alpha & gamma (ed et skuli)
MÉTÉO DE BERGEN

Météo Bergen © meteocity.com
EVENTS

- Mariage du Roi, juste ici.
- Deuxième partie du Mariage, juste ici.
- Fête nationale norvégienne, juste ici.

LES ANIMATIONS RP

- La loterie rp, ici.
- La recherche de rp, ici.
- L'intervention inrp des chasseurs, ici.
- Les rumeurs inrp, ici.

SCÉNARIOS DE NOS MEMBRES

- Chasseur, rival, ex-ami ◊ ici.
- Meilleur ami, beau-frère ◊ ici.
- Augure de la meute argent ◊ ici.
- Alpha de clan brun ◊ ici.
- Chercheuse sur un projet secret ◊ ici.
- Soeur jumelle ◊ ici.
- Bêta noir ◊ ici.
- Apprenti chasseur ◊ ici.


Laisse ton avis dans ce sujet.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur ESPRIT SAUVAGE !
Sur le forum vous pourrez incarner un loup ou un humain.
On espère que vous trouverez votre bonheur, n'hésitez pas à fouiller les pvs, scénarios et les pré-liens
N'oubliez pas que vous avez deux semaines pour faire votre fiche
Pensez à voter pour nous, dans ce sujet et à promouvoir notre forum sur Bazzart, PRD et OMR :coeur2:

Partagez | 
 

 alpha & gamma (ed et skuli)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jeu 18 Fév - 21:29


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2976 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Cela faisait quelques temps désormais que le massacre du meeting avait eu lieu. Triste soirée. Tristes conséquences. Un instant Edwina se perdit dans ses sombres pensées, dans sa douleur. Elle foulait la neige, emmitouflée dans son vieux manteau, la capuche dissimulant son visage au ciel d’un blanc laiteux. Une larme roula sur ses joues, alors qu’elle tombait à genoux dans la clairière qui – deux ans plus tôt – avait enterré sa sœur. L’assassinat d’Avyn n’avait été que le début de nouvelles catastrophes : massacres, rébellion, intrigues politiques, tout allait à volo. La blonde ne savait plus où donner de la tête. Giovanna avait pourtant un caractère fort, des idées intéressantes et savait comment mener les meutes, Ed’ savait qu’elle pouvait avoir confiance en elle mais l’a voir soutenir Jegger ne lui incitait pas confiance. Puis il y avait Tveit et sa soudaine envie de sauver tout le monde, à côté Myklebust faisait encore des siennes, se tenant face aux argentés sans comprendre que trois meutes finissaient prises en sandwich entre leurs petites guerres. LA jeune femme secoua pensivement sa tête. Il y avait ça, puis il y avait sa meute éplorée, le cœur brisé. Il y avait Nick et leur relation devenue ambiguë l’espace d’une journée. Il y avait Ragnar et tous ces loups qui étaient amochés et pourtant toujours debout après ces événements. Il y avait aussi de belles surprises : Kat et son enfant à venir, la jeune louve avait senti une aura différente et surtout, avait reconnu la vie qui naissait dans le bas-ventre de la jeune métisse. Elle espérait juste que le meeting n’avait pas provoqué de fausses couches. Cael, Cael. Un loup fort et qu’elle s’évertuait d’aider. Bonnie et sa mutation semblait incontrôlable, Boa d’ailleurs avait disparu, sans laisser de trace, aggravant la relation qu’elle entretenait avec cette dernière. Et dans tous ça, il y avait sa sœur qui ne cessait de comploter, sa meute qui était complètement anéantie, sur le point d’exploser certains jours. Il y avait tant de questions, si peu de réponses, tant à faire et si peu de temps. Elle prit une poignée de neige, dans sa main gantée, qu’elle laissa fondre au creux de son point. S’asseyant encore plus profondément dans la neige, elle ne frissonna pas du froid – son corps le percevait plus que les nés-loups mais moins que les humains. Elle ne savait plus trop quoi penser. Certes elle savait ce qu’elle devait faire pour faire avancer sa meute, elle l’avait toujours su – enfin l’espérait – et faisait tout pour la maintenir debout, la faire grandir et la faire survivre à cette épreuve. Mais la douleur était là. Présente. Dévorante. Les blessures de son âme, les déchirures de sa conscience ne se refermaient pas. Comment pourraient-elles quand ses loups pansaient encore leurs blessures ? Quand certains de ses loups n’avaient même pas réussi à brûler leurs défunts ? Comment pourrait-elle avancer alors que certaines âmes n’avaient pas encore rejoint Hati et Skoll ? La jeune femme soupira, se frotta le visage distraitement. Elle releva sa tête vers le ciel, cherchant une lune absente, les flocons tombant sur son visage. Elle ferma les yeux et laissa la brume ambiante effacer le sillons des larmes qu’elle versa un court instant. Qu’importe sa douleur. Celle de son peuple était mille fois plus importante. Elle respira profondément. Quelqu’un venait.

Une rapide incursion de son aura lui permit de confirmer qu’il s’agissait d’un de ses loups, un gamma précisément. Elle eut une bouffée de joie en reconnaissant l’aura d’un membre de sa meute, une bouffée d’amour pour cette meute qu’elle chérissait tant. Elle ne fit pas de mouvements brusques et ne cherche pas à se relever ou à partir, elle n’avait pas honte d’être sur la clairière qui avait abrité le bûcher funéraire de sa meute et elle n’avait pas honte d’avoir laissé sa tristesse prendre le pas, quelques instants. Elle n’avait jamais crié sur tous les toits qu’elle était invincible, loin de là même. Edwina attendit que le jeune loup vienne à sa rencontre, elle avait – pour une fois – la flemme de faire le moindre mouvement.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Fév - 22:51


Invité
puisses-tu courir sous la Lune







Les flocons de neige tourbillonnaient dans le ciel grisâtre, il pouvait observer leur danse des heures durant. Gracieux petits flocons portés par le vent, réveillant en lui d'anciens souvenirs, doux tourments en ces temps troubles. Un petit sourire se dessina sur son visage, témoin des émotions qui le parcouraient. Une expression qui s'effaça aussi vite qu'elle était apparue. Tout ce qu'il resta des événements est dans le cœur et l'esprit de chaque loups encore en vie pour s'en remémorer les faits. On ne peut pas oublier, on ne peut pas pardonner, on ne peut que souffrir et espérer une justice. Le meeting ? Il n'y avait pas assisté, il était loin très loin de cette tragédie lorsqu'elle était survenue. Il ne se sentait pas coupable de ne pas avoir été présent. Il ne pensait pas vraiment que cela aurait changé quoi que ce soit s'il avait pu planter ses crocs dans la chaire de ses ennemis. De la colère, de la tristesse, de la peine, du désespoir, un soupçon de haine, du dégoût et encore et toujours plus d'émotions, un tourbillon de couleurs qui ne pouvait l'atteindre. Il pouvait sembler froid, inexpressif, distant face à ce drame qui avait frappé la meute pourtant il était présent lors du  bûcher funéraire. Mais il avait appris une chose avec le temps: peu importe la tristesse, peu importe le nombre de larmes il ne fallait pas se perdre en lamentations, il ne fallait pas laisser ses tourments prendre le dessus sur la raison.

Et sa raison lui intimait de garder son calme car plus jamais il ne devait se perdre. En tant que Gamma c'était son rôle d'être présent pour protéger la meute. C'était son rôle et pourtant il n'avait pas pu l'assumer cette fois... c'était regrettable mais la prochaine fois il serait assurément présent. Au fond son impuissance le tourmentait jour et nuit depuis, même s'il semblait totalement ignorer ce qui se déroulait autour de lui il était bien plus concerné qu'on ne pouvait le croire. Dire que ça ne devait être qu'une soirée agréable pour resserrer les liens c'était d'ailleurs pour ça qu'il ne s'y était pas rendu: ça n'avait aucun intérêt pour lui. Il en vint à repenser à son frère, une pensée qui lui fit se mordre la lèvre jusqu'au sang. La Justice n'existait pas dans ce monde, il n'y avait pas de place pour la moindre once de faiblesse ou d'hésitation. Ceux qui regardaient en arrière ne pouvait pas voir ce qu'il y avait devant eux. Et Skúli ne voyait qu'une chose c'était ceux et celles encore vivants, pour eux il fallait se tenir près, pour eux il fallait garder l'esprit clair. Inconsciemment il avait traversé la forêt, perdu dans ses pensées, dans les émotions qu'il ne voulait pas ressentir. Son long manteau encore ouvert, il n'avait même pas pris la peine de nouer son écharpe autour de son cou.

Instinctivement il marchait tout en évitant les racines et les branches sur son chemin. Il ramassa un morceau de bois perdu sous la neige, un beau morceau de bois qu'il rangea dans sa sacoche. Finalement il arriva enfin à la plaine aux lucioles après quelque minutes. De loin il avait aperçu une silhouette, quelque pas de plus et il reconnu immédiatement la présence de l'Alpha. Il hésita un moment, l'idée de faire demi-tour lui effleura l'esprit. Pourtant il décida de se rapprocher un peu, quelque pas de plus seulement. Elle ne sembla pas réagir, sans doute qu'il réfléchissait trop mais ça le mettait un peu mal à l'aise qu'elle ne fasse rien, qu'elle ne dise rien. Alors sur le coup d'une impulsion il s'était accroupi, avait attrapé un peu de neige et en la tassant pour la compacter il en fit une parfaite boule de neige qu'il envoya aussitôt sur la jeune femme. Sur le coup ça paraissait une bonne idée, mais après coup il se dit que peut-être pas.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 3 Mar - 18:52


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2976 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Elle prit le temps de respirer l’air, calmement et sereinement. Elle devait reprendre ses esprits, se souvenir qu’elle n’était plus qu’une simple membre de la meute. La douleur pouvait être là, par moment, mais elle ne pouvait pas la laisser la submerger. L’arrivée de Skuli fit stopper ses interrogations et sa douleur, elle reprit contenance et le laissa approcher. Tout comme elle se laissa surprendre par la boule de neige, venant la cueillir au niveau du visage, dégoulinant dans son cou. Un instant, elle resta impassible, comme figée. Puis, d’un mouvement rapide et souple, elle fit une boule de neige entre ses deux mains qu’elle s’empressa de relancer à son gamma. S’il voulait jouer, alors il allait être servi !

Elle se jeta au sol, fit une seconde boule de neige qu’elle lui lança et commença à créer un petit stock, essayant également d’éviter les boules de neige arrivant de la part de son gamma. Ce dernier, pourtant discret de nature, n’avait pas hésité une seule seconde à lui envoyer une boule de neige, tentative de distraction ? prise de confiance ? Ou simple coup de tête ? Elle n’en avait aucune idée mais n’allait pas reculer face à cette soudaine envie de sociabilisation. Ils étaient proches, tout autant qu’elle pouvait l’être avec un membre de sa meute et bien qu’elle tentait de connaître sa communauté, Skuli restait pour elle un mystère en de nombreuses occasions. Pourtant à l’autre bout de la clairière, ce dernier n’avait aucun mal à la repérer et à viser correctement sa tête blonde, tout comme elle. Ils étaient deux adultes, aux postes pourtant importants et les voilà prit dans une bataille de boule de neige, comme s’ils n’avaient en réalité qu’une dizaine d’année. La jeune femme n’avait jamais vraiment compris la tendance des autres meutes à toujours être sérieuse. Certes, il y a des moments où être sérieux s’imposait, mais au quotidien, il fallait aussi savoir se laisser aller.
Elle était persuadée que sa famille, sa meute entière, était ravie de ce mode de vie et de cette philosophie qui leur avait toujours permis de s’en sortir et de se soutenir mutuellement. Le rire, bien que parfois difficile était sans doute la meilleure chose qui pouvait leur arriver en ces temps sombres. L’avenir se paraît de teintes sordides qu’elle ne pouvait ignorer et pourtant, en ce jour, en cet instant, aux côtés d’un membre qui n’avait rien demandé, un membre qui avait perdu des proches, elle n’en avait rien à faire. Les problèmes qu’elle trimballait dans son quotidien n’était qu’un fardeau parmi tant d’autres et le bien être de sa meute passait avant tout le reste.

« Dis moi Skuli, tu comptes te cacher longtemps derrière tes boules de neige ? » Elle lui en relança une, après avoir été frappée par la dernière de son gamma, le frappant au niveau du ventre.  « Ou tu es venu pour discuter sérieusement ? » Elle évita une seconde boule. « Enfin, si tu en es toujours capable, évidemment ! » Elle eu un léger rire, cristallin dans cette ambiance froide et enneigée. Qu’importe ce que leur réserve l’avenir, ils resteront liés, soudés, ils resteront une meute battante et heureuse qui avancera, malgré les doutes, les dangers, les obstacles et la douleur. Edwina était persuadée qu’a tout problème existait une solution, elle n’allait pas changer d’avis de sitôt.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Mar - 22:58


Invité
puisses-tu courir sous la Lune







Tourbillon inaudible de mots, les flocons dans ce brouillard de pensées obscurci par des émotions négatives semblaient d'eux-même s'être transformé en  boule de neige. N'était-ce pas la meilleure des façons de s'exprimer en pareille occasion ? Skuli ne savait pas vraiment, il donnait l'impression d'être totalement détendu et pourtant il y avait tellement d'interrogations. Des questions muettes qui refusaient de quitter ses lèvres. Les mouvements de l'Alpha étaient rapides et ne lui laissèrent que peu de temps pour réagir. Il fut soulagé de voir une réaction, peut-être pas celle qu'il avait pensé rencontrer mais ce n'était pas plus mal. A son tour il commença à se faire un petit stock tout en essayant d'éviter les boules de neiges qu'elle lui envoyait. Il n'avait pas pour habitude d'être particulièrement sérieux, même dans les moments où la tension était à son comble il avait toujours un geste ou un mot un peu trop déplacé. C'est d'ailleurs l'une des nombreuses raisons pour lesquelles il préférait rester à l'écart. Il lança plusieurs boules, évita une seule des nombreuses qu'il reçu mais toujours avec un léger sourire. C'était rassurant de voir qu'elle ne l'avait pas ignoré, mine de rien ce n'était pas si facile pour lui de faire ce genre de choses même s'il s'agissait de l'Alpha, plus encore parce que c'était elle.

Finalement la voix d'Edwina se fit entendre, il envoya une nouvelle boule au même moment où la sienne le toucher. Un coup sur le ventre il décida de jouer son rôle de gamin jusqu'au bout et fit semblant de tomber en arrière sous le coup. Une fois sur le sol enneigé il resta là comme mort, le ciel trop nuageux pour y voir quoi que ce soit il se contenta de l'écouter toujours sans rien dire. Le rire de son Alpha résonna autour de lui, il ferma les yeux un instant. - Je ne me cache pas, j'essayais juste de te tirer quelque mots.   Il n'avait aucune raison de mentir, dire la vérité était pour lui bien moins compliqué que mentir. Pourtant malgré tout il ne pu s'empêcher d'ajouter avec amusement. - Des mots d'amour ça aurait été pas mal mais c'est bien aussi d'entendre ton rire. Il plaisantait bien sûr, mais à chaque plaisanterie son lot de vérités. Et s'il n'avait aucune intention de faire la moindre avance à son Alpha, il était réellement heureux de l'entendre rire. Parce que les larmes qui avaient coulés sur son visage, même s'il ne les avait pas vu de ses propres yeux agissaient malgré tout sur son moral. Un large sourire sur son visage il ouvrit les yeux sur ce même ciel blanc, son visage recouvert de flocons dont la plupart avaient fondus à son contact.

Il y avait peu de femmes à qui il arrivait à adresser la parole sans bégayer, rougir, détourner le regard, prendre la fuite sans pouvoir dire quoi que ce soit. Edwina était son Alpha, alors bien que ce soit malgré tout extrêmement difficile avec elle il arrivait à aligner quelque mots sans se faire dévorer par ses angoisses. Bien sûr le fait qu'il ne la regardait pas vraiment et qu'il y avait toujours une certaine distance entre eux aidait aussi. - Tu vas bien ? Finalement son ton était redevenu à peu près neutre, sans cette légère note quelque peu narquoise dont il avait l'habitude de faire usage. Il continua aussitôt sans donner le temps à son Alpha de répondre. - Moi je vais mal et l'idée de consulter un psy a frôlé mon esprit mais... pourquoi dépenser de l'argent quand je peux picorer un peu de ton temps ? Un soupir traversa ses lèvres. - Vous me déprimez tous avec vos têtes d'enterrements. Si j'étais l'ennemi je me targuerais de la satisfaction que vos larmes apportent à mes actes. Il se redressa vivement et s'assit en tailleur. Son regard se posa finalement sur elle. Il le détourna presque aussitôt incapable de tenir le regard d'Edwina plus de quelque secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Mar - 20:08


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2976 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



« Quelle noble attention de ta part Skuli. » Lui répondit la blonde. « Tu as bien raison, en ce moment discuter est devenu une étape difficile voir impossible. » Les événements récents ne lui donnaient que raison. Pour son plus grand désarroi. Elle eut un léger sourire. « Tu peux tenter, peut être que ça me fera rire. » Ria-t-elle. La jeune femme aimait bien Skuli. Certes il avait toujours été distant et solitaire mais il possédait une belle personnalité, c’était réellement dommage qu’il n’ai pas su encore le montrer autour de lui. La jeune femme posa son regard azur sur le jeune homme et fini par s’asseoir sur le sol enneigé, nullement gênée par le froid ambiant. Un instant elle aurait voulu changer de forme, ne serait-ce que pour être pleinement elle-même, en symbiose avec la nature mais ça l’aurait privé d’une discussion, chose qu’elle refusait. Surtout quand il s’agissait d’un membre de sa meute qui n’avait pas pour habitude parler aux alphas et encore moins aux femmes. « Bien, je ne sais pas si c’est le mot. » Elle prit une poignée de neige dans sa main, pensive.
Honnête et franche, Ed ne cachait presque rien à sa meute – presque. Elle n’avait jamais eu honte de dire les choses, quand ça allait ou quand ça n’allait pas. Ainsi, aujourd’hui elle ne se voyait pas dire l’inverse à son gamma. Qui plus est au vu de sa position hiérarchique. Il n’était pas idiot et savait que la situation actuelle était plus que compliqué, le prendre pour plus bête qu’il ne l’était sous un prétexte stupide de protection n’était pas dans le caractère de la jeune femme, bien au contraire. « Je fais aller. Niklaus m’aide pas mal à gérer la situation mais je t’avoue que je suis inquiète pour la suite, pour l’avenir. » Pour ne pas dire qu’elle était complètement terrorisée et se savait incapable de gérer convenablement la meute. Malheureusement, le seul alpha qu’elle voyait digne de gérer ça, était parti, loin, si loin qu’ils ne se reverraient sans doute jamais. « Je pense qu’on finira par s’en sortir, comme toujours, mais les épreuves vont se succéder, nombreuses et douloureuses. J’espère que la meute s’en sortira. » Elle posa son regard sur le jeune homme. « C’est notre devoir de les protéger après tout. » Elle eut un léger sourire, sachant combien la situation aurait pu être drôle si Skuli serait tombé sur une psychiatre. « Je suis d’accord, viens m’embêter moi plutôt qu’un autre, ça m’évitera de devoir régler des conflits en plus. » Elle le taquinait évidemment, mais c’était un esprit de famille.

Sa dernière phrase l’a fit profondément réfléchir. Oui, d’une certaine manière les argentés devaient être ravis du mal qu’ils avaient proféré et les chasseurs devaient chanter et danser devant le sang versé, mais une peine se devait d’être étanchée avant d’être vengée. « Il y a un temps pour tout. » Elle se redressa, s’assit en tailleur. « Un temps pour pleurer ses morts et recommander leurs âmes à Fenrir. » Elle fit une légère pause, pensive. « Un temps pour chercher à comprendre et à se préparer à la bataille, un temps pour se battre et refuser de se laisser faire. » Elle soupira. « Et enfin un temps pour se reposer, panser ses plaies et ses blessures. » Elle remit en place sa capuche sur sa tête. « Oui ils doivent être heureux actuellement et j’espère que Hati les protège de leur propre soif de pouvoir et de sang, j’espère sincèrement qu’ils finiront par se rendre compte de l’horreur qu’ils ont fait. » La jeune femme ne savait pas vraiment comment exprimer ses pensées alors elle le fit naturellement, sans chercher à réfléchir. « Mais si aujourd’hui ils sont heureux et trouvent ça réjouissant de fêter la mort et la douleur d’un peuple, alors demain ils rejoindront le Vahallah et leurs victimes. Non seulement je ne laisserai pas ces êtres infâmes bafoués notre culture, mais je ne laisserai personne profiter de la mort de tant de personnes innocentes. » La rage pointait dans son regard, mordante et fumante. Pour autant, son ton de voix était calme et doux, comme la neige qui recouvrait le sol.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Mar - 23:31


Invité
puisses-tu courir sous la Lune








- Et bien moi je me sentais "bien" lorsque je pleurais seul à l'endroit où j'ai dispersé les cendres de mon frère. Tellement bien que j'avais envie de tuer tout le monde. Que je ne faisais plus confiance à personne. Il faisait référence au fait qu'en arrivant il était presque certain qu'elle pleurait. Mais aussi, tout en parlant il se remémorait du jour où il avait dû se détacher de ce qui restait de son frère. De la poussière, juste et rien d'autre que de la poussière mais aussi des émotions toute plus lourdes les unes que les autres. Mais c'était sans doute parce qu'elle était l'Alpha qu'il avait posé cette question. Pour elle ça devait être particulièrement dur à accepter. - Moi je n'ai pleuré qu'une personne, si la douleur est proportionnel au nombre alors oui peut-être que "bien" n'est pas le mot. En fait il aurait voulu lui être d'une quelconque utilité, mais il ne pouvait qu'imaginer ce que ça devait être d'être l'alpha de la meute. Devoir accepté cet incident, tout les morts, l'inquiétude de ceux qui étaient toujours là. Il y avait tellement de choses à faire, à prendre en compte. Et c'est bien pour ça qu'il lui avait posé cette question tout à fait anodine et pourtant tellement plus complexe. Bien sûr Edwina était honnête mais il lui semblait qu'elle gardait l'essentiel pour elle. Qu'elle ne veuille pas montrer ses faiblesses à ses loups ou se confier à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas vraiment il pouvait l'accepter, mais il espérait qu'elle avait quelqu'un à qui parler. C'était important de partager un peu de sa peine parfois. Il l'avait appris à ses dépens quelque années auparavant.

Il s'inquiétait juste un peu trop, il ne savait pas pourquoi d'ailleurs. Au fond son alpha surmonterait cette épreuve comme elle avait surmonté la mort de sa sœur et tout les coups durs que la meute avait pu essuyer. Elle était forte, contrairement à lui. C'est pour cela qu'il l'admirait tant mais aussi qu'il se sentait tellement misérable en tant que loup. Il ne pouvait même pas croire un seul instant qu'elle puisse être même un peu effrayé par les événements. Lui ne l'était pas, il attendait même avec impatience la suite. - Inquiète ? Il n'y a pas à s'inquiéter. La meute or se relèvera plus forte, comme à chaque fois. Les traîtres vont recevoir ce qu'ils méritent et... et après les noirs les remplaceront, puis les roux, puis les bruns, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que nous et les humains. Il ne faisait que plaisanter, pas sûr que ce soit une très bonne idée d'annoncer une guerre totale dans le futur mais ça illustrer bien le fait qu'il y aurait toujours des obstacles et qu'au final la meute or les franchirait la tête haute sans jamais être abattue. Il voulait juste dire qu'il était du même avis quoi. J’espère que la meute s’en sortira. Il n'aimait pas cette phrase, mais il ne pouvait que comprendre l'état d'esprit dans lequel elle devait se trouver. - Notre devoir ? J'étais pourtant sûr que c'était le moment idéal pour moi de prendre des vacances. Je me voyais déjà sur une plage en Italie. Un soupir de fausse déception. - Bon cela dit protéger ma précieuse famille ça m'a l'air pas mal aussi. Il retint un léger rire, bien sûr qu'il comptait faire de son mieux pour assurer la protection de la meute.

Il n'avait pas peur de perdre la vie, il pouvait tout sacrifier si c'était pour sa meute. Car après tout sa meute était à ses yeux sa famille, une grande famille à laquelle il était très attaché malgré la distance qu'il mettait entre lui et eux. Il releva la tête lorsqu'elle parla de "régler des conflits". Il n'avait pas compris tout de suite qu'elle le taquinait. - ah.. ah pendant un instant j'ai cru qu'on t'avait dit pour... Il s'arrêta brusquement et se mit à siffloter tout en fouinant dans son sac. Il valait mieux éviter de parler de ses "bêtises" tant qu'elle n'en savais rien. Il faisait semblant de chercher quelque chose, finalement il récupéra son couteau  et le gros morceau de bois qu'il avait ramassé un peu plus tôt. Son couteau à la main il se mit à tailler le bois tout en écoutant son alpha sans l'interrompre jusqu'à ce qu'elle finisse. Du moins c'est ce qu'il voulait faire mais de temps en temps il ne pouvait pas s'empêcher de dire ce qu'il pensait. - Mais le temps que nous prenons pour pleurer nos morts est le temps qu'ils prennent pour se préparer à la bataille. Et j'ai peur qu'ils finissent par avoir une longueur d'avance si on prends trop de temps à panser nos blessures. Il continuait à tailler son morceau de bois qui prenait lentement mais sûrement forme. - Même s'ils se rendaient compte de leur erreur il est déjà trop tard. Les vivants réclament justice. Oui, la justice... et le plus sombre de ce qu'il y avait dans son propre cœur, dans le cœur de chacun voulait la vengeance.

Skuli se mit finalement à rire avec une certaine froideur. - Qu'ils se perdent sur le chemin pour le Vahallah, là-bas ils n'ont pas leur place. Que ce soit de leur vivant ou même après ils paieraient le prix fort.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 28 Mar - 10:57


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2976 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Elle soupira. « Oui pleurer ses morts fait un bien fou, tu as tout à fait raison. Mais ça fait encore plus de bien de le faire seul, loin de la meute et loin de ses responsabilités. » Elle eut un sourire triste. Elle n’avait pas honte de se laisser aller à ses émotions. Ces dernières étant bien trop fortes et trop importantes dans la meute blonde pour qu’elle s’en sente honteuse. Etant empathe et plutôt douée, elle sentait bien trop de choses pour son âge, ne comprenant pas la moitié de ce qu’elle arrivait à percevoir. Elle n’en voulait à personne, mais c’était beaucoup à contenir, beaucoup à gérer, d’autant plus qu’elle n’avait pas vraiment de personne sur qui compter. Son père était jamais là et de toute façon, avec ses responsabilités elle ne pouvait pas trop le voir, sa sœur aînée lui avait tourné le dos et son frère cadet était bien trop jeune pour lui être d’un réel secours. Elle se frotta le front, fatiguée mais pourtant fière de voir que certains de ses loups étaient pleins de sympathie et trop même d’empathie. Elle eut un léger sourire. Oui être bien était une chose délicate en ce moment, rare et également très précieuse. Tout dépendait de comment on voyait les choses.
Edwina pleurait encore beaucoup de loups, les déchirures de son âme après le meeting ne s’étaient pas cicatrisées, à se demander si un jour, elles le feraient. Elle n’en voulait à personne et même aux argentés, elle n’arrivait pas à leur en vouloir concrètement. Ca ne voulait pas dire qu’elle ne voulait pas leur arracher tripes et boyaux, juste qu’elle savait que parfois, une propagande, un embrigadement et de folles croyances conduisaient les gens à faire tout et surtout n’importe quoi. Elle ne pouvait pas lutter contre la folie et bien qu’elle allait protéger sa meute et ses petits, elle ne voyait pas comment empêcher ses fous d’aller plus loin. Il y avait bien une solution, mais son caractère définitif l’effrayait. A part la chasse lupine, la jeune femme n’avait jamais mis à mort qui que ce soit. Les autres meutes les pensaient pacifistes ou même hippies. Il n’en était rien, évidemment. Traqueurs, gammas et bêtas avaient déjà versés le sang, certains lambdas également. Mais s’ils pouvaient l’éviter, s’ils pouvaient tout faire pour préserver la vie, alors ils le faisaient. Parce que leur famille et les liens qui les unissaient ne méritaient pas d’être entravés par la mort et par un acte aussi fort qu’ôter la vie. Comment penser à la donner quand on est capable de l’enlever ? Une question forte qui tourbillonnait sans cesse dans la grande meute blonde. On pouvait y parler de tout, avec tout le monde, mais la violence n’était là que pour s’amuser, pour jouer, quand il s’agissait de faire la guerre, les tendres émotions et les rires blonds cessaient de chanter pendant un moment. Ils se mettaient d’abord tous au diapason, pour être sur et pour surtout, ne pas faire d’erreurs. Puis, quand venait le moment fatidique, ils ne reculaient pas, agissaient et finissaient par aller se recueillir au près de Hati. Pleurant la vie qu’ils ont ôté et demandant pardon. Croyants et protecteurs de leur patrimoine culturel, les blonds avaient une idéologie bien différente et bien ancrée. Les traditions se perdaient sans doute partout, les blonds tendaient à les conserver, pour la plus grande ignorance de la communauté lupine. Après tout, pour vivre heureux il faut parfois vivre caché.
Elle hocha la tête. « Tu as tout à fait raison, nous somme plus fort que ça et nous nous en sortirons. » Elle eut un léger rire. « Je ne pense pas par contre que ça se passera aussi facilement. » Taquine, elle posa son regard sur lui. « Voudrais-tu gouverner le monde ? Promouvoir la paix par delà nos frontières ? » Elle sourit. « Je doute que tu sois assez fort pour ça tu sais. Même avec une omelette au fromage. » Elle eu un léger rire. Ravie. « Toi prendre des vacances ? Mais dis-moi, tu ne le fais déjà pas au quotidien ? » Un léger rire, il ne fallait pas s’enfoncer dans le passé, qui était définitif et déjà terminé. Après tout, ils avaient la vie devant eux, pourquoi s’entêter à se lamenter ? « Pas mal seulement ? Hm, je suis déçue, moi qui pensait mériter un peu plus d’intérêt ! » Elle eut un rire taquin, joueuse comme toujours. Edwina n’avait pas changé depuis sa montée au trône, elle évitait juste de se laisser à ses instincts naturels, il était temps d’être responsable après tout. « Qu’on m’avait dit pour ? » Un sourire en coin sur le visage, elle décortiqua celui de son gamma, tentant de différencier la plaisanterie de la réalité.

Il prit un couteau et son morceau de bois, et comme à son habitude se mit à le tailler. Elle trouvait ces gestes réconfortant, faisant partie d’une routine qu’elle appréciait énormément. Assise dans la neige, aux côtés de son gamma, elle aurait pu être frigorifiée si son sang lupin ne l’en protégeait pas. Une douce lueur d’espoir animait son petit cœur, elle espérait sincèrement que la meute se remettrait et que des instants de paix, comme ceux-ci, deviendraient plus courant. « Oui ils se préparent sans doute, mais ça ne veut pas dire que nous sommes démunis de ressources ou d’alliés. Nous serons prêts, ne t’en fais pas. Comment pourrions-nous nous préparer physiquement si notre psyché ne l’est pas ? » Elle eut un triste sourire. « Pleurer nos morts fait partie du processus, il faudra qu’on parle aux autres meutes et quand ça arrivera, nous devrons être forts. Pas emprunts de tristesse ou de colère, juste forts et sûrs de nous. Pour l’instant je ne le suis pas. Je suis encore bien trop triste et bien trop en colère. » Elle n’avait aucune honte à le dire, n’ayant jamais – ou presque – caché ses émotions à sa meute. Leurs auras étaient toujours ouvertes, ils lisaient les uns dans les autres, se connaissant presque tous par cœur, ils formaient une énorme famille, aux liens très soudés et très différents des autres meutes. Leur promiscuité en était parfois effrayante pour les autres, mais c’était ainsi qu’ils reprenaient constance et courage. Toujours. Elle écouta les derniers mots de son gamma, forts, puissants. Il était aussi enragé que d’autres, à se demander s’il avait pris le temps de se reposer, de se ressourcer, entre guillemets. « Ils payeront pour ce qu’ils ont fait oui. Mais chercher la vengeance pour exercer la violence n’a rien d’utile ni de glorieux. Nous vengerons nos morts et Fenrir bénira leurs âmes, mais nous nous assurerons surtout que cela ne se produise plus jamais. » Elle attrapa le menton de Skuli. « Réclamer le sang pour seulement le verser te fait penser comme eux, ne te laisse pas avoir par tes envies de vengeance. » Le lâchant doucement, elle n’avait eu aucune gêne à planter son regard océan dans le sien, bien qu’il allait sans doute en être gêné. Elle ne voulait pas que sa meute vienne à songer simplement à la vengeance, ils valaient mieux que ça, tellement mieux.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 28 Mar - 22:50


Invité
puisses-tu courir sous la Lune








Il y a des émotions qu'on ne peut cacher, des émotions qui nous submergent sans jamais demander notre avis, des émotions qui nous déchirent et nous changent, d'autres encore qu'on ne remarque pas et qui pourtant grandissent en nous et nous font évoluer. Skuli était sans doute la dernière personne qui la jugerait pour pleurer ainsi à l'écart. Bien qu'il avait une image bien précise de ce qu'était un alpha, le genre de vision stéréotypée qu'ont tous les loups, il ne lui reprocherait jamais de ne pas s'y conformer précisément. Chaque loup était différent, chaque alpha avait sa propre grandeur. Et la grandeur qui se cachait derrière l'alpha que devenait un peu plus chaque jour Edwina était terriblement attractive et suscitait chaque fois un peu plus son admiration. C'était sans doute pour ça qu'il ne faisait rien. C'était pour ça qu'il attendait simplement que la Reine, non, que son Alpha se décide enfin à réagir. Il était devenu gamma lorsqu'il avait perdu ce qui lui était le plus cher. Pas parce qu'il aimait se battre, pas parce qu'il avait besoin d'exprimer une quelconque violence ou soif de sang mais pour ne plus jamais avoir à subir cette douleur. Et malgré tout encore une fois c'était arrivé et pire que tout il avait dû surmonter la douleur que lui infligeait la souffrance qu'exprimaient les visages des blonds attachés aux défunts. Il riait, il pouvait même sourire et plaisanter pourtant il ne faisait qu'attendre. Il souhaitait que justice soit faîtes, mais ce n'était pas tout les argents que ses ténèbres intérieures espéraient voir anéantis mais seulement ceux qui avaient ordonnés cette attaque, ceux qui avaient pris plaisir à tuer loups et humains durant le meeting.

Il n'affichait pas sa colère, il continuait à vivre son quotidien habituel et pourtant il attendait juste qu'enfin les blonds fassent leur deuil, que toute les meutes fassent leur deuil et agisse. Cette passivité était tout simplement insupportable mais il était patient. Le rire de son alpha résonna encore, toujours aussi plaisant à son oreille, tellement qu'il esquissa un petit sourire. Il pouvait sentir le regard de son alpha et l'évita d'ailleurs soigneusement incapable de le soutenir. - Avoir de bonnes intentions ne suffit pas pour gouverner le monde et c'est souvent pour la paix que naissent la tyrannie et l'oppression. Il posa de lui même son regard sur elle en l'entendant, un petit sourire toujours au visage alors qu'il détournait aussitôt le regard tout en répondant les joues légèrement roses et la voix clairement amusée. - Ne sous-estime pas le pouvoir de l'omelette au fromage ! C'est fou comme le rire d'Edwina arrivait à l'apaiser presque aussi bien que son aura. Il souriait toujours en lui rétorquant. - Je travail 1 jour par an, je peux bien prendre des vacances les 364 restants. Et oui, même si ce n'était pas le cas il le pensait réellement. Une journée à révéler un pan de l'histoire lupine valait bien de très longues vacances à ses yeux et puis un salaire digne de ce nom. Malheureusement il vivait dans la réalité et malgré ses quelques tentatives il n'avait toujours pas eu droit à un seul congé ni même à une petite augmentation. Cette fois-ci ce fut à son tour de rire, il ne s'y attendait pas. Un peu gêné il préféra s'abstenir de toute réponse. Il continua ainsi de rire, restant silencieux même face à sa question.

Dans le silence était son salut, jamais il n'avouerait les derniers faux pas qu'il avait commis, jamais et surtout pas directement à son alpha. Il taillait son bout de bois tout en écoutant Edwina. Comment pourrions-nous nous préparer physiquement si notre psyché ne l’est pas ? - Et bien je pourrais devenir le psy' de la meute mais je veux un salaire à la hauteur de la tâche... ah, que ça ne te donne pas des idées je ne vais pas te payer cette séance. Il plaisantait, pourtant les mots qu'elle avait prononcé résonnaient dans son esprit. Il était toujours triste et en colère bien qu'il ne le montrait jamais, tout au fond de lui subsistait un éternel ressentiment à l'égard de tout. Être fort ? Être sûr de lui ? Il se sentait tout simplement pathétique et finissait toujours par se comparer à plus fort que lui ce qui ne l'aidait pas à se sentir fort ni même à prendre un peu d'assurance. Son couteau s'était arrêté alors qu'il réfléchissait à ce qu'elle venait de dire. Il ne doutait pas, il ne voulait pas douter et pourtant... Cette colère qui grondait en lui finissait toujours par ressortir tôt ou tard et dans la situation actuelle il la renvoyait simplement sur la meute argent. Un soupir traversa ses lèvres, s'assurer que ça ne se reproduise jamais c'est ce qu'elle venait de dire ? Était-ce seulement possible ? Perdu dans ses pensées il ne comprit pas immédiatement qu'elle venait de soulever son menton. Ce n'est que lorsqu'il croisa son regard que son cerveau cessa de fonctionner. Qu'est-ce qu'elle venait de dire ? Il n'en savait trop rien. C'était la première fois qu'il la regardait aussi longtemps, d'aussi près. Son alpha avait vraiment un beau visage et des yeux magnifiques. A cette pensée, lorsqu'elle le lâcha enfin après ce qui lui parut être une éternité le pauvre Skuli changea de couleur: il rougit, pâlit, rougit de nouveau avant de reprendre une couleur à peu près normale. Intérieurement il se donnait des claques pour avoir des pensées étranges et incompréhensibles parfois.

Il regarda son alpha, la distance qui les séparer et recula comme si de rien était à plus d'un mètre d'elle. Là il se remit à respirer, littéralement car inconsciemment il avait bloqué sa respiration sous le choc. Puis il se contenta de hocher la tête et de répondre. - O.. oui, oui.   Il tremblait, qu'est-ce que c'était ? Il n'arrivait pas à décrire cette émotion, alors il l'assimila à de la peur. Et ça lui paraissait tellement stupide alors il se répéta simplement "ce n'est pas une femelle c'est l'alpha", mais c'était inutile. Il tenta de reprendre sa sculpture, tête basse. Et après un petit moment, lorsqu'il fut sûr de pouvoir aligner plus de deux mots il acheva ce qu'il voulait lui répondre. - Je le sais parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Avr - 11:43


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2976 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



« Tu as totalement raison. Tu devrais peut être finir conseiller, auprès de Niklaus, je suis sûre qu’il serait de ton avis, lui mais pas son cynisme par contre. » Elle eut un sourire triste. « Nous nous en sortirons et les loups ne seront pas opprimés. » Dans ses yeux comme dans sa voix on pu entendre une détermination sans faille, une volonté de fer et une envie de faire les choses bien, de faire ce qu’il devait être fait, elle voulait protéger sa famille, plus que tout au monde.
Elle eut un éclat de rire face à son omelette au fromage et à sa férocité à la défendre, levant les mains en l’air en signe de protection, elle lui fit un léger clin d’œil mais ne répondit pas, de toute façon ce n’est pas comme si elle avait pu dire quoique ce soit à ce sujet.
Une fois encore elle eut un léger sourire, il avait ce dont Skuli de la faire rire même dans les pires moments, sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Il était un bon gamma et parfois elle s’étonnait qu’il ne soit pas aussi oméga. Certes sa meute ne l’avait pas choisi en tant que telle, mais il aurait très bien assumé son rôle, elle en était désormais certaine. C’est d’ailleurs sur cette pensée qu’il se proposa d’être le psy de la meute. Un léger sourire vint naître sur son coin de lèvres. « Tu pourrais presque être compétent en tant que psy, mais crois moi je ne payerai pas, on devrait plutôt me payer pour que je vienne à nos séances oui ! » Ils plaisantaient mais leur discussion avait pris une tournure plus forte, plus profonde qu’auparavant. Oui, elle pensait qu’ils devaient être prêts autant physiquement que mentalement et chose surprenante, c’était le cas pour une partie de sa meute, une partie commençait à s’en remettre. Après avoir sculpté leur corps ils forgeaient leur esprit et c’était le plus important, la seule chose qui comptait. Ils allaient être forts, ensemble.

Skuli se mit à rougit, à pâlir, à rougir puis à bégayer après qu’elle l’ai touché, il était drôlement adorable. Musclé et baraqué mais timide devant une jeune louve. C’était d’un comique et tellement chou qu’elle ne pu empêcher un sourire tendre de naître sur ses lèvres. Elle aimait tous les loups de sa meute mais chacun de ses loups étaient uniques et Skuli avait ce petit truc qui aurait fait fondre toutes les femmes, elle en était certaine. « Je n’en doute pas un instant. » Sa voix était calme, posée et sûre d’elle, Edwina avait toute confiance en son gamma, elle n’avait pas soutenu le choix de sa meute pour rien, elle pensait sincèrement qu’il avait toutes les capacités et qualités pour remplir ce rôle à merveille. Elle le croyait dur comme fer et autant qu’elle croyait en Fenrir. Il était gamma et il pouvait être tellement plus, il suffisait juste qu’il s’en donne les moyens. « Heureusement que je ne suis pas toute nue, tu aurais fini par exploser. » Elle eut un léger rire, pourtant plus pudique que le reste des loups, Edwina avait été nue un bon nombre de fois devant ses loups, enfin pas tous. Après tout, ils leurs arrivaient fréquemment de dormir tous ensemble, sous forme de loup dans le salon ou tous nus dans la forêt après avoir couru toute une journée, c’était une grande famille qui profitait pleinement des siens et des relations qu’ils entretenaient, ce n’était pas pour rien qu’on ne touchait pas à la meute blonde, sous la peine de voir toute une famille vous tombez sur le coin du nez. « Tu avais quelque chose de particulier à me dire ? » Elle leva la tête vers les étoiles, soucieuse. Elle ne voulait pas qu’il y ai de barrière entre ses loups et elle, ils pouvaient tous se confier à leur alpha, elle ne les jugerait pas, jamais.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Avr - 2:21


Invité
puisses-tu courir sous la Lune








Skuli hocha simplement la tête face à la détermination de son alpha. Son regard se leva un instant sur le ciel, quelque flocons tombaient encore. Parfois il rêvait d'un monde où tout serait plus simple, un monde où il n'y aurait ni meutes ni clans. Où tout les loups seraient liés, sans distinction, sans animosité, juste cette solidarité qui lie les membres d'une meutes entre eux, liant tout les loups ensemble. Pas de hiérarchie, pas de guerres ni de conflits à grand échelle. Une utopie, le rêve d'une impossible paix totale entre les loups, entre les humains, entre les loups et les humains. Mais ce n'était qu'un songe et même avec tout les efforts du monde il y aurait toujours des voix contraires pour s'élever, pour s'opposer. Et au fond même s'il rêvait de paix, il savait aussi qu'une vie calme et sans soucis n'était pas faîtes pour lui plaire. Il expira longuement dans un soupir avant de retrouver son sourire. Un sourire qui se transforma en rire, une omelette au fromage. Il la regarda lever les mains en guise de protection avant d'inspirer de nouveau une grande bouffée d'air. Cela faisait du bien de rire mais parler d'omelette ça lui donner faim. Depuis combien de temps il n'avait rien avalé ? En ce moment il mangeait plus que de normal comme pour compenser son inutilité. - Presque ? Je suis un pitre extraor... un psy, je voulais dire un psy extraordinaire !


Le lapsus était plus que révélateur et ça l'avait un peu coupé dans son élan, tout ce qu'il pu faire fut d'en rire. Et puis il fallait avouer que c'était aussi un pitre extraordinaire. Tant de qualités tellement inutiles pour un loup, au moins s'il pouvait faire rire les membres de sa meute c'était déjà pas mal. Dommage qu'il ne s'arrête pas là. Puis le choc avait eu lieu, un contact avec un organisme féminin, son alpha en plus quoi. C'était trop lourd pour son encéphale, celui-ci disjoncta un instant avant que la nouvelle distance instauré ne le ramène à un peu de sérénité. Son cœur palpité encore sous l'adrénaline qu'avait éveillé sa peur maladive des femmes, si c'était réellement ça.  Il s'était remis à sculpter le bois machinalement dans des gestes vifs, concentré pour échapper à la réalité, à cette angoissante émotion à laquelle il ne voulait plus jamais avoir à faire face. Le bois ressemblait déjà à une biche, il ne manquait plus que les détails. Il s'arrêta brusquement en entendant la remarque d'Edwina, son visage virant de nouveau au rouge. - Qu..q.q.qu'est... Il n'arriva pas à poursuivre sa phrase prit dans un rire nerveux. Il fallait qu'il arrive à se calmer, à se détendre, à se vider l'esprit. - Je n'aurais pas explosé... j'aurais gravé cette image dans ma mémoire.

Quelque secondes s'écoulèrent avant qu'il ne se rende compte de ce qu'il venait de dire. C'était bizarre comme phrase, non ? Ça lui paraissait étrange à dire, non, ce n'était définitivement pas le genre de choses à dires ! Alors sous l'impulsion de la honte qui commençait de nouveau à faire son petit bout de chemin dans sa tête il tenta de se rattraper. - Pas que je veuille m'en souvenir ! Non c'est pas... je veux dire que n'importe quel loup rêverait de voir ça ! Moi... non, c'est... c'est juste que tu es tellement jolie que je... je voudrais sans doute le sculpter pour... c'est pas... Le visage de plus en plus rouge, on aurait dit qu'il allait fondre en larmes. Il s'arrêta tout simplement de parler, inspira une grande bouffée d'air, expira lentement et conclu. - Je ferais mieux d'arrêter de parler. D'ailleurs pourquoi ils parlaient de ça ? Comment ils en étaient venus à parler de son corps nu ?! Pourquoi ? C'était une blague de Fenrir, il voulait se moquer de lui une nouvelle fois ? C'était pas assez cette peur insensée qu'il devait subir chaque jour ? Skuli n'était pas pudique, tant qu'il n'avait pas une louve devant lui, notamment une louve de sa meute. Il n'était pas particulièrement bien intégré face à ces transformations collectives et aux longues nuits que la meute passer ensemble. Cela faisait des années, depuis qu'il était enfant qu'il n'y avait pas assisté.

Il releva la tête lorsqu'elle lui posa de nouveau cette question qu'elle lui avait posé à son arrivée. Pourquoi elle lui demander ça ? Est-ce qu'elle savait quelque chose ? Skuli ne s'imaginait pas un seul instant que son alpha puisse croire qu'il était venu là expressément pour la voir alors qu'au final ce n'était rien de plus qu'un hasard. Alors il avait le sentiment qu'elle savait et automatiquement il fit la liste de toute les conneries qu'il avait faîtes depuis le meeting. Il se mit un peu à trembler, Edwina avait pas l'air particulièrement en colère. Bon alors ça ne devait pas être si grave, si ? Est-ce qu'elle savait ? - Neal m'a balancé c'est ça ? Sale traître... Bon c'est vrai que c'est moi qui ai commencé, mais moi je me suis battu avec des mots ! Et au final j'ai eu droit à un coup de couteau, j'estime que tu devrais le prendre en compte. Il était toujours blessé d'ailleurs même si ça ne se voyait pas, il avait tendance à oublier ce genre de douleur mineure. Par contre vu l'expression du visage d'Edwina ce n'était pas de ça qu'elle voulait parler. - Hmm tu ne savais pas pour ça hein ? Ah..ahah... oublie, ce n'est rien, rien du tout ! De quoi je voulais parler ? Il fixa le sol un instant alors que ses mains finissaient de sculpter les yeux de l'animal en bois. Il voyait absolument pas ce qu'il avait à lui dire, c'était pourtant évident: il n'avait rien à lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Avr - 20:22


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2976 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



Elle eut un léger sourire. Oui, il était un pitre et c’était bien connu. Toute la meute le savait et les autres devaient le savoir également, pour autant il restait de bon conseil, il restait un loup loyal et fidèle que la jeune alpha estimait beaucoup. Elle adorait tous ses loups mais ceux qui, comme Skuli avaient choisis de protéger la meute, peut être au péril de leur vie avaient une place spéciale dans son cœur. Elle s’inquiétait moins pour eux oui, estimant qu’ils étaient capables d’estimer par eux-mêmes la valeur de leurs risques et avait donc tendance à moins les surprotéger, mais ils restaient des membres de sa famille à part entière, des membres qu’elle se devait de protéger.
Elle le laissa reprendre ses esprits, étant totalement au courant des difficultés qu’il avait avec la gente féminine, sans pourtant pouvoir lui en vouloir. C’était trop mignon pour qu’elle lui en veuille, décidément trop mignon. Elle eut un sourire tendre à cette pensée, parfois elle se surprenait à être aussi maternelle avec sa meute, elle n’avait jamais soupçonné ce trait de caractère étant plus jeune. Elle était bien trop occupée à taper sur tous les loups qui croisaient son chemin pour pouvoir penser, un instant, à les materner. « J’espère bien, je vaux le coup d’œil, crois moi ! » Elle ne put s’empêcher de glousser face à cette remarque. Elle ne se sentait pas supérieure à quiconque et ça lui arrivait fréquemment – comme aujourd’hui – de ne pas se maquiller, se sentant particulièrement bien dans son corps, elle n’était pas du genre à se vanter ou à se croire supérieure, mais des fois, elle le disait, spécialement pour rire.

Finalement quelques secondes s’écoulèrent, le temps pour Skuli de croire que sa remarque était déplacée, incommodante peut être. Il disjoncta, peut être pour la seconde fois aujourd’hui. Elle eu un léger sourire, sur le coin des lèvres, comme toujours à ses côtés. Il était mignon à se dépatouiller de la sorte, comme un louveteau dans la glu qui tentait par tous les moyens d’en sortir et n’arrivant finalement, qu’à s’entacher un peu plus le poil. Elle ne put s’empêcher de poser un regard compatissant sur le loup, ravie de l’avoir à ses côtés et désolée qu’il s’embourbe autant dans des petites excuses inutiles. Ils étaient les blonds après tout, ils pouvaient absolument tout se permettre, y compris de se vanner devant d’autres alphas. Parce que la famille ça passe avant tout. Toujours. « J’aime bien quand tu parles, même si tu finis par t’en mettre partout. » Elle n’avait pas expliqué l’image qui lui était venue et sans se rendre compte que Skuli ne pourrait pas comprendre ce qu’elle disait, elle ne le remarqua pas et passa à autre chose. Comme si c’était le plus naturel du monde de dire des phrases incohérentes en pleine discussion. Pas que ça lui ressemble, mais c’était étrange tout de même.
Il était de nouveau sur sa petite statuette, la bricolant, la sculptant. La forme était superbe et son talent était indéniable. Elle avait les yeux rivés sur la figurine, ne faisant presque – presque – pas attention à ce qu’il racontait. Et le sens de ses paroles vint s’imprimer lentement, mais sûrement dans son esprit. « Non en effet je n’étais pas au courant. » Un blanc. Ton de voix poli, sérieux et loin de l’amicalité qu’ils partageaient l’instant d’avant mais pour autant elle ne faisait pas la tête. Elle était trop gentille et trop aimante pour ça. « Je pense que tu voulais me parler de Neal. Je sais pas trop pourquoi mais je pense que tu vas tout me raconter. » Lui dit-elle sous un petit ton insistant mais toujours taquinant et drôle, elle ne veut surtout pas l’effrayer ou le blesser.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Avr - 6:34


Invité
puisses-tu courir sous la Lune








- Tu prêches un convaincu. Il souriait toujours. Après tout pour lui les louves blondes étaient des "divinités supérieures", il les avait toujours mise sur un piédestal. Mais son alpha était encore plus adorable que toute les autres, sans doute parce qu'elle avait une bonne personnalité. C'était ce qui faisait toute la différence après tout. Il lui vouait une forte admiration, sans doute parce que malgré son jeune âge elle avait su gérer son rôle. Encore une fois il se sentait tellement pathétique. Peu importe à quel point il s’entraînait chaque jour, il se sentait juste impuissant. Il aurait tellement voulu être un gamma à la hauteur. Au fond il l'était, mais il avait des exigences bien trop lourdes pour lui même. C'était comme s'il était un louveteau qui se sentait misérable de ne pas être le roi, il visait trop haute pour ce qu'il était. Les secondes s'écoulèrent, il y avait une raison bien précise aux réactions du blond. Certes il y avait son traumatisme qui le mettait toujours dans des états impossibles en présence d'une louve qu'il voyait en tant que telle. Mais c'était aussi parce que Skuli aimait les humains, tellement que parfois il se disait que la vie aurait été plus douce s'il en avait été un. Il passait plus de temps parmi eux que parmi sa meute, il fallait dire qu'il fuyait son clan dès qu'il le pouvait. Alors parfois, par moments, il avait des réactions plus humaines que lupines.

Il en était parfaitement conscient, il connaissait les normes humaines comme celles d'usage chez les loups, chez les membres de sa meute notamment. Mais, c'était juste impossible en présence de son Alpha ! C'était l'Alpha ! Elle était tellement, si... parfaite peu importe comment il la regardait, bien qu'il n'arrivait pas vraiment à la regarder. Il avait sans doute une trop haute opinion d'elle, mais c'était ainsi il n'y pouvait rien. Au fond c'était déjà un gros effort de sa part de la tutoyer. C'était sans doute exagérer, mais Skuli était ainsi, il vivait les émotions qui le dépassaient dans l'exagération. Et même si la meute était une grande famille, même s'il aimait son Alpha bien plus qu'aucun autre loup blond, il n'arrivait pas à agir trop familièrement. Mais au fond ce n'était pas juste elle, Skuli s'était trop longtemps mis à l'écart. Il avait de plus en plus de mal à s'intégrer même au sein de son clan. Il ne se sentait plus à sa place, il préférait se réfugier dans les archives, se perdre dans les livres. Tout était tellement confus. La famille est une force... Cette devise, lorsqu'il était enfant il se souvenait à quel point il l'aimait. Bien que les adultes lui faisaient peur et que les autres louveteaux avaient tendance à s'en prendre à lui parce qu'il était un vrai pleurnichard. Il aimait sa famille, il aimait sa meute. Son regard se leva un instant sur Edwina alors que celle-ci observait le ciel.  

Quelle belle image, il aurait voulu la graver dans du marbre. Il ne se rendit même pas compte que pour une fois il ne rougissait pas, que pour une fois il ne détournait pas le regard après trois secondes. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres, ce qu'elle dit ensuite... il ne le comprit pas. Pourtant il chercha réellement à comprendre ce qu'elle entendait par là. Mais il abandonna rapidement, l'important étant qu'elle "aime bien". Et finalement il commis l'erreur, il lâcha l'une des nombreuses bêtises qu'il avait faîtes, du moins une partie. Même si le changement était très léger il le ressentait comme un vent glacial. Il frissonna tout en réfléchissant à ce qu'il avait dit et à ce qu'elle venait de répondre. Puis il eut comme un déclic. - Ah mais c'est pas Neal qui m'a attaqué, il n'a fait que me soigner. Mais ce n'était pas si grave tu sais, juste une égratignure, rien de très important, vraiment pas de quoi s'y intéresser.   Il rit, un rire maladroit, le regard fuyant alors que ses mains bougeaient presque automatiquement pour achever la biche en bois. La petite égratignure mettrait encore une, non, deux semaines avant de totalement être guérie. Mais c'était de sa faute, parfois il lui arrivait d'agir sur un coup de tête et de faire n'importe quoi. Il savait ce qu'il risquait en injuriant ces deux loups, bon normalement il aurait du s'en sortir avec quelque bleus, il n'avait juste pas prévu qu'un troisième adversaire ferait son apparition.

- Est-ce que je vais être puni ? Il avait dit ça d'une petite voix amusée, bah quoi le rire était un remède à tout. Avec un peu de chance elle oublierait. Il fallait juste lui donner matière à passer l'éponge. Il avait bien noté qu'elle avait regardé la sculpture pendant qu'il la taillait. Il la leva, elle était complètement achevée. - Un pot de vin pour ton silence ? Bon c'était juste une excuse pour pouvoir faire une demande égoïste tant qu'à faire, pendant qu'il était dans un élan de courage. - Mais vu la valeur de cette statuette en plus de ton silence... tu devrais me servir de modèle. Il n'osa pas lever le regard vers elle, parce que bon, elle l'intimidait un peu il fallait se l'avouer. - Comme tu l'as dit tu vaux le coup d’œil, alors si tu me sers de modèle ma prochaine oeuvre vaudra à coup sûr le coup d’œil ! Non ? Il ne perdait rien à tenter sa chance même si plus il parlait et plus son visage rougissait et plus il avait envie de prendre la fuite, éventuellement de prendre exemple sur les autruches et d'enterrer sa tête sous la neige. Mais il le voulait, il voulait vraiment pouvoir sculpter son image sur de la pierre. Ce désir égoïste surpasser toute les émotions qui l’enchaîner.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Avr - 19:04


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2976 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



« J’espère bien que Neal ne t’as pas attaqué ! » Elle eut un léger sursaut. Le combat aurait été inégal et sans doute dévastateur. Neal et Skuli, les deux gammas prenaient désormais un chemin différent, Neal était entrain de devenir un guérisseur et si jamais, l’un de ses loups posaient la patte ou ne serait-ce que la griffe, sur ce dernier, Edwina se verrait bien plus violente qu’elle ne l’aurait jamais été. En effet, Neal était une ressource précieuse mais aussi instable psychiquement. Bien qu’il n’en ai pas encore conscience, son don allait se révéler parfaitement à lui et avec, les responsabilités que ça encouraient. La Vie certes, mais la Mort aussi. Dévastatrice et traîtresse, qui prenait au cœur et qui labourait les âmes. Elle savait que Skuli aussi pouvait avoir cette responsabilité, mais la rage qui l’habitait était bien différente de celle de Neal, qui lui, avait une sœur prête à se défendre, à se venger. Il n’était pas sûr de vouloir suivre le chemin de sa jumelle et pourtant, s’ils venaient à se battre, l’alpha ne mettait pas sa main à couper qu’il ne rendrait pas coup pour coup. « Dis moi, il t’a soigné parce qu’une louve a été trop entreprenante ? » Elle eut un léger gloussement. « Ou parce que tu t’es attiré les foudres de la mauvaise personne ? »

Elle ne put s’empêcher de rire face à la remarque de son gamma. « Non malheureusement j’ai laissé mon fouet au Manoir. » Elle avait l’air délicieusement sérieuse à l’instant, se réjouissant des idées sans doutes spéciales, ou salaces, qui devaient habiter l’esprit de son gamma. Elle fit mine de réfléchir. « Pour autant, j’ai toujours aimé infliger des corrections, ça pourrait être divertissant. » Un silence de quelques instants flotta entre les deux jeunes blonds, comme si la chute de la blague allait finir par arriver et avec l’hilarité des deux jeunes gens. Comble de l’ironie, Edwina avait l’air d’un sérieux sans faille, son masque de politesse sur le visage, si ce n’est son aura joyeuse, on aurait pu jurer qu’elle ne disait la vérité. Finalement, un sourire ravie vient faire pétiller ses yeux. « Je suppose que l’idée te plairait énormément, mais non, je ne punis pas ma meute. » Elle soupira. « Enfin, tant qu’il ne s’agit de rien de dramatique évidemment. N’est-ce pas ? » La blonde n’avait aucune idée du possible pétrin dans lequel il s’était mis et a vrai dire, elle n’était pas sûre d’avoir envie de le savoir. « Est-ce que je dois être au courant de quelque chose ou pas ? Est-ce que ça risque d’influencer les relations à venir avec les autres meutes ou ce n’était rien de grave ? » Légèrement inquiète tout de même, la blonde préférait être sûre. Histoire de ne pas tomber sur un Jegger enragé devant chez elle ou pire, un fou argenté quémandant justice et sang pour faire pardonner l’erreur commise.

« Hm, je ne suis pas sûre que ça soit suffisant. » Elle eut un léger sourire, voyant que lui aussi, demandait plus. Joueuse, il n’avait sans doute pas idée qu’il ne fallait pas lui lancer de tels défis. Si, en dehors de sa meute, elle faisait toujours attention aux convenances et à sa tenue, en toute situation, il n’en était pas de même au contact des siens. Elle aimait beaucoup trop sa meute pour être un être tyrannique et effrayant, elle préférait largement être un naturelle, joyeuse, impulsive et parfois, totalement irréfléchie. Ca restait rare, évidemment, mais faire plaisir aux siens étaient plus important que le reste. « C’est un très bon raisonnement en effet. » Nota-t-elle, sans pour autant dire si oui, ou non, elle acceptait l’idée. Elle fit mine de réfléchir, détourna le regard et referma même légèrement son aura, comme si la question méritait une intense réflexion. Le tout dura quelques minutes, longues dans un silence quasi total. « Tu penses vraiment pouvoir supporter ma vu pendant le temps qu’il faudra pour réaliser une sculpture ? » En plus d’être une réelle question, la jeune femme se demandait s’il aurait le courage de la regarder. Oui parce qu’on se le dise, pour faire une sculpture il faut regarder son modèle, or Skuli avait beaucoup de mal. « La vue de mon corps ne sera pas trop dérangeant ? » Insista-t-elle, amusée. « En tout cas je me ferais un plaisir de te servir de modèle. Après tout, je n’ai que très rarement froid ! » Elle lui fit un clin d’œil, s’attendant déjà à retrouver ce rouge cramoisi qui lui allait si bien au teint.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Avr - 7:40


Invité
puisses-tu courir sous la Lune








C'était déjà tellement étrange pour lui de parler directement à sa si géniale alpha, mais en plus elle commençait un peu à le déstabiliser à passer du sérieux à la plaisanterie. Au final même s'il continuait à rire de temps en temps Skuli était juste de plus en plus mal à l'aise. Si seulement il arrivait à tenir sa langue, mais bon quand c'était Edwina qui demandait... il aurait pu facilement lister toute les conneries qu'il avait fait durant cette année sans rien omettre. Le pouvoir de l'Alpha était effrayant, bien qu'au fond ce n'était pas dû au pouvoir d'Alpha mais simplement au charme de la blonde. Skuli était trop faible face aux jolies blondes. Alors il se contenta d'essayer d'échapper à l'interrogatoire, surtout qu'il se battait souvent avec Neal dans le cadre de l'entrainement. Bien que guérisseur Neal se battait vraiment bien et puis il avait ses propres méthodes de combat. Skuli le respecté vraiment pour ça, savoir se battre et être doté d'un don de guérisseur, encore quelqu'un d'exceptionnel à ajouter à la longue liste des gens géniaux qui faisait de lui une personne misérable. Il savait qu'il ne devait pas penser comme ça mais il n'y pouvait rien. Ses pensées nourrissaient sa colère intérieure qui tôt ou tard finirait par exploser d'une façon ou d'une autre, mais pour l'heure il avait retrouvé un soupçon de sourire. C'était impossible pour lui de perdre le sourire en présence de sa muse. Parce que c'était bien ce qu'elle était, elle l'inspirait dans la vie comme à travers son art.

- Oh, et bien les louves ne sont jamais assez entreprenantes à mon goût. Il avait répondu tout naturellement avec une pointe d'amusement dans la voix. Dire que son traumatisme était justement du à une louve beaucoup trop entreprenante, il voulait tellement l'oublier que parfois il l'oubliait vraiment. - Je crois que j'ai un don pour attirer les foudres des gens, à défaut d'être guérisseur, traqueur ou augure. Il en plaisantait, autant prendre en dérision ce qui nous déranger après tout. Mais au fond il ne faisait que fuir une douloureuse réalité. Il laissa finalement échapper un léger gémissement en signe de déception, pas de fouet ? Au fond c'était ça la punition ! Il en rit malgré tout, malgré le sérieux qu'affichait Edwina, sans réellement prendre en compte l'aura joyeuse qui flottait autour d'elle. Il garda le silence, bien sûr que l'idée lui plaisait, au fond tout ce qui venait de son Alpha lui plaisait il n'était pas particulièrement difficile. Elle soupira, il haussa simplement les épaules. - Je n'ai encore tué personne et je suis toujours en vie, rien de dramatique c'est certain. Un long silence face aux deux questions qui suivirent. Skuli semblait en pleine réflexion comme s'il essayait de peser le pour et le contre des secrets que cachaient ses faits et gestes et des répercutions que ça pouvait avoir. - Non... non, non je n'ai rien fait de tel. Si ça devait arriver, je n'aurais plus qu'à tuer les personnes concernées, à cacher leurs cadavres, puis à revenir ni vu ni connu et à garder le silence jusqu'au bout. Sa dernière phrase était plus une pensée, une pensée prononcé à voix haute sans qu'il ne s'en rende réellement compte. Au fond même s'il le pensait il ne le ferait très certainement pas, quoi que... tout était possible avec lui, il avait peut-être même déjà quelque cadavres dans ses placards.

Un large sourire aux lèvres, la conversation commençait sérieusement à lui plaire. Il attendait patiemment une réponse, elle faisait durée le suspens c'était insoutenable il en aurait pleuré quoi. Complètement accroché à ses lèvres il aurait du s'attendre à cette remarque qui arriva bien vite. Il y avait déjà un peu réfléchi avant même de faire cette demande. En fait il y pensait depuis la première fois qu'il l'avait vu. Serait-il capable de poser ses yeux assez longtemps sur elle pour se souvenir de ses traits, pour les figer dans sa mémoire et les graver dans le marbre pour qu'ils perdurent dans le temps ? Une fois encore il avait baissé les yeux, perdu dans ses pensées. - J'espère juste que je ne vais pas exploser ni fondre devant tant de beauté. Il était difficile de dire s'il plaisantait ou s'il était sérieux mais cette fois-ci en relevant la tête, en apercevant ce petit clin d’œil et en comprenant le sens de sa dernière phrase il rougit encore, moins excessivement cela dit. En fait son visage rougit quelque secondes seulement avant qu'un sourire presque victorieux apparaisse sur son visage. - Vu ce que tu viens de dire je considère que tu acceptes de poser nue. Skuli avait beau être mignon il était aussi perverti que la grande majorité des loups. Il n'en était pas sûr mais s'il devait la sculpter, une part de lui était persuadée qu'il arriverait à la regarder. Si c'était pour l'art, oui, sa passion surpasserait ses peurs il en était convaincu. - Je suis plus amoureux qu'effrayé, j'y arriverais. Encore une fois ce n'était pas vraiment adressé à Edwina et encore une fois ça pouvait être mal interprété. Mais pour l'instant il était juste tellement heureux qu'il en avait un large sourire sur le visage. Il aurait déjà voulu y être.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Avr - 17:30


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2976 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



« Jamais assez ? » Elle ricana légèrement. « Je suis plutôt sûre que c’est toi qui n’accepterai pas qu’elle le soit trop, sous peine d’être terriblement, comment dire, mal à l’aise ? » Elle ricana une nouvelle fois, ravie de le taquiner. Skuli avait un caractère attachant, bien que terriblement chou et solitaire, c’était surprenant qu’il ne trouve pas de lupa. Enfin bien sûr, si on ne prenait pas dans l’équation le fait qu’il n’était – pratiquement jamais – capable de parler convenablement avec le sexe féminin sans bégayer, rougir et être mal à l’aise. C’était – elle le pensait en tout cas – le frein majeur à son célibat. Enfin, s’il était célibat, dans tous les cas elle n’en savait rien du tout. « C’est bien, tu sers de paratonnerre pour la meute, c’est toujours utile. » Souligna la jeune femme. Il attirait peut-être les foudres des autres, mais ne le cherchait-il pas un peu ? Elle ne le savait pas vraiment et ne réfléchissait pas plus que ça à cette option à vrai dire.
Elle ne dit rien, quant à sa remarque. Oui, aujourd’hui il n’avait tué personne. En cet instant il était en vie. La situation actuelle des loups norvégiens ne leur permettait pas d’extrapoler. Elle avait peur, pour ses loups, pour son intégrité mentale, pour énormément d’autres choses mais elle ne pouvait pas les partager avec tout le monde et elle n’avait pas envie, pas maintenant, d’expliquer à son ami que ce n’était pas que la mort qui avait une importance. Les relations politiques intermeutes également et c’était sans doute la source principale de problème. « Parfait alors ! Si je comprends bien tu m’as évité un dur labeur ? Je devrais sans doute te remercier pour un tel geste ! » Elle lui fit un clin d’œil. S’il arrivait à blaguer et à éviter le sujet c’est qu’au final il n’avait, peut être, juste pas envie de mentionner qu’il s’était fait laminer par Neal. Elle eu un léger sourire mais ne répliqua pas, qu’importe de toute façon.

Finalement c’est l’envie de marquer dans la roche le corps de Edwina qui devint leur sujet de conversation. Envie étrange, mais artistique. Ce n’était pas la première fois que son peuple dessinait la beauté enfantine qui faisait d’Edwina ce qu’elle était. Une louve mûre trop tôt, amenée sur le devant de la scène alors qu’elle n’y était, absolument pas préparée. Oui, clairement son corps reflétait encore la jeunesse de son règne, qu’importe, elle le vivait très bien. Peinture ou encore vitraux, les loups blonds avaient été – ainsi qu’elle – représentés dans beaucoup d’endroits, comme les autres loups norvégiens. La bibliothèque de Bergen, le Manoir bien évidemment, mais quelques pattes blondes venaient également traîner dans la Mairie même. Pour le bonheur des loups, qui – au moyen de léger clin d’œil dans la ville – rappelait leur présence en ces lieux. Etonnant d’ailleurs qu’aucun humain n’est jamais fait le lien, ni même depuis la révélation de sa défunte sœur. « Au moins si tu fonds je n’aurais pas à poser trop longtemps. » Elle eu un sourire, elle n’était pas si belle que ça, mais qu’il le pense c’était flatteur. « En effet, je n’ai aucun problème après tout. » Elle le fixa dans les yeux. « A moins évidemment que tu ne puisses supporter que ma peau soit celle d’une humaine. Je peux également poser sous forme de louve, et devine quoi, je serais nue dans les deux cas ! »[/color] Elle était ravie. Ravie de voir que Skuli n’hésitait pas à plaisante, à parler de sujets qui pouvaient devenir gênant. Elle savait qu’ils avaient toujours du mal à parler aux femmes et pourtant, il ne semblait pas éprouver la moindre difficulté avec Edwina, pour son plus grand bonheur.
Sa dernière phrase retentit un moment dans ses pensées. Amoureux ? Vraiment. Elle ne souhaita pas relever la boutade ou la demi-vérité ? Par peur de lui demander d’assumer des sentiments dont elle ne voulait, peut être pas, connaître la profondeur. Après tout, ce qu’on ignore ne peut nous blesser. « Bon ben ça va alors ! » Elle eu un moue taquine. « Et puis, tant qu’il n’y a pas trop de vent ça devrait aller, il ne faudrait pas non plus qu’on vienne à croire que la situation pourrait… Basculer. » Sous-entendus ? Pas vraiment, pour ça il aurait fallut qu’ils le soient, sous entendus.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Avr - 2:11


Invité
puisses-tu courir sous la Lune








Il commença par rire, répondant avec sérieux pourtant. - Tu sais il y a toujours eu un grand écart entre mes pensées et la réalité. Il pensait sincèrement apprécier les louves qui se montraient un peu plus entreprenantes, mais dans le fait il était vrai qu'il avait bien du mal à le vivre. Cette fois-ci il ne rougit pas, bien qu'un peu gêné malgré tout. Elle avait l'air d'aimer le taquiner, alors soit. Il appréciait ce moment, il était heureux que son Alpha ne soit plus en train de verser des larmes pour des morts qui ne reviendront jamais mais qu'elle puisse encore rire, sourire et plaisanter comme elle le faisait, comme il le faisait toujours. - Un paratonnerre, l'ambition de toute mon existence. Il en riait se remémorant la plupart de ses débordements et ce que ça aurait pu engendrer. Mais Skuli n'était pas comme tous les blonds après tout, même sous l'impulsion il prenait toujours en compte les risques que cela pouvait amener à la meute. La meute passait avant ses enfantillages, avant ses petits conflits qu'il déclenchait sciemment. Pourtant peu importe à quel point il le croyait, la réalité était bien différente. Oui, il y avait toujours un écart entre ses pensées et la réalité, un écart qui ne faisait que s'élargir un peu plus à mesure des événements tragiques qui se déroulaient à Bergen.

Il sourit devant la réponse d'Edwina, vu comme ça c'était assez ironique. Mais c'était juste trop tentant après tout. - N'est-ce pas ! Je mérite des remerciement pour avoir accompli un tel exploit ! Je suis un héro qui a empêché à son Alpha d'avoir à subir un dur labeur ! On devrait me décerner une médaille ! Ou bien forcer Stein à me faire un gâteau, un énorme gâteau aux fraises, avec plein de fraises. Bon il poussait peut-être la plaisanterie un peu trop loin, bien que dans le fond il y avait toujours un peu de sérieux dans les conneries qu'il déblatérait à longueur de temps. Il commençait sérieusement à avoir faim. Skuli n'arrivait toujours pas à soutenir le regard de la blonde mais à mesure qu'il discutait il arrivait à la regarder avec quelque secondes d'intervalles à chaque fois qu'elle s'adressait à lui. Au fond ce n'était pas si difficile, il fallait juste qu'il fasse un effort pour se défaire de cette pression à sa poitrine qui l'oppressait au point de l'asphyxier. De la peur, un puissant mal aise qui pouvait le terrasser s'il se forçait trop. Mais c'était tellement énervant qu'il en aurait verser quelque larmes. Il détestait tellement ce sentiment d'impuissance qu'il ressentait toujours quoi qu'il fasse et qui revenait d'autant plus lorsqu'il se retrouvait avec une louve. C'était si stupide, tellement incompréhensible.

La conversation se dirigea vers un sujet qui passionné complètement Skuli. Il était tellement heureux, si excité à l'idée de pouvoir l'avoir comme modèle. En fait c'était même étonnant qu'il n'ait pas sauté de joie en poussant des cris lorsqu'elle avait dit qu'elle acceptait de poser. - Même si je fonds ou me consume je ne m'arrêterais pas avant d'avoir terminé ! Et il était si sérieux que même son aura illustrait à quel point l'idée de la sculpter le rendait heureux, presque euphorique malgré son apparent calme. Skuli ne retenait jamais ses émotions positives, il les laissait exploser tout autour de lui sans aucune retenue à l'inverse des émotions plus sombres qu'il cachait profondément dans son cœur, si profondément que parfois il arrivait de les oublier. Il rougit, il sourit et rit de nouveau. - Pas faux, mais ça n'a pas le même effet. Sous forme de loup il ne ressentait pas cette peur, parce qu'elle était née d'une louve sous forme humaine. C'était étrange, ridicule, il ne savait même plus réellement pourquoi il avait peur c'était juste ainsi. Il se perdit quelque secondes dans ses pensées, avant de revenir à la conversation. - Basculer ? Il lui fallut quelque secondes pour se remémorer ce qu'elle venait de dire. - Personne n'a de contrôle sur les intempéries... Est-ce que lui voulait sous-entendre quelque chose ? Peut-être, ou alors il n'avait tout simplement pas vraiment compris ou refuser de comprendre, tout était possible.

Il se leva finalement, époussetant la neige sur ses vêtements. Sa veste était toujours ouverte et suite à la bataille de neige sa chemise était légèrement mouillée. Il avait un peu froid, un loup frileux ça pouvait exister ? Il lâcha un léger rire en se moquant de lui même. - Fin de la séance, la première séance est toujours gratuite n'est-ce pas docteur ? Il rit encore, oui la séance de psychanalyse prenait fin. Il se sentait beaucoup mieux pour sa part, il espérait que ça aller dans les deux sens.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Mai - 17:08


Edwina S. Svanhildesen
puisses-tu courir sous la Lune

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

▹ DC/TC : Ester L. Braaten, Vyranui Wahlberg et Torvald Marklund ▹ PSEUDO : ODAYA OCHAVEN. ▹ EMPREINTES : 2976 ▹ ARRIVÉE EN VILLE : 20/09/2014 ▹ AGE DU PERSO : 27 ▹ LOCALISATION : Perdue dans la neige norvégienne, quelque part dans la nature ou alors entre les feuilles d'un vieux livre poussièreux ou encore, entre deux étagères de la biliothèque, si ce n'est pas au fond de son lit. ▹ HUMEUR : Mordante mais pourtant la blonde sait restée polie avec ses interlocuteurs, enfin la plupart du temps, excepté une semaine par mois et bien sûr une semaine avant la pleine lune. Oh, également excepté les mercredis. Et les jours sans chocolat. Jamais en fait, ou rarement plutôt.

CROCS PRÉFÉRÉS
✤ MES COMPETENCES:
✤ MON INVENTAIRE: un livre aux pages cornées, une petite dague et un stick à lèvres, le tout dans ma besace préférée



« Toujours ? » Elle pose son regard sur le blond à ses côtés. « Un écart plutôt positif ou négatif ? » Curieuse, elle s’intéresse aux paroles qu’il prononce, voyant là l’occasion d’apprendre à le connaître un peu plus.
Puis finalement, ils retournèrent à leurs petites taquineries amicales, elle n’y répondit pas, n’ayant rien de particulier à dire, ou de choses à souligner. Elle eut un léger sourire à la mention du gâteau aux fraises, oui c’était une idée intéressante. Mais celui qui arriverait à forcer Stein n’est pas encore né. Enfin elle l’espérait.

Au fur et à mesure de la conversation, ils finirent par parler de poser modèle pour le jeune artiste. Chose qu’elle apprécierait réellement de faire, ce ne serait pas la première fois et certainement pas la dernière fois qu’elle servait de modèle aux loups de sa meute, comme beaucoup d’autres loups avant elle et sans aucun doute, après elle également. « J’espère bien ! Je n’ai pas envie de recommencer sous prétexte que tu ne sais pas te tenir, non mais ! » Elle eut un sourire, comme depuis le début de leur conversation (ou presque), décidément il lui changeait les idées à une vitesse folle. Elle appréciait énormément le geste. Edwina sentait les émotions qui bouillonnaient dans son gamma, la joie, l’euphorie, la contaminèrent rapidement. Son sourire fut éblouissant, en réponse aux émotions que couvait le loup à ses côtés. Les intempéries. Elle eut quand même un léger doute en rapport avec la phrase qui lui avait échapper. Ed n’arrivait pas à déterminer s’il n’avait là que de la taquinerie, de l’humour ou bien plus. Etrange. Cela ne lui arrivait pas si fréquemment pourtant de ne pas savoir distinguer cet entremêlas de sentiments. Elle allait se faire un nœud au cerveau si elle continuait ainsi. Enfin, après tout il avait raison, personne ne contrôlait les intempéries et elle le savait parfaitement, sa famille ne cessait de lui faire comprendre qu’elle devait trouver un parti, pour donner des louveteaux à sa meute, mais ce n’était pas vraiment dans ses priorités. Elle voulait encore trouver celui qui était fait pour elle, même si ce n’était pas forcément recommandé pour une alpha. Enfin, débat mental stérile qu’elle ne pouvait résoudre aisément.

Il se leva, elle suivit, la conversation semblant toucher à sa fin. Ce fut un très bon moment passé en sa compagnie, Edwina en était ravie, à voir s’ils se recroiseraient a nouveau de la sorte. « J’espère bien, je ne comptais pas te payer. » Lui répondit-elle, un sourire éclatant sur les lèvres. Elle était ravie, ravie d’avoir pu discuter avec un de ses loups et d’avoir enfoui en elle sa tristesse et ses doutes. Son aura était nettement plus légère et plus enjouée qu’il y avait de cela quelques heures.


But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
nous ne resterons pas assis
sur le brasier fumant
de notre défaite.
La reconquête n'est qu'à
quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Mai - 23:46


Invité
puisses-tu courir sous la Lune







Il ne s'était jamais posé la question, intérieurement il vivait un peu sans les limites de son subconscient. Ses pensées n'étaient pas enchaînaient comme ses mots et ses gestes. Il n'y avait de règles que les siennes là où il était le seul maître, dans son esprit, à l'inverse de la réalité dont les événements avaient forgés une barrière entre celui qu'il était, celui qu'il voulait être et celui qu'il paraissait. Il ne répondit pas cette fois, se contentant d'un sourire bien énigmatique. Certes il aurait pu préciser "presque toujours" ou encore que c'était positif ou négatif selon ses pensées et ses dires, mais à quoi bon. Tout était toujours plus compliqué que ce qui paraissait. La conversation se poursuivit, pour le meilleur puisqu'elle en vint à une proposition qui tentait énormément Skuli et ce depuis des années. Il avait toujours adoré l'art et ce depuis la première fois qu'on lui avait offert un couteau, ce même couteau qu'il emportait partout avec lui. La façon dont son père sculpter le bois était à l'époque où il l'avait vu faire pour la première fois, aussi magique que de découvrir une étoile filante dans le ciel. Il avait ressenti un sentiment indescriptible, un désir de vouloir imiter ses gestes, de pouvoir graver une image dans la matière. Et de savoir qu'il pourrait figer le délicieux visage de son Alpha dans du marbre ou n'importe quelle autre matière... son cœur battait vivement à un rythme accéléré et ses mains tremblaient d'excitation.

Il aurait voulu déjà y être et il espérait réellement pouvoir en avoir l'occasion. Skuli se contenta de rire encore face à la remarque de son Alpha. L'Artiste en lui était comme une autre personne, il vibrait de son art et recherchait la perfection. Il était fort probable qu'il recommence dans le fond lorsqu'il y réfléchissait, encore et encore jusqu'à atteindre la perfection, jusqu'à être capable de poser jusqu'à ses imperfections dans son œuvres. Se rapprocher au maximum de la réalité c'était ce qu'il aimait le plus, il ne voyait alors pas le temps passer. Il pouvait passer des heures à fixer son modèle, des heures encore à regarder le marbre face à lui et durant une journée entière ne donner aucun coup de burin. La sculpture était un savoir-faire qui demander une habileté, une concentration et une maîtrise inimaginable. La moindre petite erreur et il fallait tout recommencer. Et c'était ce qui motivé d'autant plus le blond qui rêvait déjà de la statue dans laquelle il mettrait tout son cœur, son âme et sa sueur. Lorsqu'il aperçut le sourire éblouissant d'Edwina son cœur rata un battement, les louves de sa meute étaient réellement parfaites décidément ! Il avait tellement de chance d'être né dans la meute or ! C'était dans ses moments là qu'il était au comble de la joie, dans ces petits instants où il pouvait d'un rien oublier tout ses malheurs. Dès qu'il rentrerait chez lui, il commanderait autant de marbres que son atelier pouvait en contenir et il ferait des croquis des quelques instants où il avait réussi à tenir son regard.

Il se leva, il n'avait pas vraiment l'intention de partir c'était juste qu'il ne pouvait plus attendre ! Comme si en se dépêchant il rapprochait l'instant où il pourrait la recroiser, c'était si stupide... Il sourit une dernière fois avant de la remercier et de s'éclipser, il ne se souvenait même plus des raisons qui l'avaient amenés là; En fait plus rien avait d'importance que le fait qu'Edwina avait acceptée de lui servir de modèle ! Il allait pouvoir la sculpter ! C'était tellement génial qu'il avait du mal à le croire, il s'empressa donc de rentrer.


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
puisses-tu courir sous la Lune






Revenir en haut Aller en bas
 

alpha & gamma (ed et skuli)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Alpha Condé élut président de Guinée
» Bosco, ou "pourquoi ne faut-il jamais énerver un futur mâle Alpha"
» [S10-Gamma] D6 Unifiées
» [S5-Alpha] D5 Unifiée
» Gamma World RPG 2010 :: 20$

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esprit Sauvage ::  :: Haukàss :: Plaine aux Lucioles-
Sauter vers: