement pas comment retenir sa peine pour qu'elle ne déborde à travers de ses pores. Quatrième verre. Il relève le regard vers l'autre loup. Sans douleur dans ses yeux, l'expression de nouveau indifférente. « Et vous, vous avez l'air d'avoir pas mal de secrets. Pourquoi êtes-vous là ? »
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Jan - 19:26


Solitaires Norvégiens

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ PSEUDO : Talim ▹ EMPREINTES : 385 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 29/01/2017 ▹ AGE DU PERSO : 43 ▹ LOCALISATION : Arrivé en Février 2018 à Bergen, il a fui l'Allemagne et son passé. Il vit dorénavant avec Remy, une Humaine dont il a fait la connaissance lors de son voyage jusqu'en Norvège. ▹ HUMEUR : Calme et froid.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE:



Loin de paraître perturbé (bien qu’étrangement calme sous la menace), le solitaire laissa finalement naître un sourire sur ses lèvres et son regard coula des prunelles de Grim jusqu’au verre qu’il venait de lui offrir. Le sourire se fit plus large, la langue plus déliée.

▬ Vanya Volkson et pour ce qui est des raisons de ma présence ici… Quelques de secondes de silence où l’homme avala son premier verre avant de le reposer et d’ajouter, le regard braqué sur le bar. Meute décimée, puis j'ai fui, ici. »

Le sourire avait disparu et si l’ambiance n’était pas des plus légères, elle s’alourdit encore un peu entre les deux loups. Grim préféra rester silencieux, accusant réception d’une information qu’il n’imaginait pas sortir à ce stade de la conversation. Qu’il n’imaginait pas sortir tout court. Est-ce que cela changeait quelque chose à ce qu’il avait fait à Remy ? Non, ça ne changeait rien. Est-ce que cela changeait la perception qu’il avait du solitaire ? Un peu mais c’était encore trop peu pour le porter en sympathie. Il réalisait simplement qu’il n’était pas le seul solitaire au lourd passé de la ville. Encore qu’il y avait à creuser du côté de ce Vanya Volkson afin d’étendre ce champ de connaissances qu’il venait tout juste d’ouvrir sur lui. Grim n’en eut toutefois pas le loisir ; après avoir descendu la moitié d’une bouteille à lui tout seul (comportement borderline qui n’était pas sans rappeler quelqu’un au loup-garou), Vanya rendit à l’allemand la monnaie de sa pièce :

▬ Et vous, vous avez l'air d'avoir pas mal de secrets. Pourquoi êtes-vous là ? »

Il n’aurait pu confesser ne pas avoir prédit cette question. Il commanda néanmoins un nouveau verre avant de répondre, laissant à son esprit le loisir de formuler à sa guise :

▬ Je suis un fuyard, tout comme vous. Un sourire pâle et sans âme éclaira un instant son regard. Inattendu ? Pas tant que ça. Les solitaires fuyaient tous quelque chose. Ce pouvait parfois être purement métaphorique. Il poursuivit néanmoins, laissant s’évanouir le sourire. La différence c’est que ma meute n’a pas été décimée. Je l’ai laissée. Elle … m’a ôté d’une partie de moi et plutôt que de me grandir, cela m’a dissocié. Alors je l’ai laissée. »

Il s’était exprimé sur un ton calme, presque las. Cela faisait plusieurs mois à présent. La blessure n’était plus aussi ouverte qu’auparavant. Certains aspects notamment prenaient des contours moins tranchants. Abandonner la meute ne lui laissait plus qu’un vague sentiment amer, à peine l’ombre d’une culpabilité. Il n’était pas idiot au point de se croire le seul loup indispensable aux côtés de Marcus. Il y en avait d’autres à qui le poste de Bêta ne déplaisait pas, d’autres qui feraient aussi bien sinon mieux, avec moins d’attaches. Et puis le problème d’une Augure femelle ne se posait plus pour l’instant donc …
Non la seule blessure qui ne guérirait jamais, il ne pouvait en parler. Personne ne savait. Personne ne devait savoir. Hormis Solskinn mais, c’était l’exception. Il était le Roi. Si le fait d’en parler allégerait certainement sa culpabilité, le loup n’était pas assez en confiance, pas assez naïf non plus pour s’épancher sur l’épaule d’un parfait inconnu. Il préférerait se taire, porter sa culpabilité et sa douleur et tâcher d’avancer. Il avait commis un crime, que penserait-elle de lui s’il ne se sentait pas infiniment coupable de cela pour le restant de ses jours ?

Faisant tourner son verre pensivement, il glissa finalement un regard vers Vanya.

▬ J’ai trouvé Remy sur la route en venant ici. Je devais la laisser plus bas mais elle a continué son chemin jusqu’en Norvège. On s’est retrouvé il y a plusieurs mois, au hasard, sans trop savoir ce qu’il adviendrait. Pour le moment elle est avec moi. Ensuite … qui sait. »

Il laissa échapper un bref soupir, se redressant pour jeter négligemment un œil alentour. Vieille habitude qui ne leurrait personne mais qui le rassurait. Si Vanya avait senti le loup sur Remy, il y avait fort à parier qu’on sentait l’humaine sur lui. Toute prétention à nier lui semblait dérisoire même si personne, en dehors du solitaire, n’était encore venu frapper à leur porte pour leur demander des comptes ; Grim savait que ce jour arriverait tôt ou tard. La politique actuelle de la ville était on ne peut plus formelle. Il en allait de leur vie. Il n’y avait pas voire peu d’alternatives. Il le savait et pourtant …

Fallait-il qu’il y tienne à ce point à cette gamine ?

Il soupira à nouveau, fermant momentanément les yeux. Mieux valait changer de sujet, s’en aller sur un terrain … moins risqué.

▬ Vous comptez la revoir ? »

Quoique.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
 

Spotted + Grim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GIA & ANDREAS + jerk spotted (bizutage)
» [Challenge] - Les marines de Grim
» † I help the grim reaper †
» In the grim darkness of the futur, there is only caucasian people
» Les NECRONS de Grim !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Quartier Sud-Est :: La Mandragore-
Sauter vers: